Partagez | 
 

 Trois ans plus tard [Flashback avril 2017 / PV Lutecya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isao Sakubara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 9
Age : 21
Cursus : Langues, option Traduction et Interprétariat

Infos supplémentaires
Clubs: Journalisme et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Trois ans plus tard [Flashback avril 2017 / PV Lutecya]   Sam 6 Jan - 18:54

La sonnerie retentit enfin, annonçant avec un bruit strident mais ô combien libérateur la fin des cours pour aujourd'hui, et je ne peux réprimer un soupir soulagé en fermant mon ordinateur portable.
Tandis que notre enseignant nous donne une liste de textes à lire pour le prochain cours de littérature anglaise, les autres étudiants sont occupés à ranger leurs affaires dans le calme. La plupart ont l'air relativement en forme, tandis que moi, je dois bien l'admettre, je suis épuisé.

C'est dur de retourner en cours après trois ans de pause, croyez-moi. Ça n'a beau être que le deuxième jour à l'université, j'ai déjà beaucoup de mal à me recaler dans un rythme de vie socialement acceptable : quand je vivais à Séoul avec Jun, il était pas rare qu'on se couche aux alentours de 4h du matin pour se lever vers midi. J'ai pas besoin de beaucoup dormir, mais pour reprendre un bon rythme, c'est pas de la tarte.
Je me lève de mon fauteuil d'amphi et m'étire longuement avant d'attraper mon sac et de prendre la direction de la sortie.

Coup de chance pour moi, j'ai rien de prévu ce soir : pas de réunion à la salle de jeu, pas de réunion avec l'équipe pour discuter des nouveaux decks... Ce soir, je me pose dans le canapé et j'me couche tôt, Izumi ira squatter dans le salon si elle veut geeker jusqu'à pas d'heure.
Bon, bien entendu, faut quand même que je bosse un peu, j'ai pas repris des études pour rater mon diplôme, même si pour être parfaitement honnête, j'aurais préféré faire autre chose de ma vie que de passer la moitié de mes journées le cul posé dans un amphi.
Mais bon, j'ai raté mon créneau, va bien falloir que je l'accepte un jour.

Je sors finalement dans la cour du campus. Il fait plutôt bon pour un mois d'avril. Si on peut reconnaître un côté positif à l'université, c'est qu'elle m'oblige à sortir de chez moi, à m'aérer l'esprit et, avec l'obligation d'être inscrit dans un club sportif, à bouger ma graisse. Enfin, "graisse"... Maman m'a engueulé quand je suis rentré de Corée y a un mois parce que j'avais encore perdu du poids, et elle a essayé de me gaver comme une oie. Mais rien à faire, je reste désespérément taillé comme une allumette.
Et je suis moyennement convaincu que le Kyudo va m'aider à devenir "swole as fuck" comme disent nos amis outre-Pacifique.

J'arrive finalement à la sortie du campus. L'avantage de finir un peu avant les lycéens, c'est que je me tape pas la foule qui sort de cours aujourd'hui avant de rentrer, c'est déjà ça.
Je jette un coup d'oeil autour de moi. Pas de bus en vue. Bon, ça fait partie de mes bonnes résolutions, je m'étais dit que j'allais faire quotidiennement le trajet de l'appartement à l'université à pied, 20 minutes de marche, 40 par jour, ça allait me maintenir en forme.
Puis surtout, ça évite de payer le bus. Et vu que nos revenus, avec la frangine, sont de type aléatoire, toute économie est bonne à prendre.

Je m'apprête à partir en direction de chez moi quand une silhouette, un peu plus loin, attire mon attention, assise à l'arrêt de bus.
C'était pas gagné pour que je la vois, de base, parce que je suis loin d'avoir une bonne vue et que la personne en question est quand même drôlement petite.
Ça serait quand même pas...

Je me frotte les yeux et me rapproche un peu. Non, cette tignasse, cette stature de naine, ce genre de robes, c'est ELLE.
Mais qu'est-ce qu'elle fait là ? Elle est pas sensée étudier à Kobe ? Et surtout, pourquoi elle est pas en uniforme comme les autres étudiants ?
Une multitude de sensations m'envahit alors que je m'approche d'Elle. D'un côté, c'est toujours sympa de retomber sur des vieux potes, surtout quand ils ont été aussi importants pour toi par le passé, mais de l'autre... On parle quand même de la nana à qui j'avais avoué mes sentiments avant de me barrer comme un gros lâche pour finalement la laisser sans nouvelles pendant trois ans.
... Trois ans putain. Le temps passe vite.

J'arrive finalement au niveau de la jeune femme, et mon coeur bat à tout rompre. Je sais pas comment elle va réagir. Je prends une grande inspiration avant de m'asseoir à côté d'elle.

-Eh ben, si je m'attendais à te recroiser ici... Ça fait un bail.

Toujours aussi bon pour commencer une conversation. Change rien Isao, t'es parfait.


Dernière édition par Isao Sakubara le Dim 7 Jan - 2:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lutecya Landa
Professeur de Théâtre
avatar

Messages : 26
Age : 24
Profession : Professeur de théâtre

Infos supplémentaires
Clubs: Référente club de journalisme
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Trois ans plus tard [Flashback avril 2017 / PV Lutecya]   Dim 7 Jan - 1:01


Lutecya

Isao

Trois ans plus tard.


Deuxième jour de rentrée et j’avais réussi à me faire passer pour une élève pour chacune de mes classes. Oui, je sais, réitérer cette blague plusieurs fois n’a aucun intérêt mais au moins, ça me faisait rire et j’allais à l’avant des blagues sur ma petitesse et tant mieux au vue de la taille de certains. Enfin bon, moi qui avait été stressée pour cette première rentrée de l’autre côté du barreau, je dois bien avouer que tout s’est bien passé et j’avoue en être relativement contente.

En tout cas, je n’imaginais pas à quel point ça pouvait être fatiguant de donner cours toute la journée. Je comprends maintenant pourquoi les profs en fin de journée devenaient légèrement désagréable par moment. Enfin, je crois surtout que je dois trouver mon rythme, tout simplement, et après ça ira beaucoup mieux. Et puis, ce n’est pas pire que de tenir chaque soir sur scène alors, ça devrait bien se passer pour le restant de l’année.

En tout cas, en cette fin de journée, j’avoue que je ne rêvais que d’une chose : mon chez moi, un bon film et une bonne sieste. J’avais donc récupérer mon sac en cuir marron avec mes quelques feuilles de cours et je m’étais dirigée vers l’arrêt de bus. En y songeant, je devrai peut être me décider à passer mon permis et m’offrir une petite voiture mais bon… j’ai suffisamment à payer et tant que je n’aurai pas de coloc, pas possible d’envisager ce genre de folies ! Même si ça paye plus ou moins bien l’école et les pièces dans lesquelles je joue. Ce n’est pas suffisant pour les surplus.

Assise à l’arrêt, je laissais mon esprit divaguer sur les prochaines étapes de ma petite vie. La première ? Réussir à trouver mon père, même si maman ne semblait pas particulièrement d’accord à cette idée. Il faut dire qu’elle avait peur de revoir son premier amour et que je le préfère à elle, ce qui était tout de même vachement ridicule, vu que c’est avec elle que j’ai grandi et pas lui. Lui, c’est surtout une pure curiosité de ma part. Connaître mes origines tout ça. Enfin, voilà ce à quoi je pensais quand j’entendis la personne à mes côtés m’interpeller. Je tournai mon visage dans sa direction, ne comprenant pas la raison pour laquelle cet homme me parlait. Et quand je vis le sien… le choc. Genre vraiment, j’en sursautai, reculant légèrement, me retrouvant presque à tomber du petit banc. De fuck… Isao Sakubara à Nara ! Non mais …. Et toi, le cœur, arrête de battre la chamade. Stop, stop. Je me remets plus ou moins correctement, époussetant ma robe par pur effet de stress avant d’oser à nouveau poser mon regard vers lui. Je devais vraiment avoir la tête d’une meuf paumée, presque en pls. Il ne manquait que le petit corbeau qui passe pour combler le silence et ça aurait été la totale ! Mais… je dois parler…

« Heu… salut ? » je m’applaudis moi-même, me félicite de cette phrase totalement inutile. Et vraiment, ça a l’air tellement intelligible que j’ai l’impression d’être redevenue un bambin qui prononce ces premiers mots. « Qu’est-ce qui t’amène à Nara ? » lui demandai-je alors, lagant toujours autant, incapable de réussir à connecter mes neurones suffisamment longtemps pour réussir à comprendre qu’il était vraiment assis là, après 3 ans de totale absence de ma vie. Et en plus, il revient comme une fleur ce con. Genre… j’ai tellement de questions à lui poser en plus. Et la première, cette fucking lettre d’abandon ? Ha… mais si je commence avec ça, il va croire que depuis 3 ans, je l’ai pas oublié tout ça tout ça. Et non, je dois pas entrer sur ce terrain glissant ! Et puis, je veux pas avoir la réponse finalement. Il y a de l’eau qui a coulé sous les ponts, ça ne doit plus avoir aucune valeur à ses yeux dans tous les cas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isao Sakubara
Université • 1ère année
avatar

Messages : 9
Age : 21
Cursus : Langues, option Traduction et Interprétariat

Infos supplémentaires
Clubs: Journalisme et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Trois ans plus tard [Flashback avril 2017 / PV Lutecya]   Dim 7 Jan - 16:05

Tu sais darling, je veux bien que la situation soit un peu particulière, mais genre, ça va, je suis pas non plus un fantôme, faut pas paniquer comme ça.
Quoi que si en fait, un fantôme, c'est un peu ce que je suis devenu après tout ce temps. J'ai cette faculté à disparaître de la vie des gens plutôt rapidement et efficacement. Mais je m'attends pas souvent à les recroiser dans une autre ville de manière complètement improbable.

M'enfin, ce qui est bien, c'est que ma vieille amie a l'air tout aussi mal à l'aise que moi. Sauf que je le camoufle un peu mieux qu'elle.
Faut dire que j'ose pas la regarder dans les yeux pendant qu'elle nous fait tout son petit cirque. J'ai jamais eu la réputation d'être quelqu'un de courageux.
Tiens, elle a pas avalé sa langue finalement. Son entame de conversation est à peu près aussi élaborée que la mienne, on s'est bien trouvés faut croire. Je continue de fixer mes chaussures, extrêmement gêné par cette situation des plus "awkward".
Je commence à regretter de l'avoir abordé de la sorte. J'aimerais être loin là. Genre enterré au fond d'un trou, à dix mètres de profondeur.

« Qu’est-ce qui t’amène à Nara ? »

... Ah. C'est tout ?
Bon, je me doute bien que pour elle je dois plus représenter grand chose, mais... Quand même. Après trois ans, c'est tout ce qu'elle a à dire ? Je suis déçu, pour le coup.
Après, je peux pas vraiment la blâmer, c'est pas comme si j'avais bien mieux à dire non plus...
Je me gratte la nuque. Retour de mes tics d'anxiété, je suis pas dans le bien, là...

-Je reviens de Séoul, là, je reprends mes études, et comme ma soeur Izumi habite Nara, j'me suis dit que ça ferait un bon endroit pour aller à la fac. Rien de bien passionnant, en somme...

Et le silence à nouveau.
Un ange passe, quelques secondes. Je sais pas quoi ajouter, et en même temps, j'ose pas lui poser de questions, parce que j'ai clairement l' impression de la déranger.
Je sais pas gérer mes relations de toute façon, c'est pas nouveau. Pour ça que j'arrive pas à garder mes potes. Sauf Jun, mais elle, c'est même plus mon amie, c'est ma grande soeur limite, donc ça compte.

Au fur et à mesure que le blanc s'étend, le malaise grandit.
Finalement, je décide de me lever et m'incline légèrement dans sa direction en guise de salut.

-Bon, désolé de t'avoir dérangé, je ne t'embête pas plus longtemps, oublie que j'existe. Salut.

Et je tourne les talons pour repartir en direction de mon appartement.
Je suis un putain de gros lâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lutecya Landa
Professeur de Théâtre
avatar

Messages : 26
Age : 24
Profession : Professeur de théâtre

Infos supplémentaires
Clubs: Référente club de journalisme
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Trois ans plus tard [Flashback avril 2017 / PV Lutecya]   Lun 8 Jan - 1:13


Lutecya

Isao

Trois ans plus tard.


Je le vois, ma réaction le déçoit. Mais, je sais pas, c'est tellement inattendu de le voir là, assis à côté de moi après trois ans d'absence. Je me sens tellement... mitigée. D'un côté, je ressens une joie immense de revoir quelqu'un qui a autant compté pour moi, de l'autre... bah, une forme de frustration de ne pas avoir eu la moindre nouvelle durant toutes ses années. Ok, j'ai jamais répondu à sa lettre, mais c'est pas comme s'il m'avait laissé de quoi le contacter non plus, donc ça ne m'avait pas vraiment aidé. Et là, il m'explique qu'il revient de Séoul et vit chez sa soeur. Une soeur ? Non mais j'en apprends encore avec lui ! J'étais même pas au courant qu'il avait une soeur... c'est délicat tout de même, qu'on se le dise.

Et, me voilà, fixant le bout de mes chaussures, avec cette sensation de ne pas savoir quoi dire ou faire. Ca ne me dérange pas, mais pas du tout, qu'il soit là. Mais...que dire ? Tellement de temps à passer, il revient comme une fleur. J'aurai dû lui sauter dans les bras ? Montrer un grand enthousiasme directement ? Peut-être bien oui, mais avouons-le, ça reste tout de même vachement délicat comme situation.

« Bon, désolé de t'avoir dérangé, je ne t'embête pas plus longtemps, oublie que j'existe. Salut. » me dit-il avant de tourner les talons et s'en fuir. Non....mais ? WHAT ? Comment ? Ouais ben... coco, tu vas pas te défiler une deuxième fois, parole de Lutecya ! Je me redresse de mon banc et le rattrape tant bien que mal avec mes mini-jambes comparer aux siennes et me plante devant lui, lui coupant littéralement la route, les bras croisés. Je soulève un sourcil, gonfle légèrement les joues. Ok, je suis sûre, j'ai pas l'air très crédible, mais c'est pas grave, tant qu'il s'arrête pour m'écouter un temps soit peu.

« Désolée, Sakubara, cette fois, je ne te permettrai pas de te barrer sans me laisser l'opportunité de m'exprimer ! Nan mais... et t'oublier ? Comment est-ce possible ? On oublie pas quelqu'un comme toi, tu le sais bien, t'es unique. » Hop popop ! Faut que je calme mon flot de paroles ou je vais en venir à dire n'importe quoi. Concentration, s'il vous plait.

« Tu ne me déranges pas, je ne m'attendais juste pas à te recroiser comme par magie trois ans plus tard dans cette ville. Alors, hein, j'ai le droit de me remettre de mes émotions... j'aurai presque l'impression que tu me suis !  » m'exclamai-je avant de lui faire un clin d'oeil, montrant que sur la fin de ma petite litanie, je le taquinais en bonne et due forme. Et puis, c'est vrai non ? Lui-même a pas su dire grand chose depuis qu'il m'a aperçue, non ? Alors, on est dans le même bateau ! Nah !

« Séoul ? C'était comment ? Et pourquoi t'es plus là-bas ? Et depuis quand tu as une soeur ? » commençai-je à le questionner, maintenant que j'avais réussi à retrouver l'entièreté de mes moyens. Finalement, il n'avait pas eu tort de me dire ça et fuir, ça m'a aidé à sortir de ma torpeur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trois ans plus tard [Flashback avril 2017 / PV Lutecya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trois ans plus tard [Flashback avril 2017 / PV Lutecya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jardins du Monde à Madagascar / Foire aux Plantes le 24 avril
» Tournoi de reprise février-avril 2017 : Question-Réponses et Résultats
» Messe du 26 février au 30 avril 2017
» Compétition : Défi International d'Avril 2017
» 8 Avril 2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Ville de Nara :: Centre-ville :: Les rues-
Sauter vers: