Partagez | 
 

 À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Ven 20 Avr - 7:22

C'était un dimanche avant-midi, la première semaine de cours venait de s'achever. Aaaah, quelle chance de vivre dans un pays où il y avait des cours le samedi! Le désavantage par contre c'est qu'il ne pouvait pas faire de baby-sitting à part le dimanche. Aujourd'hui par contre, la dame qui l'avait engagé n'avait pas besoin de ses services. Il avait donc le temps de faire quelques courses. La mère des enfants qu'il gardait habituellement lui avait généreusement donné des coupons rabais pour la supérette Don Quijote. Ce n'était pas le plus sain, mais il allait pouvoir se préparer des ramens en attendant de s'offrir mieux. Il s'ennuyait déjà de la cuisine Française et Cajun de sa famille, mais au Japon il allait vivre comme les Japonais et s'habituer à la nourriture. Quand il aura payé toutes ses factures il pourra se permettre du poisson frais, de la soupe miso, peut-être même se préparer de l'oden avant que la température se réchauffe trop?! Aaah, voilà qu'il se donnait faim tout seul!

Une fois à l'épicerie, il passa dans l'allée des pâtes instantanées, prenant un premier paquet au hasard. C'est lorsqu'il vit le nom de la marque qu'il cru que la vie elle-même se moquait de lui.

- Maruchan seimei..., lu-t-il.

Il passa sa main sur son front, voulant presque rire. Alors là, était-ce un signe? Reiji ne se considérait pas comme quelqu'un de croyant, ou même superstitieux, mais il y avait de quoi se poser des questions. Maru-chan, quelle étrange fille. Leur conversation s'était terminée sur un froid, mais il le comprenait un peu. Avec un peu de recul peut-être avait-il trop voulu lui forcer la main. Après tout, aussi bien intentionné qu'il était, elle ne le connaissait pas et ne pouvait pas vraiment lui accorder sa confiance. Il espérait seulement que leurs rapports futurs ne soient pas aussi conflictuels. Parce que oui, il avait toujours l'intention de l'aider. Il fallait simplement trouver comment.

Payant ses nouilles, il quitta la petite épicerie et s'apprêta à traverser la rue pour rentrer chez lui.

- Ah, ma lumière est rouge, remarqua-t-il, ne bougeant pas du trottoir.

Il n'y avait absolument aucune voiture, mais il respectait toujours la signalisation. Entre temps, il replaça son sac et tira un peu sur le collet de son pull de laine. C'était encore le printemps, et les étudiants portaient leurs uniformes d'hiver, mais il faisait quand même chaud certaines journées. Il allumerait le ventilateur en rentrant.

Levant les yeux vers la route, il vit du coin de l’œil des couleurs familières: Noir, bleu, rose et blanc. Maru-chan. Qui d'autre? Mais?! Elle traversait la rue?!? Mais la lumière était encore rouge!

- Maru-chan! C'est dangereux!

Malgré ses propres paroles, il couru dans la direction de la jeune fille. La dernière chose qu'il voulait c'était assister à un accident de la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Ven 20 Avr - 8:07

Le dimanche était apparemment la seule journée de congé que connaissaient les étudiants du pays, alors pourquoi, POURQUOI fallait-il que la visite d'une vieille ami et accessoirement cliente de la boutique de plantes de la tante de Maru tombe exactement pendant la SEULE journée de repos de la semaine de l'adolescente ???!!! Incapable de rester plus de 10 minutes dans la maison après l'arrivée de la femme, en raison de sa voix portante (pour ne pas dire tonitruante), Maru avait revêtue son vieux blouson noir usé et avait presque sauté par la fenêtre pour pouvoir sortir plus vite de la demeure. Son objectif : trouver un lieu de paix. Avec tout ça, la punk n'avait pas eu le temps de mettre des lentilles de contact, lui donnant l'impression que son regard était moins imposant. Non pas qu'elle en ait eu besoin, mais... Oh et puis, de toute façon, ce qu'elle voulait, c'était dormir et on ne dort généralement pas avec des lentilles de contact, parce que le réveille est très douloureux pour les globes oculaires sinon.

Elle erra donc dans la rue, le pas trainant, les mains dans les poches de son blouson, le regard fatigué... Si elle était déjà dans cet état après une semaine de cours, qu'est-ce que ce serait après un mois ? Elle ne voulait pas y penser, vivant un cauchemar à la fois, à commencer par la voix exaspérante qui l'avait chassé de " chez elle ".

Après un certain temps de marche qu'elle n'avait pas calculé (parce qu'elle n'en avait rien à foutre du temps qui passait), elle se retrouva à une intersection où le feu de circulation était rouge devant elle. Cependant, ne voyant aucune voiture arriver, elle décida de ne pas attendre qu'il passe au vert et s'engagea dans la rue. C'est seulement lorsqu'il s'écria " Maru-chan! C'est dangereux! " qu'elle remarqua qu'il se trouvait de l'autre côté de la rue. Il n'y avait aucun véhicule, même pas une seule voiture stationnée qui aurait été susceptible de démarrer à toute vitesse, alors pourquoi ? Pourquoi fallait-il que Reiji soit là et pourquoi fallait-il qu'il lui dire se faire attention comme si elle était une enfant ? (Et tant qu'à faire) pourquoi fallait-il qu'il ait des sacs d'épicerie dans les mains ? Une journée de repos, une seule, c'était trop demander ? Il s'agissait du karma, pour le coup, il était lui aussi en congé, puisque Maru n'avait rien vandalisé depuis son arrivée et n'avait presque (presque, hein) pas été méchante. Son oreiller commençait à lui manquer et il paraissait si loin à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Lun 23 Avr - 6:39

Comme pour empirer les choses, Maru s'était arrêtée, se retournant vers lui. Elle arborait toujours ce regard découragé. Enfin, pour la deuxième fois qu'il l'a voyait, c'était la seconde fois qu'elle affichait un tel regard. Tiens? Elle avait des yeux marrons. Pas qu'il avait vraiment cru que ses pupilles étaient naturellement violettes, mais ses yeux naturels rendaient déjà son regard plus doux. Peut-être avait-il raison et qu'elle cherchait à rendre son regard plus perçant et intimidant avec des artifices. Quoi qu'il en soit, ses cheveux étaient toujours aussi colorés et ses piercings étaient tous là. Elle portait des habits usés et il sentait son œil tiquer à la vision de ses chaussettes non seulement dépareillées mais trouées! Et en plus l'une des était plus basse que l'autre. S'ils ne se trouvaient pas au milieu de la route et en danger de mort, il se serait baissé pour au moins remonter la chaussette et lui offrir de lui en acheter une paire non trouées et de la même couleur!

Cependant il fallait remettre les priorités aux bonnes places. Pourquoi traverser la rue quand ce n'était pas au tour des piétons? Non... Avait-elle des pulsions suicidaires?! Réjean échappa son sac de course portant ses mains à son visage d'effroi.

- Écoute Maru-chan! Je me doute que ce n'est pas facile, mais je t'en supplie, ne fais pas ça!, s'écria-t-il.

S'inclinant, il continua sa tirade de sourd, sans réaliser que de l'autre côté de la rue des gens s'arrêtaient pour voir ce curieux spectacle : un adulte noir et une fille aux airs de punk, au milieu de la rue dans une conversation à sens unique.

- N'as-tu pas des rêves? Peu importe les problèmes que tu as, LE SUICIDE N'EST PAS LA RÉPONSE! Pitié, ne reste pas sur la rue! Tu te met en danger et as-tu pensé à tes pauvres parents? Ou à tes amis? Tu manquerais sûrement à beaucoup de gens.

Se relevant, les yeux pleins d'eau, Reiji la regarda.

- Alors, s'il te plaît. Ne commet plus ce genre d'imprudence!, lui-dit d'une voix suppliante.

On pouvait entendre au loin des oiseaux chanter alors qu'un petit garçon d'âge pré-scolaire les pointait du doigt alors que sa mère le prenait par la main et l'éloigna en disant de ne pas faire ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Lun 23 Avr - 7:15

Comme si la réaction du Reiji national n'avait pas été suffisante, il laissait tomber ses sacs d'épicerie. Maru manqua de se frapper le visage avec la paume de sa main tellement s'en était ridicule. Elle traversait la rue, calm down !

- Écoute Maru-chan! Je me doute que ce n'est pas facile, mais je t'en supplie, ne fais pas ça!

- Faire quoi ? Écouter un gars bizarre qui s'énerve pour rien ?

Loin de s'embler l'avoir entendu, le détenteur du bandeau vert s'inclina (omg, sérieux ?...) et poursuivit :

- N'as-tu pas des rêves? Peu importe les problèmes que tu as, LE SUICIDE N'EST PAS LA RÉPONSE! Pitié, ne reste pas sur la rue! Tu te met en danger et as-tu pensé à tes pauvres parents? Ou à tes amis? Tu manquerais sûrement à beaucoup de gens.

La jeune punk était complement apostrophée. Pour elle, traverser sur les feux rouges était d'une banalité sans nom, alors pourquoi fallait-il que ce gars réagisse autant ? Est-ce qu'il avait des feux de signalisation dans la ville d'où il venait ou bien il les avait découvert en arrivant au Japon ? Le suicide pour si peu... S'il faisait des déductions pareilles rien qu'en la voyant traverser la rue sur le feu rouge, qu'est-ce que ce serait s'il la voyait par exemple donner de l'argent à un itinérant ? Il croirait qu'elle s'achète de la drogue ??? Et voilà qu'en plus il la regardait d'un air suppliant.

- Alors, s'il te plaît. Ne commet plus ce genre d'imprudence!

Cette fois, Maru leva la tête vers le ciel pour ne pas que cet air de chien battu appartenant à Reiji ne lui reste scotché dans l'esprit et elle soupira.

- Cool down, à force de t'entendre parler de mort, tu vas me tenter.

Le suicide, elle était bonne celle-là. Si l'adolescente avait eu des envies suicidaires, ça fait longtemps qu'elle n'aurait plus été de ce monde. Ce n'étaient pas les moyens qui manquaient. Pour elle, traverser sur les feux rouges était d'une banalité sans nom, alors pourquoi fallait-il que ce gars réagisse autant ? C'en était tellement ridicule que Maru décida de monter en intensité dans ses propos dans l'espoir que la réaction de son interlocuteur en devienne drôle.

- En plus, chez moi, les couteaux sont à vue dans la cuisine et la rampe de l'escalier à l'air assez solide pour pouvoir y accrocher une corde et se pendre sans se casser. Et il y a aussi deux ou trois plantes qui sont toxiques à l'ingestion dans la serre, je crois. Et la fenêtre de ma chambre par laquelle je pourrais sortir et me lancer en bas du toit... Tiens, finalement, y a plus de moyens que ce que je pensais...

Là elle devait être bonne pour le faire pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Lun 23 Avr - 8:04

Exaspérée, la punk leva les yeux au ciel comme s'il venait de dire une véritable énormité. Était-ce vraiment si étrange que de se préoccuper de la vie d'autrui? Elle ressemblait de plus en plus à ces gothiques stéréotypés. Une de ses voisines avait eu cette phase dans leur adolescence. Passer de la charmante brunette au joli sourire aux cheveux teints noir goudron et les yeux maquillés en raton laveur en disant qu'il n'y avait pas d'avenir. Décidément Reiji ne comprendrait rien à cette ''tendance''. Après lui avoir dit de se calmer (comment était-il sensé faire ça?!), elle ajoutait en plus de ne pas parler de mort pour ne pas la tenter. Quoi?! Alors là, non, il n'avait pas fait ça pour la conduire au suicide mais pour l'en éloigner! Qu'était-il sensé dire?

Comme si elle parlait de la pluie de du beau temps, Maru se mit à énumérer les possibles moyens de mettre un terme à son existence. Les yeux de Reiji s'écarquillaient au fur et à mesure tandit qu'il portait ses mains à ses cheveux. Non, non, NON! Il fallait faire quelque chose! Y avait-il un numéro de prévention suicide au Japon?! Devrait-il appeler les parents de Maru?!

Alors qu'il se creusait les méninges pour aider cette adolescente, il fut interromput par un tintamarre de klaxons de voitures.

- ...Hein?

La lumière indiquait que c'était au tour des voitures de passer et un chauffeur appuyait en raffale sur le centre de son volant.

- BOUGEZ DE LA CRÉTINS!

- Ah... Pardon!

Ramassant d'une main son sac de course et prenant Maru en entourant son bras de ses épaules, il traversa la rue à la course. L'homme d'âge moyen les regardait toujours d'un regard noir en traitant ensuite Reiji de ''Baka Gaijin'' (idiot d'étranger)

Soupirant et se frottant les yeux, se sentant à la fois peiné et embarrassé, Reiji se tourna vers Maru.

- Tout va bien?, demanda-t-il.

Quelle question, bien sûr qu'elle ne devait pas être au mieux de sa forme. Comme pour rectifier le coup, il précisa qu'il espèrait ne pas lui avoir fait mal en la sortant de la rue. La dernière chose qu'il voulait c'était de violenter une femme. Déjà qu'il avait ironiquement mit sa vie en danger ainsi que celle de Maru en voulant justement la sauver du pétrin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Lun 23 Avr - 8:54

Il avait les gestes typés d'une personne réalisant qu'elle a fait une énorme erreur. Les yeux grands comme balles de pingpong, c'était un véritable cliché. Tout ça alors que chez Maru : les couteaux n'étaient pas vraiment rangés à vue, mais dans un tiroir; qu'elle n'avait pas testé la solidité de la rampe d'escalier et qu'elle s'en foutait bien pour le coup; qu'elle ne se rappelait plus si sa tante avait vraiment parlé de plantes toxiques à ne pas ingérer, mais de toute façon la punk s'en foutait de ça aussi, puisqu'elle n'était pas du genre à manger des plantes dans ses temps libre et qu'une chute en bas du toit ne lui serait probablement fatale vu la hauteur de celui-ci, mais lui casserait assurément un membre, sinon plusieurs. Sauf que tout ça, Reiji ne le savait pas.

Maru était à quelques secondes de se mettre à rire, mais un automobiliste jaloux de ne pas faire partie de la fête (comme Maléfique dans la Belle au bois dormant) klaxonna pour que les deux jeunes se poussent du milieu de la rue. La jeune fille se renfrogna alors et maugréa quelque peu lorsque " l'idiot d'étranger " selon le nom que le chauffeur lui avait donné la força à se déplacer. Après coup, lorsqu'il lui demanda si elle allait bien, Maru répondit à Reiji, car non, il ne lui avait pas fait mal, mais elle était tout de même frustrée :

- T'avais pas besoin de me ramener au trottoir. J'aurais bougé toute seule de toute façon ! Qui est assez débile pour rester au milieu de la rue quand il se fait klaxonner, hein ? Je demande à voir, parce que même pour 20 millions de dollars américains, je resterais pas dans le chemin des stupides conducteurs !

Elle avait parlé en dollars américains, car il s'agissait de la devise monnétaire à laquelle elle était le plus habituée. Avant de venir s'installer (de force) au Japon, ses parents lui avaient dit qu'ils allaient lui verser une allocation de 750 yen chaque mois pour subenir à ses besoins et la punk avait alors cru qu'il s'agissait d'un gros montant, jusqu'à ce qu'elle réalise qu'avec le taux de change, il s'agissait environ de 75$ américains... C'était trop beau pour être vrai, de toute manière... Elle avait l'impression de systématiquement se faire retirer toute joie dès qu'elle se trouvait à sa portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mar 24 Avr - 4:42

Maru reprit la parole pour lui répondre d'un ton cinglant, comme s'il venait juste d'insulter son intelligence en voulant lui prêter main forte. L'hypothèse des tendances suicidaires commençait à s'effondrer alors qu'elle montrait qu'elle avait justement l'instinct de survie et le bon sens de ne pas laisser les voitures potentiellement lui passer dessus. Reiji, quelque peu perplexe et gêné, s'épongea le front avec son pull de laine verte, confectionné avec amour par sa mamie d'ailleurs. Il avait eu sa dose d'émotions fortes et de sueurs froides rien qu'en quelques minutes en la présence de Maru-chan, pourquoi faisait-elle ça? Se raclant la gorge, tentant de ne pas se laisser abattre par la situation embarrassante et par l'insulte du conducteur, il décida de vérifier les faits une bonne fois pour toutes.

- Alors, ce que tu as fait plus tôt ce n'était vraiment pas une tentative de suicide? Tu... n'as pas d'idées noires au moins? En tout cas rends moi service, je t'en supplie, soit plus prudente sur la route. Un accident est très vite arrivé, tu peux me croire, ajouta-t-il, un certain timbre de tristesse dans la voix.

Il préféra ne pas s'attarder sur le sujet et repenser aux circonstances qui avaient coûtées la vie de son père. Il préférait être sûr que son interlocutrice soit psychologiquement stable, même s'il se demandait si une personne répondrait vraiment sincèrement à ce genre de question. Suicidaire ou non, il n'en demeurait pas moins qu'il sentait que la lycéenne n'était pas heureuse et il voulait savoir ce qui la rongeait ainsi. Peut-être qu'avec le temps elle pourrait s'ouvrir à lui et se confier.

- Tu étais en route pour voir des amis aujourd'hui, sinon?, tenta-t-il pour faire la conversation.

Déjà, autant commencer par le début et dresser un portrait de la jeune femme. Il ne savait pas grand chose d'elle si ce n'était qu'une apparente attirance pour la douleur au vue du nombre incroyable de piercings (juste  se faire piquer pour les vaccins était une épreuve en soit pour Reiji), un goût prononcé pour les teintures et un style vestimentaire discutable. Ainsi bien entendu que sa dépendance à la cigarette. Il ne savait pas si elle prenait d'autres produits comme de la Marijuana ou des drogues dures, pourvu que non! Et si elle avait des amis, mais qu'ils étaient une mauvaise influence et l'entraînaient plus profondément au fond du baril? Et bon on se calme. Reiji avait cette vilaine habitude de sauter aux conclusions. Déjà, la situation d'il y avait quelques minutes à peine aurait put être évitée s'il avait validé ses doutes avant de réagir.

Pourvu que Maru soit d'humeur à discuter et qu'elle ne se sauve pas cette fois-ci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mar 24 Avr - 5:20

- Alors, ce que tu as fait plus tôt ce n'était vraiment pas une tentative de suicide? Tu... n'as pas d'idées noires au moins?

Maru se contenta de secouer lentement la tête.

- En tout cas rends moi service, je t'en supplie, soit plus prudente sur la route. Un accident est très vite arrivé, tu peux me croire.

Comme s'il s'agissait d'une évidence, elle rétorqua :

- Euh, c'eeest pour ça aussi que je regarde des deux côtés de la rue avant de traverser ?...

Il avait seulement manqué le " Duh ! " qui venait avec la phrase, mais ne connaissant pas l'équivalent japonais de cette " expression ", Maru avait dû s'en passer... Ce serait franchement plus pratique si elle pouvait juste s'exprimer en anglais, mais connaissant l'accent terrible des Japonais essayant de parler dans la langue de Shakespeare, elle préférait s'en passer... Oh wait, c'est vrai que Reiji venait d'ailleurs...

- Tu étais en route pour voir des amis aujourd'hui, sinon?

La jeune fille mît ses mains dans les poches de son vieux blouson, histoire de se détendre un peu et renifla, l'air agacé, non pas par la question, mais plutôt par la situation.

- Nan, ma tante reçoit une amie qui doit au moins avoir le double de son âge et elle a une voix grinçante, enraillée et nasillarde qui résonne dans toute la maison.

Elle essaya d'imiter la voix désagréable de la femme qui n'avait probablement pas moins de 70 ans, (en tout cas, selon Maru) tellement elle était ridée.

- " Mes fougères sont magnifiques depuis que tu m'as conseiller de les transplanter dans des pots plus grands. Elle respirent mieux maintenant ! "

Elle dû se racler la gorge à la fin de son imitation douloureuse. Comment cette femme pouvait-elle toujours parler ainsi sans avoir besoin de pastilles pour la gorge ? Une seule minute passée à la contempler avait suffit à l'adolescente pour que la vieille lui rappelle sa voisine de pallier à New York, mais avec une poulie rouillée à la place des cordes vocales. C'était probablement une vieille fille qui vivait entourée de ses chats et de ses plantes (parce qu'aucun homme n'avait supporté sa voix plus de 2 heures). Franchement, avec un pareil contact, la punk se demandait si sa tante n'avait pas un problème d'audition.

- C'était terrible. J'arrivais plus à dormir, ou même à vivre en fait, alors je suis sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mar 24 Avr - 6:19

Ne ratant pas l'occasion de répliquer, Maru précisa qu'elle regardait des deux côtés avant de traverser, ce à quoi Reiji poussait un soupir de soulagement. Elle ne semblait pas non plus être du genre à texter en marchant, un autre bon point. Elle était donc beaucoup plus raisonnable qu'il l'avait cru au départ. Cette lueur d'espoir lui fit esquisser un sourire. Déjà, il se sentait de retour à lui-même. Autant de pessimisme et de stress ne lui allait pas du tout. En contraste avec lui, Maru-chan semblait se renfrogner d'avantage alors qu'elle cachait ses mains dans ses poches. Un langage gestuel simple et passe-partout qui pourtant en disait long. Cela montrait encore qu'il devait gagner son intérêt ainsi que sa confiance. Un défi qu'il était prêt à relever! Il s'était déjà dit cela dès la première fois qu'il avait rencontré la lycéenne.

- Nan, ma tante reçoit une amie qui doit au moins avoir le double de son âge et elle a une voix grinçante, enraillée et nasillarde qui résonne dans toute la maison.

- Ça me rappelle ma grand-mère, mais elle, c'est à cause d'anciennes tumeurs, heureusement bénignes.

Tiens, à ce moment précis une lumière semblait s'allumer au dessus de la tête de Réjean. Sans qu'il lui ait demandé, Maru avait révélé une information intéressante. Peut-être qu'en conversant tout simplement avec elle, sa langue se dénouerait d'avantage et il pourrait apprendre à mieux la connaître. Hum... Bien qu'il plaignait la pauvre dame qui ne faisait sans doute pas exprès d'avoir une voix aussi... agressante pour Maru, c'était une bénédiction déguisée qui avait permis de rencontrer à nouveau la jeune punk.

- C'était terrible. J'arrivais plus à dormir, ou même à vivre en fait, alors je suis sortie.

Acquiesçant avec compassion, Reiji poursuivit.

- Je comprends... Heureusement il fait beau, j'en ai profité d'ailleurs pour faire des courses. Je ne travaille pas durant la journée alors je pensais que ce serait un temps idéal pour étudier. À moins que tu aies une meilleure suggestion, tenta-t-il avec un sourire.

Il pourrait toujours aider Maru si elle avait des devoirs à faire, cependant l'absence de sac à dos trahissait le fait qu'elle n'avait sans doute pas la poursuite de connaissances en tête pour son jour de congé. Voyons voir si elle laisserait échapper des détails sur à quoi ressemblerait un dimanche pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mar 24 Avr - 6:48

Reiji parla de sa grand-mère qui avait eu le cancer, ce à quoi Maru ne pu s'empêcher de penser que, s'il existait des maladies encore incurables sur Terre, c'était peut-être parce que la planète en avait assez d'être envahie par une surpopulation de débiles qui instaurent leurs sociétés en se foutant du caillou sur lequel ils habitent. Qu'est-ce que ce serait si les poux trouvaient un antidote pour ne pas être tués par les shampoings conçus pour les anéantir ? Ou si la graisse dans les assiettes développait une mutation les faisant résister aux savons dégraissants ? Plongée dans ses pensées, la jeune fille faillit ne pas entendre ce que son interlocuteur lui disait et après coup, peut-être aurait-elle dû ne pas l'écouter.

- Je comprends... Heureusement il fait beau, j'en ai profité d'ailleurs pour faire des courses. Je ne travaille pas durant la journée alors je pensais que ce serait un temps idéal pour étudier. À moins que tu aies une meilleure suggestion.

" À moins que tu aies une meilleure suggestion ", ça sous-entendait quoi, ça ? Que la punk ait été impliquée dans une période de travail comme s'il s'agissait d'un rencontre planifiée à l'avance pour étudier ? Heureusement, la jeune fille pouvait se défendre très facilement en disant qu'elle n'avait pas son sac à dos avec elle et donc qu'elle n'avait pas ses livres, si jamais on tentait de la forcer à se scolariser un dimanche. Et de toute façon, quand bien même elle aurait eu son sac à dos, il aurait probablement été vide, car évidemment, Maru aurait préalablement balancé tout son contenu sur la vieille avec une voix à décaper la peinture sur les automobiles, afin de tenter de la faire taire... Ce qu'elle urait aimé pouvoir faire ça en vrai...

Cependant, pour en revenir à la suggestion, elle n'avait même pas besoin de réfléchir, Maru lança le premier verbe qui lui passait par la tête :

- Dormir.

Elle ne savait d'ailleurs pas trop s'il s'agissait de la paresse, de la fatigue ou bien de la combinaison des deux ensemble, mais la jeune punk avait l'impression d'être trop bavarde. Peut-être aussi que c'était une distortion du temps en raison de la fatigue qui lui donnait l'impression de dire plus de mots en moins de temps. Elle n'avait pas envie de se mettre à chercher des hypothèses, elle s'en foutait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mar 24 Avr - 18:08

L'étudiant s'était bien sûr attendu à ce que les études ne fassent pas parties des priorités de la jeune lycéenne, mais il espérait au moins qu'elle avait des plans plus lucratifs de sa journée. Faire du sport peut-être, pratiquer un hobby, voir des amis, aller voir un film au cinéma, faire des courses, n'importe quoi pour profiter d'une journée hors de l'académie. Cependant, il sentit toutes ses attentes s'effondrer, en même temps que son expression faciale lorsqu'elle parla de dormir. Mais il faisait jour!!! Elle ne verrait pas la journée passer et elle ne dormirait pas cette nuit et ruinerait son cycle de sommeil pour les jours à venir. Comment une fille visiblement intelligente et sensée pouvait ne pas penser à cela?!

Se raclant la gorge, Reiji secoua la tête.

- Ce n'est pas bon de dormir le jour, tu as cours demain, il faut que tu te repose la nuit! Et d'ailleurs, pendant que j'y pense... dormir où? Si tu ne peux pas dormir chez ta tante--- À moins que tu aies d'autres parenté ici?, tenta-t-il.

C'était un autre appât pour la conversation. Où étaient ses parents? Pourvu qu'elle ne soit pas orpheline! S'il elle avait une tante ici, peut-être y avait-il d'autres membres de sa famille dans cette ville. Reiji ne pensa pas au fait qu'il commençait à potentiellement être trop fouineur. Inconsciemment, Maru-chan était toujours son projet. Redresser cette jeune fille et la ramener sur le droit chemin avant qu'il ne soit trop tard!

À ce moment précis, il LE vit. En plein délit, mais complètement nonchalant. Reiji avait l'impression de voir cette scène au ralenti, mais pourtant il ne pouvait pas empêcher cet acte ignoble de se dérouler. Le coupable continua sa route, se croyant complètement impuni.

- Hey!, lança Reiji en passant à côté de Maru.

Il ne pouvait pas laisser passer ça! Se penchant, il ramassa... L'emballage de chewing-gum.

- Il y a une poubelle juste à côté! Vous pourriez contribuer au moins à la propreté de cette ville!

Ce à quoi l'adolescent se retourna brièvement, sans s'arrêter de marcher.

- Non mais c'est quoi ton problème? Pauvre taré...

Soupirant, Réjean alla jeter le papier.

- Pardon, dit-il en revenant auprès de la lycéenne avant de reprendre. Il y a vraiment des gens qui ne respectent rien, hein?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mar 24 Avr - 22:50

Évidemment, loin d'approuver le seul désir de Maru, Reiji ne fit que secouer la tête en rétorquant :

- Ce n'est pas bon de dormir le jour, tu as cours demain, il faut que tu te repose la nuit! Et d'ailleurs, pendant que j'y pense... dormir où? Si tu ne peux pas dormir chez ta tante--- À moins que tu aies d'autres parenté ici?

Dormir où, dormir où ? Ce n'était pas un problème ça ! Il suffisait à la punk de se poser dans un parc et de fermer les yeux. Ça s'arrêtait là ou du moins, ça s'arrêtait là pour le peu qu'elle n'aille pas se faire déranger comme s'était arrivé l'autre fois avec cette fille enragée. En revanche, pourquoi Reiji parlait-il de parenté ?

- Pourquoi tu me demandes ça ? Pour pouvoir m'abuser sans stresser ?...

Elle se demandait ce qu'il allait bien pouvoir répondre à ça, mais avant qu'il ne le fasse, il sembla que quelque chose d'autre ait réussi à capter l'attention du jeune homme. Maru se retourna alors pour voir ce qui se passait. Au même moment, le détenteur du bandana vert décolla. Mais qu'est-ce que... Oh, un papier. Il ramassa un emballage au sol et réprima le responsable de cet abandon.

- Il y a une poubelle juste à côté! Vous pourriez contribuer au moins à la propreté de cette ville!

Pour le coup, Maru était contente de voir qu'il n'y avait pas qu'avec elle que Reiji agissait en police. Celui-ci se fit d'ailleurs presque envoyer promener par le jeune responsable (ou plutôt irresponsable pour le coup). Wah, deux insultes en moins de 15 minutes... L'adolescente eut presque (mais juste presque, hein) pitié pour le Français. Lorsqu'il revint, après avoir jeté l'emballage à la poubelle, dit :

- Pardon. Il y a vraiment des gens qui ne respectent rien, hein?

S'il n'avait pas été question du respect de l'environnement, Maru aurait probablement joué la carte de l'irrespect, rien que pour être agaçante, en disant quelque chose du genre " Hein, quoi ? J'écoutais pas. " Elle regarda plutôt l'adolescent s'éloigner d'un regard méprisant.

- C'est clair qu'il aurait au moins faire l'effort d'aller jusqu'à la poubelle. Ça faisait quoi ? Maximum 5 pas de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mer 25 Avr - 2:33

Est-ce qu'aujourd'hui était la journée nationale des insultes? Reiji n'était toutefois pas du genre à prendre personnel ce genre d'attitude. Peut-être ce jeune homme avait-il eu une mauvaise journée et n'avait tout simplement pas pensé à mettre son papier à la poubelle par pure inattention. Il allait accorder le bénéfice du doute, bien qu'il n'excusait pas l'irrespect des lieux publics. Pourvu que cet homme n'ait pas la même malsaine habitude chez lui. Ce n'était définitivement pas bon pour sa santé et celle de sa famille. Avait-il pensé aux germes et à la vermine??? Peut-être aurait-il dût le sensibiliser davantage à cela, mais ce serait pour un autre jour. Il était encore en conversation avec Maru, qui à son agréable surprise, était d'accord avec lui.

Elle-même regardait l'inconnu avec désapprobation, disant que la poubelle n'était pas si loin que ça. Oh! Alors peut-être serait-t-elle partante pour faire du bénévolat ou apporter sa contribution pour cette planète! Considérant qu'elle voulait survivre dans des lieux reculés, il était logique qu'elle veuille protéger et vivre en communion avec cette nature. C'était tellement beau et touchant! Peut-être pourrait-elle renouer avec la communauté et participer à des ménages de quartier ou faire du bénévolat pour récupérer et recycler le plastique. Les idées commençaient à fuser dans la tête de Reiji alors qu'il se laissait emporter par la motivation. Ses yeux brillaient toujours tandis qu'il récupérait son sourire ainsi que son enthousiasme.

- N'est-ce pas?! Je suis heureux de voir que tu fasse partie de ceux prenant soin de la terre et---

Il eut comme un flash, comme s'il avait préalablement oublier une information, mais qu'elle revenait subitement à la charge, lui faisant couper court à sa phrase du moment. Il y eu comme un silence emplis d'un certain malaise durant lequel il regarda la lycéenne avec des yeux ronds comme des billes.

- Attends un peu, tu peux répéter ce que tu as dit plus tôt? Avant qu'on ne soit interrompus par ce pollueur, je suis pas sûr d'avoir bien compris, dit-il finalement, se passant la main dans ses cheveux ébouriffés.

Du moins, il espérait avoir mal entendu... Maru ne pouvait pas avoir dit ce que ses oreilles avaient crues capter. Hélas, il oubliait encore qu'il connaissait très mal cette adolescente et qu'elle pouvait encore bien le surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mer 25 Avr - 3:12

Maru ne s'aperçut pas de l'éclat qui brillait dans les yeux de son interlocuteur et peut-être vallait-il mieux qu'il en soit ainsi, sinon elle aurait cru qu'il avait une " mauvaise " idée derrière la tête. Déjà qu'elle se rappelait qu'il lui ait dit " s'intéresser à elle " lors de leur dernière (et en fait première rencontre). Elle savait bien que ce n'était probablement pas dans un but néfaste, vue la personne coincée que semblait manifestement être Reiji, mais il n'était pas dit pour autant que le but était intéressant pour elle ou plutôt que c'était dans son intérêt, quoiqu'elle ait pu penser.

- N'est-ce pas?! Je suis heureux de voir que tu fasse partie de ceux prenant soin de la terre et---

- Mmh ?...

Quoi ? Qu'est-ce qu'il se passait ? Pourquoi il s'arrêtait ? Maru leva les yeux sur son interlocuteur, un peu par réflexe. Avait-il vu un autre adolescent jeter un emballage par terre ? Pourtant, non, il la regardait dans les yeux et de façon plutôt intense en plus.

- Attends un peu, tu peux répéter ce que tu as dit plus tôt? Avant qu'on ne soit interrompus par ce pollueur, je suis pas sûr d'avoir bien compris.

- Oh, ça !, dit-elle en manquant d'éclater de rire. Elle baissa la tête et se mît à jouer avec ses ongles de façon clichée, le sourire aux lèvres, sans hésiter à répéter dans des mots semblables ce qu'elle avait dit plus tôt et sur un ton d'une banalité sans fin :

- Je demandais pourquoi tu voulais savoir si j'avais de la famille en ville. Si c'était pour pouvoir me kidnapper et me violer tranquillement dans un coin alors que personne ne me cherche.

Sans l'ombre d'une gêne, elle avait mit l'accent sur le mot violer. Elle décida même d'en rajouter une couche en relevant la tête pour regarder le détenteur de bandeau :

- Pourquoi tu fais cette tête-là ? Me dis pas que je t'ai percé à jour ? C'est quand même pas ce que t'avais l'intention de faire ?...

Là, ça devrait faire l'affaire. Ça faisait tout de même beaucoup de mots d'un coup pour une si petite mise en scène, mais le résultat en vaudrait sûrement la peine. Cette fois, il avait toutes les raisons de réagir avec ampleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mer 25 Avr - 3:58

L'adolescente semblait perdue un moment avant de faire le geste de réalisation. Reiji attendit patiemment malgré qu'il ne put s'empêcher de ressentir une certaine tension. Pourquoi était-il si nerveux tout à coup? Maru souriait pourtant, il ne devait rien y avoir de grave. Et bien entendu cette pensée allait se faire contredire dans les secondes qui suivirent. Jouant avec ses ongles, geste le plus naturel du monde, l'adolescente cependant laisser échapper sa phrase qui fit l'effet d'une guillotine pour Reiji.

- Je demandais pourquoi tu voulais savoir si j'avais de la famille en ville. Si c'était pour pouvoir me kidnapper et me violer tranquillement dans un coin alors que personne ne me cherche.

Le sentiment fut d'abord d'avoir été plongé dans l'eau froide, ses poumons se vidant de leur air et ses yeux sortant presque de leurs orbites. Violer??? QUOI??? Mais il était tellement tétanisé qu'il ne réagissait pas sur le coup. Bien entendu, la lycéenne n'attendit pas que l'étudiant se relève avant de porter le coup final.

- Pourquoi tu fais cette tête-là ? Me dis pas que je t'ai percé à jour ? C'est quand même pas ce que t'avais l'intention de faire ?...

Finalement, le teint de Reiji vira au rouge et sa consternation put enfin se manifester à voix haute.

- PAS DU TOUT! ABSOLUMENT PAS! Maru, mais c'est quoi cette accusation??? Je ne voulais pas d’ambiguïtés ou de malentendus, je ne te vois pas du tout comme ça! Enfin, tu es trop jeune pour penser à ce genre de choses. ...Quoiqu'il y a des gens très tordus, MAIS JE NE FAIS PAS PARTIS DE CEUX LÀ! Je te le jure!

Il posa la gauche sur son cœur tout en levant sa main droite, jurant sur la tête de son grand-père et de son père que jamais il ne commettrait un acte aussi odieux.

- ...Est-ce que je donne une telle impression, demanda-t-il, avec les yeux d'un chien battu délaissé sous la pluie.

Non mais... Cette fille allait lui donner une attaque!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mer 25 Avr - 4:50

C'était grandiose. Tout simplement grandiose. Maru croyait voir du rouge teinter le visage de Reiji. Alors, soit elle était vraiment, mais alors vraiment trop fatiguée et se mettait à avoir des hallucinations, soit du sang coulait sur ses yeux et altérait sa vision des couleurs, soit on l'avait dopé à son insu, soit il virait vraiment au rouge et il s'agissait alors d'un spectacle phénoménal. On aurait dit qu'il allait exploser ou décoller comme une navette spatiale lancée par la NASA (le terme exploser s'appliquant aussi à la comparaison avec une navette (un moment de silence pour tous les astronautes ayant perdu la vie dans l'explosion de la navette Challenger)).

- PAS DU TOUT! ABSOLUMENT PAS! Maru, mais c'est quoi cette accusation??? Je ne voulais pas d’ambiguïtés ou de malentendus, je ne te vois pas du tout comme ça! Enfin, tu es trop jeune pour penser à ce genre de choses. ...Quoiqu'il y a des gens très tordus, MAIS JE NE FAIS PAS PARTIS DE CEUX LÀ! Je te le jure!

C'était une véritable pièce de théâtre, cependant, au milieu de toute cette agitation, la punk avait remarqué un détail.

- ...Est-ce que je donne une telle impression.

La jeune fille rétorqua en secouant la tête, une main devant la bouche, l'autre croisant son ventre comme si elle pouvait exploser (comme une navette spatiale) de rire à tout moment :

- Pas du tout, mais faut bien que je trouve le moyen de rire une fois de temps en temps.

Croisant à nouveau le regard de Reiji, cette fois Maru n'arriva pas à résister, elle éclata de rire au point de devoir appuyer ses mains contre ses genoux pour ne pas perde l'équilibre et tomber au sol. Au milieu de deux éclats, elle parvint néanmoins à articuler :

- Ta tête !

Elle ne réussit à s'arrêter que lorsqu'elle s'étouffa en avalant sa salive de travers, causant ainsi une quinte de toux. Peut-être le karma était-il responsable ? Après s'être remise de tout ces vas et viens d'air dans ses poumons, elle se redressa, croisant ses bras sur ses côtes qui avaient beaucoup travaillé et dit, l'air de rien :

- Heyy, t'as dit " Maru " pour la première fois sans ajouter de " chan " juste après.

C'était très certainement accidentel au vue de la situation, mais il restait que le jeune homme avait tout de même laissé tombé la formule de politesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mer 25 Avr - 5:23

Ce qui était pour Réjean la fin du monde semblait être un véritable spectacle d'humour pour Maru-chan. Cette dernière éclata de rire, pas son petit ''haha'' sarcastique, non, là c'était un rire franc. Elle se tenait le ventre d'une main et avait l'autre devant sa bouche, un peu plus et elle tomberait sur le côté en se tordant de rire. Décidément, le Français ne comprenait plus rien. Son expression faciale, la bouche qui s'ouvrait, puis se refermait sans toutefois arriver à produire le moindre son, et les yeux ronds évoquait la tête d'un poisson rouge. Interrompant à peine ses éclats de rire, elle lui répondit que non, elle ne le prenait pas pour un violeur (encore heureux!), mais qu'il fallait bien rire un peu. Sur le coup, Reiji n'était pas sûr d'apprécier la plaisanterie à ses dépends, mais il soupira, décidant de passer l'éponge pour cette fois. Elle avait juste un bien curieux sens de l'humour ou alors sa tête valait vraiment tout l'or du monde.

Il s'alarma quelque peu lorsque l'adolescente se mit à s'étouffer avec sa salive. Il la regarda impuissant, espérant qu'elle allait pouvoir se remettre à respirer. Il aurait dût emmener une bouteille d'eau pour bien faire... Sinon tapoter le dos ne servirait à rien dans ce cas-ci et risquait de nuire plus qu'autre chose. Fort heureusement, cela ne dura que quelques secondes à peine.

Comme si rien n'était, Maru se releva, respirant à nouveau normalement et reprenant son calme.

- Ça va mieux?, demanda-t-il.

Elle ne répondit pas, mais ses gestes le faisait pour elle. L'adolescente se tenait à nouveau droite, croisant les bras et lorgnant Reiji soudainement. Qu'avait-il fait cette fois-ci?

- Heyy, t'as dit " Maru " pour la première fois sans ajouter de " chan " juste après.

- Hein? J'ai fais ça?

Il n'en avait même pas eu connaissance dans sa panique plus tôt. S'inclinant, il s'excusa pour cet écart de politesse.

- C'était mal venu de ma part et aussi pardon d'avoir haussé la voix!

D'ailleurs, dans le quartier plus loin on pouvait entendre un chien japper. Pourvu qu'il n'avait pas été alerté par son emportement. Il détestait crier, on pouvait facilement communiquer en adultes sans en venir à l'agression. Un tel débordement ne lui ressemblait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mer 25 Avr - 6:05

Comme elle s'en doutait, le jeune homme n'avait même pas réalisé ce qu'il avait fait. Aussi s'en excusa-t-il, ce qui agaça Maru qui croyait qu'il ne ferait que constater sans plus. Elle regrettait de s'être attendue à autre chose, elle n'aurait pas dû laisser ça se produire. Après tout, la meilleure façon de ne pas être déçue, c'était de ne pas avoir d'attente. Mais non, voilà que, comme un véritable Japonais endoctriné dans la société japonaise, Reiji s'excusait en s'inclinant en plus !

- C'était mal venu de ma part et aussi pardon d'avoir haussé la voix!

La jeune punk leva les mains vers le ciel, avant de les mettre dans les poches de son blouson noir. Si une roche s'était trouvée devant elle, elle l'aurait probablement envoyée valser d'un coup de pied dans une Doc Marten.

- Mais je vois même pas pourquoi tu t'excuses. Tu serais probablement même pas en train de le faire si on n'était pas au Japon, alors arrête-moi ça, cette manie de t'excuser pour tout et rien à tout bout de champ. Au moins, arrête de faire ça avec moi, parce que ce sont tes excuses qui m'offensent ! Est-ce que c'est trop " occidental " de ma part de dire ça ?

Elle laissa planer un silence, avant de reprendre :

- Et puis, t'es pas toujours obligé de rajouter " chan " après mon nom. Tu crois que moi je vais t'appeler " Reiji-san ". Bah la réponse c'est non, parce que ça me donne juste l'impression de gaspiller un mot en inutilité. Parce que tant qu'à faire, autant t'appeler mister Ledoux.

N'ayant rien d'autre à dire et sentant un espèce d'étourdissement l'envahir, la jeune fille se recula pour s'appuyer contre le poteau le plus près, ferma les yeux et se massa le front en marmonnant :

- Ça m'énerve cette société, ça m'énerve...

Peut-être commençait-elle à être épuisée à force de dire autant de choses en aussi peu de temps ou bien peut-être se sentait-elle soudainement un peu trop à l'étroit en pensant à toutes ces règles débiles de bienséance propre à la communauté japonaise. Elle était pourtant bien à l'air libre, mais dans sa tête, tout semblait s'entasser de sorte qu'elle se sentait prise au piège. Ce qui était sûr, c'était que la fatigue ne l'aidait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Mer 25 Avr - 18:21

Reiji voulait seulement être poli et rattraper sa bourde alors pourquoi, mais pourquoi alors avait-il l'impression qu'il venait de s'enfoncer encore plus? Plus il parlait, pire c'était. Découragée et exaspérée, la punk leva les mains au ciel encore une fois avant de les remettre dans ses poches comme dans un geste de rage silencieuse. Elle... se fâchait parce qu'il s'excusait? Quoi? Et bien entendu le premier réflexe que le Français avait s'était de s'excuser, mais il s'arrêta juste avant. Il était sur le point de s'excuser parce qu'il s'excusait trop. C'était lui tout cracher ça, pour le coup, il se serait bien plaqué la main sur le visage, mais il ne voulait pas que Maru croit que c'était à cause d'elle.

Lorsqu'elle lui demanda si c'était trop ''occidental'' de sa part de dire ça, Reiji fut vraiment tenté de dire oui, mais il garda cette réflexion pour lui. On aurait dit qu'ils étaient tout les deux nés dans le mauvais pays. Reiji était soit un stéréotype anglais ou japonais avec son obsession des règles et de la bien-séance et ses excuses et Maru... Maru, elle s'en fichait. La politesse l'offensait? Mais n'était-ce pas plus insultant de voir les gens se traiter aussi familièrement alors qu'ils se connaissaient à peine?

Le Français se rappela de Laure, une de ses camarades du primaire avec cette phrase qu'elle disait si souvent. ''T'es bizarre Réjean...'' Vraiment? L'était-il à ce point? Si on devait employer ce mot, la punk l'était visiblement plus que lui, mais ce serait méchant et la juger uniquement baser sur l'apparence. Si on ignorait le fait qu'il était un noir au Japon, Reiji faisait son possible pour ne pas sortir du lot et s'adapter. Alors... Pourquoi Maru faisait-elle tout le contraire de lui? Elle qui était asiatique?

- Et puis, t'es pas toujours obligé de rajouter " chan " après mon nom. Tu crois que moi je vais t'appeler " Reiji-san ". Bah la réponse c'est non, parce que ça me donne juste l'impression de gaspiller un mot en inutilité. Parce que tant qu'à faire, autant t'appeler mister Ledoux.

La bouche de Reiji se crispa un peu. Bon, okay, même lui qui accordait de l'importance aux suffixes et à la politesse ne voudrait pas se faire appelé mister Ledoux, du moins pas par Maru. Il avait l'impression surtout que de sa part ce serait sarcastique.

- Pa--- Je voulais seulement m'adapter... Je ne pensais pas que cela te mettrait en colère, alors si tu ne veux plus de suffixe, je t'appellerai tout simplement Maru... Enfin je vais essayer. Maru... Maru.

Ça faisait bizarre de le dire consciemment. Il avait répété son nom comme pour habituer sa bouche à dire son prénom sans le suffixe. En effet s'ils n'avaient pas été au Japon, ce serait simple. Il n'avait jamais appelé son amie Laure-chan, mais voilà c'était à Paris, on fait comme les Parisiens. Au Japon, on fait comme les Japonais. Était-il considéré comme endoctriné à cause de cela?

Soudainement, la lycéenne bascula contre un poteau, visiblement prise d'un malaise.

- Maru?! Que t'arrive-t-il???

Il s'avança vers elle, inquiet. Elle était blême et semblait ne plus avoir de forces. S'il le fallait, il la transporterait à l'hôpital!

- Fais tu de l'anémie ou de la basse pression??? Je peux faire quelque chose? Reste avec moi, Maru!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Jeu 26 Avr - 1:46

Elle essayait de prendre de grandes respirations afin de ne pas perdre la notion de l'espace qui l'entourait. Elle était dehors. Elle était dehors et à l'air libre. Elle était dehors...

- Maru?! Que t'arrive-t-il???

La jeune fille entendait à moitié. Elle aurait voulu éviter que ça paraisse, mais de toute évidence, ça n'avait pas fonctionné et il était un peu tard pour tenter de sauver les apparences. Elle n'était pas en moyens de le faire.

- Fais tu de l'anémie ou de la basse pression??? Je peux faire quelque chose? Reste avec moi, Maru!

Gardant les yeux fermés, elle secoua la tête. Non, elle ne faisait pas d'anémie. Elle ne faisait pas non plus de haute ou de basse pression. C'était encore pire, elle faisait une minuscule crise de claustrophobie. Si elle avait été physiquement entravée, elle se serait agitée et débattue, mais dans la situation actuelle, tout se passait dans sa tête. La première fois que sa claustrophobie s'était manifestée, Maru avait 5 ans. En jouant, elle s'était accidentellement enfermée dans un placard de rangement dont la poignée était défectueuse, dans l'appartement où elle vivait. Le fait de se retrouver seule dans le noir et dans un espace confiné où des objets aux textures étranges la touchaient sans qu'elle puisse savoir ce dont il s'agissait lui avait fait peur de base, mais le fait de ne pas être capable d'ouvrir la porte ou d'allumer la lumière l'avait fait paniquer davantage et elle s'était mise à pleureur en tapant dans la porte. Ce n'était qu'après 5 minutes que ses parents avaient fini par l'entendre. Cependant, même après s'être aperçus qu'elle était enfermée, ils n'avaient pas été capables d'ouvrir la porte et il avait fallut 4 autres bonnes minutes avant que la poignée ne se décide à tourner et qu'ils puissent enfin libérer leur fille des ténèbres de l'espace de rangement. Entre temps, la peur de rester indéfiniment coincée dans le placard (il faut se mettre dans la tête d'une enfant de 5 ans) avait eu le temps d'achever la pauvre petite. Par la suite, épuisée par son expérience traumatisante, Maru avait fait une longue sieste.

Finalement, après une bonne minute passée à prendre de profondes inspirations et expirations, Maru réussit enfin à souffler, basculant la tête vers l'arrière pour l'accoter contre le poteau.

- Ça va... ça va..., répéta-t-elle, un peu pour finir de se convaincre elle-même qu'il n'y avait pas de problème et que tout allait bien. Sentant le vertige s'éloigner, elle rouvrit les yeux, les faisant cligner quelques fois, avant de regarder le ciel pendant un moment et de dire pour une dernière fois :

- Ça va. Je suis dehors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Jeu 26 Avr - 2:54

Voyant que l'adolescente ne lui répondait pas, du moins pas verbalement, l'inquiétude de Reiji ne put que s'accroître. Et si c'était de sa faute? Avec un peu de recul, il se demanderait bien en quoi il aurait put être responsable de l'état de Maru, mais sur le coup, il se demandait s'il n'avait déclenché quelque chose ou si ses excuses auraient put provoquer de l'anxiété. Il ne savait pas. Il ne comprenait pas et durant ce temps là il avait peur. Quand la lycéenne souffla que ça allait, ses paroles faiblement prononcées furent loin d'être convaincante. Elle regardait le ciel avec des yeux vitreux et franchement cela évoquait à Reiji ces scènes dans les films où un personnage lève les yeux au ciel faiblement en attendant la mort. Mince, cette pensée lui donnait réellement la chair de poule!

- Ça va. Je suis dehors...

Dehors? Reiji se gratta nerveusement les cheveux. Peut-être que... Peut-être tirerait-elle son énergie d'un espace plus ouvert? Il n'en avait aucune idée, mais la rue n'était déjà pas le meilleur endroit pour se reposer. Il n'y avait pas de bancs et les maisons et commerces étaient serrés les uns contre les autres. Il fallait qu'elle s’assoit... Ou qu'elle s'étende. Un endroit, un endroit qui conviendrait--

- Oh! Je sais!

Se tournant vers Maru, il ne put s'empêcher de s'excuser comme pour ce qu'il s'apprêtait à faire. Il l'a prit dans ses bras telle une mariée, bien qu'il n'avait absolument pas cette image en tête, la pauvre lui évoquait d'avantage une poupée de chiffon tant qu'elle était molle. Il partit à un rythme entre le jogging et la course.

- Je connais un endroit, tu pourras te reposer, ce n'est pas trop loin,

Son sac en plastique, autour à présent de son coude ballottait au rythme de ses pas tandis que Reiji tournait un coin de rue, puis un autre, continuait tout droit. Ils arrivèrent à une grille, heureusement ouverte, qui protégeait un parc. Une fois l'entrée franchie, ils se retrouvaient dans un lieu où l'herbe verte était visible sur plusieurs mètres, où les arbres poussaient et où il y avait des bancs dispersés un peu partout. Au centre de tout cela, il y avait une colline.

Reiji y venait parfois quand il gardait les enfants, c'est pour ça qu'il avait pensé à ce lieu. Ne perdant pas de temps, il grimpa à bonnes enjambées la colline avant d'y déposer Maru avec douceur.

- C'est l'espace le plus ouvert que je connaissais à proximité, lui dit-il.

Pourvu que ça aide un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Jeu 26 Avr - 4:01

Maru croyait avoir récupéré, mais ce n'était peut-être pas cas, du moins, pas autant qu'elle l'aurait cru, car elle avait à peine réalisé que Reiji l'avait pris dans ses bras. C'était comme si son disque avait sauté une séquence et que le fil des événements avait repris quelques secondes plus tard. Elle se laissa faire, n'ayant pas l'esprit à la protestation et n'étant pas en pleine possession de ses moyens. La punk savait qu'il valait mieux qu'elle le laisse faire. De toute façon, elle avait secrètement confiance en Reiji. Elle savait qu'il ne lui ferait pas de mal. Sa réaction plus tôt par rapport au sujet de l'abut avait achevé de la convaincre.

- Je connais un endroit, tu pourras te reposer, ce n'est pas trop loin.

À ce stade, il aurait pu l'amener chez lui que ça n'aurait même pas dérangé l'adolescente. Elle se sentait comme un animal sans défense et malheureusement pour elle, les ballotements dus au transport ramenaient sont vertige, lui faisant à nouveau fermer les yeux. Elle les garda fermés malgré l'arrêt du mouvement et même lorsqu'elle senti l'herbe sous elle. L'herbe dans laquelle elle s'étendit avec un soupir de soulagement.

- C'est l'espace le plus ouvert que je connaissais à proximité.

Elle manqua de peu de l'embrasser (la pelouse, hein, pas Reiji), mais se contenta de caresser la surface végétale d'un geste apaisant et répétitif de la main. L'herbe était fraiche et c'était agréable pour Maru. Elle finit par se redresser après au moins 3 bonnes minutes passées couchée sur le gazon. Elle laissa son regard parcourir lentement l'environnement qui l'entourait. Est-ce qu'il s'agissait du parc qu'elle avait découvert lors de ses premiers jours ? Ou bien était-ce un autre endroit ? Elle n'avait pas souvenir d'avoir croisé de colline pendant ses escapades, alors il devait s'agir d'un autre parc.

- C'est agréable comme endroit... Ça fait du bien.

Après un moment, elle parvint à dire avec un peu de difficulté :

- Merci...

C'était peu courant qu'elle dise ce mot. Après ça, la punk se doutait que Reiji voudrait connaître la raison de sa soudaine faiblesse afin de savoir s'il devait continuer de s'inquiéter. Elle se doutait aussi que si elle se contentait de dire " Ce n'était rien ", il continuerait de la surveiller et de lui demander si tout allait bien, dans la crainte qu'elle ne fasse un autre malaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Jeu 26 Avr - 5:05

Reiji resta aux côtés de Maru, n'osant pas vraiment s'asseoir. Il avait son téléphone pour appeler les secours s'il y avait quoi que soit. Il ne pouvait pas faire grand chose de plus, à part peut-être trouver un rafraîchissement pour la demoiselle. S'ils avaient été à Paris, il aurait sans doute fallu passer à la supérette, mais au Japon, les machines distributrices étaient littéralement partout. Faisant attention à ne pas perdre de vue l'adolescente, il se dépêcha d'aller au distributeur de boisson le plus proche. Sortant cent yen, il prit la première chose qu'il vit, un soda au melon, avant de retourner vers Maru. Cette dernière était étendue dans l'herbe en caressant celle-ci. Elle ne semblait pas en danger, mais plutôt en train de rêvasser. Après un moment, elle se redressa. Déjà son visage affichait des couleurs plus normales et elle respirait plus régulièrement.

- C'est agréable comme endroit... Ça fait du bien.

- Tant mieux... C'est vrai que c'est un bon coin. Tranquille et sécuritaire, approuva-t-il.

Heureusement, sinon jamais il n'aurait emmené des enfants pour y jouer. Il n'y en avait pas en ce moment, peut-être était-ce encore trop tôt. Reiji ne se plaignit pas cette fois d'un peu de tranquillité, pour le bien-être de la jeune lycéenne. Contre toute attente, celle qui lui reprochait de gaspiller des mots en politesse, le remercia. Il manqua de peu d'échapper sa canette. Manquerait plus que ça, une autre réaction ''exagérée'' de la part du brun, mais il parvint à avoir une réaction normale.

- Oh... Oh ce n'est rien, c'est normal!, bredouilla-t-il, un peu pris de cours avant de lui sourire.

Il lui tendit la canette avant de s'asseoir sur un blanc non loin d'elle.

- Tiens, ça devrait te rafraîchir un peu.

Il plana un certain silence où Reiji fit mine de profiter du beau temps, il y avait une certaine brise qui se ressentait mieux maintenant qu'il n'y avait pas de bâtiment pour la couper. Il déposa son sac de courses à ses côtés, jouant un peu avec ses mains avant de poser la fameuse question. Maru s'attendait sans doute à la question et Reiji se préparait mentalement à ne pas recevoir de réponses, mais il préféra tenter le coup quand même.

- Que s'est-il passé? Ça t'arrive souvent?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manami Hibiteru
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 49
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Musique et tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Jeu 26 Avr - 6:02

Le fait de dire merci avait visiblement ébranlé le jeune homme et ça, Maru l'avait vu même s'il avait essayé de le dissimulé derrière une réaction anodine.

- Tiens, ça devrait te rafraîchir un peu.

Il lui tendit une canette que la Japonaise occidentale inspecta après l'avoir prit. Non pas qu'elle se méfiait du breuvage, mais elle était simplement curieuse de voir ce dont il s'agissait. Soda au melon, c'était la première fois qu'elle voyait ça. Elle aurait voulu remercier Reiji pour la canette, mais un seul " Merci " était déjà assez éprouvant pour elle, alors deux... Bref, elle se contenta d'ouvrir la canne et de boire quelques gorgées silencieusement, avant de la déposer dans l'herbe, non sans s'assurer d'abord qu'elle ne se renverserait pas. La punk attendit qu'il parle en premier. Plus les secondes passaient et plus elle sentait que ça arrivait, jusqu'à ce qu'il ose enfin :

- Que s'est-il passé? Ça t'arrive souvent?

Maru se retourna pour faire face à Reiji, assis sur un banc derrière elle, et se plaça en tailleur. Cependant, elle évita son regard, préférant regarder la pelouse.

- Ça dépend du lieu où je me trouve... C'est rare que ça m'arrive dans le genre de conditions de tout à l'heure, mais c'est fréquent quand je me retrouve dans des lieux très étroits, genre quand je connais pas de sorties ou quand je me sens coincée sans possibilité de me dégager... Je suis claustrophobe, en fait...

Comme pour mieux faire passer le dévoilement de cette phobie, bu quelques gorgées du soda. La jeune fille se doutait bien que Reiji ne ferait rien de méchant avec la connaissance de cette information, mais il n'en restait pas moins que c'était un coup difficile pour l'orgueil. C'était un peu comme une défaite de devoir avouer qu'elle était sujet à une telle peur, car généralement, peu de personnes étaient au courant et restaient dans l'ignorance jusqu'au moment où elle faisait une crise. Et étant donné que ça pouvait même parfois lui arriver dans les transports en commun bondés, l'adolescente était contente de n'avoir qu'à marcher pendant une quinzaine de minutes afin de se rendre à l'académie. Elle évitait ainsi d'avoir à prendre l'autobus ou le train pendant l'heure de pointe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réjean Ledoux
Université • 3ème année
avatar

Messages : 49
Age : 28

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   Jeu 26 Avr - 7:24

Maru observa la canette avant de juger celle-ci comme étant acceptable, puisqu'elle l'ouvrit et commença à la boire directement. Reiji ne prit pas personnel le manque de remerciement, considérant que la japonaise l'avait fait quelques secondes plus tôt. À bien y penser, une boisson fraîche lui aurait fait du bien aussi après cette petite course, mais il avait utilisé ses dernières pièces. Tant pis, il y avait de l'eau à la maison de toute façon et il n'était pas particulièrement pressé non plus. Il se replaça plus droit sur son banc, veillant à avoir une bonne posture tandis que Maru, assise en tailleur, se tourna vers lui. Tiens? La voilà qui ne le regardait même pas comme si elle était honteuse. Difficile d'avoir une opinion en béton sur quelqu'un qu'on ne voit que la deuxième fois, mais il avait tout de même cette impression que la Maru face à lui ne ressemblait pas à celle qui sortait sa cigarette sans le moindre scrupule dans un terrain d'école.

Reiji fit du silence sa règle d'or et fut tout ouïe lorsque la lycéenne se décida à parler. Décidément cette fille était pleine de surprises.

- Ça dépend du lieu où je me trouve... C'est rare que ça m'arrive dans le genre de conditions de tout à l'heure, mais c'est fréquent quand je me retrouve dans des lieux très étroits, genre quand je connais pas de sorties ou quand je me sens coincée sans possibilité de me dégager... Je suis claustrophobe, en fait...

C'était donc ça... Reiji pouvait la comprendre un peu, il avait lui-même le malheur d'avoir plusieurs phobies. Ce n'était pas facile à vivre et cela se voyait que cela avait encore plus dur pour l'adolescente d'en parler. Avait-elle peur de paraître plus ''vulnérable''? Où était le mal? Tout le monde avait leurs faiblesses. C'était humain, tout simplement.

- Je peux imaginer un peu, enfin moi ce n'est pas la claustrophobie, mais j'ai la peur des hauteurs et des... transports. Ironique venant de la part de quelqu'un qui a passé des heures en avion. J'ai affronté ma peur pour réaliser mon rêve, mais j'étais terrifié tout le long, je croyais que mon cœur allait s'arrêter.

Il espérait que partager son propre ''secret'' aiderait Maru à se sentir mieux et un peu moins seule. Regardant autour de lui, comme pour s'assurer qu'ils étaient encore seuls, enfin sur le périmètre de cette colline, Reiji lui assura qu'il ne parlerait de ceci à personne. Et puis pourquoi irait-il scander dans les rues que Maru était claustrophobe d'ailleurs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)   

Revenir en haut Aller en bas
 
À la croisée des chemins (Cendrillon euh Maru-Chan!)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Ville de Nara :: Centre-ville :: Les rues-
Sauter vers: