Un soir comme un autre... ou presque !

Aki Hotaba
Aki HotabaUniversité • 1ère année
Messages : 173
Âge : 18

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Boîte à infos:
Un soir comme un autre... ou presque ! EmptyLun 12 Nov - 22:03



Un soir comme un autre… ou presque.

C’était un lundi soir comme les autres, après une journée bien remplie de cours, d’activités de clubs, et de bavardages un peu partout sur le campus. L’ensemble des lycéens finissaient leur repas à la cafétéria. Aki, quant à lui, avait prolongé son séjour au gymnase après l'entraînement au club de basket. Non pas pour s'entraîner cette fois, mais pour s'acquitter d’une consigne qui lui avait été donnée. Puisqu’il n’arrivait pas à se mettre dans la tête qu’il n’était pas tout seul sur le terrain et qu’il faisait partie d’une équipe, il allait devoir apprendre l’humilité en allant cirer TOUS les ballons de basket de la réserve. Voilà ce que c’est que de se la jouer trop solo sur le parquet ! Ce n’est pourtant pas dur de faire une passe ! Et bien si ! Pour Aki, c’était très dur ! Il avait beau mettre ça sur le dos de ses co-équipiers qui, selon lui, ne savaient pas se démarquer, ou bien n’étaient jamais là où ils devaient être, le vrai problème était son égo surdimensionné. Tellement certain qu’il pouvait mettre tous les paniers tout seul… Bref ! Ce n’était pas en cirant des ballons qu’il allait obtenir le poste si convoité de capitaine ! Loin de se sentir humilié ou honteux, il s’était servi de son énervement suprême pour cirer de toutes ses forces. Autant dire qu’il avait quitté la réserve en laissant des ballons aussi brillants que des petits soleils !
Seulement voilà, avec cette connerie de “leçon d’humilité”, Aki avait raté l’heure des plats chauds à la cafet’ ! Cela n’allait pas arranger son humeur, étant donné que les entrainements lui ouvraient toujours énormément l’appétit. Après une douche quasiment gelée, puisque tous ces petits camarades sportifs étaient passé sous l’eau chaude avant lui, il pressa le pas en direction des réjouissances culinaires… qui n’étaient plus si réjouissantes que ça.

*Que des morfales ici !* se dit-il, les sourcils froncés.

Aki n’eut pas d’autre choix que de se contenter d’un pain banya à moitié mou et d’un jus d’orange frais. Quand on a bien faim, c’est mieux que rien. Il emporta son maigre butin vers une zone moins peuplée à cette heure. La nuit tombait de bonne heure en ce mois de novembre, et sitôt que le soleil passait de l’autre côté de la Terre, le froid saisissant n'incitait pas à rester bien longtemps dehors. C’est pourtant là que le lycéen décida de dévorer son sandwich.

Deux lycéennes, sans doute plus jeune que lui, et qui n’étaient pas dans sa classe, discutaient sur un banc, chacune se recroquevillant sur une canette de chocolat chaud, tout juste rapportées du distributeur voisin. Aki n’avait pas envie d’écouter ce qu’elles se disaient, mais en passant à proximité, il les entendit parler d’une fameuse rumeur au sujet d’un couple “trop cooooool” entre deux jeunes artistes connus. Tout en passant, Aki ne pu réprimer un ”Tss ! “ méprisant, jugeant débile de s’intéresser à ce genre de chose. L’une des deux lui jeta un regard noir. Ce à quoi il ne pu s’empêcher de répondre qu’elles feraient mieux d’aller réviser que de s'intéresser à ces conneries, et qu’elles n’apprendraient rien de la vie en bavant sur la liaison d’un chanteur et d’une mannequin. L’une des deux eut la répartie de lui dire qu’il avait l’air lui aussi bien au courant pour quelqu’un qui prétend avoir mieux à faire que de lire les potins ! Elle n’avait pas tort. Aki avait effectivement lu le blog qui parlait de toutes ces rumeurs. C’était d’ailleurs sa seule source d’informations concernant la vie secrète du bahut. Car depuis son arrivée à Yokuboo en avril dernier, il n’avait pas ressenti l’envie de s’investir dans la vie du lycée. Il n’avait retenu quasiment aucun nom en dehors de celui de ses encadrants. Même ses partenaires de baskets, il confondait les prénoms. Sauf celui de Saya dont il avait miraculeusement réussi à associer le bon nom avec le bon visage. Peut-être à cause de sa façon de dribbler ? Allez savoir. Quoiqu’il en soit, cette année, il n’avait pas réussi à accepter tous les changements de rythme de cette nouvelle école, un pensionnat qui plus est. Ne pas rentrer chez lui après les cours lui avait plu au début, mais être constamment en “terrain neutre” entouré de tous ces inconnus, cela lui semblait finalement moins plaisant que dans son imagination.

Aki passa son chemin en envoyant balader la demoiselle, et s’éloigna dans un coin de la cour plus tranquille. C’est ainsi qu’il remarqua quelque chose sur le sol, non loin d’un réverbère. Il s’approcha de ce qu’il pensait être un cahier oublié ici et le ramassa. Il faillit s’étrangler avec un morceau de pain en découvrant qu’il s’agissait en réalité d’un magazine plutôt destiné à la gente masculine, avec, sur la couverture, la photographie d’une jeune femme en sous-vêtements blancs, dans une position équivoque. Aki n’eut pas le réflexe de remettre le magazine à sa place, ni même de regarder autour de lui pour vérifier qui aurait pu laisser trainer ça. Sa seule interrogation était “pourquoi c’est là, ça ?” Qu’est-ce qui se passait dans ce recoin de cours de lycée exactement ? Lorsqu’il entendit marcher dans sons dos, non loin de là, il eut le réflexe le plus con du monde. Comme un criminel, il se retourna vivement et planqua la pièce à conviction derrière son dos.


Un soir comme un autre... ou presque ! 181110104531329936
Anonymous
InvitéInvité
Un soir comme un autre... ou presque ! EmptyMar 13 Nov - 8:56
Un soir comme un autre ... ou presque
C'était un lundi soir comme les autres, après une journée bien remplie de cours. Il avait enchaîner les cours avec les secondes puis les terminales avant d'avoir face à lui une classe d'étudiant. Le matin, comme à son habitude, le professeur de littérature était arrivé à peine plus en avance qu'à son habitude, ayant raté le bus qu'il avait l'habitude de prendre, il dut prendre le prochain, jouant nerveusement avec ses mains, il réussit à attraper un bus différent qui le fit arrivé un peu plus tôt qu'à son habitude. Courant dans les couloirs, le roux attrapa de sa main droite l'encadrement de la porte de sa salle de cours dans laquelle il trouva ses secondes. Il eut un sourire désolé avant d'entrer dans la pièce et de poser, avec douceur, son grand manteau ainsi que son chapeau sur le rebord de son bureau. C'était avec toute son énergie si caractéristique et son côté un peu comme un enfant que l'on ne sait tenir en place qu'il assura son cours. L'heure de la pause du repas arriva à grand pas non sans satisfaire le professeur qui lui aussi avait besoin de faire pitance, aussi attrapa-t-il ses affaires avant d'aller vers la salle de repas.

La salle était bondée, il poussa un soupir, voir du monde lui avait-on dit, mais ce n'était pas pour autant qu'il devait supporter autant de monde d'un seul coup. Et pourtant, l'heure du repas était l'une de sa favorite de la journée. Il avait apporter sa propre nourriture de chez lui, son petit bento de riz blanc avec des morceaux de poisson qu'il s'était préparé avant de partir, ce bento qui allait repaître son estomac était la raison de sa course contre la montre. Avec ses baguettes et autour de la table avec ses collègues il attaqua, après un bon appétit général, son bento. Discutant avec ses collègues de quelques sujets sérieux et importants, il fit une petite moue en trouvant son récipient vide. Alors que les cours allaient reprendre, il se dirigea vers la salle de cours qu'il occupait avec sa classe de littérature en licence. Toujours avec le sourire, le roux fit cours, enchaînant les différents passages et autres ”trucs et astuces” de l'écrivain pour faire passer ses émotions. Son regard fuit vers l'horloge qui était installer au fond de la salle. S'il voulait terminer ce qu'il avait commencer il devait se dépêcher. Aussi accéléra-t-il légèrement le rythme de son cours pour pouvoir finir à temps et ne pas retenir ses élèves qui avait leurs activités de clubs derrière.

Lui aussi avait ses activités après les cours, en tant que professeur représentant du club de littérature, il s'était mit un point d'honneur à assister au moins deux à trois heures du club par semaine. Cette fois-ci il se trouva avec les quelques élèves qui faisaient partis du club. Il leur proposa de travailler, non pas sur une œuvre qu'ils avaient lut et apprécier ou non mais pour changer, de travailler sur une œuvre commune. De partager leurs travail ensemble autour de la table et d'écrire tous ensemble une seule et même histoire. Chacun partait sur son idée et pour ceux qui n'avait d'idée de départ, le professeur proposa de partir à plusieurs sur une même idée ou alors il proposa ce qui s'appelait des ”writing prompts” comme des idées d'écritures, des pistes de réflexion ou encore des citations qui pourrait inspirer ses jeunes élèves. Il donna une ou deux pistes pour les aider et se prêta lui aussi au jeu avec eux et griffonna quelques lignes d'écriture avant que tout le monde ne mettent ses idées en commun. C'est avec un certain sentiment de satisfaction que les élèves prirent le chemin de chez eux ou deux leur chambre après avoir eut l'impression de pouvoir créer d'eux même quelque chose d’assez cohérent et de concret.

Il passa par la cours du campus pour rejoindre la sortie de l'établissement avant de pouvoir espérer attraper un bus pour rentrer chez lui, sinon il serait contraint de rentrer chez lui à pied. Non pas que cela le dérangeait, il appréciait simplement après une bonne journée éviter de marcher aussi longtemps jusqu'à son appartement en étage. Dans son champs de vision se trouva un lycéen, assez musclé et bien plus grand que lui, après tout, pour être plus grand que le professeur qui mesure 1m55 ce n'était pas très compliquer, la plus part de ses élèves sont plus grand que lui. Ses talons claquaient au sol. Il pencha légèrement la tête sur le côté avant de voir que l'élève se retourna vivement vers lui, les mains dans le dos comme s'il cherchait à cacher quelque chose. Dans l'esprit du professeur, jamais ne serait venu à l'idée que l'étudiant cachait une revue masculine, il fronça les sourcils. Peut-être un porno, une cigarette ou encore une bouteille d'alcool. Il planta son regard sur le ”criminel” avant de se rapprocher, silencieusement, lentement, le regard sombre, sérieux. Il était de réputation souriant et enfantin mais le Kunikida-san qui se dressait devant l'élève était plus sérieux, plus adulte.

”Qu'est-ce que vous faites là ?”
Aki Hotaba
Aki HotabaUniversité • 1ère année
Messages : 173
Âge : 18

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Boîte à infos:
Un soir comme un autre... ou presque ! EmptyMar 13 Nov - 22:07



Un soir comme un autre… ou presque.

Dans l’obscurité de ce soir d’automne, Aki ne vit d’abord qu’une petite silhouette se dessiner. Il identifia un chapeau, et s’imagina que c’était l’une des deux filles du banc qui venait lui parler. L’une d’elles avait-elle un chapeau ? Il activa rapidement ses souvenirs visuels, et se rappela qu’en effet, l’une des lycéennes portait un bonnet. Durant une fraction de secondes, il sentit un frisson lui glacer le dos. Si une fille amatrice de potins le trouvait avec ce genre de magazine dans les mains, il était bon pour se tailler un réputation de gros pervers qui tâche. Mais il n’eut pas le temps de se demander quoi faire, puisqu’une voix totalement différente de celle à laquelle il s’attendait se fit entendre. Et juste après, Aki distingua un peu mieux les traits du visage de l’individu qui s’approchait.

*Le prof de Litté !*

Face à un professeur, dans une telle situation, il y avait probablement moins de risque de finir épinglé sur le blog de cette mystérieuse miss Gossip. Mais il n’était pas sorti d’affaire pour autant. La main gauche dans son dos, tenant toujours le magazine, il répondit poliment, avec toute l’innocence dont il était capable dans une situation pareille :

”Je mange un sandwich, monsieur.” répondit-il.

Et de sa main droite, il joignit le geste à la parole en croquant à pleines dents dans son demi pain banya ramolli. Mais son geste précipité engendra la maladresse, et il étouffa un petit grognement en se mordant la langue. La douleur lancinante le fit instinctivement sortir de sa position initiale. Dorénavant, le magazine compromettant s’agitait devant sa bouche comme un éventail susceptible de calmer l’effet de la morsure. Aki ne s'aperçut de sa bourde qu’une poignée de secondes plus tard, et de mémoire, il ne s’était encore jamais senti aussi mal à l’aise que ce soir là. Y avait-il une chance pour que le prof n'est rien vu ? Pas sûr. Encore heureux qu’il était en face d’un homme. Il pouvait vaguement espérer de la compréhension. Non mais attendez ! De la compréhension par rapport à quoi ? Il n’y était pour rien lui, s’il avait trouvé ce truc-là ! Pas question de prendre à la place d’un autre ! Bon d’accord,il n’était pas une blanche colombe, et ce n’était pas comme s’il n’avait jamais consulté ce genre de magazine lui-même. Mais lui au moins, il s’arrangeait pour ne pas laisser de traces de son crime. Cela dit, celui qui avait laissé trainer ça n’avait peut-être pas eu le choix. Peut-être avait-il eu peur de se faire surprendre et l’avait jeté dans ce recoin de la cour en fuyant au plus vite. Et bien sûr, qui se baisse pour le ramasser et se prend les pieds dans le tapis à la place du vrai coupable ? C’est bibi ! Il inspira profondément et se justifia : .

”C’est pas à moi ça. Je l’ai trouvé par terre.” dit-il, avant de réaliser que ce n’était pas très convainquant.
*C’est ce que disent tous les coupables. merde, trouve autre chose !*
”C'est pas ce que je lis d'habitude. D'ailleurs, je le lisais pas hein. Enfin j'veux dire... je regardais pas dedans. Bon, je sais que ça peut prêter à confusion, mais j’vous jure, c’est pas à moi.

Aki avait-il eu raison de prendre le taureau par les cornes ? Ou bien aurait-il dû jouer une autre carte ? Faire comme s'il n'avait aucun magazine compromettant entre les mains par exemple ... Aki n'y avait songé qu'après. Tant pis. Il n’avait jamais su détecter si son prof l’avait à la bonne, ou si au contraire, il l’avait dans le nez. C’était un homme jeune, aux traits étrangers, aux cheveux roux en tout cas, et qui selon Aki, restait totalement insondable. Quel genre d’homme pouvait-il être en dehors des cours ? Il aurait peut-être un élément de réponse ce soir...


Un soir comme un autre... ou presque ! 181110104531329936
Anonymous
InvitéInvité
Un soir comme un autre... ou presque ! EmptyMer 14 Nov - 8:47
Un soir comme un autre ... ou presque
”Je mange un sandwich, monsieur”

Le professeur de littérature croisa les bras contre son torse, son regard toujours aussi inquisiteur et froid, peu convaincu par l'excuse de son élève, son mensonge ouvert ne manqua pas de le lui faire regretter. Devant les yeux gris du roux, le plus jeune croqua son repas que l'on ne pouvait décemment pas appeler une sandwich comme s'il voulait le convaincre. Sa maladresse eut raison de lui car visiblement il s'était mordu la langue. Le roux se rapprocha de l'élève qui agitait maintenant devant son visage un magazine de revue pour jeunes hommes en quête de plaisir pour les yeux et autres, c'est avec un très léger sourire qu'il s'arrêta à quelques centimètre du jeune homme qui cherchait à se justifier sans vraiment d'arguments. Il planta son regard droit dans celui du jeune criminel avec un sourire qui se dessinait un peu plus sur son visage, un sourire en coin. Lui même connaissait plutôt bien ce genre de revue, pour en avoir lu des similaires pendant son adolescence. Pour lui, il n'y avait aucune honte à avoir mais puisqu'il s'acharnait à s'enliser dans ses justifications qu'il trouva tout de même amusantes, un peu joueur, il décida de l'embêter un peu avec cette histoire.

”C'est pas ce que je lis d'habitude. D'ailleurs, je le lisais pas hein. Enfin j'veux dire ... je regardais pas dedans. Bon je sais que ça peut prêter à confusion, mais j'vous jure, c'est pas à moi.”

S'il avait put, Kunikida lui aurait rit au nez, de bon cœur, le trouvant presque attachant de se débattre ainsi avec des justification sans queue ni tête, il pouvait bien lire ce qu'il voulait, à vrai dire, il lui avait juste demander ce qu'il faisait encore là à une heure pareille. Il n'était pas du genre intrusif dans la vie privée des personnes, dans la vie oui mais pas la vie privée, il trouvait cela assez irrespectueux d'autant plus que dans le cas présent, la personne en question était l'un de ses élèves de 3ème année au lycée.. Il lâcha ses bras avant de poser son regard sur l'objet compromettant, enfin uniquement compromettant si on assume pas ce genre de lecture. Son sourire en coin s'adoucit quelque peu, perdant ainsi petit à petit son côté fourbe et sournois. Le professeurs aux traits étrangers poussa un soupir avant de plonger son regard de nouveau dans celui du plus jeune face à lui.

”Et bien vous devriez manger votre sandwich avec un peu plus de calme pour éviter de vous mordre de nouveau la langue.”

Lui avait-il dit un peu comme un enfant avant d'avoir comme une moue de surprise, comme s'il oubliait quelque chose de fondamental, puis sa moue se transforma en sourire fourbe. Oui, il avait oublié dans sa phrase de parler du magazine, avec amusement il avança un peu et se tint à la hauteur de son jeune élèves, les mains tenues dans son dos, sous sa veste. Il releva la tête sur le côté avant de jeter un dernier coup d’œil à la pièce à conviction.

”Ce n'est pas ce que vous lisez d'habitude, vous en lisez donc parfois ? Je comprends certains articles sont plaisant. Monsieur Hotaba, sachez le, il n'y a aucune honte à avoir à lire ce genre de revue, après tout de la lecture, aussi plaisante pour les yeux soit-elle, reste de la lecture hn ?”

Il lâcha du regard le magazine comme l'élève avant de faire de nouveau quelques pas, creusant un certain écart entre lui et son élève qui allait sans doute réagir au quart de tour, comme le bulldozer qu'il était de réputation, un jeune homme égocentrique, individualiste au sang chaud qui ne se laissait pas marche sur les pieds. Chuuya n'était pas le genre de professeur à avoir des élèves ”dans le nez” ou à en avoir ”à la bonne” mais plutôt de ceux qui sont neutres, ou de ceux qui sont assez malins pour ne pas montrer à leurs élèves qui ils préfèrent plus que les autres. En dehors des cours, il n'était pas si différent de l'amoureux de littérature et passionné de récit complexes qu'il était face à ses élèves. Sans doute était-il un peu plus enfantin, quelques peu plus fourbe.
Aki Hotaba
Aki HotabaUniversité • 1ère année
Messages : 173
Âge : 18

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Boîte à infos:
Un soir comme un autre... ou presque ! EmptyMer 14 Nov - 14:32



Un soir comme un autre… ou presque.

Après avoir pris bonne note du conseil avisé du professeur au sujet de sa façon de manger, Aki s’attendait presque à ce que la discussion en reste là. Le prof n’avait pas du tout l’air choqué par ce qu’il voyait, laissant supposer à l’élève qu’il n’y aurait pas de remarque déplaisante à ce sujet. Un espoir donc. Malgré cela, Aki n’avait pas totalement l’esprit tranquille. Et si le professeur ne lui disait rien à lui, mais allait en référer à la direction de l’établissement ? Dans son ancien lycée de Kamakura, ce genre de lecture aurait été très mal vu. Il aurait récolté un blâme, une colle, ou une bonne humiliation. L’homme en face de lui était décidément bien calme, mais restait difficile à cerner. Donc imprévisible. N’avait-on pas coutume de dire “Méfiez-vous de l’eau qui dort ?”. L’élève était tendu, et scrutait attentivement le visage de l’homme dans la pénombre. Qu’y avait-il sous ce chapeau en ce moment même ? Pourquoi naissait ce sourire fourbe, et cet oeil luisant, empreint de malice ?  

”Ce n'est pas ce que vous lisez d'habitude, vous en lisez donc parfois ? Je comprends certains articles sont plaisant.

Voilà ! La vanne était tombée. Et si Aki n’était pas aussi certain qu’il y allait y avoir une suite moins cool derrière ça, il en aurait presque rit de bon coeur. En fait, cette phrase sonnait presque comme un aveu complice, ce qui ne manqua pas de surprendre l’élève, puisqu’il avait entendu dire au détour d’un couloir que Monsieur Kunikida était homo. Ce qui n’était peut-être qu’une rumeur et d’ailleurs, Aki n’était pas du genre à se mêler de ça.

“Monsieur Hotaba, sachez le, il n'y a aucune honte à avoir à lire ce genre de revue, après tout de la lecture, aussi plaisante pour les yeux soit-elle, reste de la lecture hn ?”

Dans un dessin animé, la mâchoire d’Aki se serait décrochée de stupéfaction. Bouche bée, il ne su pas quoi répondre sur l’instant, tellement certain qu’il allait se récolter une autre vanne de dernière minute. En cours, Monsieur Kunikida avait montré plus d’une fois qu’il avait un sens aiguisé de la réplique. Pourtant, l’homme s’arrêta sur ces paroles bienveillantes et passa son chemin. Aki, suivait son professeur du regard tandis que celui-ci commençait à s’éloigner d’un pas tranquille. Et bien sûr,au lieu de garder sa grande bouche fermée à double tour, Aki ne put s’empêcher de sortir la première blague à deux yens qui lui vint dans la tête :

“Alors ça ne vous dérange pas si je choisi cette œuvre littéraire pour ma prochaine fiche de lecture ? Mais pour ça, il faudrait que vous la lisiez aussi, non ? Sinon comment savoir si j’ai parfaitement compris le sujet ?” dit-il un sourire taquin au coin de la bouche.

Aki guettait la réaction de Kunikida Sensei, beaucoup moins tendu que précédemment. À quelques pas de là, les deux jeunes lycéennes devaient avoir terminé leur café, et la fraîcheur de l’air du soir les décida à se lever du banc et à marcher à petits pas rapides vers le pensionnat.


Un soir comme un autre... ou presque ! 181110104531329936
Anonymous
InvitéInvité
Un soir comme un autre... ou presque ! EmptyLun 19 Nov - 8:04
Un soir comme les autres ... ou presque
Le professeur s'arrêta, les mains dans les poches de son pantalon, la tête légèrement basse, son regard sur ses pieds, masqué par son chapeau. Le roux avait un sourire de ceux qui savait que la discussion ne s'en arrêterait pas là, Chuuya avait noter que, plusieurs fois en cours, Hotaba ne se laissait pas faire malgré les différentes réplique que lui ou bien ses camarades pouvaient lui faire. Il savait qu'il n'allait pas se reposer sur sa simple pique concernant son style de lecture particulier quoi qu'assez commun pour un adolescent de son âge. Il ne fut pas dessus en entendant la proposition de son cadet.

“Alors ça ne vous dérange pas si je choisi cette œuvre littéraire pour ma prochaine fiche de lecture ? Mais pour ça, il faudrait que vous la lisiez aussi, non ? Sinon comment savoir si j’ai parfaitement compris le sujet ?”

Il l'avait donc prit à son propre jeu, ayant plus d'un tour dans sa manche, son sourire s'agrandit au coin de ses lèvres. Quel élève inventif pouvait-il faire. Non pas que cela allait le déranger de se replonger dans une de ces revues qui ne sont clairement pas de la littérature au sens où cet amoureux des vers et des sonnets l'entendait mais refuser après lui avoir lancer que de la lecture, aussi satisfaisante était-elle restait de la lecture, il n'allait pas refuser. Il prit cette demande un peu comme un défi personnel. Le rouquin cours sur pattes se retourna, sa veste suivant son geste dans un mouvement fluide. D'un geste de l'un de ses doigts de sa main gauche, il releva son couvre-chef dévoilant son regard pétillant et son sourire approbateur.

”Je n'appellerais pas cela une œuvre littéraire mais notre monde est fait de toutes choses alors ...”

D'un pas lent mais assuré, il se rapprocha de nouveau de l'élève pour lui faire véritablement face, relevant malheureusement la tête pour pouvoir plonger son regard vif dans celui du sportif, il pencha sa tête sur le côté avant que ses lèvres acceptent, avant sa parole, le défi de son élève.

”Alors j'accepte, mais veiller alors à soulever la pertinence du sujet dans votre conclusion, j'ai hâte de voir l'intérêt que ce sujet peut apporter à votre examen de fin d'année monsieur Hotaba !”

Kunikida pouffa quelque peu entre ses lèvres avant de se retourner et de reprendre le chemin qu'il avait entreprit. Il s'arrêta à nouveau, vivement, comme s'il avait oublier de lui préciser quelque chose. Il leva sa main gantée sans regarder le plus jeune avant de prendre la parole.

”N'oubliez pas non plus que votre fiche de lecture doit être rendu dans le courant de la semaine prochaine ! Bonne soirée !”

Sa main fit un geste presque d'au revoir amical alors qu'il reprenait sa route, avec cette discussion, son bus, il pouvait s'asseoir dessus. Il tenta quand même avec un léger espoir d'aller jusqu'à l'arrêt mais sa chance légendaire fit qu'il venait de rater le dernier bus à quelques minutes seulement, peut-être une ou deux. Il râla en mettant les mains dans ses poches, il était parti alors pour marcher et encore marcher. Il arpentait alors les différentes rues menant jusqu'au quartier où il résidait. Face à lui se dressait le bâtiment abritant son petit studio. Il retira son chapeau pour se gratter la tête, mais quelle idée avait-il eut d'interpeller l'élève ? Il serait déjà chez lui à cette heure-ci, sous son plaid. Il poussa la porte, et monta les escaliers avec en tête deux questions principales, qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir manger et pourquoi avait-il était aussi gamin et avait accepter cette mise au défi idiote. Mais en y réfléchissant bien, il savait que cela allait lui plaire de lire cette revue et de la travailler comme s'il s'agissait d'une ”œuvre” à part entière.

Sa porte lui fit face, il la poussa après avoir mit la clé dans la serrure. Face à ses pieds, le petit chat roux qu'il avait adopté depuis qu'il était arrivé à Nara. Son regard félin mécontent du temps qu'avait prit son ami pour rentrer, il se mit à miauler, il avait faim lui aussi. Chuuya retira sa veste, son chapeau ainsi que ses gants avait d'aller dans l'espace cuisine et de sortir le sac de croquette. Il en versa quelques unes dans la gamelle d'Akamaru avant de regarder ce que lui allait manger. La gamelle pleine, Akamaru délaissa son maître pour aller se remplir l'estomac. Il trouva finalement un reste de riz blanc de la veille, il en sourit et entreprit de se le faire réchauffer. Cette idée de lire cette revue ne le quitta pas de toute la soirée, il en discuta même avec son chat pendant qu'il terminait son bol de riz. Il en rit même un peu avant de se préparer pour aller se coucher. Effectivement, c'était un lundi soir comme les autres ... ou presque.
Aki Hotaba
Aki HotabaUniversité • 1ère année
Messages : 173
Âge : 18

Infos supplémentaires
Clubs: Basket Ball - Arts Plastiques - Littérature
Boîte à infos:
Un soir comme un autre... ou presque ! EmptyMar 20 Nov - 21:38



Un soir comme un autre… ou presque.

Aki était un peu moins tendu depuis qu'il s'était permis cette petite blague. Néanmoins, même s'il sentait que son professeur de littérature était plutôt relax, et même, s'il le trouvait plutôt cool en dehors des cours (Déjà que Aki trouvait ses cours intéressants justement parce que ce mec-là avait une bonne répartie en générale, y comprit sur des textes du 19e siècle pas toujours simples à comprendre), Aki ne s'attendait pas du tout à ce genre de réponse.

Son prof venait de prendre son élève au mot, et d'accepter qu'il fasse une fiche de lecture dessus. Queuwaah ???? Aki sentit son demi sourire s'évaporer de son visage. La bonne humeur provoquée par sa première plaisanterie était en train de fondre comme neige au soleil. Car à aucun moment, il n'avait parlé sérieusement, et il n'était pas question, au départ, de faire réellement un exercice littéraire sur ce genre de journal.

"Hein ?... mais monsieur..."

Incapable de trouver de bons arguments pour contrecarrer ce plan démoniaque validé par le prof, Aki resta muet en voyant celui-ci s'éloigner vers l'arrêt de bus. Comment remonter le temps ? Faire machine arrière ? Et voilà ! Ne pas savoir fermer sa grande gueule lui valait une fois encore de se retrouver dans de beaux draps ! Dépité, Aki soupira. Il jeta un regard circonspect sur la couverture du magazine, et soupira encore. Il invectiva tout seul vers l'horizon où il avait perdu la trace de Kunikida. Non mais sérieusement, il n'allait quand même pas faire un compte rendu sur ça ? Connaissant un minimum son prof de littérature, il n'avait pas intérêt à se défiler. Comme il ne reverrait Kunikida que la semaine prochaine pour son cours, Aki n'avait pas moyen de lui reparler de cette histoire et de lever le malentendu. Et de ce fait, il savait qu'il serait attendu au tournant. La semaine prochaine, donc, il devrait obligatoirement se présenter avec sa fiche de lecture sur... "Copines Coquines".

Bon, alors autant s'y mettre sans tarder. Aki se décida à ouvrir le magazine. Les photos étaient, pour la plupart, totalement hypnotisantes. Pourtant, le premier réflexe du lycéen fut de refermer au plus vite le journal, comme s'il ne s'était pas assez bien préparé au choc des images. Devrait-il décrire les illustrations dans sa fiche de lecture ? Aki y rejeta un coup d'œil, plus appliqué cette fois. Il se sentait même sourire à la vue de nombreux clichés. Certains lui plaisaient beaucoup, d'autres, il les jugeait totalement ridicules, se demandant ce qui pouvait passer par la tête de ces photographes.

Très bien ! Qu'il en soit ainsi ! Kunikida voulait une fiche de lecture ? il l'aurait ! Et Aki allait se surpasser ! Les textes étaient peu nombreux, et étaient pauvres en style littéraire, mais Aki allait en dégager l'essentiel. Il apporterait même son appréciation sur le champ lexical choisi, et s'appliquerait à relever toutes les figures de styles, toutes les fautes de syntaxes, toutes les expressions imagées. Cela allait s'avérer plus intéressant que prévu. Il en ricanait d'avance. Son prof le mettait au défi ? Et bien soit ! Défi relevé ! Et il pourrait profiter de quelques photos ... sympathiques en prime ! Pas celles qui mettait les pauvres modèles dans des positions grotesques, ou celles qui en montraient trop. Non, justes celles qui pourrait le faire un peu rêver.

FIN


Hors RP:
 



Un soir comme un autre... ou presque ! 181110104531329936
Contenu sponsorisé
Un soir comme un autre... ou presque ! Empty