Partagez | 
 

 [12 avril 2018] Retrouvailles [Hibiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Somun Jorgensen
Surveillant
avatar

Messages : 76
Age : 23
Profession : Surveillant

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: [12 avril 2018] Retrouvailles [Hibiki]   Lun 7 Jan - 21:20

12 avril 2018


Déjà cinq jours qu'il était là, et Somun ne regrettait absolument pas sa décision. Certes, voir ses parents allait être plus délicat et il avait du dire aurevoir à quelques amis, mais venir au Japon était l'un de ses rêves depuis des années. Et puis à priori il n'était là que pour un an, non ? Quoiqu'il envisageait de s'installer ici durablement s'il trouvait vraiment un bon job.
Les gens, les odeurs, la vue... tout semblait nouveau, exotique. Ce n'était pas forcément un rêve -il y avait de mauvais côtés partout- mais c'était évident que cette ville, c'était pas Copenhague. Sa ville natale avait beau être sublime, on finissait forcément par se lasser au bout d'un moment. Loin de l'Europe, loin de ce qu'il connaissait, le danois se sentait pourtant plutôt à sa place. On lui avait déjà demandé d'où il venait quelques fois et il lui arrivait d'hésiter sur un mot, mais il se débrouillait assez bien en japonais pour se débrouiller et ne pas avoir l'air trop gauche lorsqu'il discutait avec quelqu'un. Les normes sociales étaient tellement différentes, elles aussi...


Et aujourd'hui, Somun allait enfin rencontrer Hibiki, ami et correspondant depuis plusieurs années. Il était affreusement curieux mais aussi légèrement nerveux. Ils ne s'étaient jamais vus, et n'avaient qu'échangés des mots écrits. Il avait donné sa chaîne de stream au japonais et ce dernier connaissait donc sa tête et sa voix, mais à l'inverse Somun ignorait le visage de son ami. Il l'avait toujours imaginé de taille moyenne, brun aux cheveux courts... le japonais “de base”, donc. Il se plantait sûrement.
Il se demandait si le courant allait bien passer entre eux. Sûrement oui, sans compter que Somun était du genre habitué à bavarder, entretenir une discussion et trouver un moyen que personne ne s'ennuie... Après, il allait falloir qu'Hibiki le supporte. Le danois savait très bien qu'il était parfois un peu... compliqué ? Ca devait être le mot.

Il l'attendait donc, devant la gare, comme prévu. Il était en avance, mais c'était surtout parce qu'il n'était pas encore habitué aux temps de trajets depuis chez lui. Sinon il arrivait généralement à l'heure pile. Ou en retard. … Il était temps de changer les sales habitudes qu'il avait prises. Nouveau pays, nouveau départ ! Et nouveaux amis, à commencer par Hibiki. Qui allait sans doute arriver bientôt. Qui chercher ? Quelqu'un qui avait l'air d'essayer de trouver la seule personne du coin avec une natte et une mèche bleue, sans doute. Au moins Somun était facile à reconnaitre... et puis il était grand. Surtout ici où la taille moyenne était plus basse qu'au Danemark. Il n'avait clairement pas hérité des gênes coréens de sa mère à ce niveau là.
Il s'était habillé sobrement : un simple t-shirt uni bleu surmonté d'une veste, avec un jeans et des baskets tout ce qu'il y avait de plus simple. Il voulait être à l'aise au cas où ils marcheraient longtemps. Il comptait demander à Hibiki de lui montrer les coins qu'il aimait dans la ville, si ce n'était pas déjà prévu dans le programme. Ca lui permettrait de se familiariser à la fois avec son ami et avec son nouveau pays. Peut-être qu'Hibiki allait le trouver lourd à poser des questions sur les coutumes, les normes, tout ça, mais en même temps tout était nouveau ! N'importe qui serait dans cet état en arrivant dans un pays inconnu, non ? On ne découvrait pas le Japon juste à travers les mangas et les jeux.

Somun vérifia son portable pour s'assurer qu'il n'avait pas de message d'Hibiki, et finit par écrire un message. Il se sentait moins bizarre à attendre en ayant le nez sur son portable qu'en regardant les gens en se demandant si chaque visage un peu jeune n'était pas son ami. Il allait finir par avoir l'air bizarre.


« Si ça peut aider : je suis le seul gars contre le mur de la gare avec un air pas du tout jap', des longs cheveux en natte et une mèche bleu. J'suis sûr que t'avais pas deviné. Par contre j'ai toujours aucune idée de ta tête, t'étonne pas si je suis surpris !”


Et il allait pouvoir s'informer du genre de petits boulots qui existaient ici. Est-ce que les magasins prenaient des vendeurs et compagnie comme en Europe ? Sans doute. Mais peut-être que ça ne marchait pas vraiment comme chez lui. Hibiki allait être d'une grande aide pour qu'il s'oriente vers un type de métier. Pour tout avouer il n'avait aucune idée de quoi faire. Son idéal était de vivre de ses streams et de ses cosplays. Il avait fait des études de langue -en japonais- pour... juste parce que ça lui plaisait en fait. Et savoir lire le japonais lui permettait aussi d'enfin pouvoir jouer à certains jeux qui n'avaient jamais été traduits. Peut-être qu'il pouvait se débrouiller pour trouver un boulot de traducteur ?.. Ca ne lui paraissait pas palpitant mais en n'étant même pas dans son pays d'origine, il n'imaginait absolument pas trouver un boulot de rêve d'un claquement de doigts.

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiki Marukawa
Université • 1ère année
avatar

Messages : 21
Age : 18
Cursus : Etudiant 1ere année

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et danse
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: [12 avril 2018] Retrouvailles [Hibiki]   Mer 9 Jan - 12:46

Depuis cinq jours, un silence prolongé, qui faisait suite à des années d'ouverture et de franchise thérapeutique, avaient quasiment alité Hibiki. Son regard sans lumière se fixait précisément sur ce qui lui manquait : il absorbait des photons innombrables qui s'obstinaient à lui présenter toujours le même dilemme, face auquel il ne pouvait toujours pas prendre de claire décision. Alors, il soupirait et remontait plus loin.

Parfois, sous l'impulsion de sa mère plongée dans l'incompréhension, il revêtait un léger sourire ; puis il sortait quelques secondes de son espace de vie principal, et tentait de se rassurer. Il se fustigeait, et se retrouvait couvert de honte à l'idée de se préoccuper tant de ce qui se produirait. Il suffisait d'assurer une continuité.

Mais à se voir dans un miroir, il savait que c'était impossible. Alors, il retournait boire la lumière des semaines de conversations banales qui le torturaient.

Et aujourd'hui, cette hésitation devait s'achever : la confrontation qu'il redoutait ne pouvait plus être repoussée. Aujourd'hui avait lieu le rendez-vous avec Somun.

Cet homme de vingt-trois ans, sud-coréen, danois, bref étranger, lointain et immatériel, était son ami le plus ancien, et le plus proche. Depuis maintenant trois ans, sans jamais réfléchir à ce qui arriverait dans un tel cas, Hibiki avait maintenu avec lui une intimité isolée, échantillon d'une période de sa vie depuis longtemps achevée.

Rencontré sur un de ces sites où les humains défilent par milliers en échangeant à peine un bonjour, Somun avait réussi à trouver une raison de correspondre encore et encore avec l'adolescent solitaire et perdu. Grâce à lui, il s'était décidé, après avoir détruit d'une seule décision hâtive toute sa sphère affective, de la reconstruire sur des fondations si larges qu'elles s'étendraient tout autour du globe : des fondations qui ne seraient jamais renversées par un déménagement.

Mais trois ans avaient passé ; et cette académie qui, alors, était une forteresse impénétrable, en était devenue sa seconde maison – les bourses d'études lui permettant de loger gratuitement à l'internat, soulageant sa mère d'un certain poids financier. L'habitude, persuasive, l'avait poussé à changer d'idée. Et les racines de son arbre de relations numériques avaient séché les unes après les autres. Seule la branche la plus résistante avait tenu face aux bourrasques d'incertitude les plus violentes : désormais repliée, cette branche se séparait définitivement du tronc international pour donner du fruit à Nara.

L'ironie était palpable : lui qui avait tant craint une nouvelle table rase provoquée par quelque délocalisation de son être devait affronter une perturbation provenant de quelqu'un d'autre. Mais elle ne s'arrêtait pas là ; alors même qu'il chérissait cette amitié pour la liberté dont il y jouissait et la spontanéité sans bornes qu'il pouvait y afficher, son arrivée dans le domaine universel et conciliant de la vie réelle sacrifiait cette possibilité.

C'était avec amertume qu'il s'en allait, dans un accoutrement qu'il n'avait plus porté depuis ses derniers cours. Il se sentait mal à l'aise ; plus il s'approchait de la gare, plus il craignait de voir surgir un géant qui attendrait de lui la même aise que par écrit. Mais il finit par se rappeler d'un détail important : Somun ignorait encore à quoi il ressemblait.

Cela, pour une fois, n'était pas important. Son souci n'était pas dans son visage, mais dans ses expressions, tant faciales que verbales. Et s'il entendit rapidement la notification, s'il s'empressa de lire ce que son ami lui écrivait, il refusa de répondre. Il s'arrêta avant d'être repérable et inspira profondément.

Une dernière fois, il tenta de se rassurer - et pour la première fois, il y parvint.
Un merveilleux ami, qui ne l'avait jamais condamné. Tel était l'objet de cette seconde rencontre. Qu'allait-il gagner à marcher courbé et à se lamenter encore ? Peu importaient désormais ces messages ; c'est ce qu'il décida en à peine une seconde pour résoudre en urgence ce casse-tête. Il lui suffisait d'agir comme il lui plaisait d'agir à présent : souriant, avenant, peut-être exubérant s'il le fallait, pour passer un moment agréable avec une personne qu'il appréciait.

Enfin, il daigna prendre en compte les informations qu'il avaient lues, et entra dans le périmètre de présence probable du nouvel arrivant. Il ne lui fallut pas une minute pour le voir. Il déglutit, trembla, mais retrouva bientôt le sourire. Droit, assuré, son visage trahissant une émotion bien rare, il s'avança vers lui et lui fit un signe de la main, accompagné d'un mot, joyeux, incrédule devant cet événement tant anticipé.

_Bonjour.. !


Dernière édition par Hibiki Marukawa le Dim 13 Jan - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Somun Jorgensen
Surveillant
avatar

Messages : 76
Age : 23
Profession : Surveillant

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: [12 avril 2018] Retrouvailles [Hibiki]   Dim 13 Jan - 15:16


Somun continuait de checker les réseaux sociaux en attendant Hibiki. Il était peut-être un peu plus nerveux qu'il ne voulait bien l'admettre, mais il savait que son ami était dans le même état. Hors de question qu'ils se retrouvent comme deux idiots, à attendre que l'un des deux prenne la parole ! Ca lui était arrivé une fois et il s'en souvenait encore tellement la scène était ridicule... sans oublier tous les moments de flottement quand quelqu'un en convention venait, tout heureux de parler jeu avec quelqu'un qui portait un cosplay, et que finalement la conversation tournait en rond et qu'aucun des deux n'osait partir. Mais bref ! Là ils étaient deux amis, pas deux étrangers. Ils se connaissaient assez pour avoir pas mal de sujets de discussion !
Une voix près de lui le fit sursauter. Vraiment, il avait réussi à oublier la réalité alors même qu'il attendait Hibiki et qu'il pensait à lui au même moment ? Somun leva les yeux pour enfin voir à quoi ressemblait son ami et un grand sourire se dessina sur son visage. Enfin il le rencontrait. Il était encore plus heureux qu'il ne l'avait cru !


- Salut !


Il prit un petit temps pour l'observer. Déjà, évidemment, il était très surpris. Il n'avait pas imaginé qu'Hibiki ait l'air aussi... européen ? C'était amusant, de le voir avec de longs cheveux chatains alors que les japonais étaient généralement bruns et que la plupart d'entre eux préféraient les coupes courtes. Ses yeux étaient encore plus hors du commun : bien bleu, comme Somun en avait vu des tonnes au Danemark. Curieux. Hibiki lui avait caché des origines nordiques ? L'idée le fit rire intérieurement, alors qu'il remarquait que son ami avait une légère barbe. Pas courant non plus ! De la même manière que Somun n'était pas un danois pure souche, Hibiki n'était clairement pas purement japonais. Peut-être en  avait-il souffert ceci dit. Il savait que les japonais n'étaient pas toujours tendre avec les gens qui n'étaient pas d'une famille purement japonais. Somun allait devoir faire attention à ce qu'il allait dire.


- Le prend pas mal hein, mais je suis surpris ! Je t'imaginais tellement pas comme ça ! Ca va faire des années que j'imagine mon meilleur ami avec une tête complètement différente de la réalité.


Somun rangea son téléphone et se redressa. Il y avait un point sur lequel il ne s'était pas trompé : Hibiki était relativement petit. Mais bon, le danois faisait office de géant ici alors...


- J'ai repéré une cabane qui fait des trucs à grignoter en arrivant. Ca te dit d'acheter un truc avant de marcher ?


Il se sentait à l'aise, parfaitement à sa place. Pour le moment, rencontrer Hibiki avait l'air d'avoir été une bonne idée. Il se demandait si son ami avait prévu  quelque chose, comme par exemple lui faire visiter le quartier. Ou même s'il allait lui présenter sa mère ! Après tout, Somun avait régulièrement demandé des nouvelles de cette femme, qu'il ne connaissait pourtant pas, lorsqu'il avait compris l'importance qu'elle avait pour Hibiki. Cette relation mère/fils l'avait touché. Ou alors peut-être que Somun pouvait lui montrer l'appartement qu'il avait loué ? Il n'y avait pas grand chose d'intéressant dedans -mis à part son setup et ses cosplays- mais au moins ils y seraient au calme, loin de la foule.
Le danois jeta un oeil vers la cabane dont il avait parlé. Un petit truc à grignoter n'était pas de refus, il avait pas mal faim ! Son corps n'était pas encore habitué à la nourriture ici et il fallait encore qu'il trouve son rythme. Et là, tout de suite, il avait envie d'un truc sucré.

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [12 avril 2018] Retrouvailles [Hibiki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[12 avril 2018] Retrouvailles [Hibiki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [91] Throne of ACE 7 et 8 Avril 2018
» Des retrouvailles tragiques...
» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)
» 21 AVRIL 1971 /21 AVRIL 2010 DISPARUTION D'UN LEADER VISIONNAIRE !
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Ville de Nara :: Centre-ville :: Gare ferroviaire-
Sauter vers: