Partagez | 
 

 Listen to the music! |Asuka Tsuno|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Bradford
Université • 2ème année
avatar

Messages : 14
Cursus : Musique, spécialité Interprétation et métiers de la musique
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Ayane Komatsu, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Musique et athlétisme
Mais encore ?:

MessageSujet: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Lun 13 Fév - 17:04

So come in my cave
Une nouvelle journée de cours venait de se terminer et c’était un peu l’effervescence dans les locaux de l’Académie Yokuboo. En effet, celle-ci avait proposé un petit échange avec une école située à proximité de Londres, une école que Matthew connaissait de nom étant donné qu’il avait toujours vécu dans la capitale anglaise jusqu’à finalement s’exiler au Japon. Si tout le monde était ravi de voir ces nouveaux arrivants dans leur ville de Nara, Matthew n’était pas aussi emballé que les autres. Lui qui était de nature enjouée et qui était un véritable pile électrique, savoir que des gens venant de son pays et même de sa ville allait débarquer ici, ça ne l’enchantait pas plus que ça. Il fallait dire qu’à la base, s’il avait fui sa ville chérie, c’était pour pouvoir changer d’air et essayer de remonter la pente après les deux drames qui l’avaient frappé quand il vivait encore là-bas. Et même s’il savait se montrer courageux, il devait bien avouer qu’intérieurement, il avait peur de croiser ces élèves et de se souvenir de choses qu’il préférait ne pas trop faire ressurgir à la surface, du moins quand il était en compagnie d’autres personnes.

Donc si la plupart des membres de son club de musique avaient décidé de suspendre la séance d’aujourd’hui pour faire la connaissance des élèves londoniens fraîchement arrivés, Matthew avait préféré s’isoler dans la salle du club avec sa précieuse guitare, sa Manson MB-1 rouge à paillettes. Il n’aimait pas trop être seul, mais il devait avouer qu’il préférait, à ce moment-là, se concentrer sur la musique plutôt que de penser à des choses qui le feraient souffrir, même s’il souffrait constamment, la douleur était un peu moindre quand il essayait de ne pas trop y penser. Passant la porte de la salle du club, vêtu de son costume préféré bleu foncé aux fines rayures blanches, qui surmontait une chemise blanche agrémentée d’une cravate rouge, ses converses rouges flashy complétant sa tenue, il réajusta ses lunettes sur son nez après avoir déposé sa housse sur une table. Ses cheveux complètement ébouriffés (il avait abandonné l’idée de parvenir à les dompter un jour), il ouvrit avec une délicatesse infinie sa housse pour en sortir son instrument. Rien qu’à la voir et à la tenir entre ses mains, il se sentait déjà un peu mieux, un sourire venant étirer doucement ses lèvres.

Ayant passé sa sangle autour de son cou pour pouvoir jouer debout, Matthew commença à gratter les cordes de ses doigts, faisant résonner quelques accords alors qu’il s’approchait de la fenêtre de la pièce qui donnait sur la cour de l’établissement. Vu l’attroupement, les élèves londoniens en voyage étaient sûrement sur place. Soupirant faiblement, le guitariste préféra ne pas trop s’attarder à cet endroit pour se diriger vers un petit ordinateur qu’il alluma. Étant autodidacte et ayant toujours grandi entouré d’instruments, Matthew savait jouer de nombreux instruments. Et en plus de savoir jouer, il chantait et composait lui-même ses propres chansons. Il avait eu un groupe quand il était encore à Londres et avait fait de nombreux concerts dans de petites salles. Malgré le fait qu’il s’était retrouvé seul pour jouer depuis son arrivée au Japon, Matthew n’avait pas cessé de composer, aussi bien des mélodies que des paroles. Ayant réussi à s’enregistrer dans un petit studio en ayant joué chaque instrument tour à tour, il était parvenu à se faire un accompagnement pour pouvoir jouer uniquement de la guitare et chanter sur cette musique qu’il avait créée.

C’était moins bien que de jouer avec tout un groupe, mais en attendant de trouver de nouveaux partenaires, il n’avait pas trop le choix. Branchant sa clé USB sur l’ordinateur, il prépara la piste pour la jouer, attrapant sa guitare pour la brancher sur un ampli. Il était tout seul dans la salle du club de musique et il comptait bien en profiter ! Il lança alors la musique qui se diffusa dans des baffes disposées aux quatre coins de la salle et commença à jouer pour accompagner la musique, ses doigts grattant avec une grande dextérité ses cordes pendant que ses yeux se fermaient. Il arrivait mieux à se projeter de cette façon, s’imaginant sur scène devant un petit public. Il se mit à chanter, assez fort pour couvrir le son qui sortait de son ampli et des baffes, se plongeant entièrement dans sa bulle. C’était toujours comme ça quand il jouait seul. Il pourrait très bien y avoir un tremblement de terre qu’il ne s’en rendrait même pas compte !


Sa voix de ténor, avec laquelle il parvenait à couvrir plus de 3 octaves, résonnait dans la pièce. Ça faisait vraiment un bien fou de se défouler de la sorte ! Et sans s’en rendre compte, Matthew avait commencé à bouger dans tous les sens, comme s’il était vraiment sur scène, signe qu’il était vraiment possédé par la musique qu’il était en train de jouer. Il était bien difficile de ne pas remarquer à quel point cet art le passionnait et à quel point il était important pour lui.

 
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Mer 9 Aoû - 18:06



Listen to the music !

Avec Matthew Bradford

Je venais d’arriver à l’académie. Enfin, peut-être que cela faisait un moment depuis que j’avais passé le pas de porte en compagnie d’un professeur à la fois drôle, agaçant, insultant et poli. Oui, je sais que « insultant » et « poli » ça ne va pas ensemble, mais c’est vraiment l’impression qu’il m’a donnée ! Du coup, j’étais, malgré tout ce que j’ai pu dire ou montrer, soulagée d’être enfin loin de lui. J’allais enfin pouvoir découvrir l’école, mon nouveau lieu de vie, sans devoir supporter son caractère aux allures de schizophrénie.

Donc, armée de ma valise et d’un plan des lieux, je marchai pour trouver ma chambre. Enfin, avant de pouvoir chercher ma chambre, il fallait que je passe la porte des dortoirs ce qui était, déjà, bien plus compliqué. Pourtant, je ne me décourageai pas et me mis à chercher pendant un moment. A vrai dire, ce n’est que lorsque j’eue fait tout le rez-de-chaussée pour me rendre compte que sur le plan il était marqué « 1ième étage » du bâtiment que je compris ma bourde. Pestant contre moi-même tout en me traitant d’abrutie finie non sans avoir préalablement levé les yeux au ciel, je montai encore un étage. Ce n’est qu’une fois arrivée à destination que je me permis de souffler un peu. Dans le couloir, assise sur ma valise, j’attendis un peu que ma honte passe pour reprendre mon chemin. Après tout, je n’étais pas encore sortie de l’auberge puisque j’allais devoir faire la différence entre le dortoir des garçons et celui des filles.

- Allez Asuka ! Tu n’es pas plus bête qu’une autre, donc tu peux trouver, me fis-je en marmonnant, histoire que personne ne comprenne ce que je disais.

Enfin, il aurait peut-être mieux valu qu’on ne me comprenne pas, tout simplement.
Observant mon environnement avec attention, je pus trouver une fille qui sortait d’une chambre. En plus il s’agissait de la n°1 ! J’adorais quand les coïncidences étaient en ma faveur comme à ce moment-là. J’en profitai donc pour entrer dans la pièce désormais vide et choisi un des lits libres pour y poser simplement ma valise, mon sac et mon manteau. J’avais dans l’idée de visiter un peu les lieux avant de m’installer véritablement. En plus, qui sait, peut-être que je ne prendrais pas cette place-là : je souhaitais en parler avec mes coloc’ avant tout, ne serait-ce que pour éviter de passer pour une squatteuse.

Après un moment pendant lequel j’avais fait le tour du premier étage en évitant soigneusement le « coin » des mecs, je descendis au rez-de-chaussée que j’avais déjà plus ou moins parcouru. Néanmoins, il me semblait qu’il serait plutôt attrayant de découvrir la salle du club des Arts et, ainsi, découvrir ce qu’ils avaient à proposer comme matériel. Malheureusement je ne la trouvai pas. Enfin, à vrai dire, j’avais entendu de la musique venant d’une autre salle et ma curiosité me détourna de mon objectif. Pas que j’aimais particulièrement la chanson, mais ce n’était pas la question.
Silencieusement, j’ouvris la porte pour mieux écouter le garçon chanter. Ce dernier était plutôt grand, voire peut-être un peu plus que la moyenne des garçons que j’avais pu rencontrer, mince, brun et portait des lunettes. En tous les cas, peu importait son physique puisque la nette impression qu’il s’éclatait me frappa plus que cela. D’ailleurs, quand il eut terminé, je ne pus m’empêcher d’applaudir en arborant un sourire provocateur bien que dénué de moquerie. J’en profitai même pour dire avec autant de sarcasmes que de compliments :

- Super chanson ! Dommage que le volume soit difficile à supporter.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Bradford
Université • 2ème année
avatar

Messages : 14
Cursus : Musique, spécialité Interprétation et métiers de la musique
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Ayane Komatsu, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Musique et athlétisme
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Jeu 12 Oct - 10:54

So come in my cave
Bon sang ce que ça faisait du bien de se défouler de la sorte ! Matthew s’en voulait un peu de ne pas suivre le mouvement et aller participer à toute l’effervescence qu’il y avait au dehors, mais il était tellement mieux dans cette salle du club de musique ! Il n’y avait rien de tel pour oublier ses petits tracas et se vider la tête. Et comme il était tout seul, il en avait profité pour mettre le son de son accompagnement relativement fort, juste à la limite de ce qui était autorisé pour ne pas déranger les personnes se trouvant dans les salles alentours et surtout les personnes qui étaient à l’étage supérieur. Fort heureusement, la salle était plutôt bien insonorisée donc ça lui permettait de mettre le volume assez fort, aussi bien pour la piste qu’il avait lancée sur le PC que pour son ampli sur lequel il avait branché sa précieuse guitare. Il commença à jouer, et dès les premières notes, il se sentit parfaitement transporté. Ses doigts sur les cordes, les notes qui sortaient de son ampli, les vibrations qu’il ressentait au plus profond de lui. Tout était définitivement grisant. Tellement qu’il en profitait toujours bien souvent dans sa petite bulle, fermant les yeux pour encore mieux ressentir toutes les émotions que lui procurait cet art.

Résultat, à être autant dans sa bulle, il n’entendit et ne vit pas qu’une personne venait d’entrer dans la pièce. Il jouait, chantait, prenait son pied et se donnait vraiment à fond, bougeant comme s’il était sur scène lors d’un concert. Il n’avait jamais fait de grandes salles avec son groupe à Londres, mais les petites salles étaient vraiment les meilleures. C’était grâce à ce cadre intimiste qu’il avait pu rencontrer sa précieuse Rose, sans doute ce qu’il faisait qu’il affectionnait tout particulièrement ces endroits. Quoi qu’il en soit, la musique finit par s’arrêter, et c’est avec un immense sourire que Matthew rouvrit les yeux. Allez ! Encore une ! Et alors que le londonien s’apprêtait à lancer une autre piste, une voix le fit sursauter et se retourner brusquement. Un peu plus et il lâchait un juron tellement il avait flippé ! C’était quoi cette fille ? Un ninja ? Elle était là depuis quand ?

« Oh pardon ! Le son t’a dérangé ? Tu aurais dû me dire avant ! C’était trop fort ? Ou alors peut-être que tu n’aimes tout simplement pas ce genre de musique ? Oh là là, je suis vraiment désolé ! Promis, je vais baisser le son ! Je me suis un peu enflammé et comme j’étais tout seul, j’en ai un peu trop profité ! »

Et voilà, le moulin à paroles était lancé ! Matthew avait toujours ce problème : quand il commençait à parler, il était généralement difficile de l’arrêter. Le pire étant qu’il était le roi des digressions. Vous pouviez très bien lui demander de se présenter que 2 minutes après, il était capable de vous raconter qu’il avait chassé des papillons avec une de ses casquettes. Quoi qu’il en soit, le brun s’empressa d’aller vers l’ordinateur pour baisser le son, histoire de ne pas embêter plus la demoiselle ou même les autres personnes présentes dans le bâtiment. Chose faite, et toujours avec sa guitare en bandoulière, il reporta son attention sur la demoiselle.

« Oh au fait ! Je peux peut-être me présenter quand même ! C’est la moindre des choses ! Alors… Je m’incline *il s’exécuta*, et je me présente : enchanté Mademoiselle ! Je m’appelle Matthew Bradford ! Voilà ? C’est bien comme présentation ? Je peux me redresser ? Je suis pas encore super bien habitué à tous les us et coutumes japonais… »


Bon, si avec ça elle avait pas compris qu’il n’était pas japonais… Lui jetant un petit coup d’œil en restant incliné le temps qu’elle lui dise que c’était bon, il en profita pour la détailler un peu. Elle était plutôt mignonne, plus jeune que lui il dirait, mais ce qui attirait le plus son regard c’était sa magnifique chevelure. Wah, décidément, les japonais aimaient être extravagants et ça leur allait super bien !

« Tes cheveux sont super jolis ! Est-ce que tu crois que ça m’irait bien une couleur dans ce genre ? Enfin, peut-être pas toute la tête, ça ferait sans doute un peu étrange… Des mèches ? Ou des extensions ? Ca pourrait être drôle d’avoir des cheveux longs ! J’ai toujours eu les cheveux assez courts. »

Et voilà, comment finir sur un sujet de conversation totalement différent du sujet de départ. Matthew dans toute sa splendeur mesdames et messieurs !

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Ven 13 Oct - 21:06



Listen to the music !

Avec Matthew Bradford

Je m’en étais un peu douté, mais ce n’est que lorsqu’il se tourna vers moi et me vit réellement que je compris combien il était dans sa bulle. Etait-ce la même chose quand je peignais ? Etais-je autant fermée à tout ce qui m’entourais ? Sur le coup j’avais envie de dire que non, mais il n’était pas certain que ce soit la réalité, de près ou de loin. ‘Fin, ce n’était pas de moi dont il était question, là, mais bel et bien d ce jeune homme qui me souriait alors qu’il venait tout juste de sursauter. Cordial et courtois, deux qualités qui lui appartenaient vraisemblablement et qui étaient plus qu’agréable de découvrir chez un inconnu. Cependant, il n’était pas que cela et c’est un défaut qui se fit ressentir lorsqu’il prit la parole pour me répondre : il était bavard. Loin de m’en sentir gênée, je souris plus au fur et à mesure que je l’écoutais.

Tout d’abord, il s’excusa et me déclara que j’aurais dû le déranger pour qu’il baisse le son. Mouais… Il était tellement à fond que, de toute façon, je n’aurais pu eu grand-chose de sa part à mon humble avis. Pour prétendre cela, je pouvais, encore une fois, me fier à mon propre comportement quand je suis à fond dans ce que je fais. Trop facile ? Mais je ne suis pas la seule ! Des cas comme ça se comptent par milliers. Et si vous ne me croyez pas, demandez donc à un inconnu lambda dans la rue ce qu’il en est. … Mauvais exemple peut-être.
Mais, ce n’était certainement pas ce qui me fit le plus sourire à ce moment-là puisque la suite n’était franchement pas mal : au lieu de se fier à ce que je lui avais dit, il se mit en tête que je cachais la véritable raison de ma venue en prime. Dieu ce que les personnes comme ça pouvaient être hilarantes. Je le laissai donc continuer sans même tenter de l’arrêter, ce qui m’amena à connaître son identité. Mattiew Bradford. Pas japonais donc. Et si son nom n’avait pas été un indice suffisant, son comportement et ses questions se firent plus que transparentes. Etait-il en étude de comique ?

Voyant qu’il ne se relevait pas et ne parlait plus, je lui répondis en riant sans m’en cacher :

- C’est bon, t’inquiètes pas pour tout ça : relèves-toi donc, ahah ! Je m’appelle Asuka. Asuka Tsuno.

A peine eue-je le temps de me présenter qu’il se releva et continua sur sa lancée comme s’il ne s’était pas arrêté. J’en fus très surprise, mais pas au point de m’en sentir vexée. Pour le coup, je sentais que c’était bon enfant. J’entrepris donc de lui répondre en m’avançant dans la salle, toujours souriante :

- Eh beh ! J’ai jamais vu un tel débit de conversation de ma vie ! T’as toujours été comme ça ou bien… ? Sinon, merci pour le compliment, ahah ! Je ne sais pas si ça t’irait bien, mais si tu te sens capable d’assumer les soins qui vont avec la coloration, ou même de prendre le risque de devenir chauf à cause des extensions, pourquoi n’essaies-tu pas ?

Je n’étais en rien styliste et je pensais assez bien le démontrer dans ma réponse. Néanmoins, avec son style de musique, il était vrai qu’un petit truc de « décalé » pourrait être cool. A savoir après si j’étais bonne juge ou non… à vous de voir avec les raisons qui m’avaient poussées à changer totalement mon apparence.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Bradford
Université • 2ème année
avatar

Messages : 14
Cursus : Musique, spécialité Interprétation et métiers de la musique
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Ayane Komatsu, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Musique et athlétisme
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Mer 25 Oct - 14:49

So come in my cave
Matthew avait vraiment sursauté en entendant une voix féminine s’élever dans la pièce alors qu’il s’apprêtait à lancer une nouvelle piste. Trop dans sa bulle, il n’avait pas du tout remarqué qu’il n’était plus seul au club de musique, et fort heureusement, il se retint juste à temps de lâcher un juron en anglais alors que ses yeux se posaient sur l’inconnue. Elle avait un physique assez atypique, mais l’Anglais était loin d’être le premier à juger une personne sur son apparence. Il fallait dire que lui-même s’amusait à porter des vêtements assez étranges dans un style assez excentrique qui représentait parfaitement sa personnalité. Mais ce que personne ne savait, tout du moins pas au Japon, c’était que cette personnalité qu’il abordait constamment en présence d’autres personnes n’était qu’un masque qui lui permettait d’essayer de remonter la pente. Il n’était pas venu ici parce qu’il aimait le Japon, même s’il était extrêmement curieux. Il était venu ici pour oublier et panser ses blessures.

Matthew entreprit donc de s’excuser pour le son qui devait très certainement être trop fort et sans doute la raison de sa présence dans la pièce, et il décida aussi de se présenter en essayant d’agir en parfait Japonais en s’inclinant vers l’avant à mesure que les mots sortaient de sa bouche. Et autant dire qu’il n’y en avait pas qu’un seul, mais toute une flopée, comme si un flot infini de mots se bousculaient dans sa tête et ne demandaient qu’à être exprimés. L’Anglais fut un peu soulagé d’entendre son interlocutrice lui dire qu’il pouvait se redresser, ce qu’il fit sans tarder avec un grand sourire sur les lèvres, prenant une petite inspiration pour se préparer à rejouer les moulins à paroles.

« Asuka Tsuno… -san ? C’est ça ? En tout cas, je suis ravi de faire ta connaissance ! Ça me fait plaisir de croiser une japonaise, je crois que tu es la première avec qui je parle un peu en fait ! Je ne pensais pas qu’il pouvait y avoir autant d’étudiants et d’élèves étrangers dans cette école, c’est limite à se demander si on est vraiment dans une école japonaise hein ? Haha ! »

Et le roi de la digression frappa à nouveau, enchaînant, sans transition aucune, sur la couleur de cheveux assez atypique qu’arborait Asuka. Ça lui allait super bien et sans doute que ça conférait un plus indéniable à son charme naturel. Ah ? Elle trouvait qu’il parlait beaucoup ? Pourtant, là, il se contenait… Matthew porta sa main à sa nuque pour la frotter en affichant une mine un peu désolée.

« Haha ! Désolé, j’ai toujours été comme ça ! Mais c’est pire quand je parle anglais ! Ça te dérange ? Je peux parler moins si tu veux, mais c’est que j’ai toujours énormément de choses à dire et je suis assez curieux alors arriver dans un pays aussi différent du mien, ça titille vraiment toute ma curiosité et j’ai du mal à m’arrêter. »

Ah bah ça, oui, on le voyait bien ! Tout ça juste pour répondre à une question ! Retirant sa guitare en faisant passer la sangle par-dessus sa tête, Matthew vint la déposer avec toute la délicatesse du monde sur la housse de celle-ci qui se trouvait sur une table non loin. Ah oui ! Les cheveux ! Passant une main dans sa tignasse rebelle, l’Anglais fit mine de réfléchir.

« Tu crois que je pourrais devenir chauve ? C’est un peu flippant quand même, ça m’irait peut-être bien mais bon… J’vais attraper un rhume de cerveau cet hiver si j’ai la boule à zéro ! Et c’est si compliqué que ça les soins pour entretenir une couleur ? Tu dois bien t’y connaître toi… C’est vrai que j’ai jamais essayé, mais comme je suis au Japon, je pense que je pourrais me lancer ! »

Matthew sortit son téléphone portable de la poche de son pantalon et lança l’appareil photo pour se voir à l’écran, essayant de s’imaginer avec une autre couleur de cheveux.

« Hey ! Vert, ça pourrait être sympa ! Ou rouge ! Comme mes Converses ! Au fait, tu veux jouer un peu ? Enfin, tu fais peut-être pas de musique après tout… Je peux t’apprendre si tu veux ! C’est sympa de jouer tout seul, mais c’est quand même bien mieux quand on est plusieurs ! Ou alors est-ce que tu as un autre talent ? »

L’Anglais n’arrivait vraiment jamais à s’arrêter et comme Asuka semblait réceptive à tous ces mots qui sortaient de sa bouche, il avait vraiment du mal à se contenir. Et puis, c’était en parlant aux gens qu’on pouvait faire connaissance avec eux non ?

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Sam 28 Oct - 8:07



Listen to the music !

Avec Matthew Bradford

Encore une fois, mon interlocuteur ne cacha pas le fait qu’il n’était pas encore à l’aise avec les us et coutumes japonaises. Néanmoins, il faisait un effort très appréciable tout en me racontant que cette école enfermait bien plus d’élèves étranger que de japonais. J’allais donc certainement être confrontée à quelques malaises dus à des méconnaissances qui n’étaient pas une faute en soi. Il était des fois où j’étais vraiment heureuse que ma mère soit partie de sa famille pour finalement vivre seule avec moi. Ainsi, mon éducation se trouvait bien moins stricte que ce qu’on aurait pu m’inculquer dans le cas contraire. Ma mère m’avait expliqué combien elle avait eu du mal à s’intégrer à la société à cause de ses manières puisque seule sa tolérance envers les différences, entre autres du même genre, lui avaient été utiles dans ces moments-là. Plus de domestique pour l’aider, plus de jugement sur ses manières… Elle était livrée à elle-même, mon père étant déjà partie à cette époque.

Après avoir rigolé avec lui, nous en vînmes à parler de ma couleur de cheveux… et son débit de parole. A cela, il prit une mine désolée en se frottant la nuque. Il ne perdit cependant rien de sa bonne humeur, ce que j’appréciai grandement, en me répondant que c’était pire quand il parlait anglais. Il me fit alors une sorte de proposition à laquelle je répondis, souriante, assez rapidement pour dissiper tous malentendus :

- Non, bien sûr que non, j’voulais pas te faire parler moins. En fait, c’était juste une observation : j’ai beau être plus extravertie que certains, je ne sais pas parler de cette façon ou passer du coq à l’âne. Et je peux totalement comprendre que tu sois curieux. De ce que j’ai pu comprendre notre société est très à part par rapport aux autres. C’est normal que t’es envie de savoir et comprendre.

J’avais eu de la chance qu’il enlève sa guitare puisque cela m’avait très certainement permis de lui dire tout ça. En l’observant, j’avais pu me rendre compte qu’il était très précautionneux avec son matériel. Bien plus que moi avec le mien. D’un autre côté, ce n’était pas deux univers très semblables sauf sur un point : c’était de l’art.
Passant sa main dans ses cheveux, Bradford-san me demanda si on pouvait vraiment devenir chauve avant de faire des remarques amusantes sur ce qui arriverait s’il le devenait. Cela me fit rire doucement, pas par moquerie mais vraiment parce que ses paroles cachaient une certaine façon d’être qui me faisait penser au théâtre : il usait l’art de l’exagération. Utilisé à bon escient, cela pouvait vraiment être amusant et plaisant. Je le laissai donc continuer sur ce sujet le temps que je me calme assez pour répondre à ses questions, ce qui fut très loin d’être facile. Je finis tout de même par y parvenir, ce qui me donna l’occasion de prendre une grande inspiration et lui dire :

- Oui, des cheveux colorés sont difficiles à entretenir dans le sens où la couleur s’en va assez rapidement. Parfois je m’étonne encore de voir l’eau de la douche devenir violette quand je me lave les cheveux. Après ça doit dépendre du type de cheveux que t’as : fins, épais, fragiles, sec, gras… Pour ce qui t’irait, je dirais plus rouge que vert, mais je ne suis pas meilleure conseillère sur ce point puisque la mienne je l’ai choisie sur un coup de tête et elle est restée.

Réfléchissant ensuite sa proposition de jouer, je me posai réellement la question de ce que j’étais capable de faire. Et quand me vint la réponse « être maladroite », je répondis finalement :

- C’est gentil de me proposer de jouer un peu, mais j’aurais trop peur de casser quelque chose par maladresse. Par contre, ouais, j’ai un autre talent. Tu veux voir ?

Souriante, je m’apprêtai à partir comme pour l’inciter à me suivre en lui adressant un air taquin signifiant « j’suis certaine que t’es pas cap de venir avec moi ». Pour le moment, je n’avais pas grand-chose dans mon atelier : un ou deux tableaux sans plus et quelques travaux que j’avais créé ben auparavant. Après tout, depuis mon arrivée ici je n’avais pas du tout eu l’occasion de bosser encore. J’avais tellement hâte !!

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Bradford
Université • 2ème année
avatar

Messages : 14
Cursus : Musique, spécialité Interprétation et métiers de la musique
Multicomptes : Dae-Hyun Jang, Ayane Komatsu, Kyojiro Sakurai

Infos supplémentaires
Âge: 21 ans
Clubs: Musique et athlétisme
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Jeu 9 Nov - 12:29

So come in my cave
Matthew avait toujours eu ce problème de débit de paroles. On lui avait souvent reproché d’être super fatiguant quand il s’y mettait, mais il n’avait jamais réussi à se contrôler. Sa curiosité était sans doute le moteur qui faisait tourner à toute allure son cerveau, ses pensées se bousculant sans cesse pour être toutes exprimées par des mots. Bon, il arrivait à réguler un peu, parfois, en se forçant vraiment, mais c’était compliqué et ce n’était pas sa façon d’être. Fort heureusement, la demoiselle aux cheveux violets lui assura qu’elle n’avait pas dit ça pour qu’il se calme, mais qu’il s’agissait simplement d’une constatation. OUF ! Déjà qu’elle lui avait fait remarqué qu’il avait joué bien trop fort de la musique, il n’avait pas envie de s’ajouter des mauvais points au compteur avec cette jeune femme qu’il ne connaissait absolument pas ! Matthew était du genre à ne pas aimer les conflits. Il savait qu’on ne pouvait pas s’entendre avec tout le monde, mais il avait toujours espoir d’y parvenir de son côté. Il n’avait rien contre les gens et puis, on n’avait qu’une vie. Pourquoi ne pas tout simplement la passer en s’entendant bien avec son prochain ?

« Je suis soulagé que tu m’aies pas demandé de parler moins en tout cas ! Je sais que c’est désagréable des fois, mais j’ai toujours du mal à me contrôler, faut que tout ce que j’ai en tête sorte ! Et c’est vrai que c’est totalement différent de Londres ici ! Rien que la nourriture et les boissons ! J’en ai goûté une l’autre jour… Du Calpis ça s’appelait ? C’était… vraiment super spécial comme truc ! J’ai même pas réussi à savoir si c’était vraiment bon ou juste très surprenant ! »

Et voilà, il repartait sur un sujet complètement différent du sujet de départ. Le débat partit ensuite sur les colorations, les paroles de Matthew faisant visiblement beaucoup rire la demoiselle. Tant mieux ! L’Anglais était du genre à aimer faire le pitre, même si parfois, il était vraiment sérieux, ce qui rendait ses mots encore plus hilarants.

« Sérieux ? L’eau est violette quand tu te douches ? T’imagines si tu avais fait une couleur rouge ? Si quelqu’un passait par là pendant ta douche, bon ça ferait sans doute carrément pervers de t’épier à ce moment-là, il croirait certainement que t’es en train de te vider de ton sang ! C’est trop flippant, mais j’ai encore plus envie d’essayer du coup, même si je dois devenir chauve ! Ça repousse après, c’est pas grave ! Tu l’as choisie sur un coup de tête ? Quel genre ? Du genre, t’étais devant les emballages et t’as pris le premier qui te tombait sous la main ? »

Matthew haussa les épaules avec un petit sourire quand elle refusa poliment sa proposition de jouer un peu avec lui.

« Aucun problème ! Si jamais tu changes d’avis, je serais ravi de t’apprendre à jouer de l’instrument que tu veux ! Je touche à tout alors ça devrait pas poser trop de problèmes ! Oh ? Alors tu as un autre talent ? Bien sûr que je veux voir ! N’oublie pas que je suis un gars super curieux ! Attends ! Laisse-moi deviner ! Huuuum… Tu fais du sport ? Oh ! Ou de la calligraphie ! C’est super beau ça, j’aimerais bien apprendre ! »

Il avait déjà fait la fouine dans les différents clubs d’arts à son arrivée à Yokuboo, mais il n’avait pas eu envie d’en choisir un deuxième après s’être inscrit en musique. Il passait déjà beaucoup plus de temps ici que sur la piste d’athlétisme, ce n’était pas pour s’inscrire dans un autre club pour y jouer les fantômes. Il était tellement curieux et avait tellement soif d’apprendre tout un tas de choses que s’il avait eu le temps, il se serait inscrit à tous les clubs proposés dans cet établissement. Etant donné qu’il était certain de ne plus jouer pour le moment, Matthew préféra refermer soigneusement la housse de sa guitare. Il n’avait pas envie que de la poussière vienne se poser dessus, c’était super chiant à nettoyer après !

« Au fait, tu fais quoi comme études ici ? Tu es au lycée ou à l’université ? On s’est présenté un peu à l’arrache, je m’en rends compte, je suis désolé ! Du coup, moi je suis étudiant en musique, en deuxième année ! Et comme je l’ai dit tout à l’heure, je viens de Londres à l’origine et je suis là depuis la rentrée d’avril. Voilà, comme ça, on se connaît déjà un peu plus ! »

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka Tsuno
Lycée • 1ère année
avatar

Messages : 118

Infos supplémentaires
Âge: 15 ans
Clubs: Art et Tir à l'arc
Mais encore ?:

MessageSujet: Re: Listen to the music! |Asuka Tsuno|   Sam 11 Nov - 3:06



Listen to the music !

Avec Matthew Bradford

Même si son débit de parole avait pu me surprendre sur le coup, il n’en était pas moins amusant. C’était plaisant de discuter avec une personne pouvant aborder toutes sortes de sujets sans se prendre la tête. Après tout, même si je pouvais être relativement à l’aise avec les autres, il n’en était pas moins que je faisais constamment attention aux autres à ce que pouvaient donner mes gestes et mots pour éviter qu’une dispute involontaire n’arrive. Bon, oui je me contredisais en jouant à taquiner des inconnus. Je devais bien avouer au moins ça puisqu’il s’agissait certainement d’un de mes principaux défauts. Mais c’était pour moi la seule chose de vraiment problématique dans le comportement que j’offrais en général. Eh oui, des exceptions existent sans cesse. On dit même qu’elles confirment la réalité.

Cela dit, j’étais tout aussi contente de pouvoir apprendre certaines choses juste comme ça, sans me prendre la tête. C’était bien plus plaisant que de le faire en cours avec une certaine forme de bourrage de crâne. Enfin, au Japon nous n’étions pas les plus mal lotie puisque j’avais lu quelque part dans les méandres d’Internet que la France avait un système d’éducation assez aberrant. La langue écrite qui changeait sans véritable raison pour certains, des parcours du combattant pour terminer les programmes en une année… Mais le pire était le fait que les enfants étaient tenus par la main jusqu’à la fin de leur scolarité ! Sauf cas exceptionnels, bien entendu, mais ça n’arrivait que peu souvent avant la vingtaine. Pour moi qui vivait dans un environnement où on me demandait d’être autonome assez tôt, c’était assez aberrant. Pendant un instant, j’en vins à me demander ce que pouvait en penser mon interlocuteur. Il me semblait que lui aussi vivait dans un pays qui lui demandait de l’autonomie. Mais à quel point ? Sincèrement, j’étais très curieuse, mais je ne trouvais pas vraiment l’occasion de lui demander puisque les sujets s’enchaînaient sans que je puisse répondre quoi que ce soit, un peu comme s’il se parlait à lui-même. C’était assez incroyable à voir.

Vint alors le sujet de la couleur des cheveux. Et, dans la réponse qu’il me donna, je pus noter un petit malentendu qui me donna envie de rire. Je me retins de justesse en plaquant ma main devant ma bouche. Cela me donna pas mal de peine pour écouter le reste de sa nouvelle tirade, d’ailleurs. Enfin, ce ne fut pas pire que sa comparaison de la décoloration rouge de la coloration avec le sang qui fut le début de la fin. Pratiquement pliée en deux, j’eue toutes les difficultés du monde à rester concentrée et à me calmer. Heureusement, j’y parvins quand la discussion dériva toute seule sur moi et sa proposition de jouer de la guitare. Essuyant de l’indexe les quelques larmes créées par mon fou rire, je tentai de respirer plus calmement sans me forcer et lui donnait ma réponse malheureusement négative en lui faisant part de mes craintes. Loin de s’en offusquer, il accepta sans problème mon choix en me précisant que je pouvais revenir dessus à tout moment. J’appréciai beaucoup cela et ses questions concernant mes propres passions. Profitant qu’il ait finit de parler et qu’il rangeait son instrument de musique, je fis en sorte de satisfaire sa curiosité :

- Eh bien, je fais un peu de sport, oui. Du Kyudô pour être tout à fait exacte. Mais ça n’a rien à voir avec ma véritable passion. Je vais te montrer, ajoutai-je en faisant un clin d’oeil quand je fus certaine qu’il me regardait.

Je lui fis ensuite part, alors qu’il rangeait sa guitare dans son étui, que la calligraphie pouvait en effet être une activité intéressante mais que je n’aimais pas le style que cela obligeait à utiliser. Par cela, je voulais dire que c’était un art beaucoup trop strict dans la manière de manier les outils et de dessiner alors que j’avais besoin de liberté. Certes, la peinture connaissait également des règles dans chaque domaine qu’elle proposait, mais ce n’était pas cela qui m’empêchait de faire ce que je voulais réellement.

- Je suis au lycée, personnellement, répondis-je à sa nouvelle question alors que je le guidais dans la salle d’art qui se trouvait juste à côté. Je t’avoue que pour le moment je ne suis pas trop intéressée par les cours qui me sont proposés, mais j’ai pour objectif d’étudier l’art plastique.

En faisant part de mon projet, j’ouvris la porte de la salle en dévoilant dans le même temps ma passion. Je m’expliquai ensuite un peu plus en entrant et me dirigeant vers “mon” espace de travail au fond de la salle, près des fenêtres :

- Je souhaite devenir mangaka et, pourquoi pas, peintre à côté ou pendant mon temps libre. Ou le contraire. En tous les cas, j’aimerais travailler en utilisant ma passion : je ne peux pratiquement pas m’en passer et je me dis que si j’en fais mon métier on ne pourra plus me le reprocher tant que ça.

Je rigolai un peu de gêne en me frottant l’arrière de la tête, les yeux fermés, en disant cela. Puis, d’un geste fluide, je sortis de ma sacoche posée sur un bureau près de moi quelques planches que j’avais faites. Enfin… Le “quelques” signifiait tout de même au moins la moitié d’un tome ! En soi, ce n’était pas plus mal. Mais n’ayant pas de peinture à lui montrer, je lui demandai en sortant quelques affaires comme pour ensuite aller les ranger :

- Voudrais-tu que je fasse un portrait de toi ? Tu décideras ensuite ce que tu veux en faire, mais je pense que c’est le moyens le plus efficace pour moi de te montrer l’étendue de mes maigres talents. Qu’en penses-tu ?

A vrai dire, je savais déjà ce que je souhaitais faire. Après tout, je l’avais vu au naturel pendant qu’il jouait et à cela s’était ajoutées des morceaux de sa personnalité qui me donnait une certaine image. Certainement qu’un novice ne voyait pas trop ce que je voulais dire, mais ce n’était pas grave. Tant que je le savais, c’était tout ce qui importait.

(c) Yumiko sur Académie Tsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Listen to the music! |Asuka Tsuno|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» Music Mania V
» Music is my life •
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» [MINI-EVENT] One, two, three, four... Let's go music !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yokuboo :: Académie :: Pensionnat et clubs :: Rez-de-chaussée - Salles des clubs :: Salle du club de musique-
Sauter vers: