Partagez | 
 

 Évacue ton énergie [Kyojiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Lun 10 Avr - 0:08


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

Je suis là depuis deux jours, et je pense que j'ai pas encore réalisé que je suis pas en vacances. Que je vais rester là un mois, à suivre (enfin suivre est un grand mot vu qu'ils parlent japonais) des cours, rencontrer des gens, découvrir un nouveau style de vie. C'est... encore nouveau. Pour l'instant, tout ce que j'ai fait, c'est m'acheter une peluche en forme de boule de riz, manger des sushis et essayé de comprendre mes cours pour avoir des notes potables. Heureusement que j'ai eu la merveilleuse idée de prendre quelques cours de japonais avant de débarquer ici, sinon les choses auraient été... compliquées. Enfin encore plus compliquées, je veux dire.

Mais pour l'instant, j'ai un autre soucis. Rien de grave, mais autant je trouve super cool de commencer le tir à l'arc (jusqu'à ce que je me lasse encore mais en un mois ça devrait aller), autant c'est un sport très zen et moi et les sports zens on s'entend d'un coup moins bien quand je recommence à faire des insomnies. Oui, il m'a suffit de deux jours sans dépenser l'énergie trop phénoménale que me donne ce trouble à la noix et j'arrive déjà plus à dormir. j'ai le cerveau qui fourmille de pensées sans lien les unes avec les autres, envie de sauter partout, et ça peut plus durer. Il me faut de l'action. De l'action physique, le genre qui secoue un peu.
Vu que je suis déjà inscrite au club d'arts martiaux chez moi, autant profiter d'être ici pour tenter quelque chose de nouveau (c'est bien le but, non ?). Du coup, pas un regard, ou presque, pour les gens qui s'entraînent à mains nues dans les autres salles et direction les combats au sabre.

Je sais pas si c'est aussi libre qu'à Londres et si j'ai vraiment le droit de venir squatter un club auquel je suis pas inscrite. Au pire, on me dira que non - si si, je sais comment on dit "tu n'as pas le droit" en japonais, ça devrait aller. J'ai même un sac de sport, quoique je sais pas trop ce que je suis censée porter au final. Il y a une tenue exprès, normalement. La question c'est : est-ce qu'on porte quelque chose en dessous ? Bah, j'aurais tout le temps de demander après. Je frappe doucement avant de faire glisser la porte pour glisser ma tête à l'intérieur. J'espère que quelqu'un ici parle anglais parce que je suis pas sûre de réussir à tenir une conversation stable.

- Bonjour... euh... je peux... participer ?

Si si, je crois que ma phrase a un sens. Je sais pas si j'ai mis les mots dans le bon ordre mais normalement j'ai formulé un truc en japonais qui veut dire quelque chose. J'espère juste qu'on va pas me dire juste "non" (quoique je comprendrais sûrement que ça) et que quelqu'un va comprendre que je suis pas super à l'aise avec cette langue aussi. J'ai vraiment besoin de dépenser toute mon énergie d'hyperactive avant de devenir dingue. Et puis je veux rencontrer des gens, je suis pas là juste pour étudier quand même !

©️ Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais


Dernière édition par Naomi Lawford le Ven 20 Oct - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Mar 6 Juin - 16:09


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Comme à son habitude, Kyojiro était seul. Du moins, ça n’avait plus été son habitude pendant environ 3 mois avec le retour de Tetsuya, son ami d’enfance, dans sa vie, mais cette habitude avait finalement repris le dessus avec l’annonce qui eut l’effet d’un coup de poignard en plein cœur du pauvre lycéen quand celui-ci lui annonça qu’il devait quitter Nara pour suivre son père qui était muté dans une autre ville. Ce déchirement avait été violent et avait foutu un sacré coup au moral du brun qui s’était encore plus renfermé sur lui-même. Du moins, pas plus qu’avant, juste qu’il avait l’air bien plus renfrogné depuis quelques jours. Il pleurait beaucoup le soir, en silence, et n’avait plus envie de rien. Le seul moyen qu’il avait trouvé pour ne plus penser à son meilleur ami, c’était se donner à fond dans une activité sportive, et sa passion pour le kendô l’aidait énormément à se vider la tête. Résultat, dès que ses cours étaient finis, il passait tout son temps libre au dojo.

Il était souvent le seul à s’entraîner hors des horaires de clubs, mais ça ne le dérangeait pas non plus quand ses camarades passaient la porte pour le rejoindre dans son entraînement. Là-bas aussi personne ne lui adressait trop la parole, mais on appréciait son talent pour ce sport qui en faisait un adversaire redoutable même pour ses aînés. Quoi qu’il en soit, Kyojiro qui été arrivé en avance fut bien vite rejoint par le président du club ainsi que quelques autres membres pour l’entraînement du jour. Toujours avec son visage renfrogné, il salua tout de même les nouveaux arrivants et poursuivit son entraînement seul en attendant que quelqu’un daigne lui proposer quelques échanges de coups ou même un petit match. Alors quand quelqu’un l’approcha, le tirant de sa bulle de concentration, il se stoppa net et attrapa une serviette pour essuyer la sueur qui perlait sur son visage. Affublé de son kimono d’entraînement, il aurait vraiment l’air super classe et aurait sans doute fait craquer quelques filles, mais c’était sans compter sur son visage donnant l’impression qu’il est constamment en colère.

Kyojiro se préparait à un entraînement en duo, mais il ne put s’empêcher d’être surpris par les mots de son camarade, surprise qui, au lieu de se traduire pour un sourcil arqué, se manifesta par un froncement plus prononcé de ses deux sourcils. Quoi ? On lui demandait si ça ne le dérangeait pas d’accueillir la fille qui venait d’entrer ? La raison était qu’il avait déjà eu le temps de s’entraîner un peu comparé aux autres qui venaient d’arriver, et aussi et surtout, parce qu’elle semblait étrangère et que même si le niveau d’anglais de Kyojiro n’était pas extraordinaire, il était meilleur que celui des autres membres du club. Ceux-ci se doutaient bien que ce n’était pas le meilleur ambassadeur qu’ils pourraient envoyer à cette inconnue, mais ça allait peut-être un peu le dérider ! Le brun acquiesça brièvement la tête et finit de s’essuyer avant de s’avancer vers la porte, découvrant la blonde qui avait demandé à participer. Bon. Pour quelqu’un qui n’était pas à l’aise avec les autres, ça allait être coton pour parler avec elle ! Le lycéen s’approcha donc, s’inclina devant la demoiselle pour la saluer et eut du mal à ouvrir la bouche pour lâcher ces quelques mots, son visage se renfrognant encore plus.

« On m’a envoyé m’occuper de toi. Qu’est-ce que je peux faire ? »

Le tout avait été dit assez froidement, son visage faisant tout le reste pour montrer à la jeune femme qu’il n’était pas vraiment à l’aise avec cette tâche qu’on venait de lui confier. Du moins, c’était ce qu’il pensait montrer aux autres, mais la blonde allait sans doute croire qu’il était en colère plutôt que mal à l’aise ! Et puis, même s’il ne l’avait pas beaucoup détaillée, il avait cru comprendre qu’elle était étrangère avec son accent et son japonais approximatif à son arrivée dans la pièce. Mince, est-ce qu’elle était là en échange scolaire ? Est-ce qu’elle avait réussi à le comprendre ? Kyojiro était bien embêté. Il se passa la main sur la nuque, le regard perdu sur le mur à côté de la demoiselle. Il lui fallut quelques instants pour réfléchir à comment s’exprimer en anglais, si toutefois c’était nécessaire. Elle allait sans doute se foutre de lui à cause de son accent tout pourri, mais si au moins elle pouvait mieux le comprendre de cette façon…

« Tu n’es pas japonaise ? Est-ce que tu préfères que je parle anglais ? »

Bon, c’était pas fameux, surtout son accent, mais on ne pourrait pas lui reprocher de ne pas avoir fait d’efforts pour se faire comprendre de la jolie blonde qui se tenait devant lui.

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Dim 11 Juin - 0:42


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

On m'a dit d'attendre ici et qu'on trouverait quelqu'un pour m'aider – je crois. Dans ma tête, c'est devenu "ton japonais est atroce et on va essayer de trouver quelqu'un qui parle ta langue, hein". Enfin bon. Je m'adosse tranquillement au mur en attendant que le quelqu'un en question se pointe. A vrai dire, je peux comprendre qu'on n'ait pas très envie de s'embêter avec moi. Je n'ai rien à faire là – pas d'inscription, pas de tenue, rien – mais bon j'avais envie de voir à quoi ça ressemblait. Parce que, pour ne rien vous cacher, ma seule expérience d'un club de kendô vient d'épisodes de Tokyo Mew Mew et on a vu mieux comme source d'information. De toute façon, je préfère découvrir les choses par moi-même : le savoir absolu d'internet a aussi ses limites.

Quelqu'un approche. Un garçon – plutôt mignon en plus – qui doit avoir mon âge, ou pas loin. Enfin il serait sûrement plus mignon s'il faisait pas cette tête de tueur en série, mais bon c'est pas à moi de décider ce qu'il fait de sa vie, tant qu'il n'essaye pas de m'étrangler.
Par contre j'ai rien compris. Enfin j'ai compris "toi" et un bout de la deuxième phrase, mais sinon euh... c'est à peu près tout. Bon bah peut-être qu'ils m'envoyaient juste quelqu'un pour m'aider, en fait, et que personne ne parle anglais dans ce club. Pour l'intégration c'est pas mal, pour la compréhension un peu moins.

Il a pas l'air super à l'aise non plus, en fait (la main derrière la nuque, c'est universel). Du coup c'est peut-être bien parce qu'il parle anglais qu'ils me l'ont envoyé, mais ça aurait été bien de le prévenir avant, peut-être. Ça nous aurait évité à tous les deux de ne pas savoir quoi faire. J'hésite à parler. Si je dis un truc en anglais et qu'il ne comprends pas, ça va compliquer les choses. Alors que si j'attends qu'il reparle, je serai au moins fixée et je pourrais lui répondre en japonais que je ne parle pas sa langue de façon très spectaculaire.

- Tu n’es pas japonaise ? Est-ce que tu préfères que je parle anglais ?

Ah bah oui, c'est beaucoup mieux. Bon il a un bon accent japonais comme on en voit que dans les animes mais en même temps... il est japonais, donc c'est assez logique. Moi tant qu'on arrive à avoir un semblant de conversation qui tient la route, il peut avoir l'accent qu'il veut, ça me dérange pas.

- Ça serait plus simple...

J'essaye de parler un peu moins vite – j'ai un débit de parole assez rapide, en temps normal, mais vu que même les anglophones ont du mal à me suivre on va éviter. Le but ici c'est de communiquer, pas d'avoir un pauvre gars perdu qui me fixe avec des grands yeux en se demandant pourquoi les anglais ont cette idée débile de manger tous leurs mots quand ils parlent.
Mine de rien c'est pas si simple de parler moins vite avec la vitesse à laquelle circulent mes pensées.

- Je voulais... enfin je me demandais si je pouvais venir... même sans être inscrite ?

J'ai beaucoup de questions à poser, beaucoup trop de pensées dans ma tête, pas assez de mots ou de temps pour les exprimer. J'essaye d'utiliser des mots que j'estime plus ou moins connus partout mais bon, peut-être qu'il ne comprend rien à ce que je raconte.
Pourquoi l'être humain ne pouvait pas juste inventer une langue et s'y tenir ?

© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Jeu 29 Juin - 15:47


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Malgré l’impression que son visage renfrogné pouvait donner aux autres, Kyojiro était quelqu’un de foncièrement gentil qui avait le cœur sur la main. Il avait toujours du mal à dire non quand on lui demandait un service, et il avait encore été victime de sa trop grande gentillesse, ne pouvant refuser à son camarade d’aller voir l’étrangère pour s’occuper d’elle pendant que les autres membres du club passaient à leur entraînement. Kyojiro n’était vraiment pas à l’aise avec les autres, il n’arrivait pas à savoir comment il était censé se comporter. Ça c’était une habitude, mais en plus de ça, il y avait aussi le fait qu’il était moralement complètement à côté de la plaque à cause du départ brutal de son meilleur ami. Meilleur et seul ami en fait. Bref, avec une serviette autour de son cou, celle qu’il avait utilisée pour s’essuyer, il approcha de la blonde, le visage encore plus renfrogné qu’avant en lui adressant la parole en japonais, histoire de savoir ce qu’elle voulait et ce qu’il pouvait faire pour l’aider. Bon vu le silence qui s’installe, elle n’a visiblement pas compris.

Il s’agit d’une étrangère au Japon qui ne parle pas japonais, okay. La meilleure solution pour communiquer avec elle est sans doute de passer par l’anglais. Kyojiro se lance donc, en plus mal à l’aise de s’exprimer dans une langue qui n’est pas la sienne. Vraiment, il aurait dû refuser… Enfin, en attendant, il était tellement occupé à penser à quels mots employer que Tetsuya lui était complètement sorti de la tête ! Il fallait voir le bon côté des choses ! L’anglais était donc validé, la jeune femme avait compris ce que le Japonais avait dit et lui avait donc répondu, l’éclairant sur sa présence ici. Elle voulait sans doute découvrir le club. Essayant de reprendre un peu de contenance, ses sourcils toujours froncés, Kyojiro jeta un coup d’œil derrière lui, remarquant que ses camarades lui jetaient quelques regards pour voir comment il s’en sortait. Il hésita un moment, prenant le temps de trouver les bons mots et de former une phrase à peu près correcte.

« Tu veux t’entraîner ? Je ne pense pas que ce soit impossible même si tu n’es pas du club. Personne n’a l’air d’être dérangé par toi alors… »

Bon, c’était un peu mal dit tout ça, mais le principal était là ! Vu que personne ne l’avait refoulée à l’entrée, c’était bien qu’elle pouvait participer un peu non ? Et puis, les autres membres, principalement des garçons, devaient être bien contents de voir une fille pénétrer dans le dojo ! Kyojiro s’en moquait lui, il n’était pas plus à l’aise avec un garçon qu’une fille en face de lui.

« Tu es en voyage à Nara ? »

Cette question était un peu bizarre en fait, Kyojiro s’en rendit compte. Il ne pouvait pas s’agir d’une simple touriste, elle n’aurait pas pu arriver jusque-là simplement pour visiter après tout. Il devait s’agir d’une fille en voyage scolaire ou quelque chose du genre. Il devait avouer ne pas avoir trop écouté ce que leurs professeurs leur avaient raconté à ce sujet ces derniers temps. Il avait la tête ailleurs. Le brun remarqua alors que la demoiselle portait toujours ses chaussures. Il les pointe de doigt, toujours pas très à l’aise de devoir autant parler à une parfaite inconnue.

« Tes chaussures, tu dois les quitter pour entrer. »

Le Japonais avait honte de parler avec un anglais aussi approximatif, mais bon, il n’était pas bilingue, loin de là ! Il indiqua un coin où se trouvaient déjà toutes les chaussures des autres membres du club pour qu’elle les y dépose et se gratta la tête, fronçant encore plus les sourcils si cela était seulement possible, pour passer au reste de ses explications. Ça devenait plus technique là, il allait devoir faire des gestes pour aider à se faire comprendre.

« Euh… Tes vêtements… Il faut aussi les quitter euh… (il montre sa tenue) Il faut porter un kimono. »

Rhaaaa comment on disait vestiaires déjà ? Le brun était en train de paniquer, juste un peu. Et personne ne venait l’épauler ! Il s’écarta un peu et fit signe à la demoiselle de le suivre jusqu’à une petite pièce connexe à la salle principale du dojo, là où plusieurs kimonos étaient entreposés pour les personnes ayant oublié le leur ou les nouveaux membres en attendant qu’ils aient le leur. Il les montra alors à la blonde.

« Tu peux choisir et essayer là-bas. »

Il pointa du doigt un petit renfoncement dans la pièce où elle pourrait se changer en toute discrétion pour trouver un kimono à sa taille. Bon ! C’était déjà un bon début non ? Kyojiro allait pouvoir souffler un peu et reprendre ses esprits le temps qu’elle se changerait ! Cette rencontre était bien plus éprouvante que l’entraînement qu’il s’était infligé un peu plus tôt en tout cas !

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Dim 22 Oct - 9:40


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

Visiblement, la curiosité est quelque chose d'universel. Il n'y a qu'à voir tous les petits regards en coin que nous lancent les autres membres du club. Ca me donne un peu l'impression d'être un phénomène de foire mais bon, en même temps, ça doit pas arriver tous les jours qu'une étrangère débarque sans prévenir et en maîtrisant à peine une dizaine de mots dans leur langue - et quelques formules grammaticales. il faudra que j'étende un peu mon vocabulaire, histoire de pouvoir communiquer autrement qu'en anglais ou par monosyllabes.
Enfin pour l'instant il faut surtout que je me concentre et que je l'écoute parce qu'il a déjà l'air mal à l'aise de devoir parler anglais, si en plus mon cerveau part en promenade je sais pas où, il va faire gueule. On va éviter de se faire des ennemis à l'autre bout du monde, hein.

Je ne dérange personne alors ? Tant mieux, ça aurait été difficile de participer si une partie du club m'avait regardée de travers - j'aurais sûrement même fini par m'en aller pour ne pas gêner plus longtemps. Mais non, il faut croire que ma tête leur revient ou qu'ils s'en fichent d'avoir une personne de plus ou de moins dans leur groupe. Je vais pas m'en plaindre surtout si j'ai en plus quelqu'un qui me comprend quand je parle.

- Tu es en voyage à Nara ?
- En échange.

Pour le coup, je connais le mot en japonais - il était écrit sur mon document de transfert et quand je m'ennuie dans l'avion, je lis tout ce qui me passe sous la main. Je suis pas 100% sûre de la prononciation mais si je me suis pas trompée sur les lettres - enfin les syllabes - normalement c'est ça. Et puis ça me permet de caser quelques mots dans sa langue avec mon accent moche pour que 1) il n'ait pas trop honte du sien, on sait jamais, et 2) je ne passe pas totalement pour une ignare. Ou une weeaboo qui est venue au Japon sans parler un mot de japonais juste pour "vivre comme dans un manga". Moi je suis là parce que j'avais besoin d'air et que je connais un peu la ville.

- Tes chaussures, tu dois les quitter pour entrer.

Hein, mes chaussures ? Pourq... ah oui, c'est vrai, j'avais oublié que les japonais ne portaient jamais de chaussures à l'intérieur. Déjà qu'ils ont galéré à trouver ces espèces de chaussons d'uniforme à ma taille. Je hoche la tête pour lui signifier que j'ai compris - quand même - et retire mes chaussures avec mes pieds pour pouvoir continuer de l'écouter et ne pas avoir à me baisser.
Pour la suite, j'avoue que sans les gestes j'aurais eu un peu de mal à comprendre - enfin surtout s'il m'avait pas indiqué le vestiaire. J'aurais sûrement cru que je devais revenir avec la bonne tenue - donc l'acheter - mais il m'emmène à côté d'une pièce fermée avec des kimonos mis à disposition. Tant mieux, ça m'aurait un peu soûlée de devoir acheter une tenu pour ne l'utiliser qu'une ou deux fois, et surtout de devoir partir maintenant parce que je n'ai pas la bonne.

Je le remercie dans mon japonais approximatif (je pense que "merci" fait partie des premiers mots qu'on apprend dans une langue, mais bon on sait jamais et je veux être sûre qu'il comprenne), puis je commence à chercher un kimono à ma taille pendant qu'il... je sais pas, s'entraîne en attendant, sûrement.
J'ai laissé mes chaussures là où il me l'a indiqué mais je ne sais pas si je dois garder mes chaussettes ou pas. J'ai pas vérifié s'ils avaient les leurs, et j'aurais sûrement l'air un peu idiote si je demande - la question à mille dollars : est-ce que j'aurais l'air plus bête en posant la question ou en débarquant en chaussettes s'ils sont tous pieds nus ? Bah, au pire je verrais, je pense qu'ils se doutent bien que j'y connais pas grand chose.

Je me change donc en faisant en sorte que personne ne me voie. Au pire s'ils se rincent l'oeil ça changera pas grand chose à ma vie, pas comme si j'allais me mettre toute nue non plus, mais je voudrais pas leur imposer ni les mettre mal à l'aise pour autant. La notion de pudeur de la plupart des gens commence aux sous-vêtements, après tout - même aux vêtements un peu courts mais bon, ceux-là m'aiment pas généralement. J'ai finalement trouvé un kimono qui me va, un peu court au niveau des bras mais ça passe. C'était ça ou flotter dedans, il y a pas mille choix niveau taille.

Bref, maintenant que j'ai enfilé ça, je fais quoi ? Je m'incruste dans un groupe pour aller m'entraîner avec eux ? Je suis même pas sûre d'être complètement prête. Dans les mangas (oui, bon, j'ai quelques mangas et animes parme mes références), ils ont toujours un genre de protection. C'est assez logique dans un sens, vu qu'ils se tapent dessus avec des sabres en bois. J'espère qu'ils en ont en réserve, sinon je vais finir avec une armée de bleus.
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Mar 24 Oct - 14:59


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Cette fille ne lui avait absolument rien fait, mais Kyojiro regrettait vraiment de ne pas avoir su dire non quand on lui avait demandé de gérer le problème « une étrangère qui ne parle pas un mot de japonais est là ». Lui qui n’était pas à l’aise pour s’exprimer avec des gens, d’autant plus quand il ne les connaissait pas, le voilà qui se retrouvait à devoir en plus parler en anglais avec elle ! Heureusement qu’il avait quelques notions, mais là encore, dès qu’il lui fallait ouvrir la bouche, tout devenait beaucoup plus compliqué. L’anglais, à l’écrit, ça va, mais à l’oral ! Il arrivait à aligner quelques mots, mais il fallait vraiment qu’il se concentre pour bien tout saisir ce qu’elle lui répondait par peur de ne pas comprendre ou, pire, de comprendre de travers. Fort heureusement pour le brun, elle ne faisait pas de trop grandes phrases trop compliquées à comprendre. Et avant de pouvoir faire quoi que ce soit, il fallait quand même qu’il sache ce qu’elle faisait ici. Un échange, parfait. Et elle l’avait dit en japonais donc impossible de se tromper.

« Tu es juste arrivée ? Quelle année ? »

Okay. Il voulait lui demander si elle était étudiante ou lycéenne, mais il n’arrivait jamais à trouver les mots qui correspondaient. Tant pis, à bien la regarder, il opterait peut-être plus pour une lycéenne, elle devait avoir plus ou moins le même âge que lui. Et alors qu’il allait enchaîner, il se rendit compte qu’il avait oublié une chose très importante. Collant ses bras le long de son corps, Kyojiro garda son air renfrogné alors qu’il se penchait en avant vers la demoiselle. Toutes ces émotions lui avaient fait oublier de se présenter ! Ça lui arrivait bien trop souvent à chaque fois qu’il faisait une nouvelle rencontre ces temps-ci !

« Hum… Enchanté, je m’appelle Kyojiro Sakurai. Et toi ? Hum… Je… 3ème année d’études. »

Ouais bon non, autant arrêter là, c’était très bien comme présentation déjà ! Et puis, ses yeux s’étaient posés sur ses chaussures et c’était bien plus important de lui dire qu’il fallait qu’elle les retire avant de poursuivre. L’étrangère retira donc ses chaussures alors que Kyojiro passait à la suite des explications, mêlant les gestes à la parole pour essayer de lui faire comprendre qu’elle devait passer la bonne tenue, la menant jusqu’aux vestiaires. Voilà, elle n’avait plus qu’à trouver des vêtements à sa taille et elle pourrait commencer l’entraînement avec eux ! En attendant qu’elle se change, Kyojiro s’écarte de la porte et s’adosse contre le mur, fronçant un peu moins les sourcils alors qu’il soupire de soulagement. Bon, c’était approximatif, mais ils ont quand même réussi à se comprendre ! Maintenant, il allait falloir qu’il passe à la suite et même s’il était bon au kendo, il n’avait jamais fait d’entraînement à qui que ce soit.

Quand il la vit prête en jetant un coup d’œil par la porte, il inspira profondément pour revenir vers elle, toujours pas à l’aise et toujours avec son air renfrogné, lui montrant ses chaussettes puis ses pieds nus du doigt. Voilà, ça allait plus vite que d’essayer de lui expliquer qu’elle devait aussi retirer ses chaussettes. Fallait dire qu’il était tellement stressé qu’il n’avait pas remarqué qu’elle les avait gardées. Maintenant, il ne restait plus qu’à commencer l’entraînement. Il aurait pu lui dire d’enfiler une armure, mais avant de pratiquer le combat, il fallait bien commencer par apprendre à manier un shinai contre un adversaire invisible ! Kyojiro s’engouffra dans les vestiaires et attrapa un shinai pour la blonde qu’il lui tendit très solennellement.

« C’est un shinai. C’est l’arme pour attaquer. Hum… Normalement, il y a une *il mima l’armure* pour se protéger mais tu dois d’abord apprendre à utiliser l’arme. »

Wah. C’était encore plus épuisant d’essayer de se faire comprendre que de s’entraîner d’arrache-pied pendant des heures et des heures au kendo ! Il invita la blonde à avancer dans la pièce avec lui, prenant position avec son shinai, tenant le manche avec ses deux mains dans la position de départ d’un combat. Il lui jeta un œil pour essayer de lui faire comprendre qu’elle devait recopier sa position. Il attendit un peu et se rapprocha d’elle pour corriger les quelques défauts de sa position, essayant de ne pas penser au fait qu’il était très proche d’une fille, très jolie au passage, et qu’en plus d’être proche, il la touchait carrément. Non, décidément, lui qui avait voulu oublier Testuya, là, il y arrivait plus que bien !

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Mar 7 Nov - 22:08


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

- Quatrième.

Et dernière. Dans quelques mous, j'aurais quitté le lycée et les études pour de bon. Ça fait bizarre de me dire que je n'aurais plus jamais de cours alors que même dans mon temps libre j'étais dans un lycée fictif pour une série, que c'est le type de lieu dans lequel j'ai passé le plus clair de mon temps. Je me demande combien de temps il lui reste, à lui ; combien d'année de lycée, s'il va aller à l'université après ou faire comme moi et se lancer dans le monde dès son diplôme en poche.

- Hum… Enchanté, je m’appelle Kyojiro Sakurai. Et toi ? Hum… Je… 3ème année d’études.

Maintenant qu'il le fait remarquer, c'est vrai qu'on ne s'est présenté ni l'un ni l'autre. J'essaye maladroitement de saluer comme lui, même si j'ai pas encore retenu à quel point il faut se pencher - j'y connais vraiment rien, surtout ce genre de détails. je crois que je me suis pas inclinée assez mais bon, je fais de mon mieux.

- Je m'appelle Naomi Lawford. Enfin tu peux m'appeler Naomi.

J'ai pas envie de lui imposer de prononcer mon nom de famille, qui doit pas être simple pour un japonais, et de toute manière je préfère qu'on m'appelle par mon prénom. Il a l'avantage d'être facile à prononcer dans la plupart des pays du monde, en plus, ça m'arrange bien. Enfin bref, retirer mes chaussures, enfiler la tenue, hésiter sur mes chaussettes.
Je sursaute à moitié en le voyant débarquer à côté de moi. Euh... Attendez. Comment il a su que j'étais prête ? Il a regardé ? Alors moi j'avais peur de gêner des gens en étant visible, et en fin de compte c'est lui qui a jeté un œil pour savoir si j'étais habillée... heureusement qu'il a pas regardé dix secondes plus tôt. Enfin moi je m'en fous hein, mais ça donne un grand coup à la prétendue pudeur japonaise. Ceci mis à part, apparemment il faut que je les retire, finalement, ces chaussettes. Ça m'apprendra à pas vérifier avant. D'un autre côté, le fait qu'il ait remarqué aussi vite, ça m'évite d'avoir à poser la question, et comme il a pas l'air de savoir dire chaussettes ou l'expliquer, c'est sûrement mieux comme ça.

Ah, j'avais raison, il faut une armure. Je suis presque déçue de ne pas pouvoir en porter une maintenant mais il a raison. Ça sert à rien de porter une armure si l'arme m'échappe des mains toutes les deux secondes. Ça n'empêche pas un léger soupir d'essayer de s'échapper, comme une touriste déçue de ne pas pouvoir essayer un jeu local - ou une gamine. N'importe quoi. je secoue un peu la tête avant de le suivre au milieu de la salle.
Bon, si je comprends bien, il est en train de me montrer comment ça se tient, vu qu'il m'a expliqué il y a pas cinq minutes qu'on allait pas se battre. D'accord. Du coup les jambes comme ça, les mains là, et ça se tient... ouais, à peu près comme ça ?

Pas vraiment, il semblerait, vu qu'il vient corriger quelques défauts dans ma posture. C'est en se trompant qu'on apprend, comme on dit, alors je le laisse faire en retenant la position correcte pour la prochaine fois. Nos regards se croisent l'espace d'un instant alors qu'il corrige la hauteur de mon bras. A y regarder de près, c'est vrai qu'il est plutôt mignon. J'y avais pensé tout à l'heure, mais c'est encore plus flagrant maintenant qu'il est très proche de moi. Je me demande ce qu'il pense, lui. Est-ce qu'il a l'habitude d'être aussi proche de quelqu'un ? Si j'en crois ce que je sais sur le pays, probablement pas - le contact physique est rare ici, paraît-il.
Heureusement pour lui et son état émotionnel, je ne suis pas encore assez à l'aise pour faire des blagues à ce sujet. Je garantis pas que ça sera pas le cas à la fin de son "cours", vu que j'ai des gênes de dragouilleuse, mais pour l'instant on va commencer par essayer de se comprendre, hein. Et faire ce pour quoi je suis venue.
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Jeu 30 Nov - 12:59


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Alors comme ça la demoiselle qu’il avait face à lui était en dernière année d’étude au lycée ? La logique voulait donc qu’elle soit un poil plus âgée que lui alors. Ce n’était pas vraiment le genre de trucs qui allaient le mettre plus à l’aise, mais tant pis. Maintenant, les présentations. La jolie blonde s’appelait donc Naomi Lawford. L’appeler juste Naomi ? Mais ? Ils n’étaient pas aussi proches aussi ! Et puis, la seule personne qu’il appelait par son prénom était Tetsuya, son meilleur ami. C’était… C’était pas possible, il ne pouvait pas faire ça. Alors qu’un grand dilemme prenait place dans sa tête, ses joues se teintèrent un peu de rouge. Bon, il ne pouvait pas l’appeler juste Naomi alors…

« Na… Naomi-san alors. Tu… Tu peux m’appeler comme tu préfères. »

Waw… Ca avait été vraiment dur pour le lycéen de l’appeler comme ça et en plus de lui dire qu’elle pouvait l’appeler comme bon lui semblait. Elle lui avait demandé de l’appeler simplement par son prénom, mais est-ce qu’il pouvait vraiment lui imposer de se contenter de son nom de famille suivi du suffixe « san » ? Elle n’avait pas l’air bien au fait des us et coutumes japonais vu la manière dont elle s’était inclinée et Kyojiro ne voulait pas la mettre mal à l’aise. Cette académie était internationale, ce n’était pas la seule étrangère ici à ne pas trop respecter les politesses japonaises alors… Ce n’était pas si grave. Et puis, il était là pour lui apprendre les bases du kendo, pas pour lui faire une leçon sur le savoir-vivre japonais ! Lui montrant ensuite l’endroit où se changer et les vêtements à enfiler, Kyojiro attendit de longues minutes à l’extérieur. Est-ce qu’elle s’en sortait ? Est-ce qu’elle était prête mais n’osait pas sortir ? Déglutissant difficilement et plissant les yeux pour ne pas risquer de trop voir quelque chose qu’il ne devrait pas voir, il passa la tête par la porte, juste pour jeter un coup d’œil rapide. Ouf ! Elle était prête ! Il aurait vraiment eu la honte de sa vie si ça n’avait pas été le cas ! Surtout qu’il n’avait encore jamais eu le loisir de voir une vraie femme nue devant lui ! Il aurait eu un tel choc qu’il n’aurait eu qu’une envie : prendre ses jambes à son cou et se tirer d’ici !

S’approchant à nouveau d’elle, il lui expliqua par des gestes qu’elle devait retirer ses chaussettes. Chose faite, ils pouvaient à présent entrer dans le vif du sujet ! Kyojiro s’empara d’un shinai qu’il tendit solennellement à la demoiselle, lui expliquant qu’avant de porter une armure et se battre, il fallait apprendre à manier cette arme. Ils avancèrent un peu dans la pièce, le lycéen prenant place avec l’arme dans la position de départ d’un combat, invitant Naomi à le copier. Bon, ce n’était pas tout à fait ça. Coinçant son shinai avec la ceinture de son kimono, Kyojiro s’approcha de la jolie blonde pour corriger sa position, leurs regards se croisant brièvement alors qu’il corrigeait la position de son bras. L’effet fut immédiat : ses sourcils se froncèrent davantage, si c’était seulement possible, ses joues se colorèrent encore plus de rouge et ses yeux sombres se détournèrent aussitôt. Non, vraiment, il n’était pas à l’aise avec tous ces contacts physique, encore moins avec une fille aussi mignonne. Finissant de corriger sa position, il lui fit un signe de la tête pour lui dire que c’était comme ça qu’il fallait se poster.

« C’est pour le début des combats. »

Et… Mince ! Il avait complètement oublié de parler des différentes positions avant même celle-ci ! Se tapant le front avec la paume de sa main en lâchant un petit soupir, vraiment dépité d’être un aussi mauvais prof, il se tourna vers Naomi avec une petite moue.

« Euh… Désolé. J’ai oublié quelque chose. Hum c’est… la position de base pour… quand tu es… »

Il se posta bien sur ses pieds pour lui faire comprendre que c’était la position à avoir quand on était debout dans un dojo avec un shinai, même si on ne participait pas à un combat.

« Cette position c’est le Shizentai. Avec le shinai en position Sagetou. »

Bon, ça faisait beaucoup de termes techniques, mais il fallait bien commencer par le commencement si elle devait pratiquer le kendo pendant toute la durée de son échange scolaire ! Kyojiro se plaça face à elle, prenant une posture bien détendue, les épaules un peu relâchées, les pieds bien parallèles, le visage droit, pas trop levé ni trop baissé, et le shinai tenu sur le côté. Voilà, c’était la position de base à avoir losqu’on se trouvait debout.

« Désolé c’est… les bases alors, ce n’est peut-être pas très intéressant pour toi. Mais c’est très important au kendo. »

Tous les débutants mourraient d’envie de prendre un shinai pour taper sur leur adversaire, mais le kendo, en plus d’être un sport, était avait tout une façon d’être, aussi bien dans un dojo que dans la vie de tous les jours. Naomi faisait face à un passionné assez intransigeant sur le sujet. Elle ne pouvait certainement pas rêver de meilleur professeur ! Même si bon, quelqu’un de plus doué en anglais et de plus doué avec les gens aurait quand même été plus agréable à suivre pour un tel apprentissage. Kyojiro espérait juste qu’elle n’allait pas se lasser.

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Lun 11 Déc - 14:00


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

Ok, je lui en demandait peut-être beaucoup en lui disant de m'appeler par mon prénom. Pour moi ça semble assez naturel l'un comme l'autre, j'ai bizarrement l'habitude d'appeler certaines personne par leur nom de famille plus que par leur prénom – même si la plupart du temps c'est pour éviter la confusion avec des homonymes ou pour montrer bien clairement que c'est quelqu'un que j'apprécie pas des masses – donc on va lui éviter une gêne supplémentaire et l'appeler par son nom de famille qui était... Sakurai, c'est ça. À retenir si jamais à un moment ou un autre j'ai besoin de l'interpeller – parce que s'il y a bien un truc avec lequel j'ai du mal dans les coutumes japonaises, c'est le fait de répéter le prénom de la personne à laquelle on parle. Bon j'ai plus ou moins compris que "tu" n'étais pas la façon la plus polie du monde de s'adresser à quelqu'un, mais moi le nom c'est vraiment quelque chose que j'utilise très peu. Il y a même des gens à qui j'ai parlé dans ma vie dont je ne connais toujours pas le nom alors que je les connais depuis des mois.

Enfin bref, pour l'instant c'est plus lui qui va parler que moi vu qu'il est censé m'expliquer des choses, donc cette histoire de nom n'est pas essentielle. Et je dois avouer que c'est très amusant et même assez mignon de voir qu'il rougit rien qu'en croisant mon regard – et c'est pas bon pour refréner mes mauvaises manies. Heureusement, comme il est ultra-sérieux pour m'expliquer même s'il baragouine un peu son anglais, ça réveille aussi cette partie de moi qui veut toujours faire de son mieux. Parce que oui, c'est peut-être en faisant des erreurs qu'on apprend, mais tant qu'à faire j'aime mieux ne pas faire deux fois la même.

- Euh… Désolé. J’ai oublié quelque chose. Hum c’est… la position de base pour… quand tu es…

La position de base ? Ah, oui. Évidemment, on est pas toujours en position de combat. Il doit y avoir des moments où on attends, quand l'adversaire met trois plombes à enfiler son armure par exemple – rien que l'idée d'un gars qui reste stoïque avec son shinai (c'était bien ça le mot ?) pendant qu'un autre galère à mettre sa tenue correctement me fait sourire tellement c'est comique à imaginer – ou bien des moments où on regarde d'autre personnes s'entraîner ou se battre. Je me demande si ça se fait de le poser par terre. Je pense pas – j'en sais rien en fait – vu que la plupart du temps ils le gardent en main, comme il est en train de me montrer, ou qu'ils sont rangés quelque part. Il faudra que je pense à lui demander avant la fin, mais pour le moment j'essaye surtout de retenir tous les mots qu'il me donne. Shizentai, c'est du coup ma posture et Sagetou la façon dont je tiens le shinai... Quelque chose comme ça. Bon, les noms c'est bien, mais il faut réussir à le faire maintenant. C'est une posture de repos, ça doit être moins difficile que des postures de combat, quand même. Alors un peu plus droite mais pas trop... là,  je dois être bien, nom ?

- Désolé c’est… les bases alors, ce n’est peut-être pas très intéressant pour toi. Mais c’est très important au kendo.
- Ne t'en fais pas. Je suis là pour apprendre comment on fait, sinon j'aurais juste pris un bâton pour taper sur des gens. Ça ne m'ennuie pas de connaître les bases, au contraire.

J'ai pris des cours dans d'autres disciplines de combat. Et si effectivement en auto-défense le principe reste de taper sur des gens (plutôt de se faire taper dessus), on fait la plupart des prises très très très lentement. Déjà pour pas caser le bras de la pauvre personne qui vient juste s'entraîner, parce que pas mal de technique ont cet effet de casser des trucs, et aussi pour apprendre à bien les faire. Avant qu'on nous mette dans une situation de stress et qu'on oublie tout, mais bon le but c'est aussi d'en faire des réflexes. Bref tout ça pour dire que j'ai l'habitude de commencer lentement et de commencer par les bases.
Et puis de toute façon il a l'air tellement plus à l'aise depuis qu'il en parle que je pense que c'est bien plus qu'un simple club de lycée à ses yeux. J'admire la passion et je sais la reconnaître quand je la vois.

- Ça fait longtemps que tu fais du kendo ?

Alors attention, j'ai tenté une phrase en japonais, on applaudit ! J'ai profité d'une petit moment de silence entre deux explications pour essayer de lancer une conversation histoire que sa journée ne se résume pas à apprendre à une petite occidentale pas douée comment on tient une arme en bois – quoique je pense que ça ne le dérangerait pas tant que ça s'il n'y avait pas cette barrière de langue, il a l'air d'adorer son sport. Moi qui n'ait jamais réussi à m'investir dans un sport en particulier, je trouve ça d'autant plus impressionant.
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Mar 12 Déc - 17:56


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Kyojiro ne s’était jamais retrouvé dans cette position, à devoir enseigner les rudiments du kendo à une autre personne. Lui-même n’avait pas trop eu de professeurs, il avait un peu appris tout seul au début, regardant encore et encore des combats à la télé ou même sur Internet, visionnant plusieurs fois les vidéos pour s’imprégner des mouvements et pouvoir les répéter lui-même avec son shinai. Et voilà, il s’était planté en beauté. Avant d’apprendre les rudiments du combat, il fallait d’abord comprendre l’esprit que demandait la pratique du kendo. Ce n’était pas juste un sport, c’était aussi une manière d’être au quotidien. Le lycéen s’empressa donc de s’excuser auprès de Naomi, recentrant la « leçon » sur la position de base à adopter quand on ne combattait pas. Ça ne devait pas être très passionnant, mais il fallait bien passer par là non ? La réponse de la blondinette le fit presque sourire. Prendre un bâton pour taper sur des gens ? C’était comme ça que les occidentaux voyaient le kendo ? Décidément, leurs cultures étaient bien différentes. L’air sur le visage de Kyojiro se fit un peu plus doux en voyant que la jeune femme semblait prête à tout apprendre, même les bases les plus basiques. Parfait ! Quitte à faire les choses, autant les faire bien et dans l’ordre !

« Hum… J’ai commencé à 5 ans je crois. Donc ça fait 13 ans. Et toi ? Tu fais du sport dans ta ville ? »

Kyojiro se faisait vraiment violence pour poser des questions même si celles-ci lui brûlaient les lèvres. Il était très curieux, mais il n’osait pas. Mais comme Naomi avait fait un effort en lui posant la question en japonais, il pouvait bien se permettre de faire aussi un effort pour essayer de prolonger un peu la conversation non ? Ce n’était pas grand-chose, mais le sport était quelque chose qui passionnait vraiment Kyojiro, même en dehors du kendo, parce qu’il lui permettait de se dépenser et d’oublier tous les tourments qui pouvaient l’assaillir quand il s’arrêtait de bouger dans tous les sens. D’ailleurs, en parlant de questions, il se devait d’en poser une nouvelle qui était très importante pour la suite de son enseignement.

« Tu restes combien de jours au Japon ? »

Parce que si elle repartait la semaine qui suivait, il allait falloir se dépêcher si elle voulait apprendre toutes les bases du kendo ! Quoi qu’il en soit, elle semblait maîtriser la position de base, il pouvait donc enchaîner avec la suivante, la position Seiza, la position de base quand on est assis.

« Hum, ensuite, la position Seiza. »

Kyojiro quitta sa position Shizentai en redressant le shinai, le mettant parallèle au sol, toujours contre sa taille, son pouce se posant sur le tsuba de son shinai pour bien le maintenir, le bout de la garde de son shinai se postant à peu près face à son nombril. Le lycéen regarda la demoiselle pour qu’elle suive ses mouvements avant de reculer sa jambe gauche d’un pas, restant bien droit, avant de plier les genoux, la jambe droite se reculant ensuite pour qu’il se retrouve à genoux, baissant son bassin pour s’assoir sur ses jambes. C’était une position qui pouvait vite devenir inconfortable quand on n’était pas habitué, on se retrouvait vite avec des fourmis dans les jambes, incapable de maintenir cette position bien longtemps. Continuant de regarder la demoiselle, il posa la pointe de son shinai au sol, suivit par le tsuba qui se retrouva au niveau de ses genoux, toujours bien parallèle à lui. Quittant sa position, il se plaça en face de la demoiselle pour corriger un peu sa posture.

« Tu dois mettre le shinai doucement sur le sol pour ne pas qu’il roule plus loin. Après, tu dois hum… »

Non, il n’arrivait pas à le dire. Elle n’écartait pas assez ses jambes. Il prit place en seiza face à elle, s’approchant suffisamment près pour que leurs genoux se touchent, lui montrant qu’il fallait laisser l’espace de deux poings serrés entre ses deux genoux, la regardant pour vérifier qu’elle avait bien compris et qu’elle allait faire de même. Chose faite, il colla bien ses doigts et posa ses mains sur le haut de ses cuisses. Il était parfaitement droit, mais on sentait bien qu’il n’était absolument pas tendu dans sa façon de se tenir. Il était à l’aise comme un poisson dans l’eau.

« Tu vas bien ? »

Ce n’était pas vraiment ce qu’il voulait dire, mais le sens était là. Il voulait savoir si tout allait bien, si elle comprenait et si elle n’avait pas de questions à lui poser. Il essaierait d’y répondre si tel était le cas, mais il sentait déjà qu’il allait bien galérer s’il devait expliquer des choses plus techniques en anglais.

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Sam 16 Déc - 14:44


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

Visiblement, l'honnêteté était la bonne réponse – ça l'est souvent, en même temps. Je m'étais presque attendu à ce qu'il rigole de ma comparaison en carton avec cette histoire de taper sur les gens avec un bâton, ou même qu'il s'indigne étant donné que je parle d'un sport qu'il semble apprécier énormément. C'est comme résumer le hockey à du patinage avec un bout de bois dans les mains, ça plaît rarement à ceux qui le pratiquent. Et pour l'un comme pour l'autre, c'est assez loin de la vérité.

- Hum… J’ai commencé à 5 ans je crois. Donc ça fait 13 ans. Et toi ? Tu fais du sport dans ta ville ?

À cinq ans ? Wow, pas étonnant qu'il soit aussi investi ! Treize ans dans le même sport... Je sais que les japonais ont la réputation de faire de leurs loisirs de vraies philosophies de vie, et ça doit être encore plus vrai avec les arts martiaux, mais j'admire sa détermination. Sa passion. Tenir un an dans les sports où je m'étais inscrite était déjà difficile, alors treize....

- J'en ai fait plein... Aucun qui retienne mon attention assez longtemps, par contre.

Bon, je suis repassée à l'anglais au milieu de ma phrase, ça fait un peu girouette les changements de langue mais j'essaye surtout de faire un effort sur les mots que je connais. Histoire de pratiquer un peu mon japonais mais de pouvoir communiquer quand même – un peu comme quand je commençais à apprendre le français, finalement. C'est le signe que j'ai vraiment envie d'apprendre, ne serait-ce que pour me faire comprendre un peu.

- Tu restes combien de jours au Japon ?
- Un mois, à peu près. Je rentre le v...

Mince, comment on dit, déjà ? Les nombre ça fonctionne... Ah oui, comme ça.

- Je rentre le vingt-huit.

Bon, ça me laisse peu de temps pour m'imprégner des techniques de kendo tout en suivant les clubs ou je me suis vraiment inscrite – tir à l'arc, enfin l'équivalent japonais, et théâtre – mais ça me préserve aussi de ma tendance à la lassitude. En un mois, j'aurais le temps de profiter h24 sans jamais en arriver au stade d'ennui qui m'envahit inévitablement pour toutes les activités – la dure loi de mon cerveau monté de travers.

- Hum, ensuite, la position Seiza.

C'est le moment de prêter attention à ce qui se passe autour de moi. Enfin à ce qu'il me montre, quoi. J'essaye de mon mieux d'imiter sa position, même si je sens rien qu'en le voyant que mes jambes ne vont pas apprécier la posture – c'est toujours mieux que la position assise de mes cours d'auto-défense ou il nous faisait rester accroupis à chaque pause pour qu'on soit toujours prêt à bondir sur nos pieds pour reprendre l'entraînement.

Bon, visiblement, j'ai encore des progrès à faire en imitation. J'essaye de suivre parfaitement ses instructions en posant l'arme comme il l'a fait, ça a pas l'air si mal vu d'ici, mais il semble qu'il y a quelque chose que je fais mal. Quelque chose qu'il ne doit pas savoir dire en anglais.
En fait non, correction : quelque chose qu'il ne doit pas oser dire, vu qu'il semblerait que ça ait rapport avec l'écartement de mes genoux. C'est vrai que j'aurais aussi eu du mal à dire quelque chose comme ça, à sa place, ou j'aurais été gênée un max. Dire à une inconnue "il faut que tu écartes un peu plus les jambes", c'est pas le genre de choses qu'on s'attend à faire en se levant le matin. Enfin, l'être humain a eu la bonne idée de comprendre aussi ce qu'il voit, je peux donc corriger ma posture sans qu'il ait besoin de l'expliquer ou de déclencher un contact encore plus gênant que celui qui la fait rougir tout à l'heure. Là je dois êtes bien positionnée. J'imite la posture de ses mains avant de le poser sur mes jambes à mon tour.

- Tu vas bien ?
- Ça va. J'aurais sûrement mal aux jambes si je reste comme ça trop longtemps, mais ça va.

Je sais pas si c'était vraiment la question mais bon, c'est la vérité. À se demander comment ils font pour rester des heures dans cette positions quand ils regardent les autres se battre ou s'entraîner.
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Ven 29 Déc - 17:02


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Oh ? Aucun sport n’avait réussi à la passionner au point de la faire accrocher pour qu’elle poursuive sur plusieurs années ? C’était un peu triste non ? Kyojiro avait beaucoup de mal à imaginer sa vie sans le kendo il fallait dire. Qu’est-ce qu’il ferait de tout le temps libre qu’il avait autrement ? Lui qui n’était pas doué dans ses relations avec les autres, il se serait certainement ennuyé ! Est-ce que ça voulait dire que Naomi n’avait pas non plus de passion ? Ou peut-être était-ce simplement qu’elle n’avait pas de patience et se lassait très vite.

« D’accord. Et tu as des… hum… choses que tu aimes ? Pour ton temps libre. »

Kyojiro commençait vraiment à poser des questions plus personnelles soudainement. Est-ce qu’il commençait à se sentir un peu plus en confiance ? En tout cas, si elle rentrait déjà dans un peu plus d’une vingtaine de jours, ils n’allaient pas pouvoir beaucoup avancer dans l’apprentissage du kendo. C’était dommage, elle aurait dû venir plus tôt. Ou rester plus longtemps ? Le brun était un peu triste à l’idée qu’elle reparte si vite alors qu’elle semblait si motivée et appliquée dans ce qu’elle faisait depuis son arrivée dans le dojo. Tout ça n’allait servir à rien finalement ? Bouaf… Ce n’était pas si grave. Au moins, elle pourrait dire qu’elle avait essayé et peut-être même dire qu’elle avait aimé apprendre ce sport. Il devait bien y avoir quelques clubs ou écoles de kendo chez elle non ? Quoi qu’il en soit, Kyojiro était bien décidé à lui apprendre le plus de choses possibles avant qu’elle ne reparte du dojo, enchaînant sur la position Seiza qui lui valut un grand moment de gêne quand il remarqua que la demoiselle n’écartait pas assez les jambes pour être assise comme il fallait. La réponse de Naomi fit presque sourire le brun, son air se faisant un peu plus doux.

« C’est vrai que c’est… pas très… confortable ? Au début, c’est très dur de rester comme ça. Il faut s’entraîner tous les jours, un peu. »

Lui-même avait bien galérer au début. Il se souvenait très bien de toutes les fois où il avait eu tellement de fourmis dans les jambes à cause de cette position qu’il n’avait même plus été capable de se relever. D’ailleurs, il valait mieux enchaîner pour lui montrer comment se relever maintenant.

« Tu es prête ? »

Attendant sa confirmation, Kyojiro reprit délicatement son shinai, sans faire de bruit, prenant bien soin que son extrémité ne touche pas le sol, alors qu’il s’appuyait sur sa jambe droite pour se relever, le corps toujours bien droit. Il était vraiment élégant dans tous les gestes qu’il faisait, témoignant de sa grande passion pour ce sport. Bon, maintenant qu’ils avaient vu ça, l’autre point important que les occidentaux avaient souvent du mal à mettre en pratique : s’incliner.

« Hum… Maintenant… C’est… Je ne connais pas le mot anglais pour ça… »

Kyojiro fronça à nouveau les sourcils tout en se frottant la nuque. Crotte. C’était déjà un peu plus technique à expliquer, ça ne faisait pas partie de son vocabulaire courant. Il opta donc pour les gestes plutôt que pour les mots en s’inclinant.

« Comme pour dire bonjour ici. C’est le Ritsu Rei. Hum… Environ 30 degrés. Le shinai ne doit pas bouger. Et… pendant 1 ou 2 secondes, pas plus. »

Waw… Ça c’était de l’explication ! Mais au moins, ça avait le mérite d’être assez clair non ? Elle allait comprendre que les degrés étaient pour l’inclinaison hein ? Tout en restant bien droit, il utilisa ses hanches pour se pencher en avant, ses yeux fixés vers le sol.

« C’était pour hum… quand tu… pour les gens dans la salle. Pour un partenaire, c’est comme ça. Environ 15 degrés et les yeux dans les yeux. Toujours. »

Kyojiro s’exécuta, se penchant un peu moins alors qu’il fixait Naomi dans les yeux. Ce nouveau croisement de regard le fit rougir un peu, mais il essayait de rester concentré.

« Onegai shimasu. »

Il ne savait pas trop si elle comprenait ce que ça voulait dire, il allait peut-être falloir un peu plus d’indications non ?

« C’est… Ce que tu dois dire en même temps. La signification est : merci de t’entraîner avec moi. Ou tu peux aussi dire « Arigatô gozaimasu » pour les gens dans la salle. Tu dois le dire au début et à la fin hum… avec le cœur. Pas juste sans émotions. Hum… Tu comprends ? Tu as des questions ? »

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Jeu 25 Jan - 0:29


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

C'est amusant ce qu'un simple éclat fugace dans un regard peut dire. Là, par exemple, j'ai l'impression que sa gêne a disparu l'espace de quelques secondes pour laisser place à un semblant de compassion ou à un genre d'incompréhension triste, à l'idée que je ne puisse pas connaître la même passion sportive que lui. C'est assez rare, en vérité, qu'on ait ce genre de réaction à mon égard, je trouve ça assez touchant, dans un sens.

- D’accord. Et tu as des… hum… choses que tu aimes ? Pour ton temps libre.
- Je fais du cinéma. Comme travail et pour m'occuper, je dirige un club chez moi. J'ai joué dans une série aussi, si tu veux la voir pour continuer l'anglais.

J'ai dit ça en riant un peu, plus que sur le ton de la confidence (ou de la pub sauvage). Je ne sais pas si Crescent High est l'idéal pour entraîner son anglais, même si à mes yeux l'anglais canadien est celui avec l'accent le moins fort (bon, c'est peut-être parce que j'ai l'habitude, mais je vous rappelle que ma mère a l'accent de Londres), mais vu le nombre de séries ou d'anime qu'on regarde chez nous qui exposent la vie de lycéens japonais, je trouverai l'inversion assez amusante.

- C’est vrai que c’est… pas très… confortable ? Au début, c’est très dur de rester comme ça. Il faut s’entraîner tous les jours, un peu.

Une fois ce petit aparté passions terminé, on a donc enchaîné sur la position Seiza, celle qui n'est pas très agréable pour les jambes. J'ai même du mal à croire qu'on puisse s'y habituer, mais ça a l'air plutôt naturel chez lui alors j'imagine qu'avec le temps, ça arrête de faire mal – soit ça, soit il est né avec des jambes adaptées, je me demande s'il y a un gène pour ça tiens. Après tout il y en a bien pour la digestion du lait...

- Tu es prête ?

J'acquiesce d'un hochement de tête en étudiant ses mouvements du mieux possible. C'est fou à quel point tout est chorégraphié, traditionnel et établi. Impressionnant qu'un tel nombre de traditions, jusqu'à la manière de se relever, ait pu se transmettre pendant des siècles. C'est quelque chose qui se perd, chez nous ; honnêtement, je ne saurais même pas dire comment les chevaliers anglais tenaient leur épée, et ici ils savent même encore comment se relever avec un sabre. J'essaye de l'imiter, même si je suis parfaitement consciente d'avoir moins de classe que lui vu que je suis plus en mode "copie" que "comportement naturel", mais on va dire que je m'en sors. Au moins mon arme - mon shinai, faut vraiment que je retienne le mot – n'a pas touché le sol, c'est sûrement l'essentiel.

- Comme pour dire bonjour ici. C’est le Ritsu Rei. Hum… Environ 30 degrés. Le shinai ne doit pas bouger. Et… pendant 1 ou 2 secondes, pas plus.
- Le salut.

Je lui donne le mot en anglais pour la forme, histoire qu'il sache comment le dire la prochaine fois s'il doit expliquer ça à quelqu'un d'autre (on sait jamais). C'est d'une précision, mine de rien. Trente degrés d'inclinaison, je n'ai même pas la moindre idée de ce à quoi ça peut correspondre. Je suis pas mauvaise en géométrie, hein, mais bon mesurer l'angle d'un triangle c'est autre chose que d'en former un avec son corps. C'est vrai que quand on y réfléchit, la société japonaise est beaucoup plus stricte que la nôtre, je ne crois pas que quiconque en Angleterre ou au Canada se soucie de l'angle de son bras en faisant signe à quelqu'un ou de son inclinaison pour un câlin. C'est impressionnant, en vérité, qu'ils réussissent à apprendre et transmettre tout ça, et que ça soit aussi naturel. 30 degrés, 15 degrés, gérer le niveau d'inclinaison en fonctionne de la personne à qui tu parles.... j'ai déjà du mal à savoir si je dois serrer la main ou juste faire signe à quelqu'un (sans compter le français qui me font la bise une fois sur deux), alors réfléchir à la façon de m'incliner avec autant de détails...
Donc il faut se regarder dans les yeux. Pour quelqu'un qui le fait techniquement à chaque entraînement, il a l'air... vachement gêné. C'est moi qui lui fait cet effet ? Intéressant.

- C’est… Ce que tu dois dire en même temps. La signification est : merci de t’entraîner avec moi. Ou tu peux aussi dire « Arigatô gozaimasu » pour les gens dans la salle. Tu dois le dire au début et à la fin hum… avec le cœur. Pas juste sans émotions. Hum… Tu comprends ? Tu as des questions ?
- Je.. vois... Comme ça ?

J'essaye du coup de l'imiter, d'abord pour le salut "général" de 30 degrés, quoique je suis honnêtement pas sûr, j'ai l'impression d'être un peu trop penchée, j'en sais rien. Puis je prend une seconde pour réfléchir après m'être redressée avant de tenter l'autre, croisant du coup son regard au moment où je m'incline à nouveau, en essayant de respecter le degré de "penchage". Pas gagné.

- Onegai shimasu.

Il fallait que ça sorte du cœur, je l'ai fait sortir du cœur. Peut-être un peu trop, en fait, j'ai l'impression d'avoir employé une voix un tantinet langoureuse sur cette phrase. Je n'ai pas pu m'en empêcher, les vielles habitudes reviennent souvent comme des réflexes. Comme mon sourire un tout petit peu trop étiré sur le côté. Pas moqueur, non, juste ma vieille expression un peu trop dragueuse sur les bords.
Je vous assure que je n'en fais pas exprès...
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Lun 12 Fév - 15:42


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Kyojiro était habituellement plutôt doué pour cacher ses émotions (sauf la gêne qui ne pouvait que bien trop se lire sur son visage), mais la réponse de la demoiselle le fit un peu tiquer, ses yeux s’étant un peu agrandis alors qu’il la regardait presque béatement. Hein ? C’était une sorte de star de la télé anglaise alors ? Le brun cligna plusieurs fois des yeux, se prenant même à la détailler à nouveau, un peu plus. Cette information était une information de taille et c’était vrai qu’en la regardant de plus près, on pouvait parfaitement se dire qu’elle était actrice. Elle était sacrément jolie quand on y regardait de plus près. Le lycéen détourna rapidement les yeux en se rendant compte de ce qu’il était en train de faire, essayant de reprendre contenance en se frottant la nuque, les joues un peu rouges. Mince, c’était carrément impoli de fixer quelqu’un de la sorte ! Il s’en voulait un peu, mais elle l’avait vraiment surpris en lui avouant une telle chose ! Pourquoi est-ce qu’elle était au Japon si elle était célèbre alors ? Tout un tas de questions se bousculaient dans la tête du sportif.

« Oh alors tu es… actrice ? Et aussi étudiante ? Hum je… Je serais intéressé par ta série. Quel est son nom ? »

Ce n’était peut-être pas du tout le genre de choses qu’il aimait regarder, mais si ça pouvait l’aider un peu à travailler son anglais et à découvrir cette demoiselle dans un environnement qui lui plaisait vraiment, il n’allait quand même pas refuser ! On était curieux ou on ne l’était pas ! Mais avant de discuter plus en détails de cette série et de cette passion que Naomi avait pour le cinéma, Kyojiro se devait de lui apprendre les bases du kendo. Elle était là pour ça après tout et peut-être même que c’était une mission secrète afin de pouvoir être plus à l’aise dans un futur rôle qu’elle avait à jouer ? Le brun n’aurait sans doute jamais le courage de lui demander, comme celui de lui poser toutes les questions qui lui trottaient dans la tête, mais au moins, il avait le mérite de se les poser à lui-même. C’était déjà mieux que rien. Ça montrait qu’il s’intéressait à son interlocutrice, même si celle-ci n’en savait fichtrement rien. La position Seiza vue, Kyojiro passa au salut, butant pas mal sur le mot anglais qu’il n’arrivait pas à retrouver. C’était chiant de ne pas réussir à se souvenir d’un pauvre mot comme ça et de devoir passer par tout un tas de descriptions pas forcément pertinentes pour que son interlocuteur parvienne à deviner et comprendre le véritable sens de ses mots. Le lycéen soupira un peu en approchant la paume de sa main de son front. Le salut. Bien sûr.

« Merci pour le mot. Le salut. Je… n’étais pas capable de me souvenir. »

Non, décidément, il avait encore pas mal de travail à faire s’il voulait comprendre et parler parfaitement anglais. Mais mine de rien, cet exercice autour du kendo le faisait pratiquer et commençait même à lui plaire. Lui qui aimait les défis à relever… C’en était un beau là ! Kyojiro expliqua les deux formes de salut à la demoiselle qui passa à la pratique, commençant par le premier. Hum, elle était un peu trop penchée, mais ce n’était pas très grave. Ce n’était qu’une initiation après tout. Puis le deuxième. Leurs regards se croisèrent à nouveau. Déjà pas très à l’aise avec ça, étant bien plus habitué à croiser le regard d’hommes, Kyojiro sentit ses joues prendre feu quand elle lâcha un « Onegai Shimasu » langoureux avec un sourire absolument craquant. Il avait soudainement très, TRÈS chaud ! Même le haut de ses oreilles avait viré au rouge ! Mon dieu, il ne fallait pas qu’elle utilise ce ton et ce sourire pour dire une telle chose ! Dans un cadre autre que le kendo… Le lycéen plaqua ses mains sur son visage, essayant de retrouver son calme en fermant les yeux et en inspirant profondément. Il fallait qu’il lui explique qu’il valait mieux éviter de sortir des trucs comme ça avec cette attitude en dehors d’un dojo.

« Hum… Ce… C’est… Un peu trop… »

Okay, là, il allait être difficile pour Naomi de mettre Kyojiro encore plus mal à l’aise. Il n’arrivait même plus à retirer ses mains de son visage et il n’arrivait plus non plus à aligner 3 mots en anglais. Prenant une grande inspiration, il osa écarter deux de ses doigts pour regarder la demoiselle qui ne devait absolument pas comprendre ce qui lui arrivait. Il fronça presque au maximum ses sourcils pour se redonner un peu de courage, ses joues toujours écarlates.

« C’était trop… hum… sensuel ? »

Mon dieu ! Mais qu’est-ce qu’il racontait ? Il n’arrivait pas à trouver les mots justes pour exprimer ses pensées à la demoiselle.

« C’est quelque chose que tu ne dois pas dire à l’extérieur du dojo avec cette… voix et ce… sourire… Les gens pourraient avoir une fausse idée… »

Aaaaaaah ! Il n’y arrivait juste plus. Tant pis, il optait pour le japonais, juste pour mieux s’expliquer, même si la demoiselle allait peut-être encore moins comprendre.

« C’est une tournure de phrase que tu ne dois pas utiliser dans la vie de tous les jours avec cette attitude, surtout pas avec des hommes ils… ils pourraient croire que tu essaies de les séduire ou que tu veux des choses plus… intimes… »

Waw. Même si elle n’avait pas compris, lui avait bien compris ce qu’il venait de dire et il venait de piquer un fard monumental. Kyojiro jeta un coup d’œil aux autres membres du club, espérant que l’un d’entre eux lui dise que la séance était terminée. C’était trop difficile là, il s’aventurait sur un terrain qui lui semblait extrêmement glissant.

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Ven 23 Fév - 0:13


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

Je crois qu'il ne s'attendait pas à ce que je lui annonce que j'étais actrice – comme quoi j'ai encore du chemin à faire avant d'être connue à l'international. D'un côté, c'est amusant : si un jour j'arrive à vraiment percer mondialement, il me reconnaîtra peut-être et il pourra dire qu'il m'a appris les bases du kendo.
Je m'égare un peu dans ma mégalo là, non ? Calmons-nous ?

- Je ne pouvais pas arrêter le lycée, je tiens à avoir un diplôme, quand même, dis-je en souriant.

Diplôme que j'aurais dans quelques mois si tout se passe bien, et ensuite je pourrais... reprendre le travail, trouver d'autres rôles, j'imagine. Je n'y ai jamais vraiment réfléchi, je suis juste que je suis faite pour jouer devant les caméras, c'est déjà ça.

- Ça s'appelle Crescent High. C'est... une série qui suit pas mal d'élèves différents dans un lycée d'Ottawa.

J'ai dit que j'étais nulle pour les résumés ? Enfin, peu importe, on a des choses plus enrichissantes – et plus compliquées – à faire pour l'instant qu'un cours sur l'art et la manière de résumer une série sans arc narratif continu. Par exemple, un cours sur l'art et la manière de se saluer au kendo. Plus simple à expliquer pour lui maintenant que je lui ai soufflé le mot.

Alors, rien qu'à voir sa tête, je peux confirmer que mon ton et mon sourire ont été un peu trop influencés par mon comportement habituel. Je ne pensais pas qu'il était humainement possible d'être aussi rouge, et il a réagi un peu tard pour réussir à le cacher. Au moins, ça confirme que c'est bien moi qui lui fait cet effet, même si j'admets que j'ai un peu tiré sur la corde.

- Hum… Ce… C’est… Un peu trop…

Un peu trop ? Vu sa réaction, beaucoup trop, ou alors il n'a vraiment, mais alors vraiment pas l'habitude. C'est presque mignon, de bafouiller comme ça, même sur une part de moi a eu assez de compassion pour ranger mon sourire, ou en tout cas le diminuer. Le mettre mal à l'aise par accident est une chose, continuer à garder volontairement en est une autre.

- C’était trop… hum… sensuel ? C’est quelque chose que tu ne dois pas dire à l’extérieur du dojo avec cette… voix et ce… sourire… Les gens pourraient avoir une fausse idée…

Il a perdu ses mots. Totalement. C'est vrai que parler dans une autre langue quand on est gêné, ça ne doit pas être la chose la plus simple du monde : c'est déjà assez embarrassant d'avoir du mal à trouver ses mots ! Sans doute pour ça qu'il est repassé au japonais, d'ailleurs.

- C’est une tournure de phrase que tu ne dois pas utiliser dans la vie de tous les jours avec cette attitude, surtout pas avec des hommes ils… ils pourraient croire que tu essaies de les séduire ou que tu veux des choses plus… intimes…

Ok, j'ai pas tout saisi, mais je suis à peu près sûre d'avoir compris "essayer de les séduire", ce qui en soit colle assez bien à l'impact que j'accorde à ce ton et ce sourire la plupart du temps, mais aussi quelque chose du style "plus intimes", qui a réussi l'exploit de me faire rougir. Bon, pas autant que lui, c'est sûr, mais au moins un peu. Parce que soit je me méprends sur le sens du mot "intime" ici, soit ça a un effet nettement supérieur à celui que j'imaginais, en tout cas du point de vue d'un japonais. Je vais peut-être le ranger dans ma poche un moment, cet air, s'il donne ce genre d'idées aux gens.

- Désolée ce... Ce n'était pas du tout l'intention.

Je vous assure que c'est la vérité. Déjà parce que c'est venu d'une habitude trop ancrée donc on ne peut pas parler d'intention, ensuite parce que je n'ai jamais été du genre à vouloir séduire... à ce point. Si vous voyez ce que je veux dire. Bon, concentre-toi. Je peux au moins hm... rattraper ça ? Ou tout du moins corriger le tir. Je toussote donc pour ramener mon cerveau sur les rails, avant de retenter le salut de façon... disons plus reconnaissante et moins "tu sais que t'es mignon ?" Plus sérieuse, en somme, et puis j'ai pas besoin de faire semblant, je suis vraiment contente qu'il ait accepté d'accorder un peu de son temps à mon entraînement. Ça me donne bien envie de revenir, j'aurais peut-être dû vraiment m'inscrire.

- C'est mieux, comme ça ?

J'espère que je me suis pas inclinée trop pas ou pas assez, j'avoue que j'étais plus préoccupée par mon attitude, pour ne paraître ni ingrate ni femme fatale ; je suis ni l'une ni l'autre, ça me ferait mal.
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Lun 26 Fév - 18:14


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Ah bah oui, c’était logique. Elle était certes actrice, mais obtenir un diplôme était aussi quelque chose de très important ! Après tout, rien ne pouvait assurer à cette demoiselle qu’elle pourrait vivre de sa passion pour le métier d’actrice toute sa vie ! Les bagages étaient aussi importants pour elle que pour n’importe quel lycéen ou étudiant ! Kyojiro fronça les sourcils quand elle lui donna le nom de sa série. Okay, là, tout de suite, sans aucun papier pour noter ça, c’était quasiment mission impossible pour lui de réussir à s’en rappeler !

« C-Crescent High… Hum… Je… Je vais essayer de m’en rappeler. O-Ottawa ? C’est… C’est dans le Canada non ? Tu… Tu viens de là-bas ? »

Kyojiro savait que l’Académie Yokubo proposait des échanges scolaires avec une école à Londres et une autre école japonaise, à Hoshi, mais est-ce que Naomi venait d’une école au Canada ? Ou est-ce qu’elle était seulement originaire de là-bas ? Au final, le kendoka lui apprenait beaucoup de choses, mais à part son prénom, le fait qu’elle était ici en échange et le fait qu’elle soit actrice, il ne savait presque rien d’elle ! En tout cas, avec ce bref résumé, Kyojiro devait avouer ne pas s’être senti très attiré. Les séries school-life, ce n’était pas vraiment sa tasse de thé. Il fallait dire qu’il appréciait bien plus les séries, films et autres supports qui traitaient du kendo, des samouraïs ou même de la période féodale japonaise. Il adorait aussi tout ce qui avait trait aux qualités qu’on retrouvait dans de nombreux shonens, du genre le courage, l’amitié… Ça le faisait rêver ! Mais plutôt que de penser à ça, Kyojiro préféra se concentrer sur les mouvements de la demoiselle afin de la corriger si jamais elle ne mimait pas assez bien ses gestes à lui.

Et là, Kyojiro piqua un fard. Waw, waw, waw ! C’était quoi ce timbre de voix ? Et ce sourire ? Le lycéen eut toutes les peines du monde à s’expliquer pour faire comprendre à Naomi que si elle ne voulait pas paraître aguicheuse, qu’il valait mieux qu’elle ne dise pas ce genre de choses avec ce comportement en dehors de ce dojo. Qui sait quel garçon malveillant pourrait en profiter sinon ! Kyojiro était prêt à la protéger, ça ne le gênait pas de devoir utiliser ses poings pour protéger des personnes qui en avaient besoin, mais il préférait que la demoiselle évite de faire des choses comme ça devant d’autres personnes. Mieux valait prévenir que guérir après tout ! Vu la petite teinte que prirent les joues de Naomi, Kyojiro en déduisit qu’il avait réussi à lui expliquer le fond de sa pensée et qu’elle avait compris le principal. Parfait ! Le lycéen soupira longuement de soulagement. Il n’aurait pas à essayer de lui faire comprendre autrement comme ça ! Et, en plus, elle s’excusait, ses excuses semblant vraiment sincères. Le brun esquissa un mince sourire en agitant sa main devant lui.

« Ce… Ce n’est pas très mauvais, ne t’inquiètes pas. Je… Je voulais simplement t’avertir pour éviter que tu aies des problèmes avec d’autres garçons. »

Gentil Kyojiro ! Il s’en voudrait après tout si jamais il arrivait malheur à Naomi parce qu’il ne lui aurait pas fait part de la prudence qu’il fallait avoir avec cette expression couplée à ce comportement ! Naomi se reprit pour saluer à nouveau comme le kendoka le lui avait montré un peu plus tôt, celui hochant doucement la tête pour lui faire comprendre que c’était très bien comme ça. Ce n’était pas parfait, mais c’était amplement suffisant. Le kendo demandait une grande discipline à appliquer au quotidien, il ne pouvait pas se montrer si sévère avec la demoiselle simplement parce qu’il manquait quelques degrés à son inclinaison ! Bien, position suivante ! Kyojiro reprit la position seiza, posant ses fesses sur ses talons.

« Donc euh… Le… Le salut en étant assis. Son nom est Za Rei. Tu dois faire un petit triangle avec tes mains. »

Le kendoka colla ses pouces et ses index ensemble, posant ensuite ses deux mains en même temps sur le parquet du dojo, juste devant ses genoux. Il fixa la demoiselle pour vérifier qu’elle était bien en train de le regarder, puis il fléchit les coudes, jusqu’à ce que sa tête se place au-dessus de ses mains, le dos bien droit, les fesses toujours collées à ses talons.

« Il… Il y a une légende qui dit que le petit triangle était utilisé par les samouraïs pour le salut. Parce qu’ils ne savaient pas s’ils pouvaient faire confiance à leur ennemi. Alors si l’ennemi appuyait sur leur tête, ils pouvaient toujours respirer grâce au triangle. »

Kyojiro appuya ses dires en collant le dos de ses mains sur son visage, montrant à Naomi que son nez ressortait du petit triangle, lui permettant de respirer si jamais son visage se retrouvait collé sur ses mains par son adversaire. C’était une anecdote pas forcément utile, mais le brun adorait les samouraïs alors… Il n’avait pas pu s’empêcher d’en parler.

« Ça va ? Tu veux continuer ? »

Il n’allait quand même pas la forcer si elle commençait à en avoir marre de tous ces enseignements sur les manières de se positionner et de saluer ! C’était un peu barbant après tout, alors peut-être qu’elle se faisait vraiment chier mais qu’elle n’osait pas le lui dire ? Kyojiro en doutait un peu. Naomi avait quand même l’air d’être le genre de personne à dire ce qu’elle pensait. Pas comme lui qui passait toujours 100 ans à réfléchir à la bonne façon de tourner ses phrases pour au final ne rien dire puisque son occasion de s’exprimer disparaissait à chaque fois qu’il avait enfin les bons mots, dans le bon ordre, dans sa tête.

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Ven 30 Mar - 17:51


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

- Oui, c'est au Canada. La capitale, en fait. J'ai vécu là-bas un moment.

Et j'aimerais y vivre encore. Bien sûr, ça avait ses défauts, Niel en tête évidemment, mais ça reste chez moi, et ça me manque. D'autant qu'à Londres je croise un type ou une nana dangereuses tous les trois mètres, ça commence à faire beaucoup. C'est en partie pour ça que je me suis retrouvée ici, à la base : avoir un peu de vacances. Ça paraît un peu idiot de prendre des vacances en allant bosser dans une autre école, dans un pays connu pour la difficulté de son enseignement mais que voulez-vous, je n'ai pas toujours une logique irréprochable. Tant que je garde les Forge et les Potion à distance, ça me suffit.

- Ce… Ce n’est pas très mauvais, ne t’inquiètes pas. Je… Je voulais simplement t’avertir pour éviter que tu aies des problèmes avec d’autres garçons.
- C'est gentil, dis-je en souriant.

À vrai dire je sais me défendre et j'ai aussi l'habitude de dragouiller à droite à gauche, mais si je pouvais m'éviter un deuxième cas de harcèlement+agression dans une ruelle, je m'en porterai très bien, merci beaucoup. Il y a des limites aux "messages" que j'envoie, et j'ai bien l'intention de ne pas les franchir. Donc moins je parais... quoi, provocatrice ? non, plutôt "intéressée", mieux je me porte. Je ne tiens pas à empirer ma réputation, merci beaucoup.

En tout cas, ma reprise du salut semble l'avoir convaincu un peu plus, vu qu'il ne m'a pas reprise. Je doute que ça soit parfait, mais si on atteignait la perfection en cinq minutes, ça se saurait. Ma mère a bien mis neuf mois à me mettre au monde, après tout (je plaisante, je plaisante).

- Donc euh… Le… Le salut en étant assis. Son nom est Za Rei. Tu dois faire un petit triangle avec tes mains.

C'est original, comme concept, le triangle avec les mains. Je me demande s'il y a des kendokas fleur bleue qui transforment ça en cœur pour draguer quelqu'un. Ça serait drôle, mais j'ai bizarrement pas l'impression que ça soit dans l'état d'esprit. Ils sont trop sérieux, si un seul kendoka au monde devait faire un truc comme ça, ce serait probablement un imbécile dans mon genre. Eeenfin bref. Je m'agenouille en face de lui en imitant sa position, reproduisant le triangle en gardant ma blague pour moi.

- Il… Il y a une légende qui dit que le petit triangle était utilisé par les samouraïs pour le salut. Parce qu’ils ne savaient pas s’ils pouvaient faire confiance à leur ennemi. Alors si l’ennemi appuyait sur leur tête, ils pouvaient toujours respirer grâce au triangle.

Oui donc ça confirme qu'on garde l'histoire du cœur pour les américains stupides comme moi, hein. N'empêche...

- La confiance règne, dis-je avec un sourire.

En même temps, ça se comprends. Si je devais me battre ou jurer serment à quelqu'un, je préférerai éviter de me faire tuer bêtement en me faisant étouffer par mes genoux. Et puisqu'on est dans les anecdotes culturelles.

- C'est comme trinquer, alors. Ça permettait de faire passer quelques gouttes d'un verre à l'autre. Comme ça s'il y avait du poison dans un verre, l'empoisonneur le buvait aussi. Enfin c'est ce qu'on dit, en tout cas.

Légende pour légende, honnêtement je ne suis pas sûre du tout de la véracité de ce que j'avance. Je me demande si c'est vrai, son histoire, ou si la légende est fantaisiste. Après tout, c'était peut-être quelque chose de symbolique qui s'est perdu, mais je préfère l'historie de l'instinct de survie. Ça en dit long sur l'intelligence de ceux qui ont inventé cette posture parce que bon, il fallait y penser. Moi je serai morte bêtement en m'étouffant dans mes propres mains.

- Ça va ? Tu veux continuer ?
- Hm ? Oui, c'est intéressant. Enfin sauf si tu en as marre de devoir me corriger.

Je rigole doucement, même si j'espère que ce n'est pas vraiment le cas – j'ai mis ses nerfs à rude épreuve à certains moments, quand même. Je ne sais pas combien de temps on leur accorde pour s'entraîner. En fait, vu que j'ai enlevé ma montre au cas où je me prendrai un coup sur le bras, je ne sais même pas depuis combien de temps je suis là. J'aimerais quand même avoir l'occasion d'apprendre plus de choses.

- C'est pas tous les jours qu'on apprend le kendo auprès d'un passionné, je ne m'ennuie pas, si c'est ce qui t'inquiète. Au contraire.

Au contraire, j'ai l'impression de mettre totalement à profit ma journée, et le fait qu'il aime autant ce qu'il enseigne rend ça encore mieux. Je reviendrai sûrement plusieurs fois, en fait, j'aurais dû m'inscrire directement à ce club.
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Jeu 12 Avr - 11:46


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Kyojiro était quelqu’un de très curieux, mais malgré sa grande soif de connaissances, qui semblait intarissable quand cela touchait à des sujets qui l’intéressaient vraiment énormément, il n’avait jamais voyagé. C’était quelque chose qu’il aimerait beaucoup faire, sans doute à la fin de ses études, mais il aimait bien trop son Japon chéri pour songer à partir ailleurs. Et puis… Si c’était pour partir seul, ça n’en valait pas vraiment la peine, c’était bien plus amusant de partir avec quelqu’un et de partager ces moments avec cette autre personne non ? Peut-être que Naomi arriverait à donner assez envie au kendoka de partir de son chez lui bien douillet et confortable pour partir à l’aventure dans un pays qu’il ne connaissait pas. Et puis, même s’il partait, il se débrouillait plutôt pas mal en anglais alors il n’aurait pas trop de problèmes à comprendre et à se faire comprendre.

« Comment c’est là-bas ? Différent de Londres et d’ici je suppose ? Combien d’années tu as vécu au Canada ? »

Aussi étrange que cela puisse paraître, Kyojiro semblait avoir plus de facilités à poser des questions quand il les posait en anglais… Il allait finir par devoir s’exprimer uniquement dans cette langue pour se faire des amis à ce rythme !

« Ah, je ne connaissais pas cette légende. C’est plutôt bien pensé… Mais tu dois frapper le verre très fort pour réussir à mettre de la boisson dans le verre de l’autre personne non ? »

Kyojiro était très intéressé par les légendes, et celle-ci avait piqué sa curiosité. Bon, bien sûr, il se doutait que s’ils faisaient ça dans le temps où on s’amusait à empoisonner le verre de ses ennemis, ils ne devaient certainement pas avoir des verres en verre, mais plutôt des espèces de choppes en bois ou quelque chose du genre, ce qui permettait de taper fort sans briser les contenants. En tout cas, si Naomi ne lui en disait pas plus, il filerait très certainement à la bibliothèque à la fin de cette séance de kendo pour chercher à en apprendre davantage sur le sujet. Et les mots suivants de la londonienne firent à nouveau rougir violement le kendoka. Kyojiro baissa immédiatement les yeux pour fixer le sol du dojo, ses sourcils se fronçant alors qu’il esquissait un très léger sourire. Il était super heureux de savoir que la jolie blonde ne s’ennuyait pas, mais qu’en plus, elle avait remarqué à quel point il aimait ce sport. Elle ne pouvait pas le combler davantage en cet instant.

« Je… Je suis vraiment content que tu ne t’ennuies pas avec toutes ces bases. Peut-être que tu reviendras au dojo avant ton départ ? On pourrait essayer des choses plus pratiques. »

Kyojiro avait jeté un œil au reste de la salle. Il avait l’impression que le temps avait filé à toute vitesse, et ce n’était pas qu’une impression puisque les heures allouées aux clubs allaient bientôt se terminer. Tout le monde commençait à ranger ses affaires, et à aller vers les vestiaires pour se doucher et se changer. Le kendoka fronça légèrement les sourcils, un peu triste de devoir arrêter maintenant sa petite leçon.

« Je… Je peux t’apprendre d’autres petites choses avant d’arrêter si tu veux. Hum… Par exemple, ce que tu ne dois pas faire avec le shinai. C’est… C’est un objet qui remplace une vraie épée et au Japon, c’est quelque chose qu’on traite avec respect alors… Il y a quelques règles. Tu ne dois pas marcher par-dessus le shinai. »

Kyojiro se frotta la nuque. Marcher par-dessus, c’était pas terrible comme explication, mais le mot « enjamber » ne faisait pas vraiment partie de son vocabulaire. Pour expliquer un peu mieux ce qu’il venait de dire, il referma son poing en ne pointant que son index, son autre main imitant quelqu’un qui marchait avec son index et son majeur. Il fit marcher ses doigts jusqu’à l’index de son autre main pour faire sa démonstration de l’enjambement du shinai, lançant un petit regard à Naomi à la fin pour essayer de voir si elle avait bien saisi ce qu’il lui expliquait.

« Après, tu ne dois pas mettre le saki-gawa sur le sol quand tu veux poser ton shinai sur un mur par exemple. Tu dois toujours poser le tsuka sur le sol. »

Bon, là encore, Kyojiro dut illustrer ses propos parce qu’il ne savait pas du tout comment expliquer ces termes spécifiques en anglais. Il prit donc son shinai, déposant le manchon en cuir qui servait de poignée contre le sol (tsuka), laissant ensuite délicatement se poser le saki-gawa contre le mur, cette partie du shinai qui représentait la pointe du sabre. Kyojiro s’assura que Naomi avait bien regardé et compris sa nouvelle explication, se mettant ensuite à réfléchir à la suite.

« Je pense que tu as compris que le dojo est un lieu où tu dois être sérieux et ne pas faire de bazar. Ce n’est pas bien vu de jouer. De plus, si le shinai tombe sur le sol, tu dois le reprendre comme ça. »

Kyojiro posa son shinai au sol et montra à Naomi que si jamais son shinai tombait malencontreusement, il ne fallait surtout pas qu’elle se contente de le ramasser en se penchant un peu. Il posa d’abord un genou au sol, puis tendit le bras pour se saisir du shinai, juste sous la garde, le remontant presque parallèlement au sol pour le placer au niveau de sa taille. Il se redressa ensuite, jetant toujours des petits regards à son élève pour s’assurer qu’il ne la perdait pas dans ses explications. Kyojiro avait encore quelques petites choses à lui présenter avant de vraiment devoir aller aux vestiaires, souhaitant retarder le plus possible ce moment parce que, mine de rien, il s’amusait beaucoup à apprendre de telles choses à une étrangère. Bon, ça ne se voyait pas, mais il s’amusait vraiment !

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Lawford
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 79
Age : 19

Infos supplémentaires
Clubs: Théâtre et Kyudo
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Hier à 13:41


05 Avril
2017
Évacue ton énergie

Kyojiro Sakurai

- Comment c’est là-bas ? Différent de Londres et d’ici je suppose ? Combien d’années tu as vécu au Canada ?
- Tout est plus grand, c'est l'avantage quand on a beaucoup d'espace, on peut s'étaler. Les rues, les parcs, même le canal qui se transforme en avenue pendant l'hiver...

Ottawa me manque un peu. J'allais patiner sur ce canal avec des amis, ils y installent des tables de pique-nique et des stands de vêtements et de nourriture quand il fait assez froid pour que l'eau gèle, c'est à dire à peu près tous les ans. Et même sans le côté mini-shopping saisonnier, ça reste sympa de patiner là-dessus entre amis.

- J'ai vécu là-bas... treize ou quatorze ans ? Quasiment toute ma vie, ma mère a quitté Londres quand j'avais quatre ans.

Naomi raconte sa vie bonjour. Bon, c'est parce qu'il m'a posé la question, et je m'emballe toujours très vite quand je parle du Canada – comme tout le monde, j'imagine, dès que le sujet porte sur chez eux. Il n'y a qu'à voir la passion qui brille dans son regard et l'enthousiasme dans ses mots dès qu'il parle de kendo, comme disait une de mes amies "chez soi ce n'est pas un endroit, mais un sentiment". Mon chez moi, c'est le Canada. Le sien, le kendo.

- Ah, je ne connaissais pas cette légende. C’est plutôt bien pensé… Mais tu dois frapper le verre très fort pour réussir à mettre de la boisson dans le verre de l’autre personne non ?
- Oui je pense qu'à l'époque ils tapaient assez fort, maintenant à part avec des gobelets en plastique je crois qu'on casserait juste nos verres.

Surtout considérant que c'était une pratique plus commune dans la noblesse ou chez les gens riches, donc ils étaient assez massifs – muscles ou graisse, ça dépend des périodes et des entraînements – et ils devaient avoir un sacré force. Je plains le gars qui fabriquait les verres, surtout s'il devait les replacer à la moindre trace d’ébrèchement ou de fissure.

La conversation quitte finalement le sujet des légendes et des origines pour revenir sur la base, à savoir le kendo et le déroulement de mon apprentissage imprévu. Je crois que je l'ai touché – l'honnêteté a encore frappé – vu la tête à mi-chemin entre la gêne et la joie qu'il affiche. Hm. Pour une fois que je fais du bien aux émotions des autres, je vais pas m'en plaindre.

- Je… Je suis vraiment content que tu ne t’ennuies pas avec toutes ces bases. Peut-être que tu reviendras au dojo avant ton départ ? On pourrait essayer des choses plus pratiques.

En dehors du double-sens imprévu de cette phrase que je vais laisser de côté (quoi ? Il y a cinq minutes on parlait de sensuel et de "choses plus intimes", mon cerveau n'est pas encore totalement descendu de cet étage-là), l'idée est tentante. J'étais venue pour dépenser mon énergie, à la base, et même si discussion et nourriture intellectuelle ont fait le taf pour détourner mes pensées de mon hyperactivité constante, avoir quelques notions pratiques en plus des théoriques ne me fera pas de mal. Après tout, je suis libre à cette heure-là, personne ne m'en voudra de revenir, pas vrai ?

- Je reviendrai, oui. J'ai tout le temps du monde à cette heure-là et je préfère l'utiliser pour une activité enrichissante.

Dommage que les heures touchent à leur fin, d'ailleurs, j'aurais bien aimé en apprendre plus.
Et il semble partager cet avis vu qu'il décide finalement de m'en apprendre plus sur le sujet. Vous voyez, c'est pour ça que j'aime les gens enthousiastes : ils ne dépendant pas de la force d'une montre pour partager ce qu'ils aiment : ils le vivent, et tant pis si ça déborde un peu, après tout où est le bonheur si on s'enferme dans des horaires. Bref, petit cerveau tais-toi donc et laisse-moi écouter.

Je hoche la tête à la fin de son explication et de son mime pour lui signifier que j'ai compris. D'accord, regard mes pieds pour éviter d’enjamber mon shinai si je l'ai posé par terre, ou celui de quelqu'un d'autre s'il est par terre. Avec mon inattention particulière qui est capable de me faire rendre dans un mur parce que j'ai mal jaugé la largeur de mes épaules, ça sera pas forcément la chose la plus facile du monde, mais je ferai un effort pour regarder où je marche dans ce genre de situation.

La suite, une fois les termes techniques illustrés, est un peu plus évidente. Ne pas poser la pointe d'une lame sur le sol, ça a une explication pratique même si ce n'est qu'une représentation en bois : émousser sa lame n'est jamais une bonne chose, alors la planter dans le sol pour la poser contre le mur... Ouais, ça tombe sous le sens, la raison est évidente, je hoche la tête à nouveau en rangeant toutes ces infos dans la partie "choses intéressantes que j'espère pouvoir expliquer ou utiliser un jour" de ma bibliothèque mentale.

Je l'observe tandis qu'il me montre comment se baisser pour ramasser l'arme si elle est posée ou tombée par terre. Bon, plier les genoux pour se baisser ça fait déjà partie de mes habitudes, mais le mouvement est plus long et codifié que ça. C'est quand même vachement impressionnant, de voir l'aisance avec laquelle il applique ces codes de déplacements et tous ces gestes millimétrés. Ça paraît tout bête comme ça de se baisser pour ramasser quelque chose, mais on sent toute l'importance de l'objet dans la façon dont il le prend en main et le soulève du sol.

Une fois que mon cerveau a réagencé les images, j'essaye de l'imiter, en posant doucement le shinai qu'on m'a prêté au sol avant d'essayer de reproduire les mouvement dans l'ordre. Alors, un genou au sol, ensuite la main c'est à peu près... là, il faut se relever... non d'abord remonter le sabre puis se relever... voilà. Bon, c'est clairement plus maladroit et encore, heureusement que j'ai de la force dans le bras parce que c'est assez lourd, mine de rien, et qu'il vacillait un peu sur le début, mais je ne crois pas avoir oublié d'étape.

- Comme ça ?

Ça fait quand même vraiment longtemps que je n'ai pas appris quelque chose de pratique plutôt que théorique, j'ai l'impression de faire un bon dans le temps à mes premiers cours de théâtre.
© Naomi
paroles en #006600
en italique pour le japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyojiro Sakurai
Lycée • 3ème année
avatar

Messages : 63
Age : 18
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Saya Nakajima, Amelia McClenahan

Infos supplémentaires
Clubs: Kendo et cuisine
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   Aujourd'hui à 11:51


Évacue ton énergie
feat. Naomi Lawford


Kyojiro ne posait pas toutes ces questions à Naomi dans le simple but d’être poli et de faire la conversation. On aurait pu penser le contraire en voyant son air renfrogné, qui l’était quand même beaucoup moins qu’au début de cette rencontre, mais le kendoka s’intéressait vraiment aux réponses que la blonde lui fournissait. Il imaginait de grands espaces et surtout, il essayait de visualiser ce fameux canal qui servait d’avenue une fois l’hiver venu. Ce détail l’intriguait vraiment et c’était sans doute ce qui lui donnait le plus envie d’aller à Ottawa au moins une fois, juste pour voir des gens marcher dessus comme si de rien n’était. Il était courageux le Japonais, mais marcher comme ça sur une surface gelée qui pouvait menacer à tout moment de céder… Ça lui faisait quand même un peu peur. S’il s’y rendait, nul doute qu’il marcherait dessus en étant tout sauf rassuré ! En tout cas, Naomi avait vécu une grande partie de sa vie au Canada, Kyojiro comprenait mieux pourquoi elle en parlait avec autant de ferveur et avec cette petite étincelle dans le regard.

Le brun aurait pu continuer à poser des questions à la demoiselle, mais il avait peur de commencer à dériver vers des sujets un peu trop intimes et finir par poser des questions indiscrètes qui pourraient mettre Naomi mal à l’aise. Kyojiro n’avait pas envie que ce moment sympa qu’ils passaient ensemble soit entaché par de mauvais souvenirs qui remonteraient à la surface par sa faute. Sa mère était partie quand elle était petite, elle avait dû la retrouver lors de son arrivée à Londres, mais le pourquoi du comment… Non, il ne pouvait décemment pas continuer à parler de tout ça. Le kendoka préféra donc retourner à ses explications, surtout que l’heure de la fin des clubs approchait plus qu’à grands pas. C’était dommage, Kyojiro s’amusait bien finalement à expliquer toutes ces choses à une parfaite novice ! C’était tellement agréable d’enseigner tout ça à une personne qui avait soif d’apprendre ! En tout cas, la blonde avait réussi l’exploit de faire pouffer le brun en parlant des gobelets en plastique.

« C’est vrai. Et je pense que maintenant, les gens n’utilisent plus vraiment cette technique pour empoisonner leurs ennemis, ce qui est triste parce qu’ils auraient moins de chances d’échouer avec nos verres actuels. »

C’était vrai ça ! Cette méthode avait été contrée à l’époque par ces verres incassables qu’on pouvait entrechoquer gaiement sans craindre de les briser, mais maintenant, avec des verres aussi fragiles, il n’y avait plus vraiment de risques de louper son empoisonnement en trinquant ! Les criminels n’avaient plus qu’à remettre cette technique au goût du jour ! Enfin… Kyojiro, en tant que futur policier, ne pouvait pas cautionner ce genre d’actes bien sûr. Mais ce serait sans aucun doute une piste à suivre qu’il garderait en tête en cas d’enquête sur une mort étrange due au poison. Et puis, à dire des trucs pareils, il allait finir par passer pour un gros psychopathe ! Revenir sur le kendo, il fallait revenir sur le kendo ! Naomi parvint ensuite à toucher en plein cœur le kendoka en lui disant qu’elle appréciait ce cours et qu’elle reviendrait avec grand plaisir avant son départ. Puisqu’elle semblait si enthousiaste à l’idée d’apprendre encore quelques petites choses et que Kyojiro n’avait pas franchement envie de déjà la quitter pour aller se doucher, il entreprit de rester avec elle, même si l’heure dédiée aux clubs était terminée. Tant pis, ils n’étaient pas à 5 ou 10 minutes près non ? Le brun lui donna quelques autres explications que Naomi mit en pratique. Kyojiro ne put s’empêcher de sourire légèrement en hochant doucement la tête.

« Oui, c’est très bien comme ça. Hum… Je peux aussi te dire que généralement, tu dois éviter de marcher devant les gens. Tu dois passer derrière eux. Si tu ne peux pas passer derrière, tu dois hum… avec ta main… »

Okay, nouvelle démonstration plutôt que d’essayer de baragouiner quelque chose d’incompréhensible. Kyojiro invita Naomi à se rapprocher du mur le plus proche pour être en position de ne pas pouvoir passer derrière elle, comme il venait de le lui expliquer. Il tendit sa main vers elle, paume vers le plafond, et marcha devant elle en gardant sa main levée. Maintenant, l’explication qui allait bien avec.

« C’est pour montrer que tu n’as pas d’intentions agressives et que tu ne vas pas frapper avec ton épée. C’est encore un héritage du temps des samouraïs. Et hum… Ce n’est pas vraiment utile de te le dire mais hum… La dernière chose importante quand tu es dans un dojo, c’est de montrer que tu es vraiment très enthousiaste et que tu veux vraiment t’entraîner et t’améliorer. Mais ça, tu le fais déjà. »

Kyojiro lui offrit un nouveau petit sourire, content d’avoir pu avoir une élève aussi enthousiaste. Le dojo se vidait lentement mais sûrement à présent et le kendoka allait devoir filer sous la douche lui aussi pour ne pas finir par être le dernier. C’est donc à regrets, et avec une légère moue n’étant cette fois-ci accompagnée d’aucun froncement de sourcils, que le brun s’inclina poliment vers Naomi.

« Je suis désolé de devoir arrêter pour aujourd’hui. J’ai beaucoup aimé t’apprendre les bases alors j’espère que la prochaine fois, tu voudras que je t’apprenne les positions pour le combat. C’était un plaisir Naomi-san. »

Quand il se redressa finalement, Kyojiro offrit, pour la première fois, un vrai sourire digne de ce nom à la jeune femme. Tetsuya lui avait toujours dit qu’il était mignon de base, mais qu’il était vraiment très craquant quand il souriait aussi sincèrement qu’il le faisait en cet instant. Il s’était beaucoup amusé avec Naomi et il espérait vraiment la revoir pour lui enseigner d’autres choses avant qu’elle ne doive repartir pour Londres. Pour l’heure, il devait filer aux vestiaires pour se doucher, se changer, et remonter au pensionnat avant l’heure du dîner. Kyojiro fit donc un petit signe de la main à la jeune femme avant de tourner les talons. Alors qu’il allait disparaître derrière la porte menant aux vestiaires, il se stoppa, fit un pas en arrière et adressa un nouveau sourire à la demoiselle.

« A bientôt ! »

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Évacue ton énergie [Kyojiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Évacue ton énergie [Kyojiro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui va là? [PV: Boule d'Énergie]
» Nouvelles idées, énergie pour demain
» Catalyseur d'énergie de Rossi et Focardi
» Lucie Frot ϟ Une vraie boule d'énergie [terminé]
» Des travailleurs sociaux cubains aident à l'économie d'énergie en Haiti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Campus :: Dojo-
Sauter vers: