Partagez | 
 

 " Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mandy Akihara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 66
Age : 18
Profession : Mannequin de temps en temps
Cursus : Art / Stylisme
Multicomptes : Zelda Y.

Infos supplémentaires
Clubs: Danse (cheeleading) et théatre
Mais encore ?:

MessageSujet: " Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]   Ven 4 Jan - 18:34



Et voilà...
Une nouvelle année commence et on enterre 2018. Pour ma part, les fêtes se sont déroulés "comme d'habitude", je dirais. Couverte de présents de toute parts. Noyés d'éloges à ma personne. Même si mon défilé pour l’œuvre de charité a été un couac à cause de mes états d'âmes... Mon manager qui est sans doute le meilleur, à su rectifier le tir. J'ai passé noël à L.A avec mon père, qui a su combler le moindre de mes désirs matériel. J'ai toute la gamme Apple, dernier cris et ma mère, m'a offert d'un commun accord avec mon manager  des produits de beauté français. Ces cadeaux là, complètent ceux que je reçoivent d'admirateur et sponsor.

Pour le nouvel an.
J'ai surtout profité pour me reposer et me remettre de cette fameuse année 2018, riche en émotion. Entre ma fausse relation avec Mathi, qui est arrivé à terme. Ma petite baisse de moral que Dae soigne de temps en temps par son sourire. Pour le reste ? Je travail beaucoup mes chorégraphie pour le club de cheerleading, je prépare mes examens pour entrer en deuxième année en visant les meilleurs scores, car bien sûre mère ne saurait tolérer de me voir en fin de liste.

L'amusement ?
Ces temps ci, je le trouve au club de théâtre. Ce dernier prépare une pièce typiquement française. Pour ne pas faire dans le classique de la st valentin qui approche, le club s'est tourné vers un drama'... Au moins on ne tombera pas dans le gniagnian de cette fête commerciale qui pourrit le jour de ma naissance.

Bref !
Je ne connais pas vraiment cette pièce, mais quoiqu'il en soit, j'ai bien évidemment postulé pour LE rôle principal. Ma personne ne saurait se satisfaire de moins et mon talent serait gâché si il en était autrement. Andromaque, ce sera moi. Un point c'est tout, qui d'autre que moi pourrait incarner une reine ? Oui, c'est tout ce que je sais de la pièce... C'est une histoire de reine, je crois, avec de l'amour un peu partout. Je n'ai pas tout suivie, j'ai un peu une deuxième année à préparer ! De toute façon, j'ai assez confiance en moi pour savoir jouer n'importe quoi, n'importe qui, n'importe quand... Même avec le peu d'élément que j'ai, donc, no stress !

Je marche dans les couloirs.
J'emprunte machinalement celui qui mène à la salle du club de théâtre. On m'observe, me dévisage et j'arbore mon plus beau sourire, aussi superficiel soit-il. Place, j'arrive ! Que la plèbe se pousse ! Je dois allez lire la distribution des rôles que monsieur Doe devrait avoir affiché il y a peu. A mon passage, j'entends des petits gloussements et des grimaces. Hmm... C'est quoi le problème ? Je ré-ajuste mon sac bandoulière et m'observe discrètement via la vitre du bâtiment. Je suis impeccable avec mon ensemble "Petite robe noir", et le parfum de Guerlain assortie. Qu'est-ce que j'envie les françaises et leurs modes...

Enfin arrivée !
Il y a un monde fou déjà, devant la panneau d'affichage. Tss ! J'ai beau avoir mis des bottes en daim, qui me confère à peine quelques centimètres de plus, ça ne suffira pas. alors, je me racle la gorge bruyamment.

_ Laissez passez ! Vous n'avez pas besoin de regarder, vous serez tous derrière moi de toute évidence...

Je soupire.
C'est aussi limpide que le jour et la nuit... Ahlala, toujours faire des scènes pour avoir ce que je souhaite, c'est épuisant. Ma remarque fait tiquer, je m'en fiche, on me laisse la place et c'est tout ce que je souhaite. Mon regard de jade fixe la liste et... Au sommet, je peux lire en me décomposant :

"Andromaque : Hinata Yokono"


!!!

_ QUOI ?!

C'est impossible !
Je relis, et non, c'est bien cette greluche d'Hinata qui a le rôle et mon sang bouillit sur place. Une HONTE, un SCANDALE ! Les bras m'en tombent ! Où suis-je ?? Hermione ?? Je joue une HERMIONE ?? J'arrache la feuille, mécontente et je peste, bien visiblement. Le professeur s'est trompé, c'est pas possible. Je roule en boule la feuille dans ma main et la jette au loin.

_ Où est Doe-sensei ??

Le fourbe !
L'excentrique a du partir se planquer en réunion. Je fulmine. J'ai toujours eu les premiers rôles, les meilleurs ! Pourquoi ça changerais ?? Je vais briser une jambe à Hinata, cette bonne à rien, et...  Je décide de rentrer dans la salle de théâtre, plutôt sombre et à l'ambiance toujours feutré. Je ne crois pas la trouver là mais qu'importe. Je grimpe sur la scène et dépose avec négligence mon sac Vuitton, je laisse exploser ma déception et ma colère, sur scène.

_ Ce rôle, c'était le mien ! Je suis née pour jouer les reines et pas... Une personnage inconnu qu'on oubliera  à peine levé de son fauteuil ! Vous cherchez à me boycotter, tous ! Parce que je suis trop brillante !! Mais c'est pas grave, vous allez le regrettez car Hermione éclipsera votre usurpatrice de reine, grâce à mon interprétation !

Promis-je.
Avant de croiser les bras et de retourner près de mon sac.

Seul spectateur, sûrement.

_________________
♪ Je te juge en mediumseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiki Marukawa
Université • 1ère année
avatar

Messages : 21
Age : 18
Cursus : Etudiant 1ere année

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et danse
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: " Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]   Lun 7 Jan - 19:51

L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en son âme.
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.

En relisant un texte aussi dense et propice à la citation, toujours quelques passages étaient condamnés à s'accrocher à l'esprit – mais cela ne les rendait que plus beaux. Chaque visage pouvait, d'un regard bref, mais éclairé, devenir l'Oreste d'un instant, et s'il ne souffrait d'un amour passionné, s'en voir doté par l'imagination. Peut-être ces alexandrins demeurés aux lèvres parfois inconscientes de Hibiki, murmurant dans son intimité ou même sans un souffle de voix des mots mécaniques comme ceux-ci à tout instant du jour, préfiguraient-ils en secret ce qui devait lui arriver.

Il les prononçait encore au sortir des cours, les ayant rappelé volontairement à lui, faisant un lien naturel de parole à la pensée de la découverte qui l'attendait – à savoir qui, de tous les rôles masculins de la tragédie classique, il s'était vu attribué. Il avait volontiers auditionné pour chacun d'eux, prêt à les faire vivre avec la même détermination, indépendamment de leur importance – heureux comme il était déjà de participer à cette entreprise collective, et d'interagir sous un masque, quel qu'il soit, avec les autres acteurs. Bien sûr, sa bouche gardait le goût nostalgique des vers d'origine, mais même dans une langue aussi distante que le japonais, même retravaillée comme elle l'avait été, cette pièce était intarissable : il croyait en l'expérience à venir.

L'affiche avait quelque chose d'anonyme, même si des noms y figuraient, disponibles pour chacun, écrits en kunrei comme en kanji ou kana – grâce à la présence de Roy et Mandy –  ; elle était blanche, sobre, sans effet graphique. Instinctivement, ce fut à son nom que ses yeux s'accrochèrent, avant les katakana épelant « Oreste ». Il s'en voulut et prit le temps de lire la distribution au complet. Le nom de l'actrice qui devait figurer la promise de Pyrrhus ne lui sauta pas plus aux yeux que celui des autres. Il se contenta, ignorant paradoxalement les regards encore teintés de moquerie ou de crainte, de se rendre à son habitude près de la scène.

Il ne vit rien de la scène, mais l'entendit.
Bien qu'il reconnût immédiatement la voix de Mandy, il lui fallut quelques secondes pour s'ajuster – jamais il ne l'avait entendue crier. Elle ne faisait pas partie de ceux qu'il retrouvait fréquemment en dehors des cours, mais le club les avait assez réunis pour qu'il puisse juger définitivement que cette attitude déviait de la norme à laquelle il était habitué. Bien que dotée d'un caractère pour le moins difficile à comprendre et d'autant plus difficile à surpasser – bref, peu approchable, elle gardait une prestance qui, lui inspirant un certain respect, rendaient forts troublants ces mots démesurés.

Ce ne fut qu'à leur terme qu'il se présenta effectivement, franchissant la porte, et se trouvant face à elle – debout devant la scène, où seule, elle semblait fière d'avoir conclu un monologue honnêtement comique. Elle s'en alla sans avoir salué cependant, et ne le vit pas. Il prit le temps alors seulement de comprendre ce qui arrivait.

D'abord, elle parlait toute seule. Cela pouvait expliquer sa colère, mais le sachant, il lui était un peu plus difficile de ne pas rire – ce qu'il devait empêcher s'il ne voulait la froisser, risquant de saboter une séance, ou plus encore : la pièce entière, car le sens de ses mots lui apparaissait enfin, passés ces éléments contextuels. Il se rappela effectivement son enthousiasme lors des premiers essais ayant précédé la nouvelle année : elle n'avait voulu s'essayer qu'à la reine déchue, malgré son évidente inattention vis-à-vis du thème, et il était désormais évident qu'elle ne savait pas vraiment ce que ce rôle signifiait.

Mais il n'avait pas envie de se moquer. A l'ôter de son erreur, Hibiki allait sûrement lui donner plus de fougue que jamais, la poussant vers une interprétation digne et assumée, débarrassée d'envie. Peut-être même pouvait-il espérer qu'elle s'ouvre à lui.

Attendant qu'elle se soit rassise, il se fit enfin voir, s'avançant, ses chaussures le signalant par un frottement léger, et monta sur scène.

_ Bonjour à toi.

C'était posément, avec un sourire, qu'il se délestait de cette politesse, aussi doucement que possible, parce que ce qui suivait pouvait être quelque peu difficile à entendre. Mais il fit en sorte de ne pas le rendre humiliant.


_Je te demande pardon ; je sais qu'il est encore tôt. Mais je me suis dépêché : je ne voulais pas être en retard.

Il aurait pu lui mentir, en rester là et lui demander ce qu'elle pensait du rôle, mais il se doutait qu'elle ne l'avouerait pas en face, ou bien que cela la fermerait à toute intervention. Il n'avait pas le choix : il ne pouvait qu'amortir.

_Je me rappelle : tu visais un rôle en particulier. J'ai vu la distribution, et...même si tu es assez mécontente...je pense que ce sera mieux ainsi.

Il ne se préoccupait malheureusement pas de ne pas paraître arrogant – cela, il n'avait que rarement su le faire.

_Cette pièce est un grand classique de la littérature française ! Je me rappelle l'avoir découverte, il y a quelques années déjà, et si mes souvenirs...mes souvenirs un peu ravivés par les répétitions dernières sont bons, le rôle d'Hermione te plaira bien davantage.

Il s'agissait de lui expliquer pourquoi, à présent.


Dernière édition par Hibiki Marukawa le Dim 13 Jan - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy Akihara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 66
Age : 18
Profession : Mannequin de temps en temps
Cursus : Art / Stylisme
Multicomptes : Zelda Y.

Infos supplémentaires
Clubs: Danse (cheeleading) et théatre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: " Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]   Mar 8 Jan - 10:05



Voilà.
Je reprend mon souffle, après ma crise dans la salle de théâtre. Ca fais du bien d'extérioriser ses sentiments, d'après un magazine people auquel je suis abonnée, ça évite de prendre du poids et ça évite aussi les rides, parfait ! Tout va bien, faire des crises de colère, c'est ma spécialité. Je préfère quand il y a tout de même des choses à briser dans la salle, ça rend le tout bien plus spectaculaire... Mais ici, tous les décors sont faux.

Je ramasse mon sac.
Et je vais prévenir toutes les personnes qui me suivent sur Insta', FB, Twitter de ce drame. La popularité de Monsieur Doe va en prendre un coup ! Je m'en fiche, il n'avait qu'à me donner le premier rôle... C'est pourtant pas compliqué. Ca va en faire, un paquet de gens indignés ! J'ai tellement d'amis FB, de followers et j'en passe... Je suis comme le Roi Soleil, sans moi dans la vie de certains, le monde ne tourne pas.

Je décide...
De m'installer sur un fauteuil rouge au premier rang. Je croise les jambes tout en réfléchissant à quelque chose d'accrocheur pour ma publication. En fait, j'étais si absorbé par mon écran d'Iphone, que je n'ai jamais vu venir... Charmant.

_ Bonjour à toi.

Je lève mes yeux émeraudes de mon écran.
Et si sa voix n'était pas tant de velours et avenante, j'aurais sûrement hurlé de peur. Il n'y a pas moyen d'être seule deux minutes ici ?? Non. Pourquoi est-ce qu'il m'adresse la parole, déjà ? Lui et ses cheveux châtain clair, parfait... Je soupçonne qu'il fasse des brushing d'ailleurs, ca ne peut pas être si doux, naturellement, et aéré de cette façon. Hibiki est comme moi, "hafu". Mi japonais, mi autre nationalité... Sauf que lui, sa nationalité "française", fais des ravages dans le cœur des filles. Les japonais adorent la France et je fais partie du lot... Puisque je suis addict de leurs cosmétiques et mode. Un jour, j'irais visiter Paris... Un jour.

Bref.
Mon regard de jade se lève vers la scène où il me fait face, et je croise celui de saphir de mon collègue et camarade. Même années, mêmes clubs... Cependant, pas la même classe. Lui, il ne semble pas vouloir se hisser plus haut, il se contente de ce qu'il a,et semble s'en satisfaire. Je dirais qu'il est populaire malgré lui, et que... Ca ne le dérange pas pour autant. Cependant, je ne fais pas partie de ses admiratrices. Je suis mon propre Soleil et... Il n'est pas question que j'admire quelqu'un d'autre que moi même. Bref, Hibiki me sourie et visiblement il a des choses à me dire. Damned, je suis occupée là !

_Je te demande pardon ; je sais qu'il est encore tôt. Mais je me suis dépêché : je ne voulais pas être en retard.

Je hausse les épaules.
Et quoi ? J'ai d'autres problèmes que ses soucies de retards. Je n'ai pas eu le premier rôle, CA, c'est un problème. Où veux t-il en venir ? Avec cette douceur qui m'irrite un peu. Je suis en COLÈRE ! Fais pas genre de l'ignorer en étant tout doux avec moi. Tous le monde doit en parler dans les couloirs.

_Je me rappelle : tu visais un rôle en particulier. J'ai vu la distribution, et...même si tu es assez mécontente...je pense que ce sera mieux ainsi.
_ ...

Bouche bée.
Sérieusement ?! Alors là, il me coupe l'herbe sous le pied. Il est venu chercher les embrouilles ? On ne se frotte pas à une diva sans se faire piquer en retour. Il craint que je lui vole la vedette, sûrement. Je devrais le rassurer, on ne joue pas du tout dans la même catégorie, Gandhi et moi. Je me lève vivement de mon siège et me prépare à lui envoyer une salve acidulé dont j'ai le secret, mais Hibiki reprend, toujours aussi confiant et calmement.

_Cette pièce est un grand classique de la littérature française ! Je me rappelle l'avoir découverte, il y a quelques années déjà, et si mes souvenirs...mes souvenirs un peu ravivés par les répétitions dernières sont bons, le rôle d'Hermione te plaira bien davantage.

_ Je t'arrête tout de suite Marukawa-kun. Depuis quand tu saurais ce qui est bon pour moi ?

Introduisais-je, vivement.
Avant de déposer mon sac et mon téléphone sur le siège où j'étais et de venir le rejoindre sur scène. Pas question qu'il me regarde de haut, une minute de plus via cette scène. Lui sous les projecteurs et moi dans l'ombre ? Même pas en rêve. Face à lui, je reprend tout en constatant qu'il en fait plus grand que je ne l'avais toujours vu, de plus ou moins loin. Après, le reste du temps, il était toujours assit en cours alors...

_ Argh et cesse de sourire alors que je suis pleinement en colère ! C'est encore plus irritant ! Peut-être que ton style français amadoue et calme toute les filles autours de toi... Mais moi, je prends pas. Je ne suis pas une fille, je suis une diva, je suis au dessus de la masse féminine que tu fréquentes. Et les diva, ça ne se contente pas d'avoir un second rôle.

Expliquais-je, au cas où il n'aurait pas remarqué.
J'ai une carrière de mannequin depuis toute petites. On m'envie, me jalouse parce que je suis belle, parfaite, avec un bulletin impeccable. Je croise mes bras devant lui, tout en observant ma manucure et mon vernis... argh ! Il commence à s'écailler... Je devrais prendre rendez vous, bientôt.

_ Tu as eu quel rôle pour être si... Serein ? Tu visais quoi ? Hmm ? Sûrement pas quelque chose de fort. Ma mère, m'a toujours enseigné à viser la première place, dans toute les situations, car c'est que les gens retiennent. Dans Harry Potter, on retient l'histoire de Harry, pas celle d’Hermione ou de son faire valoir roux, là.

Je roule des yeux.
Hermione... Quel vieux prénom. J'ai pas du tout la tête d'une Hermione. Est-ce que le prof' était sobre ce jour là ? Pour la distribution des rôles ? Je doute. Je me tourne face aux sièges vides, et j'écarte les bras.

_ Tout ces gens... Ils ne devraient voir que moi. Et pour ça, il me fallait ce premier rôle.

Ajoutais-je.
Mon regard brillant, imaginant l'espace d'un instant, cette pièce remplie de spectateur.

Qui n'aurait d'yeux, que pour moi.

_________________
♪ Je te juge en mediumseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiki Marukawa
Université • 1ère année
avatar

Messages : 21
Age : 18
Cursus : Etudiant 1ere année

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et danse
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: " Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]   Mer 9 Jan - 11:46

Restait donc l'argumentation : savoir comment passer outre la barricade émotionnelle de la colère pour apporter l'information qui pourrait apaiser et détromper sa destinataire. Il ne fallait pas beaucoup de temps pour trouver les mots justes, à peu près aussi peu que ce qui avait séparé les quelques phrases précédentes.

Mais l'acteur, tout déterminé qu'il fut, ne se vit pas accorder ce délai. Plus rapidement encore, son interlocutrice se déplaça vers lui, fusant, rattrapant à son habitude sa moindre taille par un important volume sonore. L'esprit de comédien du jeune homme repéra le début d'une merveilleuse tirade ; mais son enthousiasme souffrit assez de cette interruption.

De son cœur à sa bouche coulait directement un flot d'émotion canalisé et modelé par sa volonté en paroles qu'il désirait les plus bénéfiques possibles ; interrompu, ce flot qui avait remplacé l'air laissait ses poumons creusés, asséchés, et son regard s'assombrit, voilé par la déception.

A l'écoute de l'explosion de mécontentement dont il avait pu témoigner, il s'était attendu à ce qu'elle soit calmée – il avait espéré réveiller cet ego qu'il voyait désormais en pleine action pour en faire une force, mais il le voyait vigoureusement affaiblir toujours plus les capacités de la fière américaine.

L'attaque personnelle qu'il subit le désarma d'autant plus que cette défaite extérieure. L'imagination de Mandy, déconnectée de la réalité de la pièce, l'était visiblement tout autant de la leur, pour lui figurer une masse féminine d'admiratrices. C'était à n'en pas douter la réputation des français – et tentante aurait été une contre-attaque sur sa conduite superficiellement américaine, aussi tentante qu'un franc rire devant la précédente crise de nerfs.

Il n'en était naturellement pas davantage question. Non seulement le défenseur du théâtre européen courait le risque de se brouiller plus ou moins définitivement avec elle – et, que ce soit elle ou quelqu'un d'autre, il ne pouvait le souhaiter – mais il était venu pour assurer qu'elle retrouverait l'envie de jouer et sauver la cohésion d'un groupe en péril si une actrice jouant un rôle-clé ne pouvait s'y fondre correctement.

Ce spectacle, cependant, offrait une nouvelle perspective sur ce caractère qu'il comprenait bien différent en privé. Elle ne s'occupait, après tout, que du souvenir des autres. Ce qui lui importait, moins que ce qu'elle voyait par elle-même, c'était la reconnaissance ; ce qui lui parlerait, ce serait la gloire. Et tout n'était pas perdu : il lui suffisait d'achever ce propos amputé – et, plutôt que de lui retirer l'idée d'un rôle principal, plus important que tout autre, en lui expliquant la cohésion d'un ensemble, il lui suffirait de poursuivre sur sa lancée. Cette idée chassa toute vexation et maintint en sécurité son sourire un instant menacé.

La tirade anticipée s'avéra plus courte que prévu ; et même en constatant l'ignorance déjà soupçonnée par la comparaison qu'elle se permettait de faire entre des homonymes qui ne partageaient rien, il tirait de sa prestation qu'elle pouvait, à n'en pas douter, faire une excellente comédienne, si elle était capable non seulement de parler fort, mais aussi de dissimuler cette irascibilité aux yeux d'autrui, attendant de se trouver dans un théâtre silencieux pour la relâcher. Silencieux, maintenant sa posture, Hibiki patienta donc, jusqu'à ce que le dernier mot jeté de ces lèvres vernies ne s'en aille mourir à son opposé, vers les sièges vides, destiné peut-être à ce sac délaissé, et il reprit sans encombre.

_C'est de cela que je voulais t'informer. Pardonne-moi, je n'ai probablement pas été clair.

C'était faux, bien sûr, mais lui reprocher de l'avoir interrompu était inutile, tout comme l'aurait été la distinction entre les approches narratives d'un roman et d'une pièce de théâtre.

_Cette Hermione n'est pas reléguée à un second rôle ; elle est capitale dans notre histoire. Mais plus encore, ce rôle est préférable pour toi ; il est plus gratifiant que celui d'Andromaque.

Il en était donc rendu au même point, mais cette fois, il se dépêcha avant qu'elle ne se retourne et n'initie une nouvelle fusillade.

_Andromaque est un rôle pathétique, une reine déchue, et la jouer signifie briller par sa représentation de la résignation face à un destin cruel. Hermione est une fière jeune femme, promise à un vaillant roi, mais aimée d'un autre homme, Oreste…

Il se rappela soudainement qu'il n'avait pas répondu à sa question ; il en saisit donc l'occasion.

_C'est le rôle que je joue, pour t'apporter réponse ; quoiqu'il en soit, ce qu'elle dira et fera à Oreste et au roi Pyrrhus sera la clé le dénouement de l'histoire...comme l'annonce Pylade, ami d'Oreste : « Tout dépend de Pyrrhus, mais surtout Hermione. »

Cela devait à présent suffire à transformer l'expression de l'offusquée, ainsi que sa résolution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy Akihara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 66
Age : 18
Profession : Mannequin de temps en temps
Cursus : Art / Stylisme
Multicomptes : Zelda Y.

Infos supplémentaires
Clubs: Danse (cheeleading) et théatre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: " Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]   Jeu 17 Jan - 14:10



Là !
Tout est dit et compris j'espère. Le véritable drame de ce club, c'est bien moi ! Gâcher mon talent par un second rôle, c'est désolant. J'ai été clair avec Hibiki, et suffisamment convaincante je suppose pour qu'il puise adhérer à mon point de vue et accepter que le professeur c'est lamentablement trompé dans sa distribution de rôle.

Sauf que...
Le métissé français ne semble pas avoir dit son dernier mots en fait. Argh, j'ai horreur qu'on me résiste, ma tolérance à la frustration est très courte, en plus de gâcher mon visage par un rictus de contrariété.

_C'est de cela que je voulais t'informer. Pardonne-moi, je n'ai probablement pas été clair.

Reprit Hibiki.
Avec une voix calme, alors, je me tourne à nouveau vers lui, bras croisés. Clair sur quoi ? C'est limpide, j'ai raison et c'est tout.

_Cette Hermione n'est pas reléguée à un second rôle ; elle est capitale dans notre histoire. Mais plus encore, ce rôle est préférable pour toi ; il est plus gratifiant que celui d'Andromaque.


M'explique t-il.
J'allais naturellement contre argumenter, mais celui-ci s'empressait d'ajouter, sans doute de peur que je l'interrompe. A très juste titre en y réfléchissant. Alors, mes lèvres demeuraient entre-ouverte le temps que je prépare ma répartie.

_Andromaque est un rôle pathétique, une reine déchue, et la jouer signifie briller par sa représentation de la résignation face à un destin cruel. Hermione est une fière jeune femme, promise à un vaillant roi, mais aimée d'un autre homme, Oreste…
_ Ah ? ...

Flûte.
Je... Je ne me souviens pas de ce passage dans la pièce. M-mais c'est ridicule, pourquoi donner le nom de la pièce, à une perso pathétique alors ?! On l'aurait appelé "Hermione", tout de suite, ça aurait réglé pas mal de problème non ? Tss... Je soupire, ce "second" rôle pourrait-être pas mal, alors, surtout si ma personnage est l'héroïne en réalité. Après tout ce cirque, il faudrait que je reconnaisse que potentiellement, je me suis trompé à cause d'une mauvaise information ? Certainement pas ! Hibiki en profite pour conclure et répondre à ma question précédente.

_C'est le rôle que je joue, pour t'apporter réponse ; quoiqu'il en soit, ce qu'elle dira et fera à Oreste et au roi Pyrrhus sera la clé le dénouement de l'histoire...comme l'annonce Pylade, ami d'Oreste : « Tout dépend de Pyrrhus, mais surtout Hermione. »

...
Il joue le rôle de mon soupirant ?? LE MAL AISE ! Je déglutie et j'essaye de tourner les choses, à ma façon alors. Le rouge à mes joues, en plus de la chaleur des projecteurs, tss...

_ Je comprends mieux... En fait, tu es ravie que je joue Hermione, car tu crains de tomber sur une mocheté comme partenaire de scène ?


Ça me parait évident.

_ C'est très égoïste de ta part, de tirer profit de cette situation humiliante pour moi... Tu as beau me vanter les avantages, le caractère de cette héroïne... Elle reste un second rôle, aussi époustouflant soit-il.

Admis-je, à contre cœur, bien sûre.

_ Cependant, ma décision est prise... Je jouerais Hermione, au risque d'éclipser Hinata dans son rôle d'Andromaque, mais si j'ai la moindre de chance de lui prendre son premier rôle, je la prendrais. Tant pis pour toi si tu te retrouve avec une partenaire moisi, dénué de charisme et de talent pour la scène.

En plus d'être moche, sans doute.
Puisqu'on ne peut pas choisir son rôle, je choisirais au moins mon interprétation. Je comprends Hibiki, qui peut se réjouir de m'avoir comme partenaire et qui trouve que ce rôle m'ira très bien... Cependant, je ne peux faire taire mon ambition. Bon, j'admet aussi que j'aurais pu tomber sur un Oreste pas terrible du tout... Heureusement, dans mon malheur, j'ai un peu de chance et Hibiki est un bon comédien, en plus avec sa culture littéraire, il s'imprègne vite de l'univers et des rôles. Je ne lui ai jamais dis, parce que... C'est mon rival, et qu'il est hors de question que je le complimente de quoique ce soit. Cependant, je peux au moins lui dire ça.

_ Dans tout ce drame, j'imagine que tu dois être le seul assez digne et doué, pour être mon partenaire. Alors, garde ton rôle tant que possible, sinon, moi je lâche l'affaire.

Prévenais-je.
Dans une phrase mi-compliment/ mi-menace.  Je passe une main dans mes cheveux châtains, pas question d'avoir un Oreste débutant ou ragoutant. Si Hermione est étincelante, il faut un soupirant tout aussi brillant.

_ C'est ma condition, qu'importe ce que les autres en diront et je te rassure, être mon partenaire, ce n'est pas forcément un cadeau. Je suis exigeante, je travail dur au cas où tu ne l'as pas remarqué.


Et qui sait.
Si Hibiki ne tient pas avec moi, peut-être qu'il suppliera le professeur pour qu'il me change de rôle ?

Je suis une vraie diablesse

_________________
♪ Je te juge en mediumseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: " Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
" Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime." Andromaque [Pv Hibiki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» jude, c'est malheureux de voir ce genre de comportement!!!
» Les broderies au point compté de la souris
» valeur en point
» MALHEUREUX CHIENS
» mes créations au point compté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Pensionnat et clubs :: Rez-de-chaussée - Salles des clubs :: Salle du club de théâtre-
Sauter vers: