Partagez | 
 

 Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 125
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Mar 11 Sep - 23:39

Comme un éléphant au milieu des fourmis !
[Kyojiro x Mathi]
Dans quelques jours, je dois présenter mes nouveaux morceaux au grand patron. Mandy adore mais ça ne me dit pas si les fans aimeront, encore moins si la maison de disque en voudra. Ce ne sont pas des titres que j’interpréterai mais qu’ils proposeront aux artistes auquel j’ai pensé. Bien sûr ils m’avaient donné une liste de ces personnes auparavant. Je ne sais pas écrire sans connaitre un minima l’interprète. Sauf que juste des coups de fil ou Skype, c’est particulier. Composer de cette manière est nouveau et déstabilisant. Mais c’est aussi le choix que j’ai fait pour garder une certaine autonomie et la tranquillité pour faire mon diplôme. Il y a plein d’autres morceaux qui me sont trop propres pour être partagés. Ceux-là restent au fond de mes carnets. Je suis assez confiant, mais je ne peux cacher que je stresse quand même. Et comme Mandy ne supporte pas le stress, elle m’a envoyé chier. Non, elle m’a surtout fait chier avec tout son trip de manger bio, sain, etc pour garder un esprit clair dans un corps purgé. Enfin un truc comme ça. Je n’ai pas tout retenu. Et je ne veux pas tout retenir. Rien de mieux qu’une bonne bière et un burger pour passer un bon moment ! Mais bon ça n’évacue pas mon stress. Alors comme je n’ai pas accès aujourd’hui à la salle de sport pour maintenance générale, me voilà partie à l’aventure.


Depuis que je suis dans cette ville, je n’ai pas forcément été me balader dans les zones naturelles des lieux. Oui, bon la nature pour moi se limite à mes deux boules de poils ou un bon feu de camp entre potes. Ça me suffit largement ! Mais on nous parle tellement du renouveau de la nature, des bols d’air qui ressources, du bien fait de la marche, que je me suis dit pourquoi pas ! A croire que Mandy BioSansGluten déteint sur moi ! Bien que je la vois mal s’embringuer dans une randonnée en talons aiguilles et manucurée ! Sans parler de son asthme sévère !

Donc, après avoir regardé un plan succinct de la ville à un arrêt de bus, je me suis dit que le Mont Wakakusa avait un nom à mourir de rire et devait bien mérité que je lui prête attention. Et puis prendre de la hauteur, ça me plait bien Bon ça n’est qu’une colline, loin des Monts de Santa Monica de mon adolescence. Je dirais même que c’est une miniature à côté, mais ça fera l’affaire. Et puis ça me fait penser à maman. Je sais qu’elle va mieux depuis quelques mois. Mais elle refuse que je vienne la voir. Le voyage est long certes, mais ça ne me dérangerait pas. Sauf que ma mère ce n’est pas mon père, elle veut que je profite de ma vie, de ma passion, que je vive pour moi. Et ça n’a pas de prix. Mais je me suis promis d’aller passer les deux semaines de Noël à L. A. Brad et Tom, mes deux meilleurs potes, avec qui j’ai passé deux semaines aux Seychelles cet été, m’ont invité chez eux. C’est la bonne excuse pour que maman ne me reproche pas de ne venir que pour elle.

Bon assez parlé sentimental ! Revenons au vif du sujet. Libérer mon angoisse pour cette présentation dans deux jours !

Me voilà donc grimpant cette colline verdoyante. J’avoue que le paysage est sublime et la vue sur la ville est vraiment chouette. Ça donne une tout autre vision. Les gens deviennent des fourmis insignifiantes.

En parlant de fourmis…

Arrivé à un plateau intermédiaire, je contourne un petit lac où des oiseaux semblent se régaler de moucherons et autres bestioles. Mais le nez en l’air à admirer la vue, je ne vois pas une pierre qui sort du chemin et butte dedans. Me voilà les 4 fers en l’air. J’ai l’air fin !

- Mais bordel ça gratte !

Je cris et gesticule comme un damné !! Mais quel bol ! Je suis tombé sur une fourmilière ! Et ces bestioles ont décidé que j’étais comestible. Je me relève et m’agite en tout sens. Je sens bien la présence de quelqu’un qui accoure près de moi. Mais ça me démange tellement que je n’y prête pas vraiment attention, encore moins à ce qu’il dit !!

Et la seule idée qui traverse mon esprit c’est plonger dans l’eau pour noyer ces milliers de fourmis. LE LAC !!

Je cours et dévale les deux mètres comme une antilope pour sauter avec l’élégance d’un pachyderme dans la flotte. Et là je coule avec délectation ! Ma peau se calme ! L’eau est assez claire et je vois des petits poissons s’agiter autour de moi. Je leur souris comme un con. Comme s’ils allaient me taper la causette. Mais la sensation de démangeaison apaisée, je me sens nettement mieux. Mouillé, idiot, sale, mais mieux !

D’une propulsion des jambes, je remonte à la surface en quelques secondes et  j’inspire à fond l’air frais.

- Wouah ! Saletés de foumis !

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum

_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 81
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, James P. Campbell, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Jeu 13 Sep - 16:00

Comme un éléphant au milieu des fourmis !
feat. Mathi H. Matsushita


Déjà la veille de la rentrée… C’était dingue comme ça pouvait passer vite un mois de vacances ! Kyojiro avait sauté sur l’occasion pour retourner chez son père, pouvant enfin profiter de lui sur une durée un peu plus longue qu’un simple week-end par-ci, par-là. Ça lui avait vraiment fait le plus grand bien, mais il devait avouer que cette rentrée le stressait un peu. Ce n’était qu’un retour de vacances et la rentrée en avril prochain serait bien plus stressante vu qu’il allait entrer à l’université, mais ça n’empêchait pas qu’il avait une petite boule au ventre à l’idée de reprendre les cours. Il serait bien resté avec son père ! Il était revenu la veille à l’Académie et pour ce dernier jour de vacances, Kyojiro avait décidé de sortir faire un tour. Il avait besoin de marcher et de se vider la tête pour oublier tout ce stress inutile qui lui tordait l’estomac. Le kendoka s’était levé tôt et s’était empressé de faire un petit détour par le dojo pour s’entraîner. Il n’avait pas vraiment pu le faire pendant l’été, se contentant de quelques échauffements dans sa chambre, mais ça ne valait pas l’atmosphère d’un dojo (et c’était surtout bien plus petit pour pouvoir bouger convenablement !).

Le lycéen resta bien deux heures à s’entraîner, et il finit par remonter à sa chambre pour prendre une bonne douche et se changer afin de partir en direction du mont Wakakusa. Il n’avait encore jamais eu l’occasion de s’y rendre, mais il adorait faire des randonnées et marcher seul au milieu de toute cette nature paisible. C’était apaisant et c’était parfaitement ce qu’il lui fallait ! Il enfila donc un pantacourt noir et un t-shirt bordeaux parfaitement banaux. Ce n’était pas son genre de se faire remarquer après tout et il s’en allait faire de la randonnée alors… Il attrapa ensuite son sac à dos et y fourra tout un tas de trucs comme de la crème solaire, une petite trousse à pharmacie au cas où, ainsi que plusieurs boîtes en plastique contenant des gâteaux qu’il avait faits chez son père. Il avait à manger, à boire, de quoi protéger sa peau assez pâle des méchants rayons du soleil, et de quoi se soigner s’il se faisait un petit bobo. Kyojiro était fin prêt et il enfila ses chaussures de sport qui remontaient au-dessus de ses chevilles avant de prendre sa casquette et sortir de sa chambre.

Avant de commencer son périple, le kendoka s’arrêta dans une boulangerie pour se prendre de quoi grignoter sur le chemin, puis il prit le bus pour se rendre jusqu’au pied de cette colline. Ce n’était pas une grosse randonnée, mais ce serait bien suffisant pour le détendre. Et rien qu’être ici, face à ce mont, il se sentait déjà plus léger. Agrippant les bretelles de son sac à dos avec ses deux mains, Kyojiro entama son escalade avec sa casquette bien vissée sur la tête. Il n’aimait pas trop les lunettes de soleil parce qu’il avait l’impression de ne pas pouvoir vraiment voir les choses avec ses yeux alors il ne sortait jamais en plein soleil sans une petite protection pour sa tête et son visage. Sa marche était rapide et le lycéen se prit même à sourire alors qu’il sentait l’air pur de l’endroit emplir ses poumons. C’était grisant ! Et tout ce calme… Il n’y avait pas à dire, Kyojiro se sentait bien plus à l’aise dans des endroits comme ça qu’à l’Académie, entouré de camarades de classes ou même de parfaits inconnus. Ici, il n’avait pas besoin de prendre sur lui et de faire des efforts surhumains pour aller à l’encontre de sa personnalité réservée.

Mais le calme fut soudainement brisé par une voix masculine qui semblait pester non loin de l’endroit où se trouvait Kyojiro. Intrigué, le lycéen s’approcha de l’origine de ce vacarme, découvrant finalement un jeune homme les quatre fers en l’air en train de se débattre. Le kendoka fronça les sourcils, se demandant s’il fallait intervenir, mais quand il remarqua que l’homme devant lui se mettait à gigoter dans tous les sens pour essayer de faire fuir les fourmis qui avaient profité de sa chute pour lui grimper dessus, il ne put rester sans rien faire. Kyojiro commença à s’avancer vers l’inconnu, tendant une main vers lui.

« C-Calmez-vous vous… vous allez les énerver si vous bougez comme ça… »

Mais l’homme ne semblait pas vouloir l’écouter et il s’éloigna même en direction du lac pour… Non ! Il venait de se jeter dans le lac ? Pour de vrai ? Kyojiro resta interdit à fixer l’étendue d’eau, les yeux écarquillés. C’était une solution radicale mais au moins, elle était efficace ! Kyojiro décida quand même de partir sur les traces de cet inconnu, se rapprochant du lac alors qu’il remontait à la surface. Ce n’était pas son genre de taper la discute, mais il avait toujours eu ce côté un peu super-héros, prêt à tout pour venir en aide à son prochain. Il ferait un bien mauvais futur policier si le sort des autres ne lui importait pas ! Il se pencha un peu en avant et finit par tendre sa main à l’homme trempé.

« Est-ce que ça va ? »

Kyojiro attendit qu’il lui attrape la main pour l’aider à se relever et à sortir du lac. Bon, et maintenant ? Il n’allait pas laisser cet homme se débrouiller et repartir en direction du sommet ! Le lycée posa un genou à terre et retira son sac à dos pour le mettre au sol devant lui. Il l’ouvrit, fouilla un peu dedans et en sortit une petite serviette. Il l’avait prise au cas où il aurait besoin d’éponger un peu la sueur qui perlerait de son front sous l’effort mais bon… Elle serait plus utile à cet inconnu. Kyojiro se releva alors et tendit la serviette à son interlocuteur.

« Tenez. Vous allez finir malade si vous ne vous séchez pas. J’ai… J’ai aussi de la crème pour les piqûres si… si ça vous démange trop. »

Le brun avait froncé les sourcils et avait continuellement fixé le haut du torse de cet homme qui semblait plus âgé que lui, n’osant pas croiser son regard. Il avait le cœur sur la main, mais il ne fallait pas trop lui en demander ! Il restait un jeune homme très timide malgré sa forte envie d’aider son prochain !

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 125
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Ven 14 Sep - 1:20

Comme un éléphant au milieu des fourmis !
[Kyojiro x Mathi]
Non, mais qu’est-ce qui m’a pris de me lancer dans cette balade dans la nature ? Je crois que le soleil m’a trop cramé les neurones. Bon j’avais quand même pris une petite bouteille d’eau. Mais j’ai du la lâcher quand j’ai chuté. Et en parlant d’eau, me voilà imbibé jusqu’au caleçon ! Au moins je suis rafraichi ! Mais quelles putains de fourmis ! ça mord ces machins-là ! qui l’aurait cru ?! Bon d’accord tomber sur leur nid, ce n’était pas la meilleure idée pour ne pas me faire bouffer par ces bestioles. Mais ce n’est pas comme ci j’avais choisi de me vautrer comme un con et tomber dans une fourmilière !

Heureusement que le lac était là ! Au moins les fourmis ne nagent pas !

Alors que je reprends mon souffle à la surface du lac en admirant le ciel, j’entend une petite voix. J’avais cru percevoir la présence d’une personne alors que je courais me jeter à l’eau. Mais sincèrement mes préoccupations étaient autres sur le moment que de faire causette !

Je me retourne et voit un japonais me tendre sa main. A première vue il est un peu plus jeune que moi et athlétique. Du coup je n’hésite pas à saisir sa main et m’aider de son appui solide pour remonter sur la rive.

- Merci, mec !

OK ! Ce ne sont pas mes bonnes manières de japonais qui ressortent dans ces moments-là, mais le garçon ne semble pas m’en tenir rigueur. Je m’appuie main sur les genoux pour reprendre un peu mon souffle. Ça me démange encore, mais c’est supportable. Je regarde l’inconnu farfouiller son sac. Il a l’air équipé et paré pour une vraie randonnée. Et je ne vais pas m’en plaindre. Voilà qu’il me tend une serviette. J’apprécie et m’en saisie pour éponger mon visage et mes cheveux. Moi qui est toujours l’ai pas coiffé, pour le coup ça doit être une catastrophe. Et puis c’est quoi cette odeur. Je pue le poisson ! BEURK !

Le japonais est hyper serviable et me propose même de la crème. Je m’assois donc et lui souris.

- C’est vraiment gentil de ta part ! C’est pas de refus.

Je regarde mes bras et mes jambes et découvre plein de rougeurs. C’est qu’elles n’ont pas lésigné ces bestioles. Je m’essuie doucement parce que ça me gratte encore, puis applique la crème. Efficace ! ça me soulage de suite ! J’observe mon secouriste et me rend compte qu’il doit être timide. Alors je lui souris et me présente.

- Je m’appelle Mathi Matsushita. Enchanté et ravi de ta présence. Merci beaucoup pour ton aide !

Je lui tends la main. C’est instinctif. J’ai une éducation européenne et américaine avant tout. Et dans ces moments ce sont mes premiers reflexes. Mais je me ressaisis et joints mes mains pour m’incliner dans un salut japonais classique. Je me sens un peu con car ça pourrait passer pour un manque de respect, alors que je suis sincèrement reconnaissant envers ce jeune homme.

- Excuses mes manières. Quand je suis énervé ou contrarié, j’en perds mes bonnes manières à la japonaise. Je te remercie vraiment pour cette crème. Efficace ! Tu pars toujours te balader équipé comme un boyscout ?

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum

_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 81
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, James P. Campbell, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Mer 19 Sep - 11:52

Comme un éléphant au milieu des fourmis !
feat. Mathi H. Matsushita


Kyojiro s’était pris un magnifique vent quand il avait conseillé à cet inconnu d’arrêter de gigoter pour ne pas énerver encore plus toutes les fourmis qu’il avait sur lui. Il aurait pu continuer son chemin en laissant cet homme se débrouiller tout seul, mais quand il l’avait vu sauter comme ça dans le lac, ne laissant derrière lui qu’une bouteille d’eau, le kendoka se dit qu’il ne pouvait décemment pas passer son chemin et laisser cette pauvre victime de fourmis se débrouiller tout seul. Il était vraiment venu sans rien ? Les mains dans les poches ? Ce devait vraiment être un novice des excursions en pleine nature, mais aussi et surtout, Kyojiro ne pouvait pas s’empêcher de venir en aide aux gens qui semblaient en avoir besoin. Il s’approcha donc du lac pour tendre une main à cet inconnu dont la tête avait finalement émergé de l’eau. Celui-ci le regarda quelques secondes avant de saisir énergiquement cette aide qui lui était offerte. Le kendoka était assez musclé de par sa pratique sans doute trop régulière du kendo et il n’eut aucun mal à tirer cet homme hors de l’eau, se contentant d’hocher doucement la tête en entendant ses remerciements.

Gardant son air impassible et presque froid avec ses sourcils froncés, Kyojiro profita que son camarade reprenne son souffle pour fouiller dans son sac et lui tendre une serviette pour éviter qu’il ne finisse par tomber malade. Il avait plein de choses là-dedans, mais certainement pas de vêtements de rechange alors ce jeune homme devrait se contenter de sa serviette ! Le kendoka hocha une nouvelle fois doucement la tête alors que l’autre acceptait son tube de crème contre les piqûres et démangeaisons. Mais cette fois, il avait senti ses joues se teinter doucement de rouge. Ça lui faisait toujours plaisir qu’on le remercie pour sa gentillesse. Pas qu’il aimait se faire mousser, mais il aimait vraiment venir en aide aux gens. Toujours accroupi avec son sac ouvert entre les jambes, Kyojiro regarda son vis-à-vis s’essuyer et se passer de la crème après qu’il se soit assis sur le sol. Il le fixa le temps qu’il avait la tête baissée, détournant aussitôt les yeux quand leurs regards se croisèrent. Il n’arrivait vraiment pas à regarder les gens dans les yeux, c’était assez terrible ! Par contre, il avait eu le temps de voir ce sourire sur ses lèvres. Resserrant ses doigts sur son sac, Kyojiro s’inclina poliment, fronçant encore un peu plus les sourcils.

« A-Avec plaisir. Je… Je suis enchanté aussi je… Je m’appelle Kyojiro Sakurai. »

Le kendoka avait toujours un peu de mal à s’exprimer correctement quand il parlait avec de parfaits inconnus, bien trop mal à l’aise. Résultat, son ton était assez monocorde et presque froid. Il faisait des efforts pourtant, mais il avait l’impression que plus il essayait de se détendre et plus il était crispé. Il n’y pouvait rien s’il était maladroit avec les gens et si ses sourcils constamment froncés lui donnaient un air de gars qui pouvait soudainement vous sauter au visage pour vous coller un pain. Et puis, toutes les fois où Kyojiro s’était entraîné à sourire avec son meilleur ami Tetsuya, ce dernier avait fini par exploser de rire en lui confiant qu’il valait mieux qu’il évite parce que c’était encore pire. Pourtant, il était plutôt beau quand il souriait sincèrement, sans se forcer ! Quoi qu’il en soit, Kyojiro avait fixé cette main tendue et s’était apprêté à la serrer quand Mathi décida finalement d’opter pour une salutation japonaise. Ah. Le kendoka se sentit affreusement idiot, fixant sa main qu’il avait commencé à tendre. Mince, il en faisait quoi maintenant ? Fronçant encore plus les sourcils, il décida de faire genre il avait envie de cueillir un brin d’herbe. Hop, ça passait inaperçu ! Aux mots de son camarade, Kyojiro secoua doucement la tête.

« Ce… Ce n’est rien. Je… Je ne suis pas un boyscout mais… Je préfère partir faire des randonnées en étant un peu équipé… juste au cas où. Je… J’ai aussi à manger et à boire si… si vous avez besoin. Oh et… vous avez fait tomber ça aussi. »

Kyojiro lui tendit la bouteille d’eau qui devait très certainement lui appartenir, se contentant de fixer son menton pour ne pas risquer de croiser son regard. Bon et maintenant ? Est-ce qu’il devait repartir tranquillement faire sa randonnée ? Ou essayer de faire la conversation ? Que ferait Tetsuya dans ce genre de situation ? Le kendoka fronça à nouveau les sourcils, signe qu’il était en plein dilemme intérieur.

« Euh… Et… Et vous ? Vous êtes venu faire de la randonnée ? Vous… Vous ne vous êtes pas fait mal au moins ? Sinon je… je peux vous aider à retourner jusqu’à l’arrêt de bus. »

Ah… Ce qu’il était gentil ce Kyojiro malgré sa tête de voyou accro à la baston ! Il était prêt à sacrifier sa nourriture, son eau et même sa randonnée pour venir en aide à un parfait inconnu !

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 125
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Jeu 20 Sep - 20:46

Comme un éléphant au milieu des fourmis !
[Kyojiro x Mathi]
Ce gars sortit de nulle part est une providence. Clairement plus équipé que moi pour une ballade dans la nature, il n’a pas hésité à m’aider. Et je ne vais pas m’en plaindre. Ce n’est pas tout le monde qui aiderait un inconnu au milieu d’un désert d’humanoïde. Je le ferais, mais bon j’ai appris à ne pas compter sur les gens.
Donc ce petit gars me plait, rien que pour son geste. Petit ? Oui, il m’a l’air d’un lycéen, donc plus jeune que moi. Et je pense qu’il est un peu plus petit que moi, bien qu’on soit assis au sol. Ce qui est sûr que c’est que sa carrure ne donne pas envie de s’en faire un ennemi.

Tout en le remerciant, j’essaye d’activer mes neurones. On ne se connait clairement pas. Mais je crois l’avoir déjà croisé. Mon métier m’amène à voir tellement de gens et à devoir m’en souvenir que c’est devenu une réflexion. Mon cerveau enregistre les visages que je croise et les associe toujours aux lieux où je les croise. Ça m’évite des impairs. Pas que je fasse attention à ce que ça peut impacter pour une personne de ne pas me souvenir de quelqu’un, mais ça pourrait être de mauvais augure pour mon avenir. Dans le milieu de la musique, il y a beaucoup de susceptibilités. J’ai appris à jongler avec. Du coup, j’ai une bonne mémoire des visages.

Son nom ne me dit rien. Mais je reste persuadé l’avoir déjà croisé. Alors qu’il me permet de me soulager de ces démangeaisons, je me rends compte que je l’ai mis mal à l’aise avec mon coup du « j’te sers la main, non en fait j’te salue à la japonaise ». Je me sens con, puisque c’est l’inverse que je voulais. Et à sa façon de parler, je comprends que j’ai affaire à un grand timide, ou du bien un gars pas à l’aise pour parler à un inconnu qui pue le poisson.

Alors je lui laisse le temps pour parler. De toute façon, je ne suis pas pressé et j’ai besoin de temps pour couvrir tous mes membres de crèmes.
Et lui qui se défend de ne pas être un boyscout, le voilà qui me tend ma bouteille ! Je souris

- Merci, Koyjiro ! Et désolé si je t’ai mis mal à l’aise avec mon changement de salutation. Je pensais qu’à la japonaise te mettrait plus à l’aise. Je suis américain et j’ai des mauvaises habitudes.

J’en ris doucement en buvant un coup. Kyojiro semble réfléchir. Je ne sais pas ce qui trotte dans sa tête, mais je le sens tendu. Je le laisse prendre son temps, et il me surprend en me posant plein de questions. Je luis souris pour le rassurer.

- J’avais besoin d’air. Et le Mont m’a paru une bonne idée. Un peu trop sur un coup de tête, car comme tu vois je n’ai pas du tout pensé qu’il fallait m’équiper plus sérieusement.

Je ris un peu gêné de ma stupidité sur ce coup-là, je me frotte la nuque et fixe mes pieds.

- Non, ne t’inquiètes pas. Je n’ai rien. A part une atteinte à ma fierté masculine ! C’est que je pus le poisson à un point ! ça craint !

J’éclate de rire en pensant à tous les usagers des transports en commun qui vont me fuir avec cette odeur. Ça me changera des groupies qui me collent.

- Mais dis-moi, j’ai l’impression de t’avoir déjà croiser. Tu n’irais pas à l’académie Yokuboo par hasard ?

Je le scrute et lui laisse pas le temps de répondre que l’illumination se fait dans ma mémoire.

- ah mais oui ! Le dojo à côté de la salle de Volley ! C’est là que je t’ai croisé ! Tu fais un art martial japonais, non ? Je suis étudiant en musique là-bas, et très actif en sport, notamment au club de Volley !

Je lui souris et lui adresse un clin d’œil, espérant le détendre un peu.

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum

_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 81
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, James P. Campbell, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Mer 26 Sep - 15:38


Comme un éléphant au milieu des fourmis !
feat. Mathi H. Matsushita


Kyojiro s’était présenté à son tour, et, après quelques secondes à y réfléchir, le nom de son interlocuteur lui disait vaguement quelque chose. Il avait comme l’impression de l’avoir déjà entendu quelque part. Pourtant, son visage ne lui disait rien du tout… C’était un sentiment assez étrange, mais il préféra ne pas trop se prendre la tête à ce sujet, surtout qu’il était bien trop occupé à penser à cette main qu’il avait voulu serrer avant qu’elle ne se retire juste sous son nez. Mauvais timing ! Heureusement que ça ne lui arrivait pas au kendo ce genre de choses ! Le brun tendit ensuite sa bouteille à Mathi qui le remercia chaleureusement avec un sourire, s’excusant aussitôt pour le vent qu’il venait de lui mettre. Kyojiro releva doucement sa tête pour regarder ce sourire et croiser ces yeux qui le fixaient. Waw… Il était tellement à l’aise alors qu’ils étaient deux parfaits inconnus… Est-ce que c’était parce qu’il avait des origines américaines alors ? Le kendoka ne put s’empêcher d’être un peu jaloux. Ça devait être tellement facile pour lui de parler avec les gens ! Il rebaissa bien vite les yeux avant de secouer doucement sa tête.

« N-non, ce n’est rien, je… Je ne m’étais pas attendu à ce que vous… retiriez votre main mais oui, je… Je suis plus à l’aise avec les salutations japonaises. »

Kyojiro se sentait un peu con, mais il avait été élevé assez strictement en suivant les us et coutumes japonais alors c’était un peu comme une seconde nature chez lui. Et comme il n’était pas très tactile et bavard, ça lui allait parfaitement ! Par contre, en y repensant… Cet homme avait un nom de famille plutôt japonais pour un Américain ? Le brun ouvrit la bouche, la question lui ayant démangé les lèvres, mais il se ravisa au dernier moment. Ils ne se connaissaient pas, c’était assez impoli d’interroger un inconnu sur ses origines non ? Oui, à la place, il préférait lui demander pourquoi il était là et s’il était sûr de ne pas s’être fait mal. Le sourire, puis le rire de Mathi réussirent à détendre un peu Kyojiro qui se prit à sourire très légèrement en regardant le brin d’herbe qu’il avait arraché précédemment.

« Je… Je suis désolé, je n’ai pas pensé à prendre des vêtements de rechange ou même du déodorant ou du… parfum. »

Kyojiro avait essayé de blaguer un peu, même si ça restait assez difficile à deviner vu qu’il fixait toujours ses pieds et que son visage était presque aussi impassible qu’avant. C’était qu’il était assez imperceptible ce sourire en coin qu’il affichait ! Et finalement, Kyojiro releva la tête pour regarder son interlocuteur avec un air surpris. L’Académie Yokuboo ? Il y allait lui aussi ? Les joues du kendoka se mirent alors à virer au rouge cramoisi. Mais… Comment ce type pouvait réussir à se souvenir de lui à ce point alors qu’ils n’avaient jamais échangé un seul mot avant aujourd’hui ? Kyojiro avait une assez bonne mémoire, qualité indispensable pour son futur métier, mais il savait bien qu’il n’avait pas pu se souvenir d’un visage qu’il n’avait pas regardé. Il était tellement dans sa petite bulle qu’il marchait toujours sans faire attention aux gens autour de lui. Malgré tout, le fait de savoir qu’un parfait inconnu avait réussi à se souvenir de lui parvenait à lui faire vraiment plaisir, mais aussi à le mettre terriblement mal à l’aise. Il aimait bien quand il était invisible lui…

« Je… Je fais partie du club de kendo oui et je suis en troisième année au lycée. Je… Je suis vraiment désolé mais… C’est la première fois que je vous... hum… vois ? »

Kyojiro avait été très hésitant sur le dernier mot qu’il avait choisi. Est-ce que son senpai n’allait pas mal le prendre ? Il fallait dire que le kendoka avait tendance à être franc et à ne pas tourner autour du pot quand il avait quelque chose à dire. Rougissant à nouveau, il se mit nerveusement à arracher tout un tas de brins d’herbe qui n’avaient rien demandé.

« C’est que enfin… Je… Je ne fais pas trop attention aux autres personnes quand elles ne sont pas dans ma classe ou dans mes clubs. Je suis sincèrement désolé. »

Kyojiro s’inclina vivement vers l’avant, cette idée que son prénom lui disait quelque chose lui revenant en tête. Il en était certain, il n’avait jamais croisé Mathi, alors pourquoi son nom lui semblait aussi familier ?

« P-Par contre je… Je crois que j’ai déjà entendu votre nom… Vous devez être assez populaire à l’Académie non ? »

Oui, c’était forcément ça ! Il avait tout d’un mec populaire qui devait avoir tout un tas d’accointances… Kyojiro l’enviait vraiment… Pas pour le fait qu’il pouvait avoir toutes les filles qu’il voulait en un claquement de doigt, mais parce qu’il aimerait tellement pouvoir être aussi à l’aise que lui… Le kendoka fit une petite moue alors qu’il finissait par se laisser tomber sur les fesses, sur le sol, soupirant doucement. Est-ce qu’il ne pouvait pas lui piquer un peu de son assurance ? Il en avait suffisamment pour lui en céder un peu non ?

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA


_________________


Dernière édition par Kyojiro Sakurai le Ven 5 Oct - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 125
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Dim 30 Sep - 17:43

Comme un éléphant au milieu des fourmis !
[Kyojiro x Mathi]
Je dois avoir l’air en piteux état, surtout avec cette odeur de poisson persistante, mais c’est vraiment pas le genre de truc sur lequel je m’attarde longtemps. Par contre j’imagine bien l’air dégouté ou affolé de Mandy. Elle m’aurait déjà sortie sa panoplie de fille comprenant une tonne de parfum ou déo associé à tout un attirail comme une brosse (genre moi utiliser une brosse à cheveux !). Faut dire que les filles ont toujours une capacité à mettre tout à tas de bricoles dans leur sac, à croire qu’elles vont toutes l’acheter au même endroit que Mary Poppins.

Bref, le gamin devant moi est bien plus serviable, surtout moins directif et affolé que l’aurait été ma peste adorée ! (Oui bon ! Ne lui dites pas que je la surnomme ainsi dans ma tête ! Soit elle aurait encore l’égo qui gonfle, soit elle prendrait peur en s’imaginant des trucs pas possibles ! Oui, pas possible !).
Donc, je disais : Kyojiro, me fait l’effet d’un gentil gars, timide, serviable. Typique japonais à l’éducation stricte, avec sa manière de garder une bonne distance entre nous, d’éviter de trop me fixer, de me proposer tout un tas de truc pour m’aider, et de rester près de moi alors qu’il a clairement envie d’être seul. Je ne le prends pas mal. Je crois qu’il a vraiment une timidité exacerbée. Il en est très touchant. Et le voilà qui s’excuse de ne pas avoir de fringues de rechange. J’ai envie d’en rire, tellement je trouve ça inconcevable d’être aussi serviable pour un natif de cette éducation japonaise stricte et bridante. Des fois je me demande comment mon père peut être japonais et être si différent du genre de personne que j’ai en face de moi.

[color=#6D071A]- Ne t’inquiète pas, Kyojiro. Je vais sécher. Il fait beau ![color]

J’accompagne mes dires d’un clin d’œil amusé. Je suis pragmatique. Être mouillé dans les conditions météo du jour est vraiment un moindre mal !
Mais j’aperçois un léger rictus sur le visage de mon interlocuteur. Je me demande s’il n’a pas fait une tentative d’humour. A force de fréquenter trop de filles, je finis par ne plus savoir lire sur les visages des mecs moi ! Et je ne peux pas dire que Mandy soit en plus super réceptive à mes blagues. Possible que je perde un peu la main… Hum… Faudra que j’y réfléchisse plus tard !

Enfin bon, j’arrive tout de même à faire marcher ma mémoire et me souviens où j’ai aperçu ce jeune homme. Je tente donc une conversation pour essayer de le mettre à l’aise. Il semble que j’ai tout bon. Troisième année de lycée, donc 17/18 ans, soit plus jeune comme je le pensais. Kendo, donc bien le gars que j’ai déjà vu sortir du dojo. Je reste un bon observateur. Content de moi, je souris à ses réponses. Mais quand je l’entends s’excuser, je fronce les sourcils. Pourquoi il s’excuse ? C’est vraiment un don des japonais timides, j’ai comme l’impression ! Mais quand je vois Kyojiro rougir et hésiter, avant de s’attaquer à désherber le parterre autour de lui, je lui fais signe que tout va bien. Je veux intervenir, mais je le vois hésiter pour parler. Alors je patiente. Ça ne sert à rien de presser un timide en répondant du tac au tac. Il a besoin de temps pour trouver ses pensées et ses mots. Pas de souci ! J’ai tout mon temps. Et je fais bien d’attendre, car je comprends à sa dernière question qu’il a beau de pas savoir qui je suis, il a quand même les oreilles qui trainent un peu dans l’académie. Il faut dire aussi que les filles de troisième année font partie, pour une grosse majorité, de mes groupies ou celles de Mandy. Mais c’est surtout signe qu’il veut bien essayer d’avoir une conversation avec moi, alors que ça n’est clairement pas sa tasse de thé !

Je m’efforce donc de prendre ma voix la plus joviale afin de le rassurer.

- Hey ! Ne t’inquiète pas. C’est une seconde nature chez moi, de retenir tout ce que je vois autour de moi. Et puis, il y a un monde fou dans cette école ! Il n’y a vraiment aucun problème pour moi. C’est déjà super sympa de t’être arrêté pour m’aider.

Je passe une main dans mes cheveux, histoire de les recoiffer un peu, et de me donner un air non-chaland et sexy, comme d’habitude. C’est donc en affichant mon air décontracté habituel, que je lui explique qui je suis.

- Je suis en effet assez connu comme musicien. Je te ferais écouter mes chansons si ça te dit ! Et depuis l’été, je sors avec une mannequin arrivée cette année qui est assez célèbre. Disons qu’il y a de grande chance que tu ais entendu parler de nous par les filles de ta classe.

Je me lève en m’étirant !

- En tout cas, ne t’excuse pas à tout bout de champ avec moi. T’as pas idée comme ça fait du bien de rencontrer des personnes qui ne me connaissent pas. Au moins tu n’auras pas d’apriori ! Je vais marcher un peu pour sécher au soleil. On continue la balade ensemble ?

Je lui tends la main pour l’aider à se lever. Je sais pertinemment qu’il n’en a pas besoin, mais c’est comme un geste amical pour lui rendre la politesse pour son aide. Et puis aussi pour lui montrer « patte blanche » et le mettre en confiance.

- Connais-tu les lieux ? C’est la première fois que je viens ici. Je voulais voir la ville d’un peu plus haut, histoire de prendre un peu l’air et du recul. Un besoin pressant de calme ! Mais tu sauras peut-être me conseiller sur le chemin à prendre !

Comme d’habitude, je pense en fonction de moi. Mais en voyant la tête un peu gênée de mon sauveur, je me demande si je ne m’impose pas un peu trop pour lui. Ma tendance à être égocentrique est surtout une façade pour me protéger des rapaces et profiteurs de ma notoriété. Je n’applique pas forcément ce comportement avec ce genre de petit oiseau effarouché.

- A moins que tu préfères continuer ta promenade seul ! Je comprendrais.

Mon visage ne s’est pas départi de mon sourire bienveillant. Aucun intérêt à le mettre mal à l’aise ou le faire fuir. Chacun peut suivre son chemin. Comme on peut le suivre à deux quelques instants.
Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum


_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 81
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, James P. Campbell, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Ven 5 Oct - 16:30


Comme un éléphant au milieu des fourmis !
feat. Mathi H. Matsushita


Kyojiro était vraiment sincèrement désolé de ne pas pouvoir aider encore un peu plus l’homme qui se trouvait face à lui. Il sentait de plus en plus fort à mesure que le temps passait, alors le kendoka ne put s’empêcher de faire une petite moue en l’entendant lui dire que, de toute façon, il allait finir par sécher grâce au soleil qui les réchauffait de ses rayons. Ça, c’était certain, il allait sécher, mais l’odeur… Ça risquait d’être encore pire ! Et puis… S’il finissait par attraper froid ? Et tomber affreusement malade parce que Kyojiro n’avait pas pu l’aider à mieux se sécher ? Le brun était mortifié à l’idée qu’un parfait inconnu finisse par être cloué au lit à cause de son impuissance ! En tout cas, le brun ne put s’empêcher de se sentir soulagé en entendant Mathi le rassurer. Il était vraiment trop sympa ce type ! Souriant, agréable, sociable… Des qualités que Kyojiro était bien loin de posséder ! Et puis, finalement, le soulagement du lycéen s’envola aussitôt que son interlocuteur se présenta pour de bon. Noooooon ! Sérieux ? C’était genre une star de la musique ? Là ? Devant lui ? Et il sortait avec un mannequin en plus de ça ? Kyojiro sentit ses joues s’embraser à nouveau, profondément mal à l’aise. Trop. La. Honte.

« J-J-J-Je suis vraiment d-d-désolé je… Je ne savais pas je… Je… Je n’écoute pas vraiment d-d-de musique a-a-alors… »

Aaaaaah ! Kyojiro était littéralement en train de paniquer ! Il avait envie de plonger à son tour dans l’étendue d’eau et d’y rester jusqu’à la fin des temps ! Et puis, Mathi avait beau lui avoir dit d’arrêter de s’excuser à tout bout de champ, c’était vraiment plus fort que lui ! Le kendoka avait envie de disparaître, sursautant subitement en voyant le musicien disparaître de son champ de vision déjà très réduit vu qu’il ne cessait de regardait les brins d’herbe qu’il arrachait à un rythme encore plus soutenu. Ah ? Il était parti ? Kyojiro redressa la tête, toujours aussi paniqué, et la question de Mathi l’acheva. Il… Il voulait vraiment continuer à se balader en sa compagnie ? Une star de la musique ? Avec un pauvre péquenot ? Le kendoka sentit un grand frisson le parcourir alors que l’envie de prendre ses jambes à son cou se faisait de plus en plus grandissante. Mais Mathi était vraiment trop adorable et il essayait de mettre le lycéen à l’aise alors… Il devait faire un effort !

« J-J-Je suis dé-… Ah… Je… Pard-… »

Un profond soupir passa les lèvres de Kyojiro. Mathi lui avait demandé d’arrêter de s’excuser, mais c’était tellement une seconde nature chez lui, c’était super dur !

« Je… Je v-vais essayer d-d’arrêter d-de m’excuser… Je… N-Non, je… Ça ne me d-dérange pas du tout d-de c-continuer la balade a-avec… vous. »

Kyojiro devait vraiment se calmer pour arrêter de bégayer autant parce qu’il savait que c’était parfois difficilement compréhensible pour ses interlocuteurs. Fermant les yeux et posant ses mains sur ses cuisses alors qu’il était assis en position seiza, le kendoka inspira profondément pour faire le vide dans sa tête, puis il expira lentement par la bouche pour reprendre contenance et calmer un peu la teinte rouge vif de l’ensemble de son visage. Quand il rougissait, le brun ne faisait pas les choses à moitié ! À peu près calmé, Kyojiro se leva à son tour en saisissant cette main qu’on lui tendait, et il frotta son pantalon pour chasser les cadavres de brins d’herbe qui étaient restés collés sur lui. Évitant toujours aussi soigneusement le regard de Mathi, il se pencha pour récupérer son sac et le fermer, avant de le remettre sur son dos.

« Je… Je suis déjà venu plusieurs fois ici alors je… Je peux vous montrer le chemin p-pour aller au sommet. »

Mathi lui avait confié être venu ici pour profiter du calme des lieux alors… Ça n’allait certainement pas le déranger si Kyojiro n’avait pas beaucoup de conversation non ? Au moins, il se sentirait plus à l’aise s’il n’était pas obligé de faire parler ! Quoi que… C’était peut-être pire de devoir marcher l’un à côté de l’autre dans le silence le plus complet… Le brun agrippa nerveusement les sangles de son sac à dos, le regard toujours dirigé vers le sol.

« V-vous êtes prêt ? »

Kyojiro attendit sa réponse positive avant de commencer à marcher. Il préférait ne pas aller trop vite, ne sachant pas trop à quelle vitesse le musicien voulait se balader. Lui était du genre à foncer parce qu’il voulait se dépenser, mais son acolyte du jour avait peut-être envie de profiter un peu du paysage non ?

« D-Dîtes-moi s-si je marche trop vite s-surtout. Et euh… Qu-quel genre de musique est-ce que v-vous faîtes ? »

Le kendoka n’était pas vraiment calé en musique, ce n’était pas quelque chose qui l’intéressait. Il préférait de loin écouter les bruits ambiants, bien souvent distraitement parce qu’il était toujours happé par ses pensées. Il écoutait la radio parfois, mais ça restait assez rare. Du coup, Kyojiro ne saurait même pas dire quel genre de musique il affectionnait le plus. Il aurait bien voulu entendre des titres de Mathi, mais il était bien trop gêné pour lui demander de les lui faire écouter…

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 2ème année
avatar

Messages : 125
Age : 22
Cursus : Musique
Multicomptes : Vincenzo Piantoni et Laureleï Donnely

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Mer 10 Oct - 23:05

Comme un éléphant au milieu des fourmis !
[Kyojiro x Mathi]
Ce gamin semble vraiment très timide. Je me rends compte qu’il fait un gros effort pour m’aider et me parler. Et il semble qu’il est vite déstabilisé devant mon agitation naturelle. Je l’observe et maintient la conversation. Je ne sais pas s’il bégaye souvent, et j’espère que non pour lui. Mais quand je lui dis qui je suis, je le sens paniquer et ses mots se heurtent quasiment à chaque syllabe. Alors je patiente en le regardant de manière la plus rassurante que je peux. Ne pas trop bouger est un effort pour moi. Mais je dois bien ça à mon sauveur de cette attaque de fourmis.
J’essaye de le mettre à l’aise, de lui faire comprendre que je me fous complètement qu’il ne m’ait pas reconnu. C’est même plutôt rafraichissant d’être un parfait inconnu pour un jeune homme.

Je souris quand Kyojiro s’arrête à mi-chemin du mot « pardon ». Il fait énormément d’effort pour se conformer à ce que lui demande son interlocuteur. Il me fait l’effet du parfait modèle du bon petit gars qui rend service à tout le monde et s’angoisse à l’idée d’avoir contrarié son interlocuteur. J’espère qu’il est plus intelligent que ça et que personne n’abuse de sa gentillesse. Ça me ferait mal au cœur ! Je ne suis pas du genre à m’attacher, soyons clair, mais je n’aime pas qu’on s’en prenne à plus faible que soit.

Essayant de le rassurer au mieux, je lui propose de reprendre la ballade ensemble. Evidemment je lui laisse une porte de sortie. Loin de moi l’idée de m’imposer. Bon d’accord, je peux être un vrai lourdaud et m’imposer quand ça me chante et m’intéresse. Mais je sais aussi reconnaitre quand quelqu’un a besoin de son calme, simplement parce que je suis pareil, même si aujourd’hui la seule personne qui a peut-être conscience de ça doit être la chieuse  qui me fait office de petite amie de façade. Oui, bon d’accord, elle n’est pas si chieuse que ça. Mais bon n’allez pas lui répéter. Et je peux parier que le petit devant moi doit pas savoir plus qui elle est que moi. Et ça me fait rire rien qu’à penser à la tête que ferait Mandy de rencontrer une personne qui n’a pas la moindre idée de qui elle est !

Kyojiro finit par accepter ma main tendue et j’en suis ravi. Mais on ne refait pas son caractère, le garçon me propose son aide pour trouver le chemin. Je n’ose le contrarier, mais s’il savait à quel point je n’ai pas préparé cette randonnée improvisée, il flipperait surement. J’aurai suivi mon feeling et le chemin m’aurait bien amené à un panorama appréciable. Mais s’il veut me guider directement à la meilleure vue, je ne vais pas le contrarier.
Il enfile son sac à dos aussi crispé qu’un gamin qui débute ses années collège dans un nouvel environnement.

Chaque mot semblant demandé un effort surhumain à Kyojiro, je le laisse aller à son rythme. Sauf qu’à son image, c’est de moi qu’il s’inquiète. Je ne peux pas m’empêcher de rire doucement.

- Tu sais, Kyojiro, i faut vraiment que t’arrête de t’inquiéter pour les autres ! Je ne suis pas le roi de la randonnée d’un point de vue « kit de survie », mais je suis capable de te suivre. Je suis musicien et bon en sport !

Je lui adresse un clin d’œil pour le mettre à l’aise, en emboitant son pas, avant de lui répondre

- Disons que la majorité classe ma musique en pop, voir pop-rock. J’ai un single qui doit sortir dans quelques jours, c’est pour ça que je suis venu ici. J’ai un rendez-vous important dans quelques jours et j’avais besoin de me retrouver au calme pour décompresser. Si tu veux, viens manger une pizza ce soir à mon appartement. Je te ferais écouter ma musique ! Et ça me permettra de te remercier pour ton aide !.

Codage par Libella (modifié par Mathi de yokuboo) sur Graphiorum

_________________
Mathi vous charme en #6D071A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 81
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, James P. Campbell, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   Ven 12 Oct - 15:35


Comme un éléphant au milieu des fourmis !
feat. Mathi H. Matsushita


Kyojiro se sentait assez mal à l’aise à l’idée d’imposer sa présence à un parfait inconnu qui était venu ici pour chercher un peu de calme. Surtout que ce n’était pas vraiment un inconnu, c’était carrément une célébrité ! Mais ce que le kendoka n’arrivait pas à se fourrer dans le crâne, c’était que c’était Mathi qui lui avait proposé de continuer cette balade ensemble et que ce n’était donc pas lui qui s’imposait, mais peut-être plutôt l’inverse. Non, pour le lycéen, si le musicien lui avait fait une telle proposition, c’était sans doute pour ne pas paraître impoli. Peut-être que c’était aussi ce qu’il aurait fait s’il avait été à sa place ? Kyojiro secoua doucement la tête de gauche à droite pour chasser toutes ces pensées de sa tête. Il ne fallait pas qu’il commence à partir dans un nouveau débat intérieur, il était aussi venu ici pour se détendre et profiter de l’endroit pour se ressourcer et se vider entièrement la tête. Il fallait qu’il se concentre sur ça, et uniquement sur ça ! Paré pour continuer sa randonnée, Kyojiro se stoppa en entendant son camarade se mettre à rire. Une petite moue tordit doucement les lèvres du kendoka qui baissa aussitôt les yeux. Oops… Il avait vexé Mathi ?

« P-Pardon c’est vrai que v-vous avez dit que vous faisiez partie du club de v-volley… Est-ce que… vous en faites depuis longtemps ? »

C’est bien Kyojiro, continue ! Il ne posait pas de questions pour être poli et faire la conversation, mais bien parce que c’était quelque chose qui l’intéressait. Il n’en donnait pas l’impression, mais le kendoka était quelqu’un d’assez curieux ! Et puis… S’il n’y connaissait rien en musique, il pouvait au moins se targuer d’être un peu plus au point quand il s’agissait de sport ! Bon, le volley, à part les règles et quelques parties qu’il avait dû faire en cours de sport avec le reste de ses camarades de classe, il n’y connaissait pas vraiment grand-chose de plus. Lui c’était plutôt le kendo et… bah le kendo. En tout cas, Kyojiro n’arrivait pas du tout à se rendre compte de si sortir bientôt un single était quelque chose de stressant ou non. Qu’est-ce qu’on pouvait ressentir à ce moment-là ? Est-ce que c’était un moment difficile ? Mais l’invitation soudaine de Mathi fit carrément avaler sa salive de travers au kendoka qui se stoppa net pour se mettre à tousser, faisant glisser son sac à dos devant lui pour en sortir sa bouteille d’eau et boire quelques gorgées afin de chasser cette vilaine toux. Waw… Est-ce que c’était le lot de tous les populaires d’inviter comme ça de parfaits inconnus chez eux ? C’était tellement un autre univers…

« Euh j-j-je… J-J’aimerais beaucoup écouter votre m-musique mais… Je suis au lycée et je… Je dors au pensionnat alors… il y a un couvre-feu je… Je ne pourrai pas rester trop longtemps s-si je ne préviens pas… »

C’était la première fois qu’on invitait Kyojiro à manger et à faire une activité en dehors de l’Académie, il ne pouvait décemment pas refuser ! Par contre, comme c’était quelque chose de tout nouveau pour lui, il ne savait pas trop si les surveillants accepteraient qu’il rentre plus tard au pensionnat. Il ne s’était jamais vraiment trop intéressé à ces règles de couvre-feu étant donné qu’il ne se sentait pas du tout concerné et là, il devait avouer qu’il le regrettait un peu. Le brun sortit son téléphone portable de la poche de son pantalon pour regarder dans son répertoire qui était… Très vide. À part le numéro de son père et celui de Tetsuya, son meilleur ami, il ne comptait pas beaucoup de contacts ! Mais là n’était pas la question, il fallait qu’il prévienne son père pour avoir son accord et qu’ensuite, celui-ci appelle l’Académie pour prévenir de son retard. C’était d’un compliqué !

« Je… S-Si vous êtes toujours d’accord je… Je vais appeler mon p-père p-pour qu’il prévienne l’Académie je… Jusqu’à quelle heure vous souhaitez que j-je r-reste ? »

Kyojiro ne se rendait vraiment pas compte de l’improbabilité de sa question. Ce n’était pas vraiment quelque chose qu’on demandait à son hôte, mais il avait sans doute d’autres obligations non ? Avec la sortie de son nouveau single, son rendez-vous, sa petite-amie mannequin… Le kendoka avait vraiment l’air d’un ermite qui débarquait en ville sans rien connaître de la vie en société. Il avait rangé sa bouteille, refermé son sac et avait repris sa marche, toujours fermement accroché à ses sangles. Ses yeux étaient plus rivés sur ses pieds que sur le paysage, mais il avait bien trop peur de croiser le regard de Mathi ! Résultat, il ne vit pas la belle toile d’araignée qui se tendait devant lui et se la prit en plein visage, ce qui lui valut un soudain mouvement de recul accompagné d’un grognement alors qu’il frottait vivement son visage pour retirer la toile collant sur sa peau. Heureusement que la bestiole n’était plus dessus !

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un éléphant au milieu des fourmis ! [Kyojiro x Mathi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Ville de Nara :: Autres lieux :: Mont Wakakusa-
Sauter vers: