Partagez | 
 

 Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 138
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Mar 17 Oct - 20:16



Les suites d'une
rencontre intéressante

Avec Mathi H. Matsushita

Je ne savais pas trop ce que je ressentais alors que je bossais sur mon manga, de la musique random dans les oreilles. C’était comme si je ressentais toutes les émotions possibles et imaginables en petites quantités mais rien du tout en même temps. Je ne parvenais pas à faire ressortir les mini-frustrations et encore moins à sourire face au fait que je pouvais me concentrer totalement sur mon travail le plus urgent. Peut-être aurais-je dû me rendre compte que je n’avais pas dormi de la nuit mais aussi que je n’avais pas fait de pause depuis la veille aux alentours de seize heures, sauf pour grignoter de temps en temps. Non, je pensais seulement que j’étais bien trop concentrée pour me soucier de ce genre de choses.

Deux jours auparavant, j’avais fait un tableau qui n’était autre que le portrait de Mathi, un universitaire rencontré quelques jours plus tôt. Il l’avait lui-même commandé, contrairement aux autres portraits qui étaient exposés non loin de moi, contre le mur. Ainsi, le grand brun était représenté debout, une guitare électrique à la main. Son air était concentré, presque mélancolique, mais, surtout, on le sentait seul malgré les mains levées devant lui comme un public. Bizarrement, je n’étais pas parvenue à mettre en avant les premières impressions que j’avais eu de lui, retenant essentiellement le fait qu’il était musicien. Je m’étais donc promis de refaire un tableau, si j’en avais le temps, avant de l’appeler. Malheureusement, je ne le pus… Un autre avait pris la place de l’idée que j’avais le concernant, remplacée par une lycéenne que j’avais rencontré la veille : Kuwahara-san. Celle-ci n’avait pas été foncièrement désagréable mais ne m’avait pas laissé un bon souvenir non plus. Je l’avais donc peinte de deux façons sur une même toile, représentant ainsi un côté sombre et un plus clair. Ce qu’elle nous laissait percevoir était proche de la limite des deux, mais plus tiré vers le sombre qu’autre chose… Je ne savais cependant pas comment le lui exprimer. Quoi que je n’en aurais peut-être jamais l’occasion.

Les deux peintures étaient entreposées sur deux chevalets côtes à côtes, derrière moi qui était installée à une table sur des planches de manga. Je n’avais pas changé de vêtements depuis la veille. J’étais donc vêtue d’un pull à col roulé gros, un jean bleu marine et des bottines noires à boucles argentées. Par contre, comme s’il s’agissait d’un rituel, j’avais attaché mes cheveux en une fine queue de cheval. Cela m’évitait de les avoir dans les yeux ou sur mes travaux en cours.

Lors d’une énième pause vers le milieu de l’après-midi, je pris mon portable et écrivit un SMS à l’attention du musicien. Une de ses musiques passait justement dans mes oreilles sans que je n’y prête une réelle attention. Ce n’est qu’après coup, alors que je buvais mon jus de fraise en regardant mes notifications que ça fit tilt. Sans plus. En même temps, j’avais encore la tête ailleurs, loin dans la guerre d’Edo. J’avais bientôt terminé la totalité des planches dont le fond avait été travaillé par Yume. D’ailleurs, il allait falloir qu’elle me donne son accord avant que je puisse mettre les textures et coloriser un minimum… Nous avions encore pas mal de boulot sur les bras finalement. En y pensant, je posai ma boîte encore à moitié pleine et je me remis à dessiner avec ardeur en ayant la croyance que je finirais avant la nuit tombée. Une certitude que je n’aurais peut-être pas dû avoir…

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 63
Age : 21
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Mer 18 Oct - 20:57






Les suites d'une rencontre intéressante
Avec Asuka [XXX]


La semaine a été productive. J’ai bien bossé sur l’album de cette future égérie japonaise. La maison de disque a validé mes propositions hormis des petits détails sans importance. Du coup j’ai pas mal bossé tous les soirs. J’avoue m’être octroyé un peu de bon temps quand même. La petite blonde du cursus droit m’a bien détendu après une journée de cours fatigante lundi. En plus, elle est un peu du genre à ne chercher que des bons coups, comme moi. Donc une régulière sans attache de plus à inscrire sur mon carnet. En plus elle vente mes mérites au pieu à ses copines. Je vais pouvoir agrandir la liste sur mon carnet. Sa copine rousse me tourne autour depuis quelques jours, et j’ai finis par me la faire hier midi dans sa chambre de pensionnat. Un peu moins performante que la blonde, mais bien mieux fournit côté seins. Un bon petit coup que je garde en secours. Bon elle a commencé à me poser plein de questions sur mes projets de musique et j’ai vite mis fin à son élan. Je les connais ces filles. Seule la gloire les intéresse et elles croient m’accrocher à elles en faisant de s’intéresser sincèrement à moi et ma musique. Sauf que je ne suis pas dupe et que je ne sers de faire-valoir à personne !

J’ai aussi beaucoup repensé à la petite prune rencontrée en salle de travail libre, la semaine dernière. Pas que je vais m’attacher à elle. Soyons honnête, c’est un beau petit lot. Et ce mélange d’audace et pudeur me plait énormément. J’aime les défis et je suis sûr que je peux la séduire et m’amuser un peu avec elle. J’aimerai bien qu’elle me laisse lui apprendre les bonnes choses de la vie, même si c’est par petites étapes. Je sais y faire avec ce genre de fille peu expérimentée mais audacieuse. Quand elles découvrent le plaisir qu’un homme peut leur procurer, elles en redemandent toujours plus. Je pourrais bien en faire ma petite amie de façade pour quelques semaines. Je commence à fatiguer de ces groupies qui me sautent dessus continuellement. Pas que de bons plans culs me lassent, loin de là. Mais certaines ne sont clairement pas de bons plans, et sont un peu trop collantes à mon gout. Je crois qu’il est temps que je mette une barrière le temps que les choses se tassent. La fidélité ? Vous êtes vraiment moralisateur… Disons que c’est un concept que je comprends, que j’applique par respect de la femme que je prends pour régulière « petite-amie » quelques semaines. J’aime me faire des nanas, mais je ne suis pas non plus un immonde salaud… Hein ? Si ? Un peu beaucoup ? Bof ! Si vous voulez… Ouais j’admets, je prends je jette. Plusieurs à la fois, parfois. Aucune attache, c’est mon deal. Profiter de l’instant présent ! Ma seule devise, surtout en amour. L’amour physique s’entend ! Mais je ne suis pas non plus du genre à me faire une fille qui ne me plait pas, que ce soit son physique ou sa personnalité. Des pimbêches d’un soir, ouais il y en a eu. Mais il m’est souvent arrivé de ne les fourrer qu’une unique fois pour me libérer de toute ma tension, et rapidement en finir. Un petit coup rapide dans un placard à balais, un toilette ou une salle de cours. Leur plaisir à elles ? Pfff, elles veulent juste pouvoir se venter que Mathi la star les a prise avec vigueur et virilité, donc je leur donne ce qu’elles veulent, pourquoi m’attarder sur le reste ? Par contre les petits joyaux comme Asuka, j’aime prendre mon temps, les regarder découvrir ce qu’est un orgasme, les emmener toujours plus loin. Mais il est clair que je stoppe tout si elles s’attachent. Bon ok, parfois, je le vois trop tard. Hein quoi ? C’est parce que mon égoïsme me rend aveugle aux sentiments des autres ? Fort possible… Vous en posez de ces questions existentielles ! Faut pas se prendre la tête avec tout ça ! S’attacher c’est mourir ! Franchement, leurs sentiments j’m’en bas les couilles !

Enfin bref, je n’ai pas harcelé la petite prune de la semaine parce que j’avais du taf, de l’occupation féminine, et surtout parce que je pense que c’est le genre de fille à ne pas brusquer. Bon, je pense que je pourrais aller un peu plus vite rapidement dès que j’aurai franchi sa barrière de confiance. Je vais jouer le prétendant en adoration et en manque d’elle. Ça devrait le faire. Je crois qu’elle a compris mon côté séducteur alors je dois la jouer fine. Mais je lui plais, je ne pense pas me tromper. Donc je vais essayer d’attaquer subtilement la petite prune. Ça fait environ une semaine qu’on s’est rencontré, et le drôle de hasard a fait qu’on ne s’est pas recroisé dans les couloirs. En même temps, les salles de cours des lycéens ne sont pas dans le même bâtiment. Et puis je n’ai pas été m’isoler dans les salles d’étude cette semaine. Peut-être est-elle aussi bien occupée avec son projet de dessin ?

Ce matin, je pensais donc lui envoyer un petit mot ou aller voir au club d’arts après les cours. Bien à tomber, cet après-midi en cours de japonais, j’ai reçu un sms de sa part. J’ai pris bien soin d’attendre une bonne heure pour répondre. Une réponse courte mais affective. Petite mise en bouche pour espérer gagner du terrain lorsque je la verrai. J’espère surtout qu’elle sera seule, que je puisse passer aux choses sérieuses. Enfin au moins réussir à la toucher un peu plus et l’embrasser. J’avoue que le souvenir de cette petite bouche taquine et de ses beaux atouts féminins me font bander sans difficulté. Hum, rien que de penser à mes mains plotant ses seins, je passe l’heure de japonais en position inconfortable. Mais je réussi à me calmer, histoire de marcher discrètement. Pause de 5 minutes. Pas de fille facile en vue. Un tour aux toilettes et une branlette pour me soulager m’ont aidé à retrouver un peu mes esprits. Pas moyen que je la voir dans un tel état. Je dois paraitre serein mais limite amoureux en devenir. Je dois agir en douceur pour la mettre en confiance et obtenir ses charmes.

Donc, après ce moment de satisfaction manuelle, j’envoie mon texto et retourne en cours pour une heure de cours sur les matos électroniques. Heureusement, c’est mon dada. Je me suis laissé emporter dans le sujet, tout en gardant quand même Asuka dans un coin de ma tête. Ainsi me voilà assez serein en partance pour retrouver ma petite prune.

Sortie de cours, je vais donc directement au club d’arts pour voir si je la trouve. Vêtu de mes inégalables jean et t-shirt noirs moulants et de mon irremplaçable perfecto, je me sens une âme de vainqueur prêt à relever défi « audacieuse petite prune ». La porte du clubest fermée. J’ouvre en douceur et passe la tête. Bingo ! Prune audacieuse est là, concentrée sur son dessin. Jetant un œil aux alentours, je constate avec satisfaction qu’elle est seule. Je me glisse silencieusement à l’intérieur refermant la porte derrière moi. Je pose mon sac et m’approche.

- Bonjour Asuka, je suis vraiment heureux de te voir.

Je m’assois directement à côté d’elle et lui fait la double bise la laissant dans sa surprise de me voir si près. Je ne la colle pas, enfin pas totalement. Je lui sers surtout mon plus beau sourire, et un regard mielleux.

- Tu es très jolie, mais je te préfère les cheveux détachés.

Bon clairement ce pull est de trop, mais il met bien en valeur ces poires qu’il me tarde de faire pointer ! Tout en lui parlant je glisse un doigt dans sa queue de cheval pour jouer avec, enroulant indéfiniment une mèche autour de mon doigt. J’effleure son dos l’air de rien. Je tâte le terrain.

- Tu m’as manquée. J’ai beaucoup pensé à notre rencontre, tu sais…

J’en ai même écrit quelques mots qui deviendront peut-être plus tard une chanson. Mais ça je ne lui dis pas maintenant. Il vaut mieux que je définisse d’abord à quel point j’ai mes chances de la faire mienne.  

Regardant rapidement ce qu’elle dessine, je vois qu’elle bosse sûrement le projet dont elle m’avait montré quelques planches. Mais mon œil est attiré par un tableau peint devant moi. Elle m’a représenté jouant de la guitare devant des fans.

- Wouah ! Petite prune tu es vraiment douée !

Les traits sont vraiment fidèles. Par contre, je le trouve un peu… inexpressif ? Je ne sais pas trop, j’ai l’impression d’être plus vivant que ça sur scène. Je m’efforce de ne pas trop montrer mon étonnement car je ne veux pas la contrarier. Je vais plutôt la sonder sur son ressenti, voire si elle a pensé à moi et me laisserai une ouverture. Elle a des petits yeux. Sûrement fatiguée, par le travail qu’elle semble avoir fourni sur ces planches. Hum, peut-être un état à utiliser à mon avantage

- Tu l’as peint en écoutant ma musique ? Asu ? Tu me sembles fatiguée ? Tu prends soin de toi ?

Mon visage essaye de resté détendu, même d’arborer un air inquiet. Mais intérieurement je suis surexcité autant qu’intrigué. D’ailleurs mes jambes gigotent alors que je me retiens de me lever pour aller toucher l’œuvre ou prendre la jeune femme dans mes bras et l’embrasser à pleine bouche.


(c) Asuka Tsunosur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 138
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Ven 20 Oct - 0:14



Les suites d'une
rencontre intéressante

Avec Mathi H. Matsushita

J’étais en train de terminer une scène lorsque j’entendis mon portable vibrer sur mon bureau. Ce n’est qu’une fois que j’eue terminé que je regardai ce que c’était. Je me doutai un peu qu’il pouvait s’agir d’une réponse de Mathi, la surprise ne fut donc pas au rendez-vous alors que mes yeux parcouraient le message. Celui-ci me faisait part du fait que je lui manquais et qu’il allait passer après les cours. Les cours ? En avais-je ce jour-là ? …

Sans trop me préoccuper de ce détail pour ne pas me déconcentrer, notamment parce que je souhaitais avancer mon projet, je me remis à dessiner avec ardeur. Le temps passa ainsi sans que je m’en rende compte. Concentrée avec de la musique dans les oreilles, je n’entendis même pas que quelqu’un entrait dans la salle et s’approchait de moi. Bonne ou mauvaise chose ? Alors que l’universitaire dont j’attendais l’arrivée me salua je ne sus répondre à la question, trop surprise de le voir comme ça pour même réagir à sa bise. Assis juste à côté de moi parce qu’il avait pris une chaise non loin de là, j’avais la sensation qu’il était à la fois trop près et pas assez. Certes, la dernière fois nous nous étions fait la bise aussi, et j’avais été tout autant surprise, mais n’étions-nous pas en train de briser quelques étapes ? A moins que ce soit voulu ? Sincèrement, je ne parvenais pas à avoir les idées très claires. Je lui servis donc un simple sourire, ne répondant qu’après qu’il m’ait servi un compliment sur mon apparence :

- Merci. Pour ma couette, ça peut s’arranger.

Accompagnant les gestes à la parole, j’ôtai l’élastique qui emprisonnait mes cheveux et secouait doucement la tête pour les remettre négligemment en place. Il était à peu près certain que je n’allais pas dessiner avant un moment alors autant me mettre à l’aise. Je me demandai dans le même temps si lui retourner le compliment aurait été une bonne chose. Pourtant, je n’en fis rien. Le copier n’était vraiment pas une chose que j’aimais faire. Puis d’un autre côté, il continuait en me déclarant que je lui avais manquée, que notre rencontre était restée dans ses pensées. Reprenant des airs taquins que ces paroles avaient éveillés, je rétorquai :

- Je ne t’ai pas oublié non plus, mais n’est-ce pas un peu exagéré de penser autant à moi alors qu’on s’est vu qu’une heure y’a une semaine ?

La preuve que je ne mentais pas malgré le peu de nouvelles que j’avais données était présente juste en face de nous : le portrait du jeune homme. Ce dernier ne tarda d’ailleurs pas à le voir et le détailler en s’exclamant que j’étais douée. Je ne pus alors résister à l’envie de lui donner mon avis en haussant les épaules, l’air clairement peu satisfaite :

- Pour moi c’est loin d’être une réussite. Certes, les traits sont fidèles, mais il me semble depuis le début qu’il me manque quelque chose. Je crois qu’il me manque une connaissance, ou plus, te concernant pour que je puisse mettre en avant ta personnalité plus que là. Au point où nous en sommes, je n’arrive pas à chasser cette attitude pensive, introspective, de ce portrait.

Et ce n’était là que l’avis du peintre. Les principaux points constructifs que je n’aimais pas dans cette peinture. Mais je pouvais clairement aller plus loin dans l’analyse : certaines mains semblaient difformes quand on y regardait de plus près, la peinture avait des grumeaux à quelques endroits parce que je ne l’avais pas assez mélangée… et plein de détails qu’un amateur ne pouvait pas forcément voir. Je retins néanmoins un soupire. Il ne fallait pas que mon exaspération d’artiste entache ces retrouvailles après tout.

- Tu l’as peint en écoutant ma musique ? Asu ? Tu me sembles fatiguée ? Tu prends soin de toi ?

Doucement, je m’étirai sur ma chaise en faisant attention de ne pas me claquer un muscle. Ce simple mouvement mis en avant quelques-uns de mes atouts fort peu cachés par mes vêtements. Mais ce qui m’inquiéta le plus fut ce qu’il avait dit : j’avais tout fait pour ne pas me préoccuper de ce qui m’entourait pour avancer, mais s’il voyait que j’étais fatiguée… quel jour étions-nous ? Il m’avait dit avoir cours aujourd’hui, non ? …

- Oh merde, rigolais-je doucement en me levant. J’ai dû rester debout toute la nuit sans vraiment m’en rendre compte. Ça m’arrive parfois quand je suis prise par une de mes œuvres. Une mauvaise habitude que personne n’a réussis à m’enlever. Sinon, pour répondre à ta première question : oui, je me suis basée sur une de tes musiques pour faire ton portrait. D’ailleurs, je l’écoute plus souvent que ce que je pensais à la base, ahah.

A demi assise sur le bureau, je rouvris les yeux et le détaillai. Franchement, il était plutôt beau gosse et je n’aurais pas été étonnée d’apprendre que, comme Dae-Jun Jang-san, il ait des poules lui gravitant autour dès qu’il était seul. Mais un ou deux détails retinrent plus mon attention que le reste : pourquoi gigotait-il ainsi ? Y avait-il une raison particulière pour qu’il se sente comme pressé ?

- Excuses-moi, j’ai chaud, fis-je en me relevant et lui tournant le dos.

Ainsi placée, je pris le bas de mon pull et me mis à l’enlever. Comme je m’en étais doutée, le tee-shirt blanc que je portais en-dessous se leva en même temps, dévoilant une partie de mon dos au jeune homme. Heureusement, j’avais été attentive et je séparai les deux tissus avant d’en dévoiler plus. Ce n’était pas la peine de paraître aguicheuse sans que ce soit mon attention. Quoi que… J’étais en train de penser que, même sans amour, Mathi ne semblait pas être un mauvais coup pour une première fois. Mais trop inhabituée par ce genre de pensées qui me venait même parfois avec les femmes, je me flagellais mentalement avant de refaire face à l’intéressé de mes pensées en tee-shirt blanc moulant.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 63
Age : 21
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Mer 25 Oct - 19:47






Les suites d'une rencontre intéressante
Avec Asuka [XXX]


Je la dévorais des yeux alors qu’elle répondait à mon attente en détachant ses cheveux. Lui servant mon plus beau sourire pour la remercier, je continue à la complimenter et lui exprimer combien elle m’a manqué. Bien sûr c’était un peu exagéré, mais je l’aime bien. Elle est belle et amusante. Et je pense que c’est une fille qui sait être déterminée. J’adore surtout son comportement taquin. Elle a un côté naïve, sûrement du à son âge, mais en même temps très mature. Tout est possible avec ce genre de nana, j’aime m’attaquer à ce genre de défi.

Lorsqu’elle me rétorque : « Je ne t’ai pas oublié non plus, mais n’est-ce pas un peu exagéré de penser autant à moi alors qu’on s’est vu qu’une heure y’a une semaine ? », je prends un air limite offusqué. Mais je transforme vite cet air en un visage doux et un regard un peu amusé.

- Bien sûr que non ! Ce n’est pas au temps passé ensemble qu’on peut déterminer l’importance qu’on attache à une rencontre. Tu m’as marqué. Tu m’as manqué. J’ai été pas mal occupé, certes, et toi aussi j’ai l’impression. Mais ça ne dédouane pas la sincérité de mon propos, petite prune de mon cœur.



Je ne suis que sincérité dans mes propos. Mais, mon œil est rapidement attiré par ce portrait de moi qu’elle a peint. Je suis vraiment étonné et stupéfait de sa réalisation : c’est vraiment chouette. Quand je lui exprime mon ressenti, elle me donne son avis. Elle ne semble pas satisfaite d’elle, ce qui m’interpelle parce que je ne vois pas grand-chose à redire à cette représentation, hormis le fait que je me trouve trop pensif dessus. Mais si c’est comme cela qu’elle me perçoit, soit ! J’écoute et retiens ce qu’elle me répond, bien que je n’aie pas tout cerné. Je compte bien approfondir un point mais je me dis qu’il est plus judicieux d’orienter la conversation sur elle dans l’immédiat.

Elle semble fatiguée et elle me confirme en effet avoir bossée toute la nuit. Elle est totalement inconsciente de ses mouvements et de son charme. Je ne loupe pas de la mâter sans limite. Elle porte en plus des fringues qui la moulent assez finalement. Ce petit cul me donne vraiment des envies irrépressibles. Je m’approche d’elle. Elle s’est assise sur le bureau. Enfin à moitié. Je te la prendrais bien là comme ça tout de suite. Essayent de freiner mes ardeurs, je me place devant elle la dévorant des yeux. J’ai bien du mal à tenir en place

- Tu es vraiment très belle, tu sais. Je suis ravi que ma musique te plaise.

Ouh là ! Elle se remet sur ses pieds et me tourne le dos. Elle a chaud ? Bordel ! Je suis chaud bouillant moi ! Cette fille, il me la faut !
Et la voilà qui se déshabille ! T’as raison retire moi ce pull, vraiment de trop ! D’un geste maladroit mais réactif, elle retient son teeshirt avant qu’il n’en dévoile plus. Je ne sais pas, je la sens fébrile mais dans l’attente. Je connais bien cette sensation, typique de la fille vierge qui se laisserait bien tenter par une première fois avec moi. Elles sont indécises mais désireuses. Je suis assez doué pour les amadouer et les défleurer.

Ne t’inquiètes pas petite prune, je saurai être doux avec toi, si tu m’offres ce beau cadeau. Je m’approche en douceur contre son dos. Délicatement je pose ma main sur la sienne, l’arrêtant dans son mouvement avant qu’elle ne remettre totalement en place son tee-shirt.

- Asuka… Tu es magnifique dans chacun de tes gestes.

Caressant sa main sous la mienne avec douceur, je dégage ses cheveux sur le côté de ma main libre. Venant coller ma bouche à son oreille, je lui murmure :
- Je crève d’envie de t’embrasser, ma petite prune audacieuse…



(c) Asuka Tsunosur Yokuboo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 138
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Sam 28 Oct - 14:26



Les suites d'une
rencontre intéressante

Avec Mathi H. Matsushita

Je ne comprenais pas vraiment comment je pouvais avoir aussi chaud aussi soudainement. Généralement je grelottais de froid lorsque je me sentais fatiguée. Pourtant j’étais face au total contraire, comme si la logique me demandait de voir ailleurs si elle y était, pour rester polie. En plus de ça, les paroles de Mati concernant le fait que j’ai pu lui manquer tournaient dans mon esprit telle une douce ritournelle qui ne me laissait pas indifférente. Pourtant, cela n’avait rien à voir avec de l’amour, n’est-ce pas ? Je le connaissais à peine !

J’allais poser mon pull en remettant mon tee-shirt en place quand je sentis qu’on s’approchait de moi par derrière. Comme il n’y avait que Mathi et moi dans la pièce, savoir qu’il s’agissait de lui n’était pas bien compliqué. Cependant, j’avais remarqué qu’il voulait constamment être à mes côtés, comme s’il était friand de ma proximité. Personnellement, j’étais un peu gênée par cela pour deux raisons contradictoires : je n’aimais pas qu’on empiète ainsi sur mon espace vital, mais je trouvais plaisant le fait d’être séduisante aux yeux de quelqu’un. Enfin… si c’était ça. Après tout, il ne cessait de le répéter, de me dire que je lui plaisais. Bon sang ! Tant de doutes ne me ressemblaient pas. Pourtant, quand il fut juste derrière moi et que sa main se posa sur celle qui tenait mon tee-shirt, il m’appela par mon prénom pour me dire cela encore une fois.

Mon cœur battait extrêmement fort, comme s’il allait sortir de ma poitrine. Ce n’était pas la surprise, même si j’en ressentais un peu. Mais le pire fut le moment où il écarta mes cheveux pour me murmurait qu’il crevait d’envie de m’embrasser, pour reprendre ses mots exacts. Pourquoi me sentais-je si fébrile face à de simples mots ? Pourquoi m’inquiétais-je de ce qu’il pensait ? Que voulais-je ?

- Si j’accepte, ça ne m’engage à rien, n’est-ce pas ? demandai-je en cachant combien je me sentais mal à l’aise.

Quand j’en eu la confirmation, je détachai ma main de la sienne pour faire un volteface, le prendre par le col de son haut et l’embrasser. Il fallait bien que je mérite mon surnom, non ? Et, même sans ça, je voulais éviter de passer par quatre chemins. Peut-être semblais-je être une fille facile. Peut-être aurais-je dû refuser pour laisser Mathi cogiter un peu plus, surtout que je comprenais peut-être la raison pour laquelle il ne cessait d’avoir la bougeotte. Pourtant, moi aussi, je ne me sentais pas totalement indifférente et je commencer à espérer quelque chose de cette rencontre sans que cela aille trop loin. Je n’avais aucun sentiment particulier à son égard, seulement une envie tonitruante qui me faisait mal à un endroit insoupçonné.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 63
Age : 21
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Dim 5 Nov - 14:51






Les suites d'une rencontre intéressante
Avec Asuka [XXX]


Je n’ai aucun doute sur les sensations de ma petite prune. Caressant sa main, je sens son pouls qui s’accélère. Elle est fébrile. Elle ne va pas me résister longtemps. Sauf si vraiment elle ne se sent pas prête à passer à l’acte. J’ai tellement envie de lui apprendre toutes ses sensations fabuleuses que nos corps recèlent. Qu’elle sente son bas-ventre la brûler à en crier mon nom pour que je la prenne rapidement.

Lorsque que je lui murmure mon envie de l’embrasser, elle essaye de cacher que je la trouble. Et sa question me fait sourire. Preuve totale qu’elle n’est pas maîtresse d’elle-même.

– Prune ! Tu es libre de faire ce que tu as envie. Je te dis juste que tu me plais vraiment beaucoup.

Mais je n’ai pas le temps de parlementer plus qu’elle agit pour mon plus grand plaisir. Elle se retourne face à moi, saisi mon col et m’embrasse. Ma petite audacieuse comme je l’aime !!
Mes lèvres accaparent les siennes sans se faire prier. Ma langue demande immédiatement le passage pour jouer avec la sienne. Mes mains glissent de sa taille au creux de ses reins. Je la serre contre moi. Notre baiser devient très vite fougueux. Je la mange sans aucun remord.

Emporté par la fougue, j’avance et Asuka se retrouver coincée entre moi et la table. Je glisse une  main sur sa fesse et l’autre sous son t-shirt. J’essaye d’y aller en douceur. Mais elle risque vite de sentir qu’il n’y a aucun doute sur mon envie d’elle. Je me dis alors qu’il vaut mieux me calmer un peu pour ne pas la terroriser et tout gâcher. Je laisse mes mains en place, mais relâche la pression de ma langue et mes lèvres. Reculant un tout petit peu, je plonge mon regard dans le sien.

– Hum ! Prune ! Tu es décidemment très étonnante !

Je l’embrasse sur la joue, laissant mes lèvres glisser jusqu’à son cou. Je l’embrasse, la lèche la mordille. Je la sens fondre de plus en plus dans mes bras.

– Tu es délicieuse, tu sais !

Mes lèvres retournent immédiatement sur les siennes. Ne pas la laisser reprendre le dessus sur son désir. L’amener petit à petit à ne suivre que le feu qui brûle en elle. Je l’embrasse en prenant le pouvoir cette fois. C’est moi qui décide. C’est ma langue qui manœuvre et la fait chavirer. Ce baiser passionné m’emporte aussi.  



(c) Asuka Tsunosur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 138
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Lun 6 Nov - 21:59



Les suites d'une
rencontre intéressante

Avec Mathi H. Matsushita

Rapidement, Mathi se remit de sa surprise et me prit dans ses bras. Serrée contre son corps, mes mains posées sur sa poitrine qui montait et descendait de plus en plus rapidement, je sentis sa langue lécher mes lèvres pour m’inviter à ouvrir la bouche. Encore une fois, je ne me fis pas prier et je sentis nos langues s’unir également. Alors que nous jouions ensemble en un jeu fort dangereux, nos corps étaient collés l’un à l’autre comme s’ils voulaient ne devenir plus qu’un. Mais ce qui prenait le plus de place en mon esprit n’était autre que le mélange délicieusement étrange de sensations qui montaient en moi. Plaisir et désire montaient à l’unisson au rythme de frissons que les mains de cet homme qui me tenait contre lui provoquaient en se déplaçant sur mon corps. C’est à peine si je me rendis compte que je m’étais retrouvée coincée entre lui et le bureau tant je vivais simplement le moment présent.

Après un moment, Mathi mit fin au baiser et s’écarta très légèrement de moi. Nous étions essoufflés, comme s’il avait pu être comparé à un 100 mètres. Néanmoins, c’est grâce à ce répit que je me rendis compte de ma situation et j’en ressentis une crainte que je ne parvins pas à cacher totalement. Après tout, j’étais à sa mercie, comme un animal coincé au pied d’une falaise infranchissable. En plus de cela il me parlait avec tant de satisfaction… Intimidée et pleine de doutes, je tournai légèrement la tête en fermant les yeux alors qu’il se penchait sur moi pour déposer ses lèvres sur ma joue. Ce simple contact n’aurait pas été si différent de bises qu’il m’avait déjà faites s’il n’était pas descendu doucement dans mon cou tout en gardant un contact plus ou moins léger sur ma peau. Plus il me stimulait en jouant avec ma jugulaire, plus je me sentais fébrile. J’avais chaud et tremblais. Aucune de mes interrogations ne m’aidaient à le repousser, comme si j’étais aimantée à lui. Etais-je devenue sa prisonnière ? En tous les cas, je ne parvins pas à résister : mon souffle restait court, comme s’il s’agissait d’une réaction normale à de “simples” baisers. Je ne comprenais pas pourquoi mon coeur battait si vite, ni la raison pour laquelle je me laissais aller alors que mon esprit n’était pas encore à ce stade.

– Tu es délicieuse, tu sais !

Surprise, je voulu lui demander ce qu’il voulait dire par là. Mais, profitant que je le regardai à nouveau, il unit à nouveau nos lèvres, brisant encore une fois une barrière que j’avais voulu instaurer inconsciemment malgré les appels de mon corps. Pourtant, je ne protestais pas et ne fis rien pour l’arrêter. C’est comme si je ne savais plus comment avoir une idée politiquement correcte qui aurait pu me faire prendre une décision. Ainsi, je ne pus que me laisser guider par Mathi, m’appuyant de plus en plus sur le bureau contre lequel j’avais été amenée. mes mains glissèrent lentement, comme timidement, le long de sa poitrine pour passer sous ses bras pour finir dans son dos afin que je puisse le tenir près de moi. Pourquoi faisais-je cela ? Pourquoi avais-je envie qu’il aille plus loin ? Ce désir montant graduellement était-il la raison de mon manque de réflexion ? Etait-ce également lui qui faisait bouger mon corps contre toute volonté consciente de ma part ? Qu’étais-je censée faire?

Lorsque je fus enfin libre de parler, malgré mon souffle court tant la passion était forte dans ce baiser, je tentais de lui demander :

- Je ne comprends pas… Pourquoi aies-je envie… ? Pourquoi suis-je attirée par toi ? Pourquoi… ?

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 63
Age : 21
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Mer 29 Nov - 22:02






Les suites d'une rencontre intéressante
Avec Asuka [XXX]


Ses mains sur moi m’électrisent. Ces baisers fougueux font monter mon désir très rapidement. Asuka est fébrile mais je sens que si je relâche trop la pression, elle pourrait prendre peur. Alors je ne la laisse pas réfléchir, juste reprendre son souffle mais pas plus. Sa peau est douce et savoureuse, j’en veux vraiment beaucoup plus.

Quand elle m’enlace, je suis sûr qu’elle me désire tout autant mais sans savoir comment s’y prendre. Je la serre un peu plus à moi. J’appuie notre baiser. Mes mains parcourent son dos nu, effleurant son soutien-gorge. Il me faut toute la volonté du monde pour ne pas lui retirer en une demi-seconde. Mais elle est inexpérimentée. Si je vais trop vite, elle va fuir. Ce que je ne veux pas !

Ce baiser est si passionné qu’il m’est impossible de contrôler mes pulsions. Mon pantalon est clairement trop étroit. Mais nous devons l’interrompre par manque d’air. J’en profite pour retourner mordiller son cou. Lorsque j’attaque sa petite oreille qui devrait faire grimper son désir en flèche, elle me questionne. Enfin non, je ne suis pas vraiment sûr qu’elle s’adresse à moi. Ce sont des interrogations normales. Elle se les pose à elle aussi certainement.

Je me redresse et lui souris tout en caressant sa joue.

– Asuka, pourquoi veux-tu comprendre ? L’amour ne se commande pas. Il se vit intensément, passionnément. Tu me plais. J’ai très envie de toi. Tu sembles partager les mêmes désirs. C’est simple.

Je me détache et prends sa main. Ses yeux sont éclatants de désirs et d’incertitudes. Je l’embrasse sur la joue et l’emmène vers la porte. Je la place devant et l’enlace à la taille par le dos.

– Cette porte, il n’y a que toi qui décide de la verrouiller ou non.

Soyons clair, me faire surprendre en plein coït ne me gênera aucunement. Mais Asuka reste mineure, je n’ai pas vraiment envie de me retrouver en tôle. Sait-on jamais ! Et cette petite est vierge. Elle a besoin de confiance pour sauter le pas, malgré le feu évident qui brule en elle. Doucement, je caresse son ventre. Je la laisse cogiter quelques secondes.

– Si tu veux vraiment aller plus loin, je te promets d’être doux avec toi. Laisses toi guider.

Je glisse ma main sous son t-shirt continue ma caresse sur sa peau. Doucement je passe mes doigts sous la ceinture de son jean, restant à la limite de son intimité, effleurant l’élastique de sa culotte qu’il me tarde de lui retirer. Je mordille de nouveau son oreille.

– Laisses ton désir t’envahir. Ne cherche pas à garder le contrôle, petite prune.

Je glisse mon autre main sous son t-shirt et effleure son flanc du bout de mes doigts jusqu’à la naissance de son sein. Je ne le saisis pas. Non je veux la faire grimper, pourquoi pas même jouir, juste sous mes mains. Certaines sont tellement sensibles au niveau de leur poitrine que c’est possible. Testons cela, si la demoiselle me laisse faire. Doucement je la laisse « réfléchir » effleurant la base de son sein. Mon doigt parcourt sa montagne en douceur, effleurant son téton. Aucun doute sur ses sensations. J’espère juste qu’elle saura assez aventureuse pour me laisser la goûter de partout et pas que des mains.





(c) Asuka Tsunosur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 138
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Dim 10 Déc - 14:04



Les suites d'une
rencontre intéressante

Avec Mathi H. Matsushita

Plus le temps avance, moins je pense à m’en aller. De toute façon, ses bras caressant ma peau m’enlacent fermement. C’est doux et comme.... réconfortant. Pourtant, ce n’est pas ce qui me permit de faire fi de mes doutes. Non, c’est plutôt ses réponses à mes questions sans queue ni tête : pour lui il ne fallait pas réfléchir. Son utilisation du mot “amour” me parut fortement troublant vu qu’il m’avait dit que je m’engageais à rien. Je ne dis cependant rien en me rappelant que l’acte aussi se nommait comme ça. Puis… je devais bien avouer que l’entendre dire que je lui plaisais et étais désirable ne me laissait pas indifférente.

Me sentant un peu libérée lorsqu’il se détacha de moi, je me sentis comme un peu plus disposée à me laisser guidée. Surtout qu’il me proposait de le suivre. Je ne savais pas du tout ce qu’il voulait faire. Aller dans un endroit plus “intime” pour ce que nous avions commencé ? Dans ce cas, était-ce bien de laisser nos affaires là ? Je n’en étais pas très sûre. Pourtant, je devais bien avouer que je n’aurais pas dit non et encore moins réfléchis à cela sur le coup. De toute façon, nous ne sortîmes pas, nous arrêtant seulement devant la barrière entre le monde et nous.
Encore une fois, les lèvres de mon compagnon embrassa ma peau avant que sa voix ne me propose de fermer la porte, nous garantissant ainsi une certaine intimité qui serait la bienvenue. Au fond, je savais déjà ce que je voulais. Je savais déjà ce que j’allais faire. Il me fallait juste éteindre les derniers échos de la raison.

Les mains, la voix et les promesses de Mathi finirent par me décider totalement et ma main droite se leva pour fermer le verrous avant d’aller attraper doucement la nuque de mon partenaire. Ce dernier me caressait mon bas-ventre sans pour autant atteindre mon intimité alors que son autre main s’aventurait sur ma poitrine. J’avais l’impression qu’il testait ce qu’il pouvait faire, ce que je laissai faire en écoutant ce qu’il me disait. Je n’étais pas très sensible là où il me testait, mais cela n’en était pas moins bon. Petit à petit, je sentai mes muscles se tendre alors que le reste de mon corps réagissait comme le jour où j’avais commencé à chauffé Kyojiro-kun. Cependant, je devais bien avouer que cela n’était pas très comparable non plus puisque c’était bien plus fort à ce moment qu’auparavant. Comme si mon corps était bien plus prêt à cela. Puis… ce n’était pas moi l’initiatrice, mais bien lui. Je ne faisais que profiter.

Me doutant que seulement me laisser guider n’était pas forcément le top dans une relation comme celle-ci (merci les mangas vus sans aucune compréhension du contenue avant l’acte), je finis par me tourner pour lui faire face, le souffle court, et le regardai dans les yeux. J’aurais bien voulu dire quelque chose, genre que c’était un peu à moi de prendre les reines, mais comme je ne savais pas si cela se faisait réellement, je me contentai de l’embrasser avant de descendre doucement dans son cou. Il sentait bon. Je n’avais pas encore fait attention jusqu’à ce moment, mais son odeur faisait battre mon coeur un peu plus vite, comme si son musc masculin m’invitait à me lâcher plus encore dans cette voie. Ce que je fis d’ailleurs en remontant jusqu’au lobe de son oreille en l’enlaçant contre moi, une main s’aventurant doucement sur la peau de son dos, pour la mordiller et la sucer doucement. Ne sachant pas trop quoi faire de mon autre main, je la fis glisser dans les cheveux du jeune homme en espérant qu’il apprécierait cela.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 63
Age : 21
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Dim 17 Déc - 18:33






Les suites d'une rencontre intéressante
Avec Asuka [XXX]


Au fur et à mesure que je lui parle et la câline, je sens son corps se détendre. Je suis de plus en plus doué pour mettre les petites novices en confiance. Faut dire que depuis le début de notre conversation, je suis sûr et certain que ça irait plus loin si elle lâche prise. Son corps réagit clairement à chacun de mes contacts et mots.
Devant la porte, je la laisse s’imprégner de mes paroles, de ma douceur dans la voix autant que dans mes gestes, de mes caresses à la limite du pudique mais qui la faut vibrer. J’ai bien du mal à calmer mon excitation alors je ne colle pas trop nos bassins, histoire de ne pas la faire fuir. Je suis confiant mais je ne peux pas m’empêcher de sourire comme un gosse dans un magasin de jouet quand je vois Asuka verrouiller la porte. Je la sens se tendre un peu sous mes caresses, mais elle est encore loin de l’extase. Mais je vais bien trouver son point sensible.

Je mordille son oreille comme un remerciement à sa décision de continuer notre étreinte. Rien n’est sûr qu’elle aille au bout, mais j’ai confiance. C’est bien partie pour. Elle se tourne vers moi et me fixe. Plongeant mon regard dans le sien pour lui montrer que je n’ai aucun doute sur ce qui se passe entre nous, je lui souris. J’ai l’impression qu’elle aimerait prendre les devants ma petite audacieuse. Elle ne panique pas mais tâtonne. J’aime ça. D’accord, j’aime contrôler. Mais j’aime aussi les filles qui prennent les devants. Tant que ça ne tourne pas à une domination constante.

Répondant à son baiser, je glisse de nouveau mes mains dans son dos, sous son haut. Mais ses lèvres se détachent des miennes, me laissant un goût de pas assez. Sauf qu’elle ne me quitte pas pour autant, elle s’empare de chaque parcelle de ma peau du cou  à mon lobe d’oreille.

Oh bordel ! J’adore qu’on suce cet endroit. Rien de tel pour m’exciter d’avantage. Je la plaque au mur, haletant et me colle à elle. Asuka ne peut douter de l’effet qu’elle a sur moi. Frottant mon bassin au sien, mon érection est palpable.

– Asuka… Continue...

Je remonte mes mains sur elle pour lever son haut. La fixant dans les yeux, je guète un refus ou assentiment. Son visage ne me dit pas d’arrêter alors j’insiste et lève son haut pour lui retirer.
J’admire avec satisfaction ses seins emmaillotés dans un soutien-gorge que je compte bien lui retirer rapidement.

– Tu es très belle, Asu.

J’en profite pour retirer mon t-shirt également, afin de la mettre à l’aise. Egalité, ou presque, de nudité. Puis me collant à nouveau à elle, j’entame une exploration de son cou et son épaule gauche. La mordillant, suçant, embrassant, je respire son odeur avec plaisir.

– J’aime ton gout, ton odeur ma petite prune.

Une main dans son dos, l’autre caressant son ventre, je fais glisser la bretelle du sous-vêtement de mes dents.

– Je veux en gouter plus !

Voix douce mais empreinte d’un désir non feint, je continue à parler tout en poursuivant mon exploration de sa peau descendant doucement vers son sein.

– Est-ce qu’il y a des couvertures dans cette salle ?

Il n’y a malheureusement pas de canapé dans ce club. Hallucinant à mon sens ! Bref, c’est plein de matos mais j’ai repéré un coin un peu plus libre d’accès où nous pourrions facilement nous allonger. Bien sûr je pourrais la prendre contre le mur ou sur une table. Mais pour une première fois, ce n’est pas vraiment sympa. Qu’elle soit bien ou non, la première fois reste en mémoire pour la plupart des gens, surtout les filles. Alors j’aime qu’elles se souviennent de moi, avec des bons souvenirs. Je fais donc les choses bien.

La jeune fille m’indique un placard, je l’embrasse chastement tout en lui souriant.

– Ne bouge pas de là !

Mon regard se veut doux et rassurant. Je la laisse pour ouvrir cette armoire et en sortir 4 couvertures. Parfait pour en faire un bon matelas. Consciencieusement j’étale le tout au sol, superposé. Puis je souris à Asuka et la prend par la main.

– Viens là, ma belle.

Je m’assois doucement sur le lit de fortune et l’invite à me suivre. Caressant son épaule nue, je colle mon front au sien, yeux dans les yeux.

– Je ne ferais rien que tu ne voudras pas, Asuka. Mais j’aimerai vraiment goûter le reste de ton corps.

D’une main experte, je détache son soutien-gorge que je maintien. J’attends son accord. Cela doit aussi venir d’elle. C’est un moyen de lui donner un peu les rênes aussi. Evidemment il n’y a pas que cette belle poitrine que j’ai envie de goûter, je compte bien la faire grimper au rideau sous la seule action expert de ma bouche, pour être sûr que son orgasme sera atteint avant de la prendre de mon sexe. Je suis tellement excité que je ne suis pas sûr de savoir me retenir longtemps une fois en elle.


(c) Asuka Tsunosur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 138
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Mar 26 Déc - 7:58



Les suites d'une
rencontre intéressante

Avec Mathi H. Matsushita

J’essayais de lui faire plaisir et du bien, mais je ne parvenais pas à savoir si je le faisais bien. Je crus à un apercevoir un soupçon de déception sur son visage juste avant que je ne glisse dans son cou. Comme c’était une vision faite du coin de l’oeil, je me dis que ce n’était peut-être pas la réalité et continuai dans l’espoir d’atteindre mon but. Jamais je n’aurais cru faire autant mouche ! Alors que je suçais le lobe de son oreille, je l’entendis respirer plus fort, comme si c’était le point le point le plus sensible de son corps. J’en fus plaquée doucement contre le mur, me faisant arrêter le temps d’un instant. Rapidement, il me murmura de continua, ce qui me conforta dans l’idée que j’avais atteint l’objectif de la manoeuvre, ce qui m’emplit de fierté. Ce qui m’en détacha fut de sentir son bassin contre le mien, et plus exactement une bosse dure vers ma zone sensible.

Lorsque nous mîmes fin à son plaisir, il remonta ses mains le long de mon corps pour lever mon tee-shirt. Malgré une légère crainte qui me serra l’estomac, je ne dis rien qui aurait pu l’en empêcher et retirai même mes propres mains de son corps pour lui faciliter la tâche. Ainsi, il pu voir mon soutien-gorge noir en dentelle. Il n’était pas tout neuf, mais je l’appréciais pour le confort qu’il m’apportait en toutes circonstances. Son regard me parcourait, j’en étais persuadée, ce qui mettait discrètement mes joues en feu. Et j’en eu la preuve par ses paroles : il me trouvait très belle. J’étais certaine qu’il y avait mieux que moi, mais même si j’avais voulu lui en faire part, je n’aurais pas pu, trop impressionnée par son propre corps. Plus d’envies firent leur apparition quand je le découvris. Il fut cependant plus rapide que moi, se rapprochant pour déposer de doux baisers dans mon cou et sur mon épaule, me faisant frissonner, la chair de poule apparaissant sur ma peau nue, tout comme sur mes jambes toujours couvertes de mon jean. Je n’avais pas froid, mais le plaisir que je ressentais faisait réagir mon corps de plus en plus. Ses mots contribuaient également beaucoup à cela, même si je n’arrivais pas à pleinement à être d’accord avec cela ou à les comprendre. Pourtant, je les buvais totalement, ne sachant pas quoi répondre. Si seulement j’avais pu… Ce ne fut que pour le renseigner que je lui dis en tentant d’éteindre mon léger essoufflement :

- Oui, elles sont dans le placard là-bas.

Je ne savais pas du tout ce qu’il allait faire avec des couvertures, mais le laissai faire sans bouger, comme il me l’avait demandé. Ainsi, je le vis étaler tout notre stock les unes sur les autres au milieu de la pièce. Et, lorsqu’il eut terminé, il me tendit la main pour me guider vers ce qui devait être un futon improvisé. J’en souris doucement en m’asseyant à ses côtés. Mon torse tourné vers lui, je lui caressai d’une main le haut de son corps timidement, le regardant dans ses yeux face aux miens grâce à nos fronts collés l’un à l’autre. Je stoppai cependant mon geste quand je sentis mon soutien-gorge se déserrer suite à ses paroles. Et, la surprise passée, j’ôtai moi-même ma seule protection contre la nudité de ma poitrine et la collai contre la sienne pour lui murmurer à l’oreille, taquine :

- Avant ou après que tu m’aies laissé descendre un peu plus bas que le lobe de ton oreille ?

Collée à lui, je n’attendis pas sa réponse pour glisser ma peau contre la sienne pour que ma bouche puisse atteindre sa clavicule et que je puisse goûter, à mon tour, sa peau sucrée. Mes mains flattaient alors ses flancs pendant que mes lèvres et ma langues travaillaient ensembles pour parcourir son torse virile. En aurait-il marre des maladresse que je faisais certainement ? Ou… appréciait-il le fait que je prenne les devants ?

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 63
Age : 21
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Ven 29 Déc - 13:08






Les suites d'une rencontre intéressante
Avec Asuka [XXX]


Alors que j’installais les couvertures pour que ce soit plus confortable, je voyais bien la petite Asuka un peu dubitative. Je la pris par la main et l’emmena s’assoir à mes cotés. Elle ne me semble pas mal à l’aise de nos tenues respectives alors j’en profite pour continuer mon effeuillage, la laissant explorer mon torse. Ses mains sont douces et me parcourent de légers frissons.

Mais elle me surprit en retirant elle-même son soutien-gorge, une fois que je l’eu dégrafé. Je souris, dévorant du regard sa poitrine ainsi révélée. Mais elle ne me laisse pas la regarder plus se collant à mon torse et murmurant à mon oreille ces quelques mots qui me font vibrer. Je caresse son torse en émettant un petit gémissement d’assentiment. Elle entame une exploration de mon torse qui finit par me rendre encore plus fébrile. Je frissonne et mon sexe est clairement à l’étroit dans ce jean.

D’ailleurs elle a toujours ce jean qu’il va falloir lui ôter que je puisse à mon tour l’explorer. Je nous allonge en la gardant contre moi. Retirant mes chaussures avec agilité, je retourne poser mes lèvres sur son cou. Je le lèche, l’embrasse, le mord, descendant sur son épaule. Je glisse ma main droite entre nos torses pour saisir enfin son sein à pleine paume. Hum un vrai petit bonheur. Je joue de mes doigts à titiller sa pointe fièrement dressée. Et il y a clairement urgence de libérer un peu mon bas ventre avant que je n’explose dans mon froc de tant de pression.

– retires-moi mon jean et je m’occupe de toi ensuite.

Je ne lui demande pas la lune. Juste un peu de contacts plus intimes en douceurs. J’ai bien évidemment un boxer sous ce futal. Elle est artiste, peut-être a-t-elle déjà vu des hommes nus modèles. Mais je ne veux pas l’effrayer quand même. Elle semble vouloir être active et non juste passive. Alors je lui donne le moyen de l’être un peu.

Je frissonne à chaque action de ses mains. Elle déboutonne mon jean et le fait glisser tout en effleurant mes jambes. Ces contacts sont parfois légers, parfois insistants, parfois assurés, parfois hésitants. Je suis surexcité, elle ne peut pas douter de l’effet qu’elle a sur moi au vu de l’appendice fièrement dressé dans mon boxer révélé.
Je ne lâche pas son corps, une main toujours en contact sur son sein, l’autre au creux des reins. Quand elle eut finit, je lui souris et l’invite à s’allonger à son tour sur le dos.

– Asuka… tu vas me rendre dingue…

Je l’embrasse tendrement tout en appuyant un peu plus mes pelottages de son sein. Mon autre main va vite s’occuper de défaire son jean.
Mes lèvres quittent les siennes pour descendre rapidement m’occuper de son second sein. Je le mordille aux endroits sensibles pour l’entendre gémir de plaisir. Je la sens monter en désir et n’hésite pas à glisser ma main dans son jean. Je caresse son intimité sur sa culotte. J’aurai pu y aller direct. Je ne m’embarrasse pas de tant d’étapes la plupart du temps. Mais je respecte toujours le choix d’une novice de s’offrir à moi en y allant vraiment en douceur. Et puis, faire durer le plaisir et prendre le temps de voir les expressions sur son visage et son corps découvrir les sensations diverses et nouvelles qu’un homme peut lui procurer est un moment si unique. Sans chercher longtemps, ma main trouve son point sensible malgré le tissu et je vois Asuka trembler de désir. Les expressions sur son visage sont délectables et me font bander de plus.

– Tu vas jouir sous mes mains et ma langue avant tout, ma petite prune.

Je ne suis pas sûr qu’elle ait compris ce que je compte faire. Mais je ne m’attarde pas. Je lâche sa délicieuse poitrine, mû par une envie express de la voir jouir. Je lui retire son jean en une seconde, et sa culotte suit sans plus attendre. Caressant ses jambes, je ne la quitte pas des yeux guettant le moindre signe que je vais trop vite. Je sais que je peux parfois être difficile à suivre dans mes rythmes alternatifs. Mais bien souvent, mes conquêtes ne s’en plaignent pas. Je sais les faire grimper au rideau comme jamais.

Ne voyant pas de doutes en elle, bien qu’elle soit inquiète, je le concède, et ce qui est tout à fait normal, j’embrasse l’intérieur de cuisse doucement, remontant indiciblement vers son paradis.

– Ne t’inquiète pas. Je ne te ferais pas mal. Je vais juste m’assurer de préparer le terrain.

Oui bon ok, pour les mots romantiques, je repasserai. Mais au moins c’est clair. Qu’est-ce que j’en sais, moi, si elle a la moindre idée du bon déroulement d’une pénétration ! Et puis si elle jouit une fois sous mes baisers et mes mains, elle sera bien plus à même de vouloir m’accueillir en elle.


(c) Asuka Tsunosur Yokuboo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 138
Age : 16

Infos supplémentaires
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Mar 2 Jan - 16:51



Les suites d'une
rencontre intéressante

Avec Mathi H. Matsushita

Je fus un peu soulagée qu’il ait accepté mon envie d’explorer son corps, au moins un peu. Après tout, il était sans aucun doute plus plaisant de faire ce genre de chose avec un assentiment qu’avec le doute lancinant que cela lui plaise. Et lorsque j’eus finis de remonter jusqu’à son cou, il reprit le contrôle qu’il m’avait laissé pour m’allonger sur les couvertures. Son corps au-dessus du mien me paraissait si imposant, beau, lourd et protecteur à la fois. Il me semblait qu’il était aussi dangereux qu’un bienfait pour moi. Ses gestes et baisers renforçaient délicieusement cette impression qui ne me quittait plus.

Bientôt, je sentis la peau de ses mains remonter mon ventre jusqu’à prendre mon sein que je ne sentais plus qu’au contact de tissus ou celui qui se faisait à cet instant-là. Et j’avais la sensation qu’il avait une si grande main qu’elle enveloppait totalement ce que je l’avais laissé prendre, m’arrachant un soupir supplémentaire à ceux qui étaient réactions à ses baisers, perdant totalement la notion du temps pour me concentrer totalement sur ce qu’il se passait sur et dans mon corps.
Ainsi, lorsqu’il me laissa à nouveau les rênes, me demandant de lui enlever son pantalon, je dus faire un effort pour délier mes membres et me relever. A genoux devant lui, je plaçai mes yeux dans les siens, ne comptant que sur le sens du toucher pour déboutonner ce qui lui enserrait la taille. Et, faisant glisser le tissus contre sa peau, j’en profitai pour caresser doucement. Passant sur ses fesses, je guettai ses réactions pour savoir si je pouvais continuer ou non. J’avais également envie de me baisser pour découvrir ce qui aller en moi, mais les mains qui me tenaient m’en empêchaient. Je passai donc ma main furtivement dessus sans passer la barrière du caleçon qui le protégeait. C’était dur et pourtant très certainement doux tant je le sentais lisse. Me trompais-je ? Je n’en étais pas sûre, tout comme le doute sur le plaisir que je lui donnais faisait battre mon coeur déjà bien rapide par ce qu’il se passait entre Mathi et moi.

L’entendre me dire que j’allais me rendre dingue me fit sourire de satisfaction et de plaisir. Je ne pensais pas que j’allais avoir autant d’effet sur lui. Je me pris d’ailleurs à penser comme s’il m’appartenait, m’obligeant par la suite à revenir à la raison : il n’était pas à moi et ne le serait certainement jamais. Pourtant, nous allions faire ce que deux amoureux faisaient. J’allais devoir faire du tri par la suite dans mes pensées et mes sentiments, mais, en attendant, je tus tout cela pour me concentrer sur le moment présent qui était loin d’être anodin.

Occupée par le baiser qu’il me fit, je me rendis à peine compte que c’était à mon tour de voir mon pantalon tomber. Et même si j’étais venue à en avoir conscience, le fait même qu’il s’occupe de mon sein avec sa bouche éteignit les émotions que cela aurait éveillé, les remplaçant par un simple et pur désir montant. J’avais de plus en plus envie qu’il s’occupe du reste de mon corps, qu’il descende plus bas, là où ses doigts s’étaient attardés plus tôt. Pour m’être essayée aux plaisirs solitaires, je connaissais un de mes points sensibles et j’avais besoin qu’il y aille, qu’il s’y attarde. Et, comme s’il avait entendu mes pensées, je sentis un contact de sa main glisser jusqu'à mon bas-ventre pour me caresser. Il ne lui fut pas difficile de trouver le point qui me fit le plus de bien puisque lorsqu’il l’effleura je me braquai plus qu’à l’accoutumé en retenant ma respiration pour éviter de lâcher un cri, même ténu. Soupirant ensuite en gémissant doucement, je fermai les yeux pour m’imprégner de ce contact délicieux.

A peine eus-je le temps de comprendre ses paroles me prévenant que j’allais jouir que je sentis le tissus de mon pantalon glisser sur mes jambes. Surprise, je me relevai mais ne fis rien pour l’empêcher de me dénuder. De toute façon, j’avais bien trop envie de lui pour ça, mon corps répondant à tous ses gestes, même le plus anodin. Ses baisers me faisaient vibrer, ses caresses tendaient mes muscles pour que je puisse me cambrer et j’aurais pu aller loin comme ça. Son expérience m’était tant appréciable que ne pas réfléchir m’était plus facile qu’à l’accoutumée.
Finalement, quand il s’occupa de mon clitoris après avoir déposé des baisers sur le long de l’intérieur de ma cuisse, j’émis des gémissements incontrôlables alors que mes poings se fermaient sur les couvertures. Cela faisait tant de bien que je dus me forcer à taire mes supplications qu’il me prenne. J’aimais tant qu’on joue avec cet endroit… Il était plus sensible et plus à même de me faire jouir que les autres. Et mon partenaire de jeu adulte dû le comprendre puisqu’il ne cessa pas de faire monter mon plaisir et mon désir jusqu’à leurs paroxysmes. Folle par ces deux valeurs qui faisaient monter la chaleur de la pièce et elle de nos corps enlacés, je finis par jouir. Je ne criai point, mais émis un gémissement plus long que les autres alors que mon corps se détendait. Je sentais comme ded fourmis dans ma tête, ce qui était une sensation aussi étrange qu’agréable.

Lorsque je me fus remise de ces sensations dont j’étais presque sûre d'être devenue accroc, je me relevait jusqu’à atteindre l’homme qui venait de me faire jouir. Je l'embrassai alors en passant mes mains le long de son échine. Et, alors que j’arrivais à la limite de son caleçon, je passai mes doigts sous le tissu et le fit descendre doucement. Puis, quittant ses lèvres, je murmurai doucement, taquine bien qu’essoufflée :

- Tu ne pensais tout de même pas que j’allais te laisser me faire du bien sans rien faire en retour ?

Et, doucement sans être lente, je me mis à embrasser son corps en descendant jusqu'à son pénis que je pris dans une main. Découvrant enfin un sexe masculin réel, je le caressai et le léchai avant de faire comme je l’avais déjà vu faire : je le pris en bouche pour le sucer. Me laissant guider par son propriétaire si ce dernier le voulu, je fis des vas et viens en salivant et en utilisant de temps en temps ma langue sur le bout comme pour mieux le découvrir. C’était une première pour moi, pourtant je me sentais très à l'aise, comme si le simple fait de jouir m’avait totalement débloquée.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 63
Age : 21
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   Jeu 11 Jan - 22:16






Les suites d'une rencontre intéressante
Avec Asuka [XXX]


Petite prune est d’une douceur propre à ces jeunes filles qui veulent devenir femme sans vraiment savoir comment s’y prendre. C’est touchant. Pas que je m’émeus de tant de sensiblerie. Ne vous inquiétez pas ! Je ne vais pas plonger dans le mielleux détestable. Mais j’aime bien la fraicheur hésitante de cette petite. Elle est un mélange d’incertitude, d’envie et de spontanéité.
Alors que je lui demande de me défroquer, elle me surprend. Ces caresses sont douces mais précises. Et mon sexe en durcit de plus belle, surtout quand elle appuie son passage sur mes fesses. Je l’observe, la laissant faire. Tout sourire, je lui montre mon assurance et mon plaisir sans gêne. Et ça semble la rassurer sur ses faits et gestes. Mais son effleurement furtif me confirme qu’elle découvre complètement les sensations et qu’elle est intriguée plus qu’apeurée par ce qui fait ma virilité. J’en souris de plus belle, satisfait je lui confirme qu’elle n’agit que pour mon plus grand plaisir.

Asuka est une boule d’émotions prête à exploser et à explorer. Je ne perds pas de temps. Je ne la laisse pas réfléchir. Elle doit se laisser s’imprégner de son désir, alors j’accélère. Mais j’y vais par étape, d’abord lui faire découvrir son corps et son désir, la faire jouir rien que sous mes mains et par ma bouche experte. Je la préviens pour ne pas la faire paniquer et elle se laisse faire et j’adore ça ! Je prends mon temps, que chaque montée de désir l’atteigne jusqu’au bout. Elle gémit de plus en plus. Je sens qu’elle retient ses cris. Evidemment j’aime entendre une femme crier sous mes caresses, mais je ne la force pas. J’en conviens que l’endroit de nos ébats n’est pas propice à la discrétion et que les salles avoisinantes peuvent être peuplées de curieux. Pas que je m’inquiète de ma réputation, elle est faite sur ce plan et me convient parfaitement. Ça facilite grandement les choses pour occuper mes nuits de solitude. Mais Petite Prune est novice, jeune et ne mérite pas une réputation qui pourrait la détruire.
Néanmoins ses gémissements et ses soupirs d’aise me guident efficacement pour l’amener à la jouissance. Je la maintien quand je la sens vibrer à un point tel qu’elle part dans les méandres du plaisir intense. Je ne dis rien, je l’observe. Elle est magnifique. Un vrai petit bijou ! La jouissance lui va à merveille.

Je l’embrasse effrontément pour l’aider à reprendre ses repères. Mais à nouveau elle me surprend. Décidemment elle est douée pour ça. Elle glisse sa main le long de ma colonne avec une douceur qui me fait bander encore plus. J’en ai presque mal tellement ça devient dur, mais je ne dis rien. Essoufflée, elle quitte mes lèvres pour me murmurer une tentation irrésistible à laquelle je ne m’attends pas. Rare sont les filles qui te sucent immédiatement. Celles qui le font, sont en général complètement inhibées de morale sexuelle. Mais je ne crois pas que ça soit le cas d’Asuka. Et elle me le confirme par les hésitations de sa main quand elle saisit mon sexe.

Bordel ! Ce que c’est bon !
Je gémis, un grognement guttural sort de ma bouche, incapable de prononcer un mot correct.

Ça semble encourager Asu qui se baisse et embrasse mon torse jusqu’à mon supplice. Elle n’attend pas et me prend dans sa bouche sans tarder. Je me cambre, riant de plaisir, gémissant de manière incertaine. J’ai tellement attendu que j’ai du mal à me contenir. Elle ne va pas avoir besoin de me sucer longtemps pour me faire jouir sur elle. J’attrape ses cheveux, caressant sa tête mais la guidant, le plus doucement que je peux, pour lui imposer un rythme de va et vient qui me convient.
Sa langue cherche chaque parcelle de ma bite avec envie de me découvrir encore plus. Sa bouche en devient gourmande et je ne peux retenir mon coup de rein qui l’aide à m’enfoncer plus loin dans sa bouche.

– Oh ouiiiii… Asu… encore…

Mon vocabulaire est limité. Mon souffle est haletant. Les étoiles couvrent peu à peu mon regard. Mais j’essaye de garder la tête froide, un peu, pour la guider et l’aider. Je la sens libérée et envieuse de nous explorer. Je ne veux pas perdre ça. Et elle suit la pression de ma main sur sa nuque, elle accélère. La sensation de ses dents sur ma verge me rend fou, surtout quand elle l’effleure de sa langue. Ma voix est un murmure, les mots sporadiques. J’essaie de la prévenir que mon éjaculation est proche, trèèèèès proche.

– Je… vais… lâcher.

Bon je suis un mec comme les autres. J’adore qu’une nana veuille avaler ma semence de mâle. Mais j’ai conscience que ça rebute certaines, surtout les novices. Alors pour ne pas gâcher mes chances de pouvoir la fourrer après - avec bien plus de plaisir encore que ce moment intime, j’en suis sûr – je préfère qu’elle choisisse.

Effectivement il ne m’en faut pas plus et un dernier va et vient me libère sans retenue. Je me cambre dans un cri rauque et tremblant. J’espère qu’Asuka a géré et s’est retirée à temps car là je suis incapable de reprendre le contrôle. Je plane ! Totalement en extase, j’ai du mal à revenir sur terre. Je m’étale. Revenant peu à peu, j’attrape à tâtons le bras de la jeune femme et l’attire à moi pour qu’elle s’allonge contre moi.
Toujours essoufflé, j’essaye d’aligner quelques mots pour la conforter.

– C’était… fantastique… Merci...

Je niche ma tête dans ses cheveux et l’embrasse sur le front, la serrant contre moi.

– Est-ce que ça va ?

Il va me falloir quelques minutes pour récupérer. J’ai tellement attendu que je me suis bien lâché. Mais je ne compte pas en rester là, alors j’espère que c’est son cas également.

Je la câline, glisse ma jambe sur les siennes et la serre à moi. Nos corps s’épousent naturellement et sentir les pointes de ses seins, toujours dressées d’excitation va m’aider à récupérer. Nos corps sont en sueur, mais ça n’est qu’un début ma petite prune.


(c) Asuka Tsunosur Yokuboo


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les suites d'une rencontre intéressante [Pv Mathi H. Matsushita - XXX]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une organisation intéressante(Pv Zunder D taker)
» Enfin une petite occupation intéressante [Libre]
» Description d'Oak Town
» [UN ARTICLE DE PRESSE] Les univers parallèles, une théorie intéressante !
» Une jument plutôt intéressante...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Pensionnat et clubs :: Rez-de-chaussée - Salles des clubs :: Salle du club d'arts-
Sauter vers: