Partagez | 
 

 Entre vous et moi [Feat Jilian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Mar 13 Nov - 22:12



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Depuis combien de temps cela durait-il ? Cela faisait combien de mois que l'enfer semblait s'acharner sur ma pitoyable vie sans importance ? Je ne comptais plus. Tout ce que je savais c'était que, malgré mes efforts pour m'intégrer, j'avais réussi à m'attirer des rumeurs et du chantage quotidiennement. J'avais réussi à m'en sortir une fois, plus jeune, mais j'étais trop faible maintenant. Physiquement je ne faisais pas le poids et mon moral était bien trop détruit par l'empêchement de peindre ou même dessiner. J'étais devenu une sorte de zombie. Oui, c'était ainsi que je me voyais.

Tout ça avait commencé avec Kagome. Bizarrement tout le monde s'accordant à dire que c'était une sale petite peste. Pourtant, personne n'avait vu qu'elle me faisait du mal. Non. L'infirmier avait semblé se douter de quelque chose. Mais je n'avais rien dit par peur. Puis, quand elle était partie, une fille de ma classe avait prit le flambeau. Mana. Elle était appréciée par tout le monde mais personne ne connaissait son vrai visage à part moi. Non contente de me faire du mal moralement, elle s'en était également prit à moi physiquement… Jusqu'à ruiner totalement mon apparence. Qu'avais-je fais pour mériter un tel châtiment ?

Le professeur de musique m'avait proposé son aide et m'avait fortement conseillé d'en parler à un spécialiste ou un membre du corps enseignant parce que leur rôle ne se limitait pas à enseigner. Mais je n'en avais pas vu l'intérêt. Qui m'aurait cru ? J'étais considérée comme une pute par tout le monde et cette fille était plutôt classée “élève modèle”. Je ne faisais pas le poids, peu importe la façon dont je pouvais le voir. Pour moi, les bleus, mes cheveux à peine arrangés, ma joie de vivre disparue… Ce n'étaient pas des “preuves” suffisantes pour accuser quelqu'un. Quant à ma fierté… Non. Je ne voulais pas penser à cela.

Un mercredi après-midi, alors que je rangeais à nouveau mes affaires mises sens dessus dessous le matin même, je retrouvai un livre de la bibliothèque. Comme je n'avais pas touché de manga ou de peinture depuis des lustres, j'avais totalement oublié que je l'avais emprunté. Un papier avait été mis en marque-page. Je le retirai donc et découvrit certaines des notes que j'avais prises pour la création d'un évènement pour retrouver ma crédibilité malgré ma colère contre la CPE. Je me mordis alors la lèvre inférieure pour éviter de pleurer et me remis à ranger.

Après une bonne heure, je pris le livre et partis en direction de la bibliothèque de l'école. J'avais un peu peur de croiser le bibliothécaire mais, d'un autre côté, je n'avais pas le choix. Hors de question que je montre que j'allais mal en demandant à une de mes coloc’ d'y aller à ma place. Je mis donc bien quelques dizaines de minutes avant d'arriver à destination, habillée de mon uniforme scolaire. Je n'aimais pas les jupes en temps normal, mais mes affaires disparaissaient les unes après les autres. Mes pantalons en faisaient partie et je n'avais pas d'argent pour m'en acheter. Les seuls qui me restaient je les utilisaient pour peindre habituellement. C’était devenu beaucoup trop difficile de les porter…

Arrivé sur place, j'entrai silencieusement, le visage fermé et le livre serré contre ma poitrine. Ainsi, j'allais à l'accueil pour rendre mon livre. Le bibliothécaire était là. Avec mon apparence, j'étais pratiquement sûre que j'allais avoir droit à de nouvelles questions. J'en étais à peu près certaine.
(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
Jilian Doe

Messages : 135
Age : 31
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka, Karin Winterberg

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Sam 17 Nov - 23:06

Un mercredi comme un autre à la bibliothèque ! Maintenant, Jilian maîtrisait plutôt bien les lieux. Il commençait enfin à se sentir maître en son domaine. Et si l'angoisse d'être l'unique responsable d'un tel lieu était encore bien là, elle commençait enfin à laisser place à l'excitation d'une telle perspective. Depuis son arrivée, le bibliothécaire n'avait pas ménagé ses efforts pour faire de cet endroit un lieu vivant, prêt à accueillir toute sorte d'élèves et de projets. Un lieu pour protéger les livres et leurs secrets, mais aussi un lieu pour permettre aux étudiants de se fabriquer les leurs. Pouvoir proposer une telle richesse, c'était sa petite fierté. Pour le moment, il en était encore à la phase où il tâchait d'écouter les envies de chacun, les besoins. Il avait fallu un petit moment pour faire comprendre aux élèves de cette académie qu'une bibliothèque pouvait être bien plus qu'un endroit où on vous dit "chut" toutes les trois minutes. Ne serait-ce que parce que cela allait le fatiguer très vite de devoir dire chut si souvent... Il espérait bientôt pouvoir mettre en pratique certaines de ces idées.

Dans ce cadre, il avait commencé à créer des liens avec certains étudiants plus que d'autre. La chasse aux trésors qu'il avait organisé dans la bibliothèque lui avait permis d'en rencontrer certains avec qui il avait pu justement discuter de leurs envies. Il était maintenant ravi de pouvoir les revoir et d'entendre leur opinion. Il espérait que certains d'entre eux investiraient les lieux autant que lui. Bien sûr, on ne pouvait jamais présumer de rien. Surtout à cet âge ! Certains avaient été emballés au début, et puis il ne les avait plus jamais revu. À croire que sans la promesse de bonbons, il était hors de question qu'ils viennent ici.

Parfois, Jilian aurait voulu savoir ce que devenaient les gens. Bibliothécaire, c'était un métier étrange. Vous êtes lié à un lieu plus qu'à des gens. Comme si vous faisiez partie intégrante des meubles. C'est une des choses que Jlian apprécie dans son métier : il gagne le droit de faire partie des meubles d'une bibliothèque, finalement, au même titre que les livres, il est une chose importante de ce lieu, pas plus que les autres, juste une pièce parmi d'autres. Mais cela impliquait qu'une fois sortis de son antre, il n'avait aucun moyen de savoir ce que devenaient les gens. Et c'était étrange. Parce que tant qu'ils étaient ici, il pouvait les aider, les conseiller, les orienter vers un morceau de sagesse sur papier, leur proposer diverses activités ou bien encore les écouter simplement.Et quand on est capable de savoir quoi donner à lire à quelqu'un, on a l'impression de bien les connaître. Alors quand ils disparaissaient soudain pour ne plus laisser d'adresse, il avait toujours un pincement au coeur. Bien sûr, il espérait toujours que c'était pour le mieux. Mais la plupart du temps, il n'avait aucune façon de le savoir. Les gens ne laissent pas leur contact au bibliothécaire.

Asuka faisait partie de ces gens-là. Il faut dire que c'était d'autant plus curieux qu'ils aient pu se rencontrer puisque ce n'était pas dans le cadre de la bibliothèque, mais dans celui d'une heure de colle où il avait dû la surveiller... Il n'avait toujours pas compris pourquoi il s'était retrouvé à devoir assurer pareille corvée dès son arrivée, cela ne s'était, heureusement, pas reproduit depuis. Ils avaient pu discuter des possibilités d'Asuka, de ce qu'elle avait réussi à faire et de ce qu'elle pourrait encore être capable de faire. Il lui avait semblé qu'elle était repartie plus sereine, et qu'au moins ces trois heures coincés là lui aurait au moins servi à ça.

Mais il faillit ne pas la reconnaître quand elle arriva, un livre serré contre elle. Il n'y avait plus rien de la colère et de la joie de vivre qu'il lui avait connues. Elle cherchait plutôt à se faire le plus petit et le plus discret possible, et elle semblait habillée à la va vite. En bref, rien de bien encourageant. Il y avait clairement un problème. Mais que pouvait faire un petit bibliothécaire borgne de son bureau ?

"Oh bonjour ! Il y a longtemps que je ne vous ai pas vue ! Je pense souvent à vous, c'est peut-être parce que j'ai encore votre grenouille."


Effectivement, sur l'ordinateur du bureau d'accueil trônait fièrement une grenouille en origami. Sur le papier, quelqu'un avait dessiné de fines arabesques. La reine des grenouilles ! Il avait gardé les autres chez lui, mais il était trop content d'exposer celle-ci. Les dessins d'Asuka étaient trop jolis pour rester dans son placard.

"Je l'ai vernie pour qu'elle ne s'abîme pas. D'ici, elle peut tout surveiller ! Comment vont vos projets ? Si ma mémoire est bonne vous travailliez sur un nouveau manga. C'est toujours d'activité ?"


Il jugeait inutile de lui dire de but en blanc qu'elle avait une sale tête. La vérité c'est qu'elle le savait sans doute déjà. Un tel commentaire n'avait donc aucun intérêt, surtout si on prenait en compte les questions qui pouvaient en découler. Encore une fois, il trouvait plus pertinent de passer par une voix de traverse. Si elle voulait parler, elle parlerait. Sinon, il lui paraissait difficile de l'y forcer.

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Lun 19 Nov - 3:02



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Comme je l'avais craint, le bibliothécaire me reconnu et me salua. Ce fut d'ailleurs un peu étrange car il me donna l'impression non pas d'être un adulte saluant une élève croisée une fois pour la surveiller en heure de colle, mais plutôt comme un homme retrouvant une vieille amie qu'il n'avait pas vue depuis belle lurette. Néanmoins, il continuait tout de même à mettre une certaine distance, une limite obligatoire dans ce genre de situation, en me vouvoyant. Comme ce jour où il m'avait aidée à trouver un moyen d'aller de l'avant.

Il attira mon attention sur la grenouille qu'il avait faite lors de cette même journée. Il s'agissait de “la reine des grenouilles” comme il s'était amusé à l'appeler. Sans aucun doute parce qu'elle était faite des arabesques que j'avais faites spécialement pour ça. Spécialement pour qu'il en fasse une jolie grenouille qu'on voudrait garder. Néanmoins, je ne m'étais pas attendue à ce qu'il fasse en sorte qu'elle ne s'abîme pas dans le but de l'exposer à la vue de tous.

Repenser à ces moments d'insouciance pendant lesquelles je connaissais encore le bonheur de de dessiner et peindre me fit terriblement mal. Après tout, pour éviter de voir mes œuvres détruites, je ne le faisais plus du tout. Quoique… parfois je croquais pendant les cours, mais je m'étais donné la règle de ne jamais les garder, peu importe combien je pouvais les affectionner. Mais ce n'était pas assez… J’avais terriblement besoin de beaucoup plus mettre en œuvre mon talent. Oui… Tellement plus…

-Je ne peux plus dessiner… répondis-je d'une voix cassée au bibliothécaire en évitant son regard.

J'en disais beaucoup trop peu, tout comme avec le professeur de musique. Mais que pouvais-je dire en ces lieux ? Ce n'était pas comme si personne ne pouvait nous écouter et je n'avais aucune envie qu'elle me “punisse” pour cela. Quitte à ne pas dessiner au moins jusqu'à la fin de l'année, je voulais au moins garder mes doigts intacts. Pourtant, les paroles qui m'avaient été dites me revinrent en tête. Mr. Doe m'avait montré qu'il était capable d'écouter et chercher des solutions avec les élèves. En plus de cela, il m'avait avoué avoir vécu du harcèlement tout comme moi.

Avec un léger regain d'espoir, je posai le livre que j'étais venue rendre avant d'aller dans les rayons. Au passage, je pris un crayon de papier mal taillé qui traînait en promettant de le rendre, un pauvre sourire forcé sur les lèvres. Je ne cherchais rien en particulier. Il fallait juste que je joue le rôle d'une élève qui cherche un livre qui l'intéresse sans trop en faire. La comédie n'était clairement pas mon truc, mais j'avais déjà cherché des livres. Donc tant que je ne forçais rien, tout irait bien. … N'est-ce pas ?

Lorsque je fus certaine que personne ne pouvait me voir, je pris un livre un peu au hasard. Il s'agissait d'un livre d'histoire sur la période d'edo. Des souvenirs remontèrent, me faisant grimacer. Néanmoins, je me depechai d'ouvrir la couverture rigide pour écrire dessus sans appuyer : “Je ne veux pas le livre mais discuter avec vous, loin des oreilles indiscrètes, sans que ça vienne de moi, s'il vous plaît.”.

Une fois ma requête égoïste notée, je fermai le livre et retournai voir le responsable des lieux. Je posai alors discrètement le crayon sur le bureau en lui donnant le livre, attendant qu'il l'ouvre pour avoir accès à la carte d'historique d'emprunt… et lise mon message. Je sentais l'espoir gonfler en moi et j'esperais vraiment qu'il ne serait pas vain…
(c) Yumiko sur Académie Tsuki

_________________
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
Jilian Doe

Messages : 135
Age : 31
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka, Karin Winterberg

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Sam 1 Déc - 20:10

C'était une journée normale. Voire banale. Des trucs et des machins à faire. Plein de trucs et de machins à faire. Des petits trucs et des petits machins pas forcément très passionnants, mais qu'il fallait bien faire pour que la bibliothèque puisse fonctionner. Parce qu'on ne dirait pas, mais si personne ne faisait les trucs et les machins, la bibliothèque se mettait soudainement à ne plus fonctionner. Et personne ne vous croirait si vous disiez que la bibliothèque toute entière a soudain cessé de fonctionner parce que vous avez oublié de collé l'étiquette avec la nouvelle cote sur un livre. Les gens ne se rendent pas compte...

Sans être superstitieux, Jilian aurait supposé qu'un tel changement d'atmosphère aurait dû être annoncé. Qu'un signe aurait dû être donné afin qu'il puisse se préparer correctement à un tel revirement. Si on formait les bibliothécaires à gérer les trucs et les machins dont personne n'avait conscience mais qui permettait à une bibliothèque de fonctionner correctement, on ne les former pas à gérer des adolescents. Du haut de sa petite trentaine, le bibliothécaire avait toujours pensé que c'était un cruel manquement à leur formation...

Que faire dans un pareil cas de figure ? La jeune femme avait été aussi laconique que lapidaire et avait disparu dans les rayons en un battement de paupière. Une telle réponse n'augurait rien de bon. Comment passait-on de "j'ai publié un manga et je dessine même quand je ne devrais pas" à "je ne dessine plus" ? Il y avait clairement anguille sous roche. Une grosse anguille. Sous une grosse roche. Et Jilian n'allait certainement pas pouvoir soulever un caillou pareil à la force de ses petits bras. Il aurait peut-être fallu qu'il réponde, mais quoi ? Et de toute façon, il n'en avait pas eu le temps.

Qui plus est, il est à nouveau retourné à sa position de bibliothécaire-meuble, simple témoin des vies qui passent tandis qu'il ne pouvait rien faire d'autre que rester coincé là à attendre que le temps passe en gérant des trucs et des machins justement pour que le temps puisse passer sereinement. Sauf que justement, pour Asuka, il ne semblait pas passer sereinement. D'un côté, il pourrait lui courir après, lui dire qu'il n'était pas aveugle, juste borgne, ce qui faisait une très grande différence, une différence d'environ 50% de champ de vision accessible, ce qui n'était pas quand même pas rien, et que du coup il avait bien vu qu'il y avait un problème et que ce n'était pas en se cachant dans les rayons qu'il allait se résoudre. Même si c'est vrai que c'était tentant. Si on ne pouvait même plus se cacher dans les bibliothèques, qu'allait-il rester ? De l'autre côté, courir après une adolescente n'était pas vraiment l'idée du siècle, c'était même une très très mauvaise idée. Si elle n'avait pas souhaité en parler, elle avait sans doute ses raisons, la brusquer n'allait sans doute aider à rien. Et en plus, ça aurait vraiment l'air louche. À moins de trouver un prétexte ?

Alors qu'il était pris dans ses pensées, et tout occupé qu'il était à gérer ses trucs et ses machins en pilotage automatique, un livre sur l'histoire d'Edo apparût comme par magie sans son champ de vision. Il leva donc rapidement le nez pour saluer son interlocuteur.

"Oh, très bon choix. Je l'aime bien celui-là, pas le plus complet, mais sans doute un des plus accessibles et surtout qui pose des questions de fond je trouve. Souvent cette démarche critique est un peu perdue au profit du roman national..."


Le bibliothécaire ne sachant pas trop quoi dire pour amener la conversation, il tâchait de créer un minimum de lien. Cependant, quand il ouvrit le livre, il découvrit le mot et sourit en réalisant que la jeune avait été beaucoup plus maline que lui sur ce coup-là.

"Ceci dit, j'en ai une édition plus complète en réserve ! Figurez-vous qu'ils l'ont réédité avec des cartes, des illustrations et plein de choses de ce genre-là qui permettent d'encore mieux visualiser l'époque dans toute sa complexité. Je ne peux pas encore le mettre en rayon parce qu'il faut que je le répare un peu et que je l'étiquette. Enfin tous ces trucs et machins quoi. Mais je peux vous montrer à quoi ça ressemble si vous voulez. Comme ça si ça vous intéresse je vous contacte quand il est prêt ! Suivez moi."

Aussitôt, le bibliothécaire saisit son badge d'accès et se leva pour lui montrer le chemin. Vérifiant que la jeune femme le suivait bien, il lui fît passer la porte qui s'ouvrit d'un léger "bip bip".

"Ça fait un peu agent secret !"


Il aimait bien ces couloirs. Il y faisait frais. Des étagères longeaient les murs, elles aussi couvertes de livre, même s'ils étaient en plus petit nombre. Il l'emmena dans une salle isolé au bout de quelques couloirs. C'était la salle qui lui servait d'atelier quand il fallait réparer les livres. On y trouvait donc tout matériel, aussi bien pour réparer les livres, qu'un peu de son matériel de couture. Il y avait des chaises, une table, d'autres étagères, les livres qui attendaient sagement leur tour, dont la réédition enrichie du livre sur Edo, cette partie n'était pas un mensonge. Jilian étant un piètre menteur, il avait choisi la facilité. Et bien sûr, dans un des petits placards, la réserve de douceurs du bibliothécaire. Enfin, une de ces réserves. Il invita donc Asuka à s'asseoir, et sortit donc le reste des carambars de la chasse au trésor, ainsi qu'une petite boîte de chocolat qu'il disposa sur la table, après s'être assuré d'avoir bien rangé les livres qui y étaient. Il ne faudrait pas que des miettes de chocolat ou de caramel ne viennent les abîmer ! Et il fit signe à Asuka qu'elle pouvait se servir si elle le souhaitait.

"Aujourd'hui il n'y a personne d'autre que moi qui travaille à la bibliothèque. On est donc tranquille."

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Dim 2 Déc - 2:05



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

En voyant le livre, le bibliothécaire valida joyeusement mon choix. Pour cela, il m’expliqua ce que je savais déjà pour l’avoir étudié l’année précédente pour le concours que j’avais justement gagné avec ma colocataire et partenaire. Puis, quand il ouvrit la couverture comme je l’avais imaginé, passage obligatoire pour l’emprunt d’un livre dans cette bibliothèque, il s’arrêta, lu rapidement et me sourit de plus belle en reprenant le sujet d’une manière que je trouvai spectaculaire. Je ne savais pas à quel point cette histoire de réédition était vraie ou fausse, mais cela me permit de le suivre sans avoir peur des répercussions. Pas trop en tous les cas. Après tout, Mana n’allait tout de même pas me reprocher de m’informer sur un livre,... N’est-ce pas ? Avec elle, je ne pouvais rien imaginer. Je devais me méfier. C’était la raison même de ce mot dans le livre, même si je n’aurais peut-être pas dû l’écrire. D’ailleurs, pour que personne ne puisse voir le mot, et pour laisser croire que j’allais vraiment prendre le livre, je le pris avec moi avant de suivre l’adulte qui m’emmenait vers une porte qui s’ouvrait à l’aide d’un badge.

Une fois hors d’atteinte de tout regard, je suivis le professeur le long d’un couloir empli de livres. Silencieuse, je n’osais pas encore parler. Alors, en marchant, la tête légèrement baissée, le livre serré contre ma poitrine, je regardai discrètement autour de moi. Je n’avais pas peur qu’on me voit regarder mon environnement. Il était après tout normal que j’en prenne connaissance, que je cherche à savoir où je me trouvais, même si j’en connaissais le nom. En plus de cela, c’était bien la première fois que je mettais les pieds dans la réserve d’une bibliothèque. Sincèrement, j’aurais préféré découvrir un tel endroit dans d’autres circonstances… Mais je n’en fis pas part, gardant tout cela pour moi, tout comme mes problèmes pour le moment. Je souris à nouveau très succinctement, presque inaudiblement, quand je repensai à la remarque de mon professeur. Il n’avait pas du tout tord en disant qu’on avait l’impression d’être des agents secrets. Même ce couloir pouvait donner cette impression.

Au bout de ce dernier, il me fit entrer dans une salle. Elle ressemblait à un atelier de travail à première vue. Je me sentis bête de penser ainsi : que voulais-je que ce soit d’autres ? D’ailleurs, j’eus rapidement la réponse à une de mes questions : le livre dont le professeur avait parlé existait bel et bien. Posé sur une étagère, un livre possédant un titre semblable à celui que je tenais dans mes bras attendait son étiquette. J’étais curieuse de voir à quoi il ressemblait mais je ne pouvais pas oublier la raison de ma présence en ces lieux. Ce n’était en aucun cas pour voir cette réédition. Voilà pourquoi je ne fis pas de détours pour aller m’asseoir sur la chaise indiquée par Mr. Doe qui me proposa de me servir dans les bonbons et chocolat qu’il disposa sur la table libérée des livres qui l’avaient couverte. Cela, en m’assurant que nous étions seuls, que personne ne viendrait nous écouter. Je ne répondis pas tout de suite, ne sachant que répondre ou comment organiser mes idées. Ce n’est donc qu’au bout que quelques minutes que je pris la parole timidement, d’une petite voix, pour expliquer la raison de mon mot :

- Mr. Chikamasa m’a dit que si j’avais un problème je pouvais aller m’adresser à un adulte… que je pouvais demander de l’aide si j’en avais besoin…

Je me tus un instant, essuyant les larmes qui menaçaient de noyer mes joues. J’avais une boule énorme dans la gorge qui ne m’aidait clairement pas à me calmer. Elle était d’ailleurs la raison pour laquelle je parlais que très peu depuis quelques temps. Et, maintenant que je me retrouvais dans un endroit et avec une personne qui me permettaient de le faire, je ne pus dire que ceci :

- Je ne sais pas par où commencer…

Je me sentis si pathétique que mon coeur se serra douloureusement. C’était tout ce dont j’étais capable ? Alors que c’était moi qui avait demandé à parler ? Non mais c’était quoi ce bordel ?! Doucement, mes mains qui avaient caressé doucement la couverture du livre posé sur mes genoux se fermèrent en poings qui blanchirent les jointures alors que je regardais le sol dans une expression partagée entre une multitude de sentiments négatifs.  
(c) Yumiko sur Académie Tsuki


Dernière édition par Asuka Tsuno le Dim 9 Déc - 21:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
Jilian Doe

Messages : 135
Age : 31
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka, Karin Winterberg

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Sam 8 Déc - 20:07

La conversation s'annonçait longue et compliqué. Un peu comme essayer de vider une baignoire alors que le siphon est bouché. L'eau sort presque goutte à goutte. Restait à voir à quel point le siphon de cette baignoire-ci était bouchée. Pour une fois, Jilian n'avait pas besoin de s'interroger pour savoir qu'il valait mieux qu'il garde cette réflexion pour lui. Il lui passa rapidement par la tête que c'était le genre de situation dont il aimait discuter avec son ex. Il écoutait bien et ces conversations de soirée lui avaient souvent permis de faire le tri. Enfin, le bibliothécaire ne donna pas plus de crédit que ça à cette pensée. Elles arrivaient encore de temps à autre, mais beaucoup moins qu'avant. Il avait plutôt bien tourné la page depuis qu'il était arrivé là et avait pris la charge de cette bibliothéque. Cela ne le remplissait plus de tristesse comme avant. C'était juste une pensée, comme ça au passage. Et pour le moment il avait autre chose à faire ! Il avait une baignoire à déboucher...

Et ça risquait de ne pas être simple du tout. Vraiment pas. La demoiselle semblait vouloir à la fois parler et en même temps, vouloir se taire jusqu'à ce que mort s'en suive. Deux envies difficilement conciliable dans la même tête. Le fait est qu'il ne pouvait pas faire grand chose pour l'aider à résoudre cet insoluble débat. Il ne pouvait qu'attendre qu'elle trouve d'elle même une solution qui lui convienne. Heureusement qu'il était quelqu'un de patient, pour ne pas dire carrément contemplatif. Il lui vint rapidement en tête que c'était quand même un peu embêtant comme situation puisque les trucs et les machins l'attendaient toujours et qu'en attendant, tout ça n'avançait pas. Mais là aussi, la pensée ne resta guère plus d'un instant. Juste le temps de se rendre compte qu'elle était là.

Il n'était pas bien sûr de qui était ce monsieur Chikamasa par contre. Un enseignant sans doute. Jilian ne les connaissait pas tous. Il savait qu'il faudrait qu'il prenne vraiment le temps de les rencontrer pour faire le point sur des éventuels partenariats ou façons de travailler ensemble. À défaut de mieux, il allait partir du principe qu'il s'agissait en effet d'un enseignant.

"Oui, c'est souvent à ça que servent les adultes. Le reste du temps ils sont là pour vous rappeler de vous brosser les dents, mais rendu au lycée, ça ne relève plus vraiment de la compétence de vos enseignants. Alors on en revient majoritairement à cette fonction de vous écouter quand vous avez un problème."


À nouveau le silence, à nouveau l'attente. Il y avait du temps. Enfin, on pouvait en trouver. Enfin, ce n'était pas comme s'il y avait un rayon de la bibliothèque où il y avait étiqueté "temps", ni même un placard secret dans lequel il en aurait rangé un peu. C'était embêtant parfois. mais en tout cas, on pouvait toujours trouve run moyen de s'arranger. Ceci dit, s'il n'y avait pas un stock de temps dans lequel on pouvait piocher, on pouvait toujours tenter de trouver un stock de diversion. Lors de l'heure de colle, faire diversion avait plutôt bien fonctionné finalement. Avec un peu de temps, et après quelques détours, la jeune femme avait pu dire ce qu'elle avait à dire.

Jilian fourragea donc un peu dans le placard derrière lui et finit par en extraire ce qu'il cherchait, un jeu de cartes. Ce n'était pas un jeu particulièrement beau. Il était basique, banal. Il sortit doucement les cartes de leur étui. Si on pouvait voir que le jeu avait servi, il restait néanmoins en bon état. Il coupa le paquet en deux, et plaça l'une des moitié devant Asuka qui serrait les poing, toujours occupée à se débattre avec son impossible dilemme. Le bibliothécaire entreprit alors calmement de construire un château de carte. Doucement, lentement, comme l'exigeaient à la fois l'activité et la conversation. Au pire, la jeune fille n'aurait au moins pas l'impression qu'on la fixait.

"Au pire, l'ordre chronologique, ça viendra plus tard. On a le temps pour ça. Autant commencer par le premier bout qui vient, on verra après."

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Dim 9 Déc - 22:00



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Pendant que j’essuyais mes larmes, Mr. Doe confirma les dire de mon professeur de musique : les adultes étaient là pour m’écouter si je venais à avoir un problème et non seulement donner des notes et punir en cas de mauvaise conduite. D’un certain côté, je le savais déjà. Même ma mère m'avait souvent rappelée ces derniers temps que je pouvais tout lui dire. Mais j’avais eu trop peur pour me jeter à l’eau. Beaucoup trop peur. Cela à cause de l’épée de Damoclès qui était constamment présente au-dessus de ma tête. Alors, j’avais cherché un moyen de m’en sortir seule, de convaincre Mana de me laisser puisque sa dette était largement payée puisqu'elle m’en mettait plein la gueule à cause de cela. Malheureusement, rien n'avait fonctionné et je m’étais retrouvée plus seule que jamais, surveillant avec une certaine paranoïa les personnes autour de moi. Je ne savais pas qui étaient ces “amis” dont elle m'avait parlé, mais une chose était certaine : je ne voulais pas prendre le risque de me la mettre encore plus à dos que ce n’était déjà le cas.

Et maintenant que j’avais trouvé le moyen d’être hors d'atteinte de toute oreille indiscrète, je ne savais pas quoi dire. Je me trouvais bien connue alors que j’avouais cela à l'homme qui me faisait face. Ce dernier finit par aller chercher quelque chose sur ses étagères avant de revenir vers moi. Un jeu de cartes. A mes yeux, il était très banale, mais je ne fis pas part de cette fugace pensée. Elle était inutile de toute façon et j’avais autre chose à faire : réfléchir à comment parler de ce qui me tourmentait. D’ailleurs, après m'avoir prêté la moitié du paquet et commencé à faire un château de carte, il me répondit que je pouvais dire la première chose qui me venait puisque le reste viendrait au moment voulu, tout comme la chronologie des événements. Le temps d’un instant, je réfléchis en regardant le tas de cartes. J’en pris ensuite deux et tentai d'imiter le bibliothécaire, je lui demandai doucement :

-Connaissez-vous Mana Nakumo, qui est en seconde A ?

J’attendis la réponse du professeur. Dans le cas où il ne voyait pas de qui il s’agissait, j’imaginais qu’il ferait des recherches pour mettre un visage sur ce nom qui me faisait trembler. Tant et si bien que même construire un simple château de cartes se révélait être une épreuve aussi monstrueuse que celle de parler de tout ce qui m'arrivait depuis des mois. J’entrepris alors de continuer d'essayer les deux en même temps sans m’énerver, très lasse :

-C’est une de mes camarades de classe. Tout le monde la voit comme une personne studieuse, gentille, joviale, prête à aider ses camarades ou les autres… Personnellement, j’ai découvert un tout autre visage à cette fille…

Laissant tomber le fait de faire un château de cartes, je détachai mes cheveux raccourcis de manière irrégulière et en levai ma veste d'uniforme pour dévoiler les nombreuses ecchymoses qui constellaient mes bras.

-J’en ai d'autres sur l’adbdomen, les jambes, possiblement le dos, et ceux sur le visage sont en train de s'estomper depuis quelques jours. Mais tous les jours elle me frappe, me vole et détruit parfois mes affaires…

Encore une fois, je dus m'arrêter pour éviter de me mettre à pleurer malgré que l'envie ne me manquait pas. Bien au contraire, c’était comme si les choses devenaient encore plus réelles à force de le révéler à une tierce personne. Plus que lorsque quelqu'un s’en rendait compte et me demandait si j'allais bien. Moi qui souhaitais que tout cela ne soit qu'un rêve et rien d’autre, j’étais obligée de faire face à la réalité d’une toute autre façon en me forçant au calme.
(c) Yumiko sur Académie Tsuki


Dernière édition par Asuka Tsuno le Jeu 13 Déc - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
Jilian Doe

Messages : 135
Age : 31
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka, Karin Winterberg

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Mar 11 Déc - 22:59

Jilian n'avait jamais été particulièrement doué pour faire des châteaux de cartes. En fait, il était même plutôt mauvais. Il lui fallait un temps infini pour réussir à faire tenir un pont tout seul déjà. Puis, il arrivait une fois sur deux qu'en essayant d'en faire un deuxième à côté, il renverse le premier d'un coup de poignet. Il avait beau essayer de placer le second château à gauche ou à droite du premier, le résultat final était toujours le même : une fois sur deux, il renversait le premier et ne se retrouvait plus qu'avec un seul château debout. Il recommençait alors le processus. Quand il arrivait enfin à la fois où deux ponts tenaient debout l'un à côté de l'autre, il déposait alors doucement une carte dessus, et tentait alors un nouveau pont, en équilibre sur les deux autres. Il n'était jamais allé plus loin que ça. Il était encore plus rare que ce troisième pont tienne, et quand c'était le cas, ça ne durait jamais bien longtemps. Juste le temps de se rendre compte qu'il tenait, avant de voir tout s'écrouler. La vérité, c'est qu'il y avait longtemps qu'il ne pensait plus à vouloir en faire un grand. Simplement, cette activité le détendait. Aligner les ponts de cartes, même s'il n'arriverait jamais à en faire un vrai château. Il trouvait apaisant la répétition de ces gestes.

Bon évidemment, ce n'était pas le cas de tout le monde. Asuka semblait quand même viser le château de cartes. Ce qui n'était pas forcément le meilleur objectif dans son état. Après, mieux valait s'énerver sur des cartes qu'autre chose. Les diversions sont faites pour ça... D'une certaine façon, la technique semblait avoir marché un peu.

Mana Makumo ? Le bibliothécaire réfléchit un instant, les yeux au plafond. Ce nom était inconnu au bataillon. Pourtant il avait une plutôt bonne mémoire des noms... quand les gens se présentaient. Ce qui n'était finalement pas si souvent le cas dans une bibliothèque. On ne se présente pas à un meuble voyons ! Ça serait bizarre. Si bien qu'à moins d'avoir interagi vraiment avec un élève, il ne retenait pas les noms qui passaient à longueur de journée sur les cartes. Sinon il n'y aurait plus de place pour le nom des livres !

"Non, je ne la connais pas. Désolé. Les bibliothécaires n'ont pas le même rapport avec les élèves vous savez."


Il attendit ensuite ce qui allait venir. Jilian commençait à sentir le vent tourner. Les victimes s'attendent souvent à ce que le monde entier connaisse leur persécuteur, ce qui était normal puisque soudain leur monde tout entier tournait autour de cette personne. Mais ce n'était pas le cas pour le reste du monde. Qu'Asuka ne semble pas avoir envisager la possibilité qu'il n'ait jamais entendu parler de cette personne n'était pas bon signe. Ces intuitions furent confirmées dans la foulée. Cette histoire de double visage n'était pas tellement surprenante. Les plus malins savaient très bien qu'il n'y avait aucun intérêt à avoir l'air du coupable de prime abord. Il valait toujours mieux faire partie des gens à qui on donnerait le bon dieu sans confession. Mais ça rendait forcément les choses plus compliquées par la suite.

La séance de déshabillage était malaisante. Il ne savait pas bien comment réagir. Peut-être que c'était plus simple de montrer que d'expliquer. Ou que ça permettait d'éviter qu'on ne la croit pas. Qu'est-ce qu'il était sensé faire maintenant ? Déjà, il fallait déjà palier au plus urgent.

"Vous avez montré ça à un médecin ou un infirmier ? Il me paraît urgent de vérifier où en est votre santé avant d'entamer quoi que ce soit d'autre, d'accord ? C'est important de s'assurer que physiquement déjà, vous allez pouvoir vous en remettre. Qui plus est, un médecin pourra constater les coups si vous souhaitez porter plainte. Ça dure depuis combien de temps ?"

En attendant les réponses, le bibliothécaire réfléchissait aussi vite que possible aux recours qui existaient et aux solutions possibles. Le problème serait sans doute la bonne image de cette personne. Mais dans tous les cas, on ne pourrait pas nier les violences que subissait Asuka. Ce qui serait déjà un bon départ.

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Jeu 13 Déc - 22:10



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Le professeur, après m'avoir répondu qu’il ne connaissait pas mon bourreau, m'expliquant même que les bibliothécaires n'avaient pas beaucoup de rapports avec les élèves, m’écouta sans dire un mot. Même lorsque j’enlevai quelques uns de mes habits pour lui montrer mes marques plus ou moins prononcées, il attendit que je termine. Peut-être souhaitait-il que je vide mon sac sans que je me bloque parce qu’il aurait tenté de me couper pour avoir des précisions. Il s’agissait d’une hypothèse, mais je n'avais aucun moyen de savoir si c’était le réellement le cas ou non. Et alors que je tentais de garder mon calme, me mordant les joues pour cela, il me demanda si j’avais montré mes marques à quelqu’un. Je ne répondis pas tout de suite, écoutant ses conseils et questions attentivement malgré mon regard baissé.

L’idée de porter plainte me fit froid dans le dos. Si je venais à aller jusque là, ma mère viendrait à être mise au courant et cela amènerait certains scenarii à se produire, que je le veuille ou non. Puis, qui me disait que ce genre de procédures n'allaient pas me ruiner plus que je l’étais, mettant de côté que ma mère enchaînait déjà les petits boulot rien que pour terminer de payer la pension. Je ne pouvais pas lui faire subir ça ! Pas alors que j’étais entrée à l’école pour lui offrir par la suite une belle vie, pas des problèmes supplémentaires… ! Mais au lieu de sauter sur l’occasion que mon interlocuteur ait terminé pour lui dire les tenants et aboutissants d’un possible refus de voir quelqu’un même pour ma propre santé, je répondis simplement à sa question sur un ton las :

-Ça fait des mois. Depuis… juin, en fait. Mais ça avait commencé avec une autre personne à ce moment-là. Makumo-san a repris le flambeau, parce qu’elle avait une dette m’a-t-elle dit.

Je ne voulais pas dire que mon ancien maître chanteur était une fille plus jeune et plus petite que moi. Non seulement cela n’apporterait sans doute rien, mais en plus de ça je me sentais extrêmement nulle face à ces faits. J’étais incapable de me défendre contre une cadette et ce, malgré ma “grande gueule”... Ça faisait tellement mal. Pas seulement à mon égo et ma fierté, mais également parce que j’avais du mal à accepter que je puisse être maltraitée sans raison réelle. Parce que c’était vrai : il n’y avait aucune réelle raison à tout cela et je ne voulais pas croire que l'intolérance qu'on pouvait avoir à mon égard aille aussi loin, pour ne pas dire le racisme. Cela n'aurait pas été la première fois, mais je n'en pouvais tout simplement plus pour l’accepter.

*Si je retrouve mon père, je crois que je vais le frapper pour nous avoir abandonnées !* pensai-je en fronçant les sourcils le temps d’une seconde avant de reprendre une expression de lassitude. *Franchement, était-ce trop difficile de nous emmener avec lui ? De nous aider à nous en sortir ? De ne pas faire comme si nous n’existions pas ? Qu'est-ce qui lui avait prit ?!*

Malgré que cela n'ait absolument aucun rapport, je finis par me rappeler un détail. Enfin, il s’agissait plus d’un petit compilé de souvenirs, mais ces derniers allaient sans doute répondre à la première question du bibliothécaire malgré le retard. Il me fallut néanmoins peser le temps d’un instant le pour et le contre avant de déclarer doucement, avec hésitation :

-Euh… Je ne sais pas si ça peut être utile, mais le premier jour j’ai dû aller à l'infirmerie parce qu’on m'avait éclaté le nez et cassé un doigt. Comme la personne responsable était à côté et à cause de ses menaces, je n'ai pas eu le courage d'en parler… Mais j’ai dû y retourner à plusieurs reprises. Je pense que l’infirmier se doute de quelque chose, même si je ne peux pas le certifier…

Avouer une telle chose n’arrangeait pas mes affaires puisque cela revenait à dire que j’avais sans doute des preuves pour aller porter plainte. Je ne le souhaitais pas. Et je n'allais sans doute pas échapper au fait que je devais aller veiller à ce que ma santé n’était pas en danger. Cela, sans que Mana s’en rende compte, ce qui allait s'avérer extrêmement difficile, fallait l’avouer. Mais avais-je le choix ?Non… Sans doute que non. Que ce soit pour veiller à ce que je ne soit pas en danger, mais également pour que tout s’arrête. Oui, peut-être que porter plainte était la seule manière pour moi de faire cesser cet enfer...
(c) Yumiko sur Académie Tsuki

_________________
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
Jilian Doe

Messages : 135
Age : 31
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka, Karin Winterberg

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Dim 16 Déc - 19:56

Ce genre de situation dépassait complètement les compétences du bibliothécaire. La vérité, c'est que sans une intervention de la direction sous une forme ou un autre, rien ne serait possible. À moins de prendre l'autre dans la main dans le sac. Ce qui n'était bien sûr pas impossible, mais relevait quand même de la chance. Il faudrait pouvoir déclencher une enquête, d'une façon ou d'une autre. On ne pouvait de toute façon pas nier qu'il y avait un problème. Asuka ne s'était quand même pas fait ça toute seule !

"Il se doute forcément de quelque chose. Il est évident que vous ne vous êtes pas battue toute seule... et puis il est plus observateur qu'il n'y paraît."

Jilian commençait à bien connaître James maintenant. C'était rapidement devenu son meilleur ami dans ces lieux. Le médecin scolaire était à peu près aussi doué que lui socialement parlant, mais ça ne l'empêchait pas repérer certaines choses. Qui plus est, il était doué et consciencieux dans son métier. Une étudiante qui devait revenir régulièrement pour des blessures diverses et des ecchymoses, ça n'avait pas pu passer au travers de son radar. Ceci dit, il n'avait sans doute pas su quoi dire ou comment se comporter.

Pour le coup ça ne m'étonnerait pas de lui oui...

Le bibliothécaire savait que le médecin commençait tout juste à s'habituer au fait de soigner des adolescents et ce que cela pouvait impliquer. Ceci dit, il n'avait aucune intention de lui jeter la pierre. Quoi dire ? Si Asuka elle-même n'avait pas ouvert la bouche, ce n'était pas évident de lui tirer les vers du nez. Et si la coupable était présente, peut-être que sans comprendre d'où elle venait, James avait senti une certaine tension et avait alors choisi de ne pas intervenir, laissant faire le temps. Sauf que le temps commençait à manquer.

"Cette personne, elle agit seule ? Pour vous briser les doigts il a quand même dû falloir une sacrée force... Vous arrivez à vous défendre ?"

Jilian essayait de réfléchir aussi efficacement qu'il le pouvait. Pour le moment, ce qui lui paraissait le plus urgent. C'était de limiter les dégâts. On ne pourrait rien faire tant qu'on n'aurait pas aménager un minimum d'espace libre à la jeune fille. Elle-même ne serait sans doute pas en mesure de penser en dehors de son agression tant que ça perdurerait. Mais si elle ne parlait qu'aux compte-gouttes, cela risquait d'être compliqué. Ce qui était injuste, puisque cela demandait qu'elle mette en place un minimum d'efforts pour se défendre elle-même d'une agression démesurée et injuste à la base. Le serpent se mordait la queue... Mais encore une fois, sans prise sur le fait, impossible d'agir de l'extérieur.

Comment gagner du temps ? Et surtout comment l'abriter du danger un minimum ? Comment faire bouger les choses ? En triturant ses cartes du bout des doigts, le bibliothécaire commença à avoir un début d'idée. Il n'avait absolument aucune certitude quant à la mise en place concrète, mais il y avait sans doute quelque chose à faire dans cette direction.

"Ces choses-là, ça n'arrive que quand vous êtes au lycée ? Parce que je suis en train de penser, mais rien ne vous oblige à y venir. Enfin, vous êtes obligée d'avoir une éducation et une formation, loin de moi l'idée de vouloir vous faire arrêter les cours. Ce serait une trop belle victoire pour cette personne. Ce que je veux dire c'est que rien ne vous oblige à venir physiquement au lycée. On pourrait peut-être envisager une solution d'enseignements par correspondance, avec des rendez-vous ou visites régulières de vos enseignants pour s'assurer que vous ne perdez pas le fil. Cela vous laisserait le temps de vous refaire une santé. Je sais ce n'est pas la solution idéale, mais dans un premier temps, ça vous permettrait peut-être de souffler, de lancer une alerte sur le problème au niveau de la direction et d'enquêter de notre côté sur les événements."


Si ça se trouve, le bibliothécaire parlait trop vite et rien de tout cela n'était vraiment réalisable. Mais il était persuadé que si lui, James, et l'autre enseignant avec qui Asuka s'était entretenu signalaient le problème, il y aurait moyen d'aménager quelque chose.

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Lun 17 Déc - 2:16



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Face à mes doutes concernant ce que pouvait avoir deviné ou non l’infirmier, le bibliothécaire entreprit de tenter de me rassurer. Son premier argument fut, de ce que je compris, c’était que faire les blessures que j’avais sur le corps n'étaient pas faisables par sois-même. Le second était que l’infirmier était bon observateur. Cela me rappela qu’en m’auscultant, il m’avait demandé ce qu’il s’était passé et que son regard s’était comme… voilé quand je lui avais répondu que j’étais tombée dans des escaliers. Ainsi, je ne m’étais pas trompée en pensant qu’il s’était douté de quelque chose mais n’en avait rien dit. Je ne savais pas vraiment quoi en penser étant donné que cela signifiait, d’une certaine façon, qu’il m’avait comme abandonnée à mon sort. Je ne lui avais rien dit non plus à cause de la peur. Rien que le fait de mettre les pieds à l’infirmerie me donnait droit à des coups supplémentaires, alors qu’est-ce qu’il adviendrait si je venais à parler à l’infirmier. Je prenais déjà bien trop de risques en ce moment-même…

Me tirant de ma réflexion concernant cette personne qui avait été le premier témoin de la violence qui débutait à mon encontre, Doe-sensei me demanda si la personne qui me blessait le faisait seule. Néanmoins, il me sembla qu’il mélangeait un peu les informations. Je ne voulus pas le contredire totalement. Je ne le pouvais pas de toute façon. Alors, quand je lui répondis, je le fis en essayant d’être la plus claire possible malgré mon stress constant :

- J’ai essayé de me défendre, mais l’une comme l’autre étaient trop fortes. Yasei-san et Makumo-san n’ont jamais agies seules et elles ne sont jamais accompagnées quand elles me violentent. … Makumo-san est armée au sein de l’école. C’est elle qui m’a coupé les cheveux parce que je n’avais pas l’argent demandé…

Je ne savais pas me défendre. C’était un fait, aussi pénible soit-il. J’étais faible et cela devenait le cas sur tous les points. Je mentirais en prétendant que je n’en étais pas aussi énervée qu’attristée. Mais que pouvais-je y faire ? Je n’étais qu’une étudiante dessinatrice, voire peintre, qui se voyait acculée, humiliée, et blessée sur tous les points par des personnes plus ou moins âgées qu’elle. J’en avais assez…

Tentant à nouveau de faire un château de cartes, chose que mes tremblements incessants ne m’aidaient toujours pas à faire, j’écoutais les réflexions de mon interlocuteur. En gros, il me demandait presque si je voulais/pouvais rentrer chez moi. Rien que penser à la proposition, je me mordis les lèvres. Vers la fin de ses explications, j’avais même finis par lâcher les cartes sur la table pour ramener mes jambes contre moi, les pieds posés sur le bord de la chaise tenant ma jupe pour cacher ma culotte. Et lorsqu’il eut terminé, doucement, très hésitante, je tentai de répondre à sa proposition par mes propres réflexions :

- J’aurais sans doute accepté sans discuter si j’habitais à Nara. Mais, comme c’est pas le cas, je ne veux pas prendre le risque que ma mère veuille me changer d’école. Elle a payé au moins la moitié de la pension alors qu’à la base on n’a pas les moyens. Je suis venue ici pour elle, alors je veux pas me montrer un poids pour elle en l’obligeant à payer une autre école pour moi parce qu’elle ne voudra pas que je remette les pieds dans un établissement où je me fais harceler… Pourtant, c’est vrai, j’ai envie que ça s’arrête… Je voudrais enfin ne plus avoir peur de faire le moindre geste…

J’avais l’impression de geindre en disant ce que je voulais. Des larmes, d’ailleurs, coulaient le long de mes joues alors que je passais ma main dans mes cheveux pour m’empêcher de poser mon front sur mes genoux. Je voulais pouvoir dessiner sans qu’on me déchire tout. Je souhaitais pouvoir être en paix dans ma chambre. J’aurais aimé ne pas sursauter au moindre bruit… Mais avec Mana Makumo dans l’établissement, cela me paraissait irréalisable. Sa promesse, elle comptait la tenir jusqu’au bout, quitte à me tuer pour ça. Vu comment elle s’amusait à jouer avec son couteau sur moi, cela ne m’étonnerait pas qu’elle en soit capable...
(c) Yumiko sur Académie Tsuki

_________________
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
Jilian Doe

Messages : 135
Age : 31
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka, Karin Winterberg

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Mer 26 Déc - 15:33

Les impasses se succédaient les unes après les autres. On se croirait dans un labyrinthe dont les murs menant à la sortie se serait écroulés les uns sur les autres, barrant l'accès. La jeune femme se voyait condamnée à se heurter à tous les murs de gravats les uns après les autres sans jamais se rapprocher vraiment de la réelle liberté. Un vrai jeu de dingues dont on ne ressortait qu'avec des bleus et des ecchymoses en tout genre. Pour le moment, elle courait encore, cherchant à sortir, mais son souffle se faisait court, elle manquerait bientôt d'air et cesserait de marcher pour finalement se coucher là, et attendre que la fin arrive d'elle-même. La situation était donc pour le moins désespérée.

Pourtant, si Jilian pouvait constater le désespoir de la situation, il n'avait pas pour autant de réponse à offrir. À chaque phrase, à chaque question, il avait simplement l'impression de la jeter contre un autre mur. Tout en ne pouvant pour autant pas éviter de poser des questions, de demander des précisions. Il avait l'impression de se retrouver lui aussi coincé dans cet espèce de labyrinthe. Son seul avantage, c'était celui de pouvoir dire stop, de pouvoir arrêter la partie et ne plus être là. Pour autant, il n'avait pas vraiment de moyen de sortir la jeune fille du labyrinthe avec la même facilité.

Que faire que faire ? Alors qu'il replongeait dans ses réflexions, il reprenait la construction de ponts de carte qui ne parvenaient jamais à aller bien loin. La tension dans la pièce réduisait tous les ponts à néant, leur laissant seulement quelques secondes d'existence. Mais occuper ses mains lui permettait de garder la tête froide. Il était sensé être l'adulte de la situation, ce qui la lui rendait plus insupportable encore : les adultes sont sensés avoir des solutions. Sauf qu'il n'en avait aucune, et que rien de ce qu'il pouvait proposer n'allait où que ce soit. Il continuait donc de réfléchir à toute allure.

"Peut-être qu'on envisager des solutions intermédiaires ? Vous proposer des lieux de repli où vous abriter dans l'académie ? Ce qui vous permettrait déjà de souffler un minimum..."

Il aurait fallu qu'il demande si d'autres s'étaient rendus compte du manège. Dans ce genre de cas, on pouvait supposer que le harcèlement se faisait à plusieurs, et que le reste se taisait la majeure partie du temps pour ne pas s'attirer à leur tour les foudres des brutes. Quand les affaires éclataient, on était toujours surpris du nombre de gens qui savaient, mais qui n'avaient rien dit. Par peur. Du nombre de victimes. Généralement à différents niveaux. Des quelques rares qui avaient tenté quelque chose pour aider, mais que les victimes ne voyaient plus, la tête déjà trop enfoncée dans les ténèbres. Et c'est bien pour ça que le bibliothécaire hésitait. Il y avait forcément des gens qui avaient vu le manège, voire même des gens qui avaient tenté de lui tendre la main, à leur petite échelle certes, mais ils existaient. Et s'ils existaient, cela voulaient dire qu'ils savaient, peut-être pas tout, mais au moins un petit bout, et que ceux-là pourraient alors agir en tant que témoins. Cela ferait autant de gens dans le camp d'Asuka. Sans doute plus de gens qu'elle n'en avait conscience. Mais tout comme elle, il fallait la certitude du soutien du groupe et de la direction pour qu'ils puissent parler.

Alors que la jeune fille se repliait sur elle-même, se tassant sur sa chaise, le visage et les larmes dissimulées, Jilian s'avança doucement au dessus de la table. Non pour brusquer la jeune femme, simplement pour avancer la main de son côté de la table. Juste une main tendue.

"Je vais vous poser une question, et c'est une question importante, même si je me doute qu'elle ne soulève pas que des choses agréables. Mais c'est important pour la suite. Y a-t-il des gens, élèves ou personnels, qui ont donné l'impression de se rendre compte de quelque chose ? Ce genre de choses ne passent pas inaperçu. Malheureusement les gens ne disent rien, par peur d'être le suivant, ou du quand dira-t-on... Mais si on peut trouver ces gens et les regrouper, cela nous permettra alors de vous apporter un soutien, des témoins. Même s'ils ne savent qu'un petit bout de quelque chose. N'importe quoi. Cela nous sera utile. Y a-t-il donc eu des gens qui se sont inquiété de votre état ? Qui ont posé des questions ? Peut-être tenter un rapprochement avec vous d'une façon ou d'une autre ?"


_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Lun 28 Jan - 18:17



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Je ne savais pas si mes raisons étaient comprises ou même valables aux yeux de mon interlocuteur. Pour ma mère, il était certain que ce n’était pas le cas puisque nous tenions autant l’une à l’autre et que cela nous mettait souvent dans des situations inextricables. Des situations dans lesquelles nous voulions faire passer l’autre avant nous sans en démordre jusqu'à ce que quelqu’un nous départage ou qu'on doive céder pour une raison quelconque. Je ne voulais pas qu'on m'empêche de faire passer ma mère avant moi alors que j’étais là pour elle. Pas alors que je me battais pour notre survie, pour éviter la ruine et de mourir. Réduire mes efforts à néant aurait été extrêmement difficile pour moi qui tenais depuis des mois dans cette mauvaise posture. Je me faisais penser à une équilibriste qui ne pouvait pas changer de position sur son fil depuis des heures et qui était sur le point de faire une chute mortelle à tout instant.

Brisant le silence, le bibliothécaire ne mit pas à mal mes contestations. Au contraire, il me proposa qu'on cherche des solutions intermédiaires, me donnant quelques exemples, respectant tout ce que j’avais fait jusque-là. Mes pensées se tournèrent donc vers cette proposition avec beaucoup de sérieux. Après tout, peut-être cela me permettrait de trouver un peu de repos, à défaut de réconfort. Oui, il avait raison et cela m'aiderait sans doute grandement. Certes, je craignais qu’elle et ses complices s’en rendent compte, mais au moins j’avais un allié parmi les adultes. J’étais donc un peu protégée. Je souhaitais vraiment y croire et c’est ce qui motiva ma réponse alors que je rassemblait les cartes face à moi :

-Vous avez raison, avoir une pause me ferait du bien.

J'espérais qu’il aurait une petite idée de l'endroit où je pourrais me réfugier. Déjà, malgré que Mana soit externe, je savais que je n’étais pas en sécurité dans ma chambre, et encore moins dans ce qui avait un jour été mon havre de paix. Je craignais qu’en allant à l'infirmerie je viendrais à m'attirer plus encore les foudres de mes bourreaux. Alors… que me restait-il vraiment ?Là, comme ça, je ne voyais pas du tout. Et même si je voulus demander l’avis de mon interlocuteur, ce dernier voulu me poser une question. L’écoutant, parce que je pensais comprendre au moins en partie les raisons de son interrogation, je me mordis discrètement la lèvre inférieure. Je réfléchis sérieusement si des personnes avaient remarqué ce qui m’arrivait, me rappelant, même si cela était douloureux, les visages que j’avais croisé ces derniers mois alors que je m’étais de plus en plus isolée. Tout en faisant cette inspection de mes souvenirs, je m’étais mise à battre consciencieusement les cartes qui m'avaient été prêtées. Puis, tout en continuant ces gestes destinés à agir comme un anti-stress, je répondis sans le regarder :

-Mis à part mon professeur de musique, je n'ai parlé de personne de ce qui m’arrive. Dans la classe, personne n’a émit de signe montrant qu'on avait remarqué ce qui se passait. Pareille dans ma chambre. Une collègue de Kyudo a remarqué mon absence et m’a proposé de l'accompagner une fois. Son nom était… Zela Yoshida-san, si je me rappelle bien. Il m’a semblé que mon état ne lui a pas échappé, mais on n’en a pas vraiment parlé. Et comme je l'ai précisé plus tôt, il y avait l’infirmier aussi qui semblait se douter de quelque chose quand j’étais allé le voir. Désolée… je n'ai pas grand-chose d’utile…

Il avait dit que tout serait utile, mais je ne donnais rien de concret à mes yeux. Trois personnes avaient apparemment semblé s'intéresser de mon état. Comme une débile, je les avais tous les trois rejetés. Je ne savais plus pour quelle raison j’avais agis ainsi, mis à part que c’était par peur. Je ne voulais pas me voiler la face, j’avais était une couarde jusqu'à la moelle. Je m’en sentais terriblement honteuse, ce qui me fit baisser la tête. Je n’étais pas moi-même. C’était ce que je voulais penser. Mais, dans ce cas, qui étais-je ? Qu’étais-je ? Une pauvre petite chose fragile ? Une… pute ? Les autres avaient-ils raison à mon sujet ?
(c) Yumiko sur Académie Tsuki

_________________
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Doe
Bibliothécaire
Jilian Doe

Messages : 135
Age : 31
Profession : Bibliothèque
Multicomptes : Kenji Onizuka, Karin Winterberg

Infos supplémentaires
Clubs: Gérant du club théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Dim 3 Fév - 21:14

Le temps se délite un peu. Comme une chape de plomb, il appuie sur la pièce. Jilian pouvait sentir tout le poids de la bibliothèque les entourer. Combien de temps pouvait-il rester là sans qu'on ait besoin de lui là haut ? Il ne pouvait pas rester éternellement, malheureusement. Il ne pouvait pas non plus partir comme ça, pas maintenant. L'immensité de la bibliothèque qui d'habitude le rassurait semblait vouloir l'écraser. Il allait manquer d'air... Depuis combien de temps étaient-ils ici tous les deux ?

Il se remit à battre des cartes lui aussi. Jouant avec sans grande conviction. Mais leur contact le rassurait un peu. Doucement usées, polies par le temps, les cartes avaient l'avantage de l'aider à ne pas partir trop loin dans ses pensées. Il allait falloir trouver un moyen de retourner au travail tout en faisant en sorte qu'Asuka soit en sécurité, et qu'il n'y ait pas de répercussions à sa venue ici.

Quels endroits pouvait-on lui offrir pour se cacher sans que ses persécuteurs n'en aient vent ? L'infirmerie semblait trop évidente. Même chose pour sa chambre à l'internat sans doute. L'académie était grande. Il fallait réfléchir un peu, mais de tels endroits devaient forcément exister. Finalement, était-elle obligée de garder la même chambre ? Peut-être qu'à l'occasion, il serait possible de demander la clé d'une autre chambre, le temps d'une nuit, ou d'une sieste. Quelque chose comme ça. Qui plus est, la bibliothèque offrait des masses d'endroits où se substituer aux regards, il était bien placé pour le savoir.

"Peut-être qu'on peut déjà voir avec le responsable de l'internat s'il y a moyen de vous offrir le refuge dans une chambre autre que la vôtre. Le temps d'un après-midi ou d'une nuit. De quoi vous permettre de dormir. Ou alors demander à stocker vos affaires dans les locaux des personnels. Vous n'y auriez pas un accès en continu, mais vos agresseurs non plus. Vous pourriez au moins protéger ce qui vous tient à coeur. De mon côté, la bibliothèque a toujours besoin de mains pour quelques menus travaux... Cela vous permettrait de venir vous abriter ici avec une excuse parfaite, pour réparer un livre, ou en déplacer d'autres. J'imagine qu'on doit pouvoir imaginer des choses similaires au gymnase ou dans d'autres lieux du même style..."

Et s'il faisait des propositions qui ne pouvaient pas aboutir pour une raison X ou Y ? Non. Il fallait qu'il reste calme. C'était le poids insensé de la bibliothèque au dessus qui commençait à le fatiguer. En soi, rien de ce qu'il avait proposé n'était impossible. Cela demandait simplement un peu d'imagination et d'organisation. Mais en soi, rien non plus de complètement irréalisable. Rien qui ne demande aux adultes impliqués trop d'efforts. Rien qui n'aille contre les règles de l'académie en soi.

Le bibliothécaire se ragaillardit un peu. Les choses allaient avancer et bouger. Parce qu'elles ne pouvaient plus continuer ainsi et parce qu'il fallait qu'elles bougent. Il était soudainement déterminé. Il allait devoir retourner au travail. Mais il y avait des pistes. Certes, ça ne faisait que quelques noms. Mais à partir de là, on pourrait sans doute étendre les possibles. Comme les ronds sur l'eau quand on fait des ricochets. Il tâcha de sourire, de façon aussi rassurante que possible.

"Ce ne sont que trois noms. Mais trois noms, c'est déjà mieux que zéro. Ça suffit pour aller voir le directeur, ça suffit pour ouvrir une enquête. Tout ceci n'a que trop duré. Il est temps que ça s'arrête. Et nous allons faire en sorte que ça soit le cas. Il va falloir vous accrocher, mais les choses vont bouger."


Il se servit dans la boîte de chocolat qu'il avait sorti en arrivant. Laissant le petit carré fondre dans sa bouche, il tendit la bouche à la jeune fille. De son autre main, il approcha à nouveau la boîte de mouchoirs. C'est fou comme certaines scènes pouvaient avoir tendance à cruellement se répéter...

"Je crains de devoir retourner en haut... Je n'ai pas d'assistant à cette heure-là, et mon absence va finir par se remarquer. En ce qui vous concerne, si vous souhaitez rester un peu pour vous reposer, il y a de la lecture, obviously, et des sucreries. On peut organiser un petit coin dodo si vous souhaitez vous allonger et dormir un peu. Si vous avez peur et que vous voulez une excuse pour ne pas remonter en même temps que moi, il y a diverses petites tâches qui vous permettront d'avoir une raison d'être ici pour encore 20 minutes, ou 2 heures... Ou vous pouvez remonter avec moi en emportant cette magnifique édition retravaillée, ce qui vous permettra là aussi d'avoir une excuse si cela vous inquiète. D'autre part, je vous invite à aller parler de tout ceci au directeur. Il est urgent qu'une enquête soit ouverte. J'irai faire de même de mon côté pour plaider votre cause. Et m'assurerai que mes collègues fassent de même. Est-ce que ceci vous convient ?"

Si la réponse était non, ce qu'il craignait, après tout c'était toujours possible, il risquait de ne pas avoir beaucoup plus à offrir...

_________________
BOUH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 2ème année
Asuka Tsuno

Messages : 244
Age : 17
Multicomptes : Yumiko Okamoto

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   Dim 17 Fév - 13:30



Entre vous
et moi

Avec Jilian Doe

Le silence me sembla long, mais je n’en fis pas part. Nous avions besoin de réfléchir un minimum pour que les choses avances. Puis, c’était moi qui nous avais menés là. Alors, je n’avais aucunement le droit de me plaindre. Jouant avec les cartes, nous restâmes donc ainsi jusqu'à ce qu’il me propose de voir avec le responsable de l'internat pour me permettre de me reposer dans un endroit calme, sans une quelconque personne pour venir me frapper, au moins le temps d’une après-midi ou d’une nuit. C’était une idée alléchante, ce répit. Je n'arrivais plus vraiment à me détendre depuis quelques temps, et le peu que j’étais parvenir à lâcher en discutant avec le bibliothécaire me faisait mal au dos. C’était désagréable, mais très facile à cacher. Il y eut également la proposition qu'on me trouve un locale pour entreposer toutes les affaires qui m’étaient précieuses. Je fis une moue en pensant que je retrouvais tout le temps ma chambre sens dessus dessous sans que plus rien ne disparaisse puisque je n’avais plus rien de “valeur”. Par contre, peut-être que cela me permettrait de peindre à nouveau ? Peut-être que je pourrais reprendre ma raison de vivre ? Quoique… Si elle s’en rendait compte, j'allais encore passer de mauvais moments et si je pouvais l’éviter ce serait bien…

Ce qui me fit le plus réfléchir néanmoins fut cette idée que je fasse des travaux dans l’école avec des adultes pour me protéger des attaques. A la bibliothèque, à la cantine, au gymnase ou même ailleurs. Il était vrai que c’était plutôt tentant puisque cela ne me laisserait pas seule au milieu de bourreaux potentiels. Mais cela ne résoudrait rien pour les intercours, entre autres. Puis, que pourrais-je faire ? L'idée de me réfugier là me plaisait, mais je ne me pensais pas vraiment qualifiée pour quelques tâches administratives ou techniques. Je n’en étais pas sûre en tous cas. Il faudrait que j’en parle plus amplement, que je pose mes questions ou même que je demande un essai. Mais, pour cela, il fallait que je me tourne vers un responsable. Sans doute le directeur, pendant que je me plaindrai du harcèlement que je subissais. Rien que l'idée me mettait mal à l’aise. Vraiment… Et si on venait à s’en rendre compte, qu'allait-on me faire encore ?!

Doe-sensei voulut vraisemblablement se montrer rassurant et me donner de l'espoir quand il me fit part que les trois noms que je lui avais donné étaient mieux que rien. Apparemment, d'après lui, c’était suffisant pour aller voir le directeur qui ouvrirait une enquête. De quelle sorte cela serait-il ? J’étais curieuse, mais j’eus tellement peur des pires idées qui pouvaient la définir et ses conséquences que je ne posai aucune de mes questions. Je hochai donc simplement la tête en remerciant mon interlocuteur. J'allais m’accrocher. Du moins, j'allais essayer de faire au mieux pour me dire que cet espoir redonné ne serait pas vain. Il fallait que je ravale ma peur et que j’aille de l'avant ! … Ce qui était clairement plus facile à dire qu’à faire. Je vivais un enfer quotidien et peu importe ce que je pouvais faire, je m’en prenais plein la figure constamment. Du coup, est-ce que cette enquête serait assez rapide pour me permettre de reprendre une vie normale sans qu'on me laisse me briser ?

Un bruit de frottement me fit lever doucement la tête. Je n’eus pas vraiment le temps de voir la boîte de chocolats bouger, mais la main qui reculait et le fait que l'objet était nettement plus proche de moi me fit comprendre qu’il l'avait fait pour que je n'hésite pas à me servir. Cela me rappela grandement ma première rencontre avec lui, lors de ces trois heures de colles. J’émis alors une faible sourire en me servant timidement. Sourire qui disparut lorsque je fut rappelée à me rappeler que cet homme avait un travail et que ce moment n’était pas amené à durer. Il me proposa alors de rester ici pour me détendre ou me reposer, ou alors remonter avec lui en emportant ce livre qui était l'objet qui m'avait permit de venir ici. Il termina en me conseillant grandement d'aller voir le directeur pour lui parler de tout ça et qu'une enquête soit ouverte rapidement. Lui irait également pour m’aider en demandant au corps enseignant de faire de même. Je me levai alors et m’inclinai respectueusement pour le remercier :

-Votre aide m’ait très précieuse. Merci beaucoup pour votre aide et vos conseils. J'irais voir le directeur dès que possible et réfléchirais à tous vos conseils.

Peut-être même réfléchirais-je avant d'aller voir le directeur afin de pouvoir lui demander ce qui était possible. Le lendemain peut-être ? Ou la semaine qui venait. Au plus tôt en tous les cas pour que tout ceci prenne fin.
Me relevant, je souris à nouveau, très finement comme pour tenter de le rassurer sans vraiment y parvenir et je répondis par le choix que j’avais fait :

-Je vais remonter. Néanmoins, je vais vous laisser cette édition pour éviter que quelqu’un ne l'abîme pour que je doive le repayer. La cause serait qu’il n'est pas couvert donc impossible à emprunter pour le moment, ce qui serait également la raison pour laquelle il n'est pas en rayon.

Ainsi, je suivis le bibliothécaire jusqu'à la sortie et le saluai avant de m’en aller, les mains vides. De nouveau tendue comme jamais, je partie dans ma chambre pour essayer de me calmer sachant que, de toute façon, Mana était déjà passée dedans. Sans doute ne reviendrait-elle pas avant le lendemain, ce qui me laissait un moment de répit pour réfléchir à toutes les solutions qui m'avaient été proposées. Qu'est-ce qui m’irait le mieux ? Qu'est-ce qui était possible ? Beaucoup de choses restaient à clarifier avant que j'aille voir le directeur...
(c) Yumiko sur Académie Tsuki

_________________
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre vous et moi [Feat Jilian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre vous et moi [Feat Jilian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grammaire et conjugaison
» Entre vous & nous
» Pokémon X Y : Quel Starter choisirez vous ?
» Quel sport faite vous?
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Campus :: Bibliothèque-
Sauter vers: