Partagez | 
 

 Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Somun Jorgensen
Surveillant
avatar

Messages : 76
Age : 23
Profession : Surveillant

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]   Dim 30 Déc - 22:03


Boire la veille d'aller bosser, c'était pas une bonne idée. Surtout boire autant, en fait. Somun avait un mal de tête à se frapper le crâne contre un mur, mais il devait tenir son poste et vérifier que l'arrivée des élèves passant dans le hall se faisait dans le calme. Et pas moyen de laisser quoi que ce soit paraître, où il risquait de se faire reprendre par le directeur. Voire pire. Un blâme, un truc du genre. C'était la première fois qu'il se laissait aller depuis qu'il était ici. Mais c'était la faute de cette fille, dont il avait oublié le nom. Avec des dreads et des cernes bien trop visibles.
Le réveil avait été compliqué. Il avait sonné bien trop tôt, déjà. Le danois n'avait eu l'impression de dormir qu'une ou deux heures. D'ailleurs il ne se rappelait pas de l'heure à laquelle il s'était couché, il était juste tombé sur son lit et avait dormi tout habillé. Il n'avait pas fait de jeu à boire depuis qu'il était arrivé au Japon, mais il avait du mal à refuser un défi alors il avait relevé celui de l'élève. Sale idée. Lui qui voulait mettre un point d'honneur à éviter au maximum de mêler vie professionnelle et vie privée, il avait déjà échoué au bout d'à peine quelques mois. Lamentable.

Il espérait juste qu'elle n'allait pas venir en remettre une couche ce matin. Non seulement ça serait gênant qu'elle soit aussi “à l'aise” que la veille, mais en plus les autres élèves sauraient que le pion se laisse aller et sors boire avec des gens de l'académie. Sacré réputation. Alors il observait tous les visages, espérant qu'elle était déjà entrée et l'avait ignoré. Il vit passer quelques profs, aussi. Et il espérait que ses cernes seraient juste pris pour de la fatigue, et que personne n'allait deviner la gueule de bois monstrueuse qu'il avait. Si ça ne tenait qu'à lui il serait rentré et aurait dormi jusqu'à midi.
La seule chose de “bien”, c'est qu'il n'avait pas été assez saoul pour oublier. Si ça avait été le cas, il aurait été capable d'imaginer le pire. Et dire qu'elle n'était sans doute même pas majeure. Urgh. Plus jamais ça. Il allait peut-être arrêter l'alcool tiens ? Nan. Il aimait trop boire un verre de temps en temps pour ça. Mais au moins freiner. Histoire que ça se reproduise pas.

Somun se frotta les yeux, essayant de chasser un peu la fatigue. Vivement ce soir, où il allait pouvoir dormir autant qu'il voulait. Surtout qu'il n'avait pas de stream prévu. Il allait juste manger devant un film avant de tomber comme une masse.


- Monsieur ?


Il sursauta, leva les yeux et... non, ce n'était pas elle. Ouf.


- Pardon je ne voulais pas vous faire peur ! Vous savez où est la salle du cours de maths ?
- Ah euh, c'est rien t'en fais pas. C'est par là...


Il lui indiqua la direction de ladite salle. Il avait cru la voir elle. Il devenait parano avec cette connerie. Ca irait mieux sans la fatigue. Vivement le lendemain, où Somun allait être plus en forme ! Il s'étira un peu.

Dès qu'il aurait sa pause, il irait prendre un nouveau doliprane.

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jóna Hulda
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 36
Age : 17

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]   Jeu 10 Jan - 19:12

ft. Somun Jorgensen

Bah alors ? Difficile la matinée ? ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

Et parce que manger c'est tricher, je me retrouve avec une gueule de bois des enfers malgré les vingt litres d'eau que j'ai du boire cette nuit. Mes collègues de chambre ont d'ailleurs été bien sympas pour celle qui étaient là le week-end, car au vue du bordel sans nom que j'ai dû faire... je ne sais pas si moi j'aurai toléré ce boucan, j'imagine que ça vaudra pour les prochaines fois, si prochaine fois de leur côté il y a. Mais pour le coup, j'avais la tronche fraîche, et heureusement. Me lavant au préalable mille fois les dents et remettant des affaires qui ne sentent pas trop pour ne pas attirer l'attention, du moins pas plus que d'habitude, pour le coup, ça ne serait pas nécessaire.

Prête à enchaine sur de l'anglais en cette matinée bien pénible, je me craque les épaules dans les couloirs et me tient droite. Je prend ma basse car je sais que j'ai potentiellement une heure dans le vent et que ça fait un moment que je me suis pas amusée à retravailler mon doigté. Et puis j'avais dit que je le ferai chier, l'autre. Le nouveau surveillant, celui avec qui j'ai bu hier. D'ailleurs, je me demande s'il a conscience qu'il a picolé avec une mineure, au bar, tard le soir, la veille d'un de ses premiers jours. La contrefaçon. Je dis contrefaçon parce que j'ai cru comprendre qu'il avait un nom européen. Mais il avait une gueule de bridé, après, quel type de bridé... il ne semblait pas japonais. À y vivre entouré, on finit par s'habituer à leur faciès. Et quelque chose me dit que lui n'est même pas japonais.

Ni finlandais, ni japonais. une contrefaçon

En vrai je le taquine, mais je dois m'avouer me plaire de m'amuser d'un homme de ma taille, quand je sais très bien qu'au moins une demi-décennie nous sépare en terme de temps d'âge. Lui posé, a un taf, moi connasse, merdeuse, fumeuse, alcoolique pour mon âge, peu glorieuse, bref. Je préfère avoir l'air fière telle une militaire, au carré, droit, comme d'habitude. Me faire le moins remarquer possible au vu du bordel ambiant me semble être une bonne idée. Les gens son trop excités ce matin. Ça m'agace. Qu'il se pendent et qu'ils se calment, ça fera du bien à tout le monde, vraiment. Ma classe est là, ceci dit, à attendre. Attendre que ce prof arrive. Quand il veut, d'ailleurs. Ah non, en anglais on a une femme, c'est vrai. Bon. Attendons.

Les quelques pouffes de ma classe sont dans leur coin et je parle vite fait à un type qui a l'air encore plus paumé que moi pour le coup. Il est bien rare de voir une prof absente. Zelda a l'air concentrée à fond sur son téléphone. Je ne vais pas trop la déranger. Je regarde l'ensemble de la classe et leur dit qu'avec le fameux mec qui me colle, on s'en va voir si la prof est là et si les surveillants ont une quelconque information quant à cela. ainsi, il me parle sans cesse de tout et de rien sans que je ne prête vraiment d'intérêt à ce qu'il raconte. Juste, je hoche la tête comme une conne, l'air de dire que j'en ai potentiellement quelque chose à faire, mais que ça peut tout aussi bien attendre vingt minutes, ça ne serait pas plus mal.

Les minutes passent et un accord commun sur le fait que la prof n'est pas là ne fait que se faire de plus en plus entendre, et les avis convergent vers une envie de passer à autre chose, en attendant notre cours qui n'est pas tout de suite. Ainsi, nous tenos quand même à maintenir cet effet de cohésion et d'apport commun quand je me propose de partir avec l'autre gland qui me colle à me parler de tout et de rien depuis tout à l'heure, passant ainsi pour prioritaire ma volonté à me poser et à jouer d'un morceau. Je profite donc pour sortir le paquet de ma poche et planquer derrière mes dreads une clope tout prête à être fumée. Nous entamons lui et moi notre marche vers le bureau des surveillants pour demander si en effet, nous attendons pour rien depuis tout à l'heure.

Je vois une jeune élève un peu paumée sortir et... un surveillant pas frais du matin. Si j'ai l'air d'une rose éclatante matinale, clairement ce n'est pas son cas. Il est fabuleux, perdu, essaye d'avoir la tête sur les épaules, et doit craindre mon existence au même titre que je kiffe le savoir pas si loin que ça. Nous sommes dans le hall pour nous d'approcher d'eux, et il ne nous a pas encore remarqué. Je souris bêtement, demande à l'autre énergumène qui m'accompagne d'attendre un instant que j'aille simplement demander à cet hurluberlu si, déjà dans un premier temps il vit bien sa matinée, mais surtout...

« - Bonjour, la prof d'anglais du 2e est bien absente aujourd'hui ? On ne l'a pas vu arriver. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Somun Jorgensen
Surveillant
avatar

Messages : 76
Age : 23
Profession : Surveillant

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]   Lun 14 Jan - 19:59


S'il était comme ça à seulement 23 ans, Somun regrettait d'avance les futures soirées qu'il ferait dans quelques années. Il était pas frais.
L'élève sortit, et Somun ferma les yeux en se massant un peu les tampes, des fois que ça le réveille...


- Bonjour, la prof d'anglais du 2e est bien absente aujourd'hui ? On ne l'a pas vu arriver.
- Je ne crois pas qu'on ait reçu un appel d'elle pour le moment...


Il rouvrit les yeux. Ah.
Ben non en fait. Il ne voulait juste pas la voir. Mais il fallait bien faire son boulot non ? Somun observa la lycéenne face à lui, trop longtemps et pas de la manière la plus agréable possible. Il avait clairement envie de l'engueuler pour la veille. Mais il ne pouvait pas. Vie de merde. Il n'avait même pas envie de faire la moindre remarque par rapport à ça, il voulait juste qu'elle disparaisse rapidement. Elle, au moins, elle avait l'air fraîche, en pleine forme, et surtout elle affichait un sourire stupide. Est-ce qu'elle était vraiment fière de le voir dans cet état ?


- Je vais vérifier si on a pas eu des indications là dessus.


Le danois alla prendre le petit dossier sur la classe qu'elle lui avait indiquée. Il voulait surtout son nom. Heureusement, elle avait une tête reconnaissable et il n'eut pas à chercher longtemps. Jóna Hulda. Ca sonnait nordique, ça. Dommage que la première personne européenne à peu près de son coin qu'il croisait ici soit du genre à l'emmener boire plus qu'il ne l'aurait du. Certes il avait accepté, au début, mais... eh, elle l'avait quand même bien encouragé. Donc c'était sa faute. Point.
Somun regarda ensuite le nom de la prof qu'ils étaient censés avoir, avant de jeter un oeil aux tableaux des absences et retards de tout le personnel enseignant. Il fallait bien ça pour que les élèves ne soient pas les seuls à être sanctionnés pour leur retard. D'ailleurs le pion avait bien failli y apparaitre ce matin : il s'était réveillé une quinzaine de minutes avant le début du boulot.


- Visiblement ce n'était pas prévu. Je vais l'appeler.


Il revint vers le bureau et regarda à nouveau cette fameuse Jóna. Il était à peu près sûr qu'avec ce sourire, elle cachait surtout une envie de l'embêter encore ce matin. Elle n'en avait pas assez peut-être ? Mais l'engueuler, ou même faire une remarque, ça pouvait être sanctionné si elle allait s'en plaindre ensuite. On ne réglait pas ses comptes dans le lycée... Et forcément, il serait dans le tord. “Vous avez bu avec une mineure, blablabla”. Elle devait avoir un dossier scolaire bien rempli. … ou pas. Il avait connu des tonnes d'élèves qui faisaient en sorte de ne jamais franchir les limites alors même qu'ils étaient les pires.
Somun soupira et finit par lâcher, blasé :


- Tu lâches un mot sur la veille et j'te fous une heure de colle pour avoir manqué de respect à un pion.


C'était con en fait. Pire qu'un gamin qui s'amusait à attraper la queue du chat et qui s'étonnait de se faire griffer derrière.

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jóna Hulda
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 36
Age : 17

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]   Lun 14 Jan - 21:07

ft. Somun Jorgensen

Bah alors ? Difficile la matinée ? ♥️

T'ignorer ? Mais quelle idée ! Ft. Jorgensen S.

« - Je ne crois pas qu'on ait reçu un appel pour le moment... »

Coucou, c'est moi. Clairement, il vient juste de se rendre compte ou de se rappeler que j'existe. C'est jouissif, ce regard de panique, ou de stress, allez savoir. Je me marre, mais je reste humble. Et je compte bien lui péter les burnes ce matin. J'ai envie de m'amuser avec une personne sans vraie défense. La salle d'étude est à côté, et il n'y a pas l'air d'y avoir grand monde. Voir personne en fait. Les surveillants gardent la porte ouverte, histoire d'avoir un œil sur les élèves. Enfin, le voilà à aller faire son travail de jeune chien de l'établissement. Je souris rapidement avant de regarder mon collègue qui essaye de m'expliquer une théorie sur une de ces séries à la mord-moi-le-nœud. Je fais genre de m'y intéresser en hochant bêtement la tête, attendant patiemment le retour de la contrefaçon.

« - Je vais vérifier si on a pas eu des indications là-dessus.

- Hin hin. »


Mais fait, mais fait. J'admire un peu ta démarche, pendant ce temps-là. Tu restes droit et fier, mais t'as du mal, clairement. On reconnait les gens alcoolisés de la veille à ceux vraiment frais : ils sont trop fatigués et trop sérieux à la fois. Ça donne ce petit cachet amusant, surtout qu'il n'a pas l'air d'être du matin. Je ricane un p'tit peu, l'autre à côté me demandant ce qui avait, je fais mine de baisser la main, comme si on en avait rien à foutre. Puis quelque part, c'est vrai : qu'est ce qu'on en a à foutre ? Je me demande combien de temps on va attendre, pour une bête lecture d'un tableau. Et les secondes se font un peu trop longues. Il cherche un truc en plus, ou il est juste à la ramasse ? J'opte pour la seconde solution. Il doit même pas savoir quelle heure il est, je suis sûre. Je m'étire faisant craquer mes os au niveau des épaules, rendant muet un court instant mon collègue décidément bien trop bavard.

Le voilà qui revient, un peu plus remonté, ou déterminé. Enfin, quoiqu'il arrive, ça reste de grands mots : il a toujours sa sale gueule de croque-mitaine.

« - Visiblement ce n'était pas prévu. Je vais l'appeler.

-'kay. »


Je reste peu expressive, car après tout, c'est comme ça qu'on joue : faire mine qu'on s'en fout. Montrer sa supériorité par le snobisme le plus total. Je me retourne pour m'adresser à l'autre qui m'accompagne, là, quand j'entends soudainement ce qui s'apparente à une menace.

- Tu lâches un mot sur la veille et j'te fous une heure de colle pour avoir manqué de respect à un pion. »
Si c'était bien trop implicite, au moins, là c'est clair : il vient de lancer la partie. Il vient de lancer le jeu de celui qui fera péter un câble à l'autre. Ce qu'il ne sait pas vraiment, c'est que je n'ai absolument rien à perdre, ni rien à prouver. Dans le pire des cas je confirmerai des rumeurs, et je m'en fous un peu, tant que ça reste dans l'enceinte du lycée, et que ça ne provoque pas des personnes qui pourraient me tabasser. Ça fait un peu mal de se faire frapper. Quand même. Je me retourne l'air un peu offusquée, en penchant la tête et en parlant un peu fort :

« - Un mot sur la veille ?! Mais de quoi vous voulez bien parler, monsieur le pion ?! »

Tu m'auras pas à ce jeux-là. Je fais mine à l'autre d'aller prévenir les autres qu'on peut se dispenser de cours, et je me pose sur le poteau à côté du surveillant, posant ma basse et mon sac au sol. Je garde ce même sourire provocateur, attendant de voir sa potentielle réaction. Je reste adossée su poteau, le regardant en croisant les bras, l'air de le défier, un peu. Il ne cherchait pas ça, il va le trouver. ce mec est un gamin, autant que j'suis une petite conne. Et je vais en jouer, clairement.

« - Du coup, cela ne vous dérange pas que je joue un peu d'un instrument dale couloir ? Dans le pire des cas je peux toujours me mettre dans la salle de permanence si cela peut potentiellement vous déranger, après ma basse ne fait pas de bruit, mon ampli est dans ma chambre. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Somun Jorgensen
Surveillant
avatar

Messages : 76
Age : 23
Profession : Surveillant

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]   Sam 19 Jan - 0:59


Somun remarqua alors qu'il observait le fameux tableau que Jóna était accompagnée par un gars... bavard. Trop bavard. Au point qu'il se demandait comment il avait pu ne pas le voir plus tôt. Son copain peut-être ?.. Nan, elle avait pas l'air particulièrement réceptive lorsqu'il lui parlait. Elle l'ignorait en fait. Le danois se demandait donc pourquoi elle l'avait laissé l'accompagner... elle était vraiment bizarre, cette fille là.
Elle était calme pour le moment. Inexpressive, comme si la veille n'avait été qu'un mauvais rêve -mais le mal de crâne était là pour lui rappeler que c'était bien réel. Elle était calme oui, jusqu'à ce que Somun lance la phrase de trop, qu'il regretta aussi vite. Quel idiot. Jóna se retourna vers lui, faussement surprise.


- Un mot sur la veille ?! Mais de quoi vous voulez bien parler, monsieur le pion ?!


Connasse.
Elle alla poser ses affaires contre un poteau après avoir congédié son... ami. Et elle le toisait avec un air bien trop content pour lui. Elle le défiait, c'était évident, au moins à ses yeux. Somun était mauvais joueur. Il était bien trop fier. Et il le savait. Sauf qu'il avait un double malus dans ce duel : il était le pion, il était censé être plus mature que ça. Et il n'était pas encore remis de la veille, clairement pas. -10 en charisme et en crédibilité, +10 en risques pour son emploi. Somun l'observa avec un regard un poil plus agressif.

Ce serait con qu'il joue trop à l'imbécile et se retrouve dans une situation délicate.
Mais il était con.
Alors il allait jouer. Dès qu'elle aurait fini de parler.


- Du coup, cela ne vous dérange pas que je joue un peu d'un instrument dale couloir ? Dans le pire des cas je peux toujours me mettre dans la salle de permanence si cela peut potentiellement vous déranger, après ma basse ne fait pas de bruit, mon ampli est dans ma chambre.


Curieux comme demande. Somun ne voyait pas vraiment ce qu'elle comptait faire en lançant les hostilités de cette façon. Elle avait peut-être son ampli et allait l'accuser de l'avoir autorisée à jouer ? Nan, c'était trop simple pour lui de dire qu'il n'était pas là et était venu en entendant le bruit. Alors quoi ?
En tout cas il comptait rentrer dans son jeu, pour le moment.


- J'ai appris quelques accords en guitare quand j'étais plus jeune, comme à peu près la moitié des gars de cet âge. J'ai pas continué et j'ai jamais joué d'un autre instrument. Je serai curieux de voir ce que tu es capable de faire à la basse. Qui sait, si tu joues bien tu pourrais être chargée par le directeur de jouer pour les futures portes ouvertes, devant les gens qui visiteront l'école ?


Il se demanda si ce genre de chose allait la calmer, ou au contraire la faire revenir à la charge. Il avait toujours l'avantage d'être plus ou moins la figure d'autorité si elle foutait le bordel. Il se doutait bien que des heures de colles ne devaient pas être grand choses pour elle, mais peut-être qu'elle craignait un poil plus pour son image ?.. nan. Elle s'en foutait aussi sûrement, vu la dégaine qu'elle avait la veille. Alors quoi ? Elle devait bien avoir un truc qui lui ferait assez peur pour la calmer non ?
Somun se leva du bureau et s'approcha d'elle. Elle faisait presque sa taille, c'était assez drôle pour lui qui avait l'habitude d'être un géant au Japon. Le danois sourit, croisant les bras, en l'imitant un peu sans vraiment le vouloir ou même y faire attention. Il avait juste la même manière de se comporter quand on lui lançait un défi.


- Evite de jouer si tu es pas sûre de toi par contre. J'ai vu pas mal de gens dans le métro de Copenhague jouer pour avoir quelques pièces. Y'en avait des bons mais y'en avait surtout beaucoup de mauvais et ça serait dommage que tu me les rappelles. J'suis pas au Japon pour ça.


Elle avait une tête de junkie, c'était quand même pas la faute de Somun si elle lui rappelait quelques cas qu'il avait connu pendant ses études, si ?

_________________
Somun vous surveille en DarkOrchid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ignore moi, s'il te plait. [Jóna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le foie à ses raisons que l'alcool ignore...{PV Raynox}
» MAËLLE ∆ car le coeur a ses raisons, que la raison ignore
» "Le cœur a ses raisons que la raison même ignore" - Avec Aaron S. Hill et Oka Rules [Event Eclipse]
» Kinley... Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore...
» Un héros qui s'ignore [PV Dylan & Seth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Lycée :: Hall-
Sauter vers: