Partagez | 
 

 Un sourire est un début [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chizuru Sasahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 23
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Volley-ball / cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Un sourire est un début [LIBRE]   Ven 7 Déc - 19:48


Un sourire est un début


Déc-2018



Ce matin Chizuru a eu du mal à se réveiller, beaucoup de mal… Heureusement qu’elle n’a croisé personne avant d’avoir pris sa douche car elle ressemblait à un zombi et même après ça, on pouvait clairement voir qu’elle avait mal dormi. En même temps elle avait rêvé que les gens venaient lui parler comme si elle avait fait partie de leurs groupes depuis toujours, comme si tout son passé avait été effacé et qu’aucune rumeur n’avait circulé à son sujet. Le choc avait été tel qu’elle s’était réveillé en sursaut et n’avait fait que des sortes de micro siestes par la suite jusqu’à ce que son réveil ne sonne.

Sortant de la douche pour aller récupérer son sac, elle laissa s’échapper un soupir de fatigue. Que cette situation finisse par arriver ou non, elle ne pourrait pas supporter un changement aussi rapide dans sa vie. C’est sans doute au sujet de ce qui s’est passé ces derniers jours… Entre Saya Nakajima qui es venue lui parlé spontanément lors de la préparation des onigiris au club de cuisine et cette histoire avec le cours de sport… Elle regarde sa cheville immobilisée. C’est vraiment pas pratique ce truc, surtout que les gens la regardent encore plus étrangement depuis qu’elle a sa béquille pour l’aider à ne pas poser le pied par terre. La montée des escaliers est disons des plus périlleuses avec cet outil en plus, des fois, elle préfèrerait s’en débarrasser en la jetant mais elle se retrouverait bien bête à ne plus pouvoir avancer et se résigne donc toujours à le faire.

Arrivée dans le couloir de sa salle de classe, elle se pose contre la fenêtre pour manger le petit pain pris à la cafétéria ce matin et sort la brique de jus de pomme de son sac. Celle-là, elle l’a prise à l’instant dans le distributeur du couloir. Elle regarde par la fenêtre du couloir et voit les étudiants et les lycéens arriver au campus soit depuis la ville soit depuis le pensionnat. Elle les observe un moment, voyant les groupes d’amis se réunir, se dire bonjour, plaisanter, se taper dans le dos, et autre. Elle aimerait bien avoir ce genre de relation elle aussi mais quand elle essaye, c’est toujours peine perdue. Soit on lui répond avec une peur visible sur le visage, soit on l’ignore en s’éloignant d’elle.

Elle repense à son club de cuisine et sourit un peu, un sourire que personne n’a encore jamais vu car elle n’a pas l’occasion de le montrer à qui que ce soit, mis à part à ses parents. Elle voit aussi des couples se retrouver et se met à rougir légèrement. Est-ce qu’elle pourrait elle aussi être dans cette situation un jour ? Retrouver un garçon et le considérer comme son petit copain ? Ses yeux s’arrêtent sur quelques garçon dont elle se fait la rapide description de ce qu’elle pense de chacun dans sa tête et fini par secouer cette dernière en se disant que non, ce n’est pas pour elle, elle préfère se consacrer à ses études. Laissant s’échapper un dernier soupire, elle se retourne, tournant le dos à la vitre, et se rend alors compte qu’elle n’est pas seule. Depuis combien de temps ? Est-ce que cette personne a vu son sourire et ses joues rosées ? Elle reste alors bloquée là, à regarder l’élève devant elle sans savoir quoi faire.



©️ Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aki Hotaba
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 59
Profession : Lycéen

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   Sam 8 Déc - 17:28




Un sourire est un bon début.


Aki non plus n’avait pas bien dormi. On pouvait le deviner à son visage, affichant ce qu’on pouvait appeler “sa tête des mauvais jours”. Sourcils froncés, lèvres scellées, et regard assassin, lui donnait cet air si charmant qu’on préférait s’écarter naturellement de son chemin ce matin. Après une douche rapide, sans savon, parce que personne n’avait pensé à remplir le distributeur de gel douche, ce qui n’avait rien arrangé à son humeur, il marchait tout droit vers la cafétéria, d’un pas décidé, prêt à bouffer n’importe qui se trouverait en travers de sa route. Un bon petit déjeuné lui remettrait les idées en place, probablement. C’est ce qui fonctionnait la plupart du temps lorsqu’il se levait avec les nerfs en pelote. De plus, il ne portait pas sa veste d’uniforme lycéen, tachée la veille par un jet de ketchup rebel. À la place, il portait son blouson noir. Il ne supportait pas les regards désapprobateurs sur sa tenue non réglementaire, bien que tous les autres éléments de l’uniforme soient bien à leur place, et fusillait d’un oeil assassin n’importe qui ayant le malheur de croiser le sien.

Encore plus énervé qu’au levé du lit, Aki s’irritait pour un rien. Le temps gris, une main qui ne lui tient pas la porte, une chaussure qui couine et beaucoup d’autres choses. Par exemple cette fille là, avec sa béquille, qui venait d’acheter spécifiquement le pain qu’il avait repéré. Non mais merde quoi ! Il y en avait plein d’autres, et elle, elle prenait justement celui qu’il voulait !

*C’est un complot ou quoi ?*

Okay ! Puisque tout le monde avait décidé de le faire chier, il décida de faire chier tout le monde ! À commencer par cette nana qu’il se mit à suivre partout dans le lycée. Il décida de ne pas la lâcher d’une semelle, même si elle devait aller aux chiottes ! Elle s’arrêta à un distributeur pour prendre un jus de fruits sans le remarquer. Ou alors, elle faisait semblant de n’avoir rien vu ? Grrrr ! Il la suivit encore par delà les couloirs. La demoiselle avançait difficilement à cause d’une cheville blessée apparemment, mais cela n’apitoyait pas du tout le grand énervé ! Dire qu’en temps normal, il n’aurait pas été jusqu’à lui proposer de lui porter son sac, mais bon, il lui aurait au moins tenu la porte pour la laisser passer.
Après une course… ou plutôt une marche-poursuite à travers le bahut, la lycéenne s’arrêta dans un couloir, devant une classe, pour commencer son repas. Il la laissa regarder par la fenêtre, prenant le temps de se rapprocher d’elle. Elle était coincée ! Cernée ! Au pied du mur, dans tous les sens du terme ! Là, elle se retourna, les joues roses et un petit sourire aux lèvres. Sourire qui se volatilisa lorsqu’ils se firent face. C’est à ce moment là seulement qu’il reconnut celle que certains surnommaient “la sorcière”. La voix d’Aki, tel un grondement de tonnerre, résonna dans le couloir presque vide.

”Alors petite voleuse, il est bon MON pain ?”

Le léger écho qui se répandait dans les lieux amplifiait le côté dramatique de la scène.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chizuru Sasahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 23
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Volley-ball / cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   Sam 8 Déc - 19:07


Un sourire est un début


Déc-2018



Elle qui pensait être seule c’est loupé, Debout, immobile, à regarder le jeune homme devant elle, se demandant pourquoi elle a le droit à un tel regard assassin venant de lui… Peut-être lui est-il arrivé quelque chose après l’avoir touché, parlé d’elle ou autre. Si elle ne se trompe pas, il est en troisième année mais alors que fait-il devant la classe des deuxièmes années ? Et puis encore cette question qui lui trotte dans la tête : Depuis quand est-il là !? Qu’a-t’il vu ? Ses pensées sont vite brisées par la voix grave du lycéen qui résonne comme un écho sur les murs du couloir.

- Alors petite voleuse, il est bon MON pain ?

« HEIN !!??? » Elle sursaute alors et se colle au mur derrière elle. Pourquoi est-il autant en colère, qu’a-t’elle fait pour mériter un ton pareil ? Pourquoi la traite-t-il de voleuse ? Elle regarde le pain entre ses mains, c’est son pain ? Mais c’est pourtant elle qui l’a payé il y a quelques minutes !? Elle réfléchit un quart de seconde et se souvient qu’elle a pris le dernier pain melon au chocolat. Elle met un peu de temps avant de réaliser et son regard fait deux trois allers et retours entre le pain et son sempai. Elle ne sait alors pas trop quoi faire, elle ne peut pas le lui donner, elle l’a déjà entamé, ce n’est pas très propre et venant de la sorcière maudite du campus il refuserait surement de toute façon, venant de la sorcière, il pensera sans doute qu’il n’est pas bon à manger, mais elle ne peut pas lui en inventer un comme par magie. Elle pourrait lui proposer de lui en payer un autre mais si c’est un au chocolat qu’il veut il n’y en a plus.

Ses mains tremblent légèrement elle a été un instant subjuguée par le regard bleu en face d’elle mais à présent elle n’ose plus lever les yeux vers lui. Elle aimerait simplement disparaitre dans un trou de souris mais c’est impossible. Elle prend une légère inspiration et se lance.

- Je…

Finalement elle ne sait pas quoi dire. Quoi qu’elle dise elle a cette impression qu’il ne se calmera pas et continuera de lui parler sur ce ton. La peur se fait alors ressentir, c’est généralement dans ce genre de moment que les gens la fuient mais lui ne semble pas décidé à bouger. Son corps se décide alors à bouger. Dans un espoir d’apaiser la tension ambiante, elle lève doucement ses mains tenant le pain melon vers le jeune homme devant elle sans même lever la tête. Ses joues sont rouges, de peur, de gêne aussi, elle ne voit pas quoi faire d’autre finalement.

En y repensant il lui reste sa brique de jus de fruit, elle aura au moins ça dans l’estomac. Et ce pain est bien trop volumineux pour elle. Enfin, elle aurait pu grignoter un peu toute la matinée dedans mais s’il insiste tant pour avoir SON pain alors elle le lui cède sans insister.



©️ Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aki Hotaba
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 59
Profession : Lycéen

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   Sam 8 Déc - 22:53




Un sourire est un bon début.

La seconde année ne lâcha qu’un seul mot. Un seul. Et tout tremblant en plus ! Les veines du lycéen pulsaient dans ses tempes tellement il était énervé. D’abord elle choisissait le seul et unique pain melon / chocolat survivant de la cafet, et maintenant, elle prenait cet air apeuré d’innocente colombe qui vient de se faire surprendre par le gros matou mal luné du quartier, qui crache et feule de colère.

Ah non non non ! Trop facile ! Tu ne m’auras pas avec tes yeux de biches !

Mais quand même, l’émoi qu’il avait provoqué chez la jeune fille lui fit prendre conscience qu’il lui avait foutu la trouille. Cela ne le calma pas, mais l’empêcha momentanément de continuer à lui crier dessus. Heureusement pour elle, elle eut un magnifique geste de survie. Elle lui tendit le pain si fort souhaité, tremblant de tout son corps, comme si c’était elle l'appât, et qu’elle se livrait aux requins. Trop énervé pour mesurer le sens du sacrifice de cette nana aux traits fatigués, il attrapa le pain tendu d’un geste vif. Comme elle avait l’air sidérée, il lui accorda une petite explication :

”Je l’ai vu le premier. Je m’absente genre dix secondes pour aller pisser et t’en profites pour l’embarquer. Tu te crois où ?”

D’accord, il n’y avait pas le nom d’Aki marqué sur ce pain, mais même s’il n’avait pas été le dernier, même s’il y en avait eu trente pareil, c’était celui-là qu’Aki voulait. Et pas un autre. Sûrement qu'un autre jour, où il aurait été de meilleur humeur, il l’aurait eu mauvaise aussi mais pas au point de la poursuivre dans tout le lycée. Seulement là, aujourd'hui, fallait arrêter de déconner !

Aki porta le pain à sa bouche, et croqua dedans à pleine dents. Il mâcha sans la quitter des yeux, comme pour bien lui faire comprendre qu’il reprenait ses droits sur ce pain. Ce n’est que lorsqu’il avala sa bouchée qu’il réalisa que pour le coup, c’était lui le voleur. Car même si elle était passée avant lui pour prendre le pain qu’il avait repéré, c’est bien elle qui l’avait payé. cette constatation, le fit hésité un instant. Aussi, il resta la bouche ouverte devant le pain, prêt à croquer une seconde fois, mais se ravisa. Il mit la main dans la poche de son blouson, semblant chercher quelque chose. Il en sortit une poignée de monnaie. Il fit le compte rapidement et lui tendit la somme intégrale du pain.

”Tiens.”

Alors qu’il restait là, main tendue avec ses pièces de monnaie, un duo de filles de secondes années passa près d’eux. L’une d’elle chuchota quelque chose à l’autre, mais d’une telle manière que tout le monde pouvait entendre.

- Il mange le pain de la sorcière !
- Il lui donne de l’argent ! répondit l’autre, comme si elle n’avait pas entendu sa copine. Chacune était sidérée pour une chose, qui n’était pas la même. L’une parce qu’ils partageaient le même pain, (même si le mot partage était un concepte très éloigné de la réalité), l’autre parce qu’ils semblaient faire un sombre commerce ensemble. Aki se foutait de ce que les autres pouvaient penser sur son compte, du moment qu’il s’était fait justice. Fatigué d’attendre que la lycéenne accepte l’argent, il répéta, un peu moins patient :

”Tiens… Bon alors ! Tu te décides ? J’vais prendre racine là !!”

Etait-ce la peur ou l’orgueil qui empêchait la jeune fille d’accepter ? Aki mordit dans son pain, le tenant entre ses dents, et attrapa la main de la lycéenne avec celle qu’il venait de se libérer. Puis il lui mit l’argent dans le creux de sa main.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chizuru Sasahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 23
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Volley-ball / cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   Dim 9 Déc - 22:18


Un sourire est un début


Déc-2018



Alors qu’elle venait à peine de lui tendre le pain-melon au chocolat tant convoité qu’elle le sentit s’arracher de ses mains d’un seul coup, ce qui la surprit et la fit sursauter. Elle ne releva cependant pas la tête attendant désespérément qu’il s’en aille et que tout cela se termine. Evidemment, rien ne se passe jamais comme on le souhaite. Sa voix s’éleva dans le couloir et la jeune fille leva le regard vers lui.

- Je l’ai vu le premier. Je m’absente genre dix secondes pour aller pisser et t’en profites pour l’embarquer.

Il l’avait vu ? Est-ce qu’il l’avait réservé ? La cantinière ne lui a rien dit ! Finalement, elle n’était pas la voleuse mais c’est plutôt lui. C’est lui qui au final lui prenait le pain qu’elle avait payé non ? Le souci étant qu’elle n’avait pas la capacité de rétorquer quoi que ce soit. Ce n’est pas en fronçant les sourcils et en cherchant les ennuis qu’on se fait des amis si ?

- Tu te crois où ?
- Désolée !

Instinctivement, elle s’excusa, sans trop savoir pourquoi. Alors qu’elle se tenait devant lui, elle en profita pour le regarder un peu mieux. Evidemment, quand on ne sait pas faire, on ne peut être discrète et tout le monde sait que quand on nous regarde, on le ressent toujours un minimum. Ainsi, elle put se rendre compte de la fatigue apparente du jeune homme. Elle n’avait pas son nom en tête mais l’avait déjà croisé dans les couloirs. Il est assez remarquable avec sa couleur de peau halée, bien que les élèves du campus soient de nationalités assez diverses et variées pour voir de tout. Elle se contenta de regarder sa tête, ne voyant aucun intérêt au reste du personnage qui lui faisait face.

Quand il porta le pain chocolaté à sa bouche pour y décrocher un bon morceau, elle fut légèrement piquée et voulu le lui reprendre, mais ça, c’était dans son inconscient profond car dans la réalité, elle le regarda sans broncher. Il semblait vouloir lui dire que c’était SON pain et qu’elle ne le reverrait jamais. Alors qu’il s’apprêtait à en prendre un deuxième morceau, il s’arrêta net, bouche ouverte devant le pain, avant de se raviser. Elle crut alors qu’il allait le lui redonner, ce qu’elle aurait bien évidemment refusé car il avait croqué dedans et que sa mère lui avait toujours dis de ne pas manger la nourriture mangée par d’autres avant elle, mais à la place, il plongea sa main dans sa poche pour en sortir de la monnaie qu’il lui tendit en lui disant de la prendre.

Assez surprise, Chizuru ne réagit pas instantanément. Elle entendit alors des filles parler à quelques pas d’eux. Oui, il mange son pain, non elle n’est pas une sorcière, oui il lui donne de l’argent mais elle ne sait pas encore pourquoi, à moins que ce ne soit pour payer le pain ? Ce qui enlèverait le fait qu’il soit un voleur mais plutôt qu’il lui ait obligé à lui racheter le pain qu’elle avait choisi mais que lui voulait à la base. Elle réfléchissait trop et une bouffée de chaleur lui monta à la tête un court instant. Ne la voyant pas réagir, le lycéen lui attrapa la main et lui déposa l’argent dans celle-ci exprimant alors son impatience. Les murmures reprirent alors de plus belle.

- Il l’a touché !
- Tu crois qu’elle l’a ensorcelé ?
- C’est certain il va être maudit maintenant.
- Mieux vaut ne pas s’approcher de lui, on ne sait jamais.


Les entendre ne faisait que du mal à la jeune fille et alors qu’elle serrait la main sur l’argent elle soupira.

- Je… Je suis désolée… Les gens vont t’éviter maintenant que tu m’as touché la main…

Se rendant compte qu’elle donnait raison aux rumeurs elle se reprit rapidement en redressant la tête.

- Ne vas pas croire que je suis maudite, je n’ai absolument aucun pouvoirs… ce sont simplement des… mauvaises coïncidences.

Elle souffla un peu et regarda dans le vide, attendant une réaction de sa part, quelle qu’elle soit, une phrase un geste, qu’il tourne les talons ou autre.



©️ Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aki Hotaba
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 59
Profession : Lycéen

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   Lun 10 Déc - 22:47




Un sourire est un début.

Aki tourna la tête vers les voix peu discrètes qui commentaient la situation. “Fusiller du regard” était une expression bien faible pour le regard noir qui leur jeta. Cela fut bref, mais eut pour effet d’en éloigner une ou deux du troupeau de hyènes qui commençait à se former près de la salle de classe des secondes années. Puis, l’attention d’Aki se reporta sur la jeune fille à la cheville blessée, car elle lui adressa la parole :

- Je… Je suis désolée… Les gens vont t’éviter maintenant que tu m’as touché la main…

Surpris par la réaction de la jeune fille brune, Aki leva un sourcil. Ainsi, elle confirmait être la sorcière que tout le monde prétendait qu’elle était ? Lui qui n’était absolument pas crédule de toutes ces mystifications, superstitions et autres affabulations prétendument magiques, il ne s’attendait pas à ce que la principale intéressée se laisse elle-même persuader de ces conneries. À moins que ce ne soit elle qui véhicule ce genre de rumeur ? Dans quel but ? La célébrité au sein de l’école ? En un sens, c’était réussi. Mais pas la popularité. Peut-être cherchait-elle justement à faire fuir les gens ? Dans ce cas là, l’objectif avait l’air d’être bien atteint. Pourtant, à en croire la mine de la petite nana, elle ne semblait pas avoir une vie de lycéenne paisible et épanouie. Ou alors, était-ce lui qui avait tort de ne pas croire à sa malédiction ? Mais comme pour couper court à toutes ces idées qui auraient pu germer dans la tête d’Aki, la lycéenne releva le visage vers lui précipitamment, avec ce regard sincère et triste, qui cherche à convaincre :

- Ne vas pas croire que je suis maudite, je n’ai absolument aucun pouvoirs… ce sont simplement des… mauvaises coïncidences.

*Je vois…*

Aki avait un visage dubitatif. Donc manifestement, il y aurait une source de vérité à cette foutue rumeur ? Des … coïncidences bizarres qui seraient à l’origine de la réputation de cette fille ?

”Des mauvaises coïncidences hein ?...Hmmm”

Il n’en fallu pas plus pour piquer la curiosité d’Aki, et pour exciter son goût du défi. S’il s'avérait qu’il serait mis à l’écart parce qu’il avait osé toucher la pestiférée du lycée, il se donnerait un malin plaisir pour leur foutre les jetons à tous ces cons bouffeur de ragots raclés dans la cuvette des chiottes !

”Très bien !” dit-il d’une voix plus rauque, affichant un demi sourire carnassier.

Cette affaire était en train de le détourner de sa colère initiale. Sa mauvaise humeur du jour pourrait peut-être servir à quelque chose. Lui qui, d’ordinaire, n’en avait pas grand chose à carrer de la vie estudiantine ni de ses sujets, il ne comptait pas subir la malédiction de cette fille sans réagir. C’est ainsi que, sans prévenir, il se pencha vers le visage de la jeune brune, et posa ses lèvres sur sa joue. Il y resta quelques secondes, pour être sûr que tous les gens présents avaient bien vu la scène, puis il se redressa, l’air fier de lui. Son sourire était étrange, sans doute à cause des sourcils qui restaient obstinément froncés.

”Merci pour le pain ! C'est le meilleur que j'ai jamais mangé ! Tu es … MAGIQUE ! ” dit-il en insistant bien sur ce dernier point.

Les cons en diront ce qu’ils voudront. Aki se délèctait déjà des regards hébétés et des bouches restées béantes de stupéfaction. Il méprisait ces ringards, tellement vides à l'intérieur qu’ils ne pouvaient s’empêcher de commenter, juger et étiqueter la vie des autres, histoire de se rassurer. Rabaisser les autres pour cacher leur propre médiocrité et se persuader qu’ils étaient meilleurs que leurs “victimes”.

Ravi de son petit effet, Aki scinda en deux son si précieux pain, et donna la moitié non attaquée à sa partenaire du jour. Puis il posa son sac au sol et s’installa par terre, dos au mur, juste à côté d’elle. Il mordit à nouveau dans son demi pain et, la bouche pleine, il dit à la jeune fille :

”Bah ach’ied toi ! Rech’te pas debout avec ta cheville en vrac !”

Surement que le cours des secondes années n’allait pas tarder à commencer, vu la masse d’élèves qui se trouvait maintenant dans le couloir, devant la salle de classe.

”Qu’ech qui t’es arrivé d’ailleurs ?” demanda t-il, soudain curieux de la vie de cette demoiselle.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chizuru Sasahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 23
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Volley-ball / cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   Mer 12 Déc - 0:35


Un sourire est un début


Déc-2018



Et voilà, tout ce qu’elle ne voulait pas arrive alors. Il se pose des questions, non, plus précisément, il LUI pose une question, même si cette dernière ne lui est pas réellement destinée, mais semble plus directement pour son lui intérieur, comme s’il avait pensé à voix haute. A ces quelques mots sans grande importance pour beaucoup, Chizuru baisse les yeux pour se trouver une nouvelle passion dans ses chaussures, ou disons simplement qu’elle ne veut croiser le regard de personne et que le fait qu’il croit, comme tout le monde, à ces rumeurs, la peine légèrement. Elle pensait avoir trouvé quelqu’un qui puisse passer outre tous les « on dit » mais non, au final, il est comme les autres, même s’il ne semble pas avoir peur le moins du monde.

- Très bien !

Suite à ça elle se sentit seule, prête à saisir son sac, s’incliner et partir sans demander son reste mais il semblerait que le destin en avait décidé autrement et quand elle senti les lèvres de l’étudiant sur sa joue, elle resta comme paralysée un bon moment. Son cerveau était en ébullition, il ne pouvait plus gérer toutes les informations et semblait alors en surchauffe. Son visage se mit à rougir instantanément, même si aucune autre réaction ne suivi, et les paroles des étudiants qui l’entouraient, non, qui les entouraient, devenaient peu à peu un simple brouhaha insignifiant.

Tout le monde parlait autour d’eux, elle était la sorcière et lui allait bientôt devenir celui auquel elle avait jeté un sort. Pourquoi avait-il fait ça !? Ce n’était absolument pas dans son intérêt de se rapprocher de Chizuru et encore moins de cette façon. Ces quelques secondes parurent une éternité et en même temps une fraction de seconde. Il la remercia le plus naturellement du monde et décida même d’en rajouter, comme si elle avait choisi LE pain par excellence, ou qu’elle l’avait rendu excellent, le mot magique la sortie tout de même de ses pensées. Je ne suis pas magique ! Elle aurait voulu la lui dire cette phrase mais sa bouche s’entrouvrit simplement pour ne laisser échapper qu’un léger souffle.

Sans vraiment faire attention, et plus par automatisme de prendre ce qu’on lui tend, elle se saisie lentement du morceau de pain coupé qu’il lui proposait et le suivit du regard. Il s’installa sur son sac de cours à terre avant de s’asseoir dessus, à côté d’elle. La bouche pleine, il l’invita à s’asseoir à son tour et elle s’exécuta simplement, comme si on demandait quelque chose à un Android et qu’il répondait simplement à la demande faite en obéissant sagement. Son cours allait commencer, elle aurait dû entrer en classe et s’installer mais la scène qui venait de se dérouler avait totalement perturbé ses habitudes. Toujours la bouche pleine il lui demanda ce qui s’était passé à propos de sa cheville. Elle sortit de sa transe pour lui répondre, quoi qu’un peu perdue par les récents événements.

- Je… Je suis tombée en cours de sport vendredi dernier.

Elle n’ajouta rien d’autre, il faut dire qu’elle n’avait pas l’habitude de faire la cosette. Elle resterait là jusqu’à ce que son professeur ne se montre dans le couloir, moment où elle regagnerait sa place mais il devait lui rester un peu de temps encore, sans doute de quoi permettre à l’un ou l’autre de poser une ou deux questions de plus. Ce fut d’ailleurs elle qui se lança, aussi surprenant que cela puisse paraître.

- Pourquoi tu as fait ça ? Tu savais ce qui allait arriver et pourtant, tu n’en as pas tenu rigueur et… tu me parle comme si tu t’intéressais à moi… Je ne connais même pas ton prénom…

La jeune fille dit alors ces mots avec tellement de déroute, elle ne comprenait absolument pas son geste, elle voulut le lui faire comprendre avant qu’il ne décide de se mettre quasiment tout le monde à dos. Elle ne voulait simplement pas se sentir coupable de ce qui pourrait lui arriver par la suite.



©️ Halloween sur Never-Utopia


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aki Hotaba
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 59
Profession : Lycéen

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   Mer 12 Déc - 17:13




Un sourire est un début.

Aki n’eut pas beaucoup d’information concernant la cheville de la petite blessée. Mais il s’en contenta. Il est vrai qu’avec un physique aussi frêle, il ne l’imaginait pas en championne d'haltérophilie. Elle, si petite, si menue, c’était une chance qu’elle ne se soit pas brisée entièrement en tombant.

”- Pourquoi tu as fait ça ? Tu savais ce qui allait arriver et pourtant, tu n’en as pas tenu rigueur et… tu me parle comme si tu t’intéressais à moi… ”

Aki enfourna la dernière partie de son pain sucré, ne commentant pas les propos de la lycéenne. Il regardait dans le couloirs, les gens de cette classe de seconde année. Non, il ne s'intéressait pas à elle. Du moins, pas encore. Elle n’était qu’une inconnue. La situation, en revanche, l'intéressait davantage.

”Je ne connais même pas ton prénom…”

Aki mit quelques secondes à répondre, attendant de vider totalement sa bouche. Sans détourner ses yeux de la file d’élèves qui s’était formée devant la porte de la classe, il répondit simplement :

”Aki.”

Il ne chercha pas à se justifier de son geste. Sa colère contre elle était passée. Il ne restait que l’énervement de ces regards sur eux. Enfin sur elle surtout, car lui se foutait pas mal du jugement de ces inconnus. Jusqu’à ce jour, il n’avait qu’entendu parler d’elle. Il ne l’avait que très rarement croisée, et seulement de loin. Autant dire qu’il ne connaissait pas cette fille-là. Lorsqu’il lui avait gueulé dessus, il avait bien vu qu’elle n’était pas une fille méchante, qu’au lieu de se rebeller ou de protester pour son bon droit, elle avait obéi, toute tremblante, en baissant les yeux. Une manière de dire qu’elle ne voulait pas d’histoires. Qu’elle ne voulait pas… qu’on lui fasse de mal. Sans le savoir, elle avait eu le bon reflexe, sans quoi Aki ne l’aurait pas lâchée. De plus, lorsqu’il aurait obtenu son “dû”, il aurait fini par partir en la laissant en plan dans ses emmerdes. Là, au contraire, Aki jugeait qu’il était trop facile de s’en prendre à elle. Surtout elle seule, face à de nombreux dégénérés du bulbe qui prenaient du plaisir à la dévaloriser. Sans parler de ceux qui préféraient la fuir sans la connaître, sans savoir s’il fallait la craindre ou lui venir en aide. Certes, Aki n’était pas à l’image du preux chevalier blanc en armure qui vient sauver la jeune princesse en détresse, mais depuis qu’il était à Yokuboo, il avait vu et entendu trop d’aberrations pour continuer à suivre son chemin égoïstement, fermant les yeux sur ces persécutions débiles. Alors rien que pour faire chier, rien que pour diriger sa mauvaise humeur sur les pourris, il les toisait tout comme cette bande de moules les toisait.

”À toi de te présenter. J’ connais que tes surnoms, qui ne te mettent pas tellement en valeur. ”

Sa voix restait cinglante, dure et froide. Mais que la lycéenne ne s’y trompe pas. Aki venait de décider de se ranger dans son camp. À tort ? À raison ? Qui saurait le dire pour le moment ? Lui qui n’en avait rien à secouer d’être considéré comme un lépreux à partir de maintenant, puisque de toute manière, il n’avait pas pour habitude de chercher absolument à se faire des potes, il se disait que ça pourrait pimenter quelque peu ses journées de prendre parti pour celle qui était seule contre tous. Seule… pour le moment ! Au fond, elle avait beaucoup de mérite d’endurer le jugement négatif des autres sans se plaindre.

”Je sais pas ce que t’as fait pour t’attirer une telle popularité miss, mais sincèrement, je m’en bats le steak. J’ai bien envie d’emmerder ces têtes de cons ! ”

Ce n’est qu’à la fin de ces mots qu’il tourna la tête vers Chizuru. Il lui fit enfin un sourire, léger, mais bien présent, accompagné d’un clin d’oeil complice.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un sourire est un début [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un sourire est un début [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Soeur Sourire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Lycée :: Couloirs-
Sauter vers: