Partagez | 
 

 Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sahori A. Denjichi
Université • 4ème année
avatar

Messages : 24
Cursus : Architecture

Infos supplémentaires
Âge: Vingt et un ans.
Clubs: Arts et Athlétisme !
Mais encore ?:

MessageSujet: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Ven 20 Jan - 16:49

" Mais putain de merde elle va marcher cette machine ! "

J'étais littéralement entrain de m'énerver devant mon ordinateur portable alors que j'étais assise posément à mon bureau dans mon studio. La connexion était tellement lente que j'aurais pu faire trois fois le tour de mon bâtiment pour qu'une foutue page Wikipédia s'ouvre putain !
Aller... Aller !



" MERDEUUH ! "

Sur le coup, je tapais du poing sur le bureau. Bon... Bon ok, je vais m'en griller une, je suis un peu agacé là.
J'ouvris la fenêtre en face de mon bureau puis j'allumais une cigarette en veillant à de temps en temps à mettre la cendre dans le cendrier. J'appuyais sur la touche F5, mais rien, toujours se foutue petit dinosaure sur la page. Je tapais des ongles vers le coin PAD de mon ordinateur quand par accident, j'appuyais sur la touche espace. Le dino' se mit alors à courir. Je m'arrêtais immédiatement de m'impatienter, captivé du coup par l'animation de l'écran. J'avais constaté qu'à chaque fois que j'appuyais sur la touche espace, le dinosaure sautait.
Sans le vouloir, j'étais resté au moins une bonne demi-heure à jouer bêtement tout en fumant quelques cigarettes. 885 ! C'était mon dernier record ! Mais ça n’allait pas être ma note si je ne trouvais pas une solution à mon souci d'internet... Une fois l'ordinateur éteint, je réfléchissais. La seule solution allait être de me rendre à la bibliothèque de l'Académie, mais je n'ai jamais foutue les pieds à la bibliothèque ou alors c'était il y a très longtemps. Bon, pas le choix. Merde, moi qui comptais profiter de la journée pour rien branler à la maison, c'était loupé. Il fallait du coup que je bouge mon royal derrière de feignasse pour aller à l'Académie. Soupirant d'un air blasé, j'attachais consciencieusement les lacets de mes bottes Phantom dont la coque était faite de métal pour amortir en cas de choc impromptu.

Il était 15h30 quand j'arrivais à la bibliothèque de l'établissement, une fois que j'ouvris la porte, j'avais l'impression de rentrer dans un univers totalement différent. Des bibliothèques entières de livres dans un espace qui me semblait interminable. Mon dieu, comment je vais faire pour trouver les sujets précis sur ce que je veux et j'ai tellement la flemme d'ouvrir des dizaines et dizaines de livres pour juste des info' quoi...
Je ne savais même pas si cette bibliothèque était dotée d'ordinateur. Moi dans une bibliothèque, c'est un peu comme trouver un tigre dans un salon de thé, c'est quasi-impossible, totalement Dafuck, mais pourtant réalisable si on s'en donne les moyens.

Je posais quelques secondes mes mains sur ma tête en soupirant avant de les remettre dans les poches de mon gros pantalon noir, produisant de ce fait, un léger son de frottement sur mon manteau en cuire de la même couleur que mon bas. J'arrivais alors à l'accueil de la bibliothèque et me courbait légèrement vers une demoiselle qui semblait ranger quelques petites choses à l'accueil.

" Euh... Mademoiselle, j'ai b'soin d'un renseignement s'il te plaît. " La demoiselle se redressait alors de se faite, moi aussi. " Je cherche des bouquins parlant de la reconstruction du château Himeji-jo. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Komatsu
Assistante bibliothécaire
avatar

Messages : 27
Profession : Assistante bibliothécaire
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Matthew Bradford, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: ///
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Lun 23 Jan - 12:58


Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît...
Cela faisait maintenant plusieurs semaines qu’Ayane avait commencé son boulot à l’Académie Yokuboo en tant qu’assistante bibliothécaire. Elle était toujours un peu stressée à l’idée de commencer sa journée sur le campus, mais elle était également heureuse de pouvoir évoluer au milieu de tant de livres. Elle qui adorait lire, elle était vraiment dans son élément quand elle entrait dans l’immense bibliothèque de l’Académie, regorgeant d’ouvrages tous plus différents les uns que les autres, rangés sur de nombreuses étagères. Ses débuts avaient été un peu compliqués et ce, même si elle portait toujours son petit badge qui indiquait à ses interlocuteurs qu’elle était sourde et muette. Les élèves et même certains professeurs avaient eu du mal, mais plus les jours passaient et plus elle sentait que les gens commençaient à l’accepter comme elle était. La part pessimiste de son cœur se disait que ce n’était qu’une façade et que les gens devaient sans doute médire à son propos quand elle n’était pas là, mais il ne fallait pas qu’elle se laisse aller à des pensées aussi négatives. Elle s’était promis de remonter la pente et de retrouver goût à la vie afin de pouvoir passer encore plein de bons moments avec les gens qui lui étaient proches : sa famille.

Lorsque son réveil sonna, Ayane s’empressa de l’éteindre pour ne pas réveiller sa mère qui était rentrée très tard, ou plutôt très tôt, de son travail de nuit. La jeune femme espérait vraiment qu’elle pourrait enfin prendre un peu de repos grâce au petit salaire qu’elle touchait à présent. S’empressant de déjeuner pour ensuite filer à la salle de bains afin de ne pas mettre sa sœur en retard, elle enfila un legging noir épais qu’elle surmonta d’un t-shirt à manches longues blanc avant d’enfiler un pull qui faisait également office de tunique, ce dernier lui tombant juste au-dessus des genoux. De couleur taupe, il s’accordait à la perfection avec la couleur absolument banale de ses cheveux qu’elle remonta en un chignon au sommet de sa tête, chignon assez imposant vu la longueur de ses cheveux. Ayane attrapa une grosse écharpe blanche en laine qu’elle enroula autour de son cou avant d’attraper un manteau, lui aussi en laine de couleur ocre, qui tombait au même niveau que son pull-tunique. Elle prit alors son sac en bandoulière où se trouvaient quelques petites affaires personnelles en plus de son fidèle carnet lui servant à communiquer avec les gens, et enfila des chaussures noires à talons épais. Même si elle était vraiment très jolie, Ayane ne se mettait jamais en avant et préférait disparaître dans la foule plutôt qu’on ne la remarque. Embrassant sa sœur sur le front, elle quitta l’appartement sans un bruit et partit en direction de Yokuboo.

Sa matinée fut assez mouvementée puisqu’elle apprit en arrivant que sa collègue était malade à cause d’un mauvais coup de froid qu’elle avait attrapé. Résultat : elle avait deux fois plus de travail à faire aujourd’hui ! Mais qu’importe, Ayane ne rechignait jamais à faire des efforts, elle aimait travailler ! Les heures défilèrent à toute vitesse, et plutôt que de prendre une pause déjeuner à la cafétéria, la demoiselle prit un petit sandwich dans un distributeur qu’elle mangea dans la réserve tout en poursuivant sa tâche ardue de répertorier les nouveaux ouvrages qui étaient arrivés à la bibliothèque. Sa « pause » déjeuner terminée, Ayane retourna à l’accueil de la bibliothèque pour recevoir les élèves ou professeurs et les aider s’ils en avaient besoin. Elle avait réussi à tout faire le matin et pouvait donc un peu plus souffler cet après-midi.

Affichant constamment son sourire rayonnant alors qu’on venait l’aborder pour emprunter des livres ou demander des renseignements, Ayane devait avouer qu’elle avait un petit coup de fatigue à avoir abattu le travail pour deux dans la matinée. Heureusement, l’après-midi, il y avait un peu moins de monde. Elle entreprit donc de faire un petit peu de rangement à l’accueil, mais alors qu’elle se baissait pour ranger les ouvrages présents sous le comptoir, elle entendit vaguement un bruit au-dessus d’elle grâce à ses appareils auditifs. Elle se redressa vivement, manquant de se prendre le rebord du comptoir, pour sourire à la personne qui se trouvait en face d’elle. Son badge soulignant son handicap bien mit en avant, elle tâcha de se concentrer un maximum sur les lèvres de la demoiselle face à elle pour comprendre ce qu’elle disait, ses appareils auditifs ne l’aidant que de manière très infime. Son interlocutrice recherchait donc des livres. Ayane lui fit un petit signe de la main pour la faire patienter un instant alors qu’elle attrapait son précieux carnet ainsi qu’un crayon pour commencer à écrire sa réponse.

« Bonjour ! Est-ce que vous souhaitez emprunter ces livres ou vous souhaitez-simplement les consulter sur place ? Nous avons plusieurs livres qui parlent de cette reconstruction, certains avec ou sans photos d’illustrations. Est-ce que vous avez plus de critères de recherche ? »

Ayane était vraiment consciencieuse quand elle travaillait et elle préférait vouvoyer les élèves, certains pouvant, après tout, être plus âgés qu’elle. Gardant son carnet sous le bras et attendant une réponse de l’étudiante (c’était ce qu’elle en avait déduit), elle contourna le comptoir de l’accueil pour s’approcher de son interlocutrice. Ayane était plutôt petite, même avec ses talons, ce qui la rendait encore plus adorable, et ce qu’on pouvait dire, c’était que le style des deux jeunes femmes était complètement différent !
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahori A. Denjichi
Université • 4ème année
avatar

Messages : 24
Cursus : Architecture

Infos supplémentaires
Âge: Vingt et un ans.
Clubs: Arts et Athlétisme !
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Lun 23 Jan - 16:02

J’observais la dame de l’accueil, apercevant soudainement qu’elle portait un badge précisant qu’elle était handicapé. Merde… Je regardais comme je  pouvais les insignes malgré qu’elle gesticulait, je crois qu’elle est sourde et muette. Me voilà bien aidé, j’ai dû passer pour une débile avec mes conneries. En même temps, pour me dédouaner, je suis pas là à regarder les poitrines des femmes quand je parle avec.
Peut-être devrait-il veiller à mettre… Je ne sais pas moi, une pancarte pour signifier qu’une personne à l’accueil est mal-entendante ou alors… Enfin, bordel, je suis pas assistante social, qu’est-ce que je vais me soucier non plus du confort de tout le monde. Rabaissez cette femme handicapée en essayant de lui trouver des solutions, c’est pas lui donner de la pitié ? Tiens d’ailleurs, qu’est-ce qu’elle fait ?

Je plissais légèrement les yeux en la voyant saisir un carnet et un crayon pour écrire. C’est quoi le but, elle va me faire un coloriage ou… ?

« Bonjour ! Est-ce que vous souhaitez emprunter ces livres ou vous souhaitez-simplement les consulter sur place ? Nous avons plusieurs livres qui parlent de cette reconstruction, certains avec ou sans photos d’illustrations. Est-ce que vous avez plus de critères de recherche ? » 
Je regardais alors de prêt le carnet pour lire ce qui était écrit. Alors, soit elle écrit en patte de mouche, soit je commence à avoir des petits soucis de vue. Mais l’idée même de me voir avec des lunettes me procurait un frisson, je ne voulais pas paraître une petite chose fragile ou une binoclarde. Alors je vais mettre sur le compte de la demoiselle pour me dédouaner d’aller voir un spécialiste. D’ailleurs, oh surprise, comment elle avait fait pour comprendre ce que j’ai dis alors qu’elle est censé être sourde ?
Avec un visage marqué par l’incompréhension, je l’observais sans pudeur quelques instants pendant qu’elle contournait le comptoir pour se mettre devant moi. Je venais d’apercevoir alors qu’elle avait un appareil auditif. Néanmoins, je voulais que le message passe bien. Donc je lui pris sans gêne son carnet et son crayon des mains pour commencer à écrire sur le verso de la page qu’elle avait griffonné.

Alors… Putain, comment ça s’écrit ça déjà… Ouai bon, j’ai un orthographe de merde je sais… Espérons que je fasse pas de faute en lui répondant sinon je vais encore passé pour l’illettrée du bahut bordel.

« Bonjour, je voudrais » On peut amener les livres à la maison ? Du coup, je fais quoi, je les prends avec moi ou je prend des notes ici... Rah… Je sais pas ! Bon j’ai une idée.
Je gommais alors le début de ma phrase et réécris de nouveau.

" Bonjour Mademoiselle, je verrais sur place si je décide d’emporter les livres ou non. Montrez moi vos livres, je déciderais de ce qui est bon pour mon devoir ou non. Himeji-jo ça ressemble à ça : "

Je lui dessinais alors rapidement en croquis le château en dessous car il est vrai que c’est pas donné à tout le monde d’être renseigné comme moi sur le patrimoine Japonais et puis parfois, on connaît de nom mais pas de tête ou inversement.


C’est alors que je lui redonnais son carnet d’un visage totalement neutre. J’allais pas lui sourire bêtement parce-qu’elle était handicapé ni même avoir un visage répugné ou gêné. En faite, j’men foutais un peu qu’elle soit sourde et muette… J'avais juste devant moi une nana de la bibliothèque quoi. Pour m’éviter de fumer dans l’établissement, je fouillais dans mes poches de pantalon et prit de celle-ci une sucette que je déballais avant de la mettre à ma bouche. Je regardais alors cette petite femme, main dans les poches.

Elle était adorablement mignonne, me faisant penser à un petit chaton timide et sage. A cette pensée, j’esquissais un faible sourire. Elle était si… Petite et avait un regard assez attachant. Notre belle bibliothécaire serait-elle timide ? J’espère que je ne l’impressionnais pas avec ma carrure anormalement grande et bien battit pour une Japonaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Komatsu
Assistante bibliothécaire
avatar

Messages : 27
Profession : Assistante bibliothécaire
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Matthew Bradford, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: ///
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Mar 24 Jan - 10:54


Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît...
Même si Ayane avait sans aucun doute été moins surprise que l’aurait été une personne tout à fait entendante, elle avait sursauté en entendant un faible bruit s’élever non loin d’elle alors qu’elle faisait un peu de rangement sous le comptoir de l’accueil de la bibliothèque. Manquant de se prendre le rebord en pleine tête, elle se redressa promptement, regardant avec un grand sourire la jeune femme qui se tenait devant elle. Du fait de son handicap et de tout ce qu’elle avait subi pendant son enfance et même ce qu’elle subissait encore aujourd’hui, elle n’était absolument pas le genre de personnes à juger les autres. Cette femme semblait un peu bourrue, mais ça ne l’empêchait pas d’avoir un certain charme et une certaine prestance. En tout cas, nul doute qu’elle éclipserait facilement Ayane si elles se tenaient toutes deux l’une à côté de l’autre en plein cœur d’une foule, elle qui était si petite et si mince ! Quoiqu’il en soit, ayant à peu près saisi ce que cette inconnue, sans doute une étudiante, venait de lui dire, l’assistante bibliothécaire entreprit de lui répondre à l’aide de son carnet, seul moyen pour elle de s’exprimer avec les personnes ne connaissant pas la langue des signes.

Comme il fallait s’y attendre, son interlocutrice fixa d’un air interdit le carnet qu’Ayane avait tourné vers elle, regard qui quitta ensuite le carnet pour se fixer sur la malentendante. Elle était tellement habituée à ce genre de regards qu’elle n’y prêtait plus attention, se contentant de continuer à sourire comme elle savait si bien le faire en attendant une réponse à ses questions afin de pouvoir aider de son mieux cette élève, contournant le comptoir pour se poster à côté de cette dernière. Avec cette coiffure, on pouvait plus facilement discerner les appareils auditifs qui ornaient ses oreilles, même si elle tâchait de toujours laisser quelques mèches de cheveux devant pour ne pas les exposer de manière trop flagrante.

Ça la gênait un peu moins au travail, mais elle n’aimait pas qu’on la regarde comme une bête de foire à cause de ces appareils quand elle marchait dans la rue, ou même dans les couloirs de l’académie. Et alors qu’elle attendait une réponse de l’étudiante, celle-ci s’empressa de lui soutirer son carnet des mains. Ayane avait ouvert de grands yeux ronds, très surprise de ce geste. Passée la surprise, elle se retrouva à la place de ses habituels interlocuteurs à fixer la feuille de papier où étaient inscrites les paroles de son interlocutrice. Une nouvelle expression prit place sur son visage, la surprise laissant place à une moue pleine d’admiration. Ce croquis était vraiment superbe ! La jeune femme entreprit alors de taper faiblement ses mains l’une contre l’autre pour applaudir cette démonstration sans faire trop de bruits, puisqu’elles étaient dans une bibliothèque, il ne fallait pas l’oublier ! Attrapant délicatement son carnet, Ayane inscrivit sa réponse.

« Votre croquis est vraiment superbe ! Vous êtes douée en dessin ! »

La jeune femme retourna vite son carnet pour que son interlocutrice comprenne pourquoi elle avait soudainement applaudit en voyant son carnet lui revenir. Une fois assurée que le message était bien lu, elle commença à en écrire un autre.

« Vous savez, vous n’avez pas besoin d’écrire pour que je puisse vous comprendre, je sais lire sur les lèvres. Donc si vous ne parlez pas trop vite, je devrais réussir à vous comprendre sans problème. »

Ayane tourna à nouveau son carnet vers son interlocutrice, le tout avec son sourire rayonnant. Elle ne voulait pas forcer les gens à agir autrement qu’avec une personne normale et il était normal de parler pour s’exprimer plutôt que d’écrire. Quoiqu’il en soit, il fallait bien que l’assistante bibliothécaire fasse un peu son boulot ! Elle reprit son carnet et fit signe à la jeune femme de la suivre parmi les nombreuses allées regorgeant de livres. Ayane scrutait chaque rayon à la recherche de celui qu’elle souhaitait et finit par s’engouffrer dans une allée. Ah, les voilà ! Et forcément, ils étaient sur l’étagère la plus haute. La malentendante soupira faiblement. Ils étaient obligés de faire des étagères aussi grandes ? Elle pointa du doigt l’étagère la plus haute avant de reprendre son carnet.

« Les ouvrages concernant la reconstruction du château Himeji-jo se trouvent sur l’étagère tout en haut. Est-ce que vous arrivez à les atteindre ? Sinon, je peux aller chercher une échelle ! »

Ayane n’aimait pas trop monter sur cette échelle parce qu’elle avait toujours tendance à trop se charger, ce qui lui avait déjà fait perdre plusieurs fois l’équilibre. Heureusement, même si elle était plutôt fine, malgré toutes ses chutes, elle ne s’était encore rien cassé. Un peu curieuse, elle griffonna à nouveau quelques mots à l’adresse de l’étudiante.

« Est-ce que je peux vous demander dans quel cursus vous étudiez ? C’est plutôt rare de voir des élèves consulter ce genre d’ouvrages ! »
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahori A. Denjichi
Université • 4ème année
avatar

Messages : 24
Cursus : Architecture

Infos supplémentaires
Âge: Vingt et un ans.
Clubs: Arts et Athlétisme !
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Dim 29 Jan - 17:20

Alors que je lui avais rendu son carnet en attendant sa réponse, je la voyais tout à coup surprise de lire mes mots. Aïe, j’avais fait des fautes aussi flagrante ? Mais contre tout attente, elle se mit à tenir maladroitement son carnet avant de taper dans ses mains avec un grand sourire. Elle reprit alors son carnet pour écrire dessus.
Sur le coup, c’était moi qui avait un visage emprunt de surprise, de curiosité aussi. Je arquais mon sourcil gauche, prenant une mou interrogative face à sa réaction. Je malaxais contre ma langue et mon palais la sucette que j’avais en bouche sans lâcher du regard cette étrange jeune femme.
C’est après quelques secondes à griffonner son carnet qu’elle me le montrait de nouveau, je me penchais légèrement pour lire, mais elle le retira avant même que je ne pu finir de voir ses mots.
Bon, j’avais lu les grandes lignes et cela semblait être un compliment sur mon croquis, néanmoins, si elle était sourde, moi, j’avais un peu de mal à lire. On va devoir donc s’adapter pour se comprendre elle et moi.

J’attendais une fois de plus quelques secondes pour que la bibliothécaire retourne de nouveau son carnet vers moi avec un joli sourire. Mes yeux se perdirent dans sa note qui m’expliquait qu’il ne fallait pas lui écrire, mais lui parler tranquillement pour qu’elle comprenne. Je hochais alors la tête tandis qu’elle reprenait son carnet en me faisant signe de la suivre. Pour ma part, je l’a suivais, non sans réfléchir à ce qu’elle venait de me dire.

Ne serais-ce pas plus facile pour elle que je lui écrive ? Plutôt que de se faire chier à lire sur mes lèvres et moi parler comme-ci on me passait au ralenti ?
Sérieusement, je me doute que cette petite Mademoiselle veut faire comme-ci elle était comme les autres, je n’en doute pas d’ailleurs. Mais à force de vouloir se faire passer pour tout le monde, on devient parfois à son insu une curiosité car on nous remarque pour nos différences qu’on tente désespérément de cacher.
Je dirais même plus, en faisant un petit clin d’œil à mon futur métier.
Un bâtiment classique, c’est utile, mais tellement oubliable. Un bâtiment qui se veut classique mais qui cache ses imperfections de manière totalement maladroite, c’est un bâtiment qui veut rester utile, mais qui se fera remarquer seulement pour ses défauts et ses faiblesses. Un bâtiment atypique, c’est un bâtiment qui est utile et que l’on oubliera pas au prochain détour, un bâtiment qui marquera sûrement l’histoire et sera souvent retenu pour ses qualités que pour ses défauts. D’après vous, pourquoi les châteaux sont encore debout à l’heure actuelle ? Parce-qu’on ne veut tout simplement pas démolir quelque chose qui ne se trouve pas à tout les coins de rue. Aussi simplement que ça.

Nous étions arrivées devant les étagères, c’est alors que la jeune femme me fit signe du doigt pour que mon regard pointe vers une très grande étagère. Je regardais tous ses livres en m’imaginant alors la colossale somme de travail qui m’attendait, mes yeux se baissait alors à la hauteur de la bibliothécaire qui me montrait ses notes.

« Les ouvrages concernant la reconstruction du château Himeji-jo se trouvent sur l’étagère tout en haut. Est-ce que vous arrivez à les atteindre ? Sinon, je peux aller chercher une échelle ! » 

Je voyais bien à l’expression de visage de la jeune fille qu’elle n’était pas trop à l’aise devant la hauteur des étagères. A vue de nez, il devait y avoir deux mètres cinquante, trois mètres à tout casser pour atteindre les dits livres... C’est alors que la petite dame me sollicitait de nouveau pour me demander dans quel cursus j’étudiais car il était rare de trouver des gens qui consultait ce genre de bouquin.

Bien triste chose. Plutôt que de lire des livres pour fillette pleurnicheuse, avec de la romance de merde et des retournements dignes du plus pathétique épisode de Petit Ours Bruns, ils devraient asseoir leurs culs et lire des livres d’Histoire pour savoir dans quel pays ils sont tombés et surtout tout ce qu’il s’est passé avant d’en arriver à notre société actuelle.

" Je suis en cursus d’Architecture spécialisation Patrimoine dans l’objectif de pouvoir devenir Restauratrice de bâtiment historique. Et vous ? Vous m’avez l’air bien jeune pour être une biblio’. Vous étudiez en même temps ici c’est ça ? "


Je la voyais replonger doucement le nez dans son carnet, moi, je regardais les livres tout en haut. Si j’escalade la première marche d’étagère, je vais atteindre les livres… Je regardais à gauche puis à droite et je fis appuyer la paume de ma main sur la planche qui allait me soutenir. Mouai, ça allait tenir je pense. Avant que mon interlocutrice finit d’écrire, je lui poquais l’épaule avec deux doigts en lui disant de manière assez lente pour qu’elle me comprenne.

« Bouge pas d’là, j’arrive. »


Tout en gardant la sucette en bouche, je retirais ma veste pour dévoiler mon débardeur noir et mon tatouage tribale. Je posais alors mon manteau sur l’étagère et je mis mon pied dessus pour prendre appuis et grimper chercher mes livres. J’en pris quatre que je tenais entre ma hanche et mon bras puis je sautais de celle-ci, faisant résonner mes grosses bottes sur le sol de la bibliothèque.

Je posais alors les bouquins sur l’étage où j’avais posé ma veste un peu plus tôt pour qu’elle me serve à ne pas salir le meuble. Ce vêtement, je le pris dans mes mains pour le tapoter et le dépoussiérer comme-ci de rien était tout en changeant de côté la sucette qui était dans ma bouche.
Bah quoi, elle voulait les livres d’en haut, moi j’ai pas vu d’échelle, je grimpe. Point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Komatsu
Assistante bibliothécaire
avatar

Messages : 27
Profession : Assistante bibliothécaire
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Matthew Bradford, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: ///
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Jeu 2 Fév - 11:22


Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît...
Comme il fallait s’en douter, la pauvre étudiante n’avait visiblement pas compris ce qui avait soudainement pris à Ayane de frapper dans ses mains après avoir lu le message qu’elle lui avait écrit sur son carnet. L’assistante bibliothécaire écrivit donc des compliments sur ce très joli croquis, avant d’expliquer à son interlocutrice qu’elle n’avait aucunement besoin de s’embêter à lui écrire pour communiquer avec elle puisqu’elle savait lire sur les lèvres, à condition bien sûr que le débit de parole ne soit pas trop élevé. L’étudiante hocha la tête, sans doute pour lui confirmer qu’elle avait bien compris son message. Ayane lui fit donc signe de la suivre parmi les nombreuses étagères remplies de livres afin de trouver les ouvrages qui pourraient servir à cette inconnue pour ses devoirs. C’était assez rare de voir des gens consulter ces livres, mais même si peu de personnes connaissaient leur existence, Ayane avait une mémoire assez développée qui lui permettait de connaître l’emplacement des grandes thématiques dans la bibliothèque, à défaut de connaître l’emplacement de chaque livre. Il fallait dire qu’elle n’avait pas cet emploi depuis très longtemps ! Peut-être qu’à la fin de l’année, elle connaîtrait chaque livre de cette pièce !

Et alors qu’elles arrivaient toutes deux devant l’étagère où se trouvaient les ouvrages qui intéressaient l’étudiante, Ayane constata avec une certaine gêne qu’aucune échelle ne se trouvait dans les parages alors que les livres étaient vraiment tout en haut de l’étagère. Ce n’était vraiment pas une veine pour elle. Vu sa taille, même en se mettant sur la pointe des pieds et en tendant son bras le plus possible, elle ne parviendrait sans doute pas à toucher du bout des doigts l’étagère en question, alors pour attraper les livres qui étaient dessus… Elle proposa alors à l’étudiante d’aller chercher une échelle si jamais elle ne parvenait pas à les attraper d’elle-même. Elle en avait profité pour poser quelques questions afin de satisfaire sa curiosité. Cette jeune femme était donc étudiante en architecture dans le but de devenir restauratrice de bâtiments historiques. C’était vraiment un très beau métier ça ! Et Ayane ne s’était vraiment pas attendue à ce qu’on lui pose en retour des questions sur elle. Elle était habituée à ce qu’on ne s’intéresse pas à elle. Et quand c’était le cas, c’était principalement pour lui faire des misères. Elle ne put donc cacher son air surpris alors que ses joues se teintaient légèrement de rouge.

« Ah non, non ! Je ne suis pas étudiante et je ne suis pas non plus bibliothécaire, je ne suis qu’une assistante ! Mais c’est vrai qu’avec mes 21 ans on me prend souvent pour une étudiante… En tout cas, vous avez un très bel objectif ! Restaurer d’anciens bâtiments, ça doit vraiment être une tâche passionnante ! Vous apprendrez sans doute beaucoup plus sur le patrimoine du Japon de cette manière que moi qui me contente de lire des livres. »

Ayane l’enviait un peu. Elle était une véritable dévoreuse de livres en tous genres, aussi bien des romances que des histoires fantastiques, en passant par les récits historiques. Elle aimait beaucoup l’histoire et elle s’intéressait énormément à tout ce qui touchait à la culture de son pays. Et après avoir tourné son carnet vers son interlocutrice, la jeune femme vit cette dernière faire une chose qu’elle n’aurait absolument pas osé faire. Après lui avoir dit qu’elle ne devait pas bouger, l’inconnue retira sa veste pour la poser sur une étagère avant d’y poser son pied afin d’escalader littéralement les rangées de livres. Ayane la fixa avec de grands yeux ronds, la bouche elle aussi grande ouverte. Au moins, elle avait le mérite d’agir à l’instinct et de ne pas avoir froid aux yeux cette étudiante ! La Japonaise n’aurait jamais eu le courage de faire ça et de toute façon, même de cette manière, elle n’aurait sans doute pas pu attraper les ouvrages. Mais en plus de la surprise, Ayane avait vraiment eu peur que la demoiselle finisse par tomber et se faire mal. Ça aurait été sa responsabilité après tout ! Il fallut un petit instant pour que l’assistante bibliothécaire reprenne son carnet pour écrire.

« Merci beaucoup d’avoir attrapé ces livres ! Mais vous devriez vraiment faire attention, vous auriez pu vous faire mal si vous étiez tombée ! La prochaine fois, ne prenez pas de risques de la sorte, je me contenterai d’aller chercher une échelle ! »

La pauvre Ayane s’était fait pas mal de souci, et même si la période de temps avait été assez courte, elle avait été plutôt intense pour la jeune femme. Normalement, elle aurait dû la réprimander, mais à quoi bon ? Elle n’avait rien abîmé ni sali.

« Vous avez tout ce qu’il vous faut du coup ? Est-ce que je peux vous être encore utile ? »
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahori A. Denjichi
Université • 4ème année
avatar

Messages : 24
Cursus : Architecture

Infos supplémentaires
Âge: Vingt et un ans.
Clubs: Arts et Athlétisme !
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Mar 7 Fév - 18:42

Je la regardais alors d'un air nonchalant, voyant ses joues rougir en me regardant un air effaré. C'est vrai qu'elle n'a pas dû s'attendre à mon escalade un peu imprévisible sur les étagères pour chercher les bouquins dont j'avais besoin. L'assistante que j'apprenais à découvrir au fur et à mesure du temps qui passait se mit à nouveau à griffonner sur son cahier. Pour ma part, je l'observais tranquillement, les livres sous le bras. Elle était vraiment choupi comme nana. Avec son physique si frêle, ses grands yeux timide et ses petits sourires doux, je n'avais qu'une envie, c'était d'être là à prendre soin d'elle de toutes les manières... Je bloquais quelques instants en la dévorant d'un regard attendris puis je me repris avant qu'elle n'eut fini d'écrire son message. Hm, Sahori réveil toi un peu, tu rêvasses !

« Merci beaucoup d’avoir attrapé ces livres ! Mais vous devriez vraiment faire attention, vous auriez pu vous faire mal si vous étiez tombée ! La prochaine fois, ne prenez pas de risques de la sorte, je me contenterai d’aller chercher une échelle ! »

J'étais surprise de ne pas m'avoir fait engueulé comme du poisson pourri... Je ne savais pas si ça venait du faite qu'elle était débutante, trop apeurée pour me dire les choses en face où si elle était juste sympa. Je souriais avec amusement quand elle me dit qu'elle craignait de me voir chuter, heureusement qu'elle ne pas vu quelques années auparavant, parce-que j'étais du genre réellement dangereuse avec mes cascades. Je l'aurais fait frémir de peur avec les choses que j'escaladais.
J'ai toujours adoré escalader, ça me donne la sensation d'être libre, puissante et maître d'une situation où tout peut devenir un danger. Elle ne peut pas savoir à quel point ses exaltants et libérateur en réalité !

Elle conclu alors ses mots sur le faite qu'elle n'avait désormais plus aucune utilité si j'avais tout mes livres, mais je devais bien avouer que ça me faisait chier de la laisser en plan au milieu de la bibliothèque. Je ne suis pas une dragueuse, juste que j'ai envie de m'intéresser à cette petite dame.
Je réfléchis quelques secondes, ayant une grosse envie de fumer tout à coup à cause de mes réflexions. Je lui fis signe de patienter quelques instants avant de lui prendre son carnet des mains, ne pensant plus au faite qu'elle voulait que je lui parle au lieu de lui écrire. Alors que je malaxais ma sucette entre ma langue et mon palais, je relus ses différentes notes, notamment celle où elle parlait d'elle et sa dernière note sur la fin de sa tâche. Hm, je vais lui répondre avant d'arrêter de l'embêter. Je lui pris son stylo des mains et me penchais sur son carnet.

" C'est vrai que c'est passionnant de restaurer des vieux bâtiments qui n'payes plus de mine depuis belle lurette et effectivement, il y a plein de truc qu'on apprend et qui ne sont pas dans les bouquins. Mais votre métier est tout aussi passionnant car vous êtes au cœur de la culture et vous ferez mieux de ne pas vous sous-estimer car vous semblez être une super personne et intelligente de sur-croix. (ce qui, entre nous, change des bécasses de cet établissement qui jacasse sans cesse pour le moindre bruit de couloir...) Vous êtes loin d'être inutile et je vous souhaite un bel avenir dans les livres si vous voulez en faire votre métier.

N'hésitez pas à me contacter sur le mail que je vous joins ci-dessous au besoin, je serez ravi de vous répondre si mon débit arrête de faire n'importe quoi.

Sahori Aïko Denjichi
sahori.denjichi@yokuboo.jap "


Je lui redonnais alors son carnet puis je l'a pris dans mes bras dans une étreinte quelques instants avant de lui tapoter gentiment le dos. Je me décollais désormais d'elle tout en lui repassant ses notes et je mis mon manteau sur l'épaule gauche en continuant de le maintenir par le col avant de me diriger vers les tables du fond de la bibliothèque. Et puis qui sait, avec de la chance, peut-être qu'on continuera de discuter là-bas au fond ou par mail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Komatsu
Assistante bibliothécaire
avatar

Messages : 27
Profession : Assistante bibliothécaire
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Matthew Bradford, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: ///
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Jeu 9 Fév - 16:52


Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît...
Inutile de dire qu’Ayane avait été vraiment surprise par cette escalade soudaine sur les étagères de la bibliothèque de la part de l’étudiante ! Si sa supérieure avait été là, nul doute qu’elle aurait enguirlandé comme il se doit la jeune femme, mais il fallait dire que la Japonaise commençait tout juste son boulot et qu’elle n’était pas du genre à faire des remontrances à qui que ce soit. Ayant peu confiance en elle, elle avait tendance à toujours s’écraser devant les autres. Après tout, comment une malentendante pouvait-elle parvenir à gronder qui que ce soit en se contentant de froncer les sourcils et de montrer son mécontentement ? Le haussement de la voix faisait tout et elle n’osait de toute façon pas parler. Quand elle essayait, sa voix était tellement bizarre et elle arrivait si peu à articuler que de toute façon, ce qu’elle essayait de dire était tout bonnement incompréhensible pour ses interlocuteurs. Quoi qu’il en soit, au moment où l’étudiante descendit des étagères avec ses livres sous le bras, Ayane n’eut pas le cœur à la gronder. De toute façon, que pouvait-elle bien lui dire ? Elle n’avait rien abîmé, tout était en ordre. Tout ce qui avait inquiété la jeune femme, c’était que l’inconnue ait pu se faire mal en tombant sous ses yeux alors qu’elle aurait tout simplement pu aller chercher une échelle.

Maintenant que l’étudiante était en possession des ouvrages qu’elle souhaitait consulter, la pauvre Ayane ne lui était plus vraiment d’aucune aide et elle repensait déjà à tout le rangement qui l’attendait sous le comptoir. Mine de rien, elle aurait bien aimé « discuter » un peu plus avec cette inconnue qui était à son extrême opposé. Par curiosité, mais aussi parce que, contrairement à la plupart des gens, elle ne semblait pas vraiment accorder d’importance à son handicap, et ça, c’était quelque chose qui touchait profondément la Japonaise. Celle-ci fut encore une fois surprise en sentant son carnet, puis son stylo, quitter ses mains. Décidément ! Ayane ne put s’empêcher de sourire tendrement en voyant sa vis-à-vis rédiger un message alors qu’elle lui avait pourtant dit qu’elle pouvait lui parler normalement. C’était vrai que c’était bien moins épuisant pour elle de lire, mais elle ne voulait pas embêter les gens à opter pour sa manière de communiquer. Et alors que l’assistante bibliothécaire observait avec curiosité l’étudiante, elle ne put réprimer un sursaut en sentant la soudaine proximité qu’il y avait entre elles.

Les joues écarlates, Ayane venait tout simplement de buguer, ne comprenant absolument pas ce qu’il était en train de se passer. Les rares personnes à l’avoir déjà prise dans leurs bras n’étaient autres que sa sœur, sa grand-mère et parfois sa mère, mais jamais de parfaits inconnus ! Sentant une petite tape dans son dos, la jeune femme ne retrouva ses esprits que lorsque l’étreinte prit fin et que sa vis-à-vis lui présentait son carnet. Toute chamboulée, la Japonaise attrapa son carnet, ayant bien du mal à reprendre contenance alors qu’elle lisait le mot qui y était inscrit. Et alors qu’elle s’apprêtait à risquer un regard vers cette fameuse Sahori, elle constata qu’elle avait disparu. Mince, elle avait été tellement abasourdie qu’elle n’avait même pas remarqué qu’elle était partie ! Elle allait passer pour une grosse impolie ! Serrant son carnet contre elle, Ayane pressa le pas pour sortir de la rangée de livres et se retrouver dans la grande pièce avec toutes les tables où s’asseyaient les gens pour travailler. Cherchant du regard l’étudiante, la Japonaise finit par la repérer à une table du fond. Elle marcha d’un pas très rapide, s’essoufflant presque, jusqu’à atteindre son objectif. Ayane se risqua à doucement poser le bout de ses doigts sur l’épaule de la jeune femme pour lui signifier sa présence. Chose faite, elle s’inclina pour s’excuser de ne pas l’avoir saluée et commença alors à écrire sur son carnet à toute vitesse, ses joues n’ayant toujours pas repris une teinte normale.

« Je suis désolée, je n’ai même pas eu le temps de vous saluer, ni même de vous remercier pour tous les gentils mots que vous m’avez écrits ! Merci, merci beaucoup ! »

Elle avait été brève cette fois alors qu’elle retournait son carnet vers Sahori, essayant de se cacher du mieux qu’elle pouvait derrière pour dissimuler sa gêne. Plus que le contact physique avec cette presque inconnue, c’était surtout les mots gentils qu’elle lui avait adressés qui l’avaient touché. Jamais personne n’en avait eu de tels à son égard, excepté bien sûr sa famille, même si sa mère n’avait jamais vraiment approuvé qu’elle gâche sa vie à travailler parmi des livres alors que selon elle, elle valait tellement mieux. Lui dire qu’elle était super et intelligente et lui souhaiter bon courage pour réaliser son rêve, cela pouvait paraître anodin, mais c’était le plus beau geste qu’on pouvait faire du point de vue d’Ayane. Une fois assurée que son mot avait été bien lu, elle se remit à griffonner.

« En tout cas, je serai ravie de pouvoir rester en contact avec vous par mail ou même si nous avons l’occasion de nous revoir à la bibliothèque ! Je vous note mon mail aussi : ayane.komatsu@yokuboo.jp. »

La jeune femme laissa le carnet sur la table pour que Sahori le consulte, et risqua un regard alentours. Il n’y avait plus grand-monde dans la bibliothèque et comme elle avait bien avancé son travail, elle pouvait bien se prendre une petite pause non ? Attrapant de nouveau son carnet, elle inscrivit de nouveau caractère à l’adresse de l’étudiante.

« Ah, j’ai oublié de me présenter, mais comme vous avez dû vous en douter avec mon adresse e-mail, je m’appelle Ayane. Est-ce que ça vous dirait de boire un petit quelque chose ? Je comptais prendre un chocolat chaud au distributeur qui se trouve dans le couloir. Ça me permettra de me faire pardonner de vous avoir fait prendre des risques inutiles lorsque vous avez dû escalader cette étagère ! »
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahori A. Denjichi
Université • 4ème année
avatar

Messages : 24
Cursus : Architecture

Infos supplémentaires
Âge: Vingt et un ans.
Clubs: Arts et Athlétisme !
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Jeu 23 Mar - 11:25

Je m'étais posée avec mes affaires pour décortiquer ses bouquins. J'aimais bien en faite, ça faisait plutôt élève modèle d'étudier à la bibliothèque. Mais il ne fallut que quelques secondes pour que ça commence très vite à me soulée... Potasser tout un livre pour trouver UNE information que tu trouverais en quelques secondes sur internet, c'est éreintant. Mais bon... On fait avec, pas le choix. Ça se trouve, ma connexion est peut-être revenu chez moi ?
Non aller Saho', maintenant que tu y es dans cette bibliothèque, tu t'y met à fond !
Le sort voulu que je ne sois décidément pas concentré dans ses bouquins... Je sentis le bout d'un doigt se poser fébrilement sur mon épaule et mon œil fut attiré vers la bibliothécaire, un peu essoufflée et avec les joues rouges. Une fois que mon regard était totalement dirigé sur elle, elle s'inclina pour s'excuser et saisie son carnet.
Décidément, cette demoiselle n'avait pas fini de me surprendre je crois, ce qu'elle était chou en plus...

Toujours aussi rouge, elle me présenta son carnet, il était noté dessus qu'elle s'excusait de ne pas m'avoir saluer et que de lui avoir écrit un gentil mot, cela l'avait énormément touchée. Hum... Pas de quoi je suppose ?
Je arquais un sourcil en haussant les épaules. Je vois pas ce que j'ai fais d'extra-ordinaire, elle est gentille, pas prise de tête... Je la remercie naturellement quoi. Elle griffonnait à nouveau sur son carnet pour me transmettre son adresse mail. Oui, clairement, j'allais pas aller souvent à la bibliothèque donc pour qu'on se parle... Oh et puis... Quoi que si elle est là. Rah ! Concentre toi merde !
Je plissais les yeux et pris note de son adresse mail sur mon cahier de brouillon. Elle avait prit soin de poser ses notes sur la table pour que je puisse être plus confortable pour écrire... Après cela, elle me précisait alors son nom et me proposa même de prendre un verre avec moi. Je ne pu retenir une légère rougeur sur mon visage à cette proposition. M'inviter, moi ? D'ordinaire... Non, cette situation n'avait rien d'ordinaire en faite.
Je repris très vite le dessus en me contrôlant, mes rougeurs avaient vite disparu... J'espère qu'elle ne l'avait pas vu ! Mais je trouvais ça tellement adorable qu'elle prenne en excuse le faite que j'avais dû monter à la bibliothèque pour m'inviter. Bon... Bon... Je... Qu'est-ce que je fais bon sang ?!

Essayant de masquer tant bien que mal ma timidité qui m'était pourtant très rare en temps normal, je hochais la tête le plus calmement possible, disant d'une voix posée.

" Ouai, avec plaisir. "


Je jetais un coup d’œil sur la table, tant de travail à faire... Oh, OSEF ! Je rangeais assez expressément tout les livres dans mon sac que je mis à mon dos puis je me redressais pour être au côté de la bibliothécaire. Chocolat, nous voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Komatsu
Assistante bibliothécaire
avatar

Messages : 27
Profession : Assistante bibliothécaire
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Matthew Bradford, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: ///
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Mar 23 Mai - 15:03


Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît...
Ayane s’en voulait un peu de se montrer aussi insistante avec cette pauvre étudiante. Mais comme c’était la première fois qu’on était aussi gentil avec elle, elle n’avait pas pu s’empêcher de s’accrocher un peu à cette gentillesse. Il fallait quand même espérer qu’elle n’allait pas être aussi envahissante avec toutes les personnes qui ne la regarderaient pas de travers, sinon elle allait finir par ne plus pouvoir faire son travail correctement. Elle s’était précipité à la suite de la jeune femme, dénommée Sahori donc, non pas dans le but de la déranger plus que de raison, elle devait sans doute avoir beaucoup de travail, mais bien pour la remercier et lui dire au revoir en bonne et due forme. L’assistante bibliothécaire avait tellement subi de brimades dans son enfance que sa mère lui avait inculqué très sévèrement les bonnes manières pour qu’elle parvienne à se faire une place dans la société (ça avait été en vain à l’époque, mais aujourd’hui, on appréciait beaucoup Ayane pour sa politesse et son savoir-vivre).

Une fois arrivée au niveau de Sahori, elle toucha fébrilement l’épaule de celle-ci du bout du doigt, lui écrivant bien vite ses remerciements, ainsi que son adresse mail, au cas où. Elle en profita pour se présenter, chose qu’elle n’avait toujours pas eu l’occasion de faire, et puis, sans trop savoir ce qui lui prenait soudainement, elle proposa à son interlocutrice de lui offrir une boisson chaude au distributeur qui se trouvait dans le couloir. Ses joues se teintant de rouge alors qu’elle présentait son carnet à Sahori, le regard baissé, elle ne remarqua même pas que l’intéressée venait à son tour de rougir suite à cette invitation. Ayane s’était préparée à ce que la jeune femme lui dise que c’était gentil mais qu’elle avait beaucoup de travail et qu’elles pouvaient reporter cette invitation à une fois, mais quand elle décida de relever les yeux, la brune put voir le hochement de tête de Sahori, qui venait de lui dire qu’elle était d’accord, rangeant sans plus attendre ses affaires pour sortir de la bibliothèque en compagnie de l’assistante.

Ah ? Vraiment ? Elle était d’accord ? Ses joues s’empourprèrent encore davantage alors qu’elle baissait une nouvelle fois les yeux pour s’incliner vivement dans le but de remercier l’étudiante d’avoir accepté son invitation. Serrant son carnet contre sa poitrine, attendant que Sahori soit bien prête, elle commença à marcher en direction de la porte, d’un pas un peu trop rapide, trahissant sa joie, mais aussi son appréhension. C’était une simple boisson chaude dans un couloir, mais rien que ça, elle n’avait jamais pu le vivre avec qui que ce soit d’autre que les membres de sa famille. Arrivée au niveau de la porte, après avoir attrapé quelques pièces dans son sac à main qu’elle avait laissé derrière le comptoir de la bibliothèque, elle la tint ouverte pour que Sahori puisse passer, s’inclinant encore une fois pour la remercier. Être poli c’était bien, mais là, la panique lui en faisait faire beaucoup trop ! Les mains tremblantes, Ayane s’approcha du distributeur et au moment d’insérer la pièce dans la fente, elle la fit buter juste à côté, ce qui eut pour effet de faire tomber la pièce, qui, forcément, roula sous le distributeur. La jeune femme soupira, visiblement dépitée.

« Je suis vraiment désolée, j’avais juste assez de monnaie pour deux boissons et je ne suis pas sûre qu’on puisse récupérer ma pièce qui vient de tomber… Mais comme je vous ai invitée, je tiens tout de même à vous payer cette boisson. »

Ayane tendit son carnet à son interlocutrice pour qu’elle puisse y jeter un coup d’œil avant de finalement se faire violence pour arrêter le tremblement de ses mains, sa seconde pièce parvenant alors à entrer dans la fente. Ouf ! Elle se serait sentie terriblement honteuse si la deuxième pièce s’était elle aussi faite la malle ! Reprenant son carnet, l’assistante bibliothécaire entreprit d’écrire un nouveau petit mot à l’adresse de Sahori.

« Voilà ! Choisissez la boisson qui vous plaît ! »

C’était idiot, elle n’allait pas pouvoir boire de boisson en compagnie de Sahori, mais ce n’était pas si grave. Elle avait tenu à la remercier et pouvait le faire avec cette dernière pièce. Et puis, mine de rien, si elle avait pu se prendre une boisson, ça aurait été tout de suite bien plus compliqué pour discuter puisqu’il aurait fallu qu’elle pose sa tasse à chaque fois pour écrire ! Il fallait voir le bon côté des choses !
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahori A. Denjichi
Université • 4ème année
avatar

Messages : 24
Cursus : Architecture

Infos supplémentaires
Âge: Vingt et un ans.
Clubs: Arts et Athlétisme !
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Mar 4 Juil - 10:11

Je voyais notre petite bibliothécaire se mettre à rougir quand d'un air peut-être un peu trop enthousiaste, j'acceptais sa proposition en bourrant les livres dans mon sac.
Semblant heureuse, elle s'inclinait vivement comme-ci je venais de lui faire une faveur digne des rois puis elle serra son carnet contre sa poitrine et comble du malheur, je bloquais sur cette image sans que pour autant cela soit pervers, merde, j'ai dû passer pour une croqueuse si elle a vu que mon regard qui avait bloqué jusqu'à ce qu'elle se retourne.
D'un pas vif, l'adorable petite dame marchait en direction de la porte, moi je la suivais d'un pas tranquille avec un petit sourire amusé. Moi attendris ? Ouai, c'était vachement rare. Je suis de nature bourru, pas toute fluff comme là. Faut vraiment que je me réveille sinon on va me croire guimauve !

Petit détour rapide pour notre jolie jeune femme qui passait derrière son comptoir pour prendre quelques pièces dans ses mains puis elle se précipita pour me tenir la porte avant de s'incliner une fois de plus. Wow, je me sens... Euh... Princesse ? J'crois qu'c'est la première fois qu'on m'tient une porte sérieux et qu'on me remercie pour le temps dont je fais grâce sérieux. D'habitude c'est plutôt «Démerde toi et me casse pas couille», même mes petites sœurs ne sont pas aussi adorable. Allez, sauf la fois où je leurs aient achetés leur instrument de musique respectif ou là j’entends encore les remerciements.

Arrivée dans le couloir, Ayane se précipita vers le distributeur et sortie presque nerveusement ses pièces pour prendre commande. Cling Mauvais calcule de la bibliothécaire qui en plus d'être sourde se voit être miro, elle voulu mettre la pièce dans la fente de la machine, mais celle-ci poqua juste à côté avant de chuter au sol, je voulu la rattraper en l'écrasant avec ma botte, mais pas assez rapide, l'argent roula sous la machine. Hm... Eh merde.

Les épaules de la bibliothécaire se baissèrent et quand elle se tournait vers moi pour me prêter son carnet, je la voyais totalement dépitée.

« Je suis vraiment désolée, j’avais juste assez de monnaie pour deux boissons et je ne suis pas sûre qu’on puisse récupérer ma pièce qui vient de tomber… Mais comme je vous ai invitée, je tiens tout de même à vous payer cette boisson. »

Ça m'avait fait quelque chose de la voir si touchée par cette "faute". En plus, généreuse, elle tenait à me céder sa boisson. Je crois que je trouve ça triste, oui, triste. RAH j'aime pas être touché par quelque chose bordel de merde ! C'est ma coupure internet qui m'a rendu si niaise ? Putain de merde.

En plus elle se fait chier à introduire la deuxième pièce en me demandant par le biais de son carnet de choisir ma boisson. MAIS NON ! J'vais te la chercher ta pièce petit chaton va, c'est qu'une machine après tout !!

M'emballant brutalement, j'appuyais sur le bouton pour faire sortir la pièce de la machine, après l'avoir posé bien qu'avec un peu de brutalité sur la table derrière nous je revins vers la machine pour l'enlacer. Machine dans mes bras, je commençais à la décaler par à-coup jusqu'à ce qu'elle soit totalement pivoté.

Perdu dans un tas de poussière un peu gras, je retrouvais la pièce d'Ayane et même quelques autres victimes, de quoi me faire au moins quatre boissons, je mis le butin dans ma poche et je remis à nouveau la machine à sa place. La manœuvre m'avait prit plusieurs minutes mais on allait le boire ensemble se putain de chocolat chaud merde !

J'haletais brièvement et mis la pièce sale dans la machine, crédit ajoutée, je me tournais vers la bibliothécaire en pointant du doigt la dernière phrase qu'elle avait écrit sur son bloc-note. Mon visage était presque j'en foutiste comme à mon habitude pour contraster totalement avec mon geste désintéressé. Un blâme ? Rien à foutre, je reprend juste la pièce qui nous aient de droit j'ai rien à me reprocher, le matos est pas abimé.

" Voilà, choisis la boisson qui te plaît, tu le mérites toi aussi. "

C'est pas un foutu distributeur qui allait gâcher mon tête à tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Komatsu
Assistante bibliothécaire
avatar

Messages : 27
Profession : Assistante bibliothécaire
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Matthew Bradford, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: ///
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Jeu 27 Juil - 17:05


Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît...
Ayane ne s’était vraiment pas attendue à ce que l’étudiante accepte sa proposition de venir boire une boisson chaude en sa compagnie dans le couloir. Ce n’était pas une proposition très folichonne, il fallait l’avouer, mais la demoiselle était au travail et ne pouvait pas se permettre plus pour l’instant. Elle n’avait vraiment pas envie de faire une faute qui pourrait lui coûter sa place, elle était tellement heureuse ici ! En voyant Sahori ranger ses livres, elle fut d’abord surprise, puis grandement heureuse, s’inclinant vivement pour témoigner toute sa gratitude à la demoiselle. Ce n’était pas la première fois qu’elle invitait une personne qu’elle ne connaissait presque pas, elle se souvenait avoir déjà invité Heiji et sa petite sœur à manger une glace, mais le contexte était un peu différent et Sahori était diamétralement opposée au caractère du garçon qu’elle avait rencontré dans une petite rue de la ville de Nara. En tout cas, elle était tellement contente de pouvoir discuter encore un peu avec l’étudiante qu’elle ne remarqua absolument pas que son regard s’était posé un peu trop longuement sur sa poitrine. Et fort heureusement ! Inutile de vous dire la gêne dans laquelle elle se serait retrouvée si ça avait été le cas, elle qui n’a jamais eu de relation amoureuse et qui n’a même jamais été courtisée. Du moins, on l’interpellait souvent avec un regard qui en disait long, mais dès que ces personnes constataient le handicap de la bibliothécaire, ils étaient tout de suite rebutés et partaient sans demander leur reste.

Ayane prit donc le chemin du comptoir pour attraper son argent, puis celui de la porte d’entrée de la bibliothèque, la tenant ouverte pour que Sahori puisse passer. Et à trop s’emballer, au moment de mettre la pièce dans la fente du distributeur, Ayane fit poquer la pièce juste à côté, la surprise la lui faisant lâcher. C’est avec effroi qu’elle vit la pièce rouler, rouler, jusqu’à finalement se glisser sous le distributeur, Sahori n’ayant malheureusement pas été assez vive pour l’écraser avec sa botte. La fébrilité de la brune laissa place au dépit. Elle qui était si heureuse, voilà comment le destin la récompensait ! Mais ne voulant pas se laisser abattre, elle annonça à son interlocutrice par le biais de son carnet qu’elle s’excusait, mais qu’elle n’avait plus assez de monnaie pour 2 boissons. Elle inséra la pièce et lui proposa de choisir le produit de son choix. Elle l’avait invitée après tout et puis, ce n’était pas si grave si elle ne buvait pas ! Ce serait plus simple pour discuter comme ça ! Mais contre toute attente, Sahori appuya sur le bouton du distributeur pour faire ressortir la pièce. Bah ? Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il se passait ?

Une nouvelle fois, l’étudiante prit de court la pauvre Ayane qui la regarda avec des yeux grands ouverts témoignant de son incompréhension. Posant bruyamment la fameuse pièce sur la table derrière elles, Sahori enlaça alors le méchant distributeur pour le décaler par à-coups. La brune avait été tellement surprise qu’elle n’avait même pas eu la bonne idée de donner un coup de main à l’étudiante. De toute façon, elle avait tellement une force de mouche que ça n’aurait servi à rien. Et, oh ! La pièce rescapée était là ! Dans un tas de poussière bien dégueu, mais elle était là ! Sahori la mit dans le distributeur et invita la bibliothécaire à choisir sa boisson. Les yeux entre larmoyants et plein d’admiration devant cette étudiante qui était telle un preux chevalier (dans l’esprit de la jeune femme en tout cas, n’importe qui aurait plutôt vu un Hulk enragé), elle s’inclina encore mille fois, serrant fort son carnet avant de prendre la pièce sur la table pour la donner à Sahori. Voilà, elle avait l’air plus douée qu’elle, il valait mieux qu’elle s’occupe elle-même de sa boisson si on voulait éviter un nouveau drame !

Ayane appuya sur la touche pour un chocolat chaud et attendit que sa boisson soit prête. Quand ce fut le cas, elle attrapa son gobelet pour le poser sur la table et fouilla dans les petites poches de son pull pour en sortir en mouchoir en tissu parfaitement propre qu’elle tendit à son preux chevalier avant d’attraper son crayon et lui écrire :

« C’était plutôt sale là-dessous, il faudrait dire au personnel en charge du ménage de passer parfois sous les distributeurs… Prenez mon mouchoir, vous pourrez vous essuyer les mains avec comme ça ! En tout cas, je vous admire… Je n’aurais jamais été capable de soulever cette machine, vous êtes très forte ! »

Ayane était réellement admirative ! Elle qui était capable de se tordre le poignet juste en essayant de soulever le canapé de son salon pour pouvoir passer l’aspirateur en-dessous se sentait vraiment ridicule.

« Vous faites du sport ? De la musculation peut-être ? »

C’était l’occasion rêvée de faire un peu plus connaissance et puis, elle s’intéressait vraiment à cette étudiante face à elle. Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas eu de discussion aussi longue avec une personne qui lui était inconnue ! Elle était heureuse, vraiment, et elle l’était d’autant plus avec ce bon chocolat chaud qui lui réchauffait les mains et le cœur.
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahori A. Denjichi
Université • 4ème année
avatar

Messages : 24
Cursus : Architecture

Infos supplémentaires
Âge: Vingt et un ans.
Clubs: Arts et Athlétisme !
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Sam 5 Aoû - 19:38

Quand je me reconcentrais un peu plus sur la personne que sur l'autre distributeur à la con, je m’apercevais de l’expression de visage de la petite bibliothécaire, ses yeux, grands ouverts me regardait avec les larmes aux yeux, elle avait l’air admirative. Tout à coup, elle s’inclinait, une fois, deux fois, trois fois et j’en passe et ceux sans s’arrêter tout en serrant son carnet puis elle prit une pièce pour acheter sa boisson.
Quand elle fut retournée, je rougis sans contrôle avec un air presque gênée, d’habitude, on ne me regardait pas ainsi, je n’avais rien fait comme exploit et pourtant, c’était comme-ci ce que je faisais pour elle était déjà grand. J’étais plutôt habitué à être la gogolle, le garçon manqué ou la brute, mais jamais la sauveuse ou autre. Me caressait-elle dans le sens du poil ? Je me ressaisis et lui fit fasse à nouveau quand elle mit son gobelet sur la table.

Elle sortit de sa poche un mouchoir en tissu propre qu’elle me donna avant de prendre son crayon pour écrire, cette fois-ci, c’était moi qui était saisit par la surprise, je le regardais longuement essuyant mes mains dedans, elle est vraiment gentille dis donc… Je me sens abasourdis, pourtant, je reste attentif aux mots qu’elle m’écrit.

Elle se plaignait de l’état du dessous du distributeur, en appuyant le faite qu’elle m’admirait pour ma force. Wow euh… M’admirer moi ? Merde alors, cela ne me laissait pas de marbre et pourtant sur mon visage se dessiner un sourire amusé, je fins même un petit rire très prononcé à la lecture de son message.

Ayane poursuivit en me demandant si je faisais du sport, de la musculation ou autre. Chiotte, j’allais lui répondre quoi ? Que je me suis élevé à la rue ? Euh... Non, non peut-être pas.
La mettant en attente d’un signe de main, je me servis expressément à la machine mon chocolat chaud, aller, grouille la machine, grouille grouille grouille !
Je pris mon gobelet, putain, il m’avait servit de la lave, pas du chocolat, on dirait que le gobelet va fondre tellement c’est chaud !! Je le mis rapidement sur la table avant de me frotter les mains pour faire passer la sensation de brûlure.

" Ouai c’est exacte, je fais pas mal de sport. De l’Athlétisme ici et puis sinon de l’escalade à mes heures perdus et si vous considérez mes sœurs comme des poids, alors oui je fais de la musculation en les portant hahaha! "

Je n’allais peut-être pas lui dire tous de suite que j’ai acquis un don pour le sport à cause des bagarres de rue, divers vols et délits de fuite hein ? Je risque juste de faire fuir cette petite dame tout à fait adorable avec mon passé de merde… Déjà que j’ai tendance à faire peur avec mon air bourru. Hum...
Oh, je devrais peut-être faire poursuivre la discussion !

" Et toi tu fais des activités en dehors d’ici ? "

J’apportais à ma bouche le chocolat chaud pour boire une petite gorgée et putain, ouai, il était brûlant, mais pourtant si agréable en la compagnie d’Ayane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Komatsu
Assistante bibliothécaire
avatar

Messages : 27
Profession : Assistante bibliothécaire
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Matthew Bradford, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: ///
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]   Mar 17 Oct - 11:45


Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît...
Ayane était vraiment très surprise du comportement de Sahori. Elle paraissait un peu brute, mais elle était super gentille en réalité ! Est-ce qu’elle se donnait cette apparence pour une raison particulière ? Plus elle la regardait et plus la brune se disait qu’elle lui faisait penser à un gros nounours à la guimauve : effrayant au premier abord, mais terriblement doux à l’intérieur ! Elle n’était pas très féminine, mais Ayane s’en moquait. Elle ne jugeait pas les gens sur leur apparence, mais elle préférait découvrir ce qu’ils cachaient au plus profond d’eux et elle sentait que Sahori était une très belle personne. Du coup, quand elle la vit pousser le distributeur tel un preux chevalier venant au secours de la jolie princesse en détresse, elle ne put s’empêcher de la regarder faire, d’abord avec surprise, puis avec une grande admiration. Waw ! Jamais elle n’aurait été capable de le faire bouger d’un centimètre si elle avait essayé ! Et maintenant que la pièce fuyarde était enfin dans le distributeur, elle n’avait plus qu’à choisir sa boisson, parfait !

Une fois son chocolat prêt, Ayane s’empressa d’aller le poser sur la petite table pour sortir un mouchoir en tissu et le tendre à sa sauveuse. Elle devait avoir les sacrément caca avec toute la poussière qu’il y avait là-dessous ! La demoiselle en avait profité pour faire partager son sentiment d’admiration vis-à-vis de son interlocutrice, ce qui la fit sourire, puis rire. Oh ? Elle avait dit une bêtise ? Ayane baissa un peu les yeux en rougissant, se rendant compte que ce n’était peut-être pas quelque chose à dire. Pour essayer de faire passer sa gêne, elle demanda alors à Sahori si elle faisait du sport ou de la musculation pendant son temps libre. Elle n’eut pas la réponse toute de suite, la jeune femme s’était dirigée à son tour vers le distributeur pour se prendre son chocolat chaud, chocolat qu’elle s’empressa de poser sur la table, le gobelet lui ayant visiblement un peu trop chauffé les mains. Ayane avait la technique, elle savait qu’il fallait le saisir par le haut, là où il n’y avait pas de chocolat, c’était toujours moins chaud à ce niveau !

La jeune femme se concentra pour lire sur les lèvres de son interlocutrice, et elle ne put s’empêcher de pouffer en comprenant la fin de sa phrase. C’était trop mignon de l’imaginer en train de porter ses petites sœurs, même si elle ne savait pas du tout l’âge qu’elles pouvaient bien avoir. Et puis, elle se rendit compte qu’elle la tutoyait depuis un moment alors qu’elle, elle persistait à la vouvoyer. Est-ce qu’elle le prendrait mal si elle se décidait soudainement à la tutoyer à son tour ? Un grand débat sur la question eut lieu dans l’esprit d’Ayane qui finit par attraper son crayon.

« Tu fais partie du club d’athlétisme de l’Académie ? Tu dois faire partie d’un club culturel aussi non ? En tout cas, ça doit être assez physique l’escalade… Et ça doit être très joli à regarder aussi ! Tu as des sœurs alors ? »

Ayane était rouge écarlate en tendant son carnet à Sahori. Elle avait longuement hésité, et finalement, elle avait décidé de se mettre à la tutoyer aussi. Après tout, elles devaient plus ou moins avoir le même âge et même si elle faisait partie du membre du personnel et que son interlocutrice était encore étudiante, il n’y avait pas forcément besoin de formalités pour une discussion autour d’un chocolat chaud non ? Buvant un peu de son chocolat avant qu’il ne finisse par refroidir, Ayane récupéra son carnet pour répondre à la question que Sahori lui avait posée.

« Je ne suis pas très douée en sport alors je passe la plupart de mon temps libre à lire, j’adore ça ! Je suis d’ailleurs très heureuse d’avoir réussi à décrocher ce poste, ça a toujours été mon rêve de travailler parmi les livres. »

Elle tendit son carnet à sa vis-à-vis avec un sourire rayonnant étirant ses lèvres. Oui, elle était vraiment heureuse de travailler ici, même si pour le moment, elle se sentait encore très peu sûre d’elle. Ça allait mieux avec le temps et elle savait qu’elle finirait par se sentir vraiment à l’aise grâce à des personnes comme Sahori. C’était la première fois qu’il lui était donné de rencontrer autant de personnes aussi généreuses et compréhensives, qui acceptaient sans trop broncher sa différence. Elle avait tellement connu le rejet toute sa vie que ça la comblait vraiment de bonheur.

« Je lis beaucoup, mais j’aime aussi me balader. Je préfère aller dans un parc ou en forêt plutôt qu’en ville, c’est beaucoup plus paisible, mais voilà. Ce sont mes principaux passe-temps. Sinon, j’aime aussi beaucoup m’occuper de ma famille et cuisiner ! »

Ayane n’avait pas eu beaucoup le choix que d’apprendre à cuisiner. Sa mère était rarement à la maison et sa grand-mère commençait à fatiguer. La demoiselle était donc rapidement devenue une véritable fée du logis, parfaite et prête à marier !
©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Impossible de se connecter à Internet. Veuillez lire s'il-vous-plaît... [PV Ayane Komatsu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Impossible de se connecter
» Impossible de récupérer mon compte
» Impossible de se connecter avec facebook
» impossible de me connecter
» Problème connexion facebook

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Campus :: Bibliothèque-
Sauter vers: