Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]

Somun Jorgensen
Somun JorgensenSurveillant
Messages : 130
Âge : 24

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyDim 30 Déc - 22:03

Boire la veille d'aller bosser, c'était pas une bonne idée. Surtout boire autant, en fait. Somun avait un mal de tête à se frapper le crâne contre un mur, mais il devait tenir son poste et vérifier que l'arrivée des élèves passant dans le hall se faisait dans le calme. Et pas moyen de laisser quoi que ce soit paraître, où il risquait de se faire reprendre par le directeur. Voire pire. Un blâme, un truc du genre. C'était la première fois qu'il se laissait aller depuis qu'il était ici. Mais c'était la faute de cette fille, dont il avait oublié le nom. Avec des dreads et des cernes bien trop visibles.
Le réveil avait été compliqué. Il avait sonné bien trop tôt, déjà. Le danois n'avait eu l'impression de dormir qu'une ou deux heures. D'ailleurs il ne se rappelait pas de l'heure à laquelle il s'était couché, il était juste tombé sur son lit et avait dormi tout habillé. Il n'avait pas fait de jeu à boire depuis qu'il était arrivé au Japon, mais il avait du mal à refuser un défi alors il avait relevé celui de l'élève. Sale idée. Lui qui voulait mettre un point d'honneur à éviter au maximum de mêler vie professionnelle et vie privée, il avait déjà échoué au bout d'à peine quelques mois. Lamentable.

Il espérait juste qu'elle n'allait pas venir en remettre une couche ce matin. Non seulement ça serait gênant qu'elle soit aussi “à l'aise” que la veille, mais en plus les autres élèves sauraient que le pion se laisse aller et sors boire avec des gens de l'académie. Sacré réputation. Alors il observait tous les visages, espérant qu'elle était déjà entrée et l'avait ignoré. Il vit passer quelques profs, aussi. Et il espérait que ses cernes seraient juste pris pour de la fatigue, et que personne n'allait deviner la gueule de bois monstrueuse qu'il avait. Si ça ne tenait qu'à lui il serait rentré et aurait dormi jusqu'à midi.
La seule chose de “bien”, c'est qu'il n'avait pas été assez saoul pour oublier. Si ça avait été le cas, il aurait été capable d'imaginer le pire. Et dire qu'elle n'était sans doute même pas majeure. Urgh. Plus jamais ça. Il allait peut-être arrêter l'alcool tiens ? Nan. Il aimait trop boire un verre de temps en temps pour ça. Mais au moins freiner. Histoire que ça se reproduise pas.

Somun se frotta les yeux, essayant de chasser un peu la fatigue. Vivement ce soir, où il allait pouvoir dormir autant qu'il voulait. Surtout qu'il n'avait pas de stream prévu. Il allait juste manger devant un film avant de tomber comme une masse.


- Monsieur ?


Il sursauta, leva les yeux et... non, ce n'était pas elle. Ouf.


- Pardon je ne voulais pas vous faire peur ! Vous savez où est la salle du cours de maths ?
- Ah euh, c'est rien t'en fais pas. C'est par là...


Il lui indiqua la direction de ladite salle. Il avait cru la voir elle. Il devenait parano avec cette connerie. Ca irait mieux sans la fatigue. Vivement le lendemain, où Somun allait être plus en forme ! Il s'étira un peu.

Dès qu'il aurait sa pause, il irait prendre un nouveau doliprane.


Somun vous surveille en DarkOrchid
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] W28o
Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyJeu 10 Jan - 19:12

ft. Somun Jorgensen

Bah alors ? Difficile la matinée ? ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

Et parce que manger c'est tricher, je me retrouve avec une gueule de bois des enfers malgré les vingt litres d'eau que j'ai du boire cette nuit. Mes collègues de chambre ont d'ailleurs été bien sympas pour celle qui étaient là le week-end, car au vue du bordel sans nom que j'ai dû faire... je ne sais pas si moi j'aurai toléré ce boucan, j'imagine que ça vaudra pour les prochaines fois, si prochaine fois de leur côté il y a. Mais pour le coup, j'avais la tronche fraîche, et heureusement. Me lavant au préalable mille fois les dents et remettant des affaires qui ne sentent pas trop pour ne pas attirer l'attention, du moins pas plus que d'habitude, pour le coup, ça ne serait pas nécessaire.

Prête à enchaine sur de l'anglais en cette matinée bien pénible, je me craque les épaules dans les couloirs et me tient droite. Je prend ma basse car je sais que j'ai potentiellement une heure dans le vent et que ça fait un moment que je me suis pas amusée à retravailler mon doigté. Et puis j'avais dit que je le ferai chier, l'autre. Le nouveau surveillant, celui avec qui j'ai bu hier. D'ailleurs, je me demande s'il a conscience qu'il a picolé avec une mineure, au bar, tard le soir, la veille d'un de ses premiers jours. La contrefaçon. Je dis contrefaçon parce que j'ai cru comprendre qu'il avait un nom européen. Mais il avait une gueule de bridé, après, quel type de bridé... il ne semblait pas japonais. À y vivre entouré, on finit par s'habituer à leur faciès. Et quelque chose me dit que lui n'est même pas japonais.

Ni finlandais, ni japonais. une contrefaçon

En vrai je le taquine, mais je dois m'avouer me plaire de m'amuser d'un homme de ma taille, quand je sais très bien qu'au moins une demi-décennie nous sépare en terme de temps d'âge. Lui posé, a un taf, moi connasse, merdeuse, fumeuse, alcoolique pour mon âge, peu glorieuse, bref. Je préfère avoir l'air fière telle une militaire, au carré, droit, comme d'habitude. Me faire le moins remarquer possible au vu du bordel ambiant me semble être une bonne idée. Les gens son trop excités ce matin. Ça m'agace. Qu'il se pendent et qu'ils se calment, ça fera du bien à tout le monde, vraiment. Ma classe est là, ceci dit, à attendre. Attendre que ce prof arrive. Quand il veut, d'ailleurs. Ah non, en anglais on a une femme, c'est vrai. Bon. Attendons.

Les quelques pouffes de ma classe sont dans leur coin et je parle vite fait à un type qui a l'air encore plus paumé que moi pour le coup. Il est bien rare de voir une prof absente. Zelda a l'air concentrée à fond sur son téléphone. Je ne vais pas trop la déranger. Je regarde l'ensemble de la classe et leur dit qu'avec le fameux mec qui me colle, on s'en va voir si la prof est là et si les surveillants ont une quelconque information quant à cela. ainsi, il me parle sans cesse de tout et de rien sans que je ne prête vraiment d'intérêt à ce qu'il raconte. Juste, je hoche la tête comme une conne, l'air de dire que j'en ai potentiellement quelque chose à faire, mais que ça peut tout aussi bien attendre vingt minutes, ça ne serait pas plus mal.

Les minutes passent et un accord commun sur le fait que la prof n'est pas là ne fait que se faire de plus en plus entendre, et les avis convergent vers une envie de passer à autre chose, en attendant notre cours qui n'est pas tout de suite. Ainsi, nous tenos quand même à maintenir cet effet de cohésion et d'apport commun quand je me propose de partir avec l'autre gland qui me colle à me parler de tout et de rien depuis tout à l'heure, passant ainsi pour prioritaire ma volonté à me poser et à jouer d'un morceau. Je profite donc pour sortir le paquet de ma poche et planquer derrière mes dreads une clope tout prête à être fumée. Nous entamons lui et moi notre marche vers le bureau des surveillants pour demander si en effet, nous attendons pour rien depuis tout à l'heure.

Je vois une jeune élève un peu paumée sortir et... un surveillant pas frais du matin. Si j'ai l'air d'une rose éclatante matinale, clairement ce n'est pas son cas. Il est fabuleux, perdu, essaye d'avoir la tête sur les épaules, et doit craindre mon existence au même titre que je kiffe le savoir pas si loin que ça. Nous sommes dans le hall pour nous d'approcher d'eux, et il ne nous a pas encore remarqué. Je souris bêtement, demande à l'autre énergumène qui m'accompagne d'attendre un instant que j'aille simplement demander à cet hurluberlu si, déjà dans un premier temps il vit bien sa matinée, mais surtout...

« - Bonjour, la prof d'anglais du 2e est bien absente aujourd'hui ? On ne l'a pas vu arriver. »

Somun Jorgensen
Somun JorgensenSurveillant
Messages : 130
Âge : 24

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyLun 14 Jan - 19:59

S'il était comme ça à seulement 23 ans, Somun regrettait d'avance les futures soirées qu'il ferait dans quelques années. Il était pas frais.
L'élève sortit, et Somun ferma les yeux en se massant un peu les tampes, des fois que ça le réveille...


- Bonjour, la prof d'anglais du 2e est bien absente aujourd'hui ? On ne l'a pas vu arriver.
- Je ne crois pas qu'on ait reçu un appel d'elle pour le moment...


Il rouvrit les yeux. Ah.
Ben non en fait. Il ne voulait juste pas la voir. Mais il fallait bien faire son boulot non ? Somun observa la lycéenne face à lui, trop longtemps et pas de la manière la plus agréable possible. Il avait clairement envie de l'engueuler pour la veille. Mais il ne pouvait pas. Vie de merde. Il n'avait même pas envie de faire la moindre remarque par rapport à ça, il voulait juste qu'elle disparaisse rapidement. Elle, au moins, elle avait l'air fraîche, en pleine forme, et surtout elle affichait un sourire stupide. Est-ce qu'elle était vraiment fière de le voir dans cet état ?


- Je vais vérifier si on a pas eu des indications là dessus.


Le danois alla prendre le petit dossier sur la classe qu'elle lui avait indiquée. Il voulait surtout son nom. Heureusement, elle avait une tête reconnaissable et il n'eut pas à chercher longtemps. Jóna Hulda. Ca sonnait nordique, ça. Dommage que la première personne européenne à peu près de son coin qu'il croisait ici soit du genre à l'emmener boire plus qu'il ne l'aurait du. Certes il avait accepté, au début, mais... eh, elle l'avait quand même bien encouragé. Donc c'était sa faute. Point.
Somun regarda ensuite le nom de la prof qu'ils étaient censés avoir, avant de jeter un oeil aux tableaux des absences et retards de tout le personnel enseignant. Il fallait bien ça pour que les élèves ne soient pas les seuls à être sanctionnés pour leur retard. D'ailleurs le pion avait bien failli y apparaitre ce matin : il s'était réveillé une quinzaine de minutes avant le début du boulot.


- Visiblement ce n'était pas prévu. Je vais l'appeler.


Il revint vers le bureau et regarda à nouveau cette fameuse Jóna. Il était à peu près sûr qu'avec ce sourire, elle cachait surtout une envie de l'embêter encore ce matin. Elle n'en avait pas assez peut-être ? Mais l'engueuler, ou même faire une remarque, ça pouvait être sanctionné si elle allait s'en plaindre ensuite. On ne réglait pas ses comptes dans le lycée... Et forcément, il serait dans le tord. “Vous avez bu avec une mineure, blablabla”. Elle devait avoir un dossier scolaire bien rempli. … ou pas. Il avait connu des tonnes d'élèves qui faisaient en sorte de ne jamais franchir les limites alors même qu'ils étaient les pires.
Somun soupira et finit par lâcher, blasé :


- Tu lâches un mot sur la veille et j'te fous une heure de colle pour avoir manqué de respect à un pion.


C'était con en fait. Pire qu'un gamin qui s'amusait à attraper la queue du chat et qui s'étonnait de se faire griffer derrière.


Somun vous surveille en DarkOrchid
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] W28o
Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyLun 14 Jan - 21:07

ft. Somun Jorgensen

Bah alors ? Difficile la matinée ? ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

« - Je ne crois pas qu'on ait reçu un appel pour le moment... »

Coucou, c'est moi. Clairement, il vient juste de se rendre compte ou de se rappeler que j'existe. C'est jouissif, ce regard de panique, ou de stress, allez savoir. Je me marre, mais je reste humble. Et je compte bien lui péter les burnes ce matin. J'ai envie de m'amuser avec une personne sans vraie défense. La salle d'étude est à côté, et il n'y a pas l'air d'y avoir grand monde. Voir personne en fait. Les surveillants gardent la porte ouverte, histoire d'avoir un œil sur les élèves. Enfin, le voilà à aller faire son travail de jeune chien de l'établissement. Je souris rapidement avant de regarder mon collègue qui essaye de m'expliquer une théorie sur une de ces séries à la mord-moi-le-nœud. Je fais genre de m'y intéresser en hochant bêtement la tête, attendant patiemment le retour de la contrefaçon.

« - Je vais vérifier si on a pas eu des indications là-dessus.

- Hin hin. »


Mais fait, mais fait. J'admire un peu ta démarche, pendant ce temps-là. Tu restes droit et fier, mais t'as du mal, clairement. On reconnait les gens alcoolisés de la veille à ceux vraiment frais : ils sont trop fatigués et trop sérieux à la fois. Ça donne ce petit cachet amusant, surtout qu'il n'a pas l'air d'être du matin. Je ricane un p'tit peu, l'autre à côté me demandant ce qui avait, je fais mine de baisser la main, comme si on en avait rien à foutre. Puis quelque part, c'est vrai : qu'est ce qu'on en a à foutre ? Je me demande combien de temps on va attendre, pour une bête lecture d'un tableau. Et les secondes se font un peu trop longues. Il cherche un truc en plus, ou il est juste à la ramasse ? J'opte pour la seconde solution. Il doit même pas savoir quelle heure il est, je suis sûre. Je m'étire faisant craquer mes os au niveau des épaules, rendant muet un court instant mon collègue décidément bien trop bavard.

Le voilà qui revient, un peu plus remonté, ou déterminé. Enfin, quoiqu'il arrive, ça reste de grands mots : il a toujours sa sale gueule de croque-mitaine.

« - Visiblement ce n'était pas prévu. Je vais l'appeler.

-'kay. »


Je reste peu expressive, car après tout, c'est comme ça qu'on joue : faire mine qu'on s'en fout. Montrer sa supériorité par le snobisme le plus total. Je me retourne pour m'adresser à l'autre qui m'accompagne, là, quand j'entends soudainement ce qui s'apparente à une menace.

- Tu lâches un mot sur la veille et j'te fous une heure de colle pour avoir manqué de respect à un pion. »
Si c'était bien trop implicite, au moins, là c'est clair : il vient de lancer la partie. Il vient de lancer le jeu de celui qui fera péter un câble à l'autre. Ce qu'il ne sait pas vraiment, c'est que je n'ai absolument rien à perdre, ni rien à prouver. Dans le pire des cas je confirmerai des rumeurs, et je m'en fous un peu, tant que ça reste dans l'enceinte du lycée, et que ça ne provoque pas des personnes qui pourraient me tabasser. Ça fait un peu mal de se faire frapper. Quand même. Je me retourne l'air un peu offusquée, en penchant la tête et en parlant un peu fort :

« - Un mot sur la veille ?! Mais de quoi vous voulez bien parler, monsieur le pion ?! »

Tu m'auras pas à ce jeux-là. Je fais mine à l'autre d'aller prévenir les autres qu'on peut se dispenser de cours, et je me pose sur le poteau à côté du surveillant, posant ma basse et mon sac au sol. Je garde ce même sourire provocateur, attendant de voir sa potentielle réaction. Je reste adossée su poteau, le regardant en croisant les bras, l'air de le défier, un peu. Il ne cherchait pas ça, il va le trouver. ce mec est un gamin, autant que j'suis une petite conne. Et je vais en jouer, clairement.

« - Du coup, cela ne vous dérange pas que je joue un peu d'un instrument dale couloir ? Dans le pire des cas je peux toujours me mettre dans la salle de permanence si cela peut potentiellement vous déranger, après ma basse ne fait pas de bruit, mon ampli est dans ma chambre. »

Somun Jorgensen
Somun JorgensenSurveillant
Messages : 130
Âge : 24

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptySam 19 Jan - 0:59

Somun remarqua alors qu'il observait le fameux tableau que Jóna était accompagnée par un gars... bavard. Trop bavard. Au point qu'il se demandait comment il avait pu ne pas le voir plus tôt. Son copain peut-être ?.. Nan, elle avait pas l'air particulièrement réceptive lorsqu'il lui parlait. Elle l'ignorait en fait. Le danois se demandait donc pourquoi elle l'avait laissé l'accompagner... elle était vraiment bizarre, cette fille là.
Elle était calme pour le moment. Inexpressive, comme si la veille n'avait été qu'un mauvais rêve -mais le mal de crâne était là pour lui rappeler que c'était bien réel. Elle était calme oui, jusqu'à ce que Somun lance la phrase de trop, qu'il regretta aussi vite. Quel idiot. Jóna se retourna vers lui, faussement surprise.


- Un mot sur la veille ?! Mais de quoi vous voulez bien parler, monsieur le pion ?!


Connasse.
Elle alla poser ses affaires contre un poteau après avoir congédié son... ami. Et elle le toisait avec un air bien trop content pour lui. Elle le défiait, c'était évident, au moins à ses yeux. Somun était mauvais joueur. Il était bien trop fier. Et il le savait. Sauf qu'il avait un double malus dans ce duel : il était le pion, il était censé être plus mature que ça. Et il n'était pas encore remis de la veille, clairement pas. -10 en charisme et en crédibilité, +10 en risques pour son emploi. Somun l'observa avec un regard un poil plus agressif.

Ce serait con qu'il joue trop à l'imbécile et se retrouve dans une situation délicate.
Mais il était con.
Alors il allait jouer. Dès qu'elle aurait fini de parler.


- Du coup, cela ne vous dérange pas que je joue un peu d'un instrument dale couloir ? Dans le pire des cas je peux toujours me mettre dans la salle de permanence si cela peut potentiellement vous déranger, après ma basse ne fait pas de bruit, mon ampli est dans ma chambre.


Curieux comme demande. Somun ne voyait pas vraiment ce qu'elle comptait faire en lançant les hostilités de cette façon. Elle avait peut-être son ampli et allait l'accuser de l'avoir autorisée à jouer ? Nan, c'était trop simple pour lui de dire qu'il n'était pas là et était venu en entendant le bruit. Alors quoi ?
En tout cas il comptait rentrer dans son jeu, pour le moment.


- J'ai appris quelques accords en guitare quand j'étais plus jeune, comme à peu près la moitié des gars de cet âge. J'ai pas continué et j'ai jamais joué d'un autre instrument. Je serai curieux de voir ce que tu es capable de faire à la basse. Qui sait, si tu joues bien tu pourrais être chargée par le directeur de jouer pour les futures portes ouvertes, devant les gens qui visiteront l'école ?


Il se demanda si ce genre de chose allait la calmer, ou au contraire la faire revenir à la charge. Il avait toujours l'avantage d'être plus ou moins la figure d'autorité si elle foutait le bordel. Il se doutait bien que des heures de colles ne devaient pas être grand choses pour elle, mais peut-être qu'elle craignait un poil plus pour son image ?.. nan. Elle s'en foutait aussi sûrement, vu la dégaine qu'elle avait la veille. Alors quoi ? Elle devait bien avoir un truc qui lui ferait assez peur pour la calmer non ?
Somun se leva du bureau et s'approcha d'elle. Elle faisait presque sa taille, c'était assez drôle pour lui qui avait l'habitude d'être un géant au Japon. Le danois sourit, croisant les bras, en l'imitant un peu sans vraiment le vouloir ou même y faire attention. Il avait juste la même manière de se comporter quand on lui lançait un défi.


- Evite de jouer si tu es pas sûre de toi par contre. J'ai vu pas mal de gens dans le métro de Copenhague jouer pour avoir quelques pièces. Y'en avait des bons mais y'en avait surtout beaucoup de mauvais et ça serait dommage que tu me les rappelles. J'suis pas au Japon pour ça.


Elle avait une tête de junkie, c'était quand même pas la faute de Somun si elle lui rappelait quelques cas qu'il avait connu pendant ses études, si ?


Somun vous surveille en DarkOrchid
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] W28o
Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyMar 22 Jan - 21:16

ft. Somun Jorgensen

Bah alors ? Difficile la matinée ? ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

« - J'ai appris quelques accords en guitare quand j'étais plus jeune, comme à peu près la moitié des gars de cet âge. J'ai pas continué et j'ai jamais joué d'un autre instrument. Je serai curieux de voir ce que tu es capable de faire à la basse. Qui sait, si tu joues bien tu pourrais être chargée par le directeur de jouer pour les futures portes ouvertes, devant les gens qui visiteront l'école ?

- Hin hin. »


Pas grand-chose à dire, il admet lui même que c'était un bolosse beau gosse durant son lycée, mais je doute qu'à part un Mi-La-fa comme enchainement d'accord il se souvienne de grand chose. De toute façon, on est clairement pas sur le même type d'instrument. Au moins je suis virtuose, là où lui est classique. Même pas sûr qu'avec sa tronche il ait réussi à pécho de cette manière... Si. Je suis mauvaise langue, je pense qu'il a dû en dessaler de la morue. Surtout que j'ai cru comprendre qu'il était cosplayer. Enfin, je crois ? Il me semble que c'est ce que Zelda m'avait dit. Mais pas sûr. On verra plus tard en cas.

Je commence à jouer quelques notes quand il semble m'observer. Après tout, en début de journée, je suppose qu'il n'a pas tant de travail que ça, puis ça n'a pas l'air de le déranger que je reste dans les couloirs. Ma foi, tant mieux, hein. Il ne semble pas tant hostile. Après, a t-il la foi de se montrer virulent dans ses propos ?

« - Evite de jouer si tu es pas sûre de toi par contre. J'ai vu pas mal de gens dans le métro de Copenhague jouer pour avoir quelques pièces. Y'en avait des bons mais y'en avait surtout beaucoup de mauvais et ça serait dommage que tu me les rappelles. J'suis pas au Japon pour ça. »

... C'est la dernière fois que j'ouvre pas ma gueule face à lui si je peux lui montrer qu'il ne vaut rien, face à moi, la grande Jóna. Je ne jouais que quelques notes pour le plaisir, mais non. Je ne suis pas un de ces déchets de Copenhague. On ne regarde pas mon jeu pour me donner des pièces, on admire mon jeu, et on rêve. Mes doigts glissent et tremblotte... Je sais quoi jouer. Je ricane mais ne dit rien. Je laisse lentement les notes se jouer une à une avant de laisser ma main gauche s'emporter sur le long manche de cette basse, attelant des va et vient entre les gammes, secouant cette diablerie à en faire exciter le premier venu. Les notes et le son qui se joue est faible, mais suffisamment intense pour qu'on en perçoive la lignée, sans distorsion ça ne donne rien, mais je jurerai savoir voler avant d'admettre que personne ne peut entendre la mélodie qui m'accompagne. Je revois cette scène d'avant 1986, Cliff Burton excité, faisant comme l'amour à sa basse, jouant frénétiquement comme un taré fini de cet instrument à polir encore et encore. Alternant les notes encore et encore, putain. Je les sens passer, continuer à s’enchainer, alors que j'alterne bien trop rapidement aigüe et grave, je donne un sens et une vie à ma mélodie, faisant sonner les cloches de Metallica.

Voici que près de deux ou trois minutes s'écoulent ainsi alors que j'ai donné à fond de mon âme sur cette basse. Mon reste d'alcool me donne beaucoup trop de confiance, mais il n’élèvera pas la justesse de mon jeu. Je continue légèrement la mélodie plus calmement, rajoutant simplement :

« - Si une déglinguée comme moi serait venue au Japon pour tes beaux yeux ça se saurait, la contrefaçon. »

Je continue de jouer. Je continue de sourire : mon jeu en vaut la chandelle et je le sais. Il ne s'amuserait pas à me piquer comme ça. Je crois qu'on commence à entrer dans ce genre de jeux un peu malsain, de celui qui ira le plus loin dans la provoc, ou celui qui ne saura pas s'arrêter dans la surenchère. Je stoppe soudainement mon jeu. Je réfléchirai à plus tard quoi jouer. Je me permet de rebondir sur sa dernière phrase.

« - Pourtant, Copenhague me semble être une ville relativement charmante, qu'est ce qui t'y a déplu, les clochards qui jouaient, ce serait faible de ta part. »

Somun Jorgensen
Somun JorgensenSurveillant
Messages : 130
Âge : 24

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyJeu 24 Jan - 10:59

Jóna fit quelques notes, sans doute histoire de se préparer à jouer réellement. Et.. elle n'avait clairement pas apprécié sa remarque. Le danois sourit en coin, content d'avoir pu la faire tiquer au moins une fois. Il n'ajouta rien, la laissant partir dans sa musique. Après tout il était réellement curieux de la voir jouer ! Elle allait peut-être le surprendre. Somun espérait simplement que son mal de crâne n'allait pas l'empêcher de savourer ce moment. Il adorait la musique.

Elle se mit à jouer réellement, et elle semblait y mettre encore plus de coeur juste pour se “venger” de la remarque du surveillant. Il ignorait si c'était juste une impression, mais en tout cas il ne put s'empêcher de sourire en entendant les premières notes du morceau. Il connaissait. Là comme ça il n'avait plus le nom mais il savait que c'était le genre de truc qui revenait souvent dans ses oreilles.
Le son était faible, et c'était tant mieux : pas de raison de lui dire d'arrêter puisque ça ne devait même pas s'entendre dans le couloir à côté, et en plus ça empêchait son mal de crâne de l'embêter encore plus. Et c'était tout de même assez fort pour être clairement audible. Par contre... Jóna était impressionnante. Clairement. A elle toute seule, juste par sa virtuosité, elle donnait toute son âme au morceau. Pas besoin de sono quand la personne y met autant de coeur !

Somun la regarda jouer, s'appuyant contre le mur. Il était un peu hypnotisé, il ne pouvait pas nier qu'il admirait pas mal sa manière de jouer. Est-ce qu'il ressemblait à ça quand il était à fond lors d'une performance cosplay, sur scène ? En tout cas il n'avait aucune envie de la couper. Même si le directeur arrivait... bon, si, s'il arrivait il y serait bien obligé. Heureusement pour lui, Jóna finit avant que quiconque ne ramène son nez pour demander quelque chose !
Elle continuait de jouer quelques notes pour ne pas trop couper la magie de la musique, et s'adressa à Somun. Elle se vengeait de sa pique juste avant le morceau et le danois lâcha un petit rire. C'était de bonne guerre ! Il n'avait plus aucune envie de se prendre la tête avec elle là. Elle était cool et ça l'embêterait de l'avoir du côté des élèves qui ne l'aiment pas.


- J'te l'accorde. Bravo pour ton morceau !


Il était sincère et la finlandaise pouvait appercevoir dans ses yeux qu'il admirait son jeu. Somun devenait rapidement fan lorsque quelqu'un était doué dans une discipline ; d'autant plus qu'il était très sensible à la musique. Elle, elle devait encore avoir en tête de le chercher, le provoquer, et lui comptait bien y répondre mais en restant sur le ton de la plaisanterie. Il allait juste éviter de s'alcoliser encore en sa compagnie.


- Pourtant, Copenhague me semble être une ville relativement charmante, qu'est ce qui t'y a déplu, les clochards qui jouaient, ce serait faible de ta part.


Somun fit une petite moue et l'étincelle dans ses yeux se voila. C'était bas. Que répondre à ça ? Ca faisait très “kikoo-jap” de dire qu'il avait juste toujours voulu venir au Japon non ?


- J'imagine que je voulais changer d'air. Si t'écoute tout le temps le même morceau en boucle, sans jamais changer et voir d'autres choses, le morceau pourra être aussi beau que tu veux tu finiras par te lasser nan ? Ca fait du bien de changer de temps en temps. Et puis j'suis pas là pour très longtemps à priori.


Le Danemark lui manquait quand même. Et ses parents, aussi. Toute sa famille proche était là-bas, et il n'étais rentré qu'une fois depuis avril. Il adorait le Japon et sa vie ici mais il ne se voyait pas s'y installer pour de bon.


Somun vous surveille en DarkOrchid
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] W28o
Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyJeu 24 Jan - 22:31

ft. Somun Jorgensen

It is time. ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

Je me fiche de savoir qu’il a aimé, je ne suis pas une amatrice. Avec du recul, je me dis que j’aurai bien plus ma place au club de musique qu’au club de littérature, mais bon. Au vu des lectures farfelues que l’on peut y trouver… Et puis, ça me permet toujours plus de travailler mon japonais, même si je pense qu’après ces années, je n’ai plus rien à prouver quant à cette langue, hormis quelques kanjis qui me font défaut, mais franchement, rien de bien méchant. Je continue la lecture pour me perfectionner, et pour faire découvrir des auteurs de chez moi, car défoncé, on en imagine des choses, sincèrement. Je trouve mon âme de lectrice plus virtuose que celui musical, et pourtant, je ne peux m’empêcher d’apprécier la lecture, toujours plus. Mais je suis là pour contredire cette contrefaçon qui daigne adressé la parole à une pure européenne virile, pure souche et, attention mesdames et messieurs : sans moustaches !

Mais le gars en face de moi, clairement doit se sentir trop à l’aise. Et non, après la nuit qu’il a dû passer, c’est pas ce que je veux. J’ai envie de le faire tourner en bourrique, j’ai envie de le faire rire, mais pas dans le bon sens du terme. Il a l’air hésitant su la réponse qu’il souhaite donner à la question que je lui pose, pourtant, on connaît en général bien la raison pour laquelle on est animé à venir à un endroit, enfin. Il me semble.

« - J'imagine que je voulais changer d'air. Si t'écoute tout le temps le même morceau en boucle, sans jamais changer et voir d'autres choses, le morceau pourra être aussi beau que tu veux tu finiras par te lasser nan ? Ca fait du bien de changer de temps en temps. Et puis j'suis pas là pour très longtemps à priori. »

Il marque un point. Mais j’ai envie de le tacler un petit peu. J’en rajoute une très légère couche.

Lemmy savait visiblement jouer que trois notes, peut-être quatre, c’est pas pour autant que son groupe est pas culte a fait quarante albums avec ces trois notes. On vit très bien dans un confort pré-établi si on s’y accommode.

J’avoue que mon argumentation fait mégère mamy, mais là n’est pas la question. Le but étant de lui rappeler que j’ai raison et qu’il a tort, quoiqu’il arrive. Je réfléchi à un semblant de morceau à jouer, avant d’entamer justement sur du Motörhead, avec un morceau inconnu de leur part mais que je trouve merveilleux. Dust and Glass, typiquement une belle représentation de la vie : quelque chose qui s’accélère quand on ne s’y attend pas, quand on pense être bloqué dans les rouages par la poussière et des chemins si peu accueillants. Je charrie ce bon vieux Lemmy en disant qu’il ne sait jouer que trois notes, mais ses paroles étaient d’une qualité sans nom. Je prends ma voix soudainement plus rauque pour proposer un semblant de début de chant, et en remettre une couche, parce que je sais que ça le fait kiffer de me voir jouer. Mettons le un peu en confiance.

« - Time goes by...
Days and years,
Only you and I.

Wasted days.
Wasted nights.
Hurt you by and by...

Fall in love !!!
Kill a man !!
No one left to cry.

Dust and glass.
Your life slides past,
No one to tell you why...  »


Et je commence à jouer en même temps que je désaccorde à fond les deux clés les plus aiguës, le tout en tapant du pied comme si la batterie s’animait, j’avais l’impression d’y être, pour de bon. Alors qu’en vérité… Je suis juste une simple connasse à gratter des cordes dans un couloir qui raisonne un peu… Je pense que j’ai l’air impressionnante que pour lui, actuellement, mais moi je trouve pas que impressionnante. J’pense qu’ l’heure actuelle, en cet instant sur Terre, personne ne joue actuellement aussi bien que moi ; j’suis pas prétentieuse, mais réaliste. Je le vois, je le sens. Il commence à s’accrocher à ce que je fais.

C’est le moment.

« - Ca en ravive quelques doux moments d’hier, tu ne trouves pas ? T’as les mains bien plus douces que Katsu, d’ailleurs. » dis-je de mon ton le plus aguicheur qui soit.

Somun Jorgensen
Somun JorgensenSurveillant
Messages : 130
Âge : 24

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyLun 28 Jan - 22:56

Elle ne répondait pas, se contentant de l'observer après qu'il ait expliqué plus ou moins les raisons pour lesquelles il était ici. Et Somun était bien incapable de dire ce qu'elle en pensait, ni ce qu'elle préparait après ça. Il se débrouillait plutôt bien pourtant pour ça habituellement... mais pas là. Le mal de crâne devait pas aider, il n'avait pas fini de décuver. Il retourna d'ailleurs s'installer au bureau, sortant sa bouteille d'eau et prenant un doliprane, alors que Jóna se remettait à jouer réellement. Et à chanter.
Le danois releva la tête vers elle et l'observa chanter un instant, souriant devant ce petit spectacle. C'était plutôt cool, tant que personne ne venait pour lui faire remarquer qu'il n'était pas forcément censé autoriser les concerts dans l'enceinte de l'académie... Il n'avait pas la tête à s'énerver ou juste à se confronter à quelqu'un. Et puis la musique adoucie les mœurs non ? Et les maux de crâne aussi. Somun comptait de toute façon lui dire d'arrêter après cette musique là. Tous les bons moments ont une fin non ? Et plus il la laissait jouer, plus il risquait de voir débarquer un collègue.

Il était incapable de dire s'il appréciait sa voix, ceci dit. Rauque, pas forcément agréable, mais elle passait vraiment bien avec le son de sa basse et ce morceau. C'était le genre de voix qui ne chante que quelques trucs bien précis, de son avis d'amateur novice de musique.
Au fur et à mesure que la musique avançait, Jóna semblait se faire emporter à nouveau dans cette sorte d'euphorie, se mettant à désaccorder sa guitare en tapant du pied. Somun fit une petite moue, se faisant bien moins emporter par l'ambiance. Cette musique là, il ne la connaissait pas. Et la basse restait assez faible. Il se doutait que d'autres instruments devaient résonner dans l'esprit de l'européenne mais pas dans la sienne. Le morceau restait sympa ceci dit... Il appréciait.

Jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole, avec un ton pas du tout adapté à la situation.


- Ca en ravive quelques doux moments d’hier, tu ne trouves pas ? T’as les mains bien plus douces que Katsu, d’ailleurs.
- Pardon ?


Il l'observa, s'étant redressé rapidement sur sa chaise. Et il remettait soudainement en question sa mémoire. Il se souvenait de tout hier ? Vraiment de tout ? Il espérait que oui, vraiment. Il pouvait tout croiser ou espérer qu'une sorte de dieu existe pour qu'il ne se soit rien passé de plus que ce dont il se souvenait. Ils avaient juste bu, fumé, parlé... elle avait eu quelques moments assez gênants mais jamais rien qui aille plus loin, hein ? Il se souvenait qu'elle lui avait proposé une sorte de jeu à boire -sans se souvenir duquel- mais après plus rien. Merde.
Et ce nom, Katsu. C'était un de ses collègues. Elle jouait avec lui, le faisait tourner en bourrique ? Ou alors était-elle sérieuse ? La confusion était clairement visible sur son visage alors qu'il jaugeait Jóna de bas en haut. Pas possible que, même bourré à ce point, il ait pu accepter de faire quoi que ce soit avec une élève. En plus elle n'était même pas majeur !


- Il s'est passé quoi, hier, exactement, Jóna ?


Et en plus il lui confirmait que sa mémoire faisait défaut. Si le but de la musicienne était de le rendre fou, il ne voyait pas comment il allait pouvoir démêler le vrai du faux. Et si jamais il s'avérait qu'ils n'en étaient pas resté là la veille, il risquait gros. Très gros. Et en dehors de la gêne, du regard qu'on pouvait lui donner si ça s'apprenait, c'était surtout les ennuis avec la justice qui le mettaient mal.
Il avait froid, d'un coup. Et les mains moites. Merde merde merde.

Qu'est-ce que tu fous Jóna ?


Somun vous surveille en DarkOrchid
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] W28o
Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyMar 29 Jan - 12:55

ft. Somun Jorgensen

It is time to doubt. ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

« - Pardon ? » dindon.

Bah ouais banane, maintenant que je sais l'état dans lequel tu peux te trouver, crois-moi que je vais en jouer. Je m'amuse vraiment à admirer son air un peu inquiet. Vraiment inquiet. Oui, dans sa tête, là maintenant ça fuse, et il se dit que "non, impossible que j'ai pu faire ça avec une élève, ça ne me ressemble pas" ou quelque chose dans le genre, et il sait que si ça venait à s'ébruiter, il serait bien plus dans la merde que moi, la junkie exemplaire. Je met ma main dans la poche et attrape mon paquet de clopes. Je pense qu'il s'en rappelle que je fume, et en soi, je pense qu'il se souvient d'une énorme partie de la soirée, si ce n'est de quasiment tout. Alors jouons sur l’infiniment inconnu dont il peut désormais doute.

« - Il s'est passé quoi, hier, exactement, Jóna ?

- Bien joué ! Tu es le premier à dire mon nom vraiment comme il faut, mon chou ! »
ne pas lui répondre, c'est la base.

Je prends ainsi ma cigarette et la met au coin de mon oreille gauche, laissant retomber mes cheveux de ce côté afin d'y gâcher le bâton de nicotine que je vais me permettre d'aller fumer je ne sais trop où, sans doute sur le toit. Je vois désormais pour raccorder ma basse, par la même occasion. Le son est bas, mais suffisant, mon oreille s'est accommodée depuis un moment les sons si bas émis par cette chère Kristina, alors que je me permettais de continuer à progresser durant ces années d'apprentissage bien méritées. Je caresse une nouvelle fois les cordes afin de faire sonner un son lourd mais pas pesant, plus agréable que le précédent. J'entame la partie basse de Californication des Red Hot, mais... je connais pas les paroles. Alors le chant qui accompagne mon instrument sera de simples "na na na na".

Je redresse la tête face à cet homme, en sueur, désemparé par mes propos qu'il ne peut hélas vérifié. Je souris simplement avant d'entamer ma douce mélodie, enchaînant sur une bête phrase du type :

« - Tu sais, faut pas t'en vouloir, on a trouvé ça agréable l'un comme l'autre, donc tant que ça reste entre nous. »

Au bout d'un moment, dans le refrain du morceau ça dit "Hardcore Soft Porn" je crois. Ouais, je pense que j'ai bien choisi le morceau à jouer. Et quand même. Je ne dis rien de plus, je joue avec mes gestes. Pas tant aguicheur, mais ceux d'une femme comblée de la veille, serrant très légèrement mes cuisses en souriant, crispant par moment mes doigts, et le regardant avec ce regard quasi-amoureux. Ce n'est pas que je m'ennuie, mais j'aime le voir ramer. Pour une contrefaçon, ça a un côté très amusant. Et puis, de toute manière, je n'ai pas non plus à me reprocher ce que je fais, je n'estime pas avoir menti, j'ai vraiment passé une bonne soirée la veille. Et ses mains sont vraiment douces. Mais ce n'est pas comme si elles avaient touchées mon corps, ha ha !

J'avoue je suis quand même pas mal une connasse.

Somun Jorgensen
Somun JorgensenSurveillant
Messages : 130
Âge : 24

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyJeu 31 Jan - 23:32

Elle se moquait complètement de lui. Elle ne répondait pas, s'amusait qu'il prononce son nom comme il faut, et avait sorti une cigarette alors que c'était interdit d'en promener une visible. Ou en tout cas pas très toléré. Même pas allumée. Le danois se redressa, essayant de mettre de côté toutes ses questions, alors qu'elle raccordait sa guitare avant de se remettre à jouer. En précisant qu'ils avaient tous les deux trouvé ça agréable. Alors déjà non.


- Range cette basse tout de suite. dit-il, croisant les bras, essayant de reprendre un air sérieux. Et pareil pour la clope. Pas ici. Dehors.


Elle était casse-couille à un point inimaginable. A croire qu'elle voulait juste... quoi, s'amuser à le séduire ? Nan. Pas possible, elle jouait juste un rôle. Comme Aki quand il avait feint l'amoureux, lorsque Somun l'avait vu dans l'internat côté filles. Sauf qu'elle, elle était presque crédible si Somun n'avait pas quelques petits fragments en mémoire. Et puis il avait des principes et il était à peu près sûr de continuer à les respecter même en étant saoul.
Il s'approcha d'elle alors qu'elle jouait et vint lui attraper le poignet. Sans serrer. Juste pour signifier que maintenant, elle allait se mettre à écouter. Elle devait bien voir qu'il n'en menait pas large, se posait bien trop de questions, mais il ne voulait pas perdre la face aussi facilement. Il venait de montrer une bonne faiblesse quelques instants avant et il voulait se reprendre !


- Et je déconne pas Jóna, prévint-il en appuyant sur son nom, toujours bien prononcé. Je me doute que tu te moques des sanctions, mais n'oublie pas mon rôle ici. Se mettre un surveillant à dos c'est pas le truc à faire. J'risque de te tomber dessus bien plus souvent à chaque conneries.


Pourquoi s'acharnait-elle à l'emmerder autant ? Il n'avait rien fait de particulier, et la soirée d'hier... sans penser à ce qu'il s'était peut-être possiblement mais pas trop sûr quand même passé dans la zone d'ombre qu'il avait, et en se remémorant juste ce qu'il s'était passé au bar, c'était pas... si mal. Un peu gênant par moment mais sinon Jóna était plutôt cool. Elle n'aimait pas se faire des amis ? Ils auraient pu bien s'entendre, Somun en était à peu près sûr. Ou au moins s'ignorer. Mais pas jouer à qui va le plus emmerder l'autre !
Il entendit quelqu'un arriver dans le couloir et lâcha immédiatement mademoiselle-dreads. Elle était capable d'inventer une connerie pour que les ennuis se retournent sur lui. Il fallait se méfier de tout avec ce genre de vipères. Le danois jeta un coup d'oeil vers la porte mais la personne passa sans s'arrêter par la salle des surveillants. Puis il revint regarder la finlandaise, toujours aussi... partagé entre le sérieux et la confusion.
S'il était un pokémon il aurait eu l'effet confus. Se taper tout seul comme un con et s'en étonner.


- Ecoute. On va dire que j'me fous de la veille ça te va ? J'te fous aucune sanction pour avoir joué d'un instrument dans un lieu où tu n'avais pas le droit, et en échange tu arrêtes de me coller aux basques.


Il avait pris son ton le plus autoritaire. Peut-être qu'elle allait se méfier un peu. Ou alors juste se foutre de sa gueule. Somun était à peu près sûr de quelle option elle allait choisir ceci dit...


Somun vous surveille en DarkOrchid
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] W28o
Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptySam 2 Fév - 16:56

ft. Somun Jorgensen

And to catch. ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

« - Range cette basse tout de suite. »

Oh. L’autorité lui rappelle à l’ordre. Il commence enfin à décuver ? Il serait peut-être temps que tout cela ressemble désormais à un vrai rapport surveillant – élève, non ? S’il s’enquiquine tant avec cet instrument qu’il m’a laissé utilisé depuis plusieurs minutes, il ne devrait pas tarder non plus à cafter pour la clope, non ?

« - Et pareil pour la clope. Pas ici. Dehors. »

Bingo. Une vilaine fille donc, face à un grand surveillant autoritaire. C’est là qu’il vint m’attraper le poignet. Allons bon, on commence à toucher les élèves ? Salaud, va. Coquin de première zone, tu n’as vraiment aucune pitié pour cette pauvre fille qui te soutient mordicus que vous avez passés un bon moment la veille. Je soupire rapidement avant de l’entendre commencer à déblatérer des propos peu gai. Hmm. Il s’est laissé poussé des couilles en l’espace de quelques minutes, ou c’est que je suis vraiment trop loin pour lui ? Je me permet simplement de lever les deux mains à hauteur de ma poitrine, paumes tournées en sa direction, l'air de dire que de toute façon, tout allait bien dans le meilleur des mondes.

« - Et je déconne pas Jóna. Je me doute que tu te moques des sanctions, mais n'oublie pas mon rôle ici. Se mettre un surveillant à dos c'est pas le truc à faire. J'risque de te tomber dessus bien plus souvent à chaque conneries. »

Je n’ai plus sa main qui attrape mon poignet quant il se met à entendre une nana passer par la salle des surveillants. Amusant. Il semble soudainement tout gêné. Qu’est ce qu’il l’a poussé à être surveillant ici ? Parce qu’on est riche, il y a forcément que des personnes irréprochables ? Dans ma tête, l’inverse sonnait mieux, et justement, on se doutait bien que rien n’allait bien se passer si les choses s’accumulaient de cette manière. Il a compris, surtout, je pense, de quoi je pouvais être capable. Puis au vu des évènements d’hier soir – notamment du fait que j’avais eu son numéro d’une manière assez fourbe, j’avais toutes les raisons de le faire douter ! Pour ce qui était de ma clope, elle était planquée derrière mes dreads, j’en profitais donc pour prendre mes cheveux et les soulever de manière à ce qu’il voit mes oreilles et qu’il comprenne qu’il n’y avait rien (pire blague, je l’ai prise dans mes mains à ce moment-là pour la reposer sur mon oreille une fois mes dreads baissées). Il soupire et se remet à me parler sous son air d’autoritaire qui ne lui va absolument pas.

« - Écoute. On va dire que j'me fous de la veille ça te va ? J'te fous aucune sanction pour avoir joué d'un instrument dans un lieu où tu n'avais pas le droit, et en échange tu arrêtes de me coller aux basques.

- Comment ? Tu souhaites que j’arrête d’être à tes basques malgré la superbe soirée qu’on a passé rien que tous les deux toi et moi ? Non mais j’ai vraiment cru que j’allais pas en revenir, vraiment, tant c’était doux, chatoyant agréable… Je nous revois encore l’un avec l’autre, à se lover durant plusieurs minutes alors qu’on prenait du bon temps, à boire, et… »


Oh, tilt. Comme un simple éclair de génie, voici que nos consommations de la veille me rappellent certaines informations intéressantes qui ne seraient absolument pas à prendre à la légère, surtout pour une personne qui n’est pas originaire de ce fameux pays du soleil levant.

« - D’ailleurs, y’a pas si longtemps, j’avais lu que le THC était contrôlable et restait dans le sang pendant au moins une semaine, et que les personnes arrivant du Japon pouvait potentiellement se faire bannir du pays à vie s’ils se retrouvaient dans un état de ce genre. Tu imagines ? Il ne devait pas bon vivre en tant qu’artiste japonais dans les années 30, ici. D’ailleurs, je me demande à quoi ça ressemblait les années 30 ici, pas toi ? »

Je m’étirais en souriant, reprenant d’un coup mes affaires, jetant un œil vers la sortie : avouons qu’une clope me ferait le plus grand bien (après tout, il faut bien entretenir correctement ce futur cancer des poumons) et je n’ai qu’une envie, c’est de pouvoir admirer sa tête à son premier SMS reçu. Remarque, non. Je ferai ça plus tard. Faisant craquer mon dos et mon cou en baillant, je me permettais de rajouter simplement :

« - Mon chou, tu pourras faire ce que tu veux, je suis irréprochable sur mon dossier scolaire, et je reste dans les clous, mais si tu n’apprécies pas la simple plaisanterie c’est dommage pour toi. Lire le doute et la crainte sur ton visage, c’est tellement jouissif, si tu savais. D’ailleurs, j’espère que ça ne s’ébruitera pas trop, ha ha ! »

Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyDim 3 Fév - 21:48
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] MSe

La journée...
Était sans doute la plus banal du monde. Du moins... Jusqu'à ce que j'apprenne une information qui a changé toute ma vie. Bouleversé ma galaxie, toute mes croyances. En ce moment même ? Je suis ébranlée pour être honnête, j'ai le cœur en miette. C'est extrêmement égoïste, je devrais me ravir d'avoir appris que ma meilleure amie sort avec mon Dieu vivant du jeu en ligne et pourtant, c'est... J'ai le sentiment de la fin de quelque chose. Jona sera toujours avec lui... Somun.

En même temps.
J'aurais dû m'en douter ! Deux européens qui se retrouvent, du nord ! Lui qui arrive quasiment à mieux prononcer que moi son prénom (alors que j'y travail dur !). Mes deux chouchoux, ensemble par les liens sacré de l'amour et moi, la geek bhé... Un flash de Kyo' me monte à la tête, je rougis et je chasse ces idées. Non, je dois me réjouir pour eux ! Car ça va être très dur pour qu'ils vivent leurs passions, ici même. Jona a mon âge ! Je vais devoir les soutenir, du mieux que je peux !

Déjà...
Faut que j'enlève cette tête d’enterrement, ça fait flipper les autres. On m'a déjà demandé trois fois si mon personnage préféré était mort dans mon manga, ou si je captais encore le wifi. Heureusement que oui ! Ah oui, je vous ai pas expliqué, comment j'ai découvert cette vérité indéniable de ce couple secret ! Aussi bien caché qu'un bonus d'une de mes série préférés.

La prof d'anglais.
Tout part de là ! Elle était à la bourre, du coup, Jona s'est porté volontaire pour aller à la pêche aux infos, tout ça, tout ça, et moi, j'avais déjà allumé mon appli' pour jouer sur mon téléphone. Le temps, c'est du jeu ! Bref ! C'est au bout de mon dixième niveau passés, que je me suis rendu compte que ma bestah était hyper longue pour juste un "oui elle est là, non elle est pas là". Alors, je suis partie à sa recherche, même si je savais qu'elle n'était pas très loin, vu son état...

Ah oui !
On aurait dit un monstre de DOOM ! Mais pas un des derniers, non, les vieux dégueux tout pixelisé. Jona, je ne sais pas ce qu'elle a fait hier, je ne l'ai pas approché pour lui demandé mais... Elle était vraiment pas fraiche ce matin et du coup, j'ai pensé que ça devait être une bonne idée de la laisser tranquille. La laisser... reprendre conscience de notre monde quoi ! Bref, oui, elle était clairement déchiré, mais au moins, elle est venue, elle ne m'a pas laissé toute seule aujourd'hui et pour ça, elle mérite tout mon respect et affection.

Donc !
Je suis allée à la salle des surveillants et j'entends... Comme de l'animation. Je décide alors de me la jouer ninja, et d'écouter un peu à la porte, pouffant un peu de rire. De quoi ils peuvent bien parler depuis si longtemps ? Au début, je ne comprenais pas trop mais j'ai vite compris que ça s'envenimait, une sorte de tension et là...

- Comment ? Tu souhaites que j’arrête d’être à tes basques malgré la superbe soirée qu’on a passé rien que tous les deux toi et moi ? Non mais j’ai vraiment cru que j’allais pas en revenir, vraiment, tant c’était doux, chatoyant agréable… Je nous revois encore l’un avec l’autre, à se lover durant plusieurs minutes alors qu’on prenait du bon temps, à boire, et… »

OHLALA
Je vous explique pas ma tête à cet instant et en fait, c'est ça, j'étais trop choquée du coup, j'ai fais du boucan. J'ai vite fais demi tour ! Je suis retourné à la salle de classe, Link à tout de suite capté à ma tête que j'ai découvert un truc de ouf, mais je peux pas lui dire. Alors, j'ai pris mon yaoi (oui devant tous le monde, ils ne sont plus choqués depuis le temps). Je crois que j'ai relus trois fois le même chapitre, tellement je n'arrive pas à m'en remettre.

Puis...
J'ai laissé tombé. J'ai posé ma tête contre la table... J'viens de perdre ma meilleure amie et mon Dieu... Ils ont passés la soirée ensemble et ils ont...  

J'suis tellement une gamine à côté de Jona.

[hrp : Intervention suite à la demande de Jojo et Munmun ♥️]
Somun Jorgensen
Somun JorgensenSurveillant
Messages : 130
Âge : 24

Infos supplémentaires
Clubs: Représentant du club d'Informatique
Boîte à infos:
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyLun 4 Fév - 13:59

Jóna faisait comme si de rien n'était en mettant ses mains devant elle, l'air de dire que tout allait bien. Elle se foutait de lui et c'était exaspérant. D'ailleurs la clope avait « disparue ». Un tour de passe-passe, une connerie du genre, sans doute. Somun n'avait plus particulièrement envie de chercher à comprendre ce qu'elle faisait. Il voulait juste qu'elle lui foute la paix.
Sauf que ça ne semblait pas être dans ses plans. Elle continuait à insister sur la veille, trop pour que ce mensonge soit encore crédible. Elle était vraiment gavante, et il se contenta de répondre avec un regard appuyé sur elle. Il avait juste l'air fatigué de l'entendre et tout dans son attitude criait « Fous-moi la paix Jóna ». Est-ce qu'il allait vraiment devoir faire le méchant pion et lui mettre des sanctions pour qu'elle se décide à sortir aller fumer sa clope ?

Il y eut un bruit vers la porte, comme quelqu'un qui courait soudainement. La personne n'était finalement peut-être pas partie. Eh merde. Et Jóna qui continuait en parlant de THC, des années 30, de toutes ses conneries. Le mal de crâne du danois se faisait un peu plus intense à force de devoir se concentrer sur cette conne et il n'avait plus vraiment envie de faire d'effort.


- Ferme-là Jóna, vraiment. Ferme-là.


La personne qui les avait entendu avait couru. Pas un prof ou un membre du personnel. Sans doute un élève qui était persuadé d'avoir entendu l'info du siècle et qui allait être fier de parler de ça à ses potes. « Le pion a couché avec Jóna ! Ouaaah ! ». Ouais. Ouaaaah le pion qui va se prendre un blâme et qui va se faire jeter de son boulot à cause d'une rumeur à la con que Jóna aurait créée. Est-ce qu'elle était fière de ça ? Sans doute que oui.
Elle parla encore, et sa voix suffisait pour que Somun ait à nouveau envie de prendre un doliprane. Et elle le narguait complètement, perchée en haut de son dossier scolaire irréprochable. Elle lui faisait un bras d'honneur verbal. Magnifique personne. Très sympa, pas du tout emmerdante, pas du tout du genre à foutre les gens dans la merde.


- T'es au courant que quelqu'un nous a entendu ? T'as entendu les bruits de pas dehors ? Y'a ta scolarité mais là t'es surtout en train de me pourrir mon boulot ici. Les pions sont pas tes potes, Jóna. On est pas là pour que tu t'amuses comme t'es en train de le faire. Un simple coup de pied dans ton dossier scolaire et tu pourrais tomber de ton piédestal.


Sans doute se prenait-il trop la tête. Mais il était fatigué, il avait mal au crâne, et il voulait juste prendre un peu de repos pour se remettre de ça et avoir les idées au clair pour se sortir de cette galère. Elle semblait prête à partir, et Somun n'allait clairement pas la retenir. Un « dégage » lui brûlait les lèvres mais ça plus son « ferme-là » et c'est lui qui allait être en tord. Langage grossier face à un élève, tout ça...
Les années 30 n'étaient peut-être pas géniales, mais en attendant, un prof qui mettait une bonne claque à un élève insupportable ne choquait personne et au moins ça calmait. Peut-être que ça craignait oui. Mais au moins les élèves ne se prenaient pas pour des petits rois comme cette Jóna.


- Va fumer et laisse-moi. C'est l'heure de ma pause.


Ou pas. Mais il allait demander à un collègue de le remplacer et il viendrait faire des heures à un autre moment de la semaine. Somun ne tenait pas à continuer la journée dans cet état.


Somun vous surveille en DarkOrchid
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] W28o
Anonymous
InvitéInvité
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] EmptyMar 5 Fév - 20:43

ft. Somun Jorgensen

Ciao. ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.



« - Ferme-là Jóna, vraiment. Ferme-là. »

Oh ? J’ai enfin réussi à de nouveau lui titiller son esprit, une nouvelle fois, et le voir aussi perdu et mal en point est kiffant. Je sais pas pourquoi je m’amuse tant à le voir torturé, mais je trouve ça tellement extra, je ne me lasserai jamais, absolument jamais, de voir ce gaillard à la même allure que la mienne faire le mec fier, pour retomber de si haut, au final à chaque fois que je sors une phrase ! Je sais pas, c’est plus fort que moi, il a ce côté où je ne peux m’empêcher de continuer à l’enquiquiner pour un rien. Il est pas tant fier, de nature, mais j’aime sa manière d’être, il est très jeune dans ses actes encore, ça se voit qu’il ne grandit pas plus qu’un étudiant classique. En vérité, il n’est vraiment pas vieux du tout, et on se serait bien entendu si j’étais pas encore un peu bourrée de la veille. Vraiment.

« - T'es au courant que quelqu'un nous a entendu ? T'as entendu les bruits de pas dehors ? Y'a ta scolarité mais là t'es surtout en train de me pourrir mon boulot ici. Les pions sont pas tes potes, Jóna. On est pas là pour que tu t'amuses comme t'es en train de le faire. Un simple coup de pied dans ton dossier scolaire et tu pourrais tomber de ton piédestal. »

Il n’avait pas tort, et quelque part ,je devrais aussi faire gaffe. Après, j’ai juste préféré ne rien dire, haussant simplement les épaules, car ça n’avait que peu d’intérêt, de continuer à le tourmenter, je pense qu’il est assez perdu comme ça. En soi, je me fiche des rumeurs, mais malgré tout, avec du recul, ça me ferait chier qu’il se fasse sucrer. De toute façon, je serai toujours là pour assurer sa protection, au pauvre petit agneau en perdition. Ce n’est pas comme si ma parole avait tant d’impact que ça, mais ceci dit, je sais que mon dossier pourra passer comme crédible, surtout que je me suis toujours montrée droit et juste avec les membres du personnels. Un peu moins avec les profs, mais j’ai toujours su amener au débat, quand je voyais que ça commençait à partir en cacahuète, donc en soi, je sais plus ou moins me dédouaner.

Il n’empêche que, si vraiment quelqu’un nous avait entendu et cherchait à faire courir la rumeur, je pense qu’il aurait su se montrer un peu discret. Je me trompe peut-être, mais j’imagine plus une pisseuse de première année qui ne sait pas interpréter des phrases qui va juste paniquer, raconter ça et à ses copines et passer rapidement à autre chose. Puis après tout, ce n’est pas comme si on reconnaissait ma voix, et au ton que je prenais, j’espérais vraiment faire passer ça pour ce que c’était, soit de la plaisanterie de mauvais goût. Mais de la plaisanterie quand même. Enfin, il est à bout, et je ne pense pas l’emmerder plus longtemps, surtout au vu de ses yeux qui commencent à faire un peu n’importe quoi.

Puis en vérité, avec un peu de recul, cela ne m'effraie pas vraiment, le coup de la rumeur.

« - Va fumer et laisse-moi. C'est l'heure de ma pause.

- Oh mon dieu, monsieur le surveillant, vous incitez les élèves à fumer ? Ha ha ha ! Allez, bonne pause, la contrefaçon ! »


Je me retourne et je repars simplement ailleurs. J’irai chercher un endroit plus calme pour m’entraîner à la basse. Là où un pion ne pourrait potentiellement pas venir m’emmerder. J’hésite à me poser sur le toit. Je pourrais peut-être même me rouler un joint, qui sait. Ce n’est pas comme si cette journée allait, de toute façon être remplie et conséquente. Boarf, je vais bien voir. De toute façon, je ne m’attends pas à le revoir de si tôt. Il a l’air désespéré. Vivement qu’il décuve. Et moi aussi, un peu.

Contenu sponsorisé
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna] Empty