Partagez | 
 

 Entre vous et moi [Feat Jilian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 237
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Mar 13 Nov - 22:12



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Depuis combien de temps cela durait-il ? Cela faisait combien de mois que l'enfer semblait s'acharner sur ma pitoyable vie sans importance ? Je ne comptais plus. Tout ce que je savais c'était que, malgré mes efforts pour m'intégrer, j'avais réussi à m'attirer des rumeurs et du chantage quotidiennement. J'avais réussi à m'en sortir une fois, plus jeune, mais j'étais trop faible maintenant. Physiquement je ne faisais pas le poids et mon moral était bien trop détruit par l'empêchement de peindre ou même dessiner. J'étais devenu une sorte de zombie. Oui, c'était ainsi que je me voyais.

Tout ça avait commencé avec Kagome. Bizarrement tout le monde s'accordant à dire que c'était une sale petite peste. Pourtant, personne n'avait vu qu'elle me faisait du mal. Non. L'infirmier avait semblé se douter de quelque chose. Mais je n'avais rien dit par peur. Puis, quand elle était partie, une fille de ma classe avait prit le flambeau. Mana. Elle était appréciée par tout le monde mais personne ne connaissait son vrai visage à part moi. Non contente de me faire du mal moralement, elle s'en était également prit à moi physiquement… Jusqu'à ruiner totalement mon apparence. Qu'avais-je fais pour mériter un tel châtiment ?

Le professeur de musique m'avait proposé son aide et m'avait fortement conseillé d'en parler à un spécialiste ou un membre du corps enseignant parce que leur rôle ne se limitait pas à enseigner. Mais je n'en avais pas vu l'intérêt. Qui m'aurait cru ? J'étais considérée comme une pute par tout le monde et cette fille était plutôt classée “élève modèle”. Je ne faisais pas le poids, peu importe la façon dont je pouvais le voir. Pour moi, les bleus, mes cheveux à peine arrangés, ma joie de vivre disparue… Ce n'étaient pas des “preuves” suffisantes pour accuser quelqu'un. Quant à ma fierté… Non. Je ne voulais pas penser à cela.

Un mercredi après-midi, alors que je rangeais à nouveau mes affaires mises sens dessus dessous le matin même, je retrouvai un livre de la bibliothèque. Comme je n'avais pas touché de manga ou de peinture depuis des lustres, j'avais totalement oublié que je l'avais emprunté. Un papier avait été mis en marque-page. Je le retirai donc et découvrit certaines des notes que j'avais prises pour la création d'un évènement pour retrouver ma crédibilité malgré ma colère contre la CPE. Je me mordis alors la lèvre inférieure pour éviter de pleurer et me remis à ranger.

Après une bonne heure, je pris le livre et partis en direction de la bibliothèque de l'école. J'avais un peu peur de croiser le bibliothécaire mais, d'un autre côté, je n'avais pas le choix. Hors de question que je montre que j'allais mal en demandant à une de mes coloc’ d'y aller à ma place. Je mis donc bien quelques dizaines de minutes avant d'arriver à destination, habillée de mon uniforme scolaire. Je n'aimais pas les jupes en temps normal, mais mes affaires disparaissaient les unes après les autres. Mes pantalons en faisaient partie et je n'avais pas d'argent pour m'en acheter. Les seuls qui me restaient je les utilisaient pour peindre habituellement. C’était devenu beaucoup trop difficile de les porter…

Arrivé sur place, j'entrai silencieusement, le visage fermé et le livre serré contre ma poitrine. Ainsi, j'allais à l'accueil pour rendre mon livre. Le bibliothécaire était là. Avec mon apparence, j'étais pratiquement sûre que j'allais avoir droit à de nouvelles questions. J'en étais à peu près certaine.
(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
avatar

Messages : 61
Age : 30
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Sam 17 Nov - 23:06

Un mercredi comme un autre à la bibliothèque ! Maintenant, Jilian maîtrisait plutôt bien les lieux. Il commençait enfin à se sentir maître en son domaine. Et si l'angoisse d'être l'unique responsable d'un tel lieu était encore bien là, elle commençait enfin à laisser place à l'excitation d'une telle perspective. Depuis son arrivée, le bibliothécaire n'avait pas ménagé ses efforts pour faire de cet endroit un lieu vivant, prêt à accueillir toute sorte d'élèves et de projets. Un lieu pour protéger les livres et leurs secrets, mais aussi un lieu pour permettre aux étudiants de se fabriquer les leurs. Pouvoir proposer une telle richesse, c'était sa petite fierté. Pour le moment, il en était encore à la phase où il tâchait d'écouter les envies de chacun, les besoins. Il avait fallu un petit moment pour faire comprendre aux élèves de cette académie qu'une bibliothèque pouvait être bien plus qu'un endroit où on vous dit "chut" toutes les trois minutes. Ne serait-ce que parce que cela allait le fatiguer très vite de devoir dire chut si souvent... Il espérait bientôt pouvoir mettre en pratique certaines de ces idées.

Dans ce cadre, il avait commencé à créer des liens avec certains étudiants plus que d'autre. La chasse aux trésors qu'il avait organisé dans la bibliothèque lui avait permis d'en rencontrer certains avec qui il avait pu justement discuter de leurs envies. Il était maintenant ravi de pouvoir les revoir et d'entendre leur opinion. Il espérait que certains d'entre eux investiraient les lieux autant que lui. Bien sûr, on ne pouvait jamais présumer de rien. Surtout à cet âge ! Certains avaient été emballés au début, et puis il ne les avait plus jamais revu. À croire que sans la promesse de bonbons, il était hors de question qu'ils viennent ici.

Parfois, Jilian aurait voulu savoir ce que devenaient les gens. Bibliothécaire, c'était un métier étrange. Vous êtes lié à un lieu plus qu'à des gens. Comme si vous faisiez partie intégrante des meubles. C'est une des choses que Jlian apprécie dans son métier : il gagne le droit de faire partie des meubles d'une bibliothèque, finalement, au même titre que les livres, il est une chose importante de ce lieu, pas plus que les autres, juste une pièce parmi d'autres. Mais cela impliquait qu'une fois sortis de son antre, il n'avait aucun moyen de savoir ce que devenaient les gens. Et c'était étrange. Parce que tant qu'ils étaient ici, il pouvait les aider, les conseiller, les orienter vers un morceau de sagesse sur papier, leur proposer diverses activités ou bien encore les écouter simplement.Et quand on est capable de savoir quoi donner à lire à quelqu'un, on a l'impression de bien les connaître. Alors quand ils disparaissaient soudain pour ne plus laisser d'adresse, il avait toujours un pincement au coeur. Bien sûr, il espérait toujours que c'était pour le mieux. Mais la plupart du temps, il n'avait aucune façon de le savoir. Les gens ne laissent pas leur contact au bibliothécaire.

Asuka faisait partie de ces gens-là. Il faut dire que c'était d'autant plus curieux qu'ils aient pu se rencontrer puisque ce n'était pas dans le cadre de la bibliothèque, mais dans celui d'une heure de colle où il avait dû la surveiller... Il n'avait toujours pas compris pourquoi il s'était retrouvé à devoir assurer pareille corvée dès son arrivée, cela ne s'était, heureusement, pas reproduit depuis. Ils avaient pu discuter des possibilités d'Asuka, de ce qu'elle avait réussi à faire et de ce qu'elle pourrait encore être capable de faire. Il lui avait semblé qu'elle était repartie plus sereine, et qu'au moins ces trois heures coincés là lui aurait au moins servi à ça.

Mais il faillit ne pas la reconnaître quand elle arriva, un livre serré contre elle. Il n'y avait plus rien de la colère et de la joie de vivre qu'il lui avait connues. Elle cherchait plutôt à se faire le plus petit et le plus discret possible, et elle semblait habillée à la va vite. En bref, rien de bien encourageant. Il y avait clairement un problème. Mais que pouvait faire un petit bibliothécaire borgne de son bureau ?

"Oh bonjour ! Il y a longtemps que je ne vous ai pas vue ! Je pense souvent à vous, c'est peut-être parce que j'ai encore votre grenouille."


Effectivement, sur l'ordinateur du bureau d'accueil trônait fièrement une grenouille en origami. Sur le papier, quelqu'un avait dessiné de fines arabesques. La reine des grenouilles ! Il avait gardé les autres chez lui, mais il était trop content d'exposer celle-ci. Les dessins d'Asuka étaient trop jolis pour rester dans son placard.

"Je l'ai vernie pour qu'elle ne s'abîme pas. D'ici, elle peut tout surveiller ! Comment vont vos projets ? Si ma mémoire est bonne vous travailliez sur un nouveau manga. C'est toujours d'activité ?"


Il jugeait inutile de lui dire de but en blanc qu'elle avait une sale tête. La vérité c'est qu'elle le savait sans doute déjà. Un tel commentaire n'avait donc aucun intérêt, surtout si on prenait en compte les questions qui pouvaient en découler. Encore une fois, il trouvait plus pertinent de passer par une voix de traverse. Si elle voulait parler, elle parlerait. Sinon, il lui paraissait difficile de l'y forcer.

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 237
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Lun 19 Nov - 3:02



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Comme je l'avais craint, le bibliothécaire me reconnu et me salua. Ce fut d'ailleurs un peu étrange car il me donna l'impression non pas d'être un adulte saluant une élève croisée une fois pour la surveiller en heure de colle, mais plutôt comme un homme retrouvant une vieille amie qu'il n'avait pas vue depuis belle lurette. Néanmoins, il continuait tout de même à mettre une certaine distance, une limite obligatoire dans ce genre de situation, en me vouvoyant. Comme ce jour où il m'avait aidée à trouver un moyen d'aller de l'avant.

Il attira mon attention sur la grenouille qu'il avait faite lors de cette même journée. Il s'agissait de “la reine des grenouilles” comme il s'était amusé à l'appeler. Sans aucun doute parce qu'elle était faite des arabesques que j'avais faites spécialement pour ça. Spécialement pour qu'il en fasse une jolie grenouille qu'on voudrait garder. Néanmoins, je ne m'étais pas attendue à ce qu'il fasse en sorte qu'elle ne s'abîme pas dans le but de l'exposer à la vue de tous.

Repenser à ces moments d'insouciance pendant lesquelles je connaissais encore le bonheur de de dessiner et peindre me fit terriblement mal. Après tout, pour éviter de voir mes œuvres détruites, je ne le faisais plus du tout. Quoique… parfois je croquais pendant les cours, mais je m'étais donné la règle de ne jamais les garder, peu importe combien je pouvais les affectionner. Mais ce n'était pas assez… J’avais terriblement besoin de beaucoup plus mettre en œuvre mon talent. Oui… Tellement plus…

-Je ne peux plus dessiner… répondis-je d'une voix cassée au bibliothécaire en évitant son regard.

J'en disais beaucoup trop peu, tout comme avec le professeur de musique. Mais que pouvais-je dire en ces lieux ? Ce n'était pas comme si personne ne pouvait nous écouter et je n'avais aucune envie qu'elle me “punisse” pour cela. Quitte à ne pas dessiner au moins jusqu'à la fin de l'année, je voulais au moins garder mes doigts intacts. Pourtant, les paroles qui m'avaient été dites me revinrent en tête. Mr. Doe m'avait montré qu'il était capable d'écouter et chercher des solutions avec les élèves. En plus de cela, il m'avait avoué avoir vécu du harcèlement tout comme moi.

Avec un léger regain d'espoir, je posai le livre que j'étais venue rendre avant d'aller dans les rayons. Au passage, je pris un crayon de papier mal taillé qui traînait en promettant de le rendre, un pauvre sourire forcé sur les lèvres. Je ne cherchais rien en particulier. Il fallait juste que je joue le rôle d'une élève qui cherche un livre qui l'intéresse sans trop en faire. La comédie n'était clairement pas mon truc, mais j'avais déjà cherché des livres. Donc tant que je ne forçais rien, tout irait bien. … N'est-ce pas ?

Lorsque je fus certaine que personne ne pouvait me voir, je pris un livre un peu au hasard. Il s'agissait d'un livre d'histoire sur la période d'edo. Des souvenirs remontèrent, me faisant grimacer. Néanmoins, je me depechai d'ouvrir la couverture rigide pour écrire dessus sans appuyer : “Je ne veux pas le livre mais discuter avec vous, loin des oreilles indiscrètes, sans que ça vienne de moi, s'il vous plaît.”.

Une fois ma requête égoïste notée, je fermai le livre et retournai voir le responsable des lieux. Je posai alors discrètement le crayon sur le bureau en lui donnant le livre, attendant qu'il l'ouvre pour avoir accès à la carte d'historique d'emprunt… et lise mon message. Je sentais l'espoir gonfler en moi et j'esperais vraiment qu'il ne serait pas vain…
(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
avatar

Messages : 61
Age : 30
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Sam 1 Déc - 20:10

C'était une journée normale. Voire banale. Des trucs et des machins à faire. Plein de trucs et de machins à faire. Des petits trucs et des petits machins pas forcément très passionnants, mais qu'il fallait bien faire pour que la bibliothèque puisse fonctionner. Parce qu'on ne dirait pas, mais si personne ne faisait les trucs et les machins, la bibliothèque se mettait soudainement à ne plus fonctionner. Et personne ne vous croirait si vous disiez que la bibliothèque toute entière a soudain cessé de fonctionner parce que vous avez oublié de collé l'étiquette avec la nouvelle cote sur un livre. Les gens ne se rendent pas compte...

Sans être superstitieux, Jilian aurait supposé qu'un tel changement d'atmosphère aurait dû être annoncé. Qu'un signe aurait dû être donné afin qu'il puisse se préparer correctement à un tel revirement. Si on formait les bibliothécaires à gérer les trucs et les machins dont personne n'avait conscience mais qui permettait à une bibliothèque de fonctionner correctement, on ne les former pas à gérer des adolescents. Du haut de sa petite trentaine, le bibliothécaire avait toujours pensé que c'était un cruel manquement à leur formation...

Que faire dans un pareil cas de figure ? La jeune femme avait été aussi laconique que lapidaire et avait disparu dans les rayons en un battement de paupière. Une telle réponse n'augurait rien de bon. Comment passait-on de "j'ai publié un manga et je dessine même quand je ne devrais pas" à "je ne dessine plus" ? Il y avait clairement anguille sous roche. Une grosse anguille. Sous une grosse roche. Et Jilian n'allait certainement pas pouvoir soulever un caillou pareil à la force de ses petits bras. Il aurait peut-être fallu qu'il réponde, mais quoi ? Et de toute façon, il n'en avait pas eu le temps.

Qui plus est, il est à nouveau retourné à sa position de bibliothécaire-meuble, simple témoin des vies qui passent tandis qu'il ne pouvait rien faire d'autre que rester coincé là à attendre que le temps passe en gérant des trucs et des machins justement pour que le temps puisse passer sereinement. Sauf que justement, pour Asuka, il ne semblait pas passer sereinement. D'un côté, il pourrait lui courir après, lui dire qu'il n'était pas aveugle, juste borgne, ce qui faisait une très grande différence, une différence d'environ 50% de champ de vision accessible, ce qui n'était pas quand même pas rien, et que du coup il avait bien vu qu'il y avait un problème et que ce n'était pas en se cachant dans les rayons qu'il allait se résoudre. Même si c'est vrai que c'était tentant. Si on ne pouvait même plus se cacher dans les bibliothèques, qu'allait-il rester ? De l'autre côté, courir après une adolescente n'était pas vraiment l'idée du siècle, c'était même une très très mauvaise idée. Si elle n'avait pas souhaité en parler, elle avait sans doute ses raisons, la brusquer n'allait sans doute aider à rien. Et en plus, ça aurait vraiment l'air louche. À moins de trouver un prétexte ?

Alors qu'il était pris dans ses pensées, et tout occupé qu'il était à gérer ses trucs et ses machins en pilotage automatique, un livre sur l'histoire d'Edo apparût comme par magie sans son champ de vision. Il leva donc rapidement le nez pour saluer son interlocuteur.

"Oh, très bon choix. Je l'aime bien celui-là, pas le plus complet, mais sans doute un des plus accessibles et surtout qui pose des questions de fond je trouve. Souvent cette démarche critique est un peu perdue au profit du roman national..."


Le bibliothécaire ne sachant pas trop quoi dire pour amener la conversation, il tâchait de créer un minimum de lien. Cependant, quand il ouvrit le livre, il découvrit le mot et sourit en réalisant que la jeune avait été beaucoup plus maline que lui sur ce coup-là.

"Ceci dit, j'en ai une édition plus complète en réserve ! Figurez-vous qu'ils l'ont réédité avec des cartes, des illustrations et plein de choses de ce genre-là qui permettent d'encore mieux visualiser l'époque dans toute sa complexité. Je ne peux pas encore le mettre en rayon parce qu'il faut que je le répare un peu et que je l'étiquette. Enfin tous ces trucs et machins quoi. Mais je peux vous montrer à quoi ça ressemble si vous voulez. Comme ça si ça vous intéresse je vous contacte quand il est prêt ! Suivez moi."

Aussitôt, le bibliothécaire saisit son badge d'accès et se leva pour lui montrer le chemin. Vérifiant que la jeune femme le suivait bien, il lui fît passer la porte qui s'ouvrit d'un léger "bip bip".

"Ça fait un peu agent secret !"


Il aimait bien ces couloirs. Il y faisait frais. Des étagères longeaient les murs, elles aussi couvertes de livre, même s'ils étaient en plus petit nombre. Il l'emmena dans une salle isolé au bout de quelques couloirs. C'était la salle qui lui servait d'atelier quand il fallait réparer les livres. On y trouvait donc tout matériel, aussi bien pour réparer les livres, qu'un peu de son matériel de couture. Il y avait des chaises, une table, d'autres étagères, les livres qui attendaient sagement leur tour, dont la réédition enrichie du livre sur Edo, cette partie n'était pas un mensonge. Jilian étant un piètre menteur, il avait choisi la facilité. Et bien sûr, dans un des petits placards, la réserve de douceurs du bibliothécaire. Enfin, une de ces réserves. Il invita donc Asuka à s'asseoir, et sortit donc le reste des carambars de la chasse au trésor, ainsi qu'une petite boîte de chocolat qu'il disposa sur la table, après s'être assuré d'avoir bien rangé les livres qui y étaient. Il ne faudrait pas que des miettes de chocolat ou de caramel ne viennent les abîmer ! Et il fit signe à Asuka qu'elle pouvait se servir si elle le souhaitait.

"Aujourd'hui il n'y a personne d'autre que moi qui travaille à la bibliothèque. On est donc tranquille."

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 237
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Dim 2 Déc - 2:05



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

En voyant le livre, le bibliothécaire valida joyeusement mon choix. Pour cela, il m’expliqua ce que je savais déjà pour l’avoir étudié l’année précédente pour le concours que j’avais justement gagné avec ma colocataire et partenaire. Puis, quand il ouvrit la couverture comme je l’avais imaginé, passage obligatoire pour l’emprunt d’un livre dans cette bibliothèque, il s’arrêta, lu rapidement et me sourit de plus belle en reprenant le sujet d’une manière que je trouvai spectaculaire. Je ne savais pas à quel point cette histoire de réédition était vraie ou fausse, mais cela me permit de le suivre sans avoir peur des répercussions. Pas trop en tous les cas. Après tout, Mana n’allait tout de même pas me reprocher de m’informer sur un livre,... N’est-ce pas ? Avec elle, je ne pouvais rien imaginer. Je devais me méfier. C’était la raison même de ce mot dans le livre, même si je n’aurais peut-être pas dû l’écrire. D’ailleurs, pour que personne ne puisse voir le mot, et pour laisser croire que j’allais vraiment prendre le livre, je le pris avec moi avant de suivre l’adulte qui m’emmenait vers une porte qui s’ouvrait à l’aide d’un badge.

Une fois hors d’atteinte de tout regard, je suivis le professeur le long d’un couloir empli de livres. Silencieuse, je n’osais pas encore parler. Alors, en marchant, la tête légèrement baissée, le livre serré contre ma poitrine, je regardai discrètement autour de moi. Je n’avais pas peur qu’on me voit regarder mon environnement. Il était après tout normal que j’en prenne connaissance, que je cherche à savoir où je me trouvais, même si j’en connaissais le nom. En plus de cela, c’était bien la première fois que je mettais les pieds dans la réserve d’une bibliothèque. Sincèrement, j’aurais préféré découvrir un tel endroit dans d’autres circonstances… Mais je n’en fis pas part, gardant tout cela pour moi, tout comme mes problèmes pour le moment. Je souris à nouveau très succinctement, presque inaudiblement, quand je repensai à la remarque de mon professeur. Il n’avait pas du tout tord en disant qu’on avait l’impression d’être des agents secrets. Même ce couloir pouvait donner cette impression.

Au bout de ce dernier, il me fit entrer dans une salle. Elle ressemblait à un atelier de travail à première vue. Je me sentis bête de penser ainsi : que voulais-je que ce soit d’autres ? D’ailleurs, j’eus rapidement la réponse à une de mes questions : le livre dont le professeur avait parlé existait bel et bien. Posé sur une étagère, un livre possédant un titre semblable à celui que je tenais dans mes bras attendait son étiquette. J’étais curieuse de voir à quoi il ressemblait mais je ne pouvais pas oublier la raison de ma présence en ces lieux. Ce n’était en aucun cas pour voir cette réédition. Voilà pourquoi je ne fis pas de détours pour aller m’asseoir sur la chaise indiquée par Mr. Doe qui me proposa de me servir dans les bonbons et chocolat qu’il disposa sur la table libérée des livres qui l’avaient couverte. Cela, en m’assurant que nous étions seuls, que personne ne viendrait nous écouter. Je ne répondis pas tout de suite, ne sachant que répondre ou comment organiser mes idées. Ce n’est donc qu’au bout que quelques minutes que je pris la parole timidement, d’une petite voix, pour expliquer la raison de mon mot :

- Mr. Chikamasa m’a dit que si j’avais un problème je pouvais aller m’adresser à un adulte… que je pouvais demander de l’aide si j’en avais besoin…

Je me tus un instant, essuyant les larmes qui menaçaient de noyer mes joues. J’avais une boule énorme dans la gorge qui ne m’aidait clairement pas à me calmer. Elle était d’ailleurs la raison pour laquelle je parlais que très peu depuis quelques temps. Et, maintenant que je me retrouvais dans un endroit et avec une personne qui me permettaient de le faire, je ne pus dire que ceci :

- Je ne sais pas par où commencer…

Je me sentis si pathétique que mon coeur se serra douloureusement. C’était tout ce dont j’étais capable ? Alors que c’était moi qui avait demandé à parler ? Non mais c’était quoi ce bordel ?! Doucement, mes mains qui avaient caressé doucement la couverture du livre posé sur mes genoux se fermèrent en poings qui blanchirent les jointures alors que je regardais le sol dans une expression partagée entre une multitude de sentiments négatifs.  
(c) Yumiko sur Académie Tsuki


Dernière édition par Asuka Tsuno le Dim 9 Déc - 21:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
avatar

Messages : 61
Age : 30
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Sam 8 Déc - 20:07

La conversation s'annonçait longue et compliqué. Un peu comme essayer de vider une baignoire alors que le siphon est bouché. L'eau sort presque goutte à goutte. Restait à voir à quel point le siphon de cette baignoire-ci était bouchée. Pour une fois, Jilian n'avait pas besoin de s'interroger pour savoir qu'il valait mieux qu'il garde cette réflexion pour lui. Il lui passa rapidement par la tête que c'était le genre de situation dont il aimait discuter avec son ex. Il écoutait bien et ces conversations de soirée lui avaient souvent permis de faire le tri. Enfin, le bibliothécaire ne donna pas plus de crédit que ça à cette pensée. Elles arrivaient encore de temps à autre, mais beaucoup moins qu'avant. Il avait plutôt bien tourné la page depuis qu'il était arrivé là et avait pris la charge de cette bibliothéque. Cela ne le remplissait plus de tristesse comme avant. C'était juste une pensée, comme ça au passage. Et pour le moment il avait autre chose à faire ! Il avait une baignoire à déboucher...

Et ça risquait de ne pas être simple du tout. Vraiment pas. La demoiselle semblait vouloir à la fois parler et en même temps, vouloir se taire jusqu'à ce que mort s'en suive. Deux envies difficilement conciliable dans la même tête. Le fait est qu'il ne pouvait pas faire grand chose pour l'aider à résoudre cet insoluble débat. Il ne pouvait qu'attendre qu'elle trouve d'elle même une solution qui lui convienne. Heureusement qu'il était quelqu'un de patient, pour ne pas dire carrément contemplatif. Il lui vint rapidement en tête que c'était quand même un peu embêtant comme situation puisque les trucs et les machins l'attendaient toujours et qu'en attendant, tout ça n'avançait pas. Mais là aussi, la pensée ne resta guère plus d'un instant. Juste le temps de se rendre compte qu'elle était là.

Il n'était pas bien sûr de qui était ce monsieur Chikamasa par contre. Un enseignant sans doute. Jilian ne les connaissait pas tous. Il savait qu'il faudrait qu'il prenne vraiment le temps de les rencontrer pour faire le point sur des éventuels partenariats ou façons de travailler ensemble. À défaut de mieux, il allait partir du principe qu'il s'agissait en effet d'un enseignant.

"Oui, c'est souvent à ça que servent les adultes. Le reste du temps ils sont là pour vous rappeler de vous brosser les dents, mais rendu au lycée, ça ne relève plus vraiment de la compétence de vos enseignants. Alors on en revient majoritairement à cette fonction de vous écouter quand vous avez un problème."


À nouveau le silence, à nouveau l'attente. Il y avait du temps. Enfin, on pouvait en trouver. Enfin, ce n'était pas comme s'il y avait un rayon de la bibliothèque où il y avait étiqueté "temps", ni même un placard secret dans lequel il en aurait rangé un peu. C'était embêtant parfois. mais en tout cas, on pouvait toujours trouve run moyen de s'arranger. Ceci dit, s'il n'y avait pas un stock de temps dans lequel on pouvait piocher, on pouvait toujours tenter de trouver un stock de diversion. Lors de l'heure de colle, faire diversion avait plutôt bien fonctionné finalement. Avec un peu de temps, et après quelques détours, la jeune femme avait pu dire ce qu'elle avait à dire.

Jilian fourragea donc un peu dans le placard derrière lui et finit par en extraire ce qu'il cherchait, un jeu de cartes. Ce n'était pas un jeu particulièrement beau. Il était basique, banal. Il sortit doucement les cartes de leur étui. Si on pouvait voir que le jeu avait servi, il restait néanmoins en bon état. Il coupa le paquet en deux, et plaça l'une des moitié devant Asuka qui serrait les poing, toujours occupée à se débattre avec son impossible dilemme. Le bibliothécaire entreprit alors calmement de construire un château de carte. Doucement, lentement, comme l'exigeaient à la fois l'activité et la conversation. Au pire, la jeune fille n'aurait au moins pas l'impression qu'on la fixait.

"Au pire, l'ordre chronologique, ça viendra plus tard. On a le temps pour ça. Autant commencer par le premier bout qui vient, on verra après."

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 237
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Dim 9 Déc - 22:00



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Pendant que j’essuyais mes larmes, Mr. Doe confirma les dire de mon professeur de musique : les adultes étaient là pour m’écouter si je venais à avoir un problème et non seulement donner des notes et punir en cas de mauvaise conduite. D’un certain côté, je le savais déjà. Même ma mère m'avait souvent rappelée ces derniers temps que je pouvais tout lui dire. Mais j’avais eu trop peur pour me jeter à l’eau. Beaucoup trop peur. Cela à cause de l’épée de Damoclès qui était constamment présente au-dessus de ma tête. Alors, j’avais cherché un moyen de m’en sortir seule, de convaincre Mana de me laisser puisque sa dette était largement payée puisqu'elle m’en mettait plein la gueule à cause de cela. Malheureusement, rien n'avait fonctionné et je m’étais retrouvée plus seule que jamais, surveillant avec une certaine paranoïa les personnes autour de moi. Je ne savais pas qui étaient ces “amis” dont elle m'avait parlé, mais une chose était certaine : je ne voulais pas prendre le risque de me la mettre encore plus à dos que ce n’était déjà le cas.

Et maintenant que j’avais trouvé le moyen d’être hors d'atteinte de toute oreille indiscrète, je ne savais pas quoi dire. Je me trouvais bien connue alors que j’avouais cela à l'homme qui me faisait face. Ce dernier finit par aller chercher quelque chose sur ses étagères avant de revenir vers moi. Un jeu de cartes. A mes yeux, il était très banale, mais je ne fis pas part de cette fugace pensée. Elle était inutile de toute façon et j’avais autre chose à faire : réfléchir à comment parler de ce qui me tourmentait. D’ailleurs, après m'avoir prêté la moitié du paquet et commencé à faire un château de carte, il me répondit que je pouvais dire la première chose qui me venait puisque le reste viendrait au moment voulu, tout comme la chronologie des événements. Le temps d’un instant, je réfléchis en regardant le tas de cartes. J’en pris ensuite deux et tentai d'imiter le bibliothécaire, je lui demandai doucement :

-Connaissez-vous Mana Nakumo, qui est en seconde A ?

J’attendis la réponse du professeur. Dans le cas où il ne voyait pas de qui il s’agissait, j’imaginais qu’il ferait des recherches pour mettre un visage sur ce nom qui me faisait trembler. Tant et si bien que même construire un simple château de cartes se révélait être une épreuve aussi monstrueuse que celle de parler de tout ce qui m'arrivait depuis des mois. J’entrepris alors de continuer d'essayer les deux en même temps sans m’énerver, très lasse :

-C’est une de mes camarades de classe. Tout le monde la voit comme une personne studieuse, gentille, joviale, prête à aider ses camarades ou les autres… Personnellement, j’ai découvert un tout autre visage à cette fille…

Laissant tomber le fait de faire un château de cartes, je détachai mes cheveux raccourcis de manière irrégulière et en levai ma veste d'uniforme pour dévoiler les nombreuses ecchymoses qui constellaient mes bras.

-J’en ai d'autres sur l’adbdomen, les jambes, possiblement le dos, et ceux sur le visage sont en train de s'estomper depuis quelques jours. Mais tous les jours elle me frappe, me vole et détruit parfois mes affaires…

Encore une fois, je dus m'arrêter pour éviter de me mettre à pleurer malgré que l'envie ne me manquait pas. Bien au contraire, c’était comme si les choses devenaient encore plus réelles à force de le révéler à une tierce personne. Plus que lorsque quelqu'un s’en rendait compte et me demandait si j'allais bien. Moi qui souhaitais que tout cela ne soit qu'un rêve et rien d’autre, j’étais obligée de faire face à la réalité d’une toute autre façon en me forçant au calme.
(c) Yumiko sur Académie Tsuki


Dernière édition par Asuka Tsuno le Jeu 13 Déc - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
avatar

Messages : 61
Age : 30
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Mar 11 Déc - 22:59

Jilian n'avait jamais été particulièrement doué pour faire des châteaux de cartes. En fait, il était même plutôt mauvais. Il lui fallait un temps infini pour réussir à faire tenir un pont tout seul déjà. Puis, il arrivait une fois sur deux qu'en essayant d'en faire un deuxième à côté, il renverse le premier d'un coup de poignet. Il avait beau essayer de placer le second château à gauche ou à droite du premier, le résultat final était toujours le même : une fois sur deux, il renversait le premier et ne se retrouvait plus qu'avec un seul château debout. Il recommençait alors le processus. Quand il arrivait enfin à la fois où deux ponts tenaient debout l'un à côté de l'autre, il déposait alors doucement une carte dessus, et tentait alors un nouveau pont, en équilibre sur les deux autres. Il n'était jamais allé plus loin que ça. Il était encore plus rare que ce troisième pont tienne, et quand c'était le cas, ça ne durait jamais bien longtemps. Juste le temps de se rendre compte qu'il tenait, avant de voir tout s'écrouler. La vérité, c'est qu'il y avait longtemps qu'il ne pensait plus à vouloir en faire un grand. Simplement, cette activité le détendait. Aligner les ponts de cartes, même s'il n'arriverait jamais à en faire un vrai château. Il trouvait apaisant la répétition de ces gestes.

Bon évidemment, ce n'était pas le cas de tout le monde. Asuka semblait quand même viser le château de cartes. Ce qui n'était pas forcément le meilleur objectif dans son état. Après, mieux valait s'énerver sur des cartes qu'autre chose. Les diversions sont faites pour ça... D'une certaine façon, la technique semblait avoir marché un peu.

Mana Makumo ? Le bibliothécaire réfléchit un instant, les yeux au plafond. Ce nom était inconnu au bataillon. Pourtant il avait une plutôt bonne mémoire des noms... quand les gens se présentaient. Ce qui n'était finalement pas si souvent le cas dans une bibliothèque. On ne se présente pas à un meuble voyons ! Ça serait bizarre. Si bien qu'à moins d'avoir interagi vraiment avec un élève, il ne retenait pas les noms qui passaient à longueur de journée sur les cartes. Sinon il n'y aurait plus de place pour le nom des livres !

"Non, je ne la connais pas. Désolé. Les bibliothécaires n'ont pas le même rapport avec les élèves vous savez."


Il attendit ensuite ce qui allait venir. Jilian commençait à sentir le vent tourner. Les victimes s'attendent souvent à ce que le monde entier connaisse leur persécuteur, ce qui était normal puisque soudain leur monde tout entier tournait autour de cette personne. Mais ce n'était pas le cas pour le reste du monde. Qu'Asuka ne semble pas avoir envisager la possibilité qu'il n'ait jamais entendu parler de cette personne n'était pas bon signe. Ces intuitions furent confirmées dans la foulée. Cette histoire de double visage n'était pas tellement surprenante. Les plus malins savaient très bien qu'il n'y avait aucun intérêt à avoir l'air du coupable de prime abord. Il valait toujours mieux faire partie des gens à qui on donnerait le bon dieu sans confession. Mais ça rendait forcément les choses plus compliquées par la suite.

La séance de déshabillage était malaisante. Il ne savait pas bien comment réagir. Peut-être que c'était plus simple de montrer que d'expliquer. Ou que ça permettait d'éviter qu'on ne la croit pas. Qu'est-ce qu'il était sensé faire maintenant ? Déjà, il fallait déjà palier au plus urgent.

"Vous avez montré ça à un médecin ou un infirmier ? Il me paraît urgent de vérifier où en est votre santé avant d'entamer quoi que ce soit d'autre, d'accord ? C'est important de s'assurer que physiquement déjà, vous allez pouvoir vous en remettre. Qui plus est, un médecin pourra constater les coups si vous souhaitez porter plainte. Ça dure depuis combien de temps ?"

En attendant les réponses, le bibliothécaire réfléchissait aussi vite que possible aux recours qui existaient et aux solutions possibles. Le problème serait sans doute la bonne image de cette personne. Mais dans tous les cas, on ne pourrait pas nier les violences que subissait Asuka. Ce qui serait déjà un bon départ.

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 237
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Jeu 13 Déc - 22:10



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Le professeur, après m'avoir répondu qu’il ne connaissait pas mon bourreau, m'expliquant même que les bibliothécaires n'avaient pas beaucoup de rapports avec les élèves, m’écouta sans dire un mot. Même lorsque j’enlevai quelques uns de mes habits pour lui montrer mes marques plus ou moins prononcées, il attendit que je termine. Peut-être souhaitait-il que je vide mon sac sans que je me bloque parce qu’il aurait tenté de me couper pour avoir des précisions. Il s’agissait d’une hypothèse, mais je n'avais aucun moyen de savoir si c’était le réellement le cas ou non. Et alors que je tentais de garder mon calme, me mordant les joues pour cela, il me demanda si j’avais montré mes marques à quelqu’un. Je ne répondis pas tout de suite, écoutant ses conseils et questions attentivement malgré mon regard baissé.

L’idée de porter plainte me fit froid dans le dos. Si je venais à aller jusque là, ma mère viendrait à être mise au courant et cela amènerait certains scenarii à se produire, que je le veuille ou non. Puis, qui me disait que ce genre de procédures n'allaient pas me ruiner plus que je l’étais, mettant de côté que ma mère enchaînait déjà les petits boulot rien que pour terminer de payer la pension. Je ne pouvais pas lui faire subir ça ! Pas alors que j’étais entrée à l’école pour lui offrir par la suite une belle vie, pas des problèmes supplémentaires… ! Mais au lieu de sauter sur l’occasion que mon interlocuteur ait terminé pour lui dire les tenants et aboutissants d’un possible refus de voir quelqu’un même pour ma propre santé, je répondis simplement à sa question sur un ton las :

-Ça fait des mois. Depuis… juin, en fait. Mais ça avait commencé avec une autre personne à ce moment-là. Makumo-san a repris le flambeau, parce qu’elle avait une dette m’a-t-elle dit.

Je ne voulais pas dire que mon ancien maître chanteur était une fille plus jeune et plus petite que moi. Non seulement cela n’apporterait sans doute rien, mais en plus de ça je me sentais extrêmement nulle face à ces faits. J’étais incapable de me défendre contre une cadette et ce, malgré ma “grande gueule”... Ça faisait tellement mal. Pas seulement à mon égo et ma fierté, mais également parce que j’avais du mal à accepter que je puisse être maltraitée sans raison réelle. Parce que c’était vrai : il n’y avait aucune réelle raison à tout cela et je ne voulais pas croire que l'intolérance qu'on pouvait avoir à mon égard aille aussi loin, pour ne pas dire le racisme. Cela n'aurait pas été la première fois, mais je n'en pouvais tout simplement plus pour l’accepter.

*Si je retrouve mon père, je crois que je vais le frapper pour nous avoir abandonnées !* pensai-je en fronçant les sourcils le temps d’une seconde avant de reprendre une expression de lassitude. *Franchement, était-ce trop difficile de nous emmener avec lui ? De nous aider à nous en sortir ? De ne pas faire comme si nous n’existions pas ? Qu'est-ce qui lui avait prit ?!*

Malgré que cela n'ait absolument aucun rapport, je finis par me rappeler un détail. Enfin, il s’agissait plus d’un petit compilé de souvenirs, mais ces derniers allaient sans doute répondre à la première question du bibliothécaire malgré le retard. Il me fallut néanmoins peser le temps d’un instant le pour et le contre avant de déclarer doucement, avec hésitation :

-Euh… Je ne sais pas si ça peut être utile, mais le premier jour j’ai dû aller à l'infirmerie parce qu’on m'avait éclaté le nez et cassé un doigt. Comme la personne responsable était à côté et à cause de ses menaces, je n'ai pas eu le courage d'en parler… Mais j’ai dû y retourner à plusieurs reprises. Je pense que l’infirmier se doute de quelque chose, même si je ne peux pas le certifier…

Avouer une telle chose n’arrangeait pas mes affaires puisque cela revenait à dire que j’avais sans doute des preuves pour aller porter plainte. Je ne le souhaitais pas. Et je n'allais sans doute pas échapper au fait que je devais aller veiller à ce que ma santé n’était pas en danger. Cela, sans que Mana s’en rende compte, ce qui allait s'avérer extrêmement difficile, fallait l’avouer. Mais avais-je le choix ?Non… Sans doute que non. Que ce soit pour veiller à ce que je ne soit pas en danger, mais également pour que tout s’arrête. Oui, peut-être que porter plainte était la seule manière pour moi de faire cesser cet enfer...
(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre vous et moi [Feat Jilian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lequel d’entre vous est fou de mon corps ? Levez le petit doigt !
» Grammaire et conjugaison
» L'ennui est une prison dont seul un compagnon peut vous en sortir. [FEAT CRISTAL]
» Parce que tout l'or du monde ne vaudrait pas un seul d'entre vous...
» Discussion entre quatre zieux! C'est entre vous et moi! [Sensei]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Campus :: Bibliothèque-
Sauter vers: