Partagez | 
 

 La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 18
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Sam 18 Nov - 23:43

La nuit porte conseil




Cette journée de vendredi est vraiment longue.

Tout a commencé ce matin, je me suis levé comme tous les matins avec deux heures d'avance. Ainsi, j'ai eu le temps de me pomponner sous la douche et de me maquiller et me coiffer pour être parfaite.
Aujourd'hui, j'ai utilisé un tutoriel pour faire une tresse assez travaillée. Je suis assez fière, elle renvoie une bonne image de moi : l'image d'une fille soignée et élégante.
Spoiler:
 

Tout est travaillé pour renvoyer une bonne image : ma coiffure parfaite, ma tenue constituée d'une jolie robe pull blanche hivernale avec des collants noirs et une paire de chaussures noires classique. Un look d'étudiante sérieuse, moderne et « cool ».

C'est une bonne chose que nous, étudiant universitaire, puissions nous vêtir comme bon nous semblons à l'académie Yokuboo.

Même mon maquillage très léger a pour but de renvoyer une image agréable de moi.


Après mon temps habituel de préparation, j'ai pris un déjeuner classique et je suis allée à mes cours. J'ai comme d'habitude discuté avec des camarades de classe.
Étant devenue populaire, mes camarades restant le plus à mes côtés sont des demoiselles bien superficiels aux mentalités bien fermées. Toutefois j'essaie toujours de rencontrer d'autres élèves pour augmenter ma liste d'amis.

Je contrôle chaque faits et gestes, de ma voix qui est douce, au ton que j’emploie qui est souvent taquin jusqu'à ma manière de me tenir et bouger mon visage.

Enfin ce soir j'ai participé à une soirée entre filles organisées par une de mes camarades superficiels qui a pour seul but de critiquer d'autres filles de Yokuboo qui ne sont bien évidemment pas invités.
« Tu te rends compte comptes comptes, elle à oser mettre sa jupe Chanel avec un haut de seconde main. Cette fille craint » «  Et machin, tu as vu comme elle est l'aide, c'est une intello en plus ».

Je déteste cette ambiance, ayant moi-même été harcelé plus jeune, je ne supporte pas de les entendre faire leur mauvaise langue. Je tente de les raisonner sans jamais vraiment prendre parti en lançant des « arrête la pauvre, elle est gentille ». C'est assez bateau mais suffisant pour les faire changer de sujet.

Une fois la soirée terminée, je me balade dans les couloirs du pensionnat avant d'arriver à ma chambre. Une de mes colocataires m'informe que j'ai reçu un colis.
Il vient tout droit de Londres, c'est de mes parents.

Je l'ouvre et y trouve une petite pince à cheveux violette en forme de coquillage. Il y a également une lettre de mon père, il n'a jamais aimé les SMS. Je ne peux m’empêcher de sourire en y pensant.


La lettre de mon père me demande de mes nouvelles et si tout se passe comme je le souhaite. Il souhaite également que je lui dis si j'ai découvert de nouvelles habitudes des Japonais afin qu'il les étudie avec ses élèves.
Il fait également part de nostalgie en m'ayant envoyé une photo de moi enfant avec la pince à cheveux trouver dans le colis.

Spoiler:
 

Un grand sentiment de nostalgie m'envahi, je me souviens du jour où cette photo a été prise. J'avais 4 ans à peine, j'étais fan de ma sœur Emma. Elle était tellement belle et incroyable. Cool, populaire, courageuse, merveilleuse, amusante. Elle était parfaite.

Les larmes me viennent quand je repense à son souvenir. Ce jour-là, on avait acheté des glaces, maladroite comme j’étais, j'avais fait tomber la mienne et je pleurais. Emma était alors partie convaincre le vendeur de lui en donner une autre juste avec son charme naturel. Elle avait réussi et m'avait donné la glace, je lui avais fait part de mon admiration et je m'étais promis qu'un jour je serais aussi incroyable qu'elle.

Je marche pendant des heures seule dans le couloir, je pense à elle avec cette pince qui lui appartenait. Je finis par regarder l'heure à une horloge. Il est presque trois heures du matin.

Le temps est passé tellement vite. Je n'ai pas sommeil, je continue de marcher et me dirige instinctivement vers la cafétéria. Elle semble ouverte, est-ce un oubli ? Ou bien est-elle toujours ouverte ?

Peu importe en réalité, ce n'est qu'un détail sans importance, je décide d'y entrer pour m’asseoir sur une table au fond de la cafétéria. Sans même que je puisse me retenir, les larmes se mettent à couler.
Je n'aime pas ce que je deviens, je suis une sous copie de ce qu'aurait pu devenir ma sœur si elle avait vécu plus longtemps. J'aurais voulu être morte à sa place, elle méritait de vivre, c'est tellement injuste que ce soit elle qui soit décédée et pas moi.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chun-Hei Cheong
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 15

Infos supplémentaires
Clubs: Natation, Echecs, Karaté
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Dim 19 Nov - 21:06


Mon estomac gargouillait pour la énième fois. L'entendant, je me recroquevillai sous mes couvertures en espérant que mes camarades ne m'aient pas entendus. Je me sentais tellement idiote de ne pas avoir été manger à la cafétéria ce soir là. Après tout, il n'y avait peut-être aucun danger. Peut-être que ces filles que j'avais entendu parler de moi ce matin ne me voulaient pas de mal?

Mais comment en être certaine? Elles avaient parlées de la cafétéria et ensuite, j'étais certaine qu'elle avait dit mon nom! Enfin, certaine, non, mais quasi-certaine, il y avait beaucoup de bruits à ce moment là et...

Peut-être que j'étais juste parano ? Peut-être qu'elles ne parlaient pas du tout de moi et que nos regards se sont croisés par hasard ? Je n'étais sûrement qu'une idiote pathétique qui s'imaginait être d'un quelconque intérêt pour les autres. Et maintenant, j'étais affamée.

Le stress allié à la faim me serrait douloureusement la gorge et mon estomac me tiraillait en faisant ces bruits immondes. Sous mes couvertures, j'étais désespérée et morte de honte. Je ne pouvais tout de même pas sortir après le couvre-feu et aller jusqu'à la cafétéria pour piquer à manger ?

Si jamais j'étais surprise, j'aurais sûrement de gros ennuis et ma réputation serait faite. Ensuite, tout le monde se moquerait de moi, me traiterait sûrement de grosse ou de voleuse et le cauchemar que j'avais vécu au collège reprendrait. Ça ne devait pas arriver.

Mais une nouvelle plainte de mon estomac me fit rendre les armes. Il fallait que je me risque au dehors. Alors, je me glissais hors de mon lit avec toute la discrétion dont je pouvais faire preuve.

Pour me donner toutes les chances, je m'habillai d'un tee-shirt sportif noir et d'un jogging de même couleur. A mes pieds, je revêtais mes chaussons d'art martiaux, certaine que je ne ferais aucun bruit avec ces derniers. Enfin, autour de mon coup, je passais mon écharpe violette. Cette dernière pourrait toujours me servir à cacher mon visage.

Sortant dans l'obscurité du couloir désert, je m’accroupissais à demi et regardai rapidement autour de moi avant de me déplacer subrepticement jusqu'à l'angle. Tous ça me rappelait certains des exercices que j'avais suivis quand j'étais enfant et que l'on m'entrainait à devenir une Shiawase. Malgré moi, je m'attendais à voir arriver un surveillant à tout instant.

Bondissant de couverts en couverts, d'ombres en ombres, j'avançais jusqu'à la cafétéria. Et mon cœur bondit dans ma poitrine quand je vis la porte ouverte. La chance était peut-être pour une fois avec moi. Restant prudente, je tempérai mon enthousiasme. Peut-être que quelqu'un était à l'intérieur et que cela expliquait la porte ouverte ? Je devais être sur mes gardes.

Approchant de l'encadrement de la porte, me plaquant contre le mur, je m'abaissai au niveau du sol et risquai un coup d’œil à l'intérieur. Et c'est alors que je la vis.

Le ciel nocturne ou trônait seule une lune pleine et brillante tombait sur les grandes baies vitrées s'ouvrant sur le parc de l'académie. La lumière diaphane de l'astre nocturne éclairait la pièce et venait auréoler les cheveux écarlates d'une jeune femme d'une aura argentée. Mais surtout, elle donnait l'éclat des pierres précieuses aux larmes qui dévalaient de ses yeux clairs comme un ciel d'été pour courir sur ses joues teintés du doux pourpre de la vie.

Un instant, je fus figée, émue par ce que je voyais. Étais-ce une apparition? L'un de ses fantômes qui peuplent les légendes de nos lycées? Et pourtant, si tel était le cas, je ne ressentais aucun effroi, ni aucune terreur. Non, bien au contraire, j'étais profondément émue.

Et touchée au cœur, j'oubliai mes réserves et m'approchai d'elle. Mes pas silencieux me permirent de ne trahir ma présence qu'au dernier instant, au moment ou je lui tendais ma douce écharpe violette réchauffée par la chaleur de mon cou.

- Pour... Tes larmes.

Balbutiai-je d'une voix étouffée par ma gorge serrée par la faim et l'émotion. Une larme vint alors perler et couler sur ma joue à mon tour. Quelle chose étrange s'était de ne pas pouvoir pleurer pour soi mais de pouvoir pleurer pour les autres, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 18
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Mer 22 Nov - 22:33

La nuit porte conseil



Me voilà à présent à sangloté assis sur une table en plein milieu de la nuit dans la cafétéria de l'académie. C'est tellement pathétique, je me fais moi-même pitié.

J'aurais presque pu rire de ma situation si mon cœur n'était pas si douloureux.

On ne peut malheureusement pas retourner dans le passé. J'aurais aimé profiter davantage des instants avec Emma. Ses souvenirs gravés dans mon cœur son beau, elle et moi souriant pour un rien, s'aimant à la folie.
Tout me fait penser à elle, je la vois dans les sourires des jeunes filles, dans les rires des personnes heureuses, dans la lumière du Soleil qui m'ébloui le matin. Elle est partout.

Je me sens terriblement seule, à qui parler de ce que je ressens, de ce que représentait ma sœur pour moi ? Au fond maintenant que j'y pense je ne suis entouré d'amis qu'en apparence.


Les élèves, non, tous. Tout le monde aime et est ami de Lily, la populaire, pas avec moi. Pas avec la petite rouquine maladroite et râleuse. Rien à changer, personne, ne m'aime réellement.

Ce sentiment de solitude est en accord avec le lieu où je suis. Un lieu vide de personne, sombre et froid. La lumière de la lune m'ébloui au moment où cette pensée me traverse l'esprit.

Je relève la tête et me fais surprendre par une présence féminine. Une jeune fille asiatique me tend une écharpe pour mes larmes.

Cette jeune fille me semble douce et fragile comme un oisillon. Elle me fait penser à moi-même, plus jeune. Tellement innocente et tellement brisé à la fois.

Cet élan de gentillesse dont elle fait preuve me donne à la fois envie de rire et de pleurer. Je repousse délicatement sa main tendue et la prends soudainement dans mes bras.

Je l'enlace fort, du plus fort possible, assez fort pour tenter d'atténuer mon chagrin.
Je ne pleure plus à présent, je profite de cet instant de chaleur humaine et lui chuchote un merci au creux de l'oreille.

Je pourrais rester ainsi toute la nuit pour soigner mon cœur blessé, toutefois au bout de quelques secondes je finis par la lâcher, après cette étreinte une petite partie de ma douleur s'est éclipsée.

J'ai terriblement froid à présent, ma peau rougit face à la fraîcheur de cette salle illuminée par la lumière de la lune.

Je prononce doucement, d'une voix timide :


« D-Désolée »

Pour une fois, je ne porte pas mon masque de fille populaire, je suis juste la vraie Lily perdue dans la nuit.
Je sens que mes yeux sont rougis par mes précédentes larmes, je dois sûrement être pleine de poches sous les yeux. Mes cheveux sont décoiffés, je passe doucement ma main dans ma chevelure et défait complètement ma tresse en tirant dessus.

Je souffle doucement comme pour évacuer ma peine.
J'observe plus attentivement ma compagne de la nuit, elle semble petite de taille. Vêtue toute de noir, à vrai dire elle pourrait bien porter d'autres couleurs sombres, je ne saurai sûrement pas le distinguer.

Son visage me revient à l'esprit, j'ai entendu des filles parler d'elle. Pas forcément en mal, plutôt pour parler de son étrange timidité.

Je la regarde en esquissant un petit sourire et lui dit :

« Je m'appelle Lily »


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chun-Hei Cheong
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 15

Infos supplémentaires
Clubs: Natation, Echecs, Karaté
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Jeu 23 Nov - 20:35



Quand elle leva son regard sur moi, j’eus l’impression de me sentir plus légère, comme ci j’étais sur le point de m’envoler. C’était un étrange sentiment, mais qui ne fut nullement comparable à celui qui suivit.

Tout d’abord, le début d’un déchirement, celui d’être rejeté quand elle repoussa mon offre ainsi que mon écharpe puis la surprise, totale et soudaine quand je sentis son corps contre le mien, son souffle proche de mon visage et la chaleur de son corps.

Etais-ce les battements de son coeur que je percevais ? Ou étais-ce les miens qui s’étaient mis soudain à tambouriner dans ma tête alors que je sentais une chaleur intense envahir mon corps et surtout mon visage.

Puis ses bras se refermèrent, plus fort, encore plus fort. C’était un peu douloureux, mais l’impression était si inédite pour moi et si exquise que je ne me débâtais aucunement. Au contraire, j’aurai aimé m’abandonner à ces bras forts et m’assoupir contre ce corps chaud.

Alors, un frisson de plaisir jamais ressenti jusqu’à lors me parcourut quand son souffle vint caresser mon oreille et y transmettre ses remerciements. Qu’était-ce donc que cela ?! Qu’étais-je en train de vivre !? Ou le monde basculait-il soudain ?

Quand elle me relâcha et s’écarta, je fus figée. Mes lèvres légèrement entrouvertes dans un soupir muet de stupéfaction laissai passer un court filet d’air. J’avais l’impression d’avoir le visage en feu, mais je n’en avais cure, je n’avais d’attention que pour la jeune femme qui venait de me tenir dans ses bras.

Pourquoi ? Pourquoi avait-elle fait ça ?!

« D-Désolée »

Dé… Désolée ? Était-ce quelque chose qu’elle regrettait ? Est-ce que… Mais… Ca ne me disait pas pourquoi ?! Avait-elle bien regardé ! Ne voyait-elle pas quel être pathétique j’étais ?! Pourquoi me serrer dans ses bras?!

Je détaillai chacun de ses gestes, chacune de ses expressions.

A son sourire, je sentis mon cœur battre plus rapidement encore. Qu’est-ce qui m’arrivait ?!

« Je m'appelle Lily »

Lily… Ainsi, elle s’appelait Lily… Lily…

Baissant les yeux pour les perdre sur un point vide, je ramenai mes mains au niveau de mon cœur.

- Lily…

C’était donc là le nom de cette femme mystérieuse qui m’avait.. Bouleversée ? Mais je venais de penser que je l’avais appelée par son prénom ! Et je ne m’étais même pas présentée !

- Lily-san! Je… Je m’appelle Cheong ! ... Chun-hei...

Que ce nom semblait laid à côté de celui de Lily. Pouvait-on même les comparer ? Tomoyo n’était guère mieux. Les deux ne désignaient qu’un être pathétique et insignifiant.

Pathétique, je le fus encore plus quand mon estomac décida que le moment était opportun pour s’exprimer et se mettre à gargouiller. Portant immédiatement mes mains à mon visage pour le dissimuler et cacher la honte que je ressentais, je bégayai un pitoyable.

- Désolée ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 18
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Ven 24 Nov - 19:37

La nuit porte conseil



Cheong Chun-hei, un nom intéressant. À mes oreilles, il sonne chinois, mais ce n'est sûrement pas le cas. À vrai dire, je n'ai jamais été doué pour déterminer l'origine des autres, surtout pour les noms à consonance asiatique.

Je suppose que Chun-hei est son prénom, au vu de la politesse japonaise qui a dû la pousser à donner son nom en premier. C'est un prénom très mignon, il me semble traditionnel et lui correspond bien.

Elle porte ses mains contre son buste, est-ce que je l'ai gêné ? Je l’ignore, j'espère juste qu'elle ne m'en veut pas, sûrement me prend-elle pour une personne bien étrange. Je l'aurais sans doute moi-même pensé si la situation avait été inversée.

Un gargouillis suspend le fil de mes pensées Est ce le miens ? Je n'espère pas, sinon ma situation serait encore plus pathétique, je dirais même catastrophique.

Chun-hei porte ses mains au niveau de son visage en s'excusant timidement.

Égoïstement, je suis heureuse que ce ne soit pas moi qui est fait ce drôle de bruit. Je la regarde tendrement et prends délicatement ses mains dans les miennes.

Sûrement a-telle faim, cela explique sa venue tardive dans la cafétéria. Je l'ai dérangé dans son objectif.

« Ce n'est pas grave »

À vrai dire moi-même je commence à avoir faim, je suppose que pleurer sa creuse l’appétit. Je regarde donc Chun-hei avec les yeux pleins de malice. Nous sommes seules dans une salle sûrement remplie de tout un tas de nourriture, avec un peu de chance, on pourra trouver des desserts appétissants prévus pour les repas de la journée.

Je descends donc de ma table et lance un regard complice à Chun-hei, en lui proposant d'une voix tout excitée :


« Viens, on va manger un bout »


À vrai dire, ce n'était pas vraiment une proposition vu que le « viens » ne lui laissait pas beaucoup de choix de réponses. Je conserve donc une de ses mains dans la mienne et relâche l'autre puis me dirige avec elle vers la salle où sont cuisinés et conservés les plats.

Tandis que je nous dirige vers le fond de la salle, je me retourne vers ma nouvelle « amie » et m'inquiète un peu pour elle. J’espère ne pas être trop brusque avec elle, Chun-hei doit sûrement avoir peur que je ne lui apporte des ennuis.

Je lui souris timidement et lui dit :



« Ne t’inquiète pas tant que je suis là rien de mal ne t'arrivera »

J'arrive facilement à me sortir de situation périlleuse quand je porte mon masque de fille parfaite. De plus j'ai toujours été très chanceuse, une bonne étoile veille sur moi. Sûrement ma sœur de là où elle est. Mon cœur se réchauffe à cette idée.

Je nous dirige donc vers le présentoir où sont habituellement disposés les plats du jour et passes par-dessus pour me diriger vers la cuisine.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chun-Hei Cheong
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 15

Infos supplémentaires
Clubs: Natation, Echecs, Karaté
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Ven 24 Nov - 20:20


Quand je sens ses mains prendre doucement les miennes dans les siennes, je tremble. De nouveau, ce contact me frappe par son infinie douceur et me rappelle vaguement la main de ma nourrice quand elle m’aidait encore à marcher sur mes pieds. N’était-ce pas là la dernière fois où j’avais ressenti un tel contact ?

« Ce n'est pas grave »

Elle me rassure. Les simples mots qu’elle prononce me rassure. Aussi, longtemps que je peux me perdre dans ses yeux, je ne ressens pas la peur. Et à cet instant, je peux m’y perdre à loisir. Est-ce qu’elle voudrait bien me reprendre dans ses bras ? L’impression était si agréable. J’avais presque l’impression d’être… Heureuse ?

« Viens, on va manger un bout »

Je la suivais sans résistance aucune. Au contraire, je voulais la suivre, ne plus quitter ses pas et toujours garder sa main dans la mienne. Étais-je en train de devenir folle ? Elle ne pouvait souhaiter cela ! J’étais si… Moi. Et elle était si… Elle ?

Et je la suis, me perdant dans l’admiration de sa chevelure écarlate, comme faite de douce flammes dans lesquels j’aimerais passer mes mains pour en sentir la chaleur et la volupté. C’est à cet instant qu’elle tourne son visage vers moi et croise mon regard.

Et alors que ma face avait repris une couleur un peu plus normale, je me mis à rougir de nouveau. Pouvait-elle deviner les pensées qui me traversaient l’esprit ? J’espérai que non ou ma honte serait complète. Pourtant, malgré mes craintes, je ne pouvais me résoudre à détacher mon regard du sien, comme fascinée.

Elle me sourit et mon cœur chavire.

Elle parle et mon cœur déborde.

« Ne t’inquiète pas tant que je suis là rien de mal ne t'arrivera »

Je la croyais. Aussi absurde que cela pouvait paraître pour moi, je la croyais totalement et je m’en remettais à elle complètement. Avec elle, je ressentais un sentiment que je n’avais jamais ressenti jusqu’à lors. Étais-ce ça, le sentiment de sécurité ?

Arrivée devant le présentoir, elle passa par-dessus en faisant fit des règles, des principes et des interdits et sa force me fascina et m’emplis d’une profonde admiration pour elle. Ne désirant nullement la perdre, je franchissais à mon tour l’obstacle sans difficulté aucune et retombait auprès d’elle pour nous retrouver toutes deux dans la cuisine.

C’était interdit d’être là, que cela soit de jour comme de nuit. C’était un espace qui était interdit aux élèves. Toute seule, j’aurai été terrorisée. Mais, à côté de Lily-san, avec sa main dans la sienne, je ne ressentais aucune peur ni aucune crainte.

Non, en vérité, j’étais… Excitée ? Amusée ? Des sentiments qui m’étaient encore une fois si étrangers.

Et portée par ces derniers, j’avançai à mon tour en regardant autour de moi. De part mon existence privilégiée, j’étais rarement rentrée dans une cuisine et ce lieu fait d’inox et de faïence m’était inconnu.

Néanmoins, je devinais des étagères, un frigo, des tables de travail ainsi que des fours, des plaques et divers ustensiles pendus au-dessus. Au-delà, une lourde porte de métal trahissait sûrement la présence d’une chambre froide. Les lieux étaient d’une propreté irréprochables et bien rangés.

- Peut-être que nous pourrions trouver quelque chose qui ne manquera à personne ?

Finis-je par dire en m'approchant du frigo pour en ouvrir la porte et ainsi en détailler le contenu. Mes yeux se posèrent sur des fraises disposées dans une barquette. M'en saisissant, je me demandai si nous pourrions trouver un peu de chantilly pour les agrémenter.


Dernière édition par Chun-Hei Cheong le Sam 25 Nov - 7:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 18
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Ven 24 Nov - 22:26

La nuit porte conseil



Nous étions maintenant entrés dans la cuisine. Nous avions bravé l'interdit, une montée d'adrénaline me vint.

Plus jeune, j'avais toujours rêvé de me retrouver dans ce genre de situation, enfin mon plus grand rêve d'enfance était tout de même de me retrouver, enfermer la nuit dans un magasin de jouets.

Quoique, aujourd’hui avec ma fortune personnelle, je pourrais sûrement m'offrir un magasin de jouets si je le voulais.

L'idée m'amuse, cela pourrait être intéressant, je pourrais investir dans la création d'un magasin de jouets, peut-être que ce serait rentable ? J'en parlerais avec la fédération des gagnants de jeux afin qu'il me conseille au mieux.


- Peut-être que nous pourrions trouver quelque chose qui ne manquera à personne ?

Chunette ? Non, réfléchissons à un joli surnom pour elle. , Chuchu ? Chunou ? Chunille ? Chuny ? Bon va pour Chuny !

Donc,

Chuny dit de sages paroles, je regarde donc autour de moi pour observer plus attentivement la pièce.
Pendant ce temps ma camarade s'approche du frigo et l'ouvre. La lumière provenant du frigo associé à celle de la lune nous aide à mieux voir. Elle se saisit alors d'une fraise appétissante provenant d'une barquette dans le réfrigérateur.

Mon regard est ensuite attiré par un stock de tube de chantilly posé au sol sous une table. Au vu de la quantité, les cantiner ne verra pas la différence, d'autant plus que chaque jour, ils gaspillent en jetant à la poubelle la nourriture non consommée.

Je m'en saisis d'un et retire le capuchon. Je tente d'appuyer sur l'embout pour faire sortir la chantilly, mais il semble bloqué. J'appuie plus vivement, encore et encore et la chantilly explose dans la pièce, j'en ai plein les cheveux et Chun en as sur le bas de son visage.

Je passe mon doigt sur son visage du menton jusqu'à ses lèvres puis porte mon doigt vers ma bouche pour lécher la chantilly. Sa peau est toute chaude et douce, c'est agréable.

Je me retourne ensuite vers le lavabo, servant habituellement à la plonge, pour passer un coup d'eau dans mes cheveux et tenter de retirer la chantilly. Je pose le tube à côté pour que Chunynette puisse s'en servir si elle en veut.

Je profite du lavabo pour rincer rapidement mon visage et me saisis ensuite d'un grand bol qui pourra peut-être nous être utile.

J'aime beaucoup les fraises, c'est mon fruit préféré. Le goût sucré et juteux à la fois. Je pourrais en manger des jours entiers si je pouvais.

Je regarde Chun et lui dit tout simplement :

« j'adore les fraises »

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chun-Hei Cheong
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 15

Infos supplémentaires
Clubs: Natation, Echecs, Karaté
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Sam 25 Nov - 8:23

Avec une étrange satisfaction mêlée de culpabilité, je sors la barquette de fraise du réfrigérateur et je regarde ma senpai lutter avec l'ouverture du tube de chantilly. Soudain, un jet de mousse blanche s'élève dans les airs et vient tomber sur mon visage et dans les cheveux de ma camarade.

J'ai un petit sursaut de surprise, mais cette dernière n'est rien par rapport à celle qui me saisit quand elle passe l'un de ses doigts sur mon menton et mes lèvres pour y recueillir la chantilly et la portée à sa bouche. Ouvrant grands les yeux, je sens mon visage s'enflammer de nouveau.

Était-ce mon premier baiser ? Mais, elle ne semble pas s'en formaliser et elle se retourne vers le lavabo comme si tout était normal... Suis-je la seule des deux à y penser ?

Détournant mon regard d'elle, mes sourcils se fronçaient légèrement alors que je sentais ma gorge se serrer et mon cœur se tordre douloureusement. Je décidai de chasser cette pensée, même si c'était douloureux. Ça n'avait rien d'un baiser indirect. Elle avait juste voulu... Gouter la chantilly ? Oui, c'était sûrement ça.

Les mouvements de Lily attirèrent alors mon regard. Elle venait de prendre un bol. Je n'étais pas certaine que cela soit une bonne idée.

« j'adore les fraises »

J'acquiesçai, mon regard hésitant entre le récipient qu'elle tenait et son visage. Devais-je la contredire ? Cela la mettrait peut-être en colère ? Après tout, elle était l'aînée, non ? Ce n'était pas à moi de recommander comment faire les choses, n'est-ce pas ?

Du coup, je lui tendais la barquette avec un sourire timide, me disant qu'elle en aurait besoin pour mettre en action son idée.

Puis je remarquai ses cheveux, légèrement mouillés par endroits et une idée me traversa l'esprit. C'était une idée mauvaise, vraiment, vraiment mauvaise ! Un gros mensonge ! Très vilain ! Mais... Mais ça me donnait l'occasion de pouvoir caresser ses cheveux... Et j'en avais très envie !

Hésitante, mon regard se perdait un instant dans le vague. Je passai l'une de mes mains pour repousser certains de mes cheveux en arrière, révélant l'une de mes oreilles. Ça ne lui fera pas de mal, si ? Je ne ferais que les caresser, n'est-ce pas ? Ça serait mal de la tromper ! Ça serait mal de la tromper !

Je relançais alors un regard dans sa direction. N'étant pas une grande menteuse et n'étant pas douée pour cacher mes émotions dans ce genre de situation, il était criant que dans mes yeux se lisaient une question que je n'osais pas poser. Ajouté à des pommettes toujours légèrement roses et on pouvait se douter que la question me gênait énormément.

Bien entendu, de tout cela, je n'avais aucunement conscience. J'étais perdue dans ce débat intérieur entre mon cœur et ma raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 18
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Lun 27 Nov - 22:40

La nuit porte conseil



Je réfléchis à ce que je peux bien faire de ce bol, peut-être y verser de la chantilly afin de na ne pas avoir à « galérer » avec le tube ? Ainsi, nous n'aurons plus qu'à tremper les délicieuses fraises dedans.

J'observe Chun -hei, elle est visiblement plus jeune que moi. Elle me semble « choupinette » et son air étrange trahis sans doute l'envie de me poser une question. Laquelle ?

Sûrement une des nombreuses que l'on me pose souvent : Ce sont tes cheveux naturels ? Comment tu fais pour avoir un teint si parfait ? C'est quoi la marque de ton mascara ? Ton nez est magnifique, tu te l'es fait refaire ?

Les pires sont celles des garçons "relous" du genre « donne moi ton numéro de tel » « ton père vend des biscuits ? » et j'en passe.


Je prends la barquette et goûte une des fraises, elles sont délicieuses : sucrées et juteuses !
Je ne connais pas Chun maintenant que j'y pense, je l'ai embarquée dans cette situation sans avoir discuté avec elle de prime abord. Il est grand temps de réparer mon erreur. Je m’appuie contre le lavabo et lui demande tout simplement sans artifices :


« Tu es à Yokuboo depuis longtemps ? »

Habituellement avec mon masque de fille tellement parfaite, je me serais redressé, aurait penché légèrement ma tête sur le côté en prenant un air interrogatif avec un petit sourire en coin pour me donner un air mignon. J'aurais pris un ton faussement hésitant du genre « Dit moi Chun, tu es ici... je veux dire à Yokuboo depuis longtemps ?? ».

Je regarde Chun, plus je l'observe et plus elle me fait penser à moi-même. Elle ne semble pas parler énormément, je suppose donc qu'elle intériorise beaucoup. Notamment, ses pensées. Un peu comme moi-même je suis en train de faire en l'analysant intérieurement.

Elle m'a l'air d'une fille manquant de confiance en elle, comme je l'étais.

Maintenant que j'y repense, ce sentiment que j'avais d'être inférieur était stupide. Au lieu de me concentrer sur ce que disait ma famille et les gens que j'aime, j'écoutais les autres. J'ai réussi à penser que je n'étais pas bien, pas jolie, pas drôle, pas parfaite comme je le « suis » aujourd'hui. Pourtant, je suis la même personne, n'est-ce pas ? Je joue, certes, un « rôle », mais je reste Lily Williams.

D'ailleurs, cette jeune Chun qui m'a vu dans un état pas possible, dans un état où je suis juste moi-même. Elle ne semble pas me rejeter. Pourrais elle devenir une vraie amie ?

J'écoute attentivement sa réponse en souriant.

Enfin à mon tour je réponds :


« Je suis arrivé d’Angleterre, il y a un mois maintenant, le temps passe très vite ici, j'ai l'impression »


C'est vrai, j'ai rencontré tellement de personnes et me suis à une vitesse tellement rapide que j'ai l'impression d'être ici depuis un jour à peine. Londres ne me manque absolument pas, je déteste cette ville pourrie et je la détesterai à jamais.

Au contraire au Japon, j'ai l'impression que tout est tellement vivant, lumineux et « ouvert » en quelque sorte.
Je ne saurais absolument décrire ce sentiment, peut-être qu'en réalité ce sentiment que j'ai pour le Japon a été alimenté par mon père qui lui-même est un grand passionné de la culture japonaise.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chun-Hei Cheong
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 15

Infos supplémentaires
Clubs: Natation, Echecs, Karaté
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Mar 28 Nov - 19:32

Bien entendu, elle ne pouvait deviner les pensées qui me traversaient l'esprit. Et c'était sans doute mieux ainsi. Elle serait sûrement écœurée, dégoutée et effrayée par ces dernières. Pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher d'espérer que si cela devait arriver, elle vienne à les accepter.

Malheureusement, cette pensée n'était qu'un rêve lointain. Il n'existait rien qui ressemble à de la télépathie dans ce monde et ce qui se passait dans mon esprit y restait, indicible ou déformé par mes paroles maladroites et timides.

« Tu es à Yokuboo depuis longtemps ? »

Depuis combien de temps étais-je à l'académie? Est-ce que je m'étais trahis d'une manière ou d'une autre et avait laissé penser que je n'y étais pas depuis longtemps ? Est-ce qu'il y avait une bonne réponse? Une mauvaise réponse?

- Cela fait quelques mois.

Dis-je en fuyant son regard, répondant approximativement à dessein. Parler de moi me rendait nerveuse, j'avais peur qu'elle finisse par se rendre compte de qui j'étais vraiment. Et alors je savais que je perdrai tout intérêt pour elle ou pire, que je deviendrai son souffre douleur. Ça s'était déjà passé au collège et je craignais que cela se reproduise ici.

Mais en même temps, je me sentais mal de lui répondre ainsi, aussi évasivement. Peut-être éprouvait-elle un véritable intérêt pour moi ? Peut-être allait-elle croire que je ne voulais pas être son amie ? Elle allait le prendre mal et devenir méchante. L'angoisse monta et vint serrer ma gorge.

« Je suis arrivé d’Angleterre, il y a un mois maintenant, le temps passe très vite ici, j'ai l'impression »

Levant les yeux vers elle, je la regardai avec un mélange d'incompréhension et de curiosité. Le temps passe très vite? Avait-elle été occupée? Mon premier mois n'avait pas été rapide pour moi. Il avait même été plutôt horriblement lent. J'avais été toute seule, personne ne me parlait, j'avais peur de faire des gaffes et je me perdais sans cesse.

Oh...

Baissant les yeux sur le sol, ma mine s'assombrissait. Détournant mon corps de profil, je fixai un point dans le vague.

- Oui... J'imagine que tu dois t'être faite pleines d'amies, senpai...

Dis-je d'une voix éthérée et triste que je tentai de dissimuler maladroitement avec un sourire douloureux.

C'était évident. Avec sa beauté, sa gentillesse et toutes ses autres qualités, elle devait être entourée de gens. Comment pouvais-je espérer devenir amie d'une personne aussi exceptionnelle ? Elle devait être dans un groupe d'individus bien plus intéressants que moi! Sans doute étaient-ils beaux, drôles, énergiques et intelligents ?

Moi, je n'avais quasiment aucun humour, je ne riais jamais. Je n’entreprenais jamais rien de peur d'échouer. Je n'étais pas belle, j'avais encore le corps d'une enfant. Quand à l'intelligence, mes résultats laissaient penser que je l'étais peut-être mais je ne me sentais pas particulièrement futé pour autant. Bref, je ne serais qu'un boulet dans sa vie. C'était sûr.

Soudain, mon geste lors de notre rencontre me parut à la fois présomptueux, orgueilleux et pathétique. Me tétanisant, j'ouvrai de grands yeux en fixant le vide. Mon souffle fut un instant coupé et ma gorge devint tellement douloureuse que des larmes naquirent dans mes yeux.

Comment une personne comme moi pouvait croire un seul instant pouvoir lui être d'une aide quelconque ?

Tournant alors complétement le dos à Lily pour cacher mes larmes et mon visage contracté par le chagrin, je lui conseillais d'une voix sanglotante.

- Peut-être d'ailleurs devrais-tu leur parler de ce qui te faisait pleurer tout à l'heure. Ils comprendraient sûrement et pourraient t'aider ?

Mieux que moi...

Je m'apprêtai à fuir en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 18
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Mar 28 Nov - 21:40

La nuit porte conseil



Chun semble bien triste de ma réponse, je la vois tenter d'afficher un faux sourire tandis qu'elle se tourne légèrement et marmonne un :


- Oui... J'imagine que tu dois t'être faite pleines d'amies, senpai..


Après un court instant, elle se tourne complètement pour se retrouver dos à moi. Elle semble complètement démoralisée, et je sais qu'elle pleure. Je le ressens.

Elle me dit d'une voix sanglotante qui confirme mon sentiment :

- Peut-être d'ailleurs devrais-tu leur parler de ce qui te faisait pleurer tout à l'heure. Ils comprendraient sûrement et pourraient t'aider ?


En effet, je me suis fait plein d'amis, beaucoup de fans plutôt. Des personnes qui aiment ma personnalité apparente et mon apparence. Peut-on appeler alors ces personnes des « amis », j'en doute fort.
À vrai dire, je ne les considère pas comme des amis mais plutôt comme des « nombres ». Des numéros s'ajoutant pour former un cercle de mes « connaissances » me rendant plus populaire et par conséquent plus susceptible d’être apprécié de d'autres« nombres » qui rejoindront mon cercle.


Ces personnes-là ne m'aiment pas moi, enfin moi intérieurement. Alors comment pourrait-t-il comprendre mes sentiments intérieurs, ceux qui sont les plus profonds encrés en moi.

Ils ne pourraient pas comprendre et encore moins m'aider. À moins que j'utilise mon « rôle, mais dans ce genre de moment, je ne veux pas et ne peux pas jouer mon rôle.

Chun-hei n'a donc même pas idée du point auquel elle a tort. La voir souffrir me blesse, elle me fait beaucoup trop penser à moi-même plus jeune. Au fond, je suis bien égoïste, je la vois comme une « moi » plus jeune et pas comme un individu à part entière.
Mon égoïsme me pousse à la prendre dans mes bras et a placé ma tête sur la sienne. Je me retrouve à la tenir, serrant mes bras, ma poitrine contre son dos et mon menton appuyé sur le haut de son crâne.

Après quelques instants je dépose un bisou sur son front et me place face à elle en essuyant ses larmes.

Je prend une inspiration et lui dit :

«  Je dois t'avouer mon secret »

Qu'étais je en train de faire ? Sans doute, devenais-je folle ? Si elle le répète aux autres ? Ma vie serait fichue.

Au fond, je m'en fiche un peu. Je suis riche, je n'aurais qu'à changer encore de pays. Cela peut sembler être une décision excessive pour d'autres, mais pour moi ce les absolument pas.

Ma réputation, c'est sur ca que je base mon bonheur. Les gens n'ont pas voulu m'aimer pour qui j'étais, alors je me suis créé une nouvelle personnalité avec une super réputation. Cette réputation, c'est ma vie.

Je passe une main dans mes cheveux et finis par lui dire :


« Personne ici ne m'aime vraiment... »
Je ne sais pas vraiment comment expliquer mon secret, ma double vie, mon rôle que je me suis crée, alors je pense qu'exprimer ce ressenti qui est une vérité est un bon début.
Je continue ensuite


« … Les autres, toi-même tu as dû le remarquer, ils aiment les filles mignonnes, populaires, drôles. ... »


C'est le constat que j'avais fait des années plus tôt et qui m'a poussé à changer à devenir moi-même comme cela, être une personne que les autres aiment.

Je termine donc :


« … Alors j'ai décidé de devenir ce genre de fille pour que « tous » m'aiment »

Dire cela comme ça parait étrange, sûrement n'a telle pas compris. Je prends donc un air déterminé et m'assieds sur une des tables présente dans la cuisine en l'invitant à s'asseoir à côté de moi.

Par la suite, je lui vide mon cœur, lui racontant mon harcèlement anti-roux plus jeune, la comparaison avec ma sœur si géniale jusqu'à son décès et surtout comment j'ai décidé, après avoir fait du théâtre, de me créer un rôle de fille idéale afin de plaire aux autres et de devenir à mon tour aimé de tous.

Après avoir totalement vidé mon sac je la regarde, tentant de comprendre ce qu'elle peut bien penser de moi maintenant.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chun-Hei Cheong
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 15

Infos supplémentaires
Clubs: Natation, Echecs, Karaté
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Mar 28 Nov - 22:21

J’étais sur le point de m’enfuir, de partir, de courir et de regagner ma chambre pour pleurer en silence sous mon oreiller. Mais, Lily en décida autrement au moment où elle passa ses bras autour de moi.

De nouveau, je pouvais sentir son corps chaud contre le mien et je pouvais sentir son souffle, sa vie. Et encore une fois, je fus bouleversée. Je n’étais pas habituée aux contacts humains et ces derniers me faisaient l’effet de la douleur que pourraient ressentir la banquise quand elle était traversée par un brise-glace.

Hésitante, je ne sus plus si je voulais fuir ou me retourner pour me blottir contre elle. Tiraillée entre ces deux désirs, je restais figée, incapable de prendre ma décision. Une partie de moi voulait que cet instant ne cesse jamais.

Mais le charme fut rompu par un autre lorsqu’elle déposa un baiser sur mon front. Puis, elle me fit face, m’empêchant de fuir son regard. Et elle tenta de sécher mes larmes malgré le fait que ces dernières coulaient sans que je puisse y faire grand chose.

 «  Je dois t'avouer mon secret »

Je relève mes sourcils et la regarde, curieuse, à travers mes larmes. Un secret? Quel secret? Est-ce qu’elle allait me faire une déclaration ? Non… Non! Je divague! Je divague complètement! Je suis juste une idiote qui divague! Qu’est-ce que je raconte !? Je suis une fille! Et c’est une fille! Reprends-toi, Chun!

« Personne ici ne m'aime vraiment... »

Il me fallut mordiller mes lèvres pour ne pas lui hurler le contraire. Mais la peur m’interdisait de parler. Peut-être aurait-elle rit? Peut-être se serait-elle moquée ? Je serais morte à ce moment là. Alors, je restai muette en regardant douloureusement ma senpai.

« … Les autres, toi-même tu as dû le remarquer, ils aiment les filles mignonnes, populaires, drôles. ... »

J’acquiesçai sans bien comprendre ou elle voulait en venir.

« … Alors j'ai décidé de devenir ce genre de fille pour que « tous » m'aiment »

Devenir ce genre de fille? Mais… Ne l’était-elle pas ? Tout simplement ? N’avait-elle pas réussi là où j’échouai quotidiennement ? Je ne saisissais pas!

Puis, elle s'assit et m’invita à en faire de même. N’ayant de nouveau plus que Lily a l’esprit, je ne pensais plus à m’enfuir. Je me hissai facilement sur la table et m'assis à ses côtés. Immédiatement, une partie de moi-même s’inquiéta. Etais-je trop proche? Pas assez proche? Accepterait-elle que je prenne sa main? De me prendre dans ses bras ?

Mais ces questions finissaient par s’évanouir alors que je comprenais qu’elle était en train de se livrer à moi. Et à mesure qu’elle se révélait, ma tristesse ne fit que grandir. Son histoire, son passé, était si triste. Mon cœur se serra encore davantage et mes larmes vinrent toujours mouiller mes joues alors que je ne pleurai plus que pour moi-même mais aussi pour Lily.

A la fin de son récit, j’avais l’impression que je ne pourrai plus arrêter de pleurer. Je sentis un terrible poids froid et moite sur mon cœur lourd de chagrin. Alors, rencontrant son regard, je vacillai puis craquai.

- Moi aussi… Au collège… On m’a fait du mal…

C’était la première fois que j’en parlai à quelqu’un. C’était la première fois que je me confiais et j’étais terrifiée. Pourtant, Lily m’avait fait confiance, elle s’était confiée à moi. Ne pouvais-je pas en faire autant ?

- Ils… Ils m’ont fait du mal… A cause de ma famille… Beaucoup de mal… Et maintenant, je suis… Seule...

Dis-je alors que je devais lutter contre les sanglots que je sentais monter dans ma gorge. Je n’avais pas la force de Lily. Je ne pouvais pas encore mettre des mots exacts sur ce qui m’étaient arrivés, sur ce qu’on m’avait infligé. J’étais encore trop faible et elle, était forte. J’aimai sa force.

Et alors que mes larmes continuaient à couler abondamment sur mes joues, j’étais prise d’une audace et je portai ma main vers les cheveux roux de Lily. J’y glissai mes doigts en perdant mon regard dans ses yeux.

- Est-ce que… Est-ce que tu veux bien devenir mon amie ? Senpai ? S’il te plaît ? Je… Je ne veux plus…

Être seule…

Mais ma voix fut étouffée par un sanglot. Et balayée par le chagrin, je tombai contre elle et me blottissais, nichant ma tête contre sa poitrine pour pleurer à chaude larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 18
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Mer 29 Nov - 21:30

La nuit porte conseil



Chun-hei pleure. Moi-même je n’arrive pas à pleurer.

J'ai travaillé tellement dur pour contrôler ses vilaines émotions, les figer et les effacer de ma nouvelle vie. Maintenant, je ne suis même plus capable de pleurer pour des événements caractérisant ce que je n’aimais pas de mon ancienne vie, comme le harcèlement notamment.

Pourtant, j'ai eu mal, très mal.

Je me souviens d'un jour où certains élèves de ma classe s'étaient amusés à m’appeler « la sans amis » afin de me ridiculiser davantage encore. Ce surnom, pourtant « nul » en apparence, hante mes souvenirs.

Ce passé si proche me semble parfois si lointain. On me voyant entourer de camarades, qui pourraient penser que j'étais si seule auparavant ? Parfois moi-même j'ai l'impression que ce passé appartient à quelqu'un d'autre et j'oublie que ma vie n'est qu'une pièce de théâtre où j'incarne le rôle que j'ai choisi.

Ma petite Chuny se confie à moi soudainement, elle m'avoue son harcèlement passé. Cela me mets en colère au fond, pour elle et pour moi. Pourquoi devrions nous avoir honte d'avoir été harcelé ?

Pourquoi est ce que ce ne serait pas l'inverse, avec à la place des harceleurs qui aurait honte de leur méfait. Pourquoi sommes-nous comme « coupable » d'avoir été harcelé ?

Elle me fait part du mal que les autres lui en font et de son sentiment de solitude entre quelques sanglots. Chun-hei me caresse tout à coup mes cheveux en continuant de pleurer.

Ma petite Chunille me regarde dans les yeux et me demande :

- Est-ce que… Est-ce que tu veux bien devenir mon amie ? Senpai ? S’il te plaît ? Je… Je ne veux plus…

Puis sans finir sa phrase, elle se blottit contre moi en pleurant à chaudes larmes davantage encore.
Je marmonnai, plus pour moi-même que pour elle :


« Être seule »

Sûrement la fin de sa phrase . Ce que moi-même je ressentais et parfois comme aujourd’hui , je ressens. Je garde Chun-hei dans mes bras et caresse doucement ses cheveux pour l'apaiser.
Je la laisse se calmer un peu en prenant le temps qu'il faut.

Finalement, je la relève et lui dit gentiment et en souriant :



«  Bien sur que je veux être ton amie »

À vrai dire, cette expérience en pleine nuit faisait déjà de nous des amies. Mais je comprends tout à fait qu'avec sa souffrance, elle est besoin de placer des mots sur des relations amicales comme la nôtre.
Une idée me vient à l'esprit, je lui tends mon petit doigt en le pliant légèrement en lui disant :


« Amis pour toujours ? »


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chun-Hei Cheong
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 56
Age : 15

Infos supplémentaires
Clubs: Natation, Echecs, Karaté
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   Jeu 30 Nov - 19:33

« Être seule »

L'entendre prononcer ces mots que le chagrin pesant sur mon cœur m'avait empêchée de prononcer me firent frissonner. Je passais alors mes bras autour de sa taille pour m'agripper à elle, comme ci je craignais d'être emportée par une tempête.

Avais-je rencontré quelqu'un qui pouvait enfin comprendre et partager ma souffrance? Est-ce que j'allais enfin en finir avec ce long désert de solitude dans lequel j'avais erré depuis si longtemps? Était-ce un oasis de joie, de bonheur et d'affection que je venais enfin de trouver ? Allais-je enfin pouvoir pleurer tout mon saoul cette tristesse qui m'avait tant enivré ?

Je sens alors sa douce main venir se saisir de mon menton pour relever mon visage mouillé de larmes vers elle.

« Bien sur que je veux être ton amie »

A cet instant, je suis pris d'une envie folle, d'un désir, d'une pulsion. Celle d'unir mes lèvres aux siennes. Mais le pas est trop grand, la hauteur du geste me donne le vertige, je recule et pleure douloureusement en la serrant un peu plus fort.

J'ai une amie... J'ai une amie...

Je me le répète comme pour me rassurer, comme pour m'en convaincre car maintenant que je goute au plaisir d'être aimée, je prends pleinement conscience de ma solitude passée. Et c'est là un déchirement pour mon cœur.

Alors, elle me tend son petit doigt en le pliant et il me faut un instant pour comprendre son geste, n'étant aucunement coutumier de ce genre de choses. Je dois tout apprendre.

« Amis pour toujours ? »


C'était un serment. Un serment que j'étais prête à prêter cent fois, mille fois, qu'importe! Je tendais mon doigt à mon tour et l'accrochait au sien.

- Pour toujours...

Dis-je avec difficulté, d'une voix emplie de sanglots et de larmes.

Et ainsi il fut prêté et ainsi nous fûmes unie en cet étrange coïncidence, une nuit, dans la cafétéria de l'académie, sur une des tables de la cuisine. Je ne savais encore rien de ce qui venait de débuter et ne connaissait rien au monde de l'amitié.

Combien de portes s'ouvriraient alors? Trop nombreuses pour les compter. Beaucoup de joie et sans doute un peu de peines, mais surtout de la vie, plein de "vie" dans mon cœur et un monde qui s'ouvrirait enfin à moi. Je l'espérai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nuit porte conseil [LILY ET CHUN-HEI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Nuit porte Conseil... Dangereuse et Perfide [Livre 1 - Terminé]
» Autres : Présentation de la guilde 'La Nuit Porte Conseil'
» La Nuit porte Conseil... Sensuelle et Lascive [Livre 1 - Terminé]
» La nuit porte conseil [Livre 1 - Terminé]
» La nuit porte conseil [Lukas/Crixus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Campus :: Cafétéria-
Sauter vers: