Partagez | 
 

 Faire le 1er pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel C. Jefferson
Hôte
avatar

Messages : 6
Age : 25
Profession : Hôte

Infos supplémentaires
Clubs:
Mais encore ?:

MessageSujet: Faire le 1er pas.   Lun 29 Jan - 18:28

Faire le 1er pas
"Faut que je fume là, je tiens plus !"
"Prends carrément ta pause, tu pourras en fumer plus !"
"Nan j'attends une cliente particulière ... Hey Gaby ! Tu viens fumer avec moi ?"

Se décollant du bar où il était accoudé en train de discuter avec un autre de ses collègues, Gabriel haussa un sourcil en souriant. Fumer, lui ? Il n'avait jamais essayé et n'en n'avait pas l'intention. Est-ce qu'il avait une tête de fumeur? En tout cas, l'invitation lui fit plaisir et même s'il ne faisait pas très chaud dehors, il accepta d'aller se les cailler quelques minutes. Prendre l'air allait lui faire du bien et discuter avec Kôma aussi. Ils s'entendaient bien tous les deux. Kôma parlait anglais plutôt bien et quand Gabriel ne savait pas s'expliquer comme il le fallait en japonais, il arrangeait les choses à coup de langue maternelle. Son pote était là depuis longtemps et se situait dans le Top 3, ayant bien plus de client(e)s à son actif que Gabriel et il avait même prit le temps de lui donner quelques conseils après que celui-ci lui ait fait comprendre que le Japon était très différent pour tout.
Aujourd'hui, ils partageaient leurs expériences en ricanant la plupart du temps.

"Tami-chan m'a achevé avec toutes ses questions ! J'en pouvais plus de lui sourire !"
"T'avais pas une phrase cliché en réserve ? Du style 'concentre-toi sur moi chérie, tu vas me rendre triste sinon' ?"
"Crétin ... C'est une VIP, elle me connaît par cœur celle-là. Je la soupçonne même de m'emmerder exprès ! ... Bah tu fumes pas ?"
"Ni aujourd'hui, ni jamais. J'aime entretenir mon corps tout en mangeant ce que je veux donc ça veut dire sport, chose que tu peux pas faire sinon tu meures sur le champ."
"Tu parles comme un pépé."

Ils ricanèrent encore de longues minutes en se taquinant comme des enfants. Ces échanges, pourtant futiles,
permettaient à Gabe de se sentir de plus en plus intégré dans ce pays, dans ce milieu. Étant reparti de zéro sur toute la ligne, il s'était attendu à une compétition plutôt féroce mais bizarrement, il se retrouvait finalement à créer des liens sans grande difficulté.
Bien sûr, il ne jouait pas dans la cour des grands puisqu'il refusait de vendre son corps malgré les différences de salaire assez énormes mais à part les prévisibles prétentieux qui se croyaient plus forts que les autres, l'ambiance était plutôt correcte. Le jeune américain ne venait pas à reculons et passait ses mauvaises expériences à la rigolade pour mieux s'en sortir.

Jouant de son menton pour remonter son écharpe au niveau de son nez puisque ses mains étaient cachées dans les poches de son manteau, Gabriel écouta son pote lui raconter une énième anecdote sur d'anciens membres. Des photos accrochées dans les couloirs les faisaient y croire dur comme fer !
Mais toute son attention fut reportée illico vers cet homme, de l'autre côté de la rue qui semblait s'être arrêté net, comme figé par le temps. Ses yeux fixaient leur bâtiment avec une telle fascination que Gabriel se demanda s'il n'était pas en feu ! Est-ce qu'il cherchait quelque chose ? Quelqu'un ? On aurait dit un enfant qui n'osait pas demander pour aller aux toilettes ! Et alors que Kôma éteignait sa cigarette pratiquement finie au moment où sa cliente le saluait de loin, Gabriel se décolla du mur pour se diriger vers le trottoir d'en face.
Ce n'était peut-être rien mais sa curiosité lui disait d'aller au moins poser la question, quitte à se retrouver face à un stalker qui allait fuir en prenant peur, ou à un étranger complètement perdu qui allait tenter de lui faire comprendre des mots dans une langue inconnue ... Il s'attendait à tout !

"Excusez-moi, vous ... vous cherchez quelque chose ? Je peux peut-être vous aider ?" avait-il dit en japonais en pensant faire face à un habitant pure souche.

Gabriel s'était toujours demandé ce qui poussait un homme ou une femme à louer les services d'un hôte.
C'était cher, court en général et surtout hypocrite. Ils  avaient ordre d'être gentils, serviables, de bonne humeur et compagnie mais comme tout le monde, ils avaient des soucis et des jours sans. Si c'était plutôt simple de jouer un rôle en temps normal, c'était un réel calvaire certains jours et ils ne recevaient aucune félicitations pour avoir réussi à garder leur calme. Ce métier jouait sur les nerfs ...
En tout cas, en connaissant les ficelles du métier, Gabe était sûr de ne jamais louer les services d'un hôte pour tant de temps et préférait largement aller boire un verre avec un vrai ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Hyun Park
Université • 4ème année
avatar

Messages : 12
Age : 25
Cursus : Art
Multicomptes : Lola S. Ofaleli

Infos supplémentaires
Clubs: Art & Tennis
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Faire le 1er pas.   Lun 2 Avr - 14:15




Faire le 1er pas.


Gabriel C. Jefferson & Soo Hyun Park


Je me sens pas d'une très bonne humeur ce soir. Non pas que je sois à deux doigts de sauter à la gorge de quelqu'un ou même de répondre sèchement. Non pas du tout, c'est loin d'être mon genre, je ne gaspille pas mon énergie à m'énerver contre quelqu'un qui dans la majorité des cas ne mérite pas que je m'implique autant pour lui. Je suis plutôt pacifiste de base et j'en profite pour éviter les conflits quand il y'en a. Les mots ont tendance à coller à mes émotions et si je parle un jour quand je suis très énervé, ça ne sera pas du tout des paroles qui reflètent ma vraie personnalité, ni mes vraies pensées, alors je préfère me taire et tant pis si la personne prend ça pour de l'arrogance. C'est qu'elle ne me connait pas
du tout.
Bref tout ça pour dire que non ... je suis plutôt d'humeur maussade. Mon coeur est vide, mon esprit aussi, je n'arrive même pas peindre et ça, ça m'arrive rarement. J'ai été comme abandonné par ma muse depuis quelques jours et c'est très difficile pour moi d'avoir envie de m'intéresser à autre chose quand même ma passion me laisse de marbre.

J'ai l'impression que mon corps est comme une grosse pierre qui m'entraîne au fond de l'eau et je pourrais me baisser pour détacher la corde qui me lie inexorablement mais j'en ai pas envie. Je ne sais pas ce qui m'attend à la surface alors en attendant, je coule. C'est pas douloureux, c'est juste pas très énergisant.

Je suis sorti de chez moi, enfin de cette chambre de quelques mètres carré au pensionnat, elle n'a pas assez de place pour laisser libre cours à mes talents artistiques, j'ai vraiment besoin d'un studio mais j'ai pas de thunes et j'ai pas envie non plus de travailler. Je coule en soi. J'aime ruminer ma détresse et me laisser brûler à feu doux. Mon but étant ? De rejoindre mon frère ? Qui me pourrira pendant sept vies pour avoir fait ça. Non, mon but étant de retrouver l'étincelle qui m...

- Qu'est-ce que ...

Je me suis stoppé brutalement dans la rue. Devant un simple bâtiment en pleine nuit. Un bâtiment qui ressemble étrangement à un diamant posé sur un tas d'immondices. Je ne sais pas pourquoi je le vois ainsi . Les lumières sont plutôt banales, symétriques, et il n'a pas plus d'impact que certains autres bâtiments que j'ai déjà croisé mais quelque chose m'attire en lui. Est-ce que ce sont les personnes qui sont devants qui brillent ? Peut-être ce fond sonore qui m'interpelle quand la porte s'ouvre ? Ou alors ce logo qui m'attire ? Il m'est difficile de le décrire, mais je dirais que c'est une silhouette d'homme qui réhausse sa cravate. Le contraste noir & blanc est saisissant et quelque chose se faufile dans mon coeur. Je me sens comme irrésistiblement attiré par cet endroit, alors que je ne sais même pas à quoi il correspond. En tout cas, le regarder me fait du bien, je me sens comme apaisé.

Je remarque le jeune homme qui se dirige vers moi. Il doit trouver mon attitude bizarre, je ne l'en blâme pas. Peut-être va-t-il me demander de partir parce que je fais peur aux gens sur le trottoir. Est-ce que c'est un videur ? Je le regarde avancer vers moi, de cette démarche hypnotique qu'est la sienne. Il fait clairement partie de cet endroit, j'aimerais apprendre à briller comme lui. Il porte une écharpe, aussi douce dans son cou que beaucoup trop rêche pour la peau soyeuse de ses joues. J'ai envie de lui conseiller de la flanelle ou de la soie mais je ne sais pas s'il parle japonais, ou une autre langue que je vais comprendre. Je ne dis pas un mot jusqu'à ce qu'il m'aborde. La curiosité maladive qu'est la mienne pour tout ce qui m'est inconnu m'a laissé profiter jusqu'à la dernière seconde de ce suspens avant les mots. J'étais dans une ignorance totale du son de sa voix, de l'intonation qu'il allait prendre et bien sûr du message qu'il allait me transmettre.

Et puis la phrase a été dite, libérant bien plus qu'une seule information sans qu'il le sache. Il a contribué à nourrir une soif insatiable en moi. Je dévore les émotions que je ressens et j'enregistre la moindre mimique de son visage. Cet homme pourrait très bien être la source d'inspiration de mon prochain tableau, de mémoire, avec juste le peu que je sais de lui, et l'impression qu'il m'aura laissé en aperçu, parfois meilleure que celle qui caractérise vraiment la personne.
Je suis assez surpris d'ailleurs de sa phrase, je ne le cache pas même si mon visage n'est pas illuminé comme le sien. Je sens mes sourcils se redresser et je prends une minute pour cligner des yeux et réaliser qu'il m'a proposé son aide.

- Je cherche une inspiration. Et cet endroit me semble tout à fait approprié.

Je prends un peu de risques parce que je ne sais pas ce que c'est. S'il m'invite à aller à l'intérieur, je peux peut-être regretter mes mots. Mais toute expérience est bonne à prendre. Je n'ai pas hésité à lui répondre en japonais, même si lui ne l'est clairement pas. J'aime rester mystérieux me concernant et tout apprendre de l'autre. J'ai envie de lui poser des tas de questions, et puisqu'il est dans une optique de rendre service en proposant de m'aider, je pense qu'il n'aura rien contre.

- Qui es-tu ? Je veux dire... qu'est-ce que tu représentes ?

Ma question est clairement bizarre. J'ai parfois du mal à formuler simplement une de mes interrogations. J'ai envie de savoir qui il est pour cet endroit, et pourquoi son aura est si puissante à mes yeux. Il semble même normal pour lui de proposer de rendre service. Comme s'il était formaté. Serait-ce là un prototype très élaboré d'intelligence artificielle ?
Je suppose qu'il ne va pas comprendre ma question et c'est normal. Je ne saurais pas quoi répondre à l'inverse moi non plus. Alors je tente une reformulation :

- Tu sembles faire partie de cet endroit. Tu dégages quelque chose d'intense, comme un café à l'arôme corsé. Tu émoustilles ma curiosité et je me demande comment tu te vois là ce soir ?

A mon sens et à mes yeux, je ne peux pas être plus clair. Je mets les mains dans mes poches parce qu'elles commencent à être gelées. Mon cerveau tourne à plein régime et il a pour le coup délaissé mon corps, simple enveloppe charnelle qui ne m'est d'aucune utilité si j'oublie mes mains.

- Moi je ne suis qu'une ombre ce soir, une âme perdue à la recherche de quelque chose de vivifiant. Je ne suis pas d'un grand intérêt mais tu ... sembles être mon parfait opposé.

En voilà d'un chouette compliment. Il ne me reste plus qu'à espérer que le jeune homme soit d'humeur bavarde pour attiser ma soif...




By Merwyn Arehdel sur Nu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Faire le 1er pas.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Ville de Nara :: Centre-ville :: Les bars et restaurants-
Sauter vers: