Partagez | 
 

 Can't take my eyes off you |PV Félicia|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Bradford
Université • 2ème année
avatar

Messages : 9
Cursus : Musique, spécialité Interprétation et métiers de la musique
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Ayane Komatsu, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Musique et athlétisme
Mais encore ?:

MessageSujet: Can't take my eyes off you |PV Félicia|   Jeu 12 Oct - 12:08

You're just too good to be true
Matthew était littéralement au bout de sa vie depuis déjà 3 jours. 3 jours que la pile électrique qu’il était avait été obligée de rester clouée au lit à cause d’un rhume vraiment agressif. On dit souvent que les idiots ne tombent jamais malades, mais il fallait croire que le londonien était une magnifique exception ! Ce qui a causé cet état ? La maladresse sans nom du brun couplée à son énergie débordante. Alors que le week-end venait de commencer, le musicien avait eu envie de profiter du beau temps et de la chaleur encore tout juste présente sous le soleil pour aller se balader dans le grand parc aux daims de la ville. Il adorait cet endroit ! Et comme sa vie n’était rien sans musique, il avait bien sûr été se balader armé de son précieux MP3 contenant tout un tas de chansons qu’il adorait. Il n’était pas bien compliqué niveau musique de toute façon, il écoutait vraiment de tout, mais il adorait tout particulièrement la musique classique et le bon vieux rock, ces sons de guitares le faisant vraiment frissonner.

Alors quand la chanson Pour Some Sugar On Me de Def Leppard se mit à résonner dans ses oreilles, il ne put s’empêcher de faire de l’air guitar comme si c’était lui qui était en train de jouer. Il avait l’oreille absolue donc il était capable de reconnaître chaque note et d’immédiatement réussir à rejouer une mélodie qu’il entendait donc sa prestation d’air guitar était vraiment impressionnante ! S’il avait vraiment tenu une guitare entre ses doigts, nul doute qu’il aurait joué les bonnes notes exactement au bon moment. Et voilà, à être autant à fond, ce qui devait arriva. Matthew se ramassa comme un gros caca en se prenant les pieds dans une pierre lors de sa prestation, trop occupé à fermer les yeux pour regarder là où il marchait. Mais s’il était tombé sur le chemin encore… Mais non ! Son karma avait voulu qu’il en soit autrement, sa chute le précipitant dans le petit lac du parc. Fort heureusement, en se sentant tomber et en voyant l’eau se rapprocher de plus en plus, le brun avait eu le réflexe de sortir son MP3 de sa poche pour le tendre vers le ciel.

Résultat, il était trempé jusqu’aux os dans son costume, mais il avait sauvé son précieux lecteur ! Heureusement pour lui, il n’avait pas pris son portable donc il n’y avait aucun dégât matériel à déplorer. Il avait ensuite décidé de rentrer à l’Académie, mais le chemin avait été assez long et il n’avait pas voulu prendre le bus de peur de se retrouver à l’inonder tellement il était trempé. La brise fraîche le fit frissonner à plusieurs reprises et finalement, quand il arriva à sa chambre à l’Académie, il sentit que cette baignade improvisée en plein mois d’octobre n’avait pas été une très bonne idée. Voilà donc comment le londonien avait réussi à choper ce vilain rhume, le clouant au lit pour la fin de son week-end, mais également pour toute la journée du lundi et du mardi. Sauf que même si son rhume était atroce, ce qui était le pire pour lui, c’était surtout de ne pas pouvoir bouger et faire de la musique. Il chantait, attrapait sa guitare pour jouer allongé, mais ça n’avait pas la même saveur, surtout qu’il avait le nez bouché alors c’était absolument horrible pour lui de s’entendre.

Sentant que son nez se débouchait bien et qu’il avait un peu moins mal au crâne à la fin de la journée de cours du mardi, Matthew décida de se lever. Il en avait marre d’être allongé, il voulait jouer, il voulait bouger ! Envoyant valser sa couette, il se dirigea vers son armoire pour y contempler ses costumes. Il les aimait vraiment énormément, mais là, il voulait juste mettre un truc rapide pour se précipiter à la salle du club de musique. Ca lui manquait trop, il devait se dépêcher ! Il enfila donc un jean et un t-shirt noir on ne peut plus banaux, ses Converses rouge flashy, attrapa la housse avec sa précieuse guitare et il s’empressa de quitter sa chambre pour aller au club de musique. Personne, super ! Il allait pouvoir mettre le son à fond et se donner pour chasser les derniers microbes qui étaient présents dans son corps ! Déballant avec une délicatesse infinie sa guitare, Matthew la passa autour de son cou et sortit la clé USB avec les pistes qu’il avait enregistrées pour accompagner sa partie au chant et à la guitare. Etant donné qu’il savait jouer de pratiquement tous les instruments, il avait loué un studio pour enregistrer plein de pistes histoire d’avoir un vrai accompagnement quand il jouait seul.

Il lança la première piste, histoire de se chauffer un peu et il laissa la playlist faire comme bon lui semblait en la mettant en aléatoire. Pour la deuxième chanson, quand il entendit les premiers claquements de doigts, il ne put s’empêcher d’afficher un petit sourire triste. Cette chanson lui rappelait tellement de souvenirs… C’était une reprise de Cant Take My Eyes Off You de Frankie Valli, une vieille chanson qu’il adorait et qu’il avait un peu arrangée à sa sauce pour la rendre plus rock et plus dans ce qu’il avait l’habitude de jouer. Il se rappelait l’avoir arrangée et jouée rien que pour Rose lors d’un concert. A l’époque, il l’avait déjà vue assister à plusieurs concerts et ils avaient pu discuter un peu. Au fil du temps et des concerts, il avait compris les sentiments qu’il éprouvait pour elle et avait décidé de lui chanter cette chanson pour les lui avouer. Il se rappelait encore de son sourire et de ses larmes de joie, de son visage qu’elle essayait de cacher avec ses cheveux blonds tellement elle était heureuse et gênée.

Matthew ferma les yeux pour la chanter, la revoyant devant lui, chantant comme s’il était à nouveau en train de lui déclarer sa flamme. Il était dans sa bulle. Il était heureux et pourtant, son cœur se serrait. Ce n’étaient plus que des souvenirs. Il aurait tout donné pour revoir encore une fois son si doux sourire, pour l’entendre rire encore une fois. Ses doigts grattaient avec dextérité ses cordes et sa voix résonnait dans le micro, le son se répercutant dans toute la pièce. Il sentait ses yeux devenir humides mais il faisait tout son possible pour se concentrer sur sa musique et ses souvenirs. Rose avait été si heureuse en entendant cette chanson, il ne pouvait pas pleurer, pas en la jouant.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Félicia Dubos
Université • 2ème année
avatar

Messages : 15
Cursus : Musique, spécialité chant et composition
Multicomptes : Mathi Matsushita

Infos supplémentaires
Âge: 19
Clubs: Musique, Cuisine, Danse
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Can't take my eyes off you |PV Félicia|   Dim 15 Oct - 20:00

Can't take my eyes off you
[avec Matthew]

Mes deux premiers jours de cours se sont bien passés. C’est assez différent de ce que jai connu mais c’est intéressant. Les élèves sont sympathiques pour la plupart. Et j’ai réussi à éviter « le Mathi » pour le moment. Kiara, ma coloc, est très gentille et je crois qu’on va bien s’entendre. Le seul bémol c’est ce Matthew Bradford que m’a recommandé la Direction. Pas qu’il ne soit pas sympa, c’est juste que je ne l’ai toujours pas vu. Il aurait chopé un gros rhume qui le cloue au lit. J’ai pu obtenir quelques cours de certains camarades, mais j’avoue que les notes en japonais écrits par un japonais, ça ne va pas me faciliter la vie. Je vais mettre des heures à tout déchiffrer. Si ce Matthew pouvait avoir tout prit au moins en anglais, ça m’aiderait. J’ai quand même 5 mois de retard, ça ne va pas être simple.

Mais je reste confiante. Je suis heureuse d’être ici. Il fait bon, l’école est belle, les gens sont agréables. Et je commence à me sentir d’attaque. Le Jetlag a duré 2 bons jours, mais cette nuit a été meilleure, bien que courte quand même. Mes rêves sont quand même angoissés. Ce qui me perturbe ? Je pensais que la mode japonaise des cheveux colorés me ferait passer plus inaperçue qu’en Europe, et c’est assez le cas. Sauf qu’à voir tous ces jeunes japonais avec des couleurs de cheveux atypiques, notamment certains en violet foncé, ça m’a donné une claque me renvoyant sur des souvenirs que je veux oublier… Antonin… Je pensais avoir vraiment enfoui tout ça au plus profond de moi, mais il semble que le changement de vie que je souhaite opéré n’arrive pas à enterrer cette partie de moi… En même temps j’ai pas réussi à ne pas emporter mon mini album personnel de lui et moi, je ne devrais pas m’étonner de voir ressurgir ça dans mes rêves…

La vie et l’amour, c’est vraiment trop douloureux. C’est bien pour ça que je ne veux plus aimer à ce point. Je ne crois pas pouvoir aimer à nouveau autant que j’ai pu aimer Tonin. C’était si intense et compliqué à la fois. D’ailleurs, même mon ex de l’an dernier n’a pas su atteindre mon cœur. Une des raisons qui ont fait que cette histoire s’est vite essoufflée. Aujourd’hui j’ai envie d’ouvrir mon cœur différemment. Ne plus penser à l’amour. Ne plus laisser les garçons m’approcher avec leurs idées perverses. Juste me faire des amis. Et si ce ne sont que des filles, et bien tant pis, je ferai avec.

En tout cas les 3 lourdingues du cours d’anglais, que bien sûr je me coltine en cours de japonais aussi, ont commencé à saisir qu’il ne fallait pas m’approcher. Oh ! Je ne compte pas changer ma façon de m’habiller et enfiler des trucs informes, genre sac à patates. J’aime ce que je suis, j’aime être une belle femme, m’habiller féminine et assumer mes formes. Mais ne me prenez pas pour une fille facile, très loin de là ! J’aime être glamour mais sûrement pas aguicheuse. Et personne ne franchira le périmètre sans un laisser-passer durement mérité. Je n’ai eu que deux hommes dans ma vie, dans mon lit pour être clair, et le troisième n’est pas prêt d’arriver !

Aujourd’hui j’ai donc vêtu une robe légère volante d’un ton automnal, toujours mes escarpins préférés roses, un léger maquillage et juste un bracelet à ma cheville droite. Par contre, j’ai laissé mes cheveux totalement libres contrairement à hier, ce qui me permet de mieux dissimuler ma poitrine et mes épaules aux vicieux ados attardés.

Ayant fini les cours, j’ai déposé mon sac à la chambre. Kiara n’était pas là. Du coup, personne pour papoter. Je me sens moins fatiguée. Et surtout l’envie de jouer est tellement forte, que je craque cette fois. Je me retiens depuis 3 jours pour ne pas gêner l’internat et surtout pour vraiment récupérer. Du coup-là, je décide d’aller voir enfin le club de musique. Bon je risque, malheureusement, d’y croiser « le Mathi » mais tant pis, j’ai trop besoin de jouer et chanter. Peut-être y rencontrerais-je d’autres membres, bien qu’il y ait peu de chance que je tombe sur celui qui est sensé me fournir ses cours, s’il est toujours sous sa couette.
Enfin bref, j’attrape ma guitare et mon violon bien rangés dans leurs étuis et je me rends rapidement au rez-de chaussée du bâtiment. Vu que le pensionnat est à l’étage des salles de clubs, j’ai déjà repéré où est celle de musique, mais je n’y suis pas entrée. Trop de chance de m’y laisser trainer des heures. Il fallait que je sois raisonnable pour récupérer du décalage horaire. Sinon comment débuter cette nouvelle vie en étant décalquée. Mais ce soir je ne tiens plus, j’ai trop besoin de jouer.

Quand j’arrive la porte est fermée, je tourne délicatement la poignée. Entendant de la musique, je ne pousse pas la porte plus de 3 centimètres. Je reconnais instantanément la chanson, malgré un arrangement et un jeu musicale très différent de l’original. Comment ne pas reconnaitre la chanson qu’Antonin m’avait chantée sur scène juste avant notre fugue ? Il semble que cette chanson parle à un autre musicien du club. Je ne vois rien, j’écoute avec attention. Je décèle plusieurs instruments mais je pense que seule la guitare est jouée en live. Une seule personne est présente ? Lorsque le garçon se met à chanter. Je sais que ce n’est pas celui que je veux éviter. Mais je suis surtout bouleversée. Cette voix est magnifique mais surtout empreinte d’une émotion qui me renvoie comme une claque à la mienne. Même son jeu de guitare transparait une émotion particulière. Une certaine mélancolie. Mais beaucoup d’amour. C’est une magnifique chanson d’amour, et la fille pour qui il la chante doit vraiment compter plus que tout pour lui, à mon avis. Ils en ont de la chance de s’aimer ainsi. Quoique ce n’est peut-être pas une simple mélancolie mais plus une tristesse infinie, une douleur profonde… Les larmes s’échappent malgré moi…
Je n’ai pas le cœur de le déranger. Mais en même temps je me sens malhonnête de l’écouter à son insu. Peut-être ne veut-il pas partager cette émotion avec une inconnue. Je peux comprendre ça. Sachant la fin de la chanson arriver, j’essuie mes larmes. Je ne pourrais pas masquer mon émotion, je n’ai jamais pu. Il devinera sûrement sans mal que je l’ai entendu. Je décide alors d’être honnête et de lui rendre la pareille. Je sors ma clé usb rose qui contient certains de mes covers multi-intruments. J’ai en tête une chanson d’un groupe français que j’adore. Peut-être ce garçon ne connaitra-t-il pas et ne comprendra pas puisque le texte est dans ma langue natale, mais cette chanson relate tellement bien l’histoire et la fin de mon premier amour. Peut-être cela exorcisera un peu aussi mes angoisses qui actuellement ressortent bien trop, à mon goût, dans mes rêves.

La dernière note de « Can't take my eyes off you » retentie et je pousse la porte pour entrer. Je dépose en douceur mes étuis à l’entrée après avoir refermée la porte. Puis je reporte mon attention sur la pièce. Je découvre un tas d’instruments qui me rendent folle de joie. Je me contiens, sinon je vais pleurer. Je suis encore trop bouleversée. Puis mon regard tombe sur le propriétaire de la fameuse voix qui m’a tant touchée. Il semble un peu plus vieux que moi, vachement bien bâti. En même temps un guitariste est souvent bien musclé. Son jean et son t-shirt le mettent vraiment en valeur et mon cœur rate un battement. Je repère de suite ses convers rouges flashy : j’adore ! Le petit truc en plus. J’allais entamer la conversation pour le saluer. Mais il se tourne vers moi et je crois que mon cœur s’est arrêté quand mon regard croise le sien. J’y découvre un mélange de tristesse et tendresse infinies. Je bloque totalement…

Mais la petite voix du fin fond de ma conscience me rappelle à l’ordre. Et puis son regard change immédiatement en me voyant. C’est comme s’il arborait un nouveau masque. Ça me perturbe bien trop… Je détourne le regard et tousse pour éclaircir ma voix afin de masquer mon émotion. Je repère la table de mixage où je peux brancher ma clé.

– Salut. Je m’appelle Félicia. Je suis désolée mais je t’ai entendu. C’était magnifique. Et comme je n’aime pas espionner et que je crois que cette chanson et ton interprétation avaient une grande importance pour toi ! Je pense juste de te rendre la pareille en te livrant un peu de moi, sous le même angle.

Je ne le laisse pas en placer une. Oui quand je suis en stress ça m’arrive souvent. Et là je suis au maximum du stress. Je n’aime pas du tout ce que je viens de ressentir en le voyant. Il vaut mieux que je replonge dans les souvenirs douloureux pour me rappeler clairement à l’ordre.
Je branche la clé, puis le synthé présent et lance le tout en ajustant le micro présent. Au visage du garçon, j’en déduis qu’il est typé occidental donc il y a peut-être une chance qu’il comprenne ma chanson.

- C’est un style totalement différemment mais j’’espère que tu aimeras. Je suis française, donc désolée les paroles ne seront peut-être pas compréhensibles pour toi.

Nota HRP : Imaginer la voix du chanteur remplacée par la voix plus douce et plus aigüe (mais sans force) de Marina Kaye

Dès que j’entame à la voix, mon chuchotement tremble d’émotions. Ce premier couplet est si empreint de ce qu’on a traversé, de ce qu’on pensait vaincre et survivre grâce à notre amour, malgré notre jeunesse.

Paroles - adaptées par Félicia:
 

J’arrive à contrôler ma voix, ne faisant aucune fausse note. Mais mon visage est noyé de larmes. Il y a tellement longtemps que je n’avais pas laissé cette douleur sortir en musique…
Je me sens idiote quand la musique s’arrête. Le silence s’installe. Je n’ose pas me tourner vers le garçon. Il s’est peut-être barré, d’ailleurs. Se disant que je suis bien culottée de débarquer en l’espionnant et en prenant directement la main sur les instruments. Je grimace. Je me rends compte qu’encore une fois, l’éducation de « forcing : imposes-toi toujours» que m’a mère m’a inculqué de force a pris le dessus. J’agis toujours ainsi, bien malgré moi, quand je me sens fragilisée.

J’éteins le synthé, en essuyant mes joues. Je découvre que le musicien est resté. Je ne sais pas comment interpréter son air. Mais je saisis l’occasion avant qu’il ne se sauve en courant pour m’excuser.

- Pardon. Je me suis imposée à toi. Je n’aurais pas dû…

Bon il est clair que je regrette de m’être ainsi livrée à une image de fragilité réelle. Il est aussi évident que je déteste que mon éducation de forcing ait repris le dessus. Mais je ne regrette pas tout à fait d’avoir pris possession des instruments et du micro. Ah ce que ça fait du bien !!
Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Can't take my eyes off you |PV Félicia|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Pensionnat et clubs :: Rez-de-chaussée - Salles des clubs :: Salle du club de musique-
Sauter vers: