Partagez | 
 

 Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yume Hisako
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 99
Multicomptes : Kaze Tadao

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Natation, volleyball et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]   Dim 3 Sep - 1:15


Rollercoaster & Emotional rollercoasterKeiji Masatoshi & Yume Hisako


Si quelqu’un m’avait dit que cette soirée aurait commencé comme ça, je ne l’aurais pas cru.

Bon, commençons par le début, vous comprendrez de quoi je parle.

L’après-midi de ce beau samedi d’été était passée rapidement. J’avais passé tout mon temps au centre commercial de Nara, j’ai même eu le temps de regarder deux films, puis je m’étais tranquillement posée dans un Café Manga, pour lire la suite d’un des Shojo que j’avais commencé : « GE – Good Ending ». C’était l’histoire d’un garçon, Seiji Utsumi, qui était timide et même « coincé », et qui stalkait la fille qui l’aimait depuis le toit avec des jumelles pendant qu’elle jouait au tennis. Puis un jour, une nouvelle fille « canon » arrive dans le lycée de Seiji, et décide de prendre ce dernier sous son aile pour l’aider à conquérir le cœur de la jeune Tennis-woman. Bon, on savait tous comment ça allait se terminer, c’était tellement prévisible ! Seiji sortira avec la fille « canon » à la fin du manga parce qu’au fil de l’histoire il développera des sentiments pour elle et caetera. On pouvait facilement deviner la fin de ce genre de manga, mais j’aimais tout de même en lire. En réalité, c’était surtout parce que j’arrivai à m’identifier au héros, qui était timide et maladroit -même si je ne stalkerait jamais personne sur le toit du lycée avec des jumelles, enfin, ce n’était pas dans mes plans pour l’instant. Et puis, je n’étais pas no plus aussi maladroite que lui… Enfin, si. Confondre le sucre et le sel dans un gâteau au chocolat sans s’en rendre compte, c’était peut-être un peu maladroit. Oui, ça m’était arrivé, il n’y a pas si longtemps que ça, mais le pire c’était qu’un autre membre de mon club de cuisine me l’avait fait remarqué… J’avais eu tellement honte.

Ce samedi, j’avais décidé de m’amuser un peu. Après les films et les Shojo, je me dirigeais enfin vers le parc d’attraction. C’était la fin d’après-midi, et la fraîcheur qui commençait à s’installer devenait agréable. J’enfilai alors un petit gilet vert par-dessus mon tee-shirt blanc que j’avais enfilé avec une jupe grise, pendant que je rentrai tranquillement dans le parc. C’était tellement grand ! Par où est-ce que je pouvais commencer ? Bon, alors, il y avait la maison hantée qui m’intéressait, mais je le ferai quand il fera assez sombre et que la nuit commencera à tomber, c’était toujours plus effrayant comme ça. Je me dirigeai alors vers le stand de tir, auquel je réussis à gagner une minuscule peluche toute douce, dont j’étais assez satisfaite, même si j’aurais préféré le lapin géant jaune pastel.

Il y avait tellement de montagnes russes dans ce parc, il fallait absolument que je les essaie toutes. Mais les files d’attentes des premières étaient beaucoup trop longues. En entendant un couple discuter, j’appris que la file d’un des « roller coasters » -comme le disait si bien ma mère de sa langue natale- était plutôt courte, parce qu’il se trouvait tout au fond du parc, et personne ne le remarquait vraiment ; et il fallait dire que le parc était vraiment grand, alors le traverser à pied simplement pour une seule attraction, ça serait dommage.

J’avais quand même du courage, et des jambes sportives, alors je marchai rapidement avec mon ourson dans les bras, jusqu’à cette montagne russe. Elle avait l’air bien : il y avait une grande montée dès le début, et une descente plutôt abrupte, puis plein d’occasion de loopings, où on se retrouvait plusieurs fois la tête en bas, et plein de pics qui ressemblaient à la montée-descente du début. Je pris place dans la file d’attente en ravalant ma salive. L’excitation de l’attraction commençait à monter, surtout quand j’entendais ceux qui commençaient l’attraction entrain d’hurler dès la première descente. Fallait dire que c’était vraiment haut.

Pendant que je faisais la queue, je ne quittais pas du regard les « voitures » de l’attraction qui allait assez vite, et plus j’avançais, plus j’avais peur. Mais c’était un sentiment positif, cette peur-ci. Je serrai ma peluche ourse contre moi en réfléchissant intérieurement à un prénom que je pourrais éventuellement lui donner. Tiens, Kakeru, ça lui irait bien. En plus, le prénom signifiait « voler haut », et c’est justement ce que j’allais faire dans cette attraction. Enfin, je n’allais pas vraiment voler, mais bon, façon de parler.

Mon tour arriva enfin. Youpi ! Je demandai l’autorisation de prendre Kakeru avec moi, mais je fus obligée de le placer dans le panier des objets qu’on transportait, avec lequel je posai mon sac à main. J’hésitais à prendre mon portable avec moi, mais j’avais finalement trop peur de le perdre, et le laissai avec Kakeru et mon sac bien-aimé.

Un peu déçue de ne pas avoir de peluche que je pourrais serrer dans mes bras lorsque j’aurais trop peur, et m’assis sur le siège, en prenant soin de mettre la sécurité. C’était deux personnes par rangées, et je détestais être sur côtés parce que le vide se trouvait à côté de moi. Mais apparemment, je n’avais pas le choix.

J’avais inspiré puis expirer un grand coup, avant de jeter un coup d’œil à mon voisin. Eh, mais… Il était à Yokuboo ! D’ailleurs, c’était même un deuxième année, comme moi, et je connaissais son nom parce qu’on était dans la même classe. [HRP : rassure-moi, je me trompe pas, on est bien dans la même classe ? x)] D’ailleurs, il faisait aussi partie du club de volley-ball, et on avait eu l’occasion de faire quelque matchs ensemble, mais on ne s’était jamais spécialement parlés. C’était un peu une coïncidence de me retrouver avec lui dans cette…

La machine commence à avancer ! Je me mordis la lèvre, un peu sceptique, dès que la longue montée commença. Je n’étais absolument pas sereine, surtout avec cette descente trop abrupte à mon goût. Je me tenais fermement à la barre de sécurité, et regrettait de ne pas avoir Kakeru avec moi pour le serrer fort. Oui, j’étais au courant que ça n’avait pas commencé, mais je préférais avoir peur avant, que pendant l’attraction.

L’appareil s’arrêta un instant juste avant la descente, pour nous préparer à mourir. Je serrai la barre de presque toute mes forces, la peur au ventre, et la machine nous fit descendre.

Quelle horreur, je sentais presque mon estomac se retourner ! Je savais que la photo allait être prise à ce moment-là, alors le détachai ma main de la barre pour les mettre devant mon visage afin de me cacher pour la photographie. C’était sûre que si je n’avais pas fait ça, j’aurais probablement fait une grimace horrible. En fait, j’avais tellement peur, que je n’avais pas poussé un seul cri, et étais restée silencieuse.

Je sentais le vent dans mes cheveux, je gardai les yeux fermés. Premier looping, estomac retourné une fois. Deuxième looping, estomac retourné deux fois. Premier pic, estomac retourné trois fois. Deuxième pic, esto-… Quoi, c’était déjà finit ? Non, ça ne pouvait pas se finir aussi brutalement, et….

J’ouvris les yeux, et découvrait que s’était arrêtés en plein milieu d’une descente. Je ne savais même pas que c’était possible, mais ce qui était sûr, c’était que j’avais commencé à paniquer, et ça se voyait. C’était pas normal ça ! La pente était quasiment verticale, et plus je regardais devant moi -c’est-à-dire vers le bas- plus j’étais angoissée.

Yume est sur le point de faire une crise de panique. Yume, calme-toi, s’il te plaît. Yume, ne panique surtout pas. Et bien je crois que c’était la première fois que je perdais mon calme depuis bien longtemps.



© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Masatoshi
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 26
Profession : ///
Cursus : ///
Multicomptes : Aucun, pour le moment.

Infos supplémentaires
Âge: 17 ans
Clubs: Volley-ball & Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]   Jeu 26 Oct - 0:03

Rollercoasters & emotional rollecoasters
Ca me faisait bizarre de me réveiller pour la première fois dans l'internat de Yokuboo... Mais j'avoue que ce n'était pas aussi désagréable que je le pensais. J'ai plutôt bien dormi même. Je regardais l'heure de mon réveil: bientôt 10 heures... Je me levais péniblement, ce lit était vraiment trop confortable mais je devais m'en séparer si je voulais faire quelque chose de ma journée. A ce soir super matelas et doux oreiller sans oublier ma magnifique couverture.
Je soupirais doucement en allant vers mon placard pour y trouver mes vêtements, aujourd'hui j'allais mettre: un t-shirt noir, un bon gilet à boutons bleu pastel, un jean noir puis mes Dr. Martens haute noir. Mais avant, je pris une douche brûlante, me coiffa et me brossa les dents. Je me revêtis entièrement puis je quitta mon dortoir en prenant soin de refermer calmement.

Je ne savais pas quoi faire aujourd'hui... Je décidais de m'arrêter à un café où je pris un chocolat chaud et un croissant (HRP: La baseee ! **) que je dégustais tranquillement dans mon coin. Soudain, un homme un peu plus vieux que moi s'approcha de ma table.

— Eh bien ! Vous vous ennuyez p'tit jeune homme ?

— Non, je v-...

— Ne vous en faites pas, aujourd'hui j'ai ce qu'il vous faut ! Voici une promotion sur notre parc d'attraction: -20% pour l'entrée ! Profitez en car c'est exceptionnel ! De plus, pleins de promotions vous attendent dans les divers snacks et restaurants de l'attraction ! Bonne journée !

— Euh... Bah... Au-revoir hein...

Je crois que ma dernière phrase n'a servit à rien, il ne m'a pas laissé parler tout le long et il était déjà repartit à distribuer ses promotions. Je saisis la feuille... Ca n'a pas l'air d'être une arnaque bizarrement... Bon comme j'ai rien de prévu, je peux toujours aller tenter ma chance. Mais y aller seul c'est un peu triste quand même. P't'être que je rencontrerais quelqu'un sur place.

Dès que j'eus fini de consommer, je marchais tranquillement avec mes écouteurs vers ce fameux parc d'attraction. Là-bas, je déjeuna, fis quelques petites attractions comme un sorte mini-bowling et pendant tout l'après-midi, je regardais un spectacle d'actions (comme les films mais là c'était un spectacle), il y avait des super bolides qui devaient, sans doute, coûter une blinde. En fait, même seul, on peut s'amuser.
Le soir arriva très vite et je n'avais pas fais toute les attractions car il y en avait beaucoup mais y en avait un qui me donnait vraiment envie: un grand huit. Je pressa le pas et une fois là-bas, je pus prendre place. J'espère qu'il est vraiment impressionnant car à l'autre bout du parc, on pouvait entendre les gens crier. Je pris place en même temps qu'une jeune demoiselle, je plissa légèrement les yeux... Ah mais oui ! Elle est dans ma classe, c'est Yume Hisako. Elle est également au club de voley-ball et j'ai déjà pu me confronter à elle. Mais je ne l'avais jamais vraiment remarqué jusqu'à ce soir en fait.

J'allais lui parler mais dès qu'on fût tous installer, le ménage démarra à toute allure. Je regrette pas mon choix, l'attraction est a coupé le souffle, je m'amuse comme un fou. Je lançais un coup d'oeil à Yume, elle aussi semblait s'amuser même si elle faisait une drôle de tronche, j'pense qu'elle devait aussi avoir peur. En tout cas, elle me fait encore plus rire, sa tête est vraiment une perle dans ces moments-là !
Mais mon amusement se stoppa assez vite. Comme l'attraction qui s'est arrêté subitement, un arrêt un peu violent même car si on avait pas eu ces barrières de sécurités, on serait tous en train de voler pour finir s'écraser par terre. Lamentablement.
On était sur les rails les plus en hauteur et rien que de regarder en bas, ça foutait la trouille. Les autres passagers commencèrent à s'affoler mais quelqu'un leur indiqua qu'il fallait rester calme. Quelques secondes ont suffit pour que tout le monde comprennent que cet arrêt était juste pas normal.
Je me tourne vers Yume, elle était tout paniquée elle aussi.

— Ça va aller Hisako-san ? dis-je calmement.

ft. Yume Hisako
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Hisako
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 99
Multicomptes : Kaze Tadao

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Natation, volleyball et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]   Jeu 26 Oct - 15:19


Rollercoaster & Emotional rollercoasterKeiji Masatoshi & Yume Hisako




Allez. Du calme. On inspire, on expire. Et on recommence. Inspirer. Expirer. Recommencer.
Même en suivant ces instructions à la noix, je tremblais toujours comme une feuille, une feuille qu’on venait d’agiter en plein milieu d’une tempête ; oui, je tremblais beaucoup. Mon vertige n’arrangeait rien. Je ne voulais pas regarder en bas ; mais devant moi c’était le vide, à ma droite c’était le vide, à ma gauche c’était Keiji et au-dessus c’était le ciel et les pieds des personnes de derrière. Je fermai mes yeux presque larmoyants, j’avais beaucoup trop peur.

— Ça va aller Hisako-san ?


Je ravalai ma salive en me cramponnant fortement à la barre de sécurité, si fermement que je finis par en avoir mal aux doigts. Je n’osais pas rouvrir me yeux, sous peur de devoir encore apercevoir le vide autour de moi. Au final, j’eus assez de courage pour tourner ma tête vers Keiji. J’espérais qu’il ne voyait pas que j’étais terrorisée… quoique, je n’avais pas à espérer. C’était tellement évident ; mes sourcils haussés, mes yeux écarquillées, mes dents serrées, mes joues rouges, mes poings tendus… trop de facteurs faisaient en sorte que tout le monde pouvait voir que j’étais terriblement angoissée.

Une fois, quand j’étais plus jeune, en natation, j’ai dû sauter d’un plongeoir de plusieurs mètres de hauteur. Je ne voulais pas le faire, j’avais trop peur ; et comme je pleurnichais parce que je ne voulais pas sauter et que j’avais peur de m’écraser, la personne derrière moi a eu la mauvaise idée de me pousser. La très mauvaise idée. Vraiment horrible comme idée : je ne l’avais pas vu venir, donc je n’avais pas pris une bonne position de plongeon. Heureusement pour moi et pour mon petit corps fragile que j’ai adopté la position d’une personne dans un cercueil avant de rentrer dans l’eau. J’avais vraiment eu de la chance, sur ce coup-là, puisque qu’à cette hauteur, si j’avais fait un plat, j’aurais pu avoir plusieurs fractures, ou d’autres choses de ce genre. Mais j’avais eu quand même très peur, et pendant quelques instants, j’avais cru voir défiler ma vie devant mes yeux. Après ça, je n’ai plus jamais essayé de sauter d’un plongeoir de plus d’un mètre de haut. Et c’était de là que me venait mon vertige.

J’essayais de prendre sur moi, de mettre ma peur de côté même si c’était pratiquement impossible, puis observai Keiji-kun, parce que je ne pouvais pas regarder autre part. Il avait l’air parfaitement calme. Est-ce que c’était un humain ? Ou c’était moi qui étais beaucoup trop sensible à la hauteur ? Non, j’entendais une petite fille pleurer, derrière. Je ravalai ma salive une nouvelle fois en secouant frénétiquement la tête.

-N-n-non, ç-ça ne va pas du tout !
me suis-je écriée en rougissant.

Pour être honnête, ça ne me ressemblait absolument pas de perdre mon calme comme ça. Je croyais même que c’était la première fois que je le perdais. Je devrais demander à Keiji comme il faisait pour être aussi zen dans un moment pareil. Cette sensation de nausée, de malaise, de tournis était vraiment horrible. Je n’avais pas envie de vomir, mais je sentais mon cœur battre plus fort. Est-ce que c’était un vrai problème technique ? Ou simplement parce que le parc d’attraction essayait de se mettre dans l’ambiance d’Halloween ? Si c’était une farce, et bien c’était raté. Je détournais le regard de mon camarade de classe, puis me rappelai que j’étais entourée de vide, alors je refermai les yeux. Tout de suite, j’avais besoin de Kakeru la peluche pour le serrer dans mes bras. Ou alors qu’Asuka, ma colocataire et meilleure amie, apparaisse comme par magie devant moi pour me faire un énorme câlin de réconfort. Ma gorge s’était nouée, je n’osai vraiment plus ouvrir à nouveau les yeux.


©️ Lady sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Masatoshi
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 26
Profession : ///
Cursus : ///
Multicomptes : Aucun, pour le moment.

Infos supplémentaires
Âge: 17 ans
Clubs: Volley-ball & Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]   Jeu 26 Oct - 22:49

Rollercoasters & emotional rollecoasters
Je regardais Yume, ma question devait sembler stupide sur le coup. Vu son état, ça allait être difficile pour elle de se calmer... Je soupirais doucement puis je levais les yeux au ciel. Bon Dieu, pourquoi il a fallu que ça nous arrive à nous et maintenant ? Oh tiens, le ciel il est magnifique e à cette hauteur la vue est impressionnante, on a l'impression d'être dans un rêve... C'est vraiment beau, à couper le souffle. Avec ce spectacle, ça pourrait devenir romantique. Je pourrais presque remercier mon Seigneur à nous offrir un tel décor.

Je me retournais vers Yume, un peu plus inquiet, elle avait vraiment l'air d'être pas bien. Son visage me faisait de la peine. Elle avait bien l'air d'être au bord d'une crise d'angoisse.

— N-n-non, ç-ça ne va pas du tout !

Ah bah ça je l'avais compris juste en voyant ton expression faciale s'aggraver et surtout avec le temps que tu as mis pour me répondre cocotte... Ma pauvre. Je réfléchissais à comment la rassurer et une idée me tarda pas à venir.

— Je vais te montrer comment rester calme.

J'enlevais mon gros gilet, il était chaud et incroyablement confortable et le passa aux épaules de Yume et l'attira contre moi. Oui je l'enlaçais actuellement. Je positionna sa tête contre mon épaule, en pente comme ça, elle avait les yeux rivés vers le ciel.

— Regarde, le ciel est beau hein ? murmurais-je près de son oreille comme un parent qui berçait son enfant.

Puis j'eus une autre idée, je sortis mon baladeur caché dans ma poche et mes écouteurs, j'ai bien fais de les garder avec moi. Je brancha mes écouteurs et mit une oreillette à l'oreille de Yume.

— Comme ça, ça va être mieux tu verras.


Je mis également une écouteur et démarra ma playlist spécial "calme", c'était un air de violon, de flûte et de piano mélangé à un côté électro rappelant un air de la culture asiatique. Je berçais doucement Yume en caressant ses cheveux. C'était bizarre d'un côté d'être aussi proche d'elle. Il y a quelques jours de ça, juste avant, je ne faisais pas du tout attention à elle, je ne l'a voyais pas vraiment on va dire.

— Tu vas mieux ? Tu arrives à te calmer ?

Les autres passagers firent comme nous et peu à peu, tout le monde se calma et parlaient du ciel. Nous avons plus qu'à attendre tranquillement les secours.
ft. Yume Hisako
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Hisako
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 99
Multicomptes : Kaze Tadao

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Natation, volleyball et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]   Jeu 26 Oct - 23:46


Rollercoaster & Emotional rollercoasterKeiji Masatoshi & Yume Hisako



— Je vais te montrer comment rester calme.


Ouah, c’était vraiment pile ce dont j’avais besoin sur le moment. Qu’allait-il faire ? Sortir un médicament qui rend calme ? Me donner une technique de respiration singulière ? Contre toutes mes attentes, il commença à enlever son gros gilet bleu pastel. Me bander les yeux ? Je n’avais pas pensé à cette option. Contre toute attente, il ne me le mit pas autour de mes yeux, mais l’enroula autour de moi. Sans que je n’aie le temps de réagir, il m’attira tranquillement vers lui et fit en sorte de placer ma tête sur son épaule en m’étreignant légèrement. Q-q-que quoiii ?! Ce comportement complètement inattendu me fit perdre mes mots, je n’osais plus rien dire ; et mes joues commençaient à prendre une teinte pivoine.

— Regarde, le ciel est beau hein ?
susurra-t-il à mon oreille, d’un ton rassurant.

Je fis l’effort de relever mes yeux vers le ciel. C’était vrai qu’il était magnifique. C’était un ciel de crépuscule, teinté d’une palette de couleurs variant entre le violet et le orange, en passant par le bleu ciel, le jaune pastel ou le rose bonbon ; des couleurs claires, foncées, chaudes, froides, neutres ; de multiples nuances, de multiples tonalités dans le même endroit. Mes yeux appréciaient beaucoup trop ce splendide tableau au-dessus de nous ; si bien que j’avais presque oublié mon sentiment de peur. Mon regard s’était perdu dans la vaste étendue céleste.

Je revins rapidement à la réalité, lorsque je sentis quelque chose s’enfoncer dans mon oreille. Je détournais les yeux pour regarder ce que faisait Keiji : il avait un baladeur et des écouteurs ; nous en avions un chacun. Qu’est-ce qu’il se passait, au juste ? D’abord, c’était absurde que l’attraction s’arrête en pleine route, puis c’était absurde qu’un garçon me prenne aussi calmement dans ses bras. J’avais ignoré mon sentiment de gêne, au début, mais maintenant, je le sentais m’envahir un peu plus. Mes joues, roses quelques secondes plus tôt, virèrent rapidement au rouge vif d’une tomate fraiche.

— Comme ça, ça va être mieux tu verras.


Je ravalai ma salive. Non pas parce que c’était désagréable, mais seulement parce que c’était la première fois que… j’étais aussi proche d’un garçon. Et mon esprit de fanatique de shojos va commencer à se faire des centaines de films, avec des centaines de mises en situations. Non, Yume, non ! Il fallait que je garde mon calme. Respire. Tranquillement. Tran-quil-le-ment.

De la musique commença à résonner dans mon oreille, et je n’entendais plus aucun pleur de jeune enfant. Tout commençait à redevenir plutôt calme, et la musique douce nous berçait tendrement. Je me pris au jeu et fermai les yeux.

Mais je les rouvris aussitôt lorsque je sentis la chaleur d’une main me caresser les cheveux avec affection. Je sentis un agréable frisson me parcourir le corps ; j’adorais plus que tout les papouilles dans les cheveux. Il se montrait de plus en plus rassurant, pourtant, je n’arrivais pas à retrouver mon calme. Mon visage entier avait pris une couleur rouge piment, cette fois-ci ; le changement de température de mon corps devrait être facilement remarquable. Mes yeux étaient grand ouverts, presque écarquillés, et regardaient Keiji avec insistance. Qu’est-ce qu’il se passait ? Pourquoi j’étais aussi troublée ? Comment était-ce possible de rougir plus que ça ? Est-ce que je ressemblais à une tomate radioactive venue de l’espace ? Pourquoi Keiji était-il aussi rassurant ? Se rendait-il seulement compte de toutes les sensations et émotions qu’il pouvait me procurer, rien qu’en m’enlaçant et me caressant les cheveux ? Le trouble de cette proximité envahissait mon esprit, si bien que je ne pus plus penser à autre chose qu’à Keiji et sa main dans mes cheveux. J’étais beaucoup trop embarrassée pour dire quoi que ce soit ; mais malgré ma gêne, je trouvais ça trop agréable.

— Tu vas mieux ? Tu arrives à te calmer ?


Effectivement, j’allais beaucoup mieux. En revanche… j’étais deux fois moins calme que tout à l’heure. Je détournai le regard, toujours aussi confuse, je serrai dans un poing la barre de sécurité, en me demandant ce que je pouvais répondre, mais surtout, comment j’allais répondre : j’étais restée sans voix, je n’arrivais pas à dire une phrase ; et si je sortais le quelconque son, j’étais pratiquement sûre que je ne réussirai pas à aligner trois vulgaires mots sans bégayer.

-J-j-j-je pense q-que o-oui…


Ridicule, Yume, ridicule. Je pensais que c’était impossible de rougir encore plus que maintenant, mais j’avais l’impression que la température de mon visage augmentait encore plus. J’essayai de focaliser sur la musique, en vain. J’avais presque l’impression de sentir ma bouche trembler, et je refermai vivement les yeux, troublée.


©️ Lady sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Masatoshi
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 26
Profession : ///
Cursus : ///
Multicomptes : Aucun, pour le moment.

Infos supplémentaires
Âge: 17 ans
Clubs: Volley-ball & Musique
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]   Mer 1 Nov - 1:22

Rollercoasters & emotional rollecoasters


— J-j-j-je pense q-que o-oui…

Encore elle bagaye ? Mais bon, qu'est-ce qu'elle est chou ! Ça me fit sourire de la voir ainsi, en train de rougir et hésiter sur ses mots. Ça l'a rend complètement adorable, à croquer !
La musique continuait à tourner. Je me demandais cependant si cette proximité qu'il y avait entre elle et moi la gênait beaucoup ? C'est vrai qu'on est plutôt proche pour des simples camarades de classe,  dire qu'avant on ne se parlait vraiment peu.

— J'espère ne pas être trop familier avec toi Hisako-san ? Je ne voudrais pas te brusquer.

Ceci dit, je n'avais pas bougé. Peut être qu'elle préférait être comme ça aussi. Après tout, certaines personnes ont aussi besoin d'être en contact physiquement avec d'autres pour se sentir mieux, peut être que Yume en fait partie.

Puis soudain, on entendit les hauts parleurs aux alentours de notre attraction émettre un bruit à casser les oreilles avant que quelqu'un prenne la parole:

— Bonsoir, nous tenons à nous excusez concernant le problème technique du grand huit. Ne vous inquiétez pas, vous ne risquez pas pire que ça et une équipe de secours arrivent pour vous dégagez de là. Surtout, ne sortez sous aucun prétexte des wagons et restez calme.

Après ce bref discours, je soupirais de soulagement. Quelques minutes à peine, les secours sont arrivés. Je rangeais donc rapidement mon lecteur et mes écouteurs dans ma poche avant qu'ils dégagèrent d'abord femmes et enfants puis le reste des wagons. Personne n'a été blessé heureusement mais l'attraction a décidé d'être fermé pour un bon bout de temps histoire qu'elle subisse des réparations techniques afin d'éradiquer ce genre de problèmes.

— Encore une fois, nous nous excusons. Nous vous offrons des places VIP pour profiter d'un restaurant et d'une attraction aux choix. Passez une agréable soirée mesdames et monsieurs.
fit le responsable de l'attraction.

Avec Yume, on récupéra nos affaires et je vis qu'elle avait une jolie peluche qui semblait vraiment douce au toucher. C'est dommage qu'ils n'ont pas accepté à ce qu'elle l'emmène avec elle, peut être que ça l'aurait aidé à garder son calme. Bon certes ça fait enfantin mais y a pas d'âges pour aimer les choses de ce genre à mon avis.

— Elle est vraiment mignonne, tu l'as gagné au stand de tir c'est ça ?

Bon en tout cas, avec cette mésaventure, on a pu gagner des places pour un restaurant et une attraction de notre choix donc aujourd'hui j'ai presque rien dépensé et je me suis plutôt bien amusé. C'est bien de sortir comme ça parfois, enfin c'est surtout mon porte monnaie qui devrait être content.

— On va manger ? Et après on pourra profiter d'une autre attraction, j'ai vu qu'une maison d'horreur faisait succès pas loin, t'en penses quoi ?
ft. Yume Hisako
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Hisako
Lycée • 2ème année
avatar

Messages : 99
Multicomptes : Kaze Tadao

Infos supplémentaires
Âge: 16 ans
Clubs: Natation, volleyball et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]   Jeu 2 Nov - 0:49


Rollercoaster & Emotional rollercoasterKeiji Masatoshi & Yume Hisako



Je pouvais savoir qu’un sourire se formait en sentant ses joues légèrement se contracter contre ma tête qu’il avait continué de caresser. MON DIEU J’AIMAIS CA. C’était encore meilleur que le goût d’un superbe gâteau au chocolat, ou que la sensation de satisfaction extrême lorsque mon équipe gagne au volleyball ou quand j’améliore mon temps de nage en natation. Et pourtant, mon amour pour les gâteaux au chocolat, le volleyball et la natation était extrême et intense. Mais les caresses dans les cheveux, c’était vraiment le top, c’était au dessus de beaucoup de choses. Ma mère m’en faisait souvent avant de dormir, et mon père un peu moins souvent, mais avec ses grandes mains, il le faisait mieux que ma mère. Puis une de mes meilleurs amis de mon petit groupe d’ami de l’époque, Emi, m’en faisait parfois, simplement pour gentiment se moqueur du grand sourire niais que je prenais. Mais là, les circonstances étaient différentes. C’était un garçon qui me le faisait, pour me rassurer. Quelle proximité. C’était la première fois que j’étais aussi proche d’un garçon de mon âge ; la première fois de ma vie. En plus, ce garçon était affreusement mignon. Je n’aimais pas trop penser comme ça, en jugeant des gens beaucoup plus beaux que d’autres, mais c’était le cas de le dire ; puis mon côté fleur bleue refaisait surface. Je ne savais pas trop pourquoi, mais j’avais l’impression d’être le personnage principal d’un shojo. Enfin, je n’aimais pas trop être sous le feu des projecteurs, être l’héroïne de quelque chose, mais il fallait dire que la scène collait vraiment à une de ces nombreuses scènes d’amour. Ouaaaah, mais c’était trop gênant en fait ! Je devais avoir la tête du smiley qui rougissait, à l’instant précis : « >///< ».

— J'espère ne pas être trop familier avec toi Hisako-san ? Je ne voudrais pas te brusquer.


-N-n-n-non, t-t-tout va bien !


Wow, bravo Yume, tu viens de lui montrer exactement l’opposé de ce que tu viens de dire.

Au moins, j’avais complètement oublié ma peur du vide. Pour être honnête, mon esprit était tellement obnubilé par cette proximité entre Keiji et moi qu’au final, je ne me souvenais presque plus que nous étions dans une voiture de montagne russe, et que nous étions bloqués, jusqu’à ce qu’on ce qu’on me fasse revenir à la réalité avec une annonce des techniciens :

— Bonsoir, nous tenons à nous excusez concernant le problème technique du grand huit. Ne vous inquiétez pas, vous ne risquez pas pire que ça et une équipe de secours arrivent pour vous dégagez de là. Surtout, ne sortez sous aucun prétexte des wagons et restez calme.

Je sursautai comme un enfant venant de se faire surprendre par ses parents entrain de manger en pleine nuit, puis je jetai plusieurs coups d’œil autour de moi après m’être redressée, le visage toujours légèrement plus rose que d’habitude.

Au final, après une deuxième annonce -plutôt importante puisque le parc nous offrait des places VIP dans un restaurant et une attraction au choix, nous avions enfin réussi à sortir de cette fichue attraction, et nous étions encore en vie, ce qui était un bon point. Je m’assurai de récupérer mon portable, ainsi que mon petit sac à main, puis évidemment, ma fidèle peluche Kakeru à laquelle j’avais beaucoup pensé avant que Keiji ne me fasse écouter de la musique sur laquelle je n’étais pas totalement concentrée tellement les papouilles dans les cheveux me faisaient plaisir.

— Elle est vraiment mignonne, tu l'as gagné au stand de tir c'est ça ?


-O-oui… répondis-je en finissant par retrouver le sourire après avoir jeté un coup d’œil à la peluche dans mes bras. Je l’ai appelée Kakeru.

Pendant un minuscule instant, je me sentis un peu bête de renommer mes peluches de la sorte, à mon âge ; puis ce sentiment partit l’instant d’après puisque j’assumais totalement et que cette peluche était trop mignonne.

— On va manger ? Et après on pourra profiter d'une autre attraction, j'ai vu qu'une maison d'horreur faisait succès pas loin, t'en penses quoi ?


Je réfléchis un instant… Manger… Tous les deux ?! Tu veux dire toi, et moi, et personne d’autre ? C’était également la première fois qu’un garçon m’invitait à manger, sans qu’il y ait mes amis avec moi.

-Aller manger… t-t-t-tous les deux…!?
commençai-je en murmurant.

Pourtant, ça semblait être totalement normal pour Keiji de proposer à une fille de manger avec lui comme ça. Ou peut-être que je me trompais, il avait des amis à lui qui l’attendaient ? Et pourquoi je me croyais dans un shojo, d’un coup ? Bon, ok, c’était parce que j’en regardais beaucoup trop, et que ça commençait à me monter à la tête… Je me rendis seulement compte que je rougissais lorsque je sentis la température de mon visage augmenter alors qu’un courant d’air passait. Je ravalai ma salive et osai enfin regarder Keiji dans les yeux, tout en souriant gentiment.

-Hum, j-j-je veux dire… Oh oui, c-c’est- une bonne idée
! enchaînai-je en me rendant compte de ce que j’avais dit. Est-ce que t’as une idée de l’endroit où se trouve le restaurant, par contre ? dis-je en espérant ne pas trop m’attarder sur mon esprit qui s’imaginait trop de choses.

J’espérais simplement qu’il n’avait pas entendu la première partie, sinon ça allait être carrément gênant. Je regardai autour de moi, tout en réfléchissant à la deuxième partie de sa question.

-Et honnêtement, je ne suis jamais allée dans une maison d’horreur, alors je ne sais pas trop comment c’est, ni comment ça va se passer… mais ça pourrait être sympa !


©️ Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rollercoasters & emotional rollecoasters [PV: Keiji Masatoshi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emotional train wreck (Valentin)
» Keiji Kagi [Terminée]
» real pain is emotional pain (isaac)
» Contrariétée humorale + Keiji

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Ville de Nara :: Autres lieux :: Le parc d'attraction-
Sauter vers: