Partagez | 
 

 Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Sam 4 Nov - 21:38



Solitude ne veut pas dire quiétude



Cela faisait environ deux mois que j’étais arrivé à l’académie Yokuboo. Alors qu’octobre aurait pu passer pour un mois morne sans rien qui se passe, novembre avait connu un peu plus de succès. J’avais pu rencontrer quelques personnes et participé à une fête d’Halloween organisée par la ville de Nara. Cette dernière avait eu pas mal de succès et je m’y étais pas mal amusé malgré certains points. Ces derniers n’étaient pas négatifs puisqu’ils n’avaient en rien sali le souvenir que je m’en faisais, mais plus gênants dans le sens où je me posais encore des questions à ce propos.

Entre temps, j’avais de temps en temps conversé avec ma mère. Cette dernière étant peu appréciée et atteinte de la même maladie que moi, me contactait par message lorsqu’elle était seule et libre de toute occupation. Je ne lui en voulais pas puisqu’elle avait une vie et je me devais de suivre en classe pour éviter d’être totalement perdu. Au moins elle allait bien et c’était tout ce qui importait à mes yeux, même si parler avec elle faisait partie de ces petits moments que j’appréciais énormément.

En parlant de cela, de temps en temps, je me rendais au club de calligraphie dans lequel j’étais inscrit et qui, contrairement l’athlétisme, était assez calme dans le sens où il n’y avait pas constamment de brouhaha incompréhensible ou de consignes à écouter. Non, nous étions assez libres, surtout en dehors de périodes de préparation d’un festival, ce qui m’était très agréable. C’est d’ailleurs pour cela que je m’y étais inscrit malgré le fait que je ne sois pas hyper doué dans la matière. Après tout, apprendre était toujours un plaisir quand les conditions étaient réunies, ce qui était le cas pour cette activité.

En ce premier week-end de novembre, je me levai doucement peu avant dix heures. Personne n’était là, comme si nous étions en semaines. Pourtant, je ne m’inquiétai pas : peut-être étaient-ils sortis ou allé dans leurs clubs respectifs. A moins qu’ils soient au petit déjeuner ? Je n’en savais fichtrement rien. Puis, ce n’était pas comme si nous nous connaissions des masses : je n’avais que très peu parlé avec mes colocataires depuis mon arrivée.
Debout, j’allais faire une rapide toilette avant de m’habiller très simplement. Jean et tee-shirt avec un gilet gris. Puis, mes appareils sur mes oreilles, je pris mon portable au cas où ma mère voudrait me parler un peu et j’allais prendre mon repas du matin à la cafétéria. Je n’y vis malheureusement aucun visage familier. Peut-être n’eus-je pas bien regardé, mais ce n’était pas grave en soi. De plus, si quelqu’un était venu à m’appeler de loin, il était certain que je ne l’avais malheureusement pas entendu.

Une fois que j’eue le ventre plein, je donnai mon plateau à une employée et je sortis pour rejoindre le bâtiment du pensionnat. Sur le chemin, un collègue d’athlétisme me proposa de les rejoindre, mais je refusai poliment. Je n’avais aucune envie de retrouver l’ambiance de cette activité, préférant la quiétude de la salle de calligraphie. Pourtant, quand je la découvris vide, je fus déçu. C’était dommage que je me retrouve seul...

Loin de m’en découragé, et parce que j’avais besoin de me détendre avant de reprendre mes activités scolaires, je sortis du papier et autres matériels qui me serait utile et me mis à dessiner sans trop savoir quoi début. Comme d’habitude, un dessin prendrait forme après quelques minutes et ce dernier serait totalement instinctif.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Sam 4 Nov - 23:20

Solitude ne veut pas dire quiétude

Une belle matinée de novembre avait débuté. Je m'étais levée à 7h30 pour pouvoir courir un peu avant de débuter ma journée.
J'ai donc enfilé un jogging noir très basique, attaché mes cheveux en une simple couette et suis sortie courir dans les rues de la ville.
Courir me permet d'avoir du temps à moi, seule avec ma musique. Et puis ça me permet également d'entretenir mon physique pour pouvoir éliminer la tonne de sucrerie que j'avale.
Je cours pendant deux bonnes heures chaque matin, mais l'hiver approche. Ça va commencer à être de plus en plus dur de quitter mon doux lit douillet le matin.
Je suis épuisé et essoufflé, ça ira pour aujourd’hui, je pense.
Je retourne donc à ma chambre prendre une bonne douche. Forte heureusement pour moi, la salle de bain est libre.

J'en profite donc pour me doucher, me pomponner, passer des heures devant mon reflet face au miroir à me dire combien je suis jolie.
C'est le week-end, je décide donc de porter une jolie jupe en daim avec un pull simple noir coll V. De toute manière, je n'ai que très peu de poitrine donc je peux mettre des décolletés sans que ce ne soit dérangeant.
Je coiffe mes cheveux et les laisse détachés, ils ont encore poussé et dépassent mon dos. Il va falloir que je passe chez le coiffeur ce mois-ci.
Pour mon visage, je le maquille très simplement, un voile de poudre pour avoir un joli teint, un peu de mascara pour souligner mes magnifiques yeux bleus et du baume à lèvres rouge pour hydraté et teinté légèrement mes lèvres.
Je me regarde à nouveau, je suis hyper jolie comme cela.


Je vais à la cafétéria déjeuner avec des amies, j'ai bien envie d'un déjeuner anglais typique avec des jus de fruit frais muffins, des scones, de bons pancakes et du bacon frit. Malheureusement, je me contente des céréales disponibles. Je m'estime heureuse, j'aurais pu manger du « tama go kake go han », du riz avec de l’œuf cru mélangé.
Je mange donc mes céréales avec mes amies en buvant un bon café. J’apprécie d’être entouré ainsi, d'avoir beaucoup de personnes qui m’apprécient, qui cherche à avoir de mes nouvelles quand je ne suis pas là, qui me disent à quel point je suis génial. J'ai travaillé dur pour obtenir cela. Des jours à réfléchir à comment agir, parler, m'habiller pour être apprécié.
Ces petits moments de bonheur sont ma récompense pour mon travail et me font chaud au cœur.

Je ne sais pas vraiment quoi faire aujourd’hui, j'ai du temps libre. Je me promène donc dans l'académie Yokuboo et  passe près des salles des clubs.
Je fais partie du club de danse et de théâtre. J'ai choisi le théâtre car j'aime ça, je peux y être qui je veux, une princesse, un monstre, une magical girl. C'est ce qui me plaît dans le théâtre.
Je me suis également inscrite au club danse pour l'image que cela renverrais de moi : une fille féminine. D'autant plus qu’améliorer mes compétences en danse ne peut être qu'une bonne chose.
Je m’arrête près du club de calligraphie.
Je ne savais pas qu'il y en avait un, je n'en avais pas entendu parler. Je décide d'y entrer, ça peut être intéressant et utile d'étudier la calligraphie.
Je décide d'y entrer. Je ne vois personne, dommage j'aurais bien voulu voir comment ça se passe.
Je m’apprête à sortir quand je remarque quelqu'un dans la salle.
Il faut vraiment que je deviennent plus attentive à ce qui m'entoure.
C'est un jeune homme, il doit avoir mon âge. Il est plutôt mignon et à l'air occupé à dessiner.
Je ne sais pas vraiment si je peux me permettre de le déranger, je décide donc de m’asseoir au bureau devant lui, sort une feuille de mon sac et lui souris gentiment en le saluant :

« Bonjour, tu fais partie du club ? »

Ma question est basique, c'est une sorte de test en fait, s'il est du genre froid, il va soit ignorer ma question soit répondre hyper brièvement. J'adapterais donc mon comportement à sa réponse.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Dim 5 Nov - 1:03



Solitude ne veut pas dire quiétude



Comme je m’en étais douté, il fallu plusieurs minutes avant que mes traits ne forme un joli dessin. Bon, il restait rachitique vu que c’était “random” et que je n’étais pas forcément doué dans cet art, mais au moins ce n’était pas un bête Picasso. Ainsi, je me trouvai à dessiner un cheval vu de face. A vrai dire, seule sa tête et ses deux pattes avant étaient visibles. Je décidai donc de continuer sur ma lancée et créer un troupeau qui arriverait dans une pleine. N’étant pas vraiment doué quand il s’agissait de colorier le tout, il me fut plus simple de laisser le tout en noir et blanc. Certainement était-ce dommage, mais je ne tenais pas à pourrir une oeuvre qui pourrait être jolie. Et sachant que ma mère aimait les chevaux, j’eue envie de lui envoyer si mon travail était potable. L’image qui me vint alors me fit sourire : je me comparais à un enfant fier de son dessin qui le donnait à sa maman. Etais-je cet enfant ? Très certainement, mais il me semblait avoir quelques circonstances atténuantes.

Je terminai mon second cheval en usant de plus de soin, et le premier était grandement amélioré, quand je vis une silhouette passer devant mes yeux. Je levai donc la tête et découvris une jeune femme. Elle devait avoir un âge similaire au mien, mais je n’étais pas prêt à le parier. C’était juste qu’elle faisait très “femme”. D’ailleurs elle était très jolie malgré que ses longs (très longs) cheveux rouges me paraissaient quelque peu excentriques. Bon, je ne pouvais pas vraiment faire de remarques à ce propos vu que les miens étaient blanchis par ma maladie. Mais à part ça, je pouvais facilement deviner qu’elle prenait bien soin d’elle. Autant dire qu’à côté je paraissais négligé, ce n’était vraiment pas exagéré malheureusement.

Assise face à moi, elle sortit une feuille et me salua pour me demander si je faisais partie du club. Je fus sincèrement ravi qu’il n’y ait pas un bruit autour de nous puisque la lecture de ses lèvres se fit bien plus facile, tout comme la compréhension de ses paroles. Je lui souris donc pour lui répondre en articulant du mieux que je pus :

- Bonjour. Oui, j’en fais partie. Désolé, pour ma prononciation : je suis malentendant. Dis-le moi si tu ne me comprends pas.


Pour le moment personne n’avait eu de soucis à ce niveau-là, mais il me semblait avoir un peu plus de difficultés qu’à l’accoutumée pour comprendre moi-même. J’avais tendance à mettre ça sur le dos de l’organisatrice qui avait hurlée comme une égorgée à Halloween, entre autres, mais je ne pouvais pas en mettre ma main au feu. Après tout, c’était peut-être ma maladie qui était avancée d’un cran et que, du coup, mes appareils auditifs n’étaient plus adaptés.

- Je m’appelle Rintaro Yasutake, me présentai-je pour balayer le malaise de mes réflexions. Et toi ? Tu es intéressée par le club ?

Certainement puisqu’elle était venue là, mais comme je n’étais pas dans sa tête et que je ne savais pas ce qu’elle voulait exactement, je préférais attendre qu’elle me le dise elle-même.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Dim 5 Nov - 14:52

Solitude ne veut pas dire quiétude

Le jeune homme face à moi m'a répondu en souriant. Il se nomme donc, Rintaro. Yasutake. C'est un joli nom, il sonne japonais.
Je suppose que Rintaro est son prénom et Yasutake son nom de famille. Je n'en suis pas certaine, car les Japonais peuvent avoir de drôle de prénom.

D'après ce qu'il m'a dit, il est malentendant. Cela explique sa drôle de manière d'articuler. D'un côté vu que je ne suis pas nippone, ça me permet de bien comprendre ce qu'il me dit.
Quand les Japonais me parlent trop vite, j'ai tendance à perdre le fil et m'embrouiller dans ma compréhension de la langue. Pourtant, j'ai énormément voyagé au Japon, c'est d'ailleurs comme cela (et avec l'aide de mon père professeur de japonais) que j'ai appris la langue.

J'observe attentivement l'étudiant. Il est un peu plus grand que moi mais pas gigantesque non plus. Ses cheveux sont blancs, il s'agit sûrement d'une coloration.
Ils sont un peu ébouriffés, cela me donne envie de m'amuser à passer mes mains dedans pour les ébouriffer encore plus. Mais si je fais cela, je vais certainement passer pour une fille très bizarre.
C'est la deuxième personne que je rencontre qui ai les cheveux blancs, l'autre étant. Kaze Tadao. Peut être est-ce une mode chez les garçons japonais ?
Il porte des lunettes et a l'air intelligent. Mais bon j'imagine très mal un garçon idiot membre d'un club de calligraphie.
Je viens juste de remarquer l'appareil auditif sur ses oreilles, j'aimerais beaucoup savoir comment ce type d'appareils fonctionne, mais je n'ai pas envie de prendre le risque de le vexer en lui demandant.
Je lui souris donc poliment et réponds à sa question.:

« Moi c'est Lily Williams, tu peux m'appeler Lily. »




Je ne comprends pas vraiment cette « politesse » des Japonais qui s'appelle par leur nom de famille sauf s'ils sont très proches. Je n'aime pas vraiment entendre quelqu'un m'appeler Williams. Ça me paraît très étrange mais bon, en principe les étudiants savent que je ne suis pas d'origine japonaise et ne m'en tiens donc pas pour rigueur. D'autant plus que si c'est pour écorcher mon nom de famille, non merci ! Lily, c'est plus simple à prononcer.
Je rajoute donc ensuite en prenant une voix douce :

« Oui, le club a l'air intéressant, mais j'aimerais avoir quelques informations pour savoir le type d'activité exercer par exemple . »




À vrai dire, je n'avais pas vraiment d'idée de question en tête ce que je voulais surtout savoir, c’était si ce serait intéressant pour moi de m'y inscrire.
Avoir une jolie écriture, savoir dessiner. Ce sont des choses très utiles au quotidien qui renverront une bonne image de moi. Et puis si jamais je deviens professeur en langue, ce sera bien pour mes futurs élèves d'avoir une professeur avec une très belle écriture.
Je m’imagine déjà en train de dessiner dans la cour avec un béret dans les cheveux et une horde de fan autour de moi me disant « Ouah tu dessines bien Lily, tu es tellement talentueuse Lily, J'aimerais tant te ressembler Lily ». Un vrai bonheur.


Je sors de mes pensées et écoute sa réponse. J'en profite pour regarder ce qu'il était en train de faire avant que je ne l'interrompe.
Je vois un joli dessin non terminé de chevaux vu de face, il dessine a l'encre en noir et blanc. Il m'a l'air assez talentueux. C'est assez rare de voir un garçon dessiner des animaux comme des chevaux, il doit être sensible. C'est une bonne chose. [HRP : OUI J'AIME LES CLICHES]
Ce Rintaro, que j'appellerai dorénavant Riri dans ma tête. Il a beaucoup de talent.
De mon côté, je ne dessine pas très bien. J'ai des notions de base apprises en cours d'arts plastiques lorsque j'étais en Angleterre durant mes études mais rien d'extraordinaire.
Je décide de pointer du doigt son beau dessin et de lui demande d'une voix tout à fait sympathique avec un petit sourire. :

« C'est toi qui as fait ça ? C'est très joli »




Oui, j'avoue la question est débile mais bon, il s'agit d'une question rhétorique en réalité, car je n'attends pas vraiment de réponse vu que je me doute bien que c'est lui. C’était un peu une excuse pour complimenter son dessin et qu'il se sente à l'aise et en confiance avec moi.
D'ailleurs, la salle est bien vide, nous sommes pourtant le week-end. Y a-t-il d'autre membre ? Où peuvent il bien être ?
Peut-être qu'il y a plus de monde en semaine après les cours.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Dim 5 Nov - 21:35



Solitude ne veut pas dire quiétude



Elle ne dit rien à ce propos, mais je crus comprendre qu’elle n’avait rien contre ma prononciation. Peut-être que mes explications furent suffisantes. A moins qu’il n’y ait une autre raison ? Si elle était étrangère, mon ouïe n’était une aide très fiable pour que je puisse le deviner et son physique n’était pas, pour moi, des valeurs suffisantes pour penser ce genre de choses. Quoique, comme avec Felicia, je pouvais noter qu’elle n’était pas effacée comme les japonaises que j’avais connues tout au long de ma scolarité. Etait-ce la même chose ? Non, vraiment je n’avais pas de base de réponse assez solide pour me faire un avis sur la question.

Tout comme je m’étais présenté, elle déclina son identité en me demandant expressément de l’appeler seulement Lily. C’est ainsi que je pus comprendre que, effectivement, elle pouvait être étrangère. Personnellement cela ne me dérange pas tant que ça, du moment qu’elle me permet de garder le suffixe de politesse. Je ne voulais pas vraiment qu’on croit que nous étions ensemble ou amis très proches : pas que cela me déplairait de le devenir un jour si nous nous entendions bien. Ce n’était juste pas le cas. Pas encore.
Par la suite, elle me confirma qu’elle souhaitait de plus amples informations concernant le club. A vrai dire, je n’en étais pas le président ou autre, seulement un membre lambda qui s'essayait dans la matière. Je me demandais donc si mes conseils et ma vision des choses serait vraiment utiles. Néanmoins, j’entrepris de lui dire ce que je savais en commençant par mettre les choses aux clair avec cordialité :

- Je vais essayer de t’informer Lily-san, mais il faut que tu saches que tu le seras bien plus avec le président qu’avec moi. Du coup, repris-je lorsque je fus certain qu’elle eut compris mes dires, ici on use d’outils de calligraphie comme les plumes, les pinceaux et autres pour dessiner et, surtout, écrire. Je ne sais pas vraiment dans quel but le club a été créé : personnellement je l’ai choisi parce que l’activité est calme, ne demande pas de réfléchir ou de parler entre nous. Est-ce qu...

- C'est toi qui as fait ça ? C'est très joli.


- Ahah ! Merci.

Être coupé dans ce genre de contexte ne me dérangeait pas du tout. Après tout, certainement avait-elle pensé que j’avais terminé de parlé et ne s’attendait pas à ce que je lui pose une question. Ma lenteur était aussi un facteur à prendre en compte, qu’il me chagrine ou non. C’est donc souriant que je repris sur le sujet qu’elle venait de lancer :

- Je ne pense pas être si doué que ça puisque souvent mes dessins partent juste de traits tracés au hasard. Je ne suis pas une personne très imaginative… Et toi, es-tu une créatrice ? Est-ce pour ça que tu souhaites rejoindre le club ?

Sans aucun doute y avait-il d’autres états d’esprits concernant la calligraphie, mais comme je n’étais pas un pro je n’étais pas capable de le dire. Un passe-temps et une manière de me détendre. Voilà ce que représentait ce club à mes yeux. C’était suffisant pour moi, même si je ne crachais pas non plus sur les activités de groupe non plus, puisque je m’y étais engagé.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Lun 6 Nov - 12:34

Solitude ne veut pas dire quiétude



- Je ne pense pas être si doué que ça puisque souvent mes dessins partent juste de traits tracés au hasard. Je ne suis pas une personne très imaginative… Et toi, es-tu une créatrice ? Est-ce pour ça que tu souhaites rejoindre le club ?


Hum, mon cher Riri n'a pas l'air d'avoir énormément confiance en lui, contrairement à moi. À moins que ce soit un genre qu'il se donne, mais cela m’étonnerait. Pourtant, il est assez mignon et dessine bien.
Je suis sûr que s'il allait dans la cour avec un tableau peindre à l'encre une nature morte, il aurait beaucoup de fans. Ses cheveux ébouriffés pourraient lui donner un côté artiste excentrique qui plairait aux filles et aux hommes.
Cependant, il a choisi le club de calligraphie, car l'activité est calme. Il ne doit donc pas du tout être une personne excentrique qui souhaite avoir des centaines de filles à ses pieds.
D'ailleurs, il m'appelle Lily -san, c'est très mignon.

J'adore entendre les suffixes que les Japonais mettent après les noms, cela me fais penser à tout les animes que j'ai pu dévorer durant mon adolescence.
J'ai bien envie de l'appeler. Rintaro-kun ou même Riri -kun, mais j'ai peur de le rebuter, car l'utilisation de Kun est légèrement moins polie et moins neutre que pour san. Peut-être plus tard, si je viens à le connaître davantage.
Je réfléchis à sa question, suis-je créatrice ? Je ne saurai pas le dire. J'ai une grande imagination et pour avoir créé de toutes pièces mon rôle merveilleux de fille parfaite, je pense que je dois avoir un côté créatif.
Toutefois je n'ai pas de talent particulier en dessin et encore moins en calligraphie.
Je lui réponds donc simplement  :


« Je ne saurais dire si je suis une créatrice, mais je pense que le club de calligraphie peut m’apporter des connaissances intéressantes et utiles »

J'ai presque l'impression que cette phrase pourrait être citée à un entretien d'embauche face à un recruteur. À vrai dire, je ne sais pas quoi ajouter de plus, il faut dire que je suis entré un peu par hasard dans la salle et sans but précis.
Je rajoute juste après d'une voix enjouée en pointant à nouveau le dessin de Riri. :

« Je pense qu'au contraire, si tes dessins partent juste de traits tracés au hasard. C'est que tu dois avoir peut-être inconsciemment une grande imagination. »

Je décide de me la jouer fille sociable, je vais tenter de devenir son amie. Il faut que je trouve un sujet de conversation qui puisse l’intéresser. Je réfléchis à son comportement :
À première vue il est calme, peut être solitaire. Il est loin d’être froid, car il s'est rapidement présenté à moi.
Physiquement il est très mignon, avec un style très simple et des cheveux ébouriffés. Son apparence ne doit pas être sa priorité. Si je lui parle de la couleur de ses cheveux ou de ses yeux, il va sûrement me trouver hyper méga chiante.
Je ne peux pas non plus discuter de calligraphie, car je ne m'y connais absolument pas.
Peut-être pourrais-je tenter de faire ma curieuse et de lui poser des questions sur ces appareils auditifs mais cela risque d'être au mieux malaisant et au pire blessant pour lui.
Il faut donc que je discute d'un sujet assez général qui l’intéressera : L'académie Yokuboo.

Je me décide donc à lui faire un jolie sourire, prendre une mine un peu timide et lui demander :

« Tu es ici, enfin je veux dire à Yokuboo, depuis longtemps ? »

Ainsi, ma question ouverte me permettra de partir vers d'autres sujets pour mieux le connaître et afin qu'il me connaisse mieux lui aussi.
Et qu'il tombe sous mon charme de perfection comme à peu près toutes les personnes que j'ai rencontrées jusqu'à présent.
En même temps, qui peut résister à l'envie d'être amie avec moi une fois que l'on me connaît ?
Je suis tellement parfaite ! Je suis mignonne, drôle, charmante, intelligente, curieuse, ouverte et nullement égocentrique.
C'est vrai cela, je pourrais passer mes journées à me vanter, mais je ne le fais pas. Je m’intéresse aux autres et je ne suis pas centrée sur moi.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Jeu 9 Nov - 21:33



Solitude ne veut pas dire quiétude



En posant mon pinceau que je tenais toujours, j’espérais que son silence ne signifiait pas une certaine gêne. D’un certain côté, son attitude ne semblait pas le montrer spécialement, mais je n’étais jamais trop prudent dans ce genre d’interprétations. Heureusement, mes doutes furent dissipés quand la jeune femme me répondit avec ce que je pensais être de la confiance. Ses paroles presque solennelles étaient cependant pratiquement passepartout et c’était dommage : je n’étais pas là pour la juger, mais pour faire connaissance avec elle, mais avec ça je n’avais pas l’impression d’aller dans ce sens. Je ne m’en offusquai pourtant pas et lui souris simplement sans lui répondre tout de suite. Je ne pouvais pas être en total désaccord avec elle puisque cet art apportait, en effet, des qualités non négligeables pour certains métiers. Je ne recherchais pas cela en étant là et c’est pour cette raison que je ne pouvais pas juger le but qu’elle se fixait et le moyen qu’elle choisissait pour cela. Il y avait également le fait que je ne la connaissais pas assez pour ce genre de choses.
D’une voix enjouée, Lily-san répondit à mes doutes concernant mes talents dans le domaine de l’imagination en prétendant que si je faisais de tels dessins instinctivement c’était certainement parce qu’ils étaient tout simplement inconscients. J’y réfléchis un instant avant de lui répondre en souriant avec plus de joie que de gêne :

- Je n’y avais jamais pensé. Mais il est possible que tu aies raison.

Après tout, l’objectif de mon père qui l’avait amené à me faire étudier en me privant presque totalement de toute forme de loisir ne m’avait pas permis de creuser dans un quelconque domaine en particulier. En plus de cela, l’imagination n’avait pas du tout sa place dans la vie d’un avocat, sauf pour mentir comme le faisait mon père. Mais, avant tout, il fallait avoir du charisme et de la confiance en soi. C’est donc ces deux atouts que j’avais développé en priorité sans penser un seul instant à ce que je voulais véritablement. Certainement que mon chemin aurait été bien différent si j’avais eu le choix et je n’avais pas abandonné l’idée que mon destin soit différent que celui prescrit par mon géniteur.

Lorsque mon interlocutrice me posa une nouvelle question, je fus un peu déçu qu’on ne continue pas sur le sujet premier. D’un autre côté, je n’étais pas fâché que cela soit pour que nous apprenions un peu à nous connaître. C’est donc volontiers que je lui répondis en essayant de régler légèrement mes appareils auditifs :

- Je suis arrivé à l’académie en septembre dernier pour commencer ma première année à l’université. Je fais du droit, ce qui n’a absolument rien à voir avec le talent que je semble cacher, rigolai-je doucement. Et toi, quand es-tu arrivée ?

Attentivement, je l’écoutai en lisant encore sur ses lèvres pour bien comprendre ce qu’elle me disait. Puis, avant de lui répondre, je déplaçai l’encrier vers elle et posai le pinceau dessus afin qu’elle puisse s’en servir tout de suite. Et, avant de lui répondre d’une façon ou d’une autre selon ce qu’elle me répondrait, je lui proposai avec un signe ouvert de la main :

- J’ai vu que tu avais sortit une feuille. Pourquoi ne pas essayer de faire un peu de calligraphie pendant que nous discutons ? Tu pourrait voir si ça peut te plaire comme ça.

Sincèrement, cela ne tenait qu’à elle d’accepter mon offre qui ne l’engageait à rien, si ce n’était à découvrir seule ses ressentis sur cette activité. Je n’étais donc pas prêt de m’offusquer, me fâcher ou me frustrer par un refus de sa part. Personnellement, je n’allais pas pouvoir dessiner en parlant car l’écouter me demandait de lire sur ses lèvres tout le temps et dire quelque chose me demandait des efforts pour articuler correctement. C’était le prix à payer pour que je puisse sociabiliser.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Ven 10 Nov - 22:21

Solitude ne veut pas dire quiétude



J'en apprends plus sur mon cher. Riri-kun, déjà il a un joli rire, c'est un bon point.
Il n'est pas ici depuis bien longtemps. Tout comme moi d'ailleurs, je ne suis ici que depuis peu de temps.
Il fait du droit, c'est bien intéressant. J'étais intéressé par le droit quand j'étais plus jeune, mais ce sont finalement les langues qui m'ont attiré.

Les élèves en droit ont l'a réputation d'être assez barbant et très sérieux, je ne me fis absolument pas aux rumeurs personnellement. Je pense qu'au contraire vu la grande possibilité des carrières accessibles après avoir fait du droit, il doit y avoir de tous types de profils. Et donc autant d’élèves qui peuvent être excentriques ou timides.

Enfin, bref, il m'a demandé quand est ce que je suis arrivé, je lui réponds donc tout simplement et en profite pour me présenter d'avantages.
J'inspire en me calant au fond de ma chaise, le regarde et lui répond donc toujours en gardant mon petit sourire :


« Je suis à Yokuboo depuis moins de deux semaines maintenant. Je viens tout droit de Londres, donc tout ceci est nouveau pour moi. C'est en quelque sorte un nouveau départ. Je suis également en première année, mais en Langues »



Pendant que je lui répondais mon petit Riri-kun m'a rapproché son encrier avec le pinceau puis après que j'ai fini ma réponse il m'a dit :


- J’ai vu que tu avais sortit une feuille. Pourquoi ne pas essayer de faire un peu de calligraphie pendant que nous discutons ? Tu pourrait voir si ça peut te plaire comme ça.


Ok, bon je ne me suis jamais essayé à la calligraphie donc je ne sais pas du tout ce que je suis censé faire là. Je réfléchis donc à ce que je pourrais bien faire en posant ma feuille sur son bureau, quitte à être en face de lui autant poser ma feuille sur son bureau, ce sera plus simple.

Je réfléchis intensément à ce que je pourrais bien faire et essaie de penser à quelque chose que j'ai vu qui pourrait ressembler à de la calligraphie.

L'image de la tombe de ma sœur me vient à l'esprit, cela a beau être glauque mais le seul truc pouvant être qualifié de calligraphie à quoi je pense et son nom écrit sur la pierre tombale.
Ça me fait doucement sourire, c'est comme si de là où elle était, elle m'avait envoyé cette image dans mon esprit pour me donner un coup de pouce.

Je visualise précisément son prénom et le refait sur ma feuille à l'aide de l'encre et du pinceau.

J'en profite pour discuter avec Riri, je lui demande donc sans lâcher ma feuille du regard :


«  Pourquoi tu as choisi le droit ? Et aussi pourquoi avoir choisi Yokuboo ? »


En écoutant sa réponse, je continue mon petit travail. Mes longs cheveux roux me gêne, vu qu'ils sont détachés ils me tombent devant les yeux. Je les attaches en un chignon et les fait tenir à l'aide d'un de mes crayons posés sur ma table.

Spoiler:
 

Bon, c'est clair que comme cela, je ne suis pas irrésistible, mais au moins c'est beaucoup plus pratique.
Je termine enfin mon œuvre de calligraphie :


Spoiler:
 

Je suis assez fière de moi pour une première fois, bon, il va sûrement se demander pourquoi j'ai écrit. Emma et pas Lily ou bien qui peut être Emma.
J’espère que cela ne va pas plomber l'ambiance quand je vais devoir m'expliquer pour le prénom inscrit.

Je relève la tête vers Rintaro, toute contente et lui dit :



« Moi j'ai choisi les langues parce que je suis plutôt doué pour cela. Je parle couramment. Japonais, le français, l'espagnol et l'anglais comme tu t'en doutes l'anglais est ma langue maternelle. Je pense devenir professeur en langue après avoir fini mes études. »




Après avoir parlé, je retourne mon « œuvre » face à lui pour lui montrer.

Codage par Libella sur Graphiorum
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Sam 11 Nov - 23:11



Solitude ne veut pas dire quiétude



Pendant que je déplace l’encrier et le pinceau que j’avais pris pour moi à la base, je l’écoutai me raconter qu’elle était arrivée deux semaines auparavant. C’était très récent et j’avais l’impression que le temps passait beaucoup trop vite. C’est même cela qui m’aida à ma rendre compte que je lui avais dit une énorme ânerie ! Mais quel crétin je pouvais faire par moment… Autant dire que je me désespérais tout seul. Enfin, certainement pourrais-je rectifier mon erreur plus tard. En attendant, je me concentrai sur la demoiselle pour lui proposer de s'essayer à la calligraphie. Se rapprochant de mon bureau pour s’installer, elle posa sa feuille blanche sur la table et se mit vraisemblablement à réfléchir. La laissant faire tranquillement, je me levai silencieusement pour aller me chercher d’autres outils au cas où que je parvienne à trouver un instant pour mon propre travail. Comme j’avais déjà repéré les emplacements des outils, ce fut assez rapide. Du coup, quand je revins m’installer ce fut juste à temps pour écouter ses nouvelles questions qu’elle posa en commençant son essai. Souriant toujours malgré les regrets que je pouvais porter, je lui répondis :

- En fait, mon père veut absolument que je prenne sa relève en tant qu’avocat et il m’a toujours fait étudier dans ce but. Aujourd’hui, je n’ai plus d’autres choix, surtout qu’il sait comment me pousser à continuer malgré ma surdité. Je me dis qu’en étudiant je pourrais trouver un moyen de me libérer de son emprise. J’ai d’ailleurs commencé en venant à Yokuboo, justement. C’est peu, mais déjà pas mal en vérité. Plus que je ne pouvais imaginer il y a encore peu de temps. Et toi, pourquoi les langues ? Et tu as connu l’académie comment ?

Je devais éviter les problèmes, surtout connaissant les méthodes de mon paternel. C’est pourquoi j’étais resté vague. Ne la connaissant pas, je ne pouvais deviner à quel point elle le relèverait. Néanmoins, concentrée comme elle l’était, j’avais bon espoir qu’elle n’insiste pas trop dessus.
En m’écoutant, elle avait relevé ses cheveux et continué l’objectif qu’elle s’était fixé. Je devais bien avouer qu’elle donnait une belle image d’elle, peu importe le taux de négligence dont elle pouvait faire preuve. Même son écriture était belle. Je lui fis cependant part de sa mauvaise tenu de son pinceau en lui montrant la méthode traditionnelle sans pour autant l’y obliger.

Lorsqu’elle m’eut répondu sur la raison de son choix de cursus, je ne pus que sourire. En même temps, elle parlait très bien japonais alors que ce n’était pas sa langue maternelle. Je ne doutais pas qu’elle connaissait des limites, mais ce n’était pas un soucis. Je lui fis donc part d’une partie de ma pensée sur un ton taquin :

- Il faudra faire attention à bien articuler pour ça. Ta prononciation est super, mais j’ai parfois un peu de mal à te comprendre, expliquai-je pour ôter tout malentendu avant qu’on ne se comprenne plus du tout.

D’ailleurs, le peu de curiosité dont elle faisait preuve par rapport à cela me paraissait un peu étrange : il avait fallu bien moins que ça pour que toutes les filles de ma classe me posent mille et une questions. Peut-être avait-elle ses raisons. A moins que ce ne soit pour mon propre confort. Dans les deux cas, je respectai sa décision, même si je n’avais pas pu m’empêcher d’y penser.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Lun 13 Nov - 21:25

Solitude ne veut pas dire quiétude


Être prisonnier d'un destin qu'on ne maîtrise pas, victime d'un engrenage tragique. Cela me rappelle toutes les heures de cours passées à étudier les héros tragiques de la Grèce antique comme Œdipe ou Phèdre.

Rintaro me fait de la peine, mais en même temps je suis en colère.

On peut changer son destin, c'est ce que j'ai toujours pensé et je l'ai moi-même fait !

Je suis passée d'une fille harcelée à une fille adulée.

Je regarde Rintaro dans les yeux au travers ses lunettes, je pense n'avoir jamais été aussi sincère dans mes agissements depuis bien longtemps. Je pose ma main sur la sienne et lui dit droit dans les yeux :


«  Change ton destin, devient quelqu'un d'autre. Ne soit pas la personne que les autres, même tes parents veulent que tu sois !»


Cette phrase si sincère est pourtant très hypocrite venant de moi, maintenant que j'y pense, je fais absolument le contraire de ce que je viens de lui dire. Depuis des années, je suis celle que les autres aiment. Et je fais tout pour le rester, mon apparence, mes gestes, mes passions, tout est fait pour les autres, l'image que je peux leur renvoyer. Au fond, je ne suis pas vraiment moi.
Je suis assez émue au fond de moi, mais j'essaie de ne pas le lui montrer.

Toujours en lui tenant fermement la main, je lui demande :

« Qu'est-ce que tu aimes ? Je veux dire dans la vie, qu'est-ce qui te passionne ? »


Il y a tellement de personnes qui font des choses qui ne leur plaisent pas, se retrouve coincé dans des métiers qui ne les passionnent pas et les enferment dans des sombres routines. Je ne veux pas que Rintaro soit dans une situation comme celle-ci.

Je le regarde donc à nouveau et lui dit :


« Tu sais Rintaro -kun, cela peut paraître étrange, mais je t’apprécie beaucoup, et je ne veux pas que tu te retrouves à faire des choses qui ne te plaisent pas.»

Après avoir dit cela, je rougis et lâche sa main. Je crois que je me suis trop laissé entraîner par mes émotions. En plus, je l'ai appelé Rintaro -kun, il va sûrement me trouver hyper bizarre et gênante.

Je me reprends et le regarde doucement en passant ma main dans les cheveux, faisant tomber au passage le crayon maintenant mes cheveux. Ils retombent donc en cascade sur mes épaules.

Je lui dis doucement :


« Je suis désolée, je me suis un peu emportée.»

Je souffle doucement sur une mèche de cheveux rousse posée sur mon visage pour laisser retomber la pression. Je me redresse et reprends une posture plus convenable et souris doucement. J'ai presque envie de rire de ma réaction.

Je suis contrarié, mais je pense qu'au fond c'est à moi-même que j'en veux. Une part de moi souhaiterait être moi-même. Agir comme j'en ai vraiment envie, être libre, de sortir vêtue comme un sac à patates avec les cheveux en pagaille. Jouer durant des heures aux jeux vidéo avec des amis.
Toutefois si j'ai fait ce choix de jouer un rôle, c'est pour changer de vie et en avoir une meilleure.
La question est de savoir si je suis heureuse comme cela.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Mar 14 Nov - 7:19



Solitude ne veut pas dire quiétude



La jeune femme face à moi ne releva pas ma plaisanterie. Au lieu de cela, elle me regardait avec un air à la fois triste et sévère. L’avais-je touchée sur une corde sensible d’une façon ou d’une autre ? A vrai dire, je n’osais pas essayer de deviner à quel moment cela avait commencé tant j’avais la crainte de me fourvoyer. Après tout, j’avais pu être maladroit tout comme mon histoire seule pouvait être la cause de sa réaction. Il restait tout de même douloureux de ne pas savoir puisque cela limitait grandement mes possibilités.

Dans ce qui semblait être un élan de pure spontanéité, mon interlocutrice posa sa main sur la mienne. Ce contact fort peu naturel au sein de ma patrie, je fus surpris malgré moi. J’écoutai tout de même ce qu’elle avait à me dire avec attention, taisant mes pensées pour pouvoir la comprendre au mieux. Je compris alors qu’elle n’était pas d’accord avec le fait qu’on ne puisse pas avoir le choix de son avenir. Selon elle, mes parents n’avaient pas à choisir le chemin que je devais prendre pour vivre ma vie. Je ne pouvais pas dire qu’elle avait tort puisque c’était le but que je souhaitais  atteindre. Ses paroles me faisaient plaisir et me confortaient dans mon idée, ce qui me donnait un certain réconfort.

La laissant terminer ce qu’elle avait à me dire pour éviter toute incompréhension de ma part, parce que nous nous serions coupés involontairement ou autres, je pris mentalement note de ses questions concernant mes passions et ce que j’aimais faire. C’était une très bonne question à laquelle je n’avais encore jamais réellement réfléchis à ce jour. Sans aucun doute qu’on me donnerait tort sur ce point. Certainement aurait-on raison de me faire la morale, même si, plus jeune, je n’aurais pas du tout été dans cet état d’esprit. La sécurité d’un être cher venait-il après mon propre bonheur ? C’était un débat qui serait intéressant d’aborder, mais je n’en avais pas vraiment envie par crainte d’’enfoncer plus profondément la jeune femme dans ma tourmente. Ce n’était pas ce que je voulais, bien au contraire. Surtout qu’elle semblait me guider avec une certaine justesse que j’appréciais énormément.

Malgré la justesse de ses paroles, ma collègue se mit à rougir et retira rapidement sa main de la mienne qu’elle avait serrée avec une chaleur agréable. Cela m’avait permit de comprendre que son inquiétude était bien plus profonde que ce qu’elle avait pu me montrer en prime abord. De cette façon, je compris également que si les étrangers avaient recours aux contacts physiques ce n’étaient pas du tout dans la même significations que dans mon pays. Peut-être devrais-je étudier cela un jour. En attendant, je souris chaleureusement à ses excuses et avec un léger amusement en la voyant souffler sur une mèche de cheveux qui lui tombait sur le visage. Je compris alors qu’elle avait très certainement terminé de me dire ce qu’elle avait sur le coeur. J’entrepris donc à réfléchir rapidement à ce que je voulais lui dire avant de parler avec douceur en faisant attention à mon articulation pour éviter toute confusion due à mon handicap :

- Je te remercie pour ta sollicitude. J’en suis touché et vraiment content. Après tout, comme je t’ai dit, je cherche à trouver ma voix en venant à Yokuboo. Certes, je suis en train de continuer dans le droit, mais ce n’est certainement que pour un temps, jusqu’à ce que je trouve ma voix et une façon d’empêcher mon père de m’atteindre. Après, concernant mes passions, je t’avoue que je n’y aie jamais réellement réfléchis. Tout ce que je sais c’est que j’ai envie d’aider les autres. Ca pourrait-être en enseignant aux personnes sourdes et muettes, ou en apportant mon soutien à ceux ayant la même maladie que moi. Je ne sais pas encore. Et ma passion…

Encore une fois, je réfléchis à une activité qui me plaisait plus qu’une autre. La seule qui me venait était la calligraphie, mais je ne pouvais pas appeler ça une passion à proprement parler. Après tout, si cela l'était j’aurais été bien plus apte à chercher d’autres techniques d’écriture, comme avec une plume européenne. Non, je voyais cela plus comme un passe-temps calme ne me demandant aucun effort particulier en terme d’écoute. Je secouai donc doucement la tête avant de terminer ma réponse à la jeune femme :

- Je crois que je n’ai pas encore trouvé une activité qui me passionne réellement. La calligraphie est, pour moi, un simple passe-temps qui me détend sans pour autant m’apporter de réconfort. Comment dire ? Ce n’est pas forcément cela que je ferais si je voulais me changer totalement les idées. Et toi, as-tu une passion ? ... Est-ce que ça va ? finis-je par demander, trop inquiet en la voyant ainsi touchée par mon histoire.

Je ne voulais pas lui faire de mal et je ne pensais pas que raconter simplement mon histoire pourrait en être la cause. Pourtant, c’était ce qu’il semblait s’être passé et je me sentait attristé pour elle.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Mar 14 Nov - 23:16

Solitude ne veut pas dire quiétude



Je suis rassurée par la réponse de. Rintaro, cela me fait plaisir, mais sa question me trotte à l'esprit.

Est ce que j'ai une passion ? Qu'est-ce qui me plaît dans la vie ?

Je serais de tenter de répondre « moi », ma personnalité que je me suis créé est une passion au fond. Je passe des heures à la travailler, à faire en sorte d'être parfaite.

Quand je croise des personnes dans les couloirs criant des « kawaii » après m'avoir vu, cela me rend heureuse. Je suis fière de moi même.

Mais au fond c'est un peu malsain mon besoin d'avoir l'approbation des autres pour être heureuse.

Hormis cela, j’apprécie grandement les jeux vidéo même si depuis que je suis ici et que je partage ma chambre avec d'autre personnes, je n'ai pas d'occasion d'y jouer. Au fond peut être que c'est cela qui me pèse. Avant quand je rentrais chez moi, je pouvais être moi-même, faire ce que veux vraiment. Maintenant, je ne peux plus avoir de temps pour mon vrai « moi ».


Je replonge dans mes souvenirs et repense à la manière dont mon rôle à débuter. Ce fut à la base grâce à ma passion du théâtre. Alors peut-être que c'est cela m'a véritable passion : le théâtre.
Jouer un rôle, ne pas être moi, intéresser les autres et attirer leur attention.

Je souris et réponds à Rintaro :


«  J'aime le théâtre »


Je ne rajoute rien d'autre pour m'expliquer, le théâtre représente tellement de choses, d'émotion, il parle de lui-même. Il n'y a nul besoin de rajouter quoi que ce soit.

C'est dommage que Rintaro n'ai pas de passion, il est important d'avoir une passion dans sa vie. Avoir une passion permet de sortir du quotidien et permet de supporter le quotidien.on peut avoir une passion d'ordre sportif, artistique, littéraire, religieuse, humanitaire.


Une passion permet de s'accomplir pleinement, ouvre des perspectives pour connaître des gens nouveaux, permet un échange entre passionnés de la même chose. Une passion fait oublier la routine, le quotidien , "l'obligatoire", car elle est librement choisie et consentie.

J'aimerais que Rintaro trouve cette « passion » qui lui donnera envie d'attendre le lendemain avec impatience.

je regarde donc mon cher Riri et lui dit avec un air taquin accompagner d'un grand sourire en faisant un petit clin d’œil :


« Je n'ai qu'à devenir ta nouvelle passion »


Bien sûr, j'ai dit cela en plaisantant. Mais l'idée m'a traversé l'esprit de manière tellement puissante qu'il m'était impossible de la taire.

Bon, j'espère qu'il n'ira pas me prendre pour un monstre d'égocentrisme. Je ne suis pas absolument pas égocentrique et encore moins superficiel.

Une personne égocentrique est avant tout intéressée par elle-même et montre peu d'intérêt pour les autres. Nous voulons, tous penser que nous nous soucions des autres, que nous compatissons avec eux et que nous nous intéressons autant à ce qu'ils ressentent qu'à ce que nous ressentons. Cependant, il peut être facile de prendre l'habitude de se concentrer sur soi-même au lieu de se concentrer sur les autres.

Ce n'est absolument pas mon cas, je m’intéresse beaucoup aux autres, à leurs réactions et à ce qu'il pense de moi.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Mer 15 Nov - 15:54



Solitude ne veut pas dire quiétude



Pendant un long moment, la jeune femme resta très silencieuse. Je me demandai alors si je ne l’avais pas mise mal à l’aise. Quoique j’avais tout de même un doute sur cela également puisqu’elle pouvait également réfléchir comme je l’avais fait. Je ne savais pas trop et ne voulais pas me montrer impoli en faisant autre chose en attendant sa réponse. Combien de fois j’avais pu me faire taper sur les doigts, plus jeune, rien que pour cela. Le pire était que mon père le faisait alors exprès juste pour m’éduquer. Enfin, c’était désormais de l'histoire ancienne puisque je ne comptais pas retourner à ses côtés. Sauf peut-être si…

Finalement, la jeune femme me fit part de sa passion qui n’était autre que le théâtre. Je n’eus le droit à rien de plus comme des explications passionnées ou autres. Je trouvai cela un peu dommage étant donné que nous discutions. Je ne lui en tint cependant pas rigueur, pensant qu’elle pouvait aussi me montrer que son silence pouvait signifier qu’elle aimait absolument tout dans cela et qu’en parler prendrait bien trop longtemps. Malheureusement, je n’en avais aucune preuve et c’était ce qui me mettait mal à l’aise : ne pas savoir ce genre de détails ne m’aidait pas à connaître la réaction la plus adaptée pour continuer le sujet ou en changer. Puis, montrer une passion était aussi en discuter, non ? A moins qu’il puisse y avoir une autre raison derrière tout cela, un secret peut-être… Encore une fois, je n’étais sûr de rien et il se pouvait que j’ai tort sur toute la ligne.

Silencieux à cause de mes doutes, je cherchai un moyen de rebondir. Malheureusement, je n’y parvins pas et j’eue l’impression que le silence allait s’éterniser plus encore si je ne faisais aucun commentaire. Pourtant, je n’eue pas besoin de dire quoi que ce soit puisque Lily-san me fit une déclaration qui ne manqua pas à de me faire rougir : elle souhaitait que je fasse d’elle ma passion. Pour le coup, on pouvait dire que la phrase portait grandement à confusion ! Voulait-elle dire par là de façon intime ou sur une note bien plus imagée ? Je notai alors que sur son visage rien n’indiquait du sérieux. Et pourtant… Je ne savais pas comment le prendre. Après tout, rien ne disait que derrière cet air taquin ne se cachait pas une part de vérité. Elle ne me laissait cependant aucun indice pour que je puisse en savoir plus. Je finis donc par sourire et étouffant un rire plein d’autodérision et, passant mes mains sur mon visage, sans couvrir ma bouche, je me penchai en arrière. En équilibre sur ma chaise, mon dos appuyé sur l’arrête du dossier, je parlai pour moi-même, sans faire attention à ma prononciation ou mon articulation, ce qui devait donner un rendu incompréhensible à mon interlocutrice :

- Va vraiment falloir que j’arrête de vouloir tout analyser…


Expirant le surplus d’air sans que ça ai l’air d’un soupire, je me redressai pour regarder à nouveau la jeune femme en souriant amicalement. Il m’était difficile de lui répondre à sa proposition, surtout maintenant. Du coup, je tentai de plaisanter en laissant planer le doute par ma posture qui ne laissait pas réellement présager que je pouvais ne pas être sérieux :

- Si je ne trouve rien d’autre, oui, il se peut que je puisse te prendre comme passion.

Je ne savais pas trop comment elle allait le prendre, mais j’espérais que ce ne serait pas mal. Après tout, mon but n’était pas de la blesser ou de la contrarier. Seulement, comme il semblait qu’elle aimait laisser planer des doutes, je me disais qu’il m’était possible de le faire également. Je repris cependant assez rapidement en étant, cette fois, on ne peut plus sérieux :

- Si je viens à avoir une activité que j’aime, je pense qu’il s’agirait de quelque chose qui n’ait pas besoin de son ou de communication. Ma surdité n’ira jamais en s’améliorant, au contraire. Du coup, ça ne me laisse pas énormément de possibilités. Et si je voulais faire comme Beethoven, il aurait fallu que je fasse de la musique bien plus tôt je pense. Aujourd’hui je suis incapable de différencier une note de musique d’une autre.

Peut-être qu’avec ces explications nous pourrions arriver, ensemble, à trouver quelque chose qui pourrait me convenir. Qui sait ? Je gardais néanmoins en tête qu’on ne trouvait pas toujours ce qu’on aime du jour au lendemain ou que ce que je pourrais adorer me soit hors de portée.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Mer 15 Nov - 23:45

Solitude ne veut pas dire quiétude



Pendant que je songeais au fait que je ne suis absolument pas égocentrique, mon cher ami Rintaro se mis à rougir puis à jeter sa tête en arrière en plaçant ses mains sur son visage tout en marmonnant quelque chose.
Il est vraiment craquant comme cela, je souris doucement. Il ne doit même pas s'en rendre compte.

Soudain je réfléchis, J’ESPÈRE QU'IL A PAS PRIS LE MOT PASSION DANS UN SENS PERVERS !

Ce serait tellement embarrassant, j'aurais presque envie de me cacher dans un petit trou et disparaître. Enfin presque parce que sans Lily que deviendrait le monde.

Mon Rintaro souffle un coup sans pour autant soupiré et me répond :


- Si je ne trouve rien d’autre, oui, il se peut que je puisse te prendre comme passion.


Là, soudainement c'est moi qui me retiens de rougir. Je m'efforce de tout mon être de garder le visage le plus neutre possible, mais je ne peux retenir un léger rougissement.
Il l'a sûrement pris dans le bon sens, j'en suis certaine vu son air taquin et sa posture. En tout cas, j’espère me convaincre en le pensant.

J'accepte le deal, si jamais il ne trouve aucune autre passion, je deviendrais sa passion. En attendant, nous devons ensemble, réfléchir à ce qu'il pourrait faire.

Mon Rintaro prend soudainement un air un petit peu plus sérieux.



- Si je viens à avoir une activité que j’aime, je pense qu’il s’agirait de quelque chose qui n’ait pas besoin de son ou de communication. Ma surdité n’ira jamais en s’améliorant, au contraire. Du coup, ça ne me laisse pas énormément de possibilités. Et si je voulais faire comme Beethoven, il aurait fallu que je fasse de la musique bien plus tôt je pense. Aujourd’hui je suis incapable de différencier une note de musique d’une autre.

Hum, une activité qui ne nécessiterait ni son ni communication ? Réfléchissons.

À vrai dire à première vue rien ne me vient à l'esprit, peut-être l'art, mais cela demande beaucoup de patience. Je ne connais pas assez Rintaro pour estimer si cela lui conviendrait.

Sa surdité n'ira jamais en s’améliorant, c'est triste d'y penser.

Je suppose à sa manière de me regarder qu'il essaie de m'entendre et de lire sur mes lèvres pour me comprendre.
Il fait cet effort pour discuter avec moi alors il faudra que j'en fasse à mon tour.

Je me promets d'apprendre la langue des signes pour pouvoir discuter encore plus facilement avec mon Rintaro.

J'ai étudié les fondements de la langue des signes quand j'étais étudiante en première année de lycée, mais je n'ai appris que les fondamentale. Je serais incapable de faire une phrase entière en signe aujourd’hui.
En haussant les épaules je regarde. Riri et lui dit :


«  Je n'ai pas vraiment d'idée, peut-être que l'art pourrait correspondre à tes critères, mais tu es le seul à savoir si cela pourrait te plaire. »

Je continue de réfléchir en tripoter une mèche de mes cheveux. Je le fais délicatement tourner autour de mon doigt.
Rien d'autre que l'art ne me vient à l'esprit, d'autant plus qu'il est talentueux au vu de son précédent dessin de chevaux. Peut-être un jour sera-t-il un nouveau Van gogh.

Je souris en imaginant Rintaro en artiste et lui dit en riant :

« Je te vois bien en artiste beau et mystérieux qui peint des œuvres incompréhensible avec des groupies autour. »

L'image apparaît nettement dans mon esprit et me fait rire de plus belle. Je suis détendue avec lui, tant mieux. Je n'ai pas la sensation d'être jugée.
Sinon, il pourrait éventuellement avoir des passions comme le sport qui pourrait correspondre à ces critères, mais je suis persuadé que l'on peut trouver plus intéressant.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Jeu 16 Nov - 21:05



Solitude ne veut pas dire quiétude



Je fus vraiment content de constater que ma manoeuvre avait atteint son but. Certes, ce ne fut pas très flagrant, mais je pus déceler quelques rougeurs qui ne manquèrent pas de me satisfaire, notant ainsi qu’il était tant de mettre fin à la plaisanterie. Pour cela, je répondis à des interrogations qu’on se posait naturellement quand on cherchait une activité susceptible de nous plaire. Puis, d’un autre côté, je voulais mettre la jeune femme dans la réflexion puisqu’elle était l'instigatrice de cette dernière.

Nous prîmes tous deux un temps pour réfléchir. Le silence qui nous entourait était plaisant et bénéfique à cet exercice. Bien plus que lorsque je me trouvais seul. D’un certain côté, j’étais soulagé de constater que le fait de ne pas entendre de bruit ne me dérangeait pas vu que cela allait petit à petit devenir mon quotidien. Mais d’un autre, Lily-san avait raison en prétendant qu’il ne fallait pas que je me prive d’une activité qui pourrait me plaire énormément. C’est pourquoi je restais sérieux sur cette question que j’estimais désormais importante. Enfin, ce n’était pas la plus haute de mes priorité non plus.

Finalement, après quelques minutes je vis la jeune femme face à moi hausser les épaules avant de me proposer l’art. Apparemment elle n’avait pas beaucoup d’idée et ce n’était pas bête. J’avais cependant quelques arguments contre que je souhaitais lui proposer une fois que j’aurais la certitude qu’elle avait dit tout ce qu’elle souhaitait. Entre temps, je ne pus m’empêcher de penser qu’elle était mignonne dans sa manière de tripoter ses mèches de cheveux roux. Cela la rendait nostalgique, presque timide. Enfin… c’était surtout une impression que j’avais et qui fut rapidement envolée quand elle me déclara qu’elle me voyait en train de faire une oeuvre “incompréhensible” alors que des groupies m’entouraient. Cette image me fit plus grimacer que rire, même si je ne pus en retenir un léger. Je lui répondis alors :

- Désolé, mais je ne me vois pas du tout entouré de fans. D’ailleurs, si je pouvais éviter ce cas de figure ça m’arrangerait. Par contre l’idée de l’art n’est pas bête. Il faudrait juste définir quelle forme puisqu’il y a la musique qui n’est pas possible, la calligraphie que je fais actuellement et qui ne me passionne pas tant que ça. Après y’a quoi… ? La peinture sans doute ou le dessin, mais c’est comme la calligraphie : ça ne me plaît pas tant que ça au fond. Après la poterie, l’écriture ou… euh… disons le théâtre, non ?

J’attendis qu’elle confirme ou non mes dires, voire même qu’elle me donne plus d’arguments ou idées que j’aurais pu lui souffler d’une façon ou d’une autre. Entre temps, je me mis à réfléchir plus profondément à deux activités que j’avais citées : l’écriture et le théâtre. Il se trouvait que j’avais pas mal d’idées à mettre sur papier à chaque fois que je m’y mettais, mais mon plus gros soucis se trouvait dans la façon dont je le faisais. Quant au théâtre… le frein le plus grand que je voyais se trouvait dans la communication. Cependant, je demandais tout de même :

- Dis-moi, pourrais-tu me parler un peu plus du théâtre ? Je crois qu’on m’a dit une fois qu’il existait des rôles muet. C’est vrai ?

Je ne savais pas ce que cette idée me réservait, mais j’étais sûr d’au moins une chose : “qui tente rien n’a rien.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Ven 17 Nov - 22:19

Solitude ne veut pas dire quiétude



Il ne se voit pas entourer de fans ? Pourquoi donc, c'est la meilleure sensation au monde !
Être entouré de personnes qui nous aiment et nous trouvent incroyable.

Je me souviens de ma toute première fan, elle s’appelait Marion Jones. D'origine française, c'était une mignonne blondinette aux yeux verts. Elle était dingue de mes cheveux roux, à cette époque j'avais du mal à les assumer et sa passion pour ma chevelure m'a permis de mieux les accepter.

Elle était au théâtre avec moi.
Être aimé des autres, cela me rend heureuse, cela me mets du baume au cœur.
Je pense que c'est peut-être cela m'a passion, cela explique ce « masque » de fille parfaite que je me suis créé.

Bon, revenons en a mon petit Rintachou, alors comme cela, il serait intéressé par le théâtre ?
Cela va être difficile s'il cherche une activité sans son ni communication.


Dans toutes les pièces que j'ai faites il y avait au moins un minimum de texte, et durant les répétitions, nous devons communiquer entre nous pour nous conseiller. Je ne sais pas si cela va correspondre aux attentes de Rinta-kun.
Après d'un autre côté il y a un côté très passionnant qui pourrait développer de nouveau trait de sa personnalité.

Riri interrompt mes pensées en rajoutant :


- Dis-moi, pourrais-tu me parler un peu plus du théâtre ? Je crois qu’on m’a dit une fois qu’il existait des rôles muet. C’est vrai ?

Oui, il existe des rôles muets : on appelle ça des figurants. Je suppose qu'il ne parle pas de cela.

J'ai entendu parler d'un théâtre pour sourd en France où les acteurs sont muets et le spectateur applaudit en agitant joliment ses deux mains en l'air, et les « entendants », comme les appellent les sourds, se distinguent en frappant dans les mains.

Les rôles muets sont plus visibles au cinéma qu'au théâtre. Notamment avec ce que l'on appelle le Cinéma Muet.
Il s'agit par définition du Cinéma antérieur au cinéma sonore caractérisé par l'absence de dialogue, de musique et d'ambiance sonore préenregistrée. le terme rassemble l'ensemble des productions cinématographiques sans bande sonore tournée depuis la fin du 19e siècle.

Le cinéma muet est passionnant, et l'on peut remarquer qu'il semble redevenir « à la mode » avec des nouvelles œuvres.

Je regarde Rintaro dans les yeux en posant mon coude sur le bureau et mon sublime visage sur ma main. Est ce que cela pourrait être intéressant pour lui ? Il n'y a pas à ma connaissance de club cinéma dans l'académie Yokuboo, mais il pourrait entrer au club théâtre et tenter de jouer des rôles semi-muets au théâtre.

Par exemple, un personnage comique qui a un scotch sur la bouche et ne prononce donc que des petits cris joyeux ou grognons qui montreront ses émotions.

Je dois avouer avoir un peu de mal à imaginer Rintaro en personnage comique, mais je peux être facilement étonnée.

Bon du coup Rintaro m'a posé une question, alors comment parler plus du théâtre. Je ne sais pas trop quoi dire, je suis sensé en parler dans quel sens ? Je dois lui expliquer les activités ou lui parler du côté passionnant du théâtre ?


Du coup un peu hésitante, je lui réponds :

«  Eh bien, le théâtre est vraiment passionnant. On devient le temps d'une scène, quelqu'un d'autre. Quelqu'un d'extra-ordinaire en quelque sorte. On joue avec les émotions, la gestuelle. C'est assez difficile à décrire vu que cela rassemble tout un tas de choses incroyable » .

Je ne pus m’empêcher de sourire en pensant au théâtre, c'est une activité vraiment incroyable.

Du coup, je me rends compte que j'ai oublié de répondre à son interrogation sur les rôles muets.


« Je ne suis pas une pro' du théâtre, mais il ne me semble pas qu'il y ait de rôle complément muet, hormis les figurants bien sûr et les personnages « clownesques ». Les rôles muets sont plus pour le cinéma. Après je peux tout à fait me tromper.»


Je hausse à nouveau les épaules en regardant Rintaro, ses cheveux blancs me perturbent. Quand on se connaîtra davantage, j'essaierai de le questionner là-dessus.

Il est difficile de jouer un rôle muet au théâtre, car le théâtre joue beaucoup sur l’exagération, d'autant plus que contrairement au cinéma, on ne peut pas avoir de zoom sur le visage des acteurs pour mieux observer leurs émotions. Les dialogues sont donc essentiels, autant que la gestuelle.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rintaro Yasutake
Université • 2ème année
avatar

Messages : 30
Cursus : Droit, avocat de la défense
Multicomptes : Asuka Tsuno

Infos supplémentaires
Âge: 19 ans
Clubs: Athlétisme & Calligraphie
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Sam 18 Nov - 19:24



Solitude ne veut pas dire quiétude



Mes questions n’ont pas l’air simples. Ce qui me le fait penser n’est autre que le temps que mon interlocutrice met pour réfléchir à ses mots. Je ne sais pas si c’est parce qu’elle ne connaît pas ce genre de rôles ou si c’est parce qu’elle se rend compte petit à petit que je me serais trompé. Cela est possible, je ne peux le nier malheureusement. Après tout, je ne l’ai seulement entendu que d’une camarade de classe, au lycée, qui voulait absolument me convaincre que j’accepte le rôle principal dans la pièce de théâtre qui avait été votée. Finalement, je n’avais pas été à la fête à cause de mon père. C’était dommage puisque le compromis proposé m’avait semblé intéressant.

Lorsqu’elle répondit à mes questions, Lily-san me parla de sa passion, pourquoi elle l’aimait tant. J’en fus content, il fallait bien l’admettre, puisque je comprenais un peu mieux les raisons à cela. Néanmoins, le “fait de devenir quelqu’un d’autre” ne me semblait pas très… sein. Enfin, pas dans la façon dont elle le disait. Se mettre dans la peau d’un personnage m’aurait parut plus correct. Mais je préférai garder pour moi cette pensée qui aurait pu la frustrer. Après tout, pourquoi ne pourrait-elle pas le voir de la façon dont elle le souhaitait ? Qui étais-je pour la juger ou parler d’un art que je n’avais jamais pratiqué, même quand l’occasion se présentait ? Non, mieux valait que je ne lui dise rien malgré l’envie que j’en avais. Je répondis donc à son sourire par le mien, attendant la suite qui ne tarda pas à arriver.

La “présentation” qu’elle me fit des rôles muets ne me sembla pas du tout en adéquation avec ce dont j’avais entendu parler. J’avais presque envie que, effectivement, elle se trompe et qu’il y ait une autre manière d’avoir un rôle muet. Je n’en dis cependant rien, encore une fois, préférant me laisser le temps d’y réfléchir. Après tout, ma réserve n’était peut-être qu’une façade à laquelle je m’étais habitué à force de l’utiliser, mais je ne pouvais en être sûr en l’état. Il me semblait même que visionner des pièces me serait utile pour me faire une idée plus précise de ce qu’il en était.

En attendant, je sentis mon ventre gargouiller. Je regardai donc la pendule accrochée au mur pour me rendre compte que j’étais pile à l’heure biologiquement parlant. S’en était effrayant, mais cela tombait bien. Du coup, je lui demandai avec un petit air gêné :

- Ça te dit qu’on continue notre conversation en allant manger quelque chose ? Genre au réfectoire ? J’ai un peu faim, terminai-je en plaçant ma main droite sur mon ventre.

Lorsque j’eue son approbation, j’entrepris de ranger mon matériel de calligraphie et mis mon dessin sur le séchoir. Certes, il n’était pas terminé, mais cela m’embêtait moins que le voir partir à la ben seulement parce que j’avais discuté avec quelqu’un. Et lorsque j’eu terminé, nous partîmes manger. Personnellement, je marchai sans me presser : j’avais beau avoir faim, je n’étais pas au point de me jeter sur de la nourriture non plus. J’en profitai donc pour répondre un peu à ce qu’elle m’avait dit :

- Concernant le théâtre, je crois que je me renseignerais, mais en y réfléchissant je vais rapidement me retrouver dans les coulisses. Sinon… je crois que je m’essaierais bien à l’écriture. Enfin, plus dans le sens roman, poèmes… ce genre d’écrit qui n’a pas grand chose à voir avec la calligraphie. Mais bon, je t’avoue que je ne m’y suis jamais réellement essayé.

Enfin, pas pour autrui. Quelques fois, alors que je commençais à en avoir assez de cette pression que me mettait mon père, je m’étais mis à écrire. Un jour, alors que je faisais mes devoirs, ma mère était venue me tenir compagnie et m’aider. Elle était alors tombée sur l’une de mes feuilles et l’avait lue. D’après elle, on ressentait mes sentiments mais cela restait loin des insultes, ne serait-ce parce que j’avais très bien argumenté mes propos tout en restant philosophique. Dans sa façon de me l’exprimer, sachant que nous parlions alors en langage des signes, j’avais vu de la fierté. Si je parvenais à écrire de cette façon sur d’autres sujets, peut-être alors pourrais-je en faire une passion. Mais, là encore, ce n’était pas sûr malheureusement.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Williams
Université • 1ère année
avatar

Messages : 36
Cursus : Langues

Infos supplémentaires
Âge: 18 ans
Clubs: Danse et théâtre
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]   Hier à 22:29

Solitude ne veut pas dire quiétude



Après avoir accepté d'un hochement de tête la proposition de Rintaro, j'ai rangé mes affaires. Nous marchions à présent vers la cafétéria pour prendre le déjeuner, j'avais un peu faim et me demandais ce qui serais proposé au repas de ce midi.

Je marchais donc dans les couloirs de l'académie côte à côte avec Rintaro, il n'est pas très grand par rapport à moi qui mesure 1 mètre 65. Ma tête arrive au niveau de ses lèvres, c'est plutôt mignon. Il est également plutôt mince pour un garçon de son âge mais peut-être que des muscles se cachaient son son tee shirt et gilet gris ?

J'aurais bien tâté pour vérifier si l'éthique ne m'en empêchait pas. Je trouverai bien un prétexte pour vérifier un jour. Je pense bien sûr à des chatouilles et rien qui puisse choquer les mœurs, évidemment.


Rintachou me fit part de son envie de s'essayer à l'écriture, je trouve cela plutôt intéressant. J'avais hésité à prendre une magnifique pose et lui dire de me prendre pour muse afin qu'il puisse facilement écrire des milliers de lignes sur mon magnifique visage, mais cela aurait été sans doute excessif. Je me contentais donc d'acquiescé d'un mouvement de visage en souriant tout simplement.

Je pense soudainement aux forums de Role play. Cela pourrait correspondre à ses attentes, car cela ne demande pas de compétences de communication orale et cela, lui permettrait d'écrire comme il le souhaite. Cela pourrait même être semblable à du théâtre, il incarnerait un rôle dont il dirigerait les faits et gestes selon sa perception du personnage.
D'autant plus qu'il pourra choisir un forum qui correspondra à ses goûts, entre fantastique et réalisme.

J'avais une amie à Londres qui en faisait et elle semblait passionnée, dès qu'elle rentrait chez elle, elle répondait à ses « RP ». J'aurais apprécié tester à mon tour si je n'étais pas tellement occupé à m'occuper de moi-même.

Quoique à Londres, j'avais déjà plus de temps pour mes véritables passions, car j'avais mon « chez-moi, où personne ne pouvais me voir hormis mes deux adorables parents.

Alors que je me tourne subitement vers lui pour lui faire part de mon idée, j’aperçois dans ses lunettes mon sublime reflet.

Je suis vraiment trop mignonne, la mignonnerie incarnée. Mes cheveux roux sont un peu décoiffés et forment de petites bouclettes par endroits. Je suis vraiment adorable.
Je ne peux n’empêcher de rougir face à tant de mignonnerie. Je passe ma main dans mes cheveux pour placer une mèche derrière mon oreille. Je suis encore plus jolie comme cela, si je pouvais, je m'embrasserais.


Enfin où on étions nous déjà ? Ah oui, Rintaro !

Je me rends compte soudainement que j'étais en train de le regarder dans les yeux depuis plusieurs secondes en me tripotant les cheveux. Je me mets à rougir et regarde au sol en bredouillant :



« Dé-Désolé »

Je n'ose plus relever la tête vers lui, je suis toute gêner, c'est bien la première fois.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Solitude ne veut pas dire quiétude [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compatibilité des prénoms, ça veut rien dire, mais c'est tellement drôle
» La Solitude mene trop souvent a la folie [ Libre ]
» CE QUE LE SENATEUR DU NORD VEUT VRAIMENT DIRE
» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »
» La beauté ne veut pas dire naïveté [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Pensionnat et clubs :: Rez-de-chaussée - Salles des clubs :: Salle du club de calligraphie-
Sauter vers: