Partagez | 
 

 Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Jeu 21 Sep - 21:26



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

Pour éviter d’être déconcentrée alors qu’il fallait que je travaille sur le manga, création de Yume et moi pour un concours fait dans notre classe, j’avais décidé de passé les quelques heures libres que j’avais avant la fin des cours dans la salle d’études. J’étais à peu près certaine que les personnes présentes seraient là pour travailler et non faire les mariols. C’est ce que j’avais pensé…

Nous étions plusieurs élèves de classes différentes. Il était même à peu près certain que quelque uns d’entre nous étaient des universitaires. Ajouter à cela que les surveillants n’étaient pas là pour veiller qu’on ne fasse pas autre chose que ce pour quoi nous venions en étude ne fit que permettre à quelques personnes de parler, jouer ou autres. C’était à se demander s’ils n’avaient rien de mieux à faire. Enfin, cela ne m’empêchait pas vraiment de dessiner… je ne faisais juste pas le bon sujet.

Sur une feuille blanche, j’avais commencé à construire les traits d’un jeune homme apparemment à l’écart. Visiblement grand, il me paraissait super bien bâtit. Ses cheveux en bataille étaient d’un noir jais loin de détonner avec le reste de la population japonaise, contrairement à la coloration que je m’étais faite et que je reprenais régulièrement. D’ailleurs, j’aimais beaucoup la nouvelle coloration que j’avais essayé la veille. Cependant, j’étais encore trop loin pour connaître la couleur de ses yeux. Dommage.

Après une bonne heure de self-control pour ne pas craquer avec tout le chahut qui se faisait à côté de moi, je me retrouvai seule avec l’inconnu. J’avais réussi à le représenter assez fidèlement sur ma feuille de papier, mais je n’en étais pas satisfaite. Après tout, je ne le connaissais pas du tout et cela se ressentais dans mon croquis. Cela n’avait pas été la même chose pour Kyojiro et Kaori avec lesquels j’avais un peu échangé. De même pour Yume, ma partenaire, colocataire et amie. D’ailleurs, cette dernière allait certainement me retrouver encore plus souvent dans mon atelier tant je ne parvenais pas à me concentrer quand je n’étais pas là-bas… J’en étais peinée, mais je pensais comprendre la raison à cela.

Abandonnant l’idée de pouvoir travailler, j’allais vers le jeune homme qui était quelques rangées plus loin. Je m’assis ensuite sur le bureau à côté et croisai les jambes pour montrer que je n’avais pas l’intention de m’en aller. Les bras tendus pour que je puisse poser mes mains à plat sur mon siège improvisé, je le regardai avec un mélange de curiosité et de cette expression de chat dont j’avais le secret. Silencieuse pendant quelques secondes, je pus noter que ses yeux étaient noisette alors que je prenais la parole :

- Je m’appelle Asuka. Asuka Tsuno. Et toi, comment t’appelles-tu ?

Directe, mais peut-être fallait-il au moins ça pour attirer son attention. Son allure me disait qu’il était un de ces universitaires, et s’il se trouvait être comme Dae-Hyun, il ne s’intéresserait pas à moi, une lycéenne. Enfin, ce n’était pas comme si j’avais des idées précises si ce n’est discuter un peu pour éviter de me tourner les pouces. Après, s’il refusait de parler, tant pis. Il avait beau être beau, je n’étais pas une de ces filles à faire la poule qui suit un coq pour se faire prendre.

Ce dont je ne me doutais pas, c'est que la musique qu'il avait dans les oreilles l'empêchait de m'entendre. Du coup, quand il me demanda de lui répéter ce que je lui avais dit, j'eue le choix entre m'énerver ou simplement être surprise. Pourtant, je choisis une troisième option qui était de sourire plus encore, souhaitant jouer un peu. Ainsi, sans aucune méchanceté mais simplement un brin de taquinerie, je lui répondis :

- Héhé ! Si tu me dis ce que tu écoutes alors je te répéterais ce que je disais.

J'agrémentai ma phrase d'un simple clin d’œil. Peut-être n'aimerait-il pas mon jeu. Peut-être même qu'il me dirait d'aller me faire voir, mais, finalement, cela voudrait simplement dire qu'il était un simple idiot.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Ven 22 Sep - 23:45

Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

Ces premiers jours de rentrée me ravissent réellement. Rien à voir avec l'école d'ingénieur que j'ai quitté 2 mois plus tôt. Certes c'est empli de gosses de riches. Mais pas que ! Et surtout il y a un vrai mélange hétéroclite de cursus. J'ai enfin affaire à des jeunes de tout horizon. Bien sûr ma réputation m'a précédé et les groupies sont là. Faut dire aussi que cette école contient un lycée, donc les mignonnes de 15/16 ans m'ont vite repéré. Pas que ça me gêne, j'aime me savoir adoré. Mais je suis là pour avancer professionnellement dans ma musique. Alors je ne peux me permettre d'uniquement m'amuser.

Bon j'avoue que j'ai aussi besoin de me poser car je n'ai pas eu comme tout le monde le loisir de farnienter depuis deux mois. Ayant quitté cette foutue école fin juin, juste quand mon âge m'a enfin permis de faire mes propres choix au détriment de mon paternel, j'ai enchaîné en enregistrant un titre en duo avec un groupe de pop japonais. La maison de disques voulait absolument nous mettre ensemble au-devant de scène. Je me suis bien amusé. Je dois l'admettre. Les deux mecs du groupe sont vraiment de bons musiciens et ont de l'avenir. La chanteuse, c'est autre chose. Elle a une belle voix, c'est indéniable. Mais on a oublié de lui mettre un cerveau à la naissance. Elle est vraiment conne comme la lune. J'avais été clair avec la maison de disques dès le départ. J'enregistre, je fais la promo en août mais basta en septembre. Je ne fais plus de scène et mise en avant. Le groupe doit voler de leurs propres ailes. Je ne suis pas fait pour les groupes et je compte bien continuer ma carrière en solo. Le manager qui m'accompagne a bien compris cela. Celui de ce groupe et la chanteuse, pas du tout, la fille non plus. Elle nous voyait déjà comme un couple phare, à la ville comme à la scène. Elle est tombée de haut quand j'ai clairement dit à un journaliste en direct à la télévision que ce groupe n'est pas le mien, et que ma carrière m'attend ailleurs. En même temps, ce n’est pas comme si je n'avais pas prévenu. Tout ça parce qu'on s'est fait quelques plaisirs dans le placard à balais du studio d'enregistrement. J'avoue qu'elle est bonne alors au bout d'une semaine à repousser la tentation, j'ai craqué. Mais jamais ailleurs que dans ce placard. Et une fois l'enregistrement bouclé, je n'y ai plus retouché. Faut dire aussi qu'elle est méga chiante. Elle a une voix de crécelle quand elle parle, c'est même surprenant qu'elle chante aussi bien. Mais de surcroît, elle a une langue bien pendue et une propension aux conversations chiantes hallucinante. Qu'est-ce qu'elle m'a saoulé !
Le single cartonne au box-office et j'en suis heureux mais j'ai conseillé aux deux musiciens de se trouver un autre compagnon de route que cette nana et je crois bien que c'est ce qu'ils vont faire. Ils sont doués, ils méritent mieux que la chieuse.

Mais du coup je ne passe pas inaperçu dans cette école. Quelque part ça me rassure de voir que j'ai vraiment une carrière à mener en musique et que ça soit au moins au Japon, si jamais je ne perce plus les box-offices américain. Mais je continue à chanter en anglais, ça c'est non négociable !

Je dois dire que voir les nanas se jeter à mes pieds ici me ravie également. Je n’aurai pas à chercher loin pour assouvir mes besoins masculins. Mais je mets quand même une certaine barrière avec ces groupies, jamais chez moi, jamais plus de deux jours de suite la même, et garder mes moments de calme, me laisser suivre mes cours en paix. Ma capacité à passer du lover au glaçon m'aide beaucoup à maintenir cet équilibre.

Par exemple tout à l'heure un groupe de donzelles est venu me parler, ventant mes mérites pour ce single, autant que dans ma courte carrière avec le boysband américain........ Bien sûr, j'ai joué les ravis, et dans un sens ce n’était pas un contentement feint. Mais tout est dans l'art de charmer. Je suis reparti avec 4 numéros de téléphone qui me serviront bien incessamment sous peu. Néanmoins je les ai remerciées, expliquant qu'elles seraient bien gentilles de me laisser aller travailler au calme pour améliorer cette voix qui les fait tant vibrer.
Subtilité et charme : les maîtres mots de ma vie. Bon j'avoue que la subtilité je n'en abuse pas souvent, j'aime être honnête et cash. Mais je n'aime pas non plus me griller auprès de mes fans. C'est eux qui font le musicien que je suis. Sans eux je ne vivrais pas de ma musique. J'ai certes une réputation de chaud lapin, et ne m'en défend pas, j'assume. Mais j'ai aussi une réputation d'excellent musicien professionnel, très bon arrangeur en devenir. La combinaison des deux n'est pas impossible, il suffit de savoir laisser ranger ses attributs au taf. Le studio c'est sacré pour moi. Je ne déroge vraiment qu'avec celles dont je ne doute pas n'avoir aucun avenir professionnel à en attendre.

Enfin bref, j'ai laissé la bande de groupies en plan il y a plus de 2h pour venir m'isoler dans cette salle d'étude. La maison de disques m'a envoyé ce matin une maquette de production d'une jeune chanteuse prometteuse, 15 ans, gagnante d'un concours télé je crois. Ça me rappelle mes débuts. Ils veulent que j'écoute et leur propose des arrangements pour propulser le disque dans le top du box-office dès sa sortie. J'aurai pu l'écouter chez moi au calme mais l'ambiance n'est pas pareille. Et je me connais, je n'aurais pas résisté à déjà chercher des améliorations avec ma gratte ou la console. Sauf que j'ai besoin de rigueur. D'abord deux ou trois écoutes neutres de l'ensemble des titres, noter quelques idées sur le vif, et ensuite chercher les sons. Je pars un peu trop en live depuis quelques temps. C'est sûrement dû à mon enthousiaste de prendre enfin tout le pouvoir et la maîtrise sur ma vie. Toujours est-il que l'école est justement faite pour me donner le cadre et la rigueur dont j'ai besoin. Et c’est ce que la maison de disques a bien compris pour me permettre de me poser réellement afin de créer en toute quiétude mon premier album solo pour dans deux ans.

Je me suis donc installé dans un coin d'une salle d'étude choisie totalement au hasard. Il y a bien une bande de lycéens qui s'y est installée pour passer le temps. Peu m'importe le bruit, j'ai un très bon matos qui m'isole totalement dans ma sphère musicale. Et puis étonnamment, nombreux sont ceux qui respectent mon besoin de solitude pour bosser malgré ma célébrité. Faut dire qu'il y a pas mal de gosses de riches à grande réputation et que le respect est un point clé de la culture japonaise. Je pense que cela m'aurait été bien moins simple aux usa.

Je ne vois pas le temps défiler, je ne fais pas attention à la classe qui se vide, s'emplie, pour se vider définitivement. Il a du s'écouler pas loin de trois heures, puisque je suis à la fin de ma 3ème écoute de la maquette, quand je sens une présence s'inviter à mes côtés. Je découvre de bien jolis genoux sous mon nez. Hum ! Un peu de distraction ! La surprise de voir tant d'audace doit se lire sur mon visage. Mais intérieurement je pétille, j'aime ça !
Une lycéenne, à en croire la première vue que j'ai sur elle : deux magnifiques jambes attractives dévoilées par cette jupette bénie imposée dans leur uniforme. J'avoue que je regrette même qu'il ne soit pas imposé aux étudiantes. La demoiselle se met même à croiser ses tentations me donnant l'irrépressible envie d'y glisser ma main pour prendre la température des lieux. Elle peut être fière d'elle en deux secondes, une vue, je bande ! Je cache ma satisfaction par un visage étonné. Levant la tête lentement, je détaille ce corps bien agréable qu’elle me met sous les yeux sans sembler comprendre l’effet que ça peut me faire. A moins qu’elle le sache très bien et en joue ? Quoiqu’il en soit, je découvre un bien joli minois qui semble attendre une réponse. Elle doit avoir 15/16 ans, un sourire des plus agréables rehaussée d’une fine bouche qu’il me plairait de mordiller ! Et je décèle une pointe d'espièglerie dans ce regard ambré qui me fixe avec insistance. Elle ne me fait pas l'effet d'une de ces admiratrices sans cervelle. J'ai bien l'impression qu'elle sait ce qu'elle veut la petite. Le tout est de savoir si nous voulons la même chose. Les filles, c'est souvent compliqué, d'où l'intérêt de ne jamais s'y attacher. Encore pire quand elles sont en pleine puberté. Les hormones féminines, c’est bien un truc parfois très envoutant autant que déstabilisant. J’aime les exploiter pour ma propre satisfaction, mais il vaut mieux parfois les fuir pour ne pas se prendre la tête avec une nana dont tu te fous royalement.

Bien sûr je n'ai pas entendu un traitre mot de ses propos, retirant mes écouteurs en lui adressant mon si captivant sourire de charmeur, je m'enquière de sa demande.

- Pardon je n'ai pas entendu ce que tu as dit, petite audacieuse ! Puis-je savoir ton prénom ?

Ma voix est douce et chaleureuse tout en résonnant de ma virilité. Mon jean commence à se faire étroit, j'avoue que j'en ferai bien mon quatre heures de cette petite. Ok, elle est jeune et mineure. Mais bon, la majorité sexuelle c'est 13 ans au Japon, c'est cool, non ? Et puis avec une si jolie poitrine, de si belles jambes et l'audace qu'elle affiche, n'allez pas me faire croire qu'aucun mec n'y a jamais fourré les mains ou la langue, voire mieux !
Hum ! Décidément trop serré ce froc !

Je l'écoute croyant obtenir son identité et la répétition de ses propos. La voilà qui semble me défier ! J'éclate de rire en me levant face à elle. Je me penche vers elle avec toute la sensualité qui me caractérise quand je suis en mode « chasseur de chair fraiche ». Plongeant dans son regard, je pose mes mains de chaque côté d’elle. Mon visage se retrouve ainsi à quelques centimètres du sien. Elle veut jouer ? Ça tombe bien, j'adore ce genre de jeu. Je prends le temps de détaille son visage très agréable. Son regard félin est assez captivant et son parfum est enivrant. La couleur de ses cheveux est originale et lui va très bien. J’ai vraiment envie de croquer cette jolie prune. Et une joueuse, cela m’excite terriblement ! Je compte bien la charmer encore un peu plus, tel Kha dans le Livre de la Jungle qui hypnotise ses victimes.

- Il m'est impossible de te révéler ce que j'écoute puisque c'est une maquette TOP SECRET. Et il me faudrait te tuer après te l’avoir révélé.

Il ne me semble pas nécessaire de me présenter pour le moment. Elle doit sûrement m’avoir reconnu pour venir aussi effrontément. Et si ce n’est pas le cas, ça fera partie des informations avec lesquelles jouer. J’approche encore un peu mon visage du sien, tout en ne la touchant toujours pas.

- Mais, pour un si joli sourire, je peux faire une petite entorse. Je vais te faire écouter un titre. Tu me donneras ton avis éclairé d'audacieuse, petite prune adorable.

Je lie le geste à la parole en posant mes écouteurs sur ses oreilles. Je caresse furtivement ainsi sa joue de poupée très douce, lui offrant mon regard le plus envoutant. J’effleure ses bras en rabaissant mes mains. L’air de rien j’avance plus près, réduisant l’espace entre ses jambes et les miennes à un cheveu. Je pose mes mains de nouveaux de chaque côté d’elle, mais cette fois collant mes poignets à ses cuisses. Bien sûr je garde une certaine décence pour ne pas l’effarer. J’ai choisi la partie de ses jambes couvertes. La jupe faisant une sorte de barrière qui devrait la rassurer. Mais il est bien évident quand moins d’une seconde, cette jupe peut disparaitre. Je suis un habile magicien quand il s’agit de dévêtir une demoiselle, ou tout au moins la caresser discrètement. Hum si elle savait à quel point j'ai envie de saisir ces deux beaux nichons qu'elle arbore sous mon nez ! J'espère bien qu'elle n'est pas une farouche masquée. J'ai bien besoin d'une belle distraction de ce genre ce soir ! Et puis sinon, elle va grandir, se développer encore plus, devenir une femme dès plus comestible qu’il me sera bon d’avoir dans mon calepin de contacts féminins.
Si elle est venue vers moi, c’est que je lui plais non ?! Alors voyons voir jusqu’où cela peut aller. Si je n’obtiens qu’une séance de pelotage, voir un simple échange de salive, j’en serais déjà bien satisfait. L’avenir nous est grand ouvert. Je me contenterai même d’un simple jeu de séduction pour l’heure si j’obtiens son numéro et l’assurance que nous pourrions jouer un tout autre jeu dans les prochains jours.

Je la laisse écouter un titre sans bouger de ma position. J'attends, confiant, et lui offrant mon plus beau sourire, sans quitter son regard si expressif. Mes mains crèvent d’envie d’aller explorer ce corps, plutôt que mes yeux. Oui je suis un tactile, elle va vite l’apprendre. Mais pour l’heure, je dois jouer tactique de séduction. Je ne voudrais pas perdre un bon coup pour une approche trop directe. Mes yeux glissent avec gourmandise sur son corps de haut en bas. Mais je reporte rapidement mon regard dans le sien.
Laisser Kha agir avec sournoiserie.  Laisser la proie se faire à ma proximité…

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Mathi H. Matsushita le Mer 27 Sep - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Mar 26 Sep - 13:21



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

« Petite audacieuse », tel était le surnom qu’il m’avait donné, comme si j’avais bafoué une règle. A moins que cela n’ait rien à voir ? Après tout, il n’avait émis aucune exigence depuis que nous étions là. Ou cela venait de mon attitude ? Si tel était le cas, cela me plaisait. Surtout qu’avec sa voix virile et douce à la fois, cela donnait un certain charme à ces mots qui pourraient pourtant vexer.

Alors que je lui proposais un jeu totalement innocent, il éclata de rire et se leva pour me faire face. Sur le coup, je me sentie surprise, mais je ne le montrai pas pour éviter de me trahir, continuant de sourire de la même façon que depuis le début. Je dois bien avouer qu’il est beau… mais c’était quoi ces mimiques ? J’étais comme ça avec Kyojiro ? N’avais-je pas été plus caricaturale ? A méditer plus tard. En attendant, je l’écoutai me déclarer que la musique qui se jouait dans ses écouteurs n’avait pas de titre et qu’il ne pouvait pas me la faire écouter parce que c’était « top secret ». A cela, je lui répondis en riant :

- Ben voyons !

Mais je fus comme coupée court quand il se plaça à quelques centimètres de moi, empiétant sans ménagement sur mon espace vital. Comme il était, je pouvais sentir son souffle chaud sur ma peau alors qu’il m’accordait l’écoute d’une chanson, me nommant par un autre surnom mettant en avant, cette fois, la coloration de mes cheveux.

Les écouteurs ajustés à mes oreilles, je me mis à écouter attentivement la musique qui se jouait en oubliant, au moins le temps de quelques minutes, les gestes plus qu’évocateurs : il cherchait à me séduire. C’était, certes, plaisant de se sentir belle, mais là il commençait à être un peu lourd. Du coup, quand la chanson fut terminée, je lui rendis ses écouteurs et lui déclarai en le poussant doucement pour qu’il recule :

- Je trouve la musique très agréable et entraînant, si on passe à la trappe ta présence trop prononcée.

Provocation et prudence. Ces mots allaient très bien avec ce que je lui avais dit et mes expressions. Néanmoins, je me tenais prête à sévir s’il venait à se montrer insistant sans mon accord. Après tout, j’avais déjà fait mes preuves en mettant une belle droite dans la jolie gueule d’un dragueur d’opérette. Quoi que ça aurait été sacrément dommage… Je n’aimais pas être violente, mais quand je n’avais pas le choix, mieux valait se défendre qu’autre chose.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Mer 27 Sep - 18:58

Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

La demoiselle semblait joueuse et amusé de mon attitude sans en être gêné. Ou bien prenais-je mes désirs pour la réalité ? Quoiqu’il en soit, son rire me ravie, et m’incita à aller plus près encore. Mais là je sentis que j’étais peut être bien à une limite qu’il me fallait respecter si je voulais la dépasser. Tous mes gestes et regards sensuels sur elle étaient calculés, et sans équivoque. Elle ne me semblait pas être une sainte nitouche. Elle devait bien comprendre qu’elle me plait et que j’ai bien envie de m’amuser avec elle.
Je la laisser s’habituer à ma proximité sans bouger tout au long de la chanson, l’observant attentivement. Un semblant d’anxiété ou d’agacement étincela dans son regard. J’avais peu de chance de garder cette proximité. Pas grave, je suis capable d’une grande patience pour certains choses qui me plaisent. Et la petite me plait ! Aucun doute à cela !

Retirant mes écouteurs puis me les tendant, elle en profite pour me repousser en douceur. Sa réponse est claire ! « ta présence trop prononcée ». Je ne résiste pas, la laissant me repousser sans quitter son regard et sans retirer mon sourire charmeur non plus.
Je fais semblant de chuter de désespoir sur la chaise face à elle.

- Mon cœur saigne ! Petite prune ne serait peut-être pas si audacieuse, alors ?!

Ce n’est qu’un constat rhétorique, n’appelant aucune réponse. Pour parfaire mon rôle, j’arbore un air triste qui se transforme rapidement en rire. Je la regarde avec tendresse tout en étalant mes jambes sous le bureau. Ma cuisse droite vient se coller à ses mollets tout aussi attrayants que le reste. Je range mes écouteurs et pose mes mains sur mes cuisses. Croisant les doigts pour me donner un air détendu et amical, je les place quand même à quelques centimètres de ces jolies jambes. Un effleurement involontaire reste toujours possible. Je dois d’abord m’assurer d’obtenir un peu plus d’elle, en terme d’informations dans un premier temps.

- Merci pour ton avis, jeune demoiselle. Puis-je avoir ma récompense alors ?

Mon visage passe du regard et sourire charmeur-séducteur à ceux du chat potté. Irrésistible ! J’aimerai bien qu’elle ne monte pas plus sa barrière protectrice. J’aime jouer j’avoue, mais pas trop non plus. Et puis, le tout est de savoir si elle joue ou est juste naturellement ainsi, soit une petite innocente à dompter plus sournoisement qu’un simple flirt.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Jeu 28 Sep - 7:40



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

Face à mes gestes et mes paroles, le jeune homme ne semblait pas être trop déçu. Compréhensif ? Je n’en savais strictement rien au fond. Surtout que ses paroles ne correspondaient pas vraiment à ses mimiques. Bien entendu, il s’était laissé tomber sur sa chaise, un peu comme s’il ne pouvait pas supporter mon envie de le voir s’éloigner, mais son sourire et le regard qu’il portait sur moi n’avaient rien à voir.

De mon côté, je regrettais presque sa proximité. Presque ! Après tout, il s’était approché aussi près sans vraiment me laisser le choix ou de retraite, ce qui avait donné à la situation à un côté inquiétant et agaçant. Néanmoins, je ne pouvais pas nier qu’il n’était pas déplaisant du tout et j’avais presque envie de pousser le jeu bien plus loin dans la séduction. Ce qui m’en empêchait c’était la crainte de me montrer facile à avoir et ainsi attirer des rumeurs non voulues, mais aussi l’appréhension de la première fois. Mmh… Je ne savais pas vraiment ce qui m’avait dévergondée au point de penser avec une certaine perversité, mais je savais me tenir un minimum.

Respectant plus ou moins la distance que j’avais demandée, il s’installa confortablement sur sa chaise et mis ses jambes près de ma cuisse droite. N’était-il pas un peu provocateur ? Ne le connaissant pas, je préférais ne pas m’avancer, éviter de le juger sans savoir, quitte à prendre un risque. Puis, de toute façon, il me rappela que je lui devais une récompense, non sans m’avoir remerciée pour mon avis. Cela ne valait certainement pas grand-chose vu que je n’étais pas très musicale sauf pour écouter en fond. En tous les cas, s’il avait de quoi à redire, il n’en fit rien, préférant nettement me supplier du regard tout en arborant un magnifique sourire. Je fis donc semblant de réfléchir en posant mon indexe sur mon menton, la tête tournée vers la gauche.

- Mmh… Est-ce que ça peut vraiment compter comme une victoire ?

Je le laissai cogiter un instant avant de le regarder du coin de l’œil. Souriant progressivement avec amusement, je fini par le regarder à nouveau de face pour lui répondre en riant légèrement :

- Ahah ! T’inquiètes, je ne te ferais pas ce coups-là, même si c’est très tentant. Je te disais, du coup, que je m’appelle Asuka Tsuno. Et toi, comment tu t’appelles ?

Cela ne me coûtait rien de lui décliner mon identité et de faire connaissance. Surtout qu’au final il m’avait bien divertie. Maintenant, j’allais devoir attendre un peu de savoir comment il comptait agir.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Jeu 28 Sep - 17:27

Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

L’air de rien c’est une joueuse cette petite. Je vois bien qu’elle ne sait pas trop quoi penser de ma proximité. Je n’insiste pas, évitant le contact physique, et gardant mon regard dans le sien. Bon j’avoue que je me fais violence pour pas la mater plus que ça. Mais il faut savoir appater la souris. Alors patience. Elle est hyper sexy en tout cas quand elle prend cet air de petite sournoise qui ne sait pas si elle va me donner ma récompense.
Si elle savait quelle récompense, je lui suggérerai bien, je pense qu’elle serait moins fière. Mais je ne compte pas la brusquer. Je suis un accro au corps féminin, mais pas un sale pervers quand même. Hein ? Non ? Je vous jure ! J’ai mes limites, une certaine décence…

Quand elle revient dans mon regard en face à face, je ne le lâche. Je garde un sourire agréable et avenant, moins carnassier, et un regard plus doux, afin de la mettre en confiance. J’aime bien comment elle est, si ça n’en fait pas un bon coup pour ce soir, autant que ça me fasse un amusement pour le reste de l’année. Je ne suis pas du genre à avoir des amis, dans le sens amis confidents et sincères. J’en ai deux sur le continent américain, ça me va comme c’est. Mais des copains copines pour délirer, se charrier, se charmer, ça peut le faire. Ici la vie est tellement différente ! Et puis elle a clairement envie de s’amuser, cette petite audacieuse. J’en suis sûre. Alors autant en faire mon allier. Peut-être qu’un jour elle me servira de petite amie de façade, et de bon plan cul régulier. Même d’un soir, je prends.

En fait elle est bien plus jeune que moi, en y repensant. Elle n’est peut-être pas encore mûre pour les relations physiques, voire simplement le flirt. Je sais que je suis un précoce dans le domaine, sûrement mon parcours d’artiste et célébrité y est pour beaucoup. Elle doit être autour des 15 ans, c’est vrai que les filles sont parfois moins prêtes sexuellement parlant à cet âge. C’est ce que disent certains magazines en tout cas. Parce que celles que j’ai croisé était tout à fait bien disposé, même à perdre leur virginité pour moi. Un plaisir partagé.

« je m’appelle Asuka Tsuno. Et toi, comment tu t’appelles ? »

Oh ! Elle ne me connait donc pas ! Ça change la donne ça ! Elle n’est donc peut-être pas venue à l’instar de mes groupies avec l’idée de me charmer pour la star que je suis. J’aime encore plus ça ! Une relation qui commencerait normalement, ça me changerai un peu de ces nanas qui me tombent tout cuit dans les mains.

- Enchanté Asuka. Moi c’est Mathi. Tu es lycéenne j’imagine. Moi étudiant en 1ere année. Quel âge ? Si je peux demander… J’ai 21 ans si tu veux savoir.

Lui faire croire que je suis poli. Toujours ! Aussi, lui donner des informations sur moi. Toujours rassurant et ça peut s’avérer utile. Elle sait que je suis majeure. Aucun tabou. Mais la rassurer sur mes intentions, après cette minute de proximité, me fera gagner des points.
Ok mes intentions restent de la mettre dans mon lit ! Mais ça elle ne doit pas le voir maintenant, sinon je perds l’avantage.

- Si tu ne connais donc pas mon identité, c’est que tu ne connais pas ma musique alors. Je suis vraiment attristé, là, petite prune de mon cœur !

Feindre la tristesse, et la charmer par un petit surnom affectif. Je suis dans une forme éblouissante !
Je crois qu’elle est assez intelligente pour ne pas se laisser berner, mais son audace et son envie de jouer pourraient la faire entrer dans mon jeu de séduction. J’ai en plus croisé les bras sur ma poitrine en arborant ma mine triste, ce qui doit la rassurer sur mon attention de la toucher à nouveau, voire un peu plus. Patience ! Patience !

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Ven 29 Sep - 23:06



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

Le temps d’une seconde, il me sembla apercevoir sur son visage une surprise fugace s’afficher malgré son expression plus qu’avenante. Pourtant, il n’en resta aucune trace, que ce soit dans son expression, son attitude ou sa voix quand il se présenta à son tour. Comme je l’avais plus ou moins deviné, il était un universitaire. En même temps, le fait qu’il ne portait pas d’uniforme rendait l’exercice extrêmement aisé. Tout comme le contraire avait dû l’aider pour ma propre personne. Du coup, je lui répondis en riant légèrement, soulagée que sa présence soit devenue bien moins prononcée :

- Ouais, je suis lycéenne. N’empêche… 21 ans ! La chance ! Je n’ai que…

M’arrêtant brusquement, laissant Mathi faire une remarque sur son identité, je le regardai en souriant sournoisement. Le surnom ne me déplaisait pas, même si le « de mon cœur » pouvait être de trop. Après tout, cela faisait honneur à la couleur de mes cheveux choisie par mes soins. C’est donc avec un peu plus de douceur que prévu, mais pas assez pour me rendre sexy dans le sens enjôleuse, que je repris sans prendre en compte la tristesse qu’il semblait afficher :

- Alors, avant toute chose, l’âge d’une femme, même jeune, ne se demande pas.

Je tirai la langue en fermant les yeux dans un air enfantin totalement voulu. Puis, revenant à la normal, je répondis au fait qu’il était au moins musicien :

- Si tu savais… Peut-être que je connais tes musiques sans te connaître. Après tout, le choix de ce que j’écoute est totalement aléatoire : je vais sur youtube et laisse les musiques défiler sans regarder. Du coup, souvent, quand on me parle des auteurs et titres j’ai l’impression qu’on me parle arabe alors que quand j’écoute la musique ça me reviens tout de suite.

Dire que pour les peintures c’était différent : je connaissais tout. Le nom de l’œuvre, son auteur et à quoi elle ressemblait. C’était comme un devoir pour moi, comme si cela pouvait me donner une idée de ce que je copiais ou non pour ensuite avoir mon propre style. Puis même ! Dans une conversation c’était bien mieux pour savoir de quoi on parlait. Eh ! On est passionné ou on ne l’est pas.

Même s’il me semblait que c’était étrange qu’il agisse comme ça s’il était réellement peiné par ma méconnaissance de ses titres, je surveillai que je n’ai pas fait de bourde. Pour changer ! Je n’aimais vraiment pas ma maladresse, surtout quand elle était due à mon impulsivité. Sincèrement, je devais ressembler à un meltingpot de contradictions, surtout en regardant ce que je pouvais faire et ce que je montrais au quotidien ! Si je devais donner un exemple, le plus parlant serait cette histoire d’impulsivité alors que j’étais totalement capable de faire preuve de patience en peignant.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Sam 30 Sep - 1:06

Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

Ah la petite coquine, elle veut vraiment me faire tourner en rond ou quoi ? C’est quoi ces principes de merde.  Appuyant mes coudes sur mes cuisses, je me penche vers elle pour poser innocemment ma tête sur mes poings. Je hausse simplement les sourcils en l’écoutant et la regarder se jouer de moi. Je reste sans réaction sur le visage, histoire de voir comment elle va réagir. Elle semble intriguée mais pas inquiète. C’est vraiment une petit curieuse, la jolie prune. Elle m’avoue en plus ne pas avoir idée de qui je suis. Un peu vexant, mais aussi rafraichissant.

Je laisse s’écouler une petite minute avant de prendre la parole. Elle semble s’agiter autant qu’apprécier le jeu. Un petit joyau d’amusement cette jeune demoiselle. Même si je n’obtiens pas le saint graal, je me serais bien diverti.

- Comme ça tu as des principes de vertus ? Une jeune fille mineure de bonne famille n’aborde pas des jeunes hommes sexuellement matures aussi effrontément que tu viens de le faire, petite audacieuse. Donc je ne vois pas en quoi je devrais m’abstiendre de quémander ton âge !

Mon visage se veut toujours neutre. Mais intérieurement j’ai envie de rire et l’embrasser à pleine bouche. Lui montrer que ma langue se fout royalement qu’elle soit jeune et sûrement vierge !
Je me lève et vient m’assoir à ses côtés sur le bureau où je prenais des notes, il y a encore un quart d’heure. Je trifouille mon téléphone pour chercher une de mes chansons. Nos cuisses se frôlent de temps en temps. Evidemment que je l’ai fait exprès ! Elle ne croit pas que je vais abandonner si facilement ?! Mais je ne fais l’air de rien, imperturbable. On est deux potes qui bavardent !

- Pour l’heure remédions à ton inculture navrante ! Je vais te faire écouter le single qui court sur toutes les ondes japonaises en duo avec groupe en devenir, ou pas. Tu l’as sûrement entendu. Et si tu en veux plus après, je dois avoir un de mes tubes aux USA en stock.

Je ne la laisse pas me contredire et lui repose les écouteurs sur les oreilles. Mon regard est doux, mon visage rassurant. Je garde mes distances, reposant aussitôt mes mains sur mes cuisses. N’ai pas peur petite biche, tonton Mathi va t’apprivoiser en douceur !
« Et si tu en veux plus après… » Ah ce que je m’aime ! Tout à fait un sous-entendu qu’elle ne devrait pas accrocher. Ma voix était neutre sans aucune tonalité d’excitation sexuelle. Je sais très bien mentir et masquer mes émotions quand je veux. Elle finira pas manger dans ma main, tomber dans mon lit ! Un jour ou l’autre…

Je me relève et range mon bloc dans mon sac. Je repose celui-ci sur ma chaise et me met à faire les cents pas tranquillement entre les tables. 3 min 35 s’écoule. Je ne la dévisage pas. Je vois bien qu’elle reconnait la chanson. Forcément !

Et ouais petite ! Cette voix sexy c’est la mienne ! Cet arrangement musical c’est le mien ! Cette guitare envoutante c’est mon style ! Mathi pour vous servir, petite audacieuse. Sachant la musique presque terminé, je viens m’assoir sur le bureau en face d’elle, ainsi la chaise fait barrage entre nous. Varier la proximité et la distance, un de mes secrets pour mettre en confiance ce genre de petite audacieuse ingénue. Je la fixe dans les yeux, attendant qu’elle retire les écouteurs. Toujours mon visage amicale et neutre, je m’enquière de son avis.

- Est-ce dans ton répertoire d’écoute ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Dim 1 Oct - 23:30



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

Pour une certaine raison, il semblait s’amuser autant que moi. Sa gestuelle, même s’il cherchait certainement à cacher ses sentiments véritables, trahissait une certaine impatience et un grand intérêt à notre discussion. Il me le prouva en répondant à ma pique de façon fort bien tournée. Je pus même noter une erreur de sa part sur laquelle je pus facilement rebondir tandis qu’il se levait :

- Mineure, je te l’accorde, mais je suis très loin d’appartenir à une bonne famille. Du coup, ton raisonnement ne tient pas et je peux revendiquer mon droit de ne pas dire mon âge, ajoutai-je en souriant sournoisement en lui faisant un clin d’œil.

Bien entendu que je n’allais pas le lui cacher éternellement. Ne serait-ce parce qu’il m’avait fait part du sien. Néanmoins, j’avais très envie d’entendre sa réponse à cela… s’il le voulait.
Désormais assis à côté de moi, sur le bureau, il tapota sur son téléphone comme s’il cherchait quelque chose. Par respect, je ne regardais pas ce qu’il faisait, l’observant lui pour essayer de deviner à quoi il pensait. Je n’eus malheureusement pas le temps de me faire une idée bien précise de cela puisqu’il me fit assez rapidement part de son envie de me faire connaitre sa musique. Pour cela, il me mit un écouteur dans mon oreille pour que je puisse écouter une de ses œuvres. Le rythme et l’ambiance en générale me plaisait beaucoup même si ce n’était pas le genre que je choisirais en premier. Néanmoins, cela me donna de l’inspiration pour une scène difficile du manga que je travaillais avant de venir vers Mathi-san. D’ailleurs, il me semblait entendre sa voix entre les instruments. Etait-ce mon imagination ? Je n’avais pas assez l’oreille musicale pour me permettre de prétendre en être certaine.

- Est-ce dans ton répertoire d’écoute ? me demanda-t-il après quelques minutes de silence entre nous.

- Ce n’est pas ce que je mettrais de moi-même, mais oui, j’ai déjà écouté à plusieurs reprises. D’ailleurs, je dois te remercier puisque grâce à toi j’ai retrouvé l’inspiration pour des dessins que je dois faire, rigolai-je doucement.

Bien qu’il soit à côté de moi, très proche même, sa présence était bien moins oppressante que lorsqu’il s’était penché sur moi au début. Après tout, j’avais maintenant un moyen de me dégager si j’en avais envie. Puis, il me semblait pouvoir lui faire un minimum confiance : comme il s’était laissé faire quand je l’avais repoussé la première fois, j’avais l’impression qu’il était quelqu’un d’assez respectueux. Peut-être maladroit, mais loin d’être méchant. Du coup, j’étais détendue et prête à continuer la discussion sans arrière-pensée. Quoi que… Je n’étais pas aussi innocente et pure que ça non plus.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Lun 2 Oct - 13:47


Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

Elle continue de jouer à chaque réponse qu’elle me fait. Alors que je cherche mon dernier tube sur mon tel, elle me répond d’un air sournois sur cette histoire de ne pas dire son âge. Je prends un air blasé. Pas que je veuille à tout prix savoir son âge, je m’en bats les couilles soyons clairs. Je ne dois pas me tromper de beaucoup en l’estimant à 15/16 ans. Je ne suis pas énervé ou quoi que soit, je rentre juste dans son jeu espiègle. Et puis sincèrement ces grands principes de féminisme, ça me gave à outrance. Donc autant mettre fin à ce jeu avant que ça ne devienne trop « prout-prout sainte nitouche » et me lasse vite fait.

Je la regarde d’un haussement de sourcil, continuant de chercher

- Ah oui ? Et tu revendiques un principe de la haute ? Pfff… Tu me déçois petite prune ! Franchement à quoi sert de s’encombrer de tant de principes ! C’est bien dénué de sens pour moi ! ‘fin bref…

Je souris en trouvant la chanson et d’un air espiègle continue en lui mettant les écouteurs.

- Soit, garde ton âge secret, ça ne change pas grand-chose de toute façon ! Ecoutes donc ça !

Tournant en rond dans la salle, j’attends patiemment. Non, je suis plutôt impatient de savoir si je pourrais la charmer un peu avec ma musique. Toujours identifier les cartes à jouer ! Après m’être installé sur le bureau en face d’elle, j’obtiens enfin un retour de sa part.
Au final sa réponse est mitigée à mon sens. Mais je suis intrigué.

- Tu apprécies un peu donc ? C’est un des tubes du moment au Japon. Je chante avec un nouveau groupe. Mais bon, c’est pas de grand intérêt. Je suis plutôt curieux de savoir ce que ça t’a inspiré ! Tu dessines donc ! Je peux voir ?

Gardant bien mes distances en ne bougeant pas de ma place, je tends quand même la main pour récupérer mon téléphone. Je m’aperçois avoir un nouveau message. Je le consulte en attendant la réponse de la petite audacieuse. Hum un autre plan cul pour ce soir se profile. Mon visage rayonne. Finalement je vais pouvoir me défouler et garder ce petit sucre d’orge devant moi pour un peu plus tard, histoire de bien le préparer.

Redressant la tête, je range mon téléphone dans ma poche et regarde la prunette.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Lun 2 Oct - 20:38



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

En écoutant la musique de Mathi-san, j’avais réfléchi un peu à la réaction qu’il avait eue face à ma remarque. Il m’avait paru déçu, comme il l’avait lui-même annoncé et cela me peinait un peu puisque je n’avais fait ça que par jeu. Pourtant, il n’était pas resté bien longtemps sur cela pour passer à autre chose. Je décidai donc de l’oublier également pour garder ma bonne humeur et profiter de ce que j’écoutais. Pendant ce temps, j’avais senti le jeune homme se lever et, en ouvrant les yeux, je le vis tourner dans la salle comme s’il ne savait pas trop quoi faire. Etait-il impatient ? Possible, mais je ne voulais pas m’avancer sur ce genre de devinette.

Lorsqu’il eut pris connaissance de mon avis, il me ne fut pas hyper ravi. Prenait-il ma critique autant au sérieux ? Là encore, c’était possible et je pouvais mieux juger que j’étais loin d’avoir tort. Après tout, s’il était connu il était normal qu’il cherche à s’améliorer. Néanmoins, il ne resta pas éternellement dessus, montrant de l’intérêt pour mes propres travaux. Cela me fit comme chaud au cœur, mais je n’en tins pas tout de suite compte, préférant me concentrer sur la conversation. Je me levai donc pour aller chercher mes travaux sur mon bureau en répondant à sa toute première question :

- Je n’écoutes pas ce que j’aime pas et je ne déroge jamais à la règle. Je suis même prête à changer de musique contre l’avis de la majorité s’il le faut.

Sachant que j’avais écouté ses musiques en entier il devait sans doute comprendre que, oui, je les appréciais. Du coup, revenant vers lui, je lui tendis l’ébauche de manga que j’avais créé seule. Comme il n’y avait que quelques planches, je lui expliquai :

- Ça fait quelques temps que je potasse cette histoire et la majorité de mon travail est dans ma chambre, mais c’était sur ce moment-là que je bloquais. Je pense que je le dessinerais avec ta musique.

Je décidai de voir sa réaction avant de lui dire que je peignais également. Après tout, peut-être allait-il me dire qu’il devait partir : je l’avais entraperçu regarder son portable. Son visage s’était alors éclairé d’une façon si lumineuse qu’une autre que moi aurait été ébloui par la jalousie certainement. Non pas qu’il ne me plaisait pas, mais je le voyais pour le moment comme un potentiel bon pote qu’autre chose. Et si je devais une autre raison à mon silence concernant mes peintures, c’était que j’avais dans l’idée de faire une nouvelle peinture qui mettrait en scène notre rencontre. Oui, ce pourrait être très sympathique.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Mer 4 Oct - 17:56


Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

Me surprend-elle quand elle m’annonce ne pas écouter d’autres musiques que ce qu’elle aime ? Non pas vraiment. J’ai l’habitude. Typique de non musicien

- Dommage, en n’allant pas chercher des musiques que tu n’écouterais pas spontanément ou n’aimes pas, tu te fermes à des horizons créatifs, mais comme la plupart des gens.

Je ne m’attarde pas et n’attends pas de réponse. C’est un fait, de nombreuses fois observé. Je ne bouge pas de mon bureau, la laissant prendre ses dessins. Elle m’explique son blocage et je suis content d’entendre que finalement ma musique lui plait et l’inspire. Etre créateur d’inspiration pour les autres, c’est super classe ! Tout sourire je regarde ses dessins.


- Wouah ! C’est superbe ! T’es douée ! C’est un contexte apocalyptique, non ? Vraiment super les détails ! Bon j’ai un peu de mal à voir en quoi ma musique t’inspire dans ce contexte. Mais j’avoue que j’aime beaucoup l’idée d’être source d’inspiration pour d’autres créateurs.

Je feuillète avec intérêt. Franchement douée, la petite prune !

- Et donc ? Tu me montreras ce que tu dessineras alors ? ça serait chouette.

Je lui rends son cahier et descend du bureau. Mon regard espiègle se fixe dans le sien.

- Et tu saurais me dessiner ? Si tu veux me donner tes coordonnées, je t’enverrai d’autres de mes musiques. Ça serait cool que tu me mettes en scène en t’inspirant d’elle. Juste pour voir l’étendue de ton talent. Je t’invite à diner si ça me plait ! Et sinon je pourrais toujours continuer à te faire découvrir d’autres de mes musiques.

Et te faire découvrir d’autres de mes talents cachés…

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Sam 7 Oct - 18:07



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

Il ne fallait pas douter que j’aurais bien voulu avoir le dernier mot, défendre mes propos et montrer que j’étais loin de ne pas écouter des nouveautés ou autres. Après tout, en laissant les chansons proposées par YouTube sans regarder de quoi il s’agissait je pouvais tomber sur des œuvres qui me donnaient des frissons, donc que je n’aimais pas. Nous étions donc face à une incompréhension certainement due à une nouvelle maladresse de ma part. A cause de cela, et parce que je n’avais pas envie de créer une polémique inutile, je ne répondis pas à sa dernière remarque. Après tout, j’avais des talents bien plus poussés en dessin qu’en musique et cela ma donnerait un atout pour le sujet à venir.

Tranquillement, alors que je m’asseyais sur le bureau qui m’avait fait office de siège depuis que j’avais abordé Mathi-senpai, il regarda mes planches avec un certain intérêt. Puis passant à la seconde, il s’exclama que c’était superbe et que j’étais douée, ce qui ne manqua pas de me faire plaisir. Je gardai cependant contenance, évitant ainsi de sauter de joie (ce qui aurait certainement parut fort étrange et enfantin), souriant tout simplement en écoutant la suite. Son intérêt était flagrant alors que je répondais à ses questions avec passion :

- Je pinailles certainement, mais c’est plus du post-apocalyptique, donc après la fin du monde qu’on connaît. Mais si ta musique va m’aider c’est parce que les sentiments qui s’en dégagent sont identiques que celui que je veux faire ressortir. Comme ce n’est pas vraiment l’état d’esprit qui me correspond sur le coup, je pense que la musique va me donner un coup de pouce.

- Et donc ? Tu me montreras ce que tu dessineras alors ? ça serait chouette.

- Oui, bien sûr. Si un jour tu veux voir le début ou la suite de ce moment-là, tu pourras me trouver dans la salle d’arts principalement.

Quoi que, j’avais une autre œuvre à avancer avant tout. Du coup, quand il me demanda si je pouvais le dessiner avant de me proposer que nous échangions nos coordonnées, entre autres, je ris doucement pour continuer en récupérant mes planches :

- Ben écoute, ça ne me dérange pas du tout. La proposition est même hyper tentante. Par contre, j’ai autre chose à travailler avant toute chose : un travail pour un concours proposé par le lycée et la date approche assez rapidement. Du coup, je pense que je te contacterais lorsque j’aurais fini ton portrait.

Me déplaçant avec fluidité vers ma place, je lui notai mes coordonnées sur un morceau de papier « coupé » soigneusement même sans ciseaux et je lui tendis en souriant. La cloche choisit la minute d’après pour sonner, me rappelant à l’ordre puisqu’il était l’heure pour moi de partir. Je me mis donc à ranger soigneusement mes affaires en déclarant :

- Je dois y aller. J’espère qu’on se recroisera bientôt : c’était sympa de discuter avec toi senpai.

Puis, lorsque nous eûmes totalement terminé pour moi, je me dirigeai vers la porte. Avant de la passer, je jetai un dernier coup d’œil et sourit au jeune homme avant de réellement m’en aller. Il n’était pas forcément mon prince charmant, après tout je n’y connaissais rien à l’amour, mais je l’appréciais énormément au moins comme pote. Je me demandais si c’était la même chose pour lui.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Lun 9 Oct - 21:33

Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

Asuka me fait sourire avec son « pinaillage », mais je kiffe. Elle est passionnée et pourrait se révéler passionnante.

- D’accord mademoiselle. Tu as le droit de pinailler, c’est ton domaine. Je t’avoue lire de tout mais ne pas m’y connaitre plus que ça en illustration. Mais c’est super cool que ma musique t’ait apporté les émotions qu’il te faut pour avancer. Et je serais ravie de venir voir toute ton œuvre.

Je la gratifie d’un clin d’œil en lui rendant son ouvrage. Puis lui demandant si elle me dessinerait un de ces jours, je la regarde ranger ses planches. Elle m’explique que ça peut se faire mais à des ouvrages à finir avant. Etant moi-même très instinctif dans ma musique et mes envies de créer, je ne la juge pas et l’entends.

- Oh ne t’inquiètes pas ! Prends ton temps ! Je comprends, chacun ses projets et priorités.

Je jubile quand je la vois écrire et me tendre un petit bout de papier. Je ne m’attendais pas à ce que ça soit aussi simple. Mais je garde ma joie intérieure, histoire de ne pas l’effrayer. Petite prune semble quand même farouche pour ce qui est des relations plus intimes. En la remerciant, je range vite fait ce papier dans ma poche puis saute de mon siège improvisé.
La voilà qui remballe et part à la vitesse de l’éclair. Mais je suis un rapide. Très bon smacheur au Volley, ma détente me permet de la rejoindre en 3 enjambées bondissantes. Je la double à peine sortie de la salle de cours et la bloque contre le mur.

Oh ! N’y voyez aucune brusquerie ou insistance déplacée. D’accord, je pourrais le faire, mais pas avec une effarouchée mineure.

La scène ne dure que quelques secondes. Je mets mon bras de manière à lui barrer la route. Prunette est coincée dans son élan, entre le mur et moi.

- Hey ! J’ai bien le droit de te faire une bise, petite prune ! Pour te remercier de ce bon moment.

Elle est clairement surprise, et je ne la laisse pas reprendre ses esprits. Je lui dépose un baiser soft sur la joue. Aucune ambiguïté sur cet échange de notre point de vue. Le baiser est chaste, mes lèvres appuient doucement sur sa joue sans dériver d’endroit, le contact dure juste ce qu’il faut. Et je me recule la seconde suivante, lui laissant libre champ pour continuer son chemin.
Bien sûr du point de vue des étudiants présents dans le couloir, notre position pourrait faire croire que je l’embrasse réellement. Et c’est ça qui est drôle. Après tout, j’ai une réputation à tenir. Et je ne suis même pas sûr qu’Asuka a conscience de cette vision. Il y en a qui gloussent au loin. Je souris satisfait de mon effet. Je ne quitte pas des yeux la demoiselle qui semble troublée. Peut-être est-ce juste l’effet de surprise ? Mais je suppute que ça soit plus que ça. Je lui plais, elle me plait, je ne saurais en rester là.
Je lui souris pour la rassurer, de ce sourire tendre et charmeur qui rassure les indécises à coup sûr.
- Bonne fin de journée ma belle audacieuse ! Je suis vraiment heureux de cette rencontre. A bientôt !

Je ne bouge pas de ma position, lui laissant tout loisir de s’énerver si elle le veut, ou de me faire la bise à son tour (ma préférence clairement), ou de partir comme elle comptait le faire.
Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 95

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Mar 10 Oct - 7:42



Parlons un peu

Avec Mathi H. Matsushita

En me déplaçant, je repensais à la façon dont cette rencontre s’était déroulée. Certes, le début s’était vu être maladroit, mais à partir du moment où nous avions échangé sur nos passions c’était devenu tellement intéressant que j’en avais totalement oublié le début. Surtout qu’une part de cette maladresse venait de moi, surtout quand était venue la discussion de l’âge. Mais, au fond, ce n’était pas grave : non seulement j’allais pouvoir écouter d’autres de ses musiques, continuer mon manga grâce à lui, faire son portrait et le revoir. Comment ne pas se sentir fière d’une telle rencontre ?

Alors que j’allais passer le pas de la porte, Mathi-senpai me dépassa pour me barrer la route sans se montrer menaçant. Sur le coup, je ne compris pas tellement ce qu’il se passait, ce qui me rendit muette. Effet qui s’amplifia quand il me déclara vouloir me faire la bise pour me remercier du moment que nous avions passé ensemble avant de s’exécuter. Cet enchaînement me laissa bouche bée. Le contact de ses lèvres sur ma joue n’était pas désagréable du tout, juste assez soudain. Portant ma main sur le contact quand il se fut reculé, alors qu’autour de nous j’entendais des murmures. Etant habituée à ce genre de comportement, je n’en tins pas compte, ce qui me permit de reprendre totalement mes esprits. Sérieusement… un tel effet de surprise n’était pas du tout nécessaire puisque je ne lui aurais pas refusé s’il me l’avait directement demandé, mais ce n’était pas non plus désagréable. Pas à ce point tout de même.
Souriant à ce jeune homme finalement aussi audacieux que moi, je lui répondis avec sincérité à ses salutations en déposant à mon tour un baiser sur sa joue non sans une certaine sensualité :

- Merci. Le plaisir est partagé. A très bientôt !

Puis, tentant encore de contenir ma joie, je marchai à travers les couloirs pour aller jusqu’à la salle d’arts. J’allais avoir besoin de post-it pour me rappeler tout ce que j’avais à faire… Enfin, là c’était encore assez soft par rapport à tout le travail que je m’étais déjà vue devoir effectuer. Au point que j’avais travaillé jour et nuit pour tout terminer dans les temps, la plupart étant des devoirs donnés par l’école en plus de « commandes » de mes camarades. D’ailleurs, prenaient-ils soin de ce que je leur avais fait ? Les entretenaient-ils de façon adéquate ? Je n’osais pas trop imaginer l’état de certaines de mes peintures…
En arrivant dans mon atelier, je pris une grande feuille que j’accrochai à côté du bureau destiné au dessin et j’y commençai la liste de ce que j’avais à créer en utilisant des couleurs pour déterminer la priorité des travaux. Puis, m’y attelant pour y rester toute la nuit, je m’installai avec le manga du concours et me mis à dessiner avec ardeur, de la musique en thème en fond que je choisissais avec soin, chose que je faisais rarement.

(c) Asuka Tsuno sur Yokuboo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathi H. Matsushita
Université • 1ère année
avatar

Messages : 41
Cursus : Musique
Multicomptes : Félicia Dubos

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Volley et Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]   Lun 16 Oct - 21:38

Parlons un peu
[avec Asuka Tsuno]

Astucieusement j'ai un peu forcé les choses pour un contact plus rapproché avec « petite prune ». Mais ça a marché. Elle m'a fait une bise aussi. Elle est trop mignonne, audieuse mais l'innocence pure. Elle ne s'est même pas rendue compte de l'ambiguïté de notre position. Je pense qu'elle ne doit pas avoir beaucoup d'expérience en séduction et sexe. Si j'ai tout à lui apprendre, ça risque d'être intéressant. Bon il faudra quand même que je reste prudent. D'abord parce que je ne veux pas d'attachement. Qu'elle devienne une régulière me plairait peut-être mais surtout rien d'autre. Et puis elle est mineure, même si elle ne doit pas être loin de la majorité sexuelle. Selon les lois américaines s'entend !

Je la regarde s’éloigner, matant ce beau petit cul musclé qui me laisse présager de bons moments. Dès qu’elle disparait, je sors mon portable et ce petit bout de papier où elle m’a noté ses coordonnées. Asuka ? Hum non ! Je l’enregistre sous « petite prune audacieuse». N’ayant pas encore sa photo, je trouve rapidement un petit avatar mignon à la couleur de sa chevelure. Un petit chat… hum et un petit air d’audace à son image.

Ni une, ni deux je lui envoie un message pour lui rappeler de ne pas me laisser sans nouvelles et lui donner mon numéro.


Puis je me rends tranquillement, mais content et sûr de moi, au club de musique. Les regards que je croise semble curieux et je ne leur laisse aucun doute sur mon intention envers cette nana ! Un petit lot qui semble vouloir jouer, malgré une certaine dose de pudeur. Je compte bien m’amuser avec !
Et la chipie est demandeuse. Elle me répond aussitôt. « sacré flatteur » certes ! J’assume ! Je compte bien arriver à mes fins.

Je passe le reste de la soirée à jouer et me défouler sur ma gratte. Rentré chez moi une bonne pizza et un bon film en bossant un peu les cours, je suis d’attaque pour une réécoute de ces chansons de la « nouvelle future égérie japonaise » que je dois analyser. J’avoue que la pêche de mon audacieuse prune m’inspire beaucoup pour proposer des arrangements plus dynamiques que les chansons originales.

Et la maison de disques adorera quelques jours plus tard. Il faudra que je pense à remercier Asuka. Je ne la harcèle pas. Mais 6 jours sans nouvelles, je commence à ne plus tenir en place. Heureusement qu’il y a toujours des poufs disposées à me soulager.


----------- FIN -----------

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Parlons un peu [Pv Mathi H. Matsushita]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parlons peu (!) mais parlons bien.
» Parlons du bon vieux temps (PV)
» DECLAN&JENNIFER- "Parlons autour d'un verre"
» parlons cuisine
» PARLONS PHILOSOPHIE...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Campus :: Salle d'étude-
Sauter vers: