Partagez | 
 

 Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 127
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Lun 1 Oct - 21:11

Rumeurs de pacotille ?
[Mandy x Mathi – Opus 3]
J’en ai ma claque ! Je ne suis pas du genre à faire attention au qu’en dira-t-on, mais là c’est trop. En sortant de cours, j’ai entendu les messes basses d’un groupe de nanas. Ça parlait encore de ce mec, qui apparemment c’est encore fait plaisir à coller Mandy à leur club de danse. En voyant mon regard dur, l’une d’elle est venue me parler qu’une nouvelle rumeur circule. Mandy jouerait sur les deux tableaux. Bon je ne voulais pas me fier aux dires de cette nana, car il est évident que ce qui l’intéresse c’est que je trompe Mandy avec elle. Mais un des potes de cours est venu me raconter la même chose le cours suivant. Et apparemment elle aurait fricoté avec lui, plus d’une fois. Certains les ont même vu sortir des escaliers menant au toit en riant de connivence.

Je veux bien que le deal était que nous sommes chacun de notre côté libre de faire ce qu’on veut en privé. Mais là elle abuse ! Je suis en train de passer pour le cocu de service ! La pauvre victime ! Je suis hors de moi et il n’est pas question que ça dure. Je ne suis pas victime ! De personne ! Et elle le sait que je déteste cette considération, rapport à mon passé avec mon père.

Sur la dernière heure de cours, je lui envoie un texto. Je sais qu’elle a cours jusqu’à la même heure que moi

- Il faut qu’on parle tout de suite ! Dis-moi où tu as cours, je passe te prendre en sortant.

Oui quand je suis énervé je ne prends pas gants. D’accord je n’en prend pas souvent, mais je fais un effort considérable avec elle en général. Mais là on doit parler. Soit on arrête tout, si vraiment elle veut se faire ce gars. Soit elle rétablit la vérité en public. Et qu’on ne me fasse pas chier avec des histoires romantiques à la con. Je tiens juste à ma réputation.

Le cours finit je ne demande pas mon reste. Je fourre mes notes dans mon sac et me dépêche de sortir de l’amphi. Mandy est à l’étage en dessous. Je cours presque, histoire de gagner du temps et pas me faire doubler par une horde de groupies qui va l’accaparer. Je slalome entre les étudiants et en salue quelques uns rapidement en passant.

- Salut, j’ai pas le temps. On s’voit dans la semaine. A plus !

Bon, j’admet que c’est souvent à des mecs que je proposer de se revoir. Et oui, étonnés ? Bah, en fait les filles, depuis quelques temps, elles perdent en saveur. Sûrement que je muris, ou pas. J’ai surtout retrouvé mon inspiration pour écrire et composer, et j’ai beaucoup moins besoin de compenser en draguant. D’ailleurs la présence de mon nouveau chat « Idiot » m’occupe pas mal aussi, c’est un excité. Il joue tout le temps. Bon et puis c’est vrai que je passe pas mal de temps avec Mandy aussi au final. Mais il faut bien entretenir le mystère et l’image médiatique qu’on a créé. Je ne regrette pas, rien que pour le fait que la horde de lycéennes qui ne me lâchait pas les baskets en début d’année.

J’arrive devant l’amphi de Mandy et m’appuie nonchalamment contre le mur face à la porte. Toutes les nanas qui sortent ne peuvent s’empêcher de me faire signe ou un sourire, et de glousser comme des ados. Evidemment je joue le jeu et leur renvoie leur signe avec tout mon charme habituel.

Mais quand Mandy passe le seuil de la salle, je les oublie. C’est fou ce phénomène quand on y pense. Enfin bon, non, moi je n’analyse pas ça ! C’est juste que je viens voir Mandy pour un truc précis, donc normal que mon regard se focalise sur elle ! Et juste pour le plaisir de la faire râler après coup, et d’en mettre plein la vue à tous ceux qui la mâtent sans gêne, je la prends dans mes bras alors qu’elle ne m’a pas encore repéré et l’embrasse fougueusement.

- Hum ! Tu m’as trop manqué cet aprem, ma chérie ! On s’isole ? tu viens ?

Je pose ma main autour de sa taille et l’entraîne. D’accord ou pas, je m’en contrefous. On a une mise au point à faire. Et je suis pressé ! Il ne faudrait pas que ces sales rumeurs trainent trop !

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum

_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy Akihara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 57
Age : 18
Profession : Mannequin de temps en temps
Cursus : Art / Stylisme
Multicomptes : Zelda Y.

Infos supplémentaires
Clubs: Danse (cheeleading) et théatre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Mer 3 Oct - 10:17

La vie...
A reprit ses cours, ses droits. Après ces quelques mois de travail et d'effort, me voici enfin populaire à l'université. On sait qui je suis, ce que je fais, on parle de moi, en bien, en mal et ça je m'en fiche pas mal du moment qu'on parle de moi, c'est l'essentiel ! On m'envie, on me jalouse, in m'imite... Bref, je me sens aussi bien qu'à Tokyo désormais, si on oublie que ce n'est pas la capital et que ça ne sera jamais le même niveau d'ambiance.

Pendant le cours.
Je suis au milieu de l'amphi', avec mon Iphone sur ma table. Le professeur est myope comme une taupe et toute les têtes pensantes sont devant lui, alors, ce qu'il se passe après les 4 premières rangés, il s'en fiche du moment que c'est silencieux. Après tout, je ne bavarde pas... Pas à voix haute du moins. Je pianote sur mon téléphone et parle encore avec Mathi. Je reconnais que pour un couple artificiel, on est bien... Bien souvent ensemble à mon goût, à se parler de tout, de rien, de tout, et encore plus qu'avant depuis l'incident du vestiaire. Après tout, on s'est un chouillat ouvert à l'autre alors, je crois qu'irrémédiablement, ça nous à rapproché. M'enfin, y'a pas de quoi écrire un drama.

Et puis...
J'ai pas l'impression que mes messages le dérange, ni mes discussions de défilés. Alors, pourquoi ne pas en profiter ? Il semble s'y intéresser ou au moins comprendre ce que je vise, tout comme moi et ses compositions. Je trouve qu'elles ont meilleurs goûts, plus de sentiment... Ça va rendre folle les adolescentes. Les seuls moment où je ne lui parle pas, c'est quand les profs ont des radars à téléphone, quand je suis placé devant ou lorsque je suis au club de danse. Là, c'est une véritable coupure et je suis dans mon monde qui n'appartiens qu'à moi. Dae l'a bien compris et on s'entraine souvent ensemble, on prend du plaisir et on s'amuse bien à se bouger sur des rythmes du monde entier. C'est sans doute notre façon de voyager, en moins cher. Bon, mon coréen est encore loin d'être brillant... Mais il se fait une joie de me corriger, alors parfois, après notre cession d'entrainement, il m'accompagne à ma prochaine salle de cours et il en profite pour me guider un peu plus dans sa langue natal. Il n'y a que là que je peux profiter de lui, sinon, il est tout autant overbooké que moi ! J'espère qu'il pourra venir me photographier pour mon prochain défilé.

Oh, une nouvelle notification qui me sort de mes pensées.

"Il faut qu’on parle tout de suite ! Dis-moi où tu as cours, je passe te prendre en sortant."

Euh...
Je l'ai connue un peu plus mielleux, surtout quand il s'agissait de me retrouver. Qu'est-ce qui lui prend ?

"Le même amphi' que toi, à l'étage du dessous sem-paï :p"

Le taquinais-je en répondant aussi vite.
Puisqu'il est mon ainé, parfois pour une raison volontaire ou pas de l'école, ils ont cours au dessus des autres. Après deux minutes, la sonnerie retentit et j'avoue que la curiosité me ronge... Il a eu une révélation ou bien ? Pour être si directif ? Je prends quand même le temps de bien ranger mes affaires alors que d'autres décampe à la vitesse de la Lumière. Puis, mon sac de marque sur mon épaule et mon téléphone dans ce dernier, je quitte la salle tranquillement. Bon, on va être ma tête brûlé préfé-....

Il apparait devant moi.
Je me fige, mon cœur rate un battement. Il m'embrasse, devant tout le monde et sans aucune pudeur. Je suis tout autant surprise que tout ceux qui nous regarde. Merde, qu'est-ce qui se passe ?! Je m'empourpre et reprend mon souffle. C'est pas une attaque surprise ça ? C'est que j'aurais pu en faire une crise d'asthme... Mais comme c'est lui, ça va, j'ai confiance depuis le temps et bien qu'il ai ses mains baladeuses et la langue bien pendu, il n'en fera rien. Le baiser est court mais pas moins intense pour autant... De mon point de vue du moins. C'est du spectacle quoi.

- Hum ! Tu m’as trop manqué cet aprem, ma chérie ! On s’isole ? tu viens ?

Je n'ai pas le temps de répondre, de me remettre de ce baiser.
Que c'est carrément un kidnapping. Il m'emmène, en me prenant par la taille. A voir, c'est urgent.

_ Hey, mais ! Qu'est-ce qui te prends ? Tu sais que c'est mal vu ici de s'embrasser en public ?? On est pas aux States ! Tu peux pas rouler des pelles à tout bout de champs, comme tu veux ! Ici, ils vont être traumatisés et devoir suivre une psychothérapie !

Me moquais-je un peu.
En exagérant bien sûre... Quoique. Je sens l'atmosphère s'alourdire au fur et à mesure que l'on s'isole. Je ne suis même pas certaine que mon humour l'ai touché. Bon c'est vrai que lui, c'est souvent plus gras et beauf, mais moi aussi je sais rire de temps en temps. Je commence à perdre patience et j'arrête de le suivre, c'est bon, on va pas partir en pleine forêt vierge non plus.

_ Bon, qu'est-ce qui se passe ? Tu m'inquiète là.

Le questionnais-je.
Avant de sentir mon téléphone vibrer. Flûte, c'est bien le moment. Je fouille dans mon sac, l'attrape et... Oh, c'est Dae... Il aimerait manger avec moi demain, après l'entrainement. Un sourire gagne mon visage, pourquoi pas.

Je vais lui répondre.

_________________
♪ Je te juge en mediumseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 127
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Jeu 4 Oct - 22:23

Rumeurs de pacotille ?
[Mandy x Mathi – Opus 3]
Je ne veux pas analyser ou chercher à comprendre pourquoi je suis autant énervé. Je n’aime juste pas passer pour le cocu de service ! Surtout à cause d’une petite frigide que je n’ai jamais touché.

Après l’avoir embrassé par besoin… besoin d’assouvir mon envie, besoin d’apaiser ma frustration, besoin de marquer mon territoire devant ces vautours qui lui tournent autour….
Après l’avoir embrassé, je l’embarque d’office ! Je nous dirige vers le parc pour nous isoler. Elle proteste. Je grogne.

- Hum ! Qu’est-ce que j’en ai à foutre des convenances japonaises !

Je ne sais pas si vraiment ça la contrarie autant que ça, parce qu’il m’a bien semblé que mon baiser fougueux l’a autant troublée que surprise. Mais je ne suis pas d’humeur à jauger le degré humoristique ou moqueur des paroles de Mandy.

Alors qu’on entre dans le parc, je nous dirige vers ce petit banc discret où je l’avais embrassé la première fois. Mais Mandy m’arrête avant.

« Bon, qu'est-ce qui se passe ? Tu m'inquiète là. »

Je bloque difficilement mon élan. Bouillonnant sur place, je jette un œil alentour pour m’assurer qu’on est loin des oreilles indiscrètes. Je cède et ouvre la bouche pour essayer de lui parler. (Bien que je ne sais pas trop comment exprimer toutes ces pensées énervées qui se bousculent dans ma tête).

Mais je n’ai pas le temps de m’exprimer que le téléphone de Mandy. Encore et toujours ! Et bien sûr, il faut qu’elle regarde qui sait ! Je suis furax de toujours passer après ce foutu téléphone ! Mais rien n’égale la fureur qui m’envahit quand je la vois sourire comme une ado en lisant le message. Ça me rend dingue !

Je l’inquiète ?! Tu parles ! Donnez-lui du réseau social positif pour son image et le reste n’a plus d’importance. Je crache carrément mes mots sans masquer ma colère et en en profitant pour lâcher le morceau.

- C’est qui ? Ton amant ? Ce mec avec qui tu danses ou fricote sur le toit, je pari !

Tout le monde est d’accord pour dire que subtilité n’est pas un de mes traits de caractère. Je ne ferais pas mentir la populace. Et puis ça sert à quoi de dire les choses de manière détournée ?

Et c’est là que le ciel se met contre moi également. Mandy n’a pas le temps de me confirmer l’identité du messager qu’une averse monumentale nous tombe sur la tronche.

- Et merde !

J’attrape la main de Mandy et cours vers le hall en m’assurant qu’elle ne s’essouffle pas trop et fasse une crise d’asthme. En quelques secondes, nous sommes littéralement noyés.
Je la prends dans mes bras, une fois à l’abri et m’assure qu’elle va bien. Je fixe son regard envahit par un élan d’inquiétude (de tendresse ?) et essuie les gouttes d’eau qui ruissellent sur son front, sa joue, ses lèvres.
Allez savoir pourquoi mais une musique vient trotter dans ma tête


Les paroles envahissent ma tête
« I'm jealous of the rain
That falls upon your skin
It's closer than my hands have been
I'm jealous of the rain
I'm jealous of the wind
That ripples through your clothes
It's closer than your shadow
Oh, I'm jealous of the wind, cause… »

STOOOOOOOOOOP !!! Je pars en délire là ! La pluie a givré mes neurones, mon cerveau est en train de péter un câble !!! Je suis tellement en stress avec cette présentation de mon prochain single et toute la promo que la maison de disques veut que je fasse, que je perds la boule.
Bordel ! Je dois me ressaisir. Il faut vraiment que je me trouve un pote fiable qui m’aide à déstresser. Une bonne soirée entre potes c’est ça qui me manque. J’étais tellement heureux de revoir mes meilleurs amis cet été …
Je soupire et lâche Mandy en m’écartant. Glissant mes mains dans mes poches, je reporte mon attention sur le déluge dehors. Je soupire.

- Génial ! Quelle journée pourrie ! J’aurais mieux de rester chez oi aujourd’hui !

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum

_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy Akihara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 57
Age : 18
Profession : Mannequin de temps en temps
Cursus : Art / Stylisme
Multicomptes : Zelda Y.

Infos supplémentaires
Clubs: Danse (cheeleading) et théatre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Sam 6 Oct - 19:29


L'ambiance change.
Je le sens, au fond de moi et ce froid qui s'installe... Le flashback du vestiaire m'envahit. Je le sens à sa main, à la façon dont il m'entraine. C'est fort, c'est de la colère ? Le doute, l'anxiété me gagne, mais heureusement le sms de Dae me sauve et je m'en fuis lâchement de cette situation. J'ai peur de croiser son regard et lire les quelques lignes chaleureuse du coréen, ça me met dans une meilleure disposition. En fait... J'ai versé de l'huile sur le feu.

- C’est qui ? Ton amant ? Ce mec avec qui tu danses ou fricote sur le toit, je pari !


S'embrase Mathi.
Je relève mon regard choqué. Il... Sait pour Dae ? Ou du moins ce qu'on en dit ? Je lis de la colère sur son visage qui était bien plus tendre avant... Et du stress. Merde, qu'est-ce qui lui prend ? C'est quoi cette crise ? Je croyais qu'on pouvait faire ce qu'on voulait et lui, il y a certes moins de fangirl autours de lui mais celles qui demeurent et le dévorent du regard sont les plus tenaces.

La pluie.
S'abat alors sur nous. Une pluie aussi froide que l'instant. Elle me glace le sang et j'hésite entre tristesse et colère à mon tour. A nouveau il me trimballe et j'ai la mâchoire serré, moi aussi j'ai des choses à dire mais... Mais on avait dit qu'on ne se dirait plus de mal et... Et pourquoi il me fait cette crise ?? J'ai promit à Dae que cette pseudo relation avec Mathi', ne nous entraverait pas. Sur le coup, je m'en fiche pas mal de la pluie ou d'attraper la grippe du siècle ! Il veut qu'on parle ?! VRAIMENT ? Je panique, je suis tiraillé dans mes sentiments, mes émotions et prestement j'en perds mon souffle peu à peu. Merde, pourquoi maintenant ?!

Alors...
Alors que tout semblait désespéré et qu'un orage allait s'abattre sur nous, je parle aussi bien du climat que de notre relation. Il me prend dans ses bras, comme un chevalier servant, vraiment ?! Il change encore d'attitude comme moi de jupe. Et moi, mécaniquement, alors que je suis fâchée, je ne peux m'empêcher de passer mes bras autours de lui et de poser ma tête contre son torse trempée, et d'entendre son cœur, affolé... Son parfum ou son déo' je ne sais pas, mais, il sent bon et cette odeur... Ça me désamorce, je n'arrive plus à être en colère contre lui. J'y met toute mon âme, mais non, plus rien. Pour qui il se prend à me dire, avec qui je dois manger, danser ? Est-ce que je surveille avec quel groupie il se pavane ?

A l'abri.
Il me dépose soigneusement et je ne sais pas si je pleure de rage ou si c'est la pluie... Il n'a pas à me faire des scènes comme ça. Je le sais, je le sens au fond de mon âme et pourtant, aucune boule de feu ne sort de mes lèvres tremblantes par le froid. Est-ce que de la vapeur s'échappe de mon être ? J'en ai l'image. Je sens ses mains essuyé mes joues, il a l'air aussi désemparé que moi en fin de compte.

- Génial ! Quelle journée pourrie ! J’aurais mieux de rester chez moi aujourd’hui !
_ Q-quoi ? Non mais tu te moque de moi ?!

Ah... J'ai retrouvé mes arguments ! Quand il reprend de la distance, ça va mieux.

_ Tu me kidnappes limites à la sortie de cours en m'arrachant un baiser d'adieu, puis tu m'engueules et après tu te la joue bon prince sous la pluie... Mathi', tu serais une fille, j'aurais supposé que tu avais tes règles ! Et excuse moi du terme mais... Mince ! T'abuse ! Je veux bien m'adapter, faire des efforts mais là !

Je grogne.
Et je me remet sous la pluie, volontairement, il va me regarder maintenant qu'il m'a bien trimballé. Oh que oui, regarde moi bien ! Et la pluie, c'est comme une douche froide apaisante. Elle doit m’apaiser parce que je ne veux pas être plus méchante avec lui. C'est une promesse que je lui ai faites ! Et je dois en honorer une autre !

_ Je t'ai promis que je ne serais plus peau de vache avec toi... Alors, ne me donne pas des occasions pareille pour te foutre le feu ! C'est quoi ta crise envers Dae ? Il n'y a rien entre nous, déjà et ensuite, ensuite on est dans le même club de danse et il est le capitaine. On s'entraine ensemble car on a le même niveau et il est photographe aussi, alors pour mon métier de mannequinat, ça aide aussi !

Repris-je en me justifiant.
Et pourquoi je me justifie au juste ? Mes vêtements sont officiellement décédés et le blanc de ma chemise blanche vire transparente à mon insu. J'ai pas le temps pour les détails là !

_ Dae est au courant pour nous, alors détend toi un peu tu veux ? Il sait que c'est du flan, mais respecte tout ça... Ne lui donne pas raison en jouant les jaloux, parce que ce que tu ressens, ce n'est pas ça. Je ne suis pas que ton objet bling bling ! Y'a pas marqué "Mathi" sur mon front ou mes fesses !

Protestais-je.

_ C'est une bête amitié ! Je lui ai promis que je continuerais de danser avec lui, qu'importe ce que tu en diras, alors Mathi Matsushita, criser si vous voulez mais... Argh !

Je shoot dans une flaque d'eau, furieuse.

_ Quitte à bousiller mes fringues, autant le faire totalement ! VOILA ! ADIEU MES LOUBOUTINS ! NOYEZ COMME LE TITANIC ! Tout ça pour des conneries ! DES CONNERIES A PLUS DE 65 MILLES YENS !


La prochaine fois.
La prochaine fois que je veux être sympa, faire des promesses. Giflez moi. Voilà ! La reine du Drama.

C'est moi !

_________________
♪ Je te juge en mediumseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 127
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Dim 14 Oct - 21:47

Rumeurs de pacotille ?
[Mandy x Mathi – Opus 3]
Impulsif ? Enervé ? Contrarié ?
Oui d’accord, je suis un peu hors de moi. Ces rumeurs m’ont titillé toute la journée. Je suis à cran. Mais que Mandy s’en foute royalement et ait le culot de vouloir répondre à ce séducteur de bas étage en pleine dispute, ça a explosé mon seuil de tolérance !

Mais la réaction imprimée sur son visage quand je lui ai demandé si c’est son amant, ça m’a achevé ! Elle semblait clairement choquée, voire surprise ! Oui surprise que je ne sois pas sourd et aveugle, et que j’ai vu son manège. Notre accord lui a permis de se décoincée, et voilà qu’elle s’affiche cède aux avances de ce coréen. Mais pourquoi elle n’a pas simplement rompu le pacte en m’en parlant ?
Et puis quoi ? NON ! Je n’ai pas envi de rompre ce pacte ! Elle… Elle en sait beaucoup sur moi… Et puis j’aime bien nos conversations… Je ne connais personnes qui après avoir été en couple, restent amis. Je n’accepte pas ça ! Mandy est devenu la seule vraie amie que j’ai dans ce pays. C’est clair qu’on a une relation bizarre, mais je lui ai déjà concédé ce lien. Je lui faisais confiance. Qu’elle choye cette amitié ! Bah non ! apparemment je me suis trompé lourdement !

Mais l’orage vient complètement interrompt ce moment de révélation et de mise au point. Et comme un con, la première chose qui me vient à l’esprit c’est de la mettre à l’abri.
Mathi, tu faiblis ! Ce n’est pas bon !
Je suis paumé. Et quand je la dépose dans le hall en pestant contre le nuage noir qui a accompagné cette journée, la réaction de Mandy me glace le sang. Je la fixe et découvre son regard. Elle est hors d’elle. Mais je ne vois pas en quoi elle pourrait être en colère. Je n’ai fait que la mettre en face de la vérité !
L’air de rien on a instauré une distance physique une fois que je l’ai lâché. Et étrangement elle retrouve sa vivacité d’esprit pour répondre avec sa ferveur habituelle.
Sauf que sa réplique « tu serais une fille, j'aurais supposé que tu avais tes règles » me donnerait envie d’éclater de rire. Mais je n’ai pas le temps de réagir, qu’elle retourne sous le déluge. J’hallucine ! Elle se moque de moi là ? Elle veut prouver quoi ? Qu’elle est étanche ? Apparemment pas ! Qu’elle résiste à tout ? Elle va attraper la crève, oui !

Mais je suis encore plus surpris quand elle ouvre la bouche. Alors qu’elle me semblait clairement furieuse quand je l’ai déposé à l’abri son ton est posé, calme, presque doux. Elle semble se contenir. Pas en voulant canaliser une colère explosive. Non, plutôt une envie de poser chaque mot au calme… pour m’apaiser ? Non, ce n’est pas possible ça….

Sans m’en rendre compte que je suis approchée d’elle. Elle parle calmement mais ses mots me percutent les uns après les autres.
« du flan »
« jaloux »
« pas ton objet »
« marqué Mathi »

Je veux protester, mais elle ne me laisse pas le temps d’ouvrir la bouche. Je suis au bord de la panique. Comment elle peut dire tout ça ? Moi, jaloux déjà c’est une impossibilité évidente. Mais surtout, penser que je la prenne pour un faire-valoir, alors que ça n’a jamais été le cas. Ça me déchire de l’intérieur. Je ne comprends rien à ce qui se passe. Ses réactions, cette oppression dans mon corps… Et mon regard découvre la transparence absolue de son chemisier noyé. Je ne peux nier que ça la rend encore plus sexy mais la seule chose qui me vient à l’esprit c’est les regards des vicieux qui nous observent de loin. Et ces larmes… Oui parce que la pluie ne me leurre pas. Mandy pleure et ça me déchire totalement. Je l’ai blessé…encore ! Je suis paumé dans mes émotions.

« lors Mathi Matsushita, crisez si vous voulez »

Là je tique totalement ! Elle me revouvoie ! Elle s’éloigne. Et je refuse ça ! Mon regard plonge dans le sien et alors qu’elle peste contre ses godasses hors de prix foutues par l’eau, je me colle à elle et l’enlace si fort qu’elle va finir étouffé. Mais je veux être sûr qu’elle reste dans mes bras et me parle. Je murmure à son oreille. J’espère la calmer, mais aussi qu’on arrive à se parler sincèrement. Comme on le fait en Skype.

- Mandy ! Tu n’as jamais été un faire-valoir ! Un alibi oui. Mais pas un objet à montrer pour ma propre notoriété ! C’est vrai que tu n’es pas entichée de ce Dae ?

Le plus dingue c’est que se parler comme ça, on n’y arrive rarement avec calme en face à face. Sauf en skype. En fait je crois que la seule fois où on l’a fait c’est ce fameux soir où on s’est trouvés enfermés dans les vestiaires. Et ça a bien dégénéré avant qu’on en arrive à se confier l’un à l’autre. Ce n’était pas ma meilleure prestation de dragueur provocateur…

- Tu ne m’en parles jamais, Mandy ? ce gars, la danse, ces moments avec lui sur le toit…Tous ces bruits qui courent… Au bout de la centième fois aujourd’hui, j’en pouvais plus… ça m’a fait mal ! Je ne sais pas t’expliquer… Mais ça fait mal ! Et j’ai toujours été transparent avec toi. Je t’ai toujours respecté. Je t’ai toujours dit qu’on arrete dès que tu te sens mal dans notre relation. Si tu veux voir un autre, je respecterai notre deal… même si j’en n’ai pas envie …. Du tout !

Je resserre plus mon étreinte, comme si mes deux derniers mots à peine audibles tellement je les ai chuchotés, pouvaient la faire fuir avec une force herculéenne.

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum


_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy Akihara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 57
Age : 18
Profession : Mannequin de temps en temps
Cursus : Art / Stylisme
Multicomptes : Zelda Y.

Infos supplémentaires
Clubs: Danse (cheeleading) et théatre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Lun 15 Oct - 10:13


VOILA !
Voilà une crise de faite et sans asthme ! On nous dévisage malgré la pluie battante, ils doivent se dire que c'est une dispute de couple... Oui et non ! Oui d'apparence on est en couple et c'est une dispute et non, je ne comprends pas pourquoi ça va si loin ! Je reprends mon souffle après avoir vidé mon sac et nos regards se croisent l'espace d'un instant. J'ai l'impression qu'il panique plus qu'autre chose... Pourquoi ? Il était si furieux ? Il a encore changé d'attitude ?? A moins qu'il ai la trouille de sa vie, mais pour quoi ?

Sans crier gare.
Il se jette sous la pluie pour m'attraper contre lui. Et c'est comme un second souffle parce que j'ai si froid et lui, a bien chaud. Il me serre fort, précieusement ou posséssivement ? Je ne saurais pas le dire tant mon cerveau manque d'oxygène. A nouveau, la situation m'échappe... Je pensais qu'il allait me jeter, tout simplement car après tout, pourquoi on se prend la tête comme ça si on s'en fout ? L'idée qu'il me jette, me fait froid dans le dos... Non, j'en ai pas envie. Alors qu'il me garde comme ça, contre lui, autant de temps qu'il veut, j'en oublie la pluie, le froid et je pourrais même trouver ça bien. Il me murmure.

- Mandy ! Tu n’as jamais été un faire-valoir ! Un alibi oui. Mais pas un objet à montrer pour ma propre notoriété ! C’est vrai que tu n’es pas entichée de ce Dae ?
_ Bien sûre ! Je dois te le dire en quel langue ?!

Du moment que c'est pas du coréen... Je devrais gérer.
Pourquoi faut-il toujours que ça soit violent, intense et passionné entre nous ? Comme si on n'arrivait pas à communiquer autrement ? J'veux dire, avec Dae, c'est bien plus doux, correct... Avec Mathi' c'est carrément imprévisible, comme lui. Il peut être dragueur beauf tout comme très sérieux les minutes suivantes. Ce garçon, c'est une montagne russe.

- Tu ne m’en parles jamais, Mandy ? Ce gars, la danse, ces moments avec lui sur le toit…Tous ces bruits qui courent… Au bout de la centième fois aujourd’hui, j’en pouvais plus… ça m’a fait mal ! Je ne sais pas t’expliquer… Mais ça fait mal ! Et j’ai toujours été transparent avec toi. Je t’ai toujours respecté. Je t’ai toujours dit qu’on arrete dès que tu te sens mal dans notre relation. Si tu veux voir un autre, je respecterai notre deal… même si j’en n’ai pas envie …. Du tout !

_ ...

Woaw...
Alors là... Oui je comprends pourquoi sa crise de paranoïa. C'est vrai que les bruits de couloirs, j'y prête attention de loin, quand ça m'arrange. J'étais au courant de petites rumeurs sur Dae et moi, mais c'est tellement clair entre nous, que je ne pensais pas qua ça avait enflé à ce point ! Qu'on raconte que je traine avec lui, que je danse avec lui... Oui ! Que je sort avec... Non ! Je soupire, et je referme mes bras tremblants par l'émotion autours de Mathi, je veux le consoler, il a du passer pour l'idiot du village à cause de ces conneries. Je vais essayer de le consoler, mais je ne promet rien... C'est à peine si ma mère me ramassait lorsque je tombais par terre, enfant.

_ Je suis désolée que tu ai souffert de ces rumeurs... Vraiment.

Soufflais-je à son attention.
Je relève mon visage vers lui et sa coupe de cheveux hérisson est complétement foutue maintenant. Sans mes talons, c'est à peine si j'arrive à hauteur de ses épaules. Pas grave, je lève mon visage et je ne pleure plus. Mon regard vert brillant par la pluie et non plus les larmes de colère. Je reprend.

_ Je ne sais pas pourquoi je ne t'en ai pas parlé... Dae est un ami, rien de plus et du coup, peut-être que j'ai estimée que ça ne valait pas la peine de te parler de lui. Si je commence à te parler de mes contacts, on en a pour des mois et des mois...


Le rassurais-je d'une voix douce, avant de déclarer spontanément, avant que ça ne passe par mon Comité intérieur.

_ Je ne veux rien arrêter entre nous. Tu es le seul qui accepte tellement de chose venant de moi... Qui me connait... Plus je crois.


Admis-je.
Et je devrais m'arrêter là, n'est-ce pas ? Ne pas en dire plus ? Ne pas le glorifier parce que je sais qu'il n'est pas un saint non plus. Ne pas le complimenter d'avantage et pourtant, ces paroles sont sincères. A nouveau, tout va plus vite que ma réflexion et je prend doucement son visage tiède entre mes mains fraiches. Je me hisse sur la pointe de mes bottes noyés et je lui offre un baiser digne d'un grand film de cinéma americain. Puisqu'on nous regarde probablement, voici la conclusion... Mandy et Mathi, c'est pas terminé. Ca le sera, quand on l'aura décidé, pas les autres. Le contact de mes lèvres est doux, quasiment timide je crois mais j'essaye de lui transmettre que je ne veux pas qu'il parte. Même si on s'est promit qu'on continuerais à se parler, même si on rompt le contrat. J'ai l'impression au fond de moi, que ça changerait quand même quelque chose. Toujours une différence entre les paroles et les actes...

Je me recule ensuite.
Prenant conscience de mon geste et ma langue passe sur mes lèvres malgré moi, comme un goût de "trop peu", bizarre. Mon cœur bat à cent à l'heure, ça ne devrait pas me mettre dans des états pareils, parce que je ne ressent rien pour lui. Enfin si, je suis attachée à lui mais... C'est confus. Je suis un peu perdu et je me recule un peu, car sa présence brouille ma logique et ma réflexion. A peine plus loin de lui, la fraicheur de la pluie m'agresse et je referme mes bras contre moi, en même temps que de cacher un peu mon soutiens gorge qui est désormais plus ou moins visible. Je soupire, je n'ai jamais été aussi misérable.

_ Je devrais rentrer me changer, si je n'ai pas attrapé la grippe, ça sera déjà magnifique.


Je suis une fragile.

_________________
♪ Je te juge en mediumseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 127
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Lun 22 Oct - 19:31

Rumeurs de pacotille ?
[Mandy x Mathi – Opus 3]
Comment en est-on arrivé à une telle scène ? Aucune idée ! Et pour une scène ! On a fait fort !
Pour le coup, je me sens con. J’ai écouté des rumeurs. Moi, qui n’en ai que faire d’habitude. Je ne comprends pas vraiment pourquoi ça m’a importé autant. Certes passer pour le cocu de service ce n’est pas glorieux, ni flatteur. Mais est-ce qu’avant Mandy ça m’aurait tant touché que ça ? Que les gens croient ce qu’ils veulent ! Ce n’est pas mon affaire ! Pourtant… Là…

En fait, je crois que je n’ai pas supporté être le dernier au courant. Elle ne m’a jamais parlé de ce gars. Pourtant je crois qu’elle a appris à me faire confiance, à me raconter ses peurs, ses doutes, ses envies. C’est bizarre. Notre relation est bizarre. Partie d’un deal de faux-semblants, on a finalement trouvé une oreille attentive l’un et l’autre pour des choses qu’on n’est pas capable d’évoquer en temps ordinaire. Tout à commencé avec ces skypes. Au début, c’était pour l’emmerder, la pousser dans ses retranchements. Et puis en voyant l’intérieur de chambre par le biais de la caméra, je l’ai questionné et peu à peu elle s’est livrée sur ses envies pour l’avenir.
Et vice versa… Je lui ai partagé en retour ma musique, mes nouvelles compos. Et aujourd’hui on en est arrivés à se demander des avis, des conseils. Puis il y a eu ce fameux soir enfermés aux vestiaires, où on s’est livré notre passé, nos peurs, nos démons. Je n’aurai jamais cru cela possible. Ça a été dur et difficile, mais ça nous a rapproché. Nos skypes sont vraiment des moments que j’apprécie beaucoup. Comme un temps hors du temps où personne ne peut venir nous juger, nous brimer, nous diriger. Il y a une vraie confiance entre nous. C’est véritablement nouveau pour moi. Mais j’ai conscience que c’est fragile.

Pourquoi j’analyse autant ? Je la serre comme un damné dans mes bras, comme si elle allait me glisser entre les doigts entre le déluge de la nature et celui de son corps. Et puis il faut dire qu’elle n’est pas épaisse. J’ai l’impression qu’elle a perdu plus de kilos que je ne pensais. J’ai mis ça sur les semaines de rentrée pour se préparer à des défilés et parfaire son image de mannequin. Mais je commence à douter. Je vais devoir creuser le sujet. En skype, surement… peut-être… Une crise après l’autre, je dois déjà reprendre le dessus sur cette drôle d’émotion qui m’a fait perdre les pédales.

Finalement quand on se dit les choses, c’est bien plus simple. Et c’est comme ça que je fonctionne la plupart du temps. Avec Mandy, j’avoue que j’essaie de mettre quelques formes. Ne pas la brusquer.
OK, ce n’est pas toujours vrai. Je suis même souvent très cash avec elle. Mais pas quand on aborde les sujets délicats pour elle. Comme le contact physique et les relations amoureuses. Je peux la mettre mal à l’aise tellement facilement que j’avoue m’amuser très souvent. Et puis la voir s’énerver et me remettre à ma place est tellement excitant. Sauf que j’ai appris à jauger les sujets et les réactions. J’ai vraiment cru à cette rumeur et que Mandy tombe amoureuse de ce gars. Oui, je pense que ça m’a fait mal qu’elle ne m’ait pas confié ça, sachant l’importance que ça aurait pour elle. Et puis finalement pourquoi on se prend la tête, puisque c’est un pote de club. Je veux la croire. Non, je la crois ! Sinon elle ne serait pas aussi bouleversée de ma réaction. OK j’y ais été fort, je n’ai pas contrôlé mes nerfs. Trop de pression en ce moment !

Mais décidémment, on n’est pas nous même aujourd’hui !
Comment expliquer que cette phrase « Je ne veux rien arrêter entre nous. Tu es le seul qui accepte tellement de chose venant de moi... Qui me connait... Plus je crois. » vient me percuter comme un bolide lancer à 1000 km/h dans un nuage de coton ? Je devrais paniquer, me dire que c’est chelou, qu’elle s’attache trop. Et pourtant, ça me rassure, me repose les pieds sur terre, me fait me sentir chez moi en la sentant dans mes bras.
Et ce baiser… Il vient d’elle !!! C’est si rare ! Et il est…
Pas forcé. Pas provoqué. Pas provocateur. Pas démonstratif pour les curieux. Pas du cinoche de bas étage. Non ! Timide et doux, sincère et rassurant. C’est différent. C’est toujours différent quand ça vient d’elle. J’en suis retourné. Ça ne me plait pas que ça me fasse autant bizarre en moi. Pourtant je reste sur ma fin quand elle s’écarte. Je glisse mon nez dans son cou. Je n’ose pas la regarder, de peur qu’elle lise dans mon regard, et s’imagine n’importe quoi. Je suis juste un peu trop émotif et perturbé par les évènements du moment. Mon single sort bientôt. La maison de disque me met la pression pour faire une promo dont je n’ai pas du tout envie. Ça me bouffe de plus en plus.
Je me rends compte que je n’en ai pas parlé à Mandy… Pourquoi ? Peut-être de peur qu’elle me rejette en me voyant sur le devant de la scène et pas elle…

Elle grelotte et ronchonne. Bordel ! Bientôt elle va être nue devant tout le monde. Je retire mon perfecto et lui mets sur les épaules, en le tenant fermer devant sa poitrine.

- Mets ça, bécasse mouillée ! Hors de question que tu te pavanes à moitié nue pour gagner des jours de repos au chaud dans ton lit ! Surtout sans moi ! Viens on rentre, je vais te réchauffer.

J’ai parlé fort, exprès pour l’attroupement qui nous guette. Un petit clin d’œil et un baiser rapide pour parfaire la scène ! Le couple de l’année à l’académie Yokuboo est toujours fort et fier !

Je la laisse enfiler les manches et je remonte la fermeture éclair. La prenant aux épaules, je l’emmène et traverse la foule attroupée. J’affiche un visage heureux et fier. Ce n’est pas non plus un masque…Tout va bien les curieux, vos stars sont toujours en couple !

Eloigné de la foule, je lui parle en douceur.

- Je t’emmène chez moi. Tu pourras te réchauffer avec une bonne douche. Et je t’en offrirais d’autres de ces godasses ! Ne t’inquiètes pas pour ça !

Oui j’ai fait exprès d’employer le mot « godasses » pour ces chaussures hors de prix. J’ai bien le droit de continuer à la provoquer, non ?! Sinon, ça ne serait plus nous !

Mais je sais reconnaitre mes torts et je finis en chuchotant à son oreille.

- Excuses moi Mandy. Je ne sais pas pourquoi… Enfin… Bref, je suis désolé d’avoir passé mes nerfs sur toi ! Sûrement que la pression de ma maison de disque est en train de me taper sur le système !

Mes réflexions ruminent et reviennent dans mon esprit.
…le devant de la scène et pas elle…

Je suis con des fois ! Peut-être que je peux provoquer le contraire ! C’est elle la reine des réseaux sociaux, des relations potiches, des fantoches à brosser dans le sens du poil pour obtenir une audience médiatique. La notoriété c’est son truc. Je suis sûr qu’elle est capable de m’éviter une promo ennuyeuse à mourir !
Oui, je suis vraiment con ! Mes neurones ne sont pas en forme en ce moment. J’en oublie la base ! Mandy et les médias ! Maîtrise parfaite !

Hier soir mon manager m’a envoyé une invitation pour une manifestation dans un musée célèbre de Tokyo, où est organisée une sorte de soirée sur l’art musical. Il m’a dit que ça serait une sorte de soirée club améliorée dans un cadre original. Le concept est sympa. Sauf qu’il a bien insisté sur la présence d’une dizaine d’influenceurs médiatiques dans le monde de la musique et que je devrais « faire le beau ». Oui, j’appelle ça comme ça ! Pour moi ce n’est pas autre chose. Je n’ai pas répondu. Histoire que ça tombe aux oubliettes. Ne dit-on pas que l’espoir fait vivre !

- Chérie, ça te dirait un weekend à Tokyo à faire le tour des lieux branchés de la ville ? Mon manager veut que je fasse deux télé aussi…

Le nœud dans ma gorge a coincé le mot « télé » dans ma question. J’espère qu’elle n’y verra pas l’angoisse qui m’habite en ce moment. Je viens déjà de me montrer faible et pathétique. C’est bien suffisant. Sinon elle va finir par me prendre pour un petit garçon de 5 ans perdu sans sa mère…

Mais, Mandy, s’il te plait, dis-moi que tu ne me laisseras pas tomber !!!

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum




_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy Akihara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 57
Age : 18
Profession : Mannequin de temps en temps
Cursus : Art / Stylisme
Multicomptes : Zelda Y.

Infos supplémentaires
Clubs: Danse (cheeleading) et théatre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   Jeu 25 Oct - 14:32


Voilà !
Je pense que grâce à mes grands talent de diplomate, j'ai réussi à désamorcer la situation qui reste tout de même épineuse. C'est de la jalousie, et pourtant, je n'en comprends pas l'origine... L'important c'est que ça soit passé en tout cas. Mathi', ôte son perfecto qu'il me tend, sans même hésiter.

- Mets ça, bécasse mouillée ! Hors de question que tu te pavanes à moitié nue pour gagner des jours de repos au chaud dans ton lit ! Surtout sans moi ! Viens on rentre, je vais te réchauffer.


Je plisse le regard.
Bécasse ? Je prend la veste de cuire et je me retiens de râler à nouveau, car celle-ci est chaude et sent bon. Sent son parfum. La rock-star conclut la scène avec un nouveau baiser factice qui satisfera les voyeurs. Il prend soin de moi, ferme la veste et m'entraine à ses côtés, parmi les étudiants, les couples abrités sous un parapluie. Mathi' reprend une fois que nous sommes loin des autres.

- Je t’emmène chez moi. Tu pourras te réchauffer avec une bonne douche. Et je t’en offrirais d’autres de ces godasses ! Ne t’inquiètes pas pour ça !
_ GODASSE ?? Non mais ! Tu t'entends ?? C'est la Rolls Royce des chaussures monsieur l'inculte !

Le corrigeais-je sur le champs.
Qu'il me traite de bécasse, c'est une chose, mais dénigrer des Louboutins DEVANT MOI ! Alors là non, c'est comme si je traitait sa guitare de vulgaire banjo ! Cependant, à son regard taquin je devine que j'ai encore mit les deux pieds dans sa provocation... Je soupire, c'est trop facile pour lui. En marchant à ses côtés, il reprend en chuchotant.

- Excuses moi Mandy. Je ne sais pas pourquoi… Enfin… Bref, je suis désolé d’avoir passé mes nerfs sur toi ! Sûrement que la pression de ma maison de disque est en train de me taper sur le système !

Ah ?
Je redresse mon visage et je comprends alors mieux pourquoi il a disjoncté. Je hausse les épaules, l'air de rien.

_ Ça va... Il n'y a pas mort d'homme non plus.


Dédramatisais-je.
C'est vrai que je pourrais être particulièrement rancunière, mais là, j'ai trop froid et je suis trop trempée pour me venger de quoique ce soit. Je crois qu'on en a assez prit pour notre grade lui et moi et je n'ai pas envie de rajouter une couche. La tempête est passé, il ne reste que les dégâts à réparer. Je suis donc en route pour chez lui... Eh bha je m'attends à une garçonnière digne de ce nom. Si mon regard arrive à éviter des magasines pornographique, ça sera déjà magique. C'est alors que mon futur hôte reprend, avec une voix étranglé, non ?

- Chérie, ça te dirait un weekend à Tokyo à faire le tour des lieux branchés de la ville ? Mon manager veut que je fasse deux télé aussi…


Oh !
La capitale, celle qui me manque cruellement. Un sourire se dessine sûrement sur mon visage.

_ Avec plaisir ! Je pourrais faire quelques magasins qu'il n'y a pas ici.


Acceptais-je sans détour.
Ainsi, il voit bien que je suis là pour lui et pas que pour Dae. Ahlala, c'est parfois si difficile d'être populaire, déchiré entre tout mes amis. A tokyo, je pourrais faire le plein de mes cachets coupe-faim et... Des petites pilule qui me font tenir le coup ! Vous croyez que mon niveau excellent tombe du ciel ? Naon... En réalité, à l'intérieur je suis complétement morte ! Épuisée ! Entre mon niveau de danse, mon excellent niveau scolaire que je dois maintenir pour ma mère, le reste de mes activités... C'est l'horreur ! Heureusement, des génies ont crées une petite pilule qui me permet d'être à fond, tout le temps ! Pour le reste, un coup de maquillage et hop, jamais de la vie on me trouvera fatiguée.  

Cependant ça.
C'est un petit secret entre vous et moi. Quand je vous disais qu'il fallait souffrir pour être comme je suis, ce n'était pas des blagues. Sans ça, je ne serais même pas à la moitié de mon potentiel... Je serais comme toute les autres filles, morte de fatigue, enlaidit par les nombreuses heures de lecture, l'absence de lumière... Bref, le commun des mortels, ce n'est pas pour moi !

Bref !
J'observe les alentours qui mènent au royaume de la Rock-star et reprend.

_ Tu as besoin de moi pour la télé ? Sinon, je peux rester en coulisse... J'ai fais de la télé', une fois petite pour un show sur les enfants mannequins. J'étais déjà très fière et connue. Il faut juste leurs donner ce qu'ils veulent entendre.

Expliquais-je.
La télé', il n'y a rien de vrai, tout est scénarisé et donc, on a pas trop à réfléchir sauf si on est un politiciens. Pour ma part, je devais faire croire que ma beauté était accessible à n'importe quel fille et facile à reproduire, avec quelques produits qu'ils vendaient pour l'occasion. Transformer des petites filles sages en idole nippone, factice.

Soit belle et tais toi, ça n'a pas changé.

_________________
♪ Je te juge en mediumseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rumeurs de pacotille ? [Mandy & Mathi - Opus 3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MANDY - X CANICHE 8 ANS SPA DE ST ETIENNE (42)ADOPTEE
» Président de pacotille dans un pays zombifié, accoutré de haillons roses
» Rumeurs
» Rumeurs V6
» Zach Parise les rumeurs continuent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Université :: Couloirs-
Sauter vers: