Partagez | 
 

 Besoin d'un défouloir... [avec Somun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kenji Onizuka
Professeur d'Histoire-Géographie
Kenji Onizuka

Messages : 71
Âge : 25

Infos supplémentaires
Clubs:
Boîte à infos:

MessageSujet: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Dim 13 Jan - 20:10

Encore un jour où tu auras eu l'air d'un crétin. C'est un peu toujours la même chose en plus, à croire que tu n'apprendras jamais. Ce jour-là, tu t'es donc pointé pour ton cours de 14h et tu as eu la surprise de constater qu'aucun des étudiants n'a eu la politesse d'en faire de même. Ce qui est quand même embêtant. Avaient-ils tous mangé un plat empoisonné à la cantine qui les aurait tous condamné à passer l'après-midi à vomir tripes et boyaux d'un commun accord ? Avaient-ils organisé une rébellion visant à sécher massivement les cours sous le principe que "si on le fait tous ils peuvent pas tous nous punir" ? C'est une fois que tu en as eu assez d'attendre et que tu es retourné en salle des profs que tu as pu percer le mystère. Un de tes collègues t'apporta la réponse sur un plateau : la classe était en sortie scolaire pour cette fin de journée. Ha.

Sans doute qu'on t'en avait informé. C'est même une certitude. On ne fait pas ce genre de choses sans avertir les enseignants, c'est un établissement sérieux ici voyons, on est bien organisé. Tout beau tout propre tout comme il faut. Sans compter les enseignants qui n'ont pas fait l'acquisition d'un agenda pour noter ce genre d'événement. Ce qui est quand même bien dommage. Surtout pour eux. D'autant que ton prochain cours n'est pas avant 17h30... tu te retrouves donc avec tout un après-midi à poireauter comme un glandu.

Que faire que faire ? Tu reprends donc ton habituelle activité : tu erres. Tu erres dans les couloirs. Premier passage devant les salles informatiques, pas trace de Toshiro. Sans doute en train de sévir ailleurs. Pas trace ni de Laureleï ni de Shigure. Bon, tu es définitivement la seule âme en peine à traîner dans ces couloirs. Il va bien falloir te trouver une occupation...

À force de errer, tu finis par atterrir du côté du complexe sportif. Un lieu que tu n'avais pas encore eu l'occasion d'explorer. À l'extérieur, quelques entraînements sont en cours. Tu ne fais pas trop attention. Les jeux de ballons ça n'a jamais été ton truc. Tu rentres donc plutôt à l'intérieur du gymnase. C'est vrai que depuis que tu es dans le coin, depuis que tu vis cette nouvelle vie de prof posé à Nara, tu bouges beaucoup moins. Oh bien sûr, il y a ces bastons auxquels tu ne peux pas t'empêcher la nuit, ces nuits où tu n'arrives pas à dormir et où il faut bien faire quelque chose de toute cette énergie. Sauf que ce n'est pas vraiment quelque chose que tu peux faire éternellement. D'autant que tu sais très bien que c'est une pente glissante ! Alors autant en rester éloigné autant que faire se peut.

Tu te glisses donc dans le gymnase, à la recherche de quelque chose pour passer tes nerfs. Parce que sous tes airs de fil de fer apathique, ça bouillonne drôlement. Et il va bien falloir trouver quoi faire de cette énergie ! Et qui sait, peut-être même que tu trouveras plus facilement le sommeil après ça.

Tu finis par trouver de quoi faire. Tout une partie du gymnase est dédiée à la musculation. Justement ce qu'il te faut ! Tu t'échauffes un peu, et te voilà sur les machines... plus besoin de réfléchir, plus besoin de penser ! Juste besoin de bouger, de respirer. Tu sens les muscles tirer, les articulations grincer. Mais la sensation de l'effort est délicieuse. La chaleur finit par monter ceci dit. Un petit crochet par les vestiaires pour emprunter  un jogging de sport. Pas besoin d'un t-shirt, il fait trop chaud pour s'embêter avec des trucs pareils. Décidément les vêtements, quel poids... Tu laisses donc tes affaires dans un casier que tu prends bien soin de verrouiller, puisque tu y déposes aussi tes précieux rasoirs.

Retour du côté du gymnase, cette fois-ci, tu vises les punching balls. Torse nu donc... Tu te fous éperdument de savoir si des étudiants ou d'autres enseignants passent dans le coin. Tout ce qui t'importe c'est de pouvoir lâcher ce trop plein d'énergie. L'immense cicatrice le long de ton bras tire comme l'enfer. Les médecins t'avaient prévenu qu'il fallait l'hydrater régulièrement pour éviter ça... Mais tu as un peu lâché les soins depuis que tu es à Nara et qu'il n'y a plus personne dans ton entourage pour te le rappeler. Sur ton torse, toutes les autres cicatrices, petites et envahissantes, luisent un peu sous la sueur. On ne peut pas dire que ça compte comme de l'hydratation !

Mais tout ça t'importe peu. Tout ce qui compte à cet instant, c'est la sensation de l'impact des gants sur le punching-ball...

_________________


Dernière édition par Kenji Onizuka le Sam 9 Fév - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Somun Jorgensen
Surveillant
Somun Jorgensen

Messages : 107
Âge : 23

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Sam 26 Jan - 23:13


J'avais fini tôt aujourd'hui. Le pied ! En même temps c'était mérité. J'avais du bosser tard la veille, commencer à 7h ce matin pour m'occuper des internes, et j'avais eu une semaine chargée. Entre Daisuke, l'idiot de lycéen maladroit qui m'avait détruit mon portable, et Aki que j'avais du raisonner pour qu'il accepte de me parler du soucis avec cette... Mara ? Mana ? Aaaah non ! J'allais quand même pas oublier son nom aussi vite ! Tant pis, au pire elle revenait souvent comme exemple dans les conversations des profs. Pas compliqué de la retrouver.
Mais avant de rentrer chez moi, j'avais envie de faire un tour. Il faisait beau, autant en profiter ! En plus j'aime beaucoup me promener dans le parc de l'académie, près des terrains de sport. J'adore voir comment s'occupent les têtes que je connais. J'en reconnais quelques unes d'ailleurs, ici où là... Je me dirige vers le gymnase, histoire de récupérer une affaire que j'avais oublié là. En arrivant dans l'immense salle, j'avise un prof au fond dont j'ai le nom sur le bout de la langue. Je ramène mon attention sur le bâtiment en lui-même et me fait comme à chaque fois la réflexion que ça ferait une sacré salle pour une convention geek. Ca se fait dans plein d'endroits, une académie, une université, qui accueille un truc du genre ! Ca fait connaître l'établissement, ça fait venir du monde, et... vu que ça se loue, ça rapport des sous. Peut-être un jour, qui sait ?.. Je pourrais venir en cosplay, Zelda serait contente !

Je m'approche des vestiaires et regarde le prof dont le prénom m'est entre-temps revenu. Kenji ! Par contre pour le nom de famille... Je le salue d'un simple hochement de tête en lui souriant et remarque, maintenant que je suis plus proche de lui, la cicatrice sur son bras. Impressionnante. Et ce n'était pas la seule, bien qu'elle soit la plus voyante... Curieux. C'était... perturbant. Je ne fis aucun commentaire, espérant que ma surprise ne s'était pas trop montrée sur mon visage. Je ne voulais pas le mettre mal à l'aise ou l'énerver...
Je continuais mon chemin, allant dans les vestiaires pour ouvrir le casier. Aaah eh bien voilà ! Un briquet ne coûte rien mais c'est toujours gavant d'en oublier un. Les cigarettes coûtaient déjà bien assez cher comme ça, inutile de rajouter des frais pour préparer un futur cancer. Ahah. Non, pas drôle. Il fallait vraiment que j'arrête, mais c'était pas simple. Remettre ça à une autre fois, comme d'habitude, comme tout ceux qui n'arrêtaient jamais de fumer...

Je revins dans le gymnase et m'approcha du prof, histoire de discuter. J'ai du temps à tuer et j'aime découvrir de nouvelles personnes. Et puis c'était un collègue, autant me montrer avenant ! J'espère juste qu'il est facile d'approche et qu'il ne va pas m'envoyer promener...


- Bonjour ! Je ne vous dérange pas ?


J'espère qu'il allait se souvenir de ma tête. Parce que sinon il allait me prendre pour... quoi ? Un gars pas du tout japonais, grand, large d'épaules, avec une longue natte et une mèche bleue. Je faisais tâche. J'étais habillé sobrement, ceci dit, une simple chemise, une veste, un jean. Et maintenant qu'il était proche, je pouvais voir ses yeux verts. Il n'était peut-être pas totalement japonais... et je ne pouvais que trouver beaux ses cheveux blancs. J'avais un petit problème avec les couleurs de cheveux, j'adorais les cheveux teints. D'ailleurs sa teinture était bien faite, on aurait dit une couleur naturelle... mais il paraissait jeune pour avoir une tignasse entièrement blanche !


- Je cherche à m'occuper, j'ai fini mon boulot pour aujourd'hui. Alors si vous êtes partants pour discuter...


Comme ça, il sait qu'on est collègues. Une chose de faite !

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Onizuka
Professeur d'Histoire-Géographie
Kenji Onizuka

Messages : 71
Âge : 25

Infos supplémentaires
Clubs:
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Dim 3 Fév - 15:58

Jusque là, tu étais plutôt concentré. Cogner sur des trucs, c'est quand même rigolo. Ça aurait été bien plus drôle de cogner sur des gens, mais après tout, un punshing ball, c'est pas mal aussi. Dommages que tu le découvres simplement maintenant ! Qui aurait pu deviner que t'obliger à faire du sport à l'occasion te serait bénéfique... Vraiment, c'est la découverte du siècle ! T'es vraiment une flèche quand tu t'y mets...

Tu cognes donc tranquillement. Ton corps retrouve rapidement ses réflexes. Il se souvient comment et où respirer. Il se souvient dans quelle position se mettre. Et puis surtout, tes antennes se réveillent. Comme quoi, certaines choses ne s'oublient jamais. Bon normalement on parle plutôt de faire du vélo plutôt que de la capacité à détruire des choses, mais après tout, pourquoi pas... Enfin en attendant, tu sens quelqu'un qui s'approche. Et effectivement, entre dans ton champ de vision un homme. Européen. Longue tresse, mèche bleue. Vous allez pouvoir former un club tiens. Le club des mecs bizarres avec des cheveux à couleurs pas normales. Génial.

Tu t'arrêtes donc et cherches dans ta mémoire où tu l'as vu. Parce que tu le connais, c'est une certitude. Il faut dire qu'il ne passe pas complètement inaperçu non plus ! Ce n'est pas un enseignant non plus. Alors où as-tu pu le croiser déjà ? Ha oui... un surveillant sans doute. C'est vrai. Vous aviez bavardé un peu, vite fait, lors d'une surveillance d'examen. Rien de bien mémorable, mais l'homme t'avait paru sympathique. Et apparemment, il semble avoir autant de choses à faire que toi aujourd'hui.

Ce sera donc le club des mecs bizarres ET désoeuvrés avec des cheveux à couleurs pas normales. On se demande bien comment on fait les recrutements dans cette école ! Enfin en attendant, il a l'air plutôt sympa. Et puis tu ne vas pas rester à à cogner comme un crétin tout seul dans son coin pendant tout l'après-midi. Aller ! Fais semblant d'être un humain fonctionnel et dis bonjour !

"Bonjour, non non, vous ne me dérangez pas. Je cherche simplement à passer le temps..."

Alors c'est un bon début. Mais c'est un bon début. De quoi vous allez pouvoir discuter ? C'est pas vraiment ton fort la conversation... et puis c'est pas vraiment un salon de thé ici. Donc pas forcément l'endroit pour ce genre de choses. Enfin encore une fois, ce serait bien de sortir un peu de ta coquille. Tu ne vas quand même pas rester tout seul dans ton coin éternellement ! Alors hop hop hop, on discute.

Tu attrapes la serviette que tu avais prévu et t'essuies le visage, puis les bras. La sensation de picotement sur les cicatrices est des plus désagréables... autant s'en débarrasser au plus vite !

"Par contre je suis désolé, je sais que l'on s'est croisé et qu'on a travaillé côte à côte, mais je ne me rappelle pas de votre nom. Je n'ai pas une très bonne mémoire des noms..."

Honnêtement, tu n'es même pas sûr de lui avoir demandé à la base. Ce qui ne serait pas super poli... Avec un peu de chance lui non plus ne connaît pas ton nom et comme ça vous êtes à égalité. na. Tu gardes ta serviette sur les épaules et lui tend la main.

"Moi c'est Kenji. Ravi de tuer le temps entre votre compagnie. Qu'est-ce qui vous amène en ces lieux ?"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Somun Jorgensen
Surveillant
Somun Jorgensen

Messages : 107
Âge : 23

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Mer 6 Fév - 23:03


Ce prof a l'air plutôt sympathique. En tout cas, il ne m'envoie pas promener et je ne sens pas qu'il a envie de me dire de dégager. J'ai déjà connu ça... que voulez-vous, on ne peut pas s'entendre avec tout le monde ! C'était bien dommage d'ailleurs. Je commence à connaître pas mal de monde ici et c'est incroyable à quel point les relations de pion à élève peuvent ressembler à celles entre élèves. Des amis, des ennemis, des gens dont je me fous... J'adore Zelda, je supporte pas Jóna... j'avais eu le même genre de relations au lycée. Et ça devait être pareil entre profs. Mais le pion, c'est celui juste en dessous du prof. Et cette sensation d'être inférieur que me font sentir parfois certains enseignants est juste pas supportable. J'ai trop de fierté !
J'allais enchaîner pour créer une conversation lorsque Kenji attrape une serviette pour s'essuyer le visage, puis les bras... Et je bloque en voyant une trace noire se former à ces endroits. J'ai même quelques secondes de « bug » mental avant de comprendre qu'il s'agit d'encre. C'est la voix du prof me demandant mon nom qui me sors de mes pensées. Il n'a pas remarqué ?.. Ah ben non, y'a pas de miroir. Réfléchis Somun, réfléchiiis.

Je serrais sa main en hochant la tête, poli, avant de lui expliquer la raison de mon absence de quelques secondes.


- Je m'appelle Somun, et il n'y a aucun soucis, ça fait beaucoup de visages à retenir ici... par contre... en parlant de visage... Je désigne son front. Je crois bien que quelqu'un vous a fait une mauvaise blague. Vous avez de l'encre partout. Ca doit venir de votre serviette.


Je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire devant cette blague digne d'un étudiant qui ne veut pas penser au fait qu'il est un jeune adulte et plus un ado. C'est complètement le genre de trucs dont j'étais capable au lycée ! Et j'en serais même d'ailleurs capable aujourd'hui si je n'étais pas moi-même chargé de la discipline dans le coin. Quoique... Eh, c'était l'occasion de penser comme un gamin non ? De jouer aux Peter Pan ?
Le truc, c'était de savoir si Kenji allait me suivre dans sa connerie. On s'était plutôt bien entendus lors de la surveillance, alors... peut-être qu'il était aussi du genre à avoir envie de s'amuser de temps en temps ?


- Vu l'heure, je parie qu'il s'agit d'un des élèves du club de basket. Les autres ont commencé bien avant. La blague n'est pas bien méchante, alors on pourrait y répondre de la même façon non ?


Je me demande un instant si Aki est à l'origine de la blague, mais mon cerveau se détourne tout de suite de ça pour plutôt chercher des idées. Des choses drôles, pas trop chiantes, et du même niveau que l'encre dans la serviette. Un truc avec les casiers ? On ne pourrait pas les accuser si personne ne les voyait faire, pas vrai ?
Un large sourire se dessine sur mes lèvres, alors que les idées fusent. Un vrai gamin. Après tout je n'ai que 23 ans, je ne suis pas si loin de l'âge des élèves... Je suis même plus jeune que certains étudiants.

- Je propose de voir les affaires qu'ils ont laissé au vestiaire et de les échanger contre d'autres trucs. Ou encore de tout mélanger et mettre dans des casiers au hasard. Un truc du genre. Rien de bien méchant.

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Onizuka
Professeur d'Histoire-Géographie
Kenji Onizuka

Messages : 71
Âge : 25

Infos supplémentaires
Clubs:
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Sam 9 Fév - 20:06

Peut-être que tu as raté quelque chose. Pendant un instant ton interlocuteur semble distant. Loin. Juste un instant. Ton instinct, endormi par l'exercice et ces quelques mois d'enseignement, se réveille soudainement. Danger ? Un rapide coup d'oeil autour de toi. Rien en vue. Peut-être quelques rires discrets au loin, le bruit des gens en train de s'entraîner dehors. Rien de suspect. C'est toi qui paranoye à vide à force de t'encroûter dans cette vie bien rangée... Ça t'apprendra à pas pas t'entraîner assez !

Tu reviens alors rapidement vers ton interlocuteur, qui lui-même semble parfaitement revenu à la conversation. Le voilà qui se présente en te serrant la main. Bon au moins à ce niveau-là il semble que tu n'ais rien raté. Ouf. Il s'appelle donc Somun, effectivement, le nom résonne vaguement dans le fond de ta mémoire. Vous aviez déjà dû vous présenter lors de cette surveillance... Enfin, il ne te tient pas rigueur de ta mauvaise mémoire. En revanche, il a quelque chose à t'apprendre. Ton instinct t'a bien fait défaut. Il pointe ton visage et t'indique que celui-ci est couvert d'encre. Un rapide coup d'oeil sur la serviette et tes bras confirme la mauvaise blague. Tu dois avoir l'air bien con ! D'autant que pour le coup, tu n'as vraiment rien vu venir. Instinct en carton vraiment ! À l'intérieur de la serviette, tu constates en effet la présence d'encre, maintenant que tu y fais attention bien sûr.

Somun a l'air amusé. Dans le fond, toi aussi... après bien sûr, si tu trouves l'auteur de la blague, il va sans dire que tu comptes bien lui rendre la monnaie de sa pièce ! Un demi-sourire quelque peu machiavélique se dessine tranquillement sur ton visage. Tu es déjà en train de réfléchir à la marche à suivre ! D'ailleurs, ton interlocuteur semble sur la même longueur d'onde !

"Je suis complètement partant pour une petite revanche ! S'ils veulent jouer, je suis joueur ! Et ravi de voir que c'est ton cas aussi."

Le surveillant a déjà sa petite idée sur la question. Une blague simple à mettre en place, mais efficace. Au moins avec ça, s'ils se font pincer, on leur fera une petite tape sur les doigts à base "ceci est indigne du corps enseignant, blablablabalbal" (surtout blablablabla, il faut avouer que tu n'écoutais déjà pas trop ce genre de rengaine quand tu étais élève, tu t'en donnes encore moins la peine maintenant). Bref : rien à perdre ! Et voilà qui devrait parfaitement occuper le temps qu'il te reste avant ton cours. Bon toute autre personne aurait préféré utiliser ce temps pour prendre une douche et virer toute l'encre de sa face, mais il semble que tu ais d'autres priorités.

"Mélanger les affaires au pif, ça me semble absolument parfait ! Je crois même avoir quelques autres idées pour pimenter encore un peu plus le tout ! Rien de bien méchant non plus hein. Mais je pense qu'il y a moyen de bien rigoler."

Toi et ton nouveau camarade de jeu vous dirigez donc en ricanant, tels les sales gosses dont vous voulez vous venger, vers les vestiaires, afin d'entreprendre vos petits méfaits. Après être passé rapidement par ton casier histoire de réenfiler tes vêtements, il est temps de passer à l'action ! Tu montres alors à Somun l'art d'humidifier une feuille de papier toilette juste ce qu'il faut avant de la déposer dans le fond de la chaussure, de sorte qu'on ne la voit pas, mais que l'on vienne poser la plante du pied en plein dessus. Là aussi, simple, mais efficace !

Tu regardes alors le surveillant avec un air de défi.

"À toi ! Qu'as-tu à nous proposer afin de rire de nos charmantes petites têtes blondes ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Somun Jorgensen
Surveillant
Somun Jorgensen

Messages : 107
Âge : 23

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Mar 12 Fév - 23:36


Kenji se rendit compte de la blague avec mon aide et, alors que je pensais qu'il allait s'énerver, il se mit à me suivre dans ma connerie. Il avait l'air carrément d'accord avec l'idée de se venger ! Parfait, maintenant je n'étais plus tout seul à agir comme un gamin parmi tous ces profs et ces gens du personnel ! Ca m'allait parfaitement de trouver un compagnon de conneries. « S'ils veulent jouer, je suis joueur ». Non Kenji, ON est joueur ! Mais cette phrase était parfaite pour résumer mes pensées. Et en plus de ça, le prof semblait avoir quelques idées derrière la tête. Oh non, rien de méchant, vraiment. Juste de quoi s'amuser dans une ambiance bon enfant, comme le coup de l'encre. Ca restait une super blague qui faisait de mal à personne !
On se dirigeait alors vers les vestiaires, où je me mis à mélanger tranquillement quelques affaires. Un sac par ci, un manteau pas là... il ne touchait pas aux affaires persos par contre, pas question d'avoir des soucis avec les portables et les porte-monnaies. Je m'apperçu de ce que Kenji était en train de faire, à mouiller une feuille de papier toilette pour la mettre dans les chaussures... C'était tellement parfait ! Invisible jusqu'au moment d'y mettre le pied... un vrai piège.


- Je ne savais pas qu'on avait un prof aussi machiavélique à Yokuboo ! C'est pas mal comme blague ça. Et ouais, j'ai une blague du même genre. J'en ai une qu'on faisait entre potes. On s'en occupait en faisant semblant d'avoir oublié un truc aux vestiaires.


Je vins prendre les chaussures piégées, pour créer des paires de baskets qui n'allaient pas ensemble. Et je m'amusais alors à venir attacher leurs lacets ensemble avec un nœud facile mais très long à défaire. C'était tout bête, mais qu'est-ce que ça pouvait être chiant ! Sans compter la galère pour retrouver les deux bonnes chaussures, quand tout le monde se mettait à gueuler de son côté pour retrouver sa paire.


- Ca les fera un peu réfléchir, de démêler ces machins-là.


Bon, maintenant il s'agissait de trouver autre chose que des blagues avec les chaussures. Pas simple. Ooooh à moins que...


- Ca craint si on utilise plein de PQ tu penses ?


Il fallait en mettre dans les manches des blousons, surtout celles qui n'étaient pas larges. Facile à enlever encore une fois mais impossible de se rendre compte du piège avant d'enfiler le manteau. J'avais la même technique que Kenji. J'attrapais le rouleau et commençais alors ma petite blague. Encore un ou deux trucs à trouver et ils en auraient fini.
La seule chose qui m'embêtait, c'était l'encre dans la serviette. L'élève savait très bien à qui il l'avait mit l'encre, et il pourrait donc accuser Kenji devant les autres... est-ce qu'il oserait, en sachant très bien qu'il risquait de se prendre une remarque lui aussi pour avoir commencé cette petite guerre ? C'était gentillet mais je savais très bien que parfois, les gens étaient rancuniers pour pas grand-chose...


- Tu crains pas de te faire engueuler par le directeur ?


Ma propre réponse à cette question s'entendait à ma voix. Ca m'éclatait et j'avais pas peur du tout.

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Onizuka
Professeur d'Histoire-Géographie
Kenji Onizuka

Messages : 71
Âge : 25

Infos supplémentaires
Clubs:
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Dim 17 Fév - 22:26

Tout ça te rajeunit drôlement ! Ça te ramène directement à l'époque où tu avais toi-même 15 ans. Cette époque avant d'être chassé de la maison où tu avais toi-même fait ton lot de blagues de plus ou moins goût, aux profs comme aux autres élèves. Sans doute pour ça que tu ne t'étais pas mis à houspiller dans tous les sens quand tu t'étais rendu compte de la blague : ça aurait vraiment été des plus hypocrites de ta part ! D'un point de vue karmique, c'était de bonne guerre. Simplement, l'occasion de leur rendre la pareille était trop belle ! Pour une fois qu'il pouvait jouer sur son terrain, il n'allait clairement pas s'en priver. Surtout pas avec un compagnon de jeu comme Somun ! Le surveillant semblait tout aussi inspiré que lui.

"Voyons, c'est ce qu'il faut savoir se défendre ! On ne sait jamais ce que nos chères petites blondes peuvent inventer ! On ne va quand même pas les laisser piéger nos serviettes impunément. Question de principe voyons. Il faut avoir sa fierté. Maintenant montre moi à quoi tu penses !"


Le plan de Somun consistait à mélanger les paires de tous le vestiaire entre elles et de les nouer savamment afin de rendre leur libération encore plus difficile et pénible. Bien joué ! Décidément, il va leur être impossible de se servir de leurs chaussures après coup. Ton partenaire de mauvais coup semble être de ton avis puisqu'il décide qu'il est temps de passer à autre chose que les chaussures. Et le voici fourrant consciencieusement et en quantité généreuse du PQ dans les manches des blousons. PARFAIT. Avec tout ça, il va finir par leur être impossible de se rhabiller ! Ça leur apprendra dis donc.

La question de Somun trouve le moyen de te surprendre. Ce qui prouve quand même à quel point tu planes complètement. Enfin tu t'étais quand même fait la réflexion que tu pouvais te faire pincer ? Être prof ça ne te donne pas non plus une carte d'immunité ! Mais finalement, tout ce que tu trouves à faire c'est... d'éclater de rire. Te faire engueuler par le directeur, ça ne t'impressionnait déjà pas des masses à l'époque, alors maintenant... Encore moins ! Tu avais fait bien pire que juste te faire taper sur les doigts pour deux mauvaises blagues alors même que tu étais sensé donner l'exemple. Mais tu donnes l'exemple ! Tu sociabilises avec un camarade et vous faîtes des blagues qui n'humilient personne, ne risquent pas d'envoyer qui que ce soit à l'hôpital, et ne dégradent pas le matériel. Sauf le PQ. Là pour le PQ tu plaides coupable... c'est vrai qu'il y a abus de matériel là, clairement.

"Ha oui, le directeur. Ça c'est un problème. Vraiment. Un très gros problème."

Comme tu es à moitié mort de rire tu dois avoir l'air très crédible avec ton air pseudo contrit... Ceci dit, peut-être que ton camarade de jeu est moins rassuré quant aux conséquences pour lui ? Il faudrait sans doute détourner l'attention !

"Attends ! j'ai un plan !"

Tu fais donc un rapide détour par le gymnase. Là, tu vises les réserves du club d'athlétisme. Tu es sûr qu'ils doivent avoir ça quelque part. Ça te paraît évident, il faut juste trouver où. Et effectivement, à force de retourner toutes les étagères, tu finis par dénicher ce que tu voulais, un rouleau de rubalise rouge et blanche ! Du genre dont on se serre pour improviser des haies à sauter, ou des lignes d'arrivée. En deux minutes même pas, tu es retour au vestiaire, brandissant fier ta trouvaille.

"Je crois très cher que nous sommes en pleine scène de crime ! Oui oui, c'est très grave ce qui s'est passé ici !"

Tu entreprends alors de condamner les vestiaires en tirant devant une immense bande de rubalise, puis une deuxième qui vient croiser la première. C'est sûr que ça ferait plus classe en jaune et noir avec écrit "do not cross", mais à un moment, on fait aussi avec ce qu'on a. Peut-être que c'est un achat que tu pourrais proposer ? De la rubalise pour scène de crime ! C'est exactement ce qui manque dans cette école ! Aucun doute là-dessus.

Tu fais un pas de recul pour admirer fièrement ton oeuvre.

"Alors, qu'est-ce que tu en penses ? Avec ça, si on a encore l'air de coupable, moi vraiment je ne comprends plus !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Somun Jorgensen
Surveillant
Somun Jorgensen

Messages : 107
Âge : 23

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Sam 23 Fév - 12:11


Question de principe, en effet ! Kenji avait l'air de fonctionner un peu comme moi à ce niveau là ! Oeil pour œil, dent pour dent! Je m'occupais de prendre soin des chaussures et des manteaux des élèves, avant de poser la question qui fit rire le prof. Je me mis alors à le regarder, amusé. Il avait l'air à peu près aussi effrayé par le directeur que je l'étais. Parfait ! C'était le début d'une sacré complicité entre nous, j'en étais sûr. On avait la même façon de déconner en tout cas !


- Un problème tellement gros qu'on s'en fout carrém--


Kenji m'empêcha de continuer plus loin ma phrase en prenant la parole. Encore un plan ! Les pauvres élèves n'allaient jamais pouvoir se remettre, après coup. Ils allaient passer au moins une bonne quinzaine de minutes à s'occuper des conneries qu'on était en train de faire. Le prof fila, et j'attendis donc en finissant de rembourrer les manteaux à coup de PQ. Il revint rapidement, brandissant un rouleau de ces trucs qu'on utilise pour baliser des trajets, des parcours. Je savais même pas le nom de ce truc mais l'idée était juste géniale. Mes yeux s'éclairèrent alors que je reposais le dernier manteau à sa place.
Il utilisait carrément le nom de « scène de crime ». C'était plutôt adapté vu le nombre de conneries qu'on avait pu faire ! Je sortis des vestiaires pour qu'il puisse commencer à les condamner à la manière d'un film. Eh, il rendrait bien, ce prof là, avec une pipe et une casquette à la Sherlock Holmes ! Je l'imaginais bien avec sa loupe, à avoir un air pseudo-inquiet en trouvant du PQ dans les chaussures des gens... la scène était juste géniale à imaginer et la réplique fière de Kenji, qui avait fini son œuvre, m'acheva. J'éclatais de rire, libérant la pression accumulée ces derniers jours.


- C'est juste génial ! Et fait dans les règles de l'art !


Je dû carrément m'appuyer main au mur, pour reprendre mon souffle. Je rigolais sans doute bien trop pour ce qu'il se passait mais quand je me lâchais, tout partait d'un coup ! J'étais détendu, je craignait absolument pas les retombées que ces blagounettes pouvaient avoir. On avait rien fait de mal après tout ! On avait rien abimé, rien cassé, on avait juste vidé les réserves de PQ et utilisé un peu de ce rouleau que Kenji était allé trouver je ne sais où. Ça n'allait quand même pas être retenu sur nos paies !


- Oh bordel, ça fait du bien de rire un bon coup des fois ! Même pour de la merde !


La seule chose que je voulais éviter, c'est que ça retombe sur quelqu'un d'autre ! Genre sur un autre pion, ou un autre prof. Il allait falloir que nous assumions ça, si jamais le directeur se mettait sérieusement à chercher le coupable... après peut-être que cette histoire allait faire remonter son enfance et qu'il allait classer ça comme « affaire sans suite ». On avait tous été des gamins un jour ! Je me redressai, observant encore une fois la magnifique scène de crime mise en place par Kenji, avant de me tourner vers celui-ci.


- Par contre, maintenant que tu as condamné les vestiaires, tu comptes te débarbouiller où ? Dans les toilettes de l'académie ? Tu vas devoir passer devant plein de gens pour y aller !

En plus l'encre sur sa tête donnait quand même un sacré air de coupable... peut-être qu'il pouvait plaider la légitime défense ?

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Onizuka
Professeur d'Histoire-Géographie
Kenji Onizuka

Messages : 71
Âge : 25

Infos supplémentaires
Clubs:
Boîte à infos:

MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   Sam 2 Mar - 18:40

Pour le coup, tu n'es pas peu fier de ton oeuvre ! Voilà qui te rappelle tes heures de gloire au début du lycée. D'autant que voir Somun se marrer comme une baleine devant tes conneries est des plus encourageants. Franchement, s'il n'avait pas réagi, tu n'aurais peut-être pas renoué avec ta volonté de faire le malin ! Toujours à vouloir impressionner ses petits copains...

En même temps c'était pas de ta faute si tu t'étais trouvé un camarade qui avait autant de vie de jouer que toi ! En plus il était doué lui aussi dans son style. Le stock de papier toilette n'allait sans doute jamais s'en remettre. JAMAIS. Mais ça valait le coup ! Enfin sans doute que les élèves seraient d'un autre avis, mais les élèves c'est toujours pareil, faut les secouer parce que sinon ça reste dans ses petits sentiers battus sans jamais prendre de risque... on ne pouvait quand même pas laisser faire une telle chose !

De le voir se marrer comme ça à en avoir mal au ventre, tu éclates de rire toi aussi. Tu contemples ton oeuvre, fier comme un pan, avec du mal à articuler une phrase tellement tu rigoles.

"Ils vont tellement...galérer !"


Non vraiment, rien que de les imaginer se dépêtrer avec leurs fringues et les casiers, tu rigoles encore plus fort. Voilà que toi aussi tu finis comme Somun, appuyé au mur à rire aux éclats. Tu as complètement oublié que d'ici une heure tu es sensé retourner en classe pour donner cours. Avec la face toujours couverte d'encre donc. Après avoir piégé une trentaine d'étudiants. Vraiment... le prof idéal. Sauf qu'en attendant tu te marres. Et Somun a raison, c'est fou ce que ça fait du bien.

"J'avoue ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas ri comme ça ! Merci du cadeau. Peut-être que je devrais laisser un mot à l'étudiant qui a piégé ma serviette. Après tout c'est grâce à lui tout ça finalement !"


Tu te remets à rire de plus belle à l'idée de remercier l'étudiant comme s'il t'avait fait un cadeau alors qu'il avait sans doute plutôt prévu t'entendre rager et tempêter à tous les étages. Il n'avait sans doute pas prévu que tu allais t'allier avec un surveillant de passage pour pourrir tout le vestiaire !

C'est Somun qui vous ramène un peu à la réalité tous les deux (parce qu'il faut bien que quelqu'un s'en charge et clairement, ta conscience est partie se biturée la tronche au soleil). Le voici qui te signale clairement que tu vas devoir te balader avec la face couverte d'encre devant tout le monde. Très franchement, ça ne t'impressionne pas plus que ça ! Tu éclates de rire de plus bel, encore une fois très fier de toi par avance, et pointe un doigt de défi vers le surveillant :

"Je pense que c'est le moment d'ouvrir les paris ! À ton avis, combien de temps avant que l'un d'eux ose me signaler que j'ai le visage couvert d'encre ? Ça va ricaner sec, tout fier, mais personne pour le dire clairement. Tu sais, comme quand t'as un truc entre les dents mais que personne n'ose te le dire."

Mais peut-être que ce qui inquiète ton camarade de jeu, c'est que du coup, ça indique clairement qui est coupable ! Ha oui. Tu n'avais pas pensé à ça. Somun a définitivement une longueur d'avance sur toi. Enfin, tu ne te laisses pas impressionner pour si peu ! Tu te vois déjà plaider votre cause auprès de la direction si jamais on vous fait des remarques.

"On a la trouille ? Faut pas ! Je ne suis que la malheureuse victime d'un coup monté."


Te voilà lancé dans un surjeu incroyable pour montrer ta bonne volonté larmoyante.

"Haaaa, monsieur le directeur, j'ai été tellement... tellement... blessé par cet affront terrible de ma personne... j'ai vu rouge... que dis-je ! je n'ai rien vu du tout ! aveuglé que j'étais par cette encre venue dessécher la peau de mon visage alors que je m'étais oublié tout entier dans mon entraînement physique, dans un lieu que je pensais sûr ! j'avoue... je n'ai pas réfléchi et me suis laissé aller à mes pulsions... je sais ! j'ai failli à ma mission ! je m'en veux tellement que je pourrais me faire harakiri si cela ne risquait pas de tâcher l'entièreté du sol de mon sang impur, obligeant les équipes de nettoyage à d'autant plus de travail ! ô comment pourrais-je jamais racheter ma faute !"

Tu t'écroules alors à genoux, les bras au ciel dans une caricature des plus parfaites, avant de finalement tomber complètement au sol, mort. Tu rouvres finalement un oeil vers Somun.

"Alors ? Convaincant tu crois ?"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoin d'un défouloir... [avec Somun]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin d'un défouloir... [avec Somun]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Combat avec boucliers de duels judiciaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Campus :: Complexe sportif :: Gymnase-
Sauter vers: