Partagez | 
 

 Le loup-garou du campus (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Le loup-garou du campus (Libre)   Dim 1 Oct - 13:20

Une nouvelle école, mais toujours la même chose. Akira regardait la voiture de son père s'éloigner jusqu'à ce qu'elle disparaisse au tournant d'une rue. Elle vivrait dans le campus, parmi les autres étudiants, une autre ''excellente'' idée de son père pour la faire socialiser, l'intégrer... Tous des mots qui restaient en travers de la gorge de l'adolescente. Les choses ne changeraient pas. Elle était une anomalie, cela lui collerait à la peau et la suivrait éternellement. Du moins c'est ce qu'elle en comprenait. Pourtant il fallait continuer cette ridicule mascarade et espérer que... peut-être, elle deviendrait normale. Oui peut-être quand la plongeait dans ce bain d'étudiants ''normaux'', elle serait ainsi assimilée et serait contaminée par ses congénères et en adopterait leur comportements. On commence par revêtir le même uniforme scolaire règlementaire, et bientôt la mentalité va suivre...Ne serait-ce pas magnifique si cela fonctionnerait ainsi? Si Akira pouvait être normale, peut-être n'aurait-elle pas une vision aussi négative sur le monde qui l'entoure qui sait? Son père ne la regarderait pas comme s'il ne savait plus quoi faire d'elle, comme si elle était une grave déception. Akira était ce qu'elle était cependant. Même dans ce nouveau lycée, elle se sentait comme le monstre dans le jeu de loup-garou, seulement déguisée pour ne pas attirer les soupçons des villageois. Si on la découvrait, la mort serait peut-être une sentence plus douce que ce qui l'attendait en réalité. Tout cela lui donnait envie de tout jeter, de partir en hurlant, mais sans trop savoir où elle en trouvait la force, Akira avanca, vers le portail de l'académie, ayant l'impression de s'engouffrer elle-même dans le ventre de la bête ou vers son propre échafaud.

Un pied devant l'autre, on est naturelle et on est souriant... Hmm, mieux vaut-il être naturelle ou souriante? Les deux choses étaient tellement à l'opposé l'une de l'autre. En regardant des élèves rigoler entre eux, l'adolescente aux cheveux rouges se demandait bien comment ils faisaient pour être d'aussi bonne humeur aussi tôt le matin. Ça dépassait l'entendement. En même temps, il fallait dire qu'ayant mal dormi la veille, ça rendait Akira particulièrement soupe au lait. Tellement de scénarios catastrophe se bousculaient dans sa tête. Première journée, une nouvelle incendie le lycée Yokuboo, son père se fait le seppuku de honte. Et ça c'était le scénario le plus ''joyeux'', bien entendu. L'adolescente pris une bonne inspiration comme pour se ressaisir et éviter de faire une crise devant une foule d'inconnus. Tout irait bien... Elle n'avait qu'à serrer les dents jusqu'à ses vingt ans. Ensuite... Mieux valait ne pas y penser tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Lun 2 Oct - 21:25



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

Encore une fois, je me trouvais être en retard. Mais cette fois il ne s’agissait pas du fait d’être en cours, même si c’était légèrement lié : il se trouvait que depuis quelques jours je me préoccupais d’autres œuvres que le manga pour le concours. Ma pauvre partenaire était si investie dans ce travail que je me sentais mal pour elle. Du coup, lorsque j’eue terminé ce que j’avais à faire en ville, à savoir acheter mon matériel manquant dans une boutique spécialisée, je rentrai en courant jusqu’à l’académie. Mon manteau e simili cuir noir me tenait même beaucoup trop chaud à cause de ça. Après tout, en-dessous je portais un pull à col roulé gris recouvrant lui-même un tee-shirt blanc. Mon jean slim bleu marine laissait paraître mes formes bougeant au rythme de ma courses tandis que mes bottines noires à boucles argentées frappaient le sol sans ménagement. Heureusement que mes chaussettes m’empêchaient d’avoir des ampoules ! Enfin, au moins je n'aurais pas totalement d'un charlot puisque j'avais attaché mes cheveux en tresse, ils ne seraient donc pas décoiffés.

En arrivant en vue de mon école, je ne fis pas attention à la voiture qui passait. Après tout, pour moi, elle n’était qu’un véhicule parmi tant d’autres. En plus de cela, j’étais beaucoup trop concentrée sur mon objectif pour me permettre de noter les détails que je jugeais sans importance. Ce fut beaucoup moins le cas quand je croisai une jeune femme dans le hall d’entrée. Elle portait l’uniforme pareil au mien quand j’allais en cours et semblait découvrir les lieux. Vue comme ça, elle semblait totalement banale, n’ayant rien de très précis pour la caractériser. Quoi que ses cheveux coupés au carré étaient d’une belle couleur indéfinissable, comme si on avait fait deux colorations qui s’étaient mélangées. En m’approchant d’elle, je remarquai qu’elle portait des lunettes et une mine peu enjouée. Je la saluai donc simplement avec une certaine légèreté comme pour détendre doucement l’atmosphère :

- Bonjour. Tu sembles perdue. Tout va bien ?

Je n’étais même pas sûre de recevoir un bon accueil face à ma venue certainement peu appréhendée, mais je me sentais prête à tout recevoir. Certainement n’était-ce pas vrai, mais qui tente rien n’a rien. Je pensais également que j’avais eu la chance d’avoir un professeur pour me mener ici alors que je ne connaissais pas du tout la ville. Alors pourquoi ne pas rendre la pareil à une personne qui semblait découvrir les lieux ? Je suis hypocrite dites-vous ? Non. J’aimerais l’aider et la détendre un peu en tout bien, tout honneur. Je n’ai pas l’habitude de faire le contraire de ce que je pense et encore moins de le dire. Je fais juste preuve d’un certain tact jusqu’à ce qu’on me pousse à bout. A voir ce qu’il en serait avec cette fille de mon âge environ.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Lun 2 Oct - 22:51

Un pied devant l'autre, on inspire, inspire, inspire, inspire, inspire, inspire et on meurt... Ou pas. Akira n'avait pas la rage de vivre, mais elle n'avait pas forcément les idées suicidaires. Enfin, pas qu'elle sache. Elle avait des idées de suicide, mais, des autres gens autour. Penser normal. Penser normal... Il fallait qu'elle y arrive. Malgré le nombre de fois où elle envoyait son père chez le diable, c'était la seul famille qui lui restait et elle l'aim---Oh, est-ce qu'une élève l'approche? Nan, elle fait juste aller à l'entrée où elle se trouve, c'est tout. Non, elle la regarde. Merde, pourvu qu'elle n'ait rien à lui dire, rien à lui dire, rien à lui dire---

- Bonjour. Tu sembles perdue. Tout va bien ?

FUCK! Sans même tourner la tête, Akira lorgna l'étrangère du coin de l'oeil. Elle avait le teint foncé de ces filles qui suivent cette vieille mode de ganguro, mais sans l'excès de maquillage, heureusement. Voir quelqu'un de naturel c'était toujours bien. Les gens portaient déjà des masques, pas besoin de les couvrir de cosmétiques en plus. Ça revenait au même que de déguiser un clown. En revanche, il y avait une chose qui lui plaisait et c'était les cheveux violets de la fille. Si Akira voyait le maquillage comme idiot, les cheveux teints, elle percevait ça comme une démarquation. Quelque chose qui gueulait ''Je suis différente! Et j'en ai rien à foutre de votre avis!'' Sans trop le réaliser, cela avait fait sourire l'adolescente aux cheveux rouges. Et cette fille inconnue lui avait parlé, elle l'avait presque oublié à force de rester plongée dans ses réflexions.

- Qu'est-ce que tu v-- Non, je suis pas perdue.

Ou peut-être? Akira regardait devant elle, des casiers à perte de vue et l'un d'eux était le sien. Et sa classe était sûrement--- Quelque part. Bon, elle n'était pas perdue comme une gamine dans un centre-commercial, mais comme une élève venant d'arriver dans son nouveau trou paumé.

- ...La classe des deuxièmes années, tu sais c'est où? Ou je dois me présenter d'abord à un prof?

Si elle avait écouté quand son père avait fait son inscription, Akira n'en serait peut-être pas là. Aaah, si seulement elle pouvait juste s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Mar 3 Oct - 7:02



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

Dès que je lui eue posé ma question, la fille posa de travers son regard sur moi, un peu comme si elle me faisait le reproche éternel de l’avoir dérangée. A moins que ce ne soit des menaces. J’espérais que ce ne soit pas le cas… Après tout, je n’avais rien fait de mal que je sache. En tous les cas, plus qu’être perdue, elle me donnait l’impression d’être sur la défensive. Soit ça, soit je ne comprenais vraiment rien à son comportement. Ah ! Peut-être qu’elle n’aimait pas les personnes à la couleur de peau différente ? C’était à prendre en considération, bien que je sois certaine que les personnes jugeant par ça étaient extrêmement débiles : on né avec, on ne la choisie pas. Du coup, ne pas aimer juste pour ça… C’est ce genre de comportement qui méritait des regards en coin comme celui que je me tapais !

Très mal à l’aise, je me tournai un peu, prête à partir. Je voulais bien aider mais si on ne voulait pas, je n’allais pas insister. Qui étais-je pour imposer mes avis aux autres ? Personne et j’en étais bien consciente. Toutefois, je fus retenue par la réponse enfin prononcée de mon interlocutrice. Elle fut pour le moins étrange et blessante. Après tout, même si elle n’avait pas terminé son idée de départ, j’avais très bien compris ce qu’elle voulait dire. De même que son ton me parut froid et totalement dénué d’empathie. Je ne répondis donc pas et pensai une nouvelle fois à m’en aller pour faire ce que j’avais à faire quand je fus comme retenue :

- ...La classe des deuxièmes années, tu sais c'est où ? Ou je dois me présenter d'abord à un prof ?

J’avais raison ! Une nouvelle élève ! J’avais extrêmement envie de lui faire comprendre le fond de ma pensée, comme quoi ce n’était finalement pas compliqué de répondre normalement. Je ne le fis cependant pas par simple respect envers elle : je ne la connaissais pas et je pouvais plus ou moins comprendre qu’elle pouvait avoir des raisons la poussant à agir de la sorte. Je réfléchis donc sérieusement à sa question, écartant le reste pour éviter de mettre en évidence l’agacement qui m’avait prise à plusieurs reprises. Puis, souriant gentiment, sans la moindre trace de sournoiserie ou autre, je lui répondis :

- Je pense qu’il faut que tu ailles voir un prof. Mais comme c’est jour de congé aujourd’hui, je te propose de t’amener à l’accueil : la personne saura mieux te renseigner que moi. Qu’en penses-tu ?

J’aurais très bien pu mêler le geste à la parole et commencer à partir, mais je préférais nettement avoir son avais avant tout. Après tout, vu son attitude, j’étais à peu près certaine que le moindre faux pas me serait fatal. Les joies d’être maladroite en somme.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Mar 3 Oct - 15:25

Bon ça y est, cette fille la regardait bizarrement, comme si elle était fâchée. Hey, elle aurait put faire pire quand même! Pourquoi est-ce que les gens s'offensent toujours au quart de tour?! Définitivement, elle comprendrait jamais... Est-ce qu'elle allait baisser les bras à la première tentative de conversation? Akira ne voulait pas échouer, ni être renvoyée chez sa mère. Elle imaginait déjà cette maison avec elle et son petit copain, puant l'hypocrisie à en s'en étouffer. Hors de question. Finalement, la frustrée ne se sauva pas et lui souriait même. Akira interprètait-elle mal les expressions à ce point ou l'inconnue avait juste décidé de faire la gentille qui aide la nouvelle perdue. Diantre, c'était presque un scénario de manga ça, manquait juste la toast dans la bouche d'Akira et un senpai sauvage qui apparait. ...Ouais Akira lisait de la merde par moment, mais ça personne le savait sauf elle. C'est mieux lire ça que du Twilight, point.

- Je pense qu’il faut que tu ailles voir un prof. Mais comme c’est jour de congé aujourd’hui, je te propose de t’amener à l’accueil : la personne saura mieux te renseigner que moi. Qu’en penses-tu ?

Akira leva les yeux au ciel. Si elle pouvait avoir juste la clé de sa chambre, son plan de cours et toutes les conneries qui venaient avec, alors soit! Allons-y qu'on en finisse!

- ...Okay.

Cela fit l'office de réponse pour Akira qui attendit que la fille aux cheveux violets fasse le premier pas pour la suivre.

- J'aime tes cheveux.

C'était complètement hors contexte et hors sujet, mais c'était ce qu'Akira pensait vraiment. Et puis, les compliments généralement ça aide pour les interactions sociales. Du moment qu'elle pouvait dire les vraies choses et complimenter par la même occasion, tout le monde était content, pas vrai? En vrai, Akira ne savait pas quoi dire de plus. Pourquoi les interactions en vrai étaient-elles aussi compliquées? Elle voyait bien des groupes d'amis parler entre eux, mais les sujets de conversation bancals dans le genre l'ennuyait. ''J'ai été au cinéma'' Bravo. ''Mon copain et moi on est allé au resto'' Magnifique. ''Oh, il parait que telle fille à le béguin pour Senpai, oui oui je te jure!'' ...Mais on s'en fouuuuut!!! Savoir qui aimait qui ou qui détestait qui c'était si puéril. Aucune profondeur. Ennuyeux. Et si on parlait du sens de la vie, de la science, de l'art, de Dieu, de livres, de jeux vidéos. Là, il y avait tout un éventail de sujets pertinents à analyser et discuter. Pourquoi est-ce que les personnages virtuels semblaient avoir plus de profondeur que les humains? À croire que les humains qui les ont crée ont juste versé dans ces receptacles leur intérêt, leur profondeur et leur humanité qu'il leur manquait à eux et cette société.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Mer 4 Oct - 13:51



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

Sans s’en cacher, ce qui était douloureux mine de rien, mon interlocutrice leva les yeux au ciel. Etais-je si désespérante que ça ? A moins que ce ne soit à cause d’une relative dont je n’étais pas au courant ? Trop de questions me venaient alors que j’essayais de relativiser la situation : nous ne nous connaissions pas alors, à moins qu’elle ne me juge, je ne pouvais pas avoir fait une erreur qui lui arracherait ce genre de réaction. Quoi que… Juger par rapport à ses expériences passées et aux autres ? J’étais maladroite, ce n’était un secret pour personne, mais tout de même… Si seulement j’avais un élément qui pouvait me permettre de comprendre ce qu’il se passait.
Puis vint sa réponse. Elle acceptait mais cela me donna la même impression que sa réaction. Lui avais-je coupé l’herbe sous les pieds ? Ou avais-je envahi son espace vital sans m’en rendre compte ? J’espérais que ce n’était pas le cas, sinon il allait falloir que je revoie ma manière d’aller voir les étrangers Et encore, à part peut-être en cours, ce devait être la première fois que j’étais restée « normale ».

Ne parvenant à rien, je lui souris simplement en l’invitant à me suivre sans montrer un seul instant mes doutes. Il était hors de question que je lui montre mes blessures alors que j’en étais peut-être la cause. Bien m’en fit puisque j’eue cela me donna le droit de recevoir un compliment qui me fit réellement plaisir. Je lui répondis donc en marchant à reculons :

- C’est vrai ? Merci ! Tu dois être une des rares à qui ça plait sans que j’entende le fait que c’est bizarre que j’aie choisi cette couleur. La tienne n’est pas mal non plus. C’est quelle couleur ? Je n’arrive pas à la définir.

J’attendis une réponse, courte ou longue, peu importait. Après tout, il me semblait que cette conversation avait été faite un peu à l’envers. Je vérifiai donc rapidement que j’allais bien dans la bonne direction et voyant que nous allions entrer dans le bâtiment administratif, je me tournai pour marcher à côté d’elle. J’entrepris alors de me présenter :

- Désolée de le faire un peu tardivement, mais je vais te dire qui je suis : Asuka. Tsuno Asuka. Je suis en première année de lycée et j’ai intégré l’école en août. Et toi, comment tu t’appelles ? Enfin, si tu veux bien me le dire.

Je ne savais même pas si elle était prompte à m’apprécier. Dans le cas où elle ne le serait pas, cela ne m’empêcherait pas de vivre mais j’en serais peinée, surtout que j’étais certaine qu’elle était quelqu’un de gentille au fond. Une belle phrase que ma mère me répétait souvent c’était que « il ne faut jamais se fier à la première impression, qu’elle soit bonne ou mauvaise ». Je verrais bien au fil de la conversation de toute façon.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Jeu 5 Oct - 19:49

Akira ne savait pas trop à quoi elle s'attendait. Un banal merci gêné, le ''Non, pas tant que ça'' typique de tout Japonais poli qui se respecte (Et... la fille aux cheveux rouges n'en faisait définitivement pas partie, soit dit en passant) ou un regard en coin qui lui ferait comprendre à quel point elle était bizarre et n'avait pas sa place dans cette académie... Toutes ces réactions auraient été moins surprenante que le discours que l'autre adolescente démarrait.

- C’est vrai ? Merci ! Tu dois être une des rares à qui ça plait sans que j’entende le fait que c’est bizarre que j’aie choisi cette couleur. La tienne n’est pas mal non plus. C’est quelle couleur ? Je n’arrive pas à la définir.

Violet n'était pas une couleur bizarre. Non, ce qui est bizarre c'est ceux qui prendrait du jaune fluo ou du vert wasabi. Ou ce qui était bizarre c'était la question de la fille à la peau foncée. Akira la dévisageait à travers ses lunettes comme pour dire Attends, t'es sérieuse?

- ...Rouge?, marmona Akira.

Avant même d'avoir le luxe de diriger ses pensées ailleurs, Akira reçu une nouvelle vague de dialogue de la part de l'étrangère.

- Désolée de le faire un peu tardivement, mais je vais te dire qui je suis : Asuka. Tsuno Asuka. Je suis en première année de lycée et j’ai intégré l’école en août. Et toi, comment tu t’appelles ? Enfin, si tu veux bien me le dire.

Tsuno-san. Akira acquiesça, se promettant de mémoriser ce nom. Déjà, une personne aussi unique autant par la peau, que les yeux et les cheveux ça ne s'oublie pas. Tiens, elle était donc d'un an sa cadette? Il ne faut pas se fier aux apparences sembleraient-ils.

- Kuwahara Akira. ...Je suis en deuxième année, répondit-elle simplement, bien que la couleur rouge de son ruban l'indiquait déjà apparement. Donc c'était rouge pour les deuxième, vert pour les premiers.

Sans vraiment faire de vraie transition, comme si Akira se rappellait de quelque chose, elle regarda Tsuno avec un intérêt nouveau, se caractérisant par un sourire et des étoiles dans les yeux.

- Au fait! Serais-tu daltonnienne? Ou... Ou achromate?!, demanda-t-elle joyeusement sans s'imaginer que cette question était hors propos ou carrément personnelle.

Elle y avait pensé alors que son esprit était sur le sujet de la couleur des rubans, par association son cerveau était passé à la couleur des cheveux, puis au fait que Tsuno n'avait pas reconnu sa couleur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Sam 7 Oct - 22:06



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

Etrangement, je surpris un regard mi surpris, mi hautain, émis par ma camarade qui me répondit simplement « rouge » comme si c’était l’évidence même. Pour moi, la couleur énoncée n’avait rien à voir avec ses cheveux. Roux possiblement, et encore. Mais je n’étais pas là pour pinailler, même si mon âme d’artiste me hurlait de rétablir cette vérité bafouée. Je continuai donc de lui sourire, passant cette histoire de couleur en la mettant dans un coin de ma tête pour y revenir plus tard, quitte à le noter ailleurs en attendant que mes priorités soient terminées, et je me présentai.

Kuwahara Akira… Kuwahara-sans dans ce cas. Ou non ! Senpai puisqu’elle était mon année. A vrai dire je n’avais pas du tout fait attention à son uniforme, ne serait-ce parce que ce n’était pas cette chose qui faisait une personne. Puis comme je ne le portais pas ça m’était passé complètement au-dessus de la tête. Pa contre, la précision concernant la couleur des rubans me donna extrêmement envie de revenir sur la couleur de ses cheveux. Je m’en retins avec force : il était hors de question de la vexer, ce qui semblait extrêmement facile à vrai dire. Avec une personne maladroite comme moi ce ne devait pas du tout être facile…

Comme pour rester sur ces histoires, ou parce qu’elle ne savait pas du tout quoi dire d’autre, elle me demanda si je n’avais pas une maladie génétique ou autre qui m’empêcherait de voir les couleurs telles qu’elles sont. Sur le coup, je la regardai avec une certaine surprise qui disparue pour que je puisse lui offrir un sourire dénué de méchanceté quelconque pour rester simple. Après tout, en y réfléchissant je n’avais rien fait pour lui prouver le contraire. Je lui répondis donc sans l’ombre d’une frustration ou exaspération :

- En fait non, et heureusement je dirais puisque sinon je ne pourrais pas peindre comme je le fais. Par contre, je t’avoue que je n’ai pas fait attention à ton uniforme et je serais capable de partir dans un débat de couleur par rapport au rouge de tes cheveux. Je ne le ferais pas parce que je n’ai pas envie de me battre avec toi : je préfèrerais mieux te connaître avant ça.

Par contre, je me demandais sur quoi rebondir. Les couleurs était un sujet clos. Du coup il me fallait une autre perche. Mon interlocutrice ne m’en avait pas faite mais moi si. Je repris donc en demandant à mon tour :

- Tu as une passion ? Tu sais dans quels clubs aller ?

Cette fois je ne lui parlai pas de moi pour voir si elle voudrait en savoir plus sur le fait que je dessine. Le redire aurait probablement été redondant et chiant.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Dim 8 Oct - 18:09

La bonne nouvelle était que Tsuno ne prenait pas mal son indiscrétion, la mauvaise... Elle n'avait rien de tout ça. Enfin! Akira n'était pas une fille méchante qui souhaitait du malheur des autres, pas vraiment... Cependant, les étoiles dans ses yeux s'éteignirent alors que Tsuno lui révélait avoir une vision des plus normales. Bon.. Ce n'était pas aujourd'hui qu'Akira pourrait se vanter de connaître une personne daltonienne.

- En fait non, et heureusement je dirais puisque sinon je ne pourrais pas peindre comme je le fais. Par contre, je t’avoue que je n’ai pas fait attention à ton uniforme et je serais capable de partir dans un débat de couleur par rapport au rouge de tes cheveux. Je ne le ferais pas parce que je n’ai pas envie de me battre avec toi : je préfèrerais mieux te connaître avant ça.

Mais elle lui fait quoi au juste? C'est pas parce que ses cheveux sont rouge comme le drapeau soviétique ou comme un camion de pompier que ce n'était pas une sorte de rouge. Elle aurait préféré qu'Akira dise Amarante ou couleur fraise écrasée? Ou rouge cramoisi, ou rouge andrinople? Elle ne prenait pas toujours la même teinture alors ça allait dans ces divers tons là. À quoi ça servirait de lui faire la liste des couleurs quand le commun des mortels ne savent pas le trois quart? Quoiqu'elle était une artiste, elle faisait partie de ce quart d'être humains intéressants déjà. Akira retrouva son sourire.

- Tu as une passion ? Tu sais dans quels clubs aller ?

Sourire qu'elle perdu aussitôt. Ah... les clubs. C'était donc obligatoire. Elle avait lu le pamphlet parce que son père avait demandé à ce qu'elle le lise devant lui.

- Je suppose que je vais prendre Kendo et Littérature.

Pour le Kendo, c'était pas par passion pour ce sport, mais plus par élimination. Elle redoutait les sports d'équipe. Akira aimait se baigner, mais ça se résumait à nager la brasse et flotter comme un cadavre. La compétition ne l'intéressait pas. Et la danse, on oublie. Le Kendo pouvait lui apporter une forme de défoulement. Elle pouvait s'imaginer manier une épée. La littérature... Ouais ça elle aimait ça en fait.

- J'aime lire. Tu connais Sa Majesté des Mouches? The Shining? Dreamcatcher? Ou Battle Royale?

Sans trop le réaliser, Akira affichait des yeux brillants en attendant une réponse de son interlocutrice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Mar 10 Oct - 7:05



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

Régulièrement, Kuwahara-san alternait avoir et perdre le sourire. C’était assez étrange, comme si elle passait entre bonheur et déception au fil de la conversation. Jusqu’ici, je n’étais pas sûre d’avoir déjà croisé une personne changeant autant d’expression. Du coup, lorsque je tentai d’imaginer un tableau la représentant je n’y parvins tout simplement pas : je n’arrivais pas à la cerner, comme si nos compréhensions buttaient l’une contre l’autre en faisant des étincelles. Je n’étais encore jamais tombée sur quelqu’un comme elle. Non pas qu’elle ne soit pas authentique… Bien au contraire ! Peut-être même l’était-elle plus que les autres puisqu’elle se laissait aller à chacune de ses pensées qui changeait son expression. D’autre auraient caché ce qu’ils pensaient derrière un sourire de sympathie comme je le faisais parfois pour ne pas paraître désagréable. Elle non, comme si elle se fichait pas mal de ce qu’elle nous faisait ressentir. Pourtant ce n’était pas ça. Quelque chose me disait que quelque chose d’autre était derrière tout ça. Mais quoi ?

A ma question portant sur les clubs, elle me répondit seulement qu’elle allait dans ceux de Kendo et Littérature. Aucun des miens donc. Ce que je pouvais regretter plus que ne pas la croiser plus souvent était le manque d’explications derrière cette réponse trop simple. C’était comme si je lui faisais passer un interrogatoire ou que j’étais un questionnaire en papier. C’était… blessant, comme si aucun effort n’était fait pour répondre à la sympathie dont je faisais preuve. Pourtant, je ne pouvais pas juger une telle chose : peut-être n’aimait-elle pas parler aux autres ou avoir de la compagnie, auquel cas l’effort donné était considérable. Si seulement je pouvais mieux la connaître…

Je fus du coup bien surprise de l’entende me déclarer qu’elle aimait lire avant de me demander si je connaissais quelques livres. Je ne lisais pas toujours des masses, me contentant parfois des œuvres de littérature données en classe et qui ne me laissait jamais un souvenir impérissable. C’est pourquoi je pris le temps qu’il me fallait pour m’énumérer les livres que j’avais eu l’occasion d’étudier avant de répondre avec un air désolé :

- Désolée, j’ai surtout lu des livres littéraires japonais et parfois de science-fiction américain. J’aurais sincèrement préféré avoir lu les mêmes livres que toi pour que nous puissions en discuter plus amplement. Je suis contente d’apprendre quelque chose sur toi.

Je réfléchis un instant, pensant à ce qu’elle pouvait apprécier que je maîtriser avant de me traiter mentalement de débile. Sincèrement j’étais con ! Elle aimait lire mais n’avait pas précisé quoi. Je lui demandai donc comme pour rallumer la brillance de ses yeux qui s’était sans aucun doute éteinte :

- Mais, dis-moi, est-ce que tu aimes les mangas ? Je ne suis pas une très grande lectrice, mais j’en crée. Là je suis sur deux projets de manga : un personnel et l’autre pour un concours organisé par l’académie.

Tout en parlant je lui avais montré brièvement mon sac contenant des planches de création de manga, de l’encre et autres outils de dessin très spécifiques. Bientôt j’allais devoir acheter le numéro du magazine que je lisais sur le sujet d’ailleurs. Peut-être pourrais-je y apprendre quelques nouvelles techniques.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Jeu 12 Oct - 17:02

Cette fois-ci Akira affichait une expression neutre et des yeux vides d'émotion, dignes des joueurs de poker. Enfin, elle en savait trop rien. Elle connaissait l'expression Poker Face, mais elle n'avais jamais joué à ce jeu. Ça serait une manière intéressante et efficace de se faire de l'argent et possiblement quitter ce pays pour toujours. Mais les paris étaient illégaux première des choses et le Poker était pas si populaire au Japon. Généralement les Yakuza organisent des parties de Mahjong. Son père et son oncle jouaient au Mahjong de temps en temps pour le plaisir et juste un rapide coup d'oeil avait convaincu Akira que c'était d'un ennui mortel... Pourquoi pensait-elle aux paris et aux jeux déjà? Ah oui, son expression de poker face... Bref, elle n'était pas surprise que Tsuno ne connaissait pas la plupart des livres. Pour Battle Royale, il fallait admettre que ça brisait un peu le coeur. C'était un manga aussi et il y avait même un film là-dessus. Classique. Ou peut-être était-ce trop violent pour l'autre étudiante? Hmm, si son genre était les shojos ou les shonen, pas de chance qu'elle connaisse les seinen-- Ah, ce n'était pas le moment de partir sur le sujet des mangas!


- Désolée, j’ai surtout lu des livres littéraires japonais et parfois de science-fiction américain. J’aurais sincèrement préféré avoir lu les mêmes livres que toi pour que nous puissions en discuter plus amplement. Je suis contente d’apprendre quelque chose sur toi.

- ...Ah?

Contente d'apprendre quelque chose sur elle? Akira remonta un peu ses lunettes, ne sachant pas trop quoi dire.

- ...Tu peux bien dire ce que tu as lu, on sait jamais..., commença la fille à lunettes, sans vraiment regarder son interlocutrice.

Que faisaient-elles encore à bavasser? N'étaient-elles pas censés se rendre à la réception de l'Académie? D'habitude, les gens ne s'attardaient pas pour lui parler, encore moins pour ''apprendre des choses'' sur elle. Akira s'était demandée si Tsuno était fâchée plus tôt, et pourtant elle ne cherchait pas à se débarasser d'elle... Pourquoi?


- Mais, dis-moi, est-ce que tu aimes les mangas ? Je ne suis pas une très grande lectrice, mais j’en crée. Là je suis sur deux projets de manga : un personnel et l’autre pour un concours organisé par l’académie.

!!!

L'adolescente releva la tête pour regarder l'autre élève.

- ...Les élèves ont le droit de travailler ici?

Aïe, c'était pas vraiment la chose qu'Akira voulait vraiment pointer, même si elle se posait vraiment la question. Généralement ce n'était pas tout les lycéens qui se vantaient d'être mangaka non plus.

- Tu fais quoi comme manga?

...Une autre fois, elle avait l'impression de creuser sa propre tombe. Et si c'était juste un truc pour que Tsuno aille le répéter et qu'Akira soit cataloguée comme ''l'otaku de service''?! Urgh, shouganai (on ne peut rien y faire, tant pis).

- Notre*, dit-elle enfin après une pause.

* HRP: Akira a dit Bokurano. C'est le nom d'un manga, mais vu que les personnages parlent en Japonais et qu'Asuka ne connait pas forcément le manga, pour elle, elle peut comprendre Bokurano dans le sens litéral qui veut dire ''Notre''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Dim 15 Oct - 13:37



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

Surprise, choquée, totalement inintéressée par mes propos, c’est ainsi que je la vie quand je lui eue parlé de mes avis, mes goûts et mes envies. C’était un peu vexant, sentiment que je gardai profondément enfoui en moi pour l’extérioriser plus tard. Je commençais à avoir une idée de peinture. Cela m’embêtait grandement qu’elle ne soit pas plus joyeuse que ça pour une partie, mais je ne voyais pas comment m’y prendre autrement pour la représenter tant elle semblait molle, détachée de tout… Puis quand on vous demande seulement si les élèves ont le droit de travailler ici alors que je lui disais simplement que je créais des mangas… il y avait de quoi se sentir mise à l’écart. Enfin, j’avais le dos large comme on dit. Je lui souris donc en lui répondant simplement, continuant toujours de marcher vers notre objectif comme depuis le début de cette conversation :

- Aucune idée, mais de toute façon je ne fais pas ça pour l’argent. Pas pour le moment en tous cas : j’ai bien trop de points à améliorer pour ça.


Comme le temps de création par exemple. Je voyais déjà ma maison d’édition me harceler pour que je sorte la suite dans le temps impartie. C’était un peu désespérant comme image, tout comme elle peut être hyper drôle en animé. Elle fut néanmoins effacée par une seule et simple question qui me démontra que j’avais eu totalement raison de ne pas m’énerver, de me montrer sereine face à son interrogation précédente. Je fis donc en sorte de raconter les grandes lignes sans trop dévoiler :

- Celui pour le concours se base sur l’histoire du Japon à l’époque d’Edo en se centrant sur un seul personnage, un peu comme Kenshin le vagabond mais en plus généralisé. L’autre, c’est une science-fiction post-apocalyptique qui raconte, en gros, l’histoire d’un groupe qui cherche à survivre alors que les denrées deviennent plus que rare. Je te montrerais ça plus en détail plus tard si ça t’intéresse.

Je fis aucun commentaire sur le « bokurano » qu’elle avait prononcé, me promettant de faire des recherches pendant qu’elle serait en train de terminer son inscription. Justement, parler autant nous avait laissé le temps d’arriver à destination, soit devant l’accueil de l’administration. Sur le coup, en voyant les lumières éteintes et personne de présente, je crus que je devrais trouver une autre solution avec le risque que mon interlocutrice perde totalement patience au point d m’envoyer bouler. Heureusement, un homme sortit des bureaux et nous demanda ce que nous faisions là. Comme je ne portais pas d’uniforme, il dû croire que j’étais nouvelle et regardait Kuwahara-san pour qu’elle lui réponde. Je pris donc la parole rapidement pour éviter qu’un malaise s’installe :

- Kuwahara-san souhaite terminer son inscription : elle vient d’arriver.

A vrai dire, c’est tout ce que je savais à son propos, mis à part qu’elle aimait lire. Mais, au moins, cela suffit pour qu’on me demande d’aller vaquer à mes occupations et qu’on prenne la jeune femme en main.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Dim 15 Oct - 17:34




Le loup-garou du campus


Tsuno continuait de sourire comme s'il n'y avait pas une once de méchanceté en elle. La gentillesse incarnée... Et franchement ça frustrait Akira juste un peu. D'où elle se permettait de toujours sourire. C'était trop constant pour être vrai. Ou peut-être était-ce encore un rappel de sa propre anomalie. Elle se rappellait soudainement d'une anecdote de sa mère qui travaillait autrefois dans un konbini (convenience store). Un client était entré, visiblement saoûl et énervé contre la vie en général. Il avait insulté la caissière, la mère d'Akira en la traitant de salope et en lui lançant pratiquement la monnaie au visage. Sa mère avait continué de sourire en lui souhaitant une bonne journée, même si dans sa tête elle lui aurait fait bouffer ses Yens. Quand on travaille en publique on met un masque, on laisse ses problèmes personnels et son attitude à la sortie. Était-ce le cas pour les lycéens aussi? Comment pouvait-on vivre ainsi en étant tout sourire avec même les gens qu'on déteste? À quoi ça sert? D'où trouvaient-ils la force de faire ça? Akira avait l'impression que c'était épuisant de sourire quand elle ne voyait aucune raison pour le faire.


- Aucune idée, mais de toute façon je ne fais pas ça pour l’argent. Pas pour le moment en tous cas : j’ai bien trop de points à améliorer pour ça.

- Ah...

Réponse trop ennuyeuse peut-être? Qu'est-ce qu'Akira pouvait bien ajouter à cela? Elle n'avait pas envie de faire subir à Tsuno un interrogatoire sur ses lacunes comme mangaka, première des choses.

Elle tendit l'oreille lorsque la lycéenne aux cheveux violets reprit.


- Celui pour le concours se base sur l’histoire du Japon à l’époque d’Edo en se centrant sur un seul personnage, un peu comme Kenshin le vagabond mais en plus généralisé. L’autre, c’est une science-fiction post-apocalyptique qui raconte, en gros, l’histoire d’un groupe qui cherche à survivre alors que les denrées deviennent plus que rare. Je te montrerais ça plus en détail plus tard si ça t’intéresse.

Ah... Un concours. Pourquoi pas? L'ère edo n'attirait pas forcément Akira. Si une période spécifique l'intéressait, de mémoire, ce serait l'ère Taisho ou Showa. Mais bon, les goûts ça se discute pas. En revanche, ses yeux brillaient derrière ses lunettes quand Tsuno mentionna sa deuxième histoire.

- Oh... Post-Apocalyptique, hein? Pourquoi pas, avait-elle dit avec un de ses rares sourires.

Voilà, quand c'était sincère, ça le faisait tout seul! Pas d'efforts. Juste ce qu'il fallait. Quand on lui disait ''Allez Akira-Chan, sourit, on dirait que tu vas en guerre!'' ça lui donnait juste envie de se renfrogner encore plus. Et puis, peut-être était-elle vraiment en guerre. Qu'est-ce que les autres en savaient?

Heureusement, Tsuno ne releva pas le ''Bokurano''. Akira n'avait pas envie de se faire grillée aussi rapidement. Elles arrivèrent enfin à la réception où Tsuno se chargea des formalités avant de la laisser seule à seul avec le secrétaire. Akira écoutait à moitié, acquiesçant de temps à autres alors qu'elle avait l'impression que les paroles de l'adulte l'envahissait comme une nuée de mouches. Elle voulait partir, elle ne voulait pas de cette vie à Yokuboo. Avait-elle le choix? Non, c'était ça ou l'exile... Recevant enfin sa clée de dortoir et ses paperasses administratives, Akira quitta le bureau avec le dos courbé de quelqu'un qui s'était fait sappé son énergie vitale.





(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Mar 17 Oct - 8:28



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

Pas ou peu intéressée. Sincèrement, c’était l’impression qu’elle m’avait donnée tout le long de notre conversation. D’ailleurs, cette dernière ne s’était-elle pas faite à sens unique ? Non seule ses « ah… » avaient été lourds et complètement vides de sens, mais en plus aucune de ses phrases ne portait de commentaire. Un peu comme si elle avait cherché délibérément à me cacher ses pensées. Même Yume, qui était timide, avait été plus bavarde que cette nouvelle arrivante. Néanmoins, je l’attendis tout de même, pensant que j’allais avoir droit à mieux lorsque le « stress » de l’inscription serait passé. Je pourrais même lui faire visiter l’école ou même les dortoirs si elle voulait. En attendant, je me mis à faire des recherches sur tous les bouquins qu’elle m’avait nommé, en plus de « Bokurano » puisqu’il me semblait étrange qu’elle dise un pronom personnel dans le vide, comme ça.

Attelée à ma tâche sur mon téléphone, je découvris qu’effectivement Bokurano était un manga qui n’avait absolument rien de joyeux. L’univers ne semblait pas propice à une quelconque forme d’humour… en plus de voir les personnages auxquels on s’attache mourir les uns après les autres. Enfin, ce dernier point n’était qu’une supposition basée sur le synopsis. Pourquoi avait-elle nommé cette œuvre juste après m’avoir demandé ce que je faisais comme mangas ? Cela n’avait aucun sens pour moi. Quant à Sa majesté des mouches, The shining, Dreamcatcher et Battle Royale, ce n’était que des univers noirs, pleins de frayeur et de tension, comme le premier. Non mais elle voulait détruire son esprit avec tant de tristesse ou quoi ? A moins que ce soit un moyen à elle de voir le monde plus beau qu’il ne l’était à ses yeux au départ ? J’en doutais fort vu comment elle répondait à mes questions alors que je m’efforçais de lui donner le plus d’informations possibles.

Alors que je rangeais enfin mon portable dans la poche de mon jean, j’entendis la porte menant à l’administration s’ouvrir. En tournant la tête je pus voir Kuwahara-san sortir encore plus déprimée qu’au départ. N’était-elle pas contente ? Je ne comprenais pas très bien, certainement parce que je ne la connaissais pas très bien. Je ne pouvais pas la juger juste avec ce qu’elle m’avait dit, mais il m’était difficile de continuer à parler avec elle avec si peu d’informations. Comment pallier à ce problème ?
*En allant la voir !* me hurlais-je intérieurement en m’approchant de ma senpai en souriant.

- Alors, comment ça s’est passé ? Tu n’as pas l’air bien… ça va aller ?

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Kuwahara
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 25

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Kendo/Littérature
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Mer 18 Oct - 4:58




Le loup-garou du campus




Vidée. C'était le mot pour décrire Akira. Cela lui rappellait une chose... Une chose qu'elle trouvait stupide dans les jeux de Sims. Oui, elle jouait à ce ''jeu'', et alors?! Bref, il y avait un truc qui empoisonnait son expérience dans ce type de jeu. C'était le besoin ''Social''. Pour un soucis d'immersion, Akira s'était crée elle-même. Elle avait même bâti le même appartement, son père, tout copie conforme à sa vie, dans le domaine du possible avec les options que le jeu lui donnait. Mais ce jeu avait cette lacune de lui forcer quelque chose sur elle. Si la Akira-Sim ne sortait pas de chez elle, elle devenait névrosée à cause du sentiment d'être encabanée (quoi?!) et si la barre ''Sociale'' était trop basse, la Akira-Sim se mettait à pleurer et devenir dépressive. ...C'est après ça que la Akira du monde réel a cessé de jouer aux Sims.

Comment se faisait-il que l'adolescente se sente vidée de ses forces en présence de gens? Famille ou étranger, elle avait l'impression d'être dans un étau après un moment. Pourtant, sa "barre sociale'' devrait monter et, de facto, la rendre heureuse. Alors... pourquoi ça faisait l'effet inverse? Et... Tsuno était là. Encore, avec son éternel sourire.

Là ce n'était plus juste de l'agacement qu'Akira éprouvait, même s'il y en avait un peu, il fallait avouer qu'elle était sous le choc. Elle écarquilla les yeux en voyant Tsuno qui l'attendait toujours.


- Alors, comment ça s’est passé ? Tu n’as pas l’air bien… ça va aller ?

- Tu m'as attendu?

Bravo Akira, encore combien d'autres répliques comme celle là avant que la première élève faisant preuve d'un peu de civilité décide de partir? Cette voix intérieure, celle qui la culpabilisait et la flagellait constamment était de retour.

Serrant les dents, avec le goût de dire 'Ta gueule!' à cette voix, Akira prit la parole.

- Ce type parle trop... Comme plein de gens.

Elle n'avait pas regardé Tsuno, elle ne la visait pas forcément... Ou peut-être un peu? Cette fille n'était pas ennuyeuse, elle était intéressante même. Mais, ça sonnait faux. Elle souriait toujours, sans s'énerver. Akira avait peur qu'elle s'énerve, mais elle aurait voulu qu'elle le fasse... Paradoxale n'est-ce pas? La réaction normale après tout cela serait le rejet, mais ce n'était pas l'effet désiré. Et pourtant Akira faisait tout pour. Un peu comme un aimant qui en repousse un autre. Elle ne pouvait pas faire autrement.

- Ton manga!

Akira s'était exclamée soudainement, comme pour couper Tsuno avant qu'elle n'ait l'occasion de dire quoi que ce soit qui ne serait pas bienvenue. C'était comme une dernière tentative.

- Je le lirais... Si tes personnages sont intéressants. S'ils sont ''vrais''... Je le lirai.

Voilà, c'était dit. Akira attendait la réponse avec un regard comme résigné, s'attendant à ce que Tsuno fasse comme tout les autres et la juge comme trop étrange.


(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Le loup-garou du campus (Libre)   Jeu 19 Oct - 18:45



Le loup-garou
du campus

Avec Akira Kuwahara

- Tu m'as attendue ?

Ce fut tout ce que j’eue le droit comme réponse dans un premier temps. Perdant un peu mon sourire, surprise par tant de froideur de sa part, je ne pus m’empêcher de lui répondre avec de la gêne essentiellement :

- Ben… oui. Je pensais que ça t’aiderait d’avoir une personne à tes côtés pour te mener aux dortoirs ou te faire faire un tour de l’école. Il me semble que je la connais assez bien pour ne pas m’y perdre maintenant, et si ça peut t’aider ça me ferait plaisir. J’aurais pas dû ?

J’espérais sincèrement ne pas me faire jeter. Après tout, j’aurais préféré qu’elle me dise les choses clairement si elle ne voulait pas que je sympathise ou que je la laisse simplement tranquille pour la journée. De cette façon, j’aurais pu aller dessiner et comprendre clairement ce à quoi elle pensait. J’aurais même pu comprendre bien mieux la raison pour laquelle elle m’avait répondu essentiellement avec des « Ah… » et des questions peu intéressées. Pourtant, il n’en fut apparemment rien puisqu’elle me fit seulement une remarque concernant le type de l‘accueil. Bon, ce n’était pas me donner un aperçu de ce qu’elle pensait, mais c’était toujours ça. Enfin, c’était ce que je pensais et cela me permit de sourire à nouveau en souhaitant faire un commentaire. J’espérais réellement que la communication ne serait pas coupée brutalement et que nous pourrions passer d’un sujet à un autre en douceur.

- Ton manga !

… Il semblait que cela soit compromis par le comportement même de mon interlocutrice. C’était rageant de se faire couper de la sorte. Je ne savais pas si j’allais réussir à rester patiente très longtemps compte tenu qu’elle ne semblait pas faire énormément d’efforts envers moi. C’est certainement à cause de cela que mon sourire s’amoindrie à nouveau, restant assez visible pour que je reste conviviale. J’avais beau être bienveillante, j’avais également mes limites, fort malheureusement. Dire qu’elle était plus vieille que moi d’un an et que les rôles étaient inversés… Néanmoins, je l’écoutai me dire qu’elle lirait mon manga sous des conditions qui se destinaient à mes personnages. C’était blessant. C’est pourquoi je perdis mon sourire cette fois et lui répondis tout en restant gentille, puisqu’il n’y avait pas de raison pour moi de m’énerver réellement :

- Je ne pense pas que tu puisses le lire de toute façon puisqu’il n’est pas publié. Je ne l’ai même pas encore terminé. En plus de ça… Que veux-tu dire par « vrai » ? A tes goûts ? Selon ta norme ? Ou selon la norme de la société ? Désolée de te décevoir, mais je ne fais rien sur mes personnages pour qu’ils soient ainsi catégorisés. Et c’est valable aussi pour les êtres humains : en quoi certains seraient plus vrais que d’autres ? Alors dis-moi, Kuwahara-san, qu’est-ce qu’être « vrai » pour toi ?

Je ne la jugeais pas. Mon ton n’était même pas accusateur ou dur, bien au contraire. Mais il n’était pas certain qu’elle le voit ainsi, surtout que nous ne semblions pas sur la même longueur d’onde.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le loup-garou du campus (Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le loup-garou
» Le mythe du loup-garou et Un mythe plus large
» Soirée Loup Garou -- Spécial ... Italie !
» Purple III : L'oeil du loup [ spectre du loup garou ] (ok)
» Loup-garou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Lycée :: Hall-
Sauter vers: